Wilhelm Eduard Weber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Weber.
image illustrant  un physicien
Cet article est une ébauche concernant un physicien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Wilhelm Eduard Weber
Wilhelm Eduard Weber II.jpg

Portrait de Wilhelm Weber

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
GöttingenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Étudiant de thèse
Eduard Riecke (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Ordre Pour le Mérite
Pour le Mérite pour les sciences et arts (d)
Médaille Copley ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Wilhelm Eduard Weber (24 octobre 1804 à Wittemberg - 23 juin 1891 à Göttingen) est un physicien allemand. On lui doit une théorie originale de l'interaction électromagnétique[1].

Carrière scientifique[modifier | modifier le code]

Docteur en 1826 de l'Académie de Berlin (1863), correspondant de l'Institut (1865), Wilhelm Eduard Weber fut professeur de physique à l'université de Göttingen.

Gauss et Weber ont publié de 1837 à 1843 les résultats des observations de la Société magnétique.

Weber a publié de 1846 à 1856 d'importantes recherches sur la détermination des forces électrodynamiques. Il a proposé dans le cadre de ce travail une loi qui suggérera par la suite à Zöllner une alternative à la loi d'attraction universelle de Newton. Il devient membre étranger de la Royal Society en 1850.

L'unité du flux magnétique (le weber) lui doit son nom.

La crise de 1837[modifier | modifier le code]

Weber était attaché à la liberté relative qu'avait apportée l'occupation française. Les décrets de Karlsbad marquaient déjà la volonté du pouvoir de contrôler davantage les universités ; mais lorsqu'en 1837, le gouvernement nommé par Guillaume IV envisagea l'abolition de la loi constitutionnelle de 1833 pour rétablir la constitution absolutiste de 1819, le physicien, conjointement avec des collègues de l'université de Göttingen, fit connaître son opposition. Enfin, en 1837, Weber démissionna avec six des professeurs les plus éminents de l'établissement (les « Sept de Göttingen ») dont les frères Grimm. Comme les chaires laissées vacantes ne trouvaient pas de candidat (les collègues des démissionnaires, dans les autres universités d'Allemagne, étant solidaires), on rappela les Sept de Göttingen, mais seuls Weber et l’orientaliste Heinrich Ewald consentirent à reprendre les cours à la Georgia-Augusta. Une certaine historiographie a comparé cet épisode à celui de l'année 1934 (contexte de purge).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. à ce propos Herbert Goldstein, Mécanique classique, PUF, , p. 21, note

Sur les autres projets Wikimedia :