Wilhelm Backhaus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Backhaus.
Wilhelm Backhaus
Wilhelm Backhaus um 1920.jpg
Wilhelm Backhaus vers 1920.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
VillachVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Instrument
Maître
Distinctions
signature de Wilhelm Backhaus
signature

Wilhelm Backhaus (LeipzigVillach), est un pianiste et pédagogue allemand, naturalisé suisse. Il est célèbre, notamment pour ses interprétations des œuvres de Beethoven et de Brahms.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wilhelm Backhaus est le fils de l'architecte Otto Ferdinand Willibald Backhaus. Jusqu'à ses quinze ans, en 1899, il étudie le piano au conservatoire de sa ville avec Aloïs Reckendorf[1] (1891–1899), avant de prendre des leçons privées avec Eugen d'Albert à Francfort-sur-le-Main en 1899[2]. Il donne son premier concert à l'âge de huit ans[3] et à onze, il rencontre personnellement Johannes Brahms[4] (1895), lors d'une exécution du second concerto par Eugen d'Albert, dirigé par le compositeur. À seize ans, il se produit pour la première fois dans une tournée de concerts à Londres (1900), en tant qu'accompagnateur d'un chanteur italien. En 1905, il remporte le Prix Anton Rubinstein, qui cette année-là se déroule à Paris — devant Béla Bartók, qui termine deuxième. Pensant qu'il y avait eu tricherie, le pianiste Arthur Rubinstein lui voua une haine pour la vie[4].

La même année, il est nommé professeur au Royal College de Manchester, fonction qu'il n'exerce toutefois que jusqu'en 1912, mais sa popularité de concertiste est telle qu'il réduit ses cours à des classes de maître[5]. Le 5 janvier 1912, il fait ses débuts aux États-Unis, dans « L'Empereur » de Beethoven, avec Walter Damrosch et l'Orchestre de New York. L'année suivante, il grave son premier disque : le Concerto de Grieg[4].

Tout au long de sa vie, Backhaus voyage beaucoup, enchaînant souvent les concerts à un rythme soutenu (ainsi, en 1921, à Buenos Aires, il se produit dix-sept fois en moins de trois semaines). En 1930, il s'installe à Lugano, enseigne et devient citoyen suisse[6]. Il décède le , à Villach, en Autriche, où il vient de finir de donner un concert.

Backhaus est considéré comme l'un des premiers grands pianistes modernes. Son jeu, conciliant la grandeur, la pureté, le dépouillement stylistique[7] et une expressivité intense, est entré dans la légende. Bien que parfois il laisse aux auditeurs « une impression de sécheresse »[3], « pour beaucoup d'observateurs, [il] incarne l'apothéose de l'art de l'interprétation à l'allemande : sévère, ennemie de toute virtuosité fracassante comme de toute fantaisie, privilégiant les œuvres les plus sérieuses et une lecture probe »Alain Lompech[1]. Alain Pâris qualifie d'intemporelle son approche du piano et de la musique[8].

Toujours fidèle aux pianos viennois, en 1953, il reçoit le Prix Bösendorfer[8].

Discographie[modifier | modifier le code]

Wilhelm Backhaus laisse pour son époque un legs particulièrement important : on y trouve, entre autres, la première mondiale de l'intégrale des Études de Chopin — réalisée en 1928 et considérée aujourd'hui encore comme une référence — de nombreuses œuvres de Mozart et une quantité considérable d'œuvres de Beethoven et de Brahms, ses deux compositeurs de prédilection.

L'intégrale des sonates de Beethoven qu'il réalise pour Decca, reste également l'une des plus fameuses versions jamais enregistrées[8].

Concerts 
  • Récitals à Carnegie Hall : Beethoven, Concerto pour piano no 4° ; Sonates pour piano op. 10, 13, 31, 79, 81a et 111 - Wilhelm Backhaus, piano ; Orchestre philharmonique de New York, dir. Guido Cantelli° (18 mars° et 30 mars/11 avril 1956, 2CD Hänssler Profil PH10006)
  • Récital à Carnegie Hall : Beethoven, Sonates pour piano op. 22 no 2 et 106 (11 avril 1956, Hänssler Profil PH07006) (OCLC 312701112)
  • Récital à Salzbourg : Bach (Préludes et fugues BWV 893 & 884), Mozart (Sonates K.283 et 331) et Beethoven (Sonates op. 57 et 111) (Mozarteum, 30 juillet 1956, Orfeo C 530 001 B)
Musique de chambre 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lompech 2012, p. 45.
  2. Baker 1995, p. 195.
  3. a et b Nanquette 1979, p. 560.
  4. a b et c Lompech 2012, p. 46.
  5. Nanquette 1979, p. 561.
  6. Baker 1995, p. 196.
  7. Jean-Jacques Rouveroux (dir.), « Wilhelm Backhaus », dans Marc Vignal, Dictionnaire de la musique, Paris, Larousse, 2005 (1re éd. 1982), 1516 p. (ISBN 2-03-505545-8, OCLC 896013420, lire en ligne), p. 51
  8. a b et c Pâris 2004, p. 49.
  9. « L'intégrale de Wilhelm Backhaus — la plus rapide et la plus sévère de toutes — est sans doute la plus parfaite », Diapason 1988, p. 89.
  10. « Interprétation vraiment superbe, d'un sentiment très élevé »Claude Rostand, cité par Tardif 1987, p. 22.
  11. « Backhaus voit grand, avec une sérénité, une singularité dans le dramatisme de l'expression qui rend son intégrale [Beethoven] à la fois abordable et d'un ton que d'aucuns jugerons trop haut ou même doctorale », Diapason 1988, p. 83.
  12. « Interprétation noble, hautaine, hors du temps et des modes ; un grand témoignage de la pensée beethovénienne »Antoine Goléa, cité par Tardif 1987, p. 21.
  13. a et b Concerto no 2 de Brahms : « Version d'une grandeur et d'une noblesse d'âme extraordinaires », Tardif 1987, p. 31.
  14. « L'osmose entre le pianiste et le chef est totale : phrasés et articulation rigoureuse, climat grave, jamais sentimental, tragique parfois. Cet interprétation foncièrement classique […] constitue l'exemple même de la version à laquelle on ne cessera jamais de se référer », Diapason 1988, p. 151–152.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]