Wilaya de Bordj Bou Arreridj

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Wilaya de Bordj-Bou-Arreridj)
Aller à : navigation, rechercher

36° 04′ 00″ N 4° 46′ 00″ E / 36.0667, 4.76667

Wilaya de Bordj Bou Arreridj (34)
Chaîne des Bibans
Chaîne des Bibans
Localisation de la wilaya de Bordj-Bou-Arreridj
Localisation de la wilaya de Bordj-Bou-Arreridj
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Hauts Plateaux (Algérie)
Chef-lieu Bordj Bou Arreridj
Daïras 10
Communes 34
Président d'APW Embarek Saidani
2002-2007
Wali abd elssami saidoun [1]
Code wilaya 34
Wilaya depuis 1984
Démographie
Population 716 423 hab. (2014[2])
Densité 183 hab./km2
Rang 27e
Géographie
Superficie 392 000 ha = 3 920 km2
Rang 32e
Liens
Site web Site officiel

La wilaya de Bordj Bou Arreridj (prononcé [bordj.bou.ar.re.ridj ] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter), (en arabe: ولاية برج بوعريريج / en berbère: Bordj Bou Arréridj / en tifinagh: Adrar in Tifinagh.svg ou ⴱoⵔⴷⵊ ⴱoⵓ ⴰⵔⵔⴻⵔⵉⴷⵊ[3]), est une wilaya algérienne qui s'étend du sud de la Kabylie à la région des Hauts-Plateaux.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de la Wilaya prend son origine de l'époque Ottomane. Or, les turques consacraient les régions, relativement haute de la Wilaya, à la surveillance du territoire, en leur donnant le nom Bordj, qui signifie une citadelle militaire ottomane au temps de la régence. Parmi ces régions destinées à la surveillance et la veille militaire sur le territoire, on cite: Bordj Zemmoura, Bordj Ghedir, Bordj Medjanna... Cependant, les historiens laissent entendre également deux hypothèses quant à l'étymologie de Bordj Bou Arréridj.

La première hypothèse fait référence à un personnage historique Baba Arroudj, venu s'établir dans la région en 1415, d’où la nomination Bordj Bou Arréridj. La forme du toponyme Bordj Bou Arréridj au lieu Bordj Baba Arroudj consiste à un remaniement syntaxique dans le but d'alléger sa prononciation.

La deuxième hypothèse fait référence au casque militaire que portait le soldat turque, chargé de la surveillance du territoire, dotée d'une plume rouge d'une grande ressemblance à une crête du coq, d'où le nom en arabe Arroudj qui signifie crête. Il est important de souligner que les historiens penchent plus en faveur de cette dernière hypothèse[4].

Organisation de la Wilaya[modifier | modifier le code]

Walis[modifier | modifier le code]

Le poste de wali de la wilaya de Bordj Bou Arreridj a été occupé par plusieurs personnalités politiques nationales depuis sa création en 1984.

Walis dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj.
Wali Début Fin Wilaya de Naissance
01 Rabah Boubertakh
02 Hadj Khelifa Aïssaoui
03 Nacer Sedraoui
04 Tayeb Bennar 1995
05 Hafsi Mahgoun 1995
06 Abdelkader Bouazghi
07 Noureddine Bedoui Wilaya d'Alger
08 Abderrahmane Kadid [5]
09 Azzedine Mecheri
10 Abdessamie Saïdoun 2015 (en cours)

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et territoire[modifier | modifier le code]

La wilaya est située sur le territoire des Hautes plaines, à cheval sur la chaîne de montagne des Bibans, la wilaya de Bordj Bou Arreridj occupe une place stratégique au sein de l’Est algérien. En effet, elle se trouve à mi-parcours du trajet séparant Alger de Constantine. Elle est délimitée :

  • à l'ouest par la wilaya de Bouira ;
  • au sud par la wilaya de M'sila ;
  • à l'est par la wilaya de Sétif;
  • au nord par la wilaya de Bejaia.
Wilayas limitrophes de la wilaya de Bordj Bou Arréridj
Wilaya de Bejaia
Wilaya de Bouira wilaya de Bordj Bou Arréridj Wilaya de Sétif
Wilaya de M'Sila

Organisation de la Wilaya: Dairas et Communes[modifier | modifier le code]

Localisation des daïras dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj: 1. Bordj Bou Arreridj • 2. Aïn Taghrout • 3. Ras El Oued • 4. Bordj Ghedir • 5. Bir Kasdali • 6. El Hamadia • 7. Mansoura • 8. Medjana • 9. Bordj Zemoura  • 10. Djaafra

Topographie[modifier | modifier le code]

La wilaya est constituée de trois zones géographiques qui se succèdent[6]:

  • une zone montagneuse, avec au nord, la chaîne des Bibans
  • une zone de hautes plaines qui constitue la majeure partie de la wilaya
  • une zone steppique, au sud-ouest, à vocation agropastorale.

L'altitude varie entre 302 m et 1 885 m.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La wilaya de Bordj Bou Arreridj possède de nombreuses sources d’eau, elle enregistre la présence de thermes naturels, dont les eaux sont dotées de vertus curatives. La plus connue est Hammam El Biban, à l'ouest qui a été rénovée et Hamam Ibaynan, au nord[7]. Le principal cours d'eau traversant la wilaya est l'Oued Bou Sellam ainsi que l'Oued el Ksoub dans le sud de la wilaya.

Le thermalisme est de plus exploité dans les 200 sources thermales de la wilaya[8].

La wilaya comprend le barrage d'Aïn Zada[9].

Climat[modifier | modifier le code]

La wilaya se caractérise par un climat continental, qui offre des températures chaudes en été et très froides en hiver, parmi les plus basses d’Algérie. La pluviométrie annuelle est de 300 à 700 mm.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Riche de par son relief naturel varié avec ses montagnes, ses forêts, ses hautes plaines et sa steppe, la wilaya de Bordj Bou Arreridj héberge d'une faune et une flore diversifiées. La flore est composée des forêts naturelles de pins d'Alep du nord et de l'ouest de la wilaya et les cédraies du sud-est, notamment celles de Ras El Oued, ainsi que des chênes[réf. nécessaire].

Les mammifères recensé sont : le lièvre bru, le lapin de garenne, le porc-épic, le chacal, le hérisson, le chat-forestier, la hyène rayée, le chat-sauvage des steppes et la genette. Pour les oiseaux, pas moins d'une cinquantaine d'espèces, endémiques de la zone[réf. nécessaire], sont présentes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant le colonialisme[modifier | modifier le code]

La wilaya a connu diverses civilisations. Les Romains, qui ont laissé de nombreux vestiges, les Hammadides, les Almohades, les Vandales, mais aussi les Ottomans et enfin les Français ont conquis cette région et s’y sont finalement installés en raison notamment de ses terres fertiles.

Durant le colonialisme[modifier | modifier le code]

Mohamed El Mokrani, figure historique, s’est illustré pendant la période coloniale pour s’être insurgé, avec l’appui des habitants de la région contre la présence française. Cette révolte, dite « des Mokrani » a été suivie d'une sévère répression, qui a entraîné l'exécution et de nombreuses déportations vers la Nouvelle-Calédonie, où une communauté algérienne existe encore aujourd’hui, ainsi que le séquestre des meilleures terres, livrées aux colons européens[10].

Pendant la guerre d'Algérie, Bordj Bou Arreridj faisait partie de deux wilayas distinctes la Wilaya I et la wilaya III. Bordj Ghedir située au sud de la wilaya, était le théâtre de grandes batailles pendant la guerre d'Algérie.

Anciennes tribus[modifier | modifier le code]

Carte des anciennes tribus de la région de Bordj-bou-Arreridj

La population de la wilaya de Bordj Bou Arreridj tire ses origines connues des principales tribus des Beni Abbas, Beni Yadel, Djebaïlia, Dréat, Hachem, M’Zita, Maadid, Mansourah, Meguedem, Ouennougha, Ouled Ali, Ouled Ali bou Nab, Ouled Ayad, Ouled Khelouf, Ouled Sidi Brahim Boubekeur, Ouled Thaïer, Ouled Trif, Righa-Dahra et Zemmoura[11],[12]

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2008, la population de la wilaya de Bordj Bou Arreridj était de 628 475 habitants contre 429 009 en 1987. 4 communes dépassaient alors la barre des 25 000 habitants[13]:

Évolution démographique
1987 1998 2008
429 009 559 928 628 475
(Source : recensement[14])


Commune Population[13] Taux de croissance annuel 1998/2008[13]
Bordj Bou Arreridj 168 346 en augmentation   2,3 %
Ras El Oued 51 482 en augmentation   2,0 %
Bordj Ghedir 26 042 en augmentation   1,1 %
Khelil 26 037 en augmentation   1,0 %

La wilaya connaît un déséquilibre en matière de répartition des populations engendré par le déplacement des populations vers les hautes plaines centrales, sur le long des axes routiers et des agglomérations urbaines, en raison des contraintes naturelles liés à la nature montagnarde et steppique des zones Nord et Sud[6].

Langues[modifier | modifier le code]

En raison de sa localisation, la Wilaya connait un panaché mosaïque qui épouse les deux cultures: Berbère et Arabe. La wilaya compte des régions majoritairement d'expression Kabyle localisées surtout au nord et à l'ouest, on en cite: Jaafra, Mansoura, Medjana et une partie de Zemmoura, et d'autres régions d'expression arabe localisées à l'est et au sud: El Hamadia, Bordj Ghedir....

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La wilaya de Bordj Bou Arréridj est à vocation agricole, la zone des hautes plaines est à haut rendement céréalier[6]. Au nord, la zone montagneuse des Bibans est dominée par l'arboriculture, surtout l'olivier et le figuier, la région possède de nombreuses huileries traditionnelles. Le sud-ouest est une zone steppique à vocation pastorale[7] où se pratique une agriculture extensive avec association céréaliculture jachère[6].

Industrie[modifier | modifier le code]

La wilaya de Bordj Bou Arreridj est devenue un jeune pôle industriel. Elle figure parmi les wilayas les plus dynamiques d’Algérie, notamment dans le secteur de l’électronique et l'agroalimentaire[15]. Elle a été rebaptisée par les Algériens « capitale de l’électronique ».

Plusieurs groupes à dimension nationale sont installés tel que Star, Condor, Samsung et Nidor[15]. Bordj Bou Arreridj est très marquée par ses entrepreneurs privés.

Le gouvernement algérien encourage le développement de la région des Hautes Plaines (Sétif – Bordj-Bou-Arreridj) à travers le déploiement de plusieurs initiatives d’envergure : construction d’infrastructures comme l’autoroute Est-Ouest, création de zones d’activités industrielles intégrées, etc. Une nouvelle zone industriel a été créée dans la commune d'El Hamadia pour désengorger la zone industrielle de la ville de Bordj Bou Arreridj[15], ainsi que sur les territoires de la daïra de Bir Kasdali, la daïra d'Aïn Taghrout et la daïra de Ras El Oued.

Services[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

La wilaya possède de nombreux sites touristiques et historiques, tel que le barrage de Aïn Zada, le village d'El Gheliat à Bordj Zemoura, la région forestière de Djelifa, la Zaouïa d’El Koléa, le Fort El Mokrani, le site thermal de Hammam Ibaïne, le tombeau romain de Bordj Ghedir et les ruines de l'ancienne cité de Tihamamine à El Hamadia[16].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Installation des walis » sur le site du ministère de l'Intérieur et des collectivités locales.
  2. « Population résidente des ménages ordinaires et collectifs selon la wilaya de résidence et le sexe et le taux d’accroissement annuel moyen (1998-2008) ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  3. http://www.lexilogos.com/clavier/tamazight.htm
  4. (Ar)http://www.dtourismebba.gov.dz/histoire.html
  5. http://www.joradp.dz/JO2000/2011/002/FP15.pdf
  6. a, b, c et d Bordj Bou Arreridj: Une stratégie défiant la concurrence, l'Expression du 26/01/2006
  7. a et b Des atouts touristiques à revaloriser, Wilaya de Bordj Bou Arréridj, El Watan du 11/12/2011
  8. Cure de jouvence à Hammam El Biban (article d'El Watan du 13 mai 2007) consultable sur le site bordj.info.
  9. http://www.djazairess.com/fr/apsfr/295133
  10. Coutumes & Traditions: Hommes et femmes d'Algérie, le proscrit (III), Info Soir du 10/09/2011
  11. Bulletin officiel du Gouvernement général de l'Algérie [1861 - 1926]
  12. Maurice Villard et Yves Brassard, Les hauts plateaux sétifiens, Amicale des hautes plateaux sétifiens, 2002, Tome 1 : Histoire des origines à 1962 - Tome 2 : Les villages - Tome 3 : Les villes
  13. a, b et c [PDF]Recensement 2008 de la population algérienne, wilaya de Bordj Bou Arreridj, sur le site de l'ONS.
  14. (en) Population de la wilaya de Bordj Bou Arreridj (World Gazetteer)
  15. a, b et c La wilaya se spécialise en électronique et en agroalimentaire, Le Soir d'Algérie du 16/08/2006
  16. Bordj Bou Arreridj: Le tourisme peine à décoller, l'Expression du 29/12/2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :