Wincenty Witos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wincenty Witos
Witos 1920.jpg
Fonction
Membre de la diète de Galicie et Lodomérie (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
CracovieVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieux de travail
Activités
Autres informations
Parti politique
Polish People's Party "Piast" (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Wincenty Witos (vinˈt͡sɛntɨ ˈvitɔs), né le à Wierzchosławice à côté de Tarnów (Galicie, Autriche-Hongrie), décédé le à Cracovie (Pologne) est un homme politique polonais.

Il a été à la fin du XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle l'un des principaux leaders du mouvement paysan en Pologne, un des fondateurs du parti paysan polonais (PSL) en 1895 et chef d'une de ses factions (PSL/Piast) à partir de 1913.

Il a siégé à la Diète de Galicie de 1908 à 1914 et été député au Parlement autrichien (Reichsrat) de 1911 à 1918. Il a dirigé en 1918-1919 la Commission polonaise de liquidation (pl), autorité intérimaire polonaise sur les territoires faisant partie jusqu'en octobre 1918 de l'Empire d'Autriche

Sous la Deuxième République de Pologne, il était le chef du parti paysan polonais (PSL) et a été à plusieurs reprises membre de la diète à partir de 1919 et membre du gouvernement, président du conseil des ministres à trois reprises : 1920-1921, 1923 et 1926.

En mai 1926 son troisième gouvernement fut renversé par le coup d'État (pl) de Józef Piłsudski. Witos devint un des chefs de l'opposition au pouvoir du gouvernement de la Sanacja dans le cadre de la coalition Centrolew (1929–1930) puis du nouveau Stronnictwo Ludowe.

Après avoir été arrêté et emprisonné, puis en exil en Tchécoslovaquie à partir de 1933, il est revenu en Pologne en 1939 après l’annexion de la Bohême-Moravie.

Au début de l'Occupation, les autorités allemandes, qui projetaient la création d'un gouvernement polonais fantoche, s'efforcèrent de gagner sa collaboration. Son refus catégorique entraîna son arrestation : il fut emprisonné près de Berlin, puis assigné à résidence dans le Gouvernement général.

À la Libération, en mauvaise condition physique, il devient vice-président du Conseil national polonais KRN (Krajowa Rada Narodowa (pl)) en titre, avant de mourir en octobre 1945.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :