Willibald d'Eichstätt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Willibald d'Eichstatt)
Aller à : navigation, rechercher
Willibald
Willibald-Eichstaett.jpg

Statue de saint Willibald dans la cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption d'Eichstätt.

Fonction
Évêque
Eichstätt
-
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
WessexVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activités
Fratrie
Autres informations
Ordre religieux
Étape de canonisation

Willibald, parfois francisé en Guillebaud, est un moine anglo-saxon né vers 700 et mort vers 787. Premier évêque d'Eichstätt, en Bavière, il est considéré comme saint et fêté le 7 juillet.

Biographie[modifier | modifier le code]

Natif du Wessex, en Angleterre, Willibald est le frère de Winnebald et de Walburge. À l'âge de cinq ans, il est placé comme novice à l'abbaye de Waltham, dans le Hampshire, où il apprend la théologie et le latin. En 720, il se rend en pèlerinage à Rome avec son père (appelé « Richard » dans la tradition hagiographique du XIIe siècle), qui meurt à Lucques, et son frère Winnebald[1].

Laissant son frère, malade, à Rome, Willibald poursuit son pèlerinage jusqu'en Terre sainte et arrive à Jérusalem durant l'été 724. Il passe les années qui suivent à arpenter la région avant de rentrer en Italie via Constantinople. L'histoire de ce pèlerinage, recueillie vers la fin de sa vie par la nonne Hygeburg, est le premier récit de voyage écrit par un Anglais. Quoi qu'il soit peu disert sur le caractère des gens, les conditions de vie ou l'état des villes par lesquelles il est passé, Willibald livre de précieux renseignements sur les itinéraires des pèlerins ou l'état des lieux saints à son époque[1]. Chronologiquement, son récit s'inscrit entre ceux d'Arculfe (vers 680) et de Bernard le Sage (vers 870).

Après Constantinople, où il s'attarde deux années, Willibald se fixe en 729 à l'abbaye du Mont-Cassin où il assure les charges de sacristain et de doyen sous l'autorité de l'abbé Petronax. Après une visite à Rome en 739, le pape Grégoire III l'envoie en Allemagne pour aider son parent Boniface et son frère Winnebald dans leur travail missionnaire[1].

Ordonné prêtre par Boniface à son arrivée en Bavière, en 740, Willibald poursuit sa route jusqu'en Thuringe, où il retrouve son frère. Boniface semble avoir voulu lui confier la charge d'évêque d'Erfurt, mais Willibald retourne en Bavière pour y fonder l'abbaye d'Eichstätt sur des terres données à l'Église par Suidgar, un propriétaire terrien local. Quelques années plus tard, il aide son frère Willibald à fonder l'abbaye de Heidenheim, également en Bavère. Ces deux monastères sont régis suivant la règle de saint Benoît que Willibald a découvert durant son séjour au Mont-Cassin[1].

Culte[modifier | modifier le code]

Willibald meurt à Eichstätt, probablement en 787. Il est fêté le 7 juillet, jour anniversaire de sa mort. Il est considéré comme le premier évêque d'Eichstätt, et ses reliques sont conservées à la cathédrale d'Eichstätt.

Il est choisi comme patron des fabricants de treillages.[réf. nécessaire]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Larrington 2004.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]