Wilhelm Benque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wilhelm Benque (paysagiste).
Wilhelm Benque
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Benque J.Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Wilhelm Benque (1843-1903) est un photographe portraitiste français d'origine allemande, appartenant à une importante dynastie de photographes, les Benque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Publicité pour la Maison Benque (1897).

Wilhelm Benque dit « le Jeune » descend d'une famille originaire de Ludwigslust (Mecklenburg, Allemagne).

Son oncle est le peintre paysagiste Wilhelm Friedrich Alexander Benque (1814-1895) avec lequel il ne faut pas le confondre. Ce dernier a un frère cadet, Christian Benque (1811-1883) dont le fils, Franz Benque (1841-1921) devient photographe, d'abord à Hambourg (1869-1870), puis au Brésil (à partir de 1878) avant de s'établir à Trieste. Les Benque fonde à partir des années 1880 une véritable dynastie familiale de photographes présents sur les trois continents. Wilhelm Benque, quand il arrive à Paris, est associé à l'un des membres de la famille Benque, Franz Wilhelm Benque (1857-1912), qui est le fils du paysagiste Wilhelm Benque[1].

Les Benque, dans les années 1880 et 1890, établissent leur studio à Paris au 33, rue Boissy-d'Anglas au nom de Benque, Benque et Cie : avec le succès, la Maison Benque occupe à cette adresse un hôtel particulier, vise une clientèle de luxe et ouvre même une boutique d'exposition au 5 rue Royale.

Entre temps, la maison s'associe à deux autres photographes, nommés Klary (?-?) et Kneubuhler (1816-1880), le nom devient un temps Benque & Klary jusqu'à sa reprise par Matuszewski après 1902.

Les Benque ouvrirent aussi un deuxième studio à Nice vers 1883-1884.

Benque est particulièrement actif auprès des personnalités liées au monde de l'opéra, de la scène parisienne : photographies connues de Louise Abbéma, Valentin Duc, Eleonora Duse et Cléopâtre-Diane de Mérode lorsqu'elle est promue « grand sujet[2] » parmi les ballerines en 1896...

La réputation des studios Benque est internationale à la fin du XIXe siècle[3].

Galerie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Informations partiellement reprises de Wikimedia.
  • (en) Henry Baden Pritchard, The studios of Europe, éd. E.and H.T. Anthony and co., 1882
  • Ressources iconographique sur Gallica
  • Michèle Auer, Encyclopédie internationale des photographes de 1839 à nos jours, vol. 2, éd. Camera obscura, 1985, (ISBN 2903671044)
  • (en) Henry Baden Pritchard, The photographic studios of Europe: The Literature of photography, éd. Arno Press, 1973

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Armgard Schiffer-Ekhart (direction) et Barbara Schaukal (texte), Sebastianutti & Benque. Fünf Fotografen. Vier Generationen. Drei Kontinente, catalogue d'exposition à Graz au Steiermärkisches Landesmuseum Joanneum du 16 octobre au 13 novembre 1997, p. 64.
  2. Catherine Guigon, Les Cocottes, reines du Paris 1900, Pais, Parigramme, 2012, p. 60-61.
  3. (en) Photographic Times and American Photographer, tome 12, p. 244, 410, éd. Scovill Manufacturing Company, 1882

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :