Wolpertinger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Représentation d'un Wolpertinger (détournement parodique de la célèbre aquarelle Le Lièvre, d'Albrecht Dürer)

Le Wolpertinger (autres orthographes : Wolperdinger, Woipertinger, Woiperdinger[1]) est un animal imaginaire des forêts et Alpes bavaroises. Son évocation apparaît le plus souvent pour user de la crédulité de touristes citadins. La légende le présente de petite taille, composé à la façon d'une chimère et se nourrissant de touristes égarés. Ses descriptions varient de région en région, mais la plupart du temps on lui attribue des ailes, des bois, des crocs et une crête de coq.

Historique[modifier | modifier le code]

Les premières apparitions du wolpertinger remontent au XIXe siècle, lorsque des taxidermistes exhibent des spécimens empaillés[1]. Selon les populations locales, l’animal est un hybride de lièvre et de chevreuil, ou de renard et de canard, ou de martre et de faisant ; comme les wolpertingers se reproduisent ensuite entre eux, chaque individu serait un mélange unique de tous ces animaux[1].

Variantes locales[modifier | modifier le code]

Le wolpertinger est aussi appelé Oibadrischl en Basse-Bavière, Rammeschucksn en Haut-Palatinat, ou encore Raurackl en Basse-Autriche[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Beware the Wolpertinger - Bavaria's legendary hybrid creature », thelocal.de,‎ (lire en ligne)
  2. (de) « Wie entstand die Fabelfigur des Wolpertingers? », GMX News,‎ (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Michael Heim et Hans Reiser, Mit dem Wolpertinger leben: Ein Verhaltensratgeber, Edition Lipp, (ISBN 978-3874907606)
  • (de) Alfons Schweiggert, Der Wolpertinger oder der gehörnte Hase. Eine ernsthafte Untersuchung eines bayerischen Phänomens, Ludwig Verlag, , 120 p. (ISBN 978-3778734759)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :