William Sturges Bourne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
William Sturges Bourne
Fonctions
Membre du 4e Parlement du Royaume-Uni (d)
Membre du Conseil privé du Royaume-Uni
Biographie
Naissance
Décès
Nationalités
Britannique, royaume de Grande-Bretagne (jusqu'au )Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activité
Autres informations
Parti politique
Parti Tory (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Royal Society
5e Parlement du Royaume-Uni (d)
8e Parlement du Royaume-Uni (d)
4e Parlement du Royaume-Uni (d)
2e Parlement du Royaume-Uni (d)
3e Parlement du Royaume-Uni (d)
9e Parlement du Royaume-Uni (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

William Sturges-Bourne PC connu sous le nom de William Sturges jusqu'en 1803 ( - ) était un homme politique conservateur britannique. Il fut brièvement ministre de l'Intérieur sous George Canning en 1827.

Education[modifier | modifier le code]

Né William Sturges, il était le fils unique du révérend John Sturges et de son épouse Judith Bourne. Il a fait ses études au Winchester College et à Christ Church, à Oxford, et a été admis au barreau du Lincoln's Inn en 1793. En 1803, il hérita des biens de son oncle Francis Bourne, l'amenant à ajouter le nom de famille Bourne au sien.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

À Oxford, il se lie d'amitié avec George Canning, qui l'a aidé à se faire élire au Parlement pour Hastings en 1798. Dans le second gouvernement de Pitt, Sturges Bourne devint secrétaire au Trésor et, après une période à l'écart, pendant le ministère de Tous les talents, il devint Lord du trésor de 1807 à 1809, quittant le gouvernement avec son allié et le Parlement, après les élections générales de 1812. Mais grâce à l'influence de Canning, il est devenu conseiller privé en 1814 et est revenu au Parlement pour Bandon Bridge en 1815. En 1814, il devint commissaire du conseil de contrôle et y resta jusqu'en 1822. Il a également servi de 1818 à 1819 en tant que président d'un comité pour la réforme de la législation sur les pauvres, qui a été mis en œuvre avec succès sous le nom d'actes de Sturges Bourne.

Bien qu'il ait pris sa retraite du gouvernement en 1822 en raison d'un important héritage, il est revenu au gouvernement en tant que ministre de l'Intérieur lorsque Canning est devenu premier ministre en avril 1827. Il n’a servi que brièvement à ce poste, devenant à la place le premier commissaire des bois et des Forêts lorsque le grand représentant des Whig, Lord Lansdowne a rejoint le ministère quelques mois plus tard en tant que ministre de l’Intérieur. Le successeur de Canning, Lord Goderich, lui proposa à plusieurs reprises d'assumer le poste de chancelier de l'Échiquier, mais il refusa, conduisant le secrétaire des Colonies William Huskisson à l'accuser de saboter le ministère. Sturges Bourne prit sa retraite du gouvernement avec l'accession de Wellington au poste de premier ministre en février 1828. Sturges Bourne était favorable à l'émancipation des catholiques, mais s'était opposé au projet de loi sur la réforme Whig et avait pris sa retraite du Parlement en 1831. Au cours de sa carrière ultérieure, il a été membre de la Commission royale d'enquête sur les lois relatives aux pauvres.

Il fut élu membre de la Royal Society en avril 1826 [1].

Famille[modifier | modifier le code]

Sturges Bourne a épousé Anne, troisième fille d'Oldfield Bowles, en 1808. Il mourut à Testwood House, New Forest, Hampshire, en février 1845, à l'âge de 75 ans.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Library and Archive Catalogue », Royal Society (consulté le 22 octobre 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]