William Woodville Rockhill

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
William Woodville Rockhill
William Woodville Rockhill.jpg

William Woodville Rockhill

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
HonoluluVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

William Woodville Rockhill , ( - 8 décembre 1914)est un homme politique et diplomate américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né à Philadelphie en Pennsylvanie en 1854, et était le fils de Thomas Cadwalader Rockhill (1820-1849) et Dorothea Anne Woodville (1823-1913)[1]. Il fit ses études en France, à Paris où il fréquenta les cours de Philippe-Édouard Foucaux sur le bouddhisme tibétain[2] et à Saint-Cyr, avant de s'engager dans l'armée française en Extrême-Orient. Rockhill fut attaché d'ambassade de 1884 à 1887 auprès des Qing et de leurs vassaux Coréens les Joseon[3]. En 1884, Rockhill traduisit et publia en français La vie de Bouddha[3]. Il rencontra Sarat Chandra Das à Pékin en 1885[2]. Il visita également la Mongolie et le Tibet en janvier 1888-août 1889 et une autre en 1892, sans pouvoir atteindre Lhassa[2]. Il rendit compte de son expédition à la Smithsonian Institution. En 1908, quand le 13e dalaï-lama se trouvait au Wou-T'ai-Chan dans la province du Shanxi, il s'y rendit pour le rencontrer[4] et reçu de sa part une xylographie du Sūtra du Diamant comportant un colophon de sa main et une thangka représentant Tsongkhapa[5]. Il le rencontra plusieurs autres fois à Pékin où il eut un autre entretien avec lui. Il écrivit un portrait de lui particulièrement précis[6].

Rockhill fut Troisième Secrétaire d'État assistant des États-Unis de 1894 à 1896 puis Secrétaire d'État assistant des États-Unis de 1896 à 1897[7],[8]. De 1898 à 1899 il fut Ministre plénipotentiaire des États-Unis en Grèce, en Roumanie, ainsi qu'en Serbie[9],[10],[11]. Il fit d'Athènes sa résidence principale durant cette période.

Lorsque la Révolte des Boxers éclata en 1900, Rockhill était envoyé spécial à Pékin. Il fut ensuite de 1905 à 1909 ministre plénipotentiaire auprès des Qing[12]. Il fit collection de quelques rares pièces d'art chinois aujourd'hui conservées à la Bibliothèque du Congrès[3]. Il fut ambassadeur en Russie de 1909 à 1911[13], puis dans l'Empire ottoman de 1911 à 1913[14].

Rockhill mourut à Honolulu en 1914. Il est enterré au cimetière de Litchfield dans le Connecticut[15].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Prâtimoksha sutra; ou, Le traité d'émancipation selon la version tibétaine: avec notes et extraits du Dulva (Vinaya), traduit en français par l'auteur, Éditeur E. Leroux, 1884
  • The journey of William of Rubruck to the eastern parts of the world, 1253-55: as narrated by himself with two accounts of the earlier journey of John of Pian de Carpine, au sujet de Willem Van Ruysbroeck, Éditeur Asian Educational Services, 1998, ISBN 81-206-1338-4, 9788120613386
  • The life of the Buddha: and the early history of his order, avec Ernst Leumann et Nanjo Bunyu, Éditeur Trübner & co., 1884
  • The life of the Buddha and the early history of his order, derived from Tibetan works in the Bkah-hgyur and Bstanhgyur: followed by notices on the early history of Tibet and Khoten, Ernst Leumann, Bunyiu Nanjio, Éditeur Orientalia Indica, 1972
  • China's Intercourse with Korea from the Xvth Century To 1895, Éditeur BiblioBazaar, LLC, 2009 ISBN 1-110-08528-1, 9781110085286
  • Journey to Lhasa and Central Tibet, avec Sarat Chandra Das, Royal Geographical Society (Great Britain), Éditeur E.P. Dutton, 1902
  • The Land of the Lamas: Notes of a Journey Through China, Mongolia and Tibet, Éditeur Kessinger Publishing, 2004, ISBN 1-4179-4843-4, 9781417948437
  • Notes on the ethnology of Tibet: based on the collections in the U.S. National Museum, Smithsonian Institution, Éditeur Government Printing Office, 1895
  • Diplomatic Audiences at the Court of China, Éditeur BiblioBazaar, LLC, 2009, ISBN 1-113-12623-X, 9781113126238
  • Udânavarga: a collection of verses from the Buddhist canon avec Dharmatrāta, Prajñāvarman, Vidyāprabhākara, Vasubandhu, Éditeur Trübner & co., 1883

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://wc.rootsweb.ancestry.com/cgi-bin/igm.cgi?op=REG&db=waynehb&id=I3719
  2. a, b et c Florence et Hélène Béquignon, introduction de Sarat Chandra Das, William Woodville Rockhill, Voyage à Lhassa et au Tibet central, traduction Florence et Hélène Béquignon, Olizane, 1994, ISBN 2-88086-147-0, p. 13
  3. a, b et c Crystal Reference Encyclopedia
  4. Fabienne Jagou, Le 9e Panchen Lama (1883-1937) : enjeu des relations sino-tibétaines, Paris : EFEO, 2004, (ISBN 9782855396323), p. 50
  5. (en) Susan Meinheit, Library of Congress, Gifts at Wutai Shan: Rockhill and the Thirteenth Dalai Lama, JIATS, no. 6 (December 2011), THL #T5717, pp. 411
  6. Roland Barraux, Histoire des Dalaï-Lamas. Quatorze reflets sur le Lac des Visions, Albin Michel, 1993; réédité en 2002, Albin Michel (ISBN 2226133178), p. 277-278 : « C'est un homme d'un indubitable intelligence et habileté, d'une compréhension rapide et d'une grande force de caractère. Il a les visions larges, probablement en raison de ses expériences diverses au cours des dernières années. Il est d'une grande dignité naturelle. Il semble profondément impressionné par les lourdes responsabilités de sa charge de chef suprême de sa religion, et plus encore peut-être que par celles de ses devoirs temporels. Il réagit rapidement et impulsivement mais de bonne humeur et aimablement. A tout moment, je l'ai trouvé l'hôte le plus attentionné, d'une conversation agréable et d'une parfaite courtoisie. Il parle vite et sans hésitation, mais d'une voix très basse. [...] Il est de taille plutôt courte et de stature mince. Son teint est un peu plus sombre que celui des Chinois et d'un brun rougeâtre. Son visage, qui n'est pas véritablement large, est piqueté des marques de la variole mais profondément : il s'éclaire de la façon la plus agréable quand il sourit et montre ses dents, saines et blanches. Au repos, sa figure est impassible et prend un air plutôt hautain et rébarbatif. Son nez est étroit et légèrement aquilin, ses oreilles larges : ses yeux sont brun sombre et plutôt effilés avec une obliquité prononcée ; ses sourcils lourds montent loin vers les tempes lui donnant une expression narquoise et un style mondain qui est encore accentué par sa moustache et la petite mouche sous sa lèvre inférieur. Ses mains sont étroites et bien modelées ; sur son poignet droit, il porte habituellement un rosaire aux perles de bois de santal rouge cloutées d'argent. Quand il marche, il se déplace lentement, avec un légère flexion due sans doute aux longues séances en position de jambes croisées sur des coussins. Son vêtement usuel est la robe rouge sombre portée par les lamas avec un gilet de brocart d'or et un châle carré de même tissu, couvrant ses épaules et tombant par-devant jusqu'à la ceinture. »
  7. U.S. Department of State - Third Assistant Secretary of State.
  8. U.S. Department of State - Assistant Secretary of State.
  9. U.S. Department of State - Chiefs of Mission by Country: Greece
  10. U.S. Department of State - Chiefs of Mission by Country: Yugoslavia
  11. U.S. Department of State - Chiefs of Mission by Country: Romania
  12. U.S. Department of State - Chiefs of Mission by Country: China
  13. U.S. Department of State - Chiefs of Mission by Country: Russia
  14. U.S. Department of State - Chiefs of Mission by Country: Turkey
  15. The Political Graveyard

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :