William Cliff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
William Cliff
Description de cette image, également commentée ci-après

William Cliff au Salon du livre de Paris en mars 2010

Nom de naissance André Imberechts
Naissance (74 ans)
Gembloux
Activité principale
poète
Distinctions
Prix Goncourt de la poésie, Prix Maurice Carême, Prix Roger-Kowalski, Grand prix de poésie de l'Académie française
Auteur
Langue d’écriture français

William Cliff (de son vrai nom André Imberechts) est un poète belge de langue française, né le à Gembloux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Quatrième d'une fratrie de neuf enfants, William Cliff fait des études de lettres et de philosophie. C'est de cette époque que date sa passion pour le poète catalan Gabriel Ferrater, qu'il rencontrera, traduira en français, et qu'il reconnaîtra comme son influence majeure.

Ses poèmes ont la chance d'être remarqués rapidement par Raymond Queneau, et il sera systématiquement édité par Gallimard jusqu'en 1986. Il a rendu hommage à son compatriote Conrad Detrez en 1990.

Il participe en 1984 à l'écriture de l'album Silicone Lady, Motel Suicide de la chanteuse excentrique franco-japonaise Megumi Satsu en livrant deux titres : Tout est amour et Clocharde (Polydor 1984)

Pour le reste il demeure à Bruxelles, dans un logement de poète sous les toits, d'où il s'échappe fréquemment pour voyager, d'abord en Europe, puis jusqu'en Asie et en Amérique. Ces voyages, qui feront la matière des recueils America et En Orient, donneront un nouveau souffle à son œuvre. Jusqu'alors les poèmes n'étaient qu'évocations et réévocations de rencontre en « lieux de drague homosexuels ». Entrent le tiers-monde, l'océan... Cliff s'interroge sur l'autre, sa présence.

Le style de William Cliff détonne (dérange sans doute) dans la poésie francophone de son temps. On le retrouve chez Queneau, donc, ou dans les poèmes de Georges Perros. Ou chez Jean Genet ou Charles Péguy. Parmi les auteurs qui suivront, seuls les vers de Michel Houellebecq y font penser. Quoique la démarche soit bien différente : si Houellebecq écrit désabusément comme un « poète du dimanche » que saisit parfois le besoin d'exprimer sa place dans le monde, Cliff se range aux côtés de ses grands anciens du Moyen Âge (il cite comme modèles Marguerite de Navarre, Charles d'Orléans, mais son existence est plutôt celle d'un François Villon).[interprétation personnelle]

Longtemps attaché à son vers régulier (notamment le vers de 14 syllabes, sa « marque de fabrique », et le décasyllabe), souvent aux formes fixes traditionnelles (dizain, ballade et sonnet), William Cliff publie depuis peu des romans.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie
Prose
  • Le Pain austral, Éditions Tétras Lyre, 1990
  • La Sainte Famille, La Table Ronde, 2001
  • Le Passager, Le Rocher, coll. Anatolia, 2003
  • La Dodge, Le Rocher, coll. Anatolia, 2004
  • L'Adolescent, Le Rocher, coll. Anatolia, 2005ISBN 2268056589
  • U.S.A. 1976, La Table Ronde, 2010ISBN 9782710331544
Théâtre
  • Les Damnés, coll. Les Cahiers du Poème 2, Poème 2, 2010
  • Les Damnés, version intégrale, coll. Les Évadés, Poème 2, 2014
  • T'Serclaes de Tilly, coll. Les Évadés, Poème 2, 2014
Traductions

Filmographie documentaire sur l'auteur[modifier | modifier le code]

  • William Cliff, poëte, Production: Qwazi Quazi film, Arte-Belgique - RTBF - C.B.A. - Réalisation: Gérard Preszow, durée: 35 min, 1997

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Agathe Auproux, « Le prix Goncourt de la poésie Robert Sabatier est décerné à William Cliff », sur Livres Hebdo (consulté le 5 mai 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]