Women's Media Center

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Women's Media Center
Situation
Type 501(c)(3) (en) à but non lucratif

Le Women's Media Center (WMC) est un organisme féministe américain à but non lucratif de type 501(c)(3) (en) fondé en 2005 par les écrivains et militantes Jane Fonda, Robin Morgan, et Gloria Steinem[1]. Dirigé par la présidente Julie Burton[2], les travaux du WMC incluent des campagnes de plaidoyer, des récompenses, une formation aux médias et au leadership, ainsi que la création de contenu original[3].

Représentation des femmes dans les médias[modifier | modifier le code]

Le Women's Media Center « veille à ce que les femmes soient représentées de manière puissante et visible dans les médias » et « à diversifier le contenu et les sources des médias, afin que les récits et les perspectives des femmes et des filles soient mieux représentés »[1]. L'organisation convoque des panels, publie des rapports, organise des campagnes populaires (grassroot) et rencontre des représentants des médias pour traiter des problèmes de représentation des femmes et de la diversité en général[1].

En réponse au rapport du groupe de travail sur la sexualisation des filles de l'American Psychological Association, le Women's Media Center s'est associé à plus de 10 autres organisations pour organiser la Sexualization Protest: Action, Resistance, Knowledge (Manifestation sur la sexualisation : action, résistance, connaissance), également connue sous le nom de Sommet SPARK. Le Sommet SPARK est un événement d'une journée pour discuter de la sexualisation des filles et la repousser, tout en suscitant un mouvement pour le droit des filles à une sexualité saine. Le Sommet SPARK a eu lieu le 22 octobre 2010 au Hunter College à New York[4].

Le Women's Media Center décerne un prix aux médias sociaux, qui « reconnaît les personnes qui ont apporté une contribution remarquable à l'amélioration de la visibilité et du pouvoir des femmes et des filles dans les médias », et dont Sady Doyle (en) est la première récipiendaire, en 2011[5],[6].

Formation aux médias et sources d'experts[modifier | modifier le code]

En 2008, WMC lance le programme de formation aux médias et au leadership de Progressive Women's Voices afin de mettre des femmes expertes qualifiées et faisant autorité en relation avec des éditeurs, des journalistes, des producteurs et des agents de réservation[7]. SheSource, la base de données en ligne du WMC regroupe plus de 500 femmes expertes et sert aux journalistes pour la recherche de sources, de commentateurs et d'invitées de sexe féminin[8].

Chien de garde contre le sexisme[modifier | modifier le code]

WMC joue le rôle de garde-fou du sexisme dans les médias et élabore des campagnes pour promouvoir une couverture juste et équilibrée. Lors de l'élection présidentielle de 2008, le WMC a publié une vidéo intitulée « Le sexisme vend mais nous ne l'achetons pas »[9] ainsi qu'une pétition pour attirer l'attention sur le sexisme contre les candidates lors des primaires. Une autre vidéo, Media Justice for Sotomayor[10] traite de la couverture des médias racistes et sexistes lors des audiences de confirmation des audiences de Sonia Sotomayor, juge à la Cour suprême de 2009.

Le 31 août 2010, le WMC s'est associé à la Women's Forum Forum Foundation et à l'Initiative pour la parité politique du Hunt Alternatives Fund pour lancer Name it. Change it. (NICI), une campagne nationale qui aborde le sexisme dans les médias par rapport aux femmes politiciennes et candidates politiques. NICI vise à garantir la responsabilité par le biais d’un réseau d’intervention rapide coordonné afin de réduire considérablement les cas de misogynie des médias[11].

Réforme des soins de santé et droits en matière de procréation[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c "About Us." Women's Media Center. Retrieved February 16, 2010.
  2. “Women's Media Center Announce Julie Burton as Interim President.” FishBowl NY. Retrieved September 27, 2010.
  3. “The Women's Media Center Announces First Annual Media Awards.” Feminist Online. Retrieved February 15, 2010.
  4. « The SPARK Summit: Challenging the sexualization of girls and women at Hunter College in New York City », American Psychological Association, (consulté le 15 novembre 2016)
  5. Sady Doyle, « Sady Doyle - Profile », In These Times (consulté le 27 mars 2019)
  6. November 29, 2011, « Women’s Media Center », Womensmediacenter.com, (consulté le 27 mars 2019)
  7. “Progressive Women’s Voices.” Women's Media Center. Retrieved February 16, 2010.
  8. “About Us.” SheSource.org. Retrieved February 16, 2010.
  9. “Sexism Sells but We’re Not Buying It.” YouTube. Retrieved February 16, 2010.
  10. "Media Justice for Sotomayor." YouTube. Retrieved March 9, 2010.
  11. "Name it. Change it. Campaign Launches into Action." Women's Media Center. Retrieved September 27, 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]