Wimmenau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Wimmenau
Wimmenau
L'église protestante.
Blason de Wimmenau
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Saverne
Intercommunalité Communauté de communes de Hanau-La Petite Pierre
Maire
Mandat
Gilbert Sand
2020-2026
Code postal 67290
Code commune 67535
Démographie
Gentilé Wimmenauviens
Population
municipale
1 059 hab. (2018 en diminution de 6,45 % par rapport à 2013)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 54′ 47″ nord, 7° 25′ 26″ est
Altitude Min. 197 m
Max. 413 m
Superficie 20,76 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Ingwiller
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Wimmenau
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Wimmenau
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wimmenau
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wimmenau
Liens
Site web http://www.wimmenau.fr/

Wimmenau est une commune française située dans la circonscription administrative du Bas-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est. Elle est irriguée par la Moder, affluent du Rhin.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace. Elle fait partie du parc naturel régional des Vosges du Nord et de l'Alsace bossue.

Son église protestante Saint-André possède un clocher-tour du XIIIe siècle, qui aurait été doté d'une voûte d'ogives au XVe siècle. Une nouvelle nef y a été construite en 1681, et agrandie en 1878.

La plus belle maison du village, et l’une des plus remarquables de la région est la « maison Scherer », maison suisse construite en 1669 par des Bernois qui repeuplèrent le village après la guerre de Trente Ans et restaurée en 1718. Cette maison a la particularité d'être divisée en deux propriétés, mais dans le sens de la longueur. On peut visiter, dans les dépendances, un moulin à huile restauré du XVIIIe siècle.

Le moulin à traction animale est un des rares moulins à sang conservés en France. Les meules jumelées verticales en grès qui pivotent sur un lit circulaire sont un dispositif propre aux moulins à huile. Le moteur était actionné par un attelage de bœufs entraînant un manège à engrenages de bois. Son utilisation a cessé en 1948[2].

La divise empirique des wimmenauviens reconnue largement outre l’arrondissement, étant « in Wimmenau esch de Himel Blau ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte avec les communes environnantes

La commune est baignée par la Moder.

Un des points géodésiques du réseau géodésique français se trouve dans le cimetière de la commune[1].

Autres localités importantes des environs : Bitche, Bouxwiller et la Petite-Pierre.

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Wimmenau est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (80,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (88,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (80,3 %), terres arables (7,8 %), prairies (7,1 %), zones urbanisées (4,9 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Wimmenau appartint au Moyen Âge (XIIIe et XIVe siècles) aux seigneurs d’Ettendorf (à 16,5 km de là à vol d'oiseau).

Immigration de colons suisses dès 1655, après la guerre de Trente Ans.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Présentation du blason
Blason de Wimmenau

Les armes de Wimmenau se blasonnent ainsi :
« Parti : au premier d'or au sautoir de sable, au second d'or à l'aigle de gueules, becquée et membrée d'azur. »[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mai 2020 Marc Ruch[10]    
mai 2020 En cours Gilbert Sand [11]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13].

En 2018, la commune comptait 1 059 habitants[Note 2], en diminution de 6,45 % par rapport à 2013 (Bas-Rhin : +2,17 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
292302350445433500524568590
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
562576537567550573593588681
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
691700739680671673689730757
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
8268608649001 0121 0501 1201 1301 140
2013 2018 - - - - - - -
1 1321 059-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Philippe Richert, Wimmenauvien, sénateur UDF-UMP du Bas-Rhin, ancien secrétaire du Sénat, ancien vice-président du Sénat, questeur du Sénat, président du conseil général du Bas-Rhin de 1998 à 2008, président du conseil régional d'Alsace de à et ministre chargé des Collectivités territoriales de à mai 2012 dans le troisième gouvernement Fillon.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir [1] et faire un zoom sur la zone concernée.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 20 mai 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 20 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le 24 mai 2009).
  10. [PDF] Liste des maires au 1er avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin. « Copie archivée » (version du 8 novembre 2013 sur l'Internet Archive).
  11. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.