Wilhelm His (interniste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est une version archivée de cette page, en date du 24 septembre 2019 à 12:29 et modifiée en dernier par Hercule (discuter | contributions). Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.
Wilhelm His
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
Brombach (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Fratrie
Rudolf His (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinction
Archives conservées par
Archiv für Medizingeschichte, Lehrstuhl Medizingeschichte (d) (CH-001766-2: PN 067)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata

Wilhelm His junior, né en 1863 à Bâle, en Suisse et mort en 1934, est un physiologiste et anatomiste suisse, découvreur du faisceau du même nom, structure impliquée dans la conduction de l'influx électrique des oreillettes aux ventricules cardiaques.

Biographie

Fils lui-même d'un anatomiste, il passe son enfance à Leipzig où il étudie la médecine. Il étudie alors l'embryogenèse du cœur, montrant que ce dernier commence à battre avant la formation du système nerveux et démontrant ainsi l'absence de rôle de ce dernier dans la genèse des contractions (théorie myogène, par opposition à la théorie neurogène. Se basant sur les travaux de Walter Gaskell, il identifie par une dissection minutieuse, une structure interrompant l'anneau fibreux séparant les oreillettes des ventricules. Il postule, sans d'abord le prouver, que cette structure sert à conduire l'influx des premières vers les secondes, découvrant ainsi le faisceau de His. Dans un deuxième temps, il sectionne ce faisceau sur le cœur d'un lapin et démontre alors la survenue d'un asynchronisme entre oreillettes et ventricules. Il se désintéresse par la suite de la physiologie cardiaque et devient professeur de médecine dans différentes villes universitaires de Suisse et d'Allemagne en étudiant le rôle de l'acide urique dans la goutte.

Bibliographie

Liens externes