William Carey (courtisan anglais)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

William Carey
Image illustrative de l’article William Carey (courtisan anglais)
William Carey, par Hans Holbein le Jeune, issu d'une collection privée irlandaise.

Biographie
Naissance v.1500
Flag of England.svg Hertfordshire (Angleterre)
Décès
Père Thomas Carey
Mère Margaret Spencer
Conjoint Mary Boleyn
Enfants Catherine Carey, Henry Carey, Baron Hunsdon

William Carey d'Aldenham (Hertfordshire, vers 1496 – ), est un courtisan à la Cour d'Henri VIII d'Angleterre et son favori. Il fait partie de la Privy Chamber lorsque le roi la crée, et il est son esquire. Il est marié à Mary Boleyn, sœur de la seconde épouse d'Henri, Anne Boleyn, et précédemment sa maîtresse.

Biographie[modifier | modifier le code]

William Carey est le second fils de Sir Thomas Carey (1455–1500) et de Margaret Spencer, fille de Sir Robert Spencer et d'Éléonore Beaufort. Sa tante maternelle est Catherine Spencer, comtesse de Northumberland.

Peu de temps après leur mariage, Mary devient la maîtresse du roi Henri VIII. Les Boleyn reçoivent alors des terres, et William Carey profite lui-même de l'infidélité de sa femme, bénéficiant d'octroi de seigneuries et de domaines.

Carey était aussi un mécène réputé. C’est lui qui fait notamment connaître l’artiste néerlandais Lucas Horenbout en Angleterre, au milieu des années 1520. Sa passion pour la chasse, l’équitation, la joute[1] partagées également par le roi, ont contribué à faire de lui son favori.

Enfants avec Mary Boleyn[modifier | modifier le code]

William Carey et Mary Boleyn ont eu deux enfants :

Des auteurs ont parfois défendu l'idée que ces deux enfants sont ceux du roi Henri VIII et de Mary Boleyn. C'est notamment le cas d'Alison Weir[2], de G.W. Bernard (auteur de The King's Reformation) et de Joanna Denny (auteur de Anne Boleyn: A New Life of England's Tragic Queen and Katherine Howard: A Tudor Conspiracy).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il se distingue notamment dans les joutes du distingué dans des joutes au Camp du Drap d'Or en 1520.
  2. (en) Weir, Henry VIII : The King and His Court, p. 216

Références[modifier | modifier le code]

Sources primaires[modifier | modifier le code]

  • (en) England, Public Record Office, John Sherren Brewer J. S. Brewer (éditeur), R. H. Broadie (éditeur) et James Gairdner (éditeur), Letters & Papers, Foreign & Domestic, of the Reign of Henry VIII, 1509-1547, Londres, Longman & Co, 1862-1932, 21 vols. in 33 parts

Sources secondaires[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]