Wolseley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wolseley (homonymie).
image illustrant une entreprise
Cet article est une ébauche concernant une entreprise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?).
Les entreprises étant sujet à controverse, n’oubliez pas d’indiquer dans l’article les critères qui le rendent admissible.

Wolseley est une entreprise britannique spécialisée dans la distribution de produits sanitaire, chauffage, canalisations et un des leaders dans la distribution de bois et autres matériaux de construction. Wolseley fait partie de l'indice FTSE 100.

Historique[modifier | modifier le code]

L'entreprise a été fondée en 1887 à Sydney en Australie par Frederick York Wolseley sous le nom Wolseley Sheep Shearing Machine Company Limited. En 1889, la société déménage en Angleterre[1]. En 1896, Wolseley produit sa première voiture motorisée dans son usine automobile à Birmingham[2]. En 1901, après la production de près de 100 voitures, Wolseley vend son unité de production automobile à Vickers Son and Maxim Limited, qui deviendra plus tard le groupe Rover[3].

Dans les années 1950, Wolseley se diversifie dans les grillages électrifiés. En 1958, Wolseley fusionne avec la société Geo H Hughes et devient Wolseley-Hughes[4].

Dans les années 1970, OBC, Granville Controls et Yorkshire Heating Supplies sont les trois principales enseignes du groupe. De 1976 à 1995, le groupe est présidé par Jeremy Lancaster qui remplace son père aux rênes de l'entreprise[5]. Sous sa présidence, les profits du groupe sont passés de 4,5 millions à 245 millions de livres[6].

En 1982, Wolseley-Hughes fait son entrée sur le marché des États-unis en faisant l'acquisition de la société Ferguson spécialisée dans la distribution de matériel de plomberie[7],[8].

En 1985, la filiale construction de Wolseley-Hughes, Wolseley Centers, est créée. En 1986, son expansion aux États-unis se poursuit avec l'acquisition de Carolina Builders[8].

En avril 1986, le groupe Wolseley-Hughes devient le groupe Wolseley, et s'étend plus aux États-unis avec l'acquisition du groupe californien Familian[8]. Dans les années 1990,tout en se développant dans plusieurs pays d'Europe, Wolseley opère six rachats d'enseigne supplémentaires aux États-unis, et entame la fusion de ses activités avec Familian. Fin 1990, les États-unis représentent la moitié du chiffre du groupe[9].

En 2000, Cinven rachète à Wolseley ses activités de manufacture pour £215 millions et se consacre dès l'année suivante uniquement à la distribution[10].

Activité[modifier | modifier le code]

Le groupe Wolseley emploie 38 000 personnes dans 2 700 locations[11].

Wolseley France[modifier | modifier le code]

En 1992, Wolseley s'implante en France en rachètant Brossette, leader français de la distribution de pièces de plomberie, pour 931 millions de francs. Brossette génère alors un bénéfice de 69 millions de francs annuel, et possède un réseau de 120 magasins[9],[12].

Le , Wolseley rachète Pinault Bois et Matériaux à PPR, alors numéro deux français de la distribution de matériaux de construction, de l'importation et de la transformation de bois, pour 565 millions d'euros[10],[13].

Premier importateur et transformateur de bois en France, Wolseley France est également un acteur incontournable de la distribution de bois et de matériaux de construction[14]. En 2013, Wolseley France vend 84 de ses agences Réseau Pro à Chausson Matériaux[15]. La même année, Wolseley France se sépare également de ses enseignes Cardor et Coverpro.

Enseignes[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

  • Division bois et matériaux : Réseau Pro, Panofrance, Cardor (vendu en 2013), Coverpro (vendu en 2013), Solutions Cuisines, Batimob, Bois des 3 ports
  • Division Importation et Solutions Bois : Silverwood, Sinbpla, Carib-Cerland, Charpentes Françaises, Savare Le Bois du Nord

Incidents[modifier | modifier le code]

En décembre 2005, Greenpeace organise une manifestation contre les importations illégales de bois depuis ce que l'association appelle la forêt africaine des grands gorilles. Selon Greenpeace, trois filiales françaises du groupe - Rougier, Bois des 3 Ports et Réseau Pro - sont impliquées dans le commerce de ces importations illégales[16].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « History : 1800s », sur wWolseley.com (consulté le 3 septembre 2016)
  2. (en) « History : 1890s », sur Wolseley.com (consulté le 3 septembre 2016)
  3. (en) « History : 1900s », sur Wolseley.com (consulté le 3 septembre 2016)
  4. (en) « History : 1950s », sur Wolseley.com (consulté le 3 septembre 2016)
  5. (en) « History : 1970s », sur Wolseley.com (consulté le 3 septembre 2016)
  6. (en) Richard Halstead, « Wolseley is built to last », sur Independent.co.uk,‎ (consulté le 3 septembre 2016)
  7. (en) « Major Merger Completed by Ferguson, Familian », sur Kitchenbathdesign.com,‎ (consulté le 3 septembre 2016)
  8. a, b et c (en) « History : 1980s », sur Wolseley.com (consulté le 3 septembre 2016)
  9. a et b (en) « History: 1990s », sur Wolseley.com (consulté le 5 septembre 2016)
  10. a et b (en) « History: 2000s », sur Wolseley.com (consulté le 5 septembre 2016)
  11. (en) « Our story », sur Wolseley.com (consulté le 3 septembre 2016)
  12. Marie-Annick Dépagneux, « Wolseley s'offre le lyonnais Brossette », sur Lesechos.fr,‎ (consulté le 5 septembre 2016)
  13. « PPR finalise la vente à Wolseley de Pinault Bois et Matériaux », sur Lesechos.fr,‎ (consulté le 5 septembre 2016)
  14. Wolseley France, Communiqué de Presse
  15. « Le groupe Chausson autorisé à reprendre 84 agences Réseau Pro », sur Le moniteur,‎
  16. (en) « French illegal timber imports driving gorillas to extinction », sur Greenpeace.org,‎ (consulté le 3 septembre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]