Wonder Wheel (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wonder Wheel (homonymie).
Wonder Wheel
Réalisation Woody Allen
Scénario Woody Allen
Acteurs principaux
Sociétés de production Amazon Studios
Gravier Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Durée 101 minutes
Sortie 2017

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Wonder Wheel est un film américain écrit et réalisé par Woody Allen, sorti en 2017. Le titre fait référence à la Deno's Wonder Wheel Amusement Park (en), à Coney Island.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L’histoire se déroule à Coney Island, une station balnéaire, dans les années 1950. Ginny, une ancienne actrice lunatique devenue serveuse, a refait sa vie avec Humpty, veuf, qui exploite un manège. Le couple vit avec Richie, le petit garçon de Ginny, aux fortes tendances pyromanes. La tranquillité de la famille est ébranlée au retour de Carolina, 25 ans, la fille de Humpty. Ils s’étaient brouillés cinq ans auparavant lorsqu’elle avait épousé un gangster, au désarroi de Humpty. Sans ressources et voulant échapper aux griffes de son mari violent, Caroline se réfugie chez son père, sachant que son mari veut la tuer pour avoir fui et parlé à la police. Si la rancœur des années passées pousse initialement Humpty à rejeter sa fille, au fil des semaines, il adoucit son comportement et cherche désormais à recréer une relation harmonieuse avec elle, entre autres en lui finançant des cours du soir pour qu’elle puisse se relancer dans la vie, au lieu du boulot de serveuse qu’elle exerce temporairement aux côtés de Ginny.

Pendant ce temps, Ginny rencontre Mickey, un jeune et séduisant maître-nageur qui rêve de devenir dramaturge. Ils deviennent amants dans la clandestinité et elle fait des projets d’avenir avec lui.

Des hommes de main envoyés par le mari de Carolina débarquent dans la station balnéaire mais Humpty réussit à les éloigner en leur expliquant qu’il n’a plus de nouvelles de sa fille depuis au moins cinq ans et qu’il ne compte pas la revoir de sitôt.

Ginny se rend compte que Mickey n’éprouve pas des sentiments aussi forts qu’elle.

La relation entre Ginny et Carolina devient de plus en plus tendue. Habituée aux palaces et à la grande vie, Carolina ne participe pas aux tâches ménagères, et n’est pas plus motivée que ça au travail, et Ginny voit que Humpty réserve désormais les économies du ménage pour les études de Carolina. La situation dégénère lorsque Carolina rencontre Mickey et lorsque celle-ci, sans savoir que Ginny entretient une liaison avec lui, lui confesse les sentiments qu’elle a développés pour lui et sa suspicion qu’ils sont réciproques. Ce dernier, amoureux de Carolina, rejette le cadeau d'anniversaire qu'elle lui offre (une montre à 500 dollars gravée à son nom), et lui annonce qu'il ne veut pas d'elle. Terrassée, blessée et en colère, Ginny le quitte.

Lorsqu’elle constate que les hommes de main du mari de Carolina sont revenus et ont appris l’adresse du restaurant où Carolina devait dîner avec Mickey, Ginny tente d’avertir Carolina pour la protège puis... se ravise soudainement. Carolina disparaîtra ce soir-là, probablement enlevée, assassinée ou ramenée chez son mari.

Désormais libérée, Ginny se sent revivre et rêve à nouveau de retrouver les planches du théâtre. Mickey débarque chez elle pour lui annoncer qu’il a compris qu’elle est responsable de la disparition de Carolina. Hystérique et ivre, après une longue confrontation entre les deux, Ginny lui tend un couteau pour qu'il la poignarde. Abasourdi par son attitude, la trouvant pathétique, Mickey l'abandonne pour toujours. Plus tard, Humpty rentre à la maison et lui dit qu'il accepte la disparition de sa fille pour continuer à vivre normalement. Rejetée par Mickey et condamnée à vivre avec son mari à Coney Island, Ginny comprend que ses rêves d'actrice ne s'exauceront jamais.

Sur la plage, Richie, le fils pyromane de Ginny, provoque un nouvel incendie.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Kate Winslet est la première actrice à rejoindre le nouveau film de Woody Allen en juillet 2016[1], suivie de James Belushi, Juno Temple et de Justin Timberlake dans le rôle d'un maître-nageur[2]. Tony Sirico[3] puis Jack Gore, Steve Schirripa et Max Casella complètent le casting en août et septembre 2016[4],[5],[6].

Tony Sirico et Steve Schirripa, dans des seconds rôles, reprennent les personnages de mafieux qu’ils incarnaient dans Les Soprano[5].

Tournage[modifier | modifier le code]

Sortie[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

En France, le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 3,4/5, et des critiques spectateurs à 3,4/5[7].

Si certains critiques soulignent le peu de renouvellement dont le film témoigne de la part de Woody Allen[8], la plupart reconnaissent sa qualité et le talent du cinéaste[9],[10].

Box-office[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rebecca Ford, « Kate Winslet Joining Woody Allen's Next Film », Hollywood Reporter, (consulté le 11 mars 2017)
  2. Kevin Jagernauth, « Justin Timberlake, Juno Temple & James Belushi Join Woody Allen's Next Film With Kate Winslet », The Playlist, (consulté le 11 mars 2017)
  3. Ross A. Lincoln, « Tony Sirico Joins Woody Allen's Next Film », Deadline, (consulté le 11 mars 2017)
  4. Justin Kroll, « Billions Actor Jack Gore Joins Kate Winslet in Woody Allen's Next Film », Variety, (consulté le 11 mars 2017)
  5. a et b Erik Pedersen, « Steven Schirripa Joins Next Woody Allen Movie, Setting Up Sopranos Reunion », Deadline, (consulté le 11 mars 2017).
  6. Amanda N'Duka, « Max Casella Joins Woody Allen's Untitled Film; Gilbert Owuor Cast In Mute », Deadline, (consulté le 11 mars 2017)
  7. « Wonder Wheel », sur Allociné (consulté le 12 février 2018).
  8. Julien Gester, « «WONDER WHEEL», UN NOUVEAU TOUR SUR LE MÊME MANÈGE », Libération,‎ (lire en ligne)
  9. « Wonder Wheel : «Woody Allen reste un grand cinéaste» », sur lefigaro.fr, (consulté le 3 février 2018)
  10. Jacques Mandelbaum, « « Wonder Wheel » : Woody Allen, l’art de l’intimité transfigurée », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne)
  11. JP-Boxoffice.com ; page du film Wonder Wheel consulté le 28 février 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Franck Garbarz, « Le long voyage vers la nuit », Positif, no 683, Institut Lumière/Actes Sud, Paris, janvier 2018, p.6-8, (ISSN 0048-4911).
  • Jean-Christophe Ferrari et Grégory Valens, « Entretien avec Woody Allen. L'artiste raté est une figure tragique », ibidem, p.11- 15.
  • Yves Alion, « La nostalgie n'est plus ce qu'elle était », L'Avant-scène Cinéma no 650, Paris, Alice Editions, février 2018, p. 120-127, (ISBN 978-284725-144-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]