Workfare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Manifestation contre le workfare, octobre 2011.

Le workfare (littéralement « travailler pour le bien-être » en anglais) est un concept introduit en 1968 par James Charles Evers. Il désigne une aide sociale des États-Unis mise en place dans les années 1970, qui prévoit que les bénéficiaires aptes au travail doivent travailler en échange de leur allocation.

Ces programmes viseraient surtout à « restreindre le nombre d'allocataires » (Krinski, 2009). Le travail attitré est souvent dévalorisant. Tout cela aurait « largement participé à la flexibilisation et à la dégradation des conditions de travail » (Krinski, 2009). Les termes de politiques d'activation et de « gouvernement par l'individualisation » (Lazzarato, 2001) ne sont pas étrangers aux dynamiques induites par cette idée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • John Krinsky, « Le workfare : Néolibéralisme et contrats de travail dans le secteur public aux États‐Unis », Les notes de l’Institut Européen du Salariat, no 8,‎ novembre-décembre 2009 (lire en ligne)
  • Maurizio Lazzarato, « Le gouvernement par l'individualisation », Multitudes, no 4,‎ , p. 153-162 (ISSN 0292-0107 et 1777-5841, lire en ligne)