Wohlfahrtia magnifica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Wohlfahrtia magnifica est une espèce de mouches de l'ordre des diptères et de la famille des Sarcophagidae. Elle est connue aussi sous le nom commun de « mouche carnassière » ou « mouche tueuse », car ses larves s'attaquent au bétail et, en particulier, aux moutons[1],[2]. Elle est également appelée « mouche des estives »[3].

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Vue de l'abdomen de Wohlfahrtia magnifica.

W. magnifica est présente dans le sud de l'Europe, en Asie centrale, au Moyen-Orient, Afrique du Nord et Chine[4]. En Europe, elle se rencontre préférentiellement sur les alpages, à partir de 1000m d'altitude[3]. Son aire de distribution est en expansion, probablement à cause du développement de l'élevage ovin[4],[3].

Description[modifier | modifier le code]

Les adultes ont une longueur d'environ 6 à 10 millimètres et leurs larves de stade III ont une longueur de 5 à 7 millimètres.

Wohlfahrtiose[modifier | modifier le code]

Fig. 7. Larve mature de Wohlfahrtia magnifica. Stade III.

Ses larves sont responsables de myiases et d'une parasitose nommée wohlfahrtiose qui affecte principalement les moutons, les chèvres, les vaches, les chevaux et rarement l'homme. Chez les moutons ce sont les parties génitales ou des blessures qui sont particulièrement atteintes[5]. Dans les années 1980, elle a provoqué la mort de milliers de moutons dans les Pyrénées et les Alpes méridionales[3].

Autres espèces[modifier | modifier le code]

À la différence de W. magnifica, les espèces nord-américaines W. vigil et W. opaca, sont incapables de pénétrer au travers de la peau d'adultes[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) (en) West, Anna M., « Myiasis » (consulté le 29 mars 2009)
  2. « Vienne : des troupeaux de moutons victimes d'une mouche carnassière », sur https://france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 13 juin 2018)
  3. a b c et d Claude Wyss et Daniel Cherix, Traité d'entomologie forensique : Les insectes sur la scène de crime, PPUR Presses polytechniques, , 336 p. (ISBN 9782889150281 et 2889150283).
  4. a et b (en) Ruis Martinz, I. Leclercq, M, « Data on distribution of screwworm fly Wohlfahrtia magnifica (Schiner) in Southwestern Europe (Diptera:Sarcophagidae) », Notes fauniques de Gemblous, vol. 28,‎ , p. 53–60 (lire en ligne [PDF], consulté le 30 mars 2009)
  5. (en) Büyükkurt, Mustafa Cemil , MD., « Oral Myiasis in A Child Due to Wohlfahrtia Magnifica », Turkiye Klinikleri J Med Sci, vol. 28,‎ , p. 782–785 (lire en ligne [PDF], consulté le 30 mars 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]