Willy Rozenbaum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Willy Rozenbaum
Image dans Infobox.
Willy Rozenbaum au cours d’un débat en 2015.
Biographie
Naissance
(76 ans)
Łódź
Nationalité
Activité
Autres informations
Domaine

Willy Rozenbaum né le à Łódź[1],[2], en Pologne, est un médecin français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de Willy Rozenbaum est un Juif polonais survivant du Goulag[1].

Au début des années 1980, Willy Rozenbaum est assistant-chef de clinique au service des maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital de La Pitié Salpêtrière, service du Professeur Marc Gentilini à Paris. Par ailleurs, il a des sympathies trotskistes[3].

En juin 1981, à travers un numéro d'une revue épidémiologique américaine, il prend connaissance de cinq cas de malades homosexuels (problèmes respiratoires, perte de poids) observés dans des hôpitaux de Californie. Au même moment, il examine en consultation un homme de 38 ans qui présente des symptômes identiques. Willy Rozenbaum fait le rapprochement, ce qui va permettre la découverte du virus du sida en France[3].

Codécouvreur du virus VIH[4],[5] avec Jean-Claude Chermann et Francoise Barre Sinoussi du Service de Luc Montagnier), Willy Rozenbaum est nommé le président du conseil national du sida[6] et exerce dans le service des maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Louis à Paris.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Sida, P.O.L., 1984
    Coécrit avec Didier Seux et Annie Kouchner.
  • Sida et infection par VIH, Flammarion Médecine, 1994
    Coécrit avec Luc Montagnier et Jean-Claude Gluckman.
  • La vie est une maladie sexuellement transmissible constamment mortelle, Stock, 1998 [réédité en 1999 par Le Livre de poche]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Luc Le Vaillant, « Willy Rozenbaum, 53 ans, médecin et chercheur, spécialiste du sida, puise sa vitalité dans sa lutte incessante contre la mort », Libération,‎ (lire en ligne).
  2. Jacques Lafitte, Stephen Taylor,« Qui est qui en France »,1997.
  3. a et b F. Martel, Le rose et le noir : les homosexuels en France depuis 1968, Editions du Seuil, , p. 214..
  4. Sophie Coisne, « Françoise Barré-Sinoussi “Nous avons pu dépister et traiter le sida ” », La Recherche, 1er mai 2010 n° 441 p. 70.
  5. « La découverte du virus : ce qu'en disait Montagnier », La Recherche, 6 octobre 2008.
  6. « Avis de nomination », sur sante.gouv.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]