Wilfrid de Fonvielle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wilfrid de Fonvielle
Wilfrid de Fonvielle.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
École d'administration (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Fratrie
Autres informations
A travaillé pour

Wilfrid de Fonvielle, né le à Paris où il est mort le , est un journaliste, vulgarisateur scientifique et aéronaute français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Affiche annonçant une ascension de Wilfrid de Fonvielle avec d'autres aéronautes à Paris en 1885.
Publicité pour Les Grandes Ascensions maritimes par Wilfrid de Fonvielle (1882).

Républicain convaincu, il participe à l'invasion de la Chambre des députés lors de la Révolution de 1848. Élève de l’éphémère École nationale d’administration de Carnot[1], il collabore à différentes feuilles d'extrême gauche. Après le coup d’État du 2 décembre 1851, il est déporté en Algérie avec son frère Arthur. Il y crée le journal L'Algérie nouvelle qui parait jusqu’en 1860. Amnistié en 1859, il revient en France et reprend son métier de journaliste. S’intéressant particulièrement à l'aéronautique, il effectue diverses ascensions en ballon et bat plusieurs records, dont celui de la durée dans l'atmosphère (deux jours pour faire Paris-Compiègne) et, en 1869, celui de vitesse avec Gaston Tissandier (1843-1899), (180 km à l'heure).

En 1863, attaché au journal le Phare de la Loire, il s'oppose violemment au sénatus-consulte de Napoléon III reconnaissant la propriété arabe en Algérie. Lors de l'invasion allemande en 1870, il propose au gouvernement de Défense nationale de faire des reconnaissances en ballon. En 1871, il se porte sans succès candidat à la députation. Après un second échec à l'élection législative, il renonce à la politique pour se consacrer exclusivement à la vulgarisation scientifique.

Il est l'auteur de nombreux articles pour les revues la Revue Scientifique, la Nature, la Science illustrée et la revue scientifique illustrée l'Électricité. Il était éditeur de l'Aérophile.

Ses frères, Arthur (1830-1914) et Ulrich (1833-1911), ont fait du journalisme politique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Howard Machin et Vincent Wright, « Les Élèves de l’École Nationale d’Administration de 1848-1849 », Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine, vol. 36, no 4,‎ , p. 605-639 (lire en ligne).

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • L’Homme fossile, étude de philosophie zoologique, 1865.
  • Les Merveilles du monde invisible, Paris, Hachette, coll. « La Bibliothèque des merveilles », 1866, disponible sur Gallica.
  • Éclairs et tonnerre, Paris, Hachette, coll. « La Bibliothèque des merveilles », 1867, disponible sur Gallica.
  • L’Astronomie moderne, Paris, Germer Baillière, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », 1868.
  • La Science en ballon, 1869.
  • Voyages aériens, 1870.
  • Les Ballons pendant le siège de Paris, 1871.
  • Paris en flammes, ou les Journées de mai 1871, 1871.
  • La Terreur, ou la Commune de Paris en l’an 1871 dévoilée, 1871.
  • La Foire aux candidats ou Paris électoral en Juin 1871, 1871.
  • Les Dernières Causeries de H. Rochefort, annotées, commentées et réfutées, 1871, disponible sur Gallica.
  • La Physique des miracles, 1872.
  • La Conquête de l’air : les débuts du voyage en zig-zag, 1874.
  • Le Mètre international définitif, 1875.
  • Aventures aériennes et expériences mémorables des grands aéronautes, 1876.
  • La Conquête du pôle Nord, 1877.
  • Le Glaçon du Polaris, aventures du capitaine Tyson, racontées d’après les publications américaines, 1877.
  • La Prévision du temps, 1878.
  • Néridah, 2 volumes, 1879.
  • Comment se font les miracles en dehors de l’Église, 1879.
  • Les Miracles devant la science, 1880, disponible sur Gallica.
  • Les Grandes Ascensions maritimes. La traversée de la Manche, 1882.
  • La Pose du premier câble, 1882.
  • L’Espion aérien ; réédité sous le titre Falempin ou l’Espion aérien, roman patriotique du siège de Paris, 1884.
  • Les Saltimbanques de la science, comment ils font des miracles, 1884.
  • Les Affamés du pôle Nord, récits de l’expédition du major Greely, d’après les journaux américains, 1885.
  • Le Monde des atomes, Paris, Hachette, coll. « La Bibliothèque des merveilles », 1885.
  • Histoire de la lune, 1886.
  • Mort de faim, étude sur les nouveaux jeûneurs, 1886.
  • La Mesure du mètre, dangers et aventures des savants qui l’ont déterminée, 1886.
  • François Arago, la jeunesse d’un grand savant républicain, 1886, disponible sur Gallica.
  • Les Endormeurs : la vérité sur les hypnotisants, les suggestionnistes, les magnétiseurs, les donatistes, les braïdistes, etc., 1887.
  • Comment périssent les Républiques, disponible sur Gallica, 1888.
  • La Catastrophe du ballon l’Arago, avec les portraits de Lhoste et Mangot, 1888, disponible sur Gallica.
  • Le Pétrole, Paris, Hachette, coll. « La Bibliothèque des merveilles », 1888.
  • Le Pôle sud, Paris, Hachette, coll. « La Bibliothèque des merveilles », 1889, disponible sur Gallica.
  • Les Navires célèbres, 1890.
  • Histoire des expéditions polaires, 1892.
  • La Chute d’un ballon à Luzarches en 1870, 1896.
  • Le Monde invisible, 1898.
  • Les Ballons-sondes de MM. Hermite et Besançon et les ascensions internationales, 1898, disponible sur Gallica.
  • Aventures d’un Français au Klondyke, disponible sur Gallica, 1900.
  • Dupuy de Lôme, ingénieur des constructions navales et aéronautiques (1816-1885), 1905.
  • Histoire de la navigation aérienne, 1907.
  • Notre flotte aérienne, 1908.
  • Histoire de la navigation aérienne Texte en ligne disponible sur IRIS, 1911.
  • Les Aéronautes français au Transvaal, 3 vol., [s.d.]
  • Manuel pratique de l'aéronaute, [s.d.]

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :