Willy de Spens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Willy de Spens d'Estignols
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
Nom de naissance
Willy Louis Marie de Spens d'EstignolsVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Willy de Spens d'Estignols (17 février 1911, Bordeaux25 mars 1989, Estignols-par-Aurice) est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Willy Louis Marie de Spens d'Estignols est le fils aîné de Paul de Spens d'Estignols et de Marie-Louise Pairier-Wolodkowicz, il est le 14e baron d'Estignols. Il est le descendant d'une famille féodale écossaise venue en France en 1450 avec un capitaine des 24 archers des gardes du corps écossais.

Willy de Spens d'Estignols est l'un des créateurs du mouvement littéraire « les Hussards » où s'illustrèrent notamment ses amis Roger Nimier, Antoine Blondin, Kléber Haedens, Jacques Laurent (qui a écrit aussi sous le pseudonyme de Cécil Saint-Laurent), Jacques Chardonne, Paul Morand, Marcel Jouhandeau, Jean Giono, Henry de Montherlant, André Fraigneau et Robert Poulet. Ses principaux ouvrages sont ses mémoires (Printemps gris, Derniers étés, Le Hussard malgré lui, La Loi des vainqueurs) et Grain de beauté qui obtient le prix des Deux Magots en 1957. Il signe aussi de nombreux ouvrages sous les pseudonymes : « Philippe Massart », « Ludovic Prebois » et écrit en tant que « nègre » des livres signés par Aimable et Joffo.

Mariages[modifier | modifier le code]

Il s'est marié trois fois : la première le 22 octobre 1943 à Marseille avec Monique Senez, née le 20 février 1924 à Marseille, fille de Bernard Senez et de Marie Guigou, mariage dissous le 2 juin 1949 par jugement du tribunal civil de la Seine ; la deuxième le 5 septembre 1953 dans le 14e arrondissement de Paris avec Josette Henouil, née le 22 octobre 1923, fille de Jean-Baptiste Henouil, industriel, et d'Odette Royer, mariage dissous le 26 mars 1954 par jugement du tribunal civil de la Seine ; la troisième le 4 novembre 1958 dans le 14e arrondissement de Paris avec Odile Guilhot, née le 10 décembre 1913 à Agen et décédée à Saint-Sever le 8 juillet 2000, fille de Émile Guilhot, banquier, et de Marie Lannelongue, veuve de Jean Duplantier. Il est sans postérité de ses trois mariages.

Il est enterré à la chapelle Notre-Dame de Lagastet à Aurice.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]