Winibelle II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Cet article a besoin d’être illustré (en discuter). (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Pour améliorer cet article, des médias (images, animations, vidéos, sons) sous licence libre ou du domaine public sont les bienvenus.
Si vous êtes l’auteur d’un média que vous souhaitez partager, importez-le. Si vous n’êtes pas l’auteur, vous pouvez néanmoins faire une demande de libération d’image à son auteur.

Winibelle II
Gréement cotre aurique
Histoire
Architecte William Atkins
Chantier naval La Liane, Boulogne-sur-Mer
Lancement 1932
Caractéristiques techniques
Longueur 13,60 m
Longueur de coque 10,98 m
Maître-bau 3,05 m
Tirant d'eau 1,68 m
Déplacement 11 tonnes
Voilure 62 m² (4 voiles)
Propulsion MWM (33 ch)
Carrière
Armateur Association Winibelle II
Port d'attache Granville Drapeau de la France France
Protection Logo monument historique Classé MH (1984)

Le Winibelle II est un cotre norvégien à voiles auriques construit en 1932 sur le chantier de la Liane à Boulogne-sur-Mer, sur les plans de l'architecte naval William Atkins.

Il est le premier voilier classé au titre des monuments historiques, par décret du 5 septembre 1984[1]. Son immatriculation est 187420 (quartier maritime de Cherbourg).

Il est labellisé BIP (Bateau d'intérêt patrimonial) par la Fondation du patrimoine maritime et fluvial[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Winibelle II fut acheté, dès 1933, par Marin-Marie[3], qui fut nommé peintre officiel de la Marine française en 1934.

Il fit la traversée en solitaire de l'Atlantique Nord de l'est à l'ouest cette même année, battant le record de vitesse d'Alain Gerbault acquis 10 ans auparavant. Avec un pilotage automatique qu'il avait mis au point, il put naviguer sans tenir la barre pendant 23 jours sur les 65 de son séjour en mer.

Ce voilier connut de multiples propriétaires et de nombreuses modifications.

En 1995, il est racheté par le petit-fils de Marin-Marie. Il a subi, en 2000-2001 une restauration au chantier naval Bernard[4] à Saint-Vaast-la-Hougue pour reprendre ses lignes premières.

En 1997, aux îles Chausey, se crée l'Association Winibelle II pour la promotion, la sauvegarde et l'entretien du bateau. Il participe toujours à de nombreuses régates et navigue fréquemment dans les eaux de Granville et des îles Chausey.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Bateau de croisière (cotre norvégien), dit Winibelle II », base Palissy, ministère français de la Culture
  2. Fondation du patrimoine maritime et fluvial
  3. Marin-Marie sur le site La Rose des Vents
  4. Chantier naval Bernard

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]