Wolfgang Georgsdorf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Wolfgang Georsdorf)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wolfgang Georgsdorf
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (59 ans)
LinzVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Activités
Artiste multimédia, réalisateur, musicien, compositeur, écrivainVoir et modifier les données sur Wikidata

Wolfgang Georgsdorf[1] né à Linz (Autriche) le , est un artiste de média, réalisateur, sculpteur, musicien, auteur et inventeur basé à Berlin[2]. Il vit avec Eva Mattes et ses deux fils.

Biographie[modifier | modifier le code]

Etudes[modifier | modifier le code]

Georgsdorf a étudié de 1977 à 1983 à l'université d'art et de design industriel Linz. Au cours de ces années, il est devenu l'un des membres fondateurs du Stadtwerkstatt[3] et du projet de musique expérimentale Die Post (la poste)[4].

Oeuvres[modifier | modifier le code]

Recherche olfactive[modifier | modifier le code]

Georgsdorf a commencé à explorer l'art olfactif dans les années 1980. L'une de ses premières installations olfactives a été présentée au festival Ars Electronica en 1986. En 1996, il a construit le prototype d'une machine à senteurs, à commande mécanique qu'il a appelée : Smeller 1.0. Lors d' une exposition Werk'Zeuge au OÖ Landesmuseum (musée national de l'haute Autriche)[1], il a présenté Smeller 1.0 qui lui a permit de reproduire certaines senteurs pour le public.

Autres projets[modifier | modifier le code]

De 1983 à 1986, Georgsdorf a participé au projet de Bangkok en tant que membre du groupe Minus Delta t[5]. Il est de plus en plus impliqué dans les médias interactifs depuis les années 1990.

Fasciné par l'esthétique, les expressions faciales et la poésie dans la communication des sourds, Georgsdorf a appris la langue des signes et a publié sept ans après avoir traité le sujet en 2000, MUDRA, le premier dictionnaire numérique bidirectionnel de la langue des signes autrichienne (ÖGS) en neuf dialectes.

Parmi ses autres occupations, dans les projets insensés et Deaf Dance, il aborde le sujet de manière artistique, remet des clips vidéo et en langue des signes, organise des conférences sur la culture et la langue des sourds et organise des spectacles de danse pour les sourds et pour les auditeurs.[6],[7]

En 2005, il a été invité en tant que conférencier à la première conférence mondiale Wikipédia Wikimania et a présenté ses idées sur la langue des signes sur Wikipedia et son concept Hyperfilm visant à intégrer la connaissance du monde analphabète.[8]

Parmi ses diverses interventions politiques et sociales, il a notamment été membre dans le mouvement Opal-so-nicht[9], qu'il a fondé en 2007 en tant que porte-parole, et qui a abouti à un procès fructueux contre Gazprom et BASF dans le parc naturel de Dahme-Heideseen déplacé.[10]

Depuis 2011, Georgsdorf travaille à la réalisation de son projet à long terme Smeller 2, un orgue à senteurs électronique, qui a émis des parfums complexes lors de la grande exposition Sinnesrausch[11] dans le quartier culturel de Haute-Autriche de juin à octobre 2012.

En 2013, Wolfgang Georgsdorf a reçu le prix de l'artiste autrichien du Prix de la culture autrichienne[12] pour l'interdisciplinarité pour Smeller 2.0.

Osmodrama[modifier | modifier le code]

Osmodrama [13] vient du grec "osme" qui signifie odeur et l'ancien grec "dráma" qui veut dire action. Ceci fait référence, d’une part, à la performance de l’art olfactif utilisant la machine Smeller 2.0, d’autre part au festival intitulé Osmodrama - Storytelling with Scents, lancé pour la première fois pendant l'été 2016 à Berlin. Wolfgang Georgsdorf est le créateur, initiateur (réalisateur) et l’artiste responsable du
projet.

Smeller[modifier | modifier le code]

Smeller 2.0 est une machine olfactive à commande électronique développée par Wolfgang Georgsdorf dans le but de la recherche et l’implication des performances olfactives. Avec Smeller 2.0, il est possible de diffuser des odeurs qui ont été déjà mélangées dans une pièce et de les faire disparaitre aussi rapidement qu'elles ont été diffusées. Grâce á une performance qui dure une trentaine de minutes, des séquences d'odeurs et de senteurs se diffusent instantanément dans une salle de spectacle[14],[15].

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1977: "Sub und Ultra"
  • 1979: "Rom" (Rome)
  • 1980: "Unter der Tonne" (sous le tonneau)
  • 1981: "Hängende Männer" (les hommes suspendus)
  • 1981: "In the Dim of Proximity" (Dans la pénombre de la proximité)
  • 1982: "Gärtrommel" (le tambour de la fermentation)
  • 1985: "Simultan Dolmetsch" (Interprète simultané)
  • 1992: "Salzburg Skizzen Tag und Nacht" (Esquisses de Salzburg jour et nuit)
  • 1993: "Zelt an der Donau" (Tente sur le Danube)
  • 1995: "Towards Human Rights"(vers le droit des hommes)
  • 1999: "Ballade Berlin" (Ballade à Berlin)
  • 2008: "Hammer"

Expositions[modifier | modifier le code]

1990: Decharge, Fondation Cartier/ Jouy en Josas.

1990: Fünfte Lade, Gallerie court Cabinet and Smart Gallerie, Vienna.

2003: sinnlos - die Kunst / die Körper / die Fremdkörper, Künstlerhaus Graz (inutile - l'art / le corps / le corps étranger, Künstlerhaus Graz), Graz.

2005: Auf wär men, Gallerie court cabinet, Linz. V.

2006: Balla Balla Bar, Performance, Berlin.

2006: Lesefährten Waldweisen, Brandebourg[16].

2006: Waldxylofon Brandenburg, Brandebourg.

2008/2009: Lichtung, Copyright Projektbüro, Berlin.

Prix et bourses[modifier | modifier le code]

  • 1990: bourse de la Fondation Cartier pour l'art contemporain.
  • 2013: Prix de l'artiste exceptionnel du ministère fédéral autrichien de l'Art et de la Culture pour Smeller 2.0.
  • 2017: Prix de Sadakachi Award, Prix d'art et olfaction pour Osmodrama Berlin 2016 via Smeller 2.0.
  • 2017: Nomination pour le prix Art et Science de Dresde, centre de science et de l'art.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le champ olfactif, une alternative à l'image | Observatoire de l'art contemporain », sur www.observatoire-art-contemporain.com (consulté le 5 mars 2019)
  2. (en) « Wolfgang Georgsdorf », sur Creative City Berlin (consulté le 5 mars 2019)
  3. (de) « Stadtwerkstatt »
  4. (de) « Post, (Die) », sur http://www.sra.at (consulté le 6 mars 2019)
  5. (de) « Minus Delta t », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  6. (de) « Deaf Dance Deaf Slam – vielsagendes Tanzen »
  7. (en) « MUDRA SIGN ANALYZER (MSA) - A Database/ Processing Tool for the Project MUDRA »
  8. (en) « Internal:Speakers/WG1 »
  9. (de) « Opal-so-nicht »
  10. (de) « Gegner der Eugal-Pipeline gibt nicht auf »
  11. (de)Kulturquartier, « Wolfgang Georgsdorf », sur OÖ, Kulturquartier (consulté le 18 juin 2019)
  12. « outstanding artist awards - Kunst und Kultur im Bundeskanzleramt Österreich », sur www.kunstkultur.bka.gv.at (consulté le 18 juin 2019)
  13. (de) « OSMODRAMA : Storytelling with Scents - The Festival 2016 », sur https://www.kickstarter.com/ (consulté le 6 mars 2019)
  14. Partrick Javault, « Un voyage dans l'Osmosphère », Un voyage dans l'Osmosphère, entretien avec Wolfgang Georgsdorf,‎ , http://smeller.net/img/2015/02/smeller_article_josefffine_no9_2015-01.pdf (lire en ligne)
  15. (de) Rabea Weihser, « Smeller 2.0 : Die Wahnsinnlichkeitsmaschine », Die Zeit,‎ (lire en ligne)
  16. Waldxylophon Schwemmkanal Böhmerwald 2006

Liens externes[modifier | modifier le code]