Wulf Sachs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wulf Sachs
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Wulf Sachs est un médecin et psychanalyste d'origine russe qui a exercé en Afrique du Sud.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wolf Sachs naît en Russie et fait ses études à Léningrad et à Londres[1].

Il est analysé par Theodor Reik à Berlin[2]. Il s'installe en 1922 en Afrique du Sud. Il est président de l'Association sud-africaine de psychanalyse[1] dont Freud a annoncé la fondation en 1935[3]. Au moment de sa mort, il supervisait la formation de cinq candidats sud-africains[4]. Il est l'auteur en 1937 d'un essai consacré à la première psychanalyse d'un Africain noir, intitulé Black Hamlet[5], traduit en français sous le titre Hamlet africain[6]. Le livre est réédité en 1972 en anglais sous le titre Black Anger[7],[8].

Il meurt en 1949[9].

Publications[modifier | modifier le code]

Un Hamlet noir, trad. Hélène Claireau & préface de Marie Bonaparte, Calmann Lévy, 1940, 223 p.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Dr. Wulf Sachs, Leading Psychoanalyst of South Africa, Dies; Was Jewish Communal Worker », sur Jewish Telegraphic Agency, (consulté le 18 février 2020).
  2. Leonard Bloom, « On Wulf Sachs' Black Hamlet », Psychoanalysis and History, 2004, vol.6, n°2 [lire en ligne]
  3. « Doing Psychoanalysis in … Cape Town: Vincenzo Sinisi », [lire en ligne]
  4. (en) South African Psychoanalytical Association, « A brief history of psychoanalysis — Brief History of Psychoanalysis in South Africa » (consulté le 18 février 2020).
  5. S.L. Yates, Review of Black Hamlet, The International Journal of Psychoanalysis, 1938, 19(2): p. 251-252.
  6. René Collignon Pour une histoire de la psychiatrie coloniale française. À partir de l’exemple du Sénégal, L'Autre, 2002/3 (Vol. 3), [lire en ligne].
  7. Black Anger, Westport, Conn., Greenwood Press, (ISBN 9780837102443).
  8. [compte rendu] Saul Dubow, « Wulf Sachs's Black Hamlet: A Case of 'Psychic Vivisection'? », African Affairs, vol. 92, no 369,‎ , p. 519-556 (lire en ligne, consulté le 18 février 2020).
  9. John Rickman, Obituary, The International Journal of Psychoanalysis, 1950, vol.31, n°4, p.288-289.

Liens externes[modifier | modifier le code]