Wilfrid de Fonvielle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Wilfrid de Fonvielle, né le à Paris où il est mort le , est un journaliste, vulgarisateur scientifique et aéronaute français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Affiche annonçant une ascension de Wilfrid de Fonvielle avec d'autres aéronautes à Paris en 1885.
Publicité pour Les Grandes Ascensions maritimes par Wilfrid de Fonvielle (1882).

Républicain convaincu, il participe à l'invasion de la Chambre des députés lors de la Révolution de 1848. Élève de l’éphémère École nationale d’administration de Carnot[1], il collabore à différentes feuilles d'extrême gauche. Après le coup d’État du , il est déporté en Algérie avec son frère Arthur. Il y crée le journal L'Algérie nouvelle qui parait jusqu’en 1860. Amnistié en 1859, il revient en France et reprend son métier de journaliste. S’intéressant particulièrement à l'aéronautique, il effectue diverses ascensions en ballon et bat plusieurs records, dont celui de la durée dans l'atmosphère (deux jours pour faire Paris-Compiègne) et, en 1869, celui de vitesse avec Gaston Tissandier (1843-1899), (180 km/h.

En 1863, attaché au journal le Phare de la Loire, il s'oppose violemment au sénatus-consulte de Napoléon III reconnaissant la propriété arabe en Algérie. Lors de l'invasion allemande en 1870, il propose au gouvernement de Défense nationale de faire des reconnaissances en ballon. En 1871, il se porte sans succès candidat à la députation. Après un second échec à l'élection législative, il renonce à la politique pour se consacrer exclusivement à la vulgarisation scientifique.

Il est l'auteur de nombreux articles pour les revues la Revue Scientifique, la Nature, la Science illustrée et la revue scientifique illustrée l'Électricité. Il était éditeur de l'Aérophile.

Ses frères, Arthur (1830-1914) et Ulrich (1833-1911), ont fait du journalisme politique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Howard Machin et Vincent Wright, « Les Élèves de l’École Nationale d’Administration de 1848-1849 », Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine, vol. 36, no 4,‎ , p. 605-639 (lire en ligne, consulté le ).

Principales publications[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :