Willem van de Velde le Jeune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Van de Velde.
Willem van de Velde le Jeune
Willem van de Velde II (1633-1707) - (by Lodewijk van der Helst, 1672).jpg
Un des seuls portraits de Willem van de Velde
réalisé par Louis van der Helst vers 1672
Naissance
Décès
Nationalité
néerlandaise
Drapeau des Provinces-Unies Provinces-Unies
Activité
Maître
Lieux de travail
Père
Fratrie

Willem van de Velde dit le Jeune, né en décembre 1633 à Leyde[1] et mort le à Londres, est un peintre néerlandais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Willem van de Welde est petit-fils de marin et fils de Willem van de Velde l'Ancien, autre peintre de marines. Son père s'installa à Leyde en 1631 et initia son tout jeune fils Willem, à la peinture.

Le jeune Willem partit vers 1648 pour Weesp étudier avec Simon de Vlieger, autre peintre de marines très réputé de son temps.

Il rejoint l'atelier de son père à Amsterdam en 1652 et ses premières œuvres sont cosignées avec lui. Dans les années 1650 et 1660, il se fit connaître pour ses scènes calmes de marines. Il acheva sa formation avant de partir pour Londres.

La dangereuse situation politique dans le nord des Pays-Bas, suivie de l'invasion par la France en 1672, l'amena à partir auprès de son père Van de Velde l'Ancien, en Angleterre pendant l'hiver 1672-1673. Cette installation s'est produite au bon moment, puisque Charles II et son frère Jacques, duc d'York, futur Jacques II, faisaient du bateau de plaisance et prenaient un vif intérêt aux affaires maritimes. Il est engagé par Charles II d'Angleterre, pour un salaire de 100 £, avec une maison à Greenwich et la mise à disposition d'un atelier dans la maison de la Reine. Il s'y prend de passion pour la couleur et se fait donc le « coloriste » des travaux de son père. Il fut engagé également par d'autres puissants du Royaume d'Angleterre.

En 1691, Willem et son père partent pour Westminster, et après la mort de son père en 1693, il assume seul la fonction officielle de peintre d'événements maritimes. Il passe un an en 1694-1695 avec la flotte anglaise sous le commandement de l'amiral Russell en Méditerranée.

Ses fils Willem III (1667-après 1708) et Cornelis (actif de 1699 à 1729), devinrent peintres de marines, et son œuvre continua à influencer les peintres de marines au XVIIIe siècle et XIXe siècle, en particulier Samuel Scott, Turner, Constable et Clarkson Stanfield.

Il fut enterré à Saint James's, Picadilly[2].

Style et techniques[modifier | modifier le code]

Le Coup de canon
vers 1680, Rijksmuseum
La Bataille du Texel (1673), 1687
Musée de la Marine, Londres
Man'o'war hollandais et autres bateaux par mer calme
Rijksmuseum

La plupart des compositions de Van de Velde sont des représentations de la côte hollandaise, avec des navires néerlandais. Ses meilleures productions sont signées et caractérisées par un grand réalisme, style répandu chez les peintres de marines hollandais de cette période. Il s'attacha notamment à représenter avec fidélité les détails de la mer, par beau temps comme par tempête.

En Angleterre, Charles II et le duc d'York ainsi que des clients hollandais, après la guerre anglo-hollandaise de 1674, lui commandent des scènes de batailles qu'il ne peignait jusque-là qu'occasionnellement. Elles remplacent les scènes de calme.

Dans sa dernière période, son style devint plus fluide, contrastant avec l'extrême précision de ses premiers travaux[2].

Expositions de ses œuvres[modifier | modifier le code]

Il y a de nombreuses peintures marines de Van de Velde le Jeune à la Wallace Collection[3] de Londres, dont L'Embarquement du Roi Charles II d'Angleterre à Scheveningen en 1660 :

  • L'Incendie de l'Andrew à la Bataille de Scheveningen, 1653-1654, huile sur toile, 85 × 108 cm
  • Vaisseaux dans la brise, vers 1655, huile sur toile, 42 × 56 cm
  • Calme : Bateaux hollandais se rendant au mouillage, vers 1655, huile sur toile, 170 × 233 cm
  • Bateaux de pêche sous la voile, 1655-1660, huile sur toile, 32 × 37 cm
  • Calme : Bateau de pêche au mouillage, vers 1660, huile sur chêne, 38 × 49 cm
  • L'Embarquement du Roi Charles II d'Angleterre à Scheveningen, 1661, huile sur toile, 48 × 57 cm
  • Bateaux de pêches à marée basse, vers 1660, vers 1665, huile sur toile, 32 × 37 cm
  • Calme : Bateau de commerce français au mouillage, vers 1670, huile sur toile, 61 × 74 cm

D'autres tableaux de ce peintre sont aussi exposés au Rijksmuseum d'Amsterdam comme La Salve et La Rafale[4], au musée de la Marine d'Amsterdam et au Musée des beaux-arts du Havre.

  • Navires hollandais par temps calme, vers 1665, huile sur toile, 87 × 120 cm
  • Un navire en haute mer pris par un grain, connu sous le nom de La Rafale, vers 1680, huile sur toile, 77 × 63 cm, Rijksmuseum d'Amsterdam
  • Le Coup de canon, vers 1680, huile sur toile, 78 × 67 cm

Musée de la Marine de Greenwich (Londres) :

  • Le Lion d'or à la bataille du Texel, 21 août 1673, 1687, huile sur toile, 150 × 300 cm[5]

Musée de Düsseldorf :

Collection privée :

  • Navires hollandais en pleine mer, huile sur toile, 33 × 39 cm, Collection privée, Vente Piasa, 1997[7]

Le graveur Elisha Kirkall produisit à Londres en 1722, avec des effets de clairs-obscurs très affirmés, une série de seize Vues de bateaux d'après le maître. Cette suite eut une certaine influence sur J. M. W. Turner d'après ses propres souvenirs[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Baptisé le 18 décembre.
  2. a et b (en) Stephen Duffy & Jo Hedley, The Wallace Collection’s Pictures : A complete catalogue, Unicorn Press and Lindsay Fine art, , 400 p. (ISBN 0 906290 38 4), p. 440-444
  3. Oeuvres à la Wallace Collection
  4. Oeuvres au Rijksmuseum
  5. Lion d'or, Greenwich
  6. Coucher de soleil, Düsseldorf (rkd)
  7. « Adjugé », L’Objet d’Art, no 316,‎ , p. 15
  8. (en) Andrew Wilton, Turner in his time, Londres, Thames & Hudson, 2006, p. 28

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :