Wolfgang Seidel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le sport automobile image illustrant l’endurance automobile
image illustrant une personnalité image illustrant allemand
Cet article est une ébauche concernant le sport automobile, l’endurance automobile et une personnalité allemande.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Wolfgang Seidel, né le à Dresde (Allemagne) et mort le à Munich[1], est un ancien pilote automobile allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa carrière en sport automobile couvre l'ensemble des années 1950, et s'arrête en 1963 (5e encore des 1 000 kilomètres du Nürburgring en 1962 avec Peter Nöcker).

Il a notamment pris le départ de neuf Grands Prix de championnat du monde entre 1953 et 1962, et a terminé cinquième des 24 Heures du Mans en 1955, sur Porsche, associé à Olivier Gendebien[2] (pour cinq participations consécutives jusqu'en 1959). Il s'est imposé au dernier Circuit d'Orléans en Sport sur Porsche 550, aussi en 1955, et surtout il a gagné la Targa Florio en 1959, avec la Porsche 718 RSK du Porsche KG, en faisant la paire avec son compatriote Edgar Barth.

En 1958, il gagne l'Eifelrennen Nürburgring et à Pferdsfeld, en 1959 à Trier et de nouveau au Pferdsfeld International, puis en 1960 le GP de Spa, entre autres courses notables sur une Ferrari 250 GT.

En endurance encore, il a été 5e des 1 000 kilomètres du Nürburgring en 1953 (sur Veritas Comet RS), 2e des 12 Heures de Reims en 1957 sur Ferrari 250 GT avec Phil Hill, 3e des 12 Heures de Sebring en 1958 avec Harry Schell sur la Porsche 718 RSK , et il s'est imposé aux 6 Heures d'Hockenheim sur une Fiat-Abarth 750 Record Monza en 1960.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Points inscrits Classement
1953 Privé Veritas RS Veritas 6 en ligne Dunlop 1 0 n.c.
1958 Scuderia Centro Sud Maserati 250F Maserati 6 en ligne Pirelli 2 0 n.c.
1960 Privé Cooper T45 Climax 4 en ligne Dunlop 1 0 n.c.
1961 Scuderia Colonia Lotus 18 Climax 4 en ligne Dunlop 3 0 n.c.
1962 Écurie Maasbergen
Autosport Team W Seidel
Emeryson 61
Lotus 24
Climax 4 en ligne
BRM V8
Dunlop 2 0 n.c.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) David Hayhoe et David Holland, Grand Prix data book, Duke Marketing Ltd, , 567 p. (ISBN 0 9529325 0 4)
  2. Dominique Pascal, Dictionnaire des pilotes de formule 1, Éditions Dominique Pascal, , 252 p. (ISBN 978-2-908244-01-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]