William Woods Averell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

William Woods Averell
William Woods Averell

Naissance
Cameron, État de New York
Décès (à 67 ans)
Bath, État de New York
Allégeance Flag of the United States (1861-1863).svg Union
Grade Union Army major general rank insignia.svg Major général
Conflits Guerres indiennes
Guerre de Sécession

William Woods Averell (né le à Cameron, État de New York, et décédé le à Bath, État de New York) est un major général de l'Union. Il est enterré à Bath, État de New York[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant la guerre[modifier | modifier le code]

William Woods Averell est diplômé de l'académie militaire de West Point en 1855[2],[note 1]. Il est alors breveté second lieutenant dans le Mounted Rifle le . Il est promu second lieutenant le . Il participe aux guerres indiennes le long de la frontière de l'Ouest[1]. En 1859, il est sévèrement blessé lors d'un combat contre les Navajos.

Guerre de Sécession[modifier | modifier le code]

Au début du conflit, William Woods Averell est promu premier lieutenant le [2]. Le , il est affecté au 3rd U.S. cavalry. Il participe à la première bataille de Bull Run en tant qu'officier d'état-major[3]. Il est nommé colonel du 3rd Pennsylvania cavalry le qu'il commande lors de la campagne de la Péninsule. Il est promu capitaine le . Il commande alors une brigade de cavalerie lors de la campagne d'Antietam[3]. Il est nommé brigadier général des volontaires le . Il participe à la première bataille de Fredericksburg[3]. Il commande une division dans le corps de cavalerie nouvellement créé dans l'armée du Potomac. Il remporte la première victoire de cavalerie de l'Union sur les cavaliers du général J.E.B Stuart lors de la bataille de Kelly's Ford[3]. Il avait choisi le gué de Kelly's Ford en raison de sa connaissance de la géographie et qu'il offrait le chemin le plus court vers le camp ennemi[4]. Il est breveté major le pour bravoure et service méritant à la bataille de Kelly's Ford. Après avoir participé au raid sur Richmond du général Stoneman, il participe à la bataille de Chancellorsville. Mais, le général Hooker, jugeant sa performance sans ardeur, le relève de son commandement. Il participe alors à plusieurs raids en Virginie de l'ouest à la tête d'une brigade de cavalerie dont celui sur Lewisburg[3]. Il est breveté lieutenant colonel le pour les mêmes motifs lors de l'action à Droop Mountain. Le , il dirige un raid contre la base de ravitaillement du général Longstreet sur la Virginia and Tennessee Railroad.

Il commande alors la 2nd cavalry division et est de nouveau blessé près de Wytheville[1].

Il est breveté colonel le pour bravoure et service méritant lors de l'expédition de Salem. De nouveau à la tête d'une division, il participe à la campagne de la vallée de la Shenandoah du général Sheridan. Il participe aux batailles de Cove Mountain et d'Opequon.

Le , Averell reçoit l'ordre du général Hunter de partir protéger le chemin de fer de Baltimore et de l'Ohio présumé être l'objet d'un raid des forces d'Early. Alors qu'il approche de Winchester, il est pris en embuscade lors de la bataille de Rutherford's Farm par les forces confédérées du général Ramseur. Après avoir été surpris, il réussit à repousser les forces confédérées mais ne les poursuit pas.

Après avoir combattu à la troisième bataille de Winchester, son manque d'agressivité dans la poursuite des confédérés après la bataille de Fisher's Hill lui vaut d'être de nouveau démis de ses fonctions[3]. Le , il est breveté brigadier général pour bravoure sur le champ de bataille lors de la guerre et major général pour bravoure et service constant lors de la bataille de Moorefield[2].

Après la guerre[modifier | modifier le code]

William Woods Averell quitte le service actifs des volontaires le et l'armée régulière le [2]. Il est nommé consul général des États-Unis dans les provinces anglaises d'Amérique du Nord entre 1866 et 1869[1].

Il devient président d'une compagnie manufacturière et inventeur. En juin 1865, il fonde la Averell Coal and Oil Company [5]. Il s’intéresse à l'asphalte après avoir vu des expérimentations dans les rues de New York et Newark. En 1870, il devient président de la Grahamite Asphalt Pavement Company qui devient la Grahamite and Trinidad Asphalt Company en 1873 à la suite d'un différend avec son partenaire. Un an plus, l'entreprise est réorganisée et est nommée New York and Trinidad Asphalt Company[5]. Il invente le revêtement d'asphalte américain et dépose plusieurs brevets pour des conduits isolants pour câbles et conducteurs[1]. Son entreprise refait la cinquième avenue à New York et la Pennsylvania Avenue à Washington D.C.. En 1876, elle refait la partie comprise ente la 6th Street et la 15th Street près de la Maison-Blanche[5]. Les différends qu'il a eu avec ses partenaires financiers aboutissent à plusieurs procès pour obtenir des redevances et pour violation de droits. Après plusieurs années, William W. Averell remporte ses procès et gagne 700 000 dollars au titre des préjuduces[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il est de la même promotion que les futurs généraux Cyrus Ballou Comstock, David McMurtrie Gregg, William Babcock Hazen, Alfred Thomas Archimedes Torbert, John Wesley Turner, Alexander Stewart Webb, Godfrey Weitzel et Francis Redding Tillou Nicholls, Francis Shoup. Les sept premiers dans les rangs de l'Union et les deux derniers dans ceux des confédérés

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en) « William Woods Averell », sur Find a Grave
  2. a b c et d (en) Francis B. Heitman, Historical Register and Dictionary of the United States Army, from it's Organization, September 29, 1789, to March 2, 1903, Washington, Government Printed Office, (lire en ligne).
  3. a b c d e et f (en) Spencer C. Tucker, American Civil War: The Definitive Encyclopedia and Document Collection [6 volumes]: The Definitive Encyclopedia and Document Collection, ABC-CLIO, , 2777 p. (ISBN 978-1-85109-682-4)
  4. (en) Jerry H. Maxwell, The Perfect Lion: The Life and Death of Confederate Artillerist John Pelham, University of Alabama Press, , 419 p. (ISBN 9780817317355)
  5. a b c et d (en) William Woods Averell, page consacrée au général sur civilwarprofiles.com (consulté le 1 novembre 2014).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William Woods Averell, Edward K. Eckert, Nicholas J. Amato, Ten years in the saddle: the memoir of William Woods Averell, Presidio Press, 443 p. (ISBN 978-0-89141-024-9).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Vidéo[modifier | modifier le code]

  • documentaire : Averell's Raiders and the 35th Star, de Jon Averill et Michael Ivey

Liens externes[modifier | modifier le code]