Portail:Centre-du-Québec/Lumière

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rivière Yamaska à Saint-Hyacinthe

La rivière Yamaska est un affluent de la rive sud du fleuve Saint-Laurent, dont le nom en langue Abénaqui, Ouabmaska, signifie « là où poussent les joncs », faisant ainsi référence à son embouchure, le marais de la baie de Lavallière. Elle prend sa source dans les Appalaches et se jette dans le fleuve Saint-Laurent en aval de Sorel-Tracy. Son bassin versant couvre une superficie de 4 784 km2 et comprenait en 1997 une population de 230 800 personnes.

La rivière Yamaska débute à une altitude de 193 m au nord du lac Brome, un lac de 15 km2 situé à Lac-Brome. Celle-ci débute en direction ouest jusqu'à la ville de Farnham.

Pour en savoir plus...

Lumière[modifier le code]

1 Le Service d'intervention d'urgence Centre-du-Québec (SIUCQ) est un organisme à but non lucratif mis sur pied pour aider la population de la MRC de Drummond. Cet organisme est situé au 1425, rue des Trois-Maisons à Drummondville.

Le SIUCQ est un service d'urgence mis à la disposition de la population de la MRC de Drummond pour faire des périmètres de sécurité, contrôles routiers, services médicaux d'urgence, aide aux sinistrés, évacuations et recherche en forêt, etc.

En 1997, trois personnes avaient un rêve de créer un organisme qui pourrait soutenir les organismes d'urgence qui étaient en place. En 1998, la crise du verglas a aidé à prouver que leur organisme aurait sa place dans les services d'urgence. C'est au printemps 1998 que les trois membres fondateurs, Bernard Mailhot, Pierre-Yvan Aubé et Jean Champagne, ont commencé à partir de rien et ont développé un organisme à la hauteur de leur pensée. Ils ont passé de dures épreuves pour pouvoir donner une place au SIUCQ. Ils ont installé le SIUCQ dans une bâtisse appartenant à la ville de Drummondville et ont fait l'acquisition de plusieurs véhicules pour le service d'urgence. Aujourd'hui l'organisme compte plus d'une cinquantaine de membres et les effectifs matériels augmentent, car la demande est grandissante pour le service.

2
Marcel Dionne à Vancouver le 16 mars 2008

Marcel Dionne (né le à Drummondville) est un joueur de hockey sur glace et l'un des meilleurs marqueurs de la Ligue nationale de hockey de tous les temps. En effet, il est le quatrième meilleur buteur de tous les temps avec 731 buts juste derrière Wayne Gretzky, Gordie Howe et Brett Hull. Il est choisi au premier tour, en seconde position au repêchage amateur de la LNH 1971 par les Red Wings de Détroit. Son frère, Gilbert, est également joueur de hockey professionnel, principalement avec les Canadiens de Montréal avec lesquels il remporte une Coupe Stanley en 1993. Plusieurs journalistes et experts considèrent Dionne comme l'un des meilleurs joueurs de la LNH et comme l'un des meilleurs joueurs de tous les temps n'ayant pas remporté la coupe Stanley.

3
Moulin Michel

Le moulin Michel est l'un des derniers moulins à eau du Québec. Il a été classé monument historique en 1985.

Le moulin Michel est situé au 675, boulevard Bécancour à Bécancour, à 3 km à l'est du village de Gentilly. Le site appartient à la ville de Bécancour.

En vertu du régime seigneurial, le seigneur était dans l'obligation de construire un moulin à farine pour ses censitaires. Bien que concédé en 1647, la seigneurie de Gentilly n'avait toujours pas de moulin banal en 1734. En 1734, l'intendant Gilles Hocquart ordonne à la seigneuresse Élisabeth Disy de faire construire un moulin. À l’échéance d'une seconde ordonnance, il permet au censitaire François Rivard dit Lavigne de construire un moulin et de percevoir le droit de mouture. Il sera construit entre 1739 et 1769, l'année de la mort de Rivard. Le premier passe au feu en 1773.

4
Musée Laurier, Victoriaville

Les Bois-Francs est une petite région qui couvre la MRC d'Arthabaska. Elle est reconnue à l'échelle de la province pour sa diversité de reliefs, de cultures et de langues. Englobant les plaines du Saint-Laurent au nord et les Appalaches au sud, la région est peuplée d’une majorité de francophones bien que subsistent quelques groupes d'anglophones à l'extrême sud. En partie industrielle, en partie agricole, faite à la fois de rangs issus du régime français et de cantons britanniques, elle est d'une diversité étonnante.

5
Marie-Victorin vers 1920

Frère Marie-Victorin (né Conrad Kirouac le à Kingsey Falls, Québec et mort le ) est un religieux canadien, botaniste, intellectuel et écrivain. Au XXIe siècle, il est surtout connu pour ses travaux en botanique qui ont probablement culminé avec la publication de sa Flore laurentienne et l'élaboration de l'herbier Marie-Victorin.

Il rejoint l'ordre des Frères des Écoles chrétiennes en 1901 à l'âge de 16 ans. Son nom religieux viendrait de Marius Victorinus.

Instruit à l'université de Montréal, il devient professeur de botanique en 1920. Il est le fondateur et le directeur de l'Institut botanique de Montréal en 1922, et le fondateur du jardin botanique de Montréal en 1931. Il fonde en 1923 la Société canadienne des sciences naturelles et la dirige jusqu'en 1940. À travers celle-ci, il inspire la création des Cercles des jeunes naturalistes en 1931.

6
Alfred Laliberté, vers 1920

Alfred Laliberté (Sainte-Élizabeth-de-Warwick dans le canton d'Arthabaska-Montréal) est un sculpteur.

Fils du cultivateur Joseph Laliberté et de Marie Richard, il apprend tôt les métiers agricoles, et il s'initie à la sculpture à l'âge de quinze ans. Sur les recommandations du très honorable Sir Wilfrid Laurier, son père lui permet de partir étudier au Conseil des arts et manufactures (CAM) de Montréal à l'âge de dix-huit ans. Il remporte son premier prix à l'Exposition provinciale de la Ville de Québec à l'âge de vingt ans grâce à une statue grandeur nature de Wilfrid Laurier.

En 1902, à l'âge de 23 ans, il part étudier à l'École des beaux-arts de Paris, où il se lie d'amitié avec son compatriote le peintre Marc-Aurèle de Foy Suzor-Côté. De retour au Canada, ses œuvres montrent, en 1907, l'influence du sculpteur Auguste Rodin.

7
Batteur du groupe Kaïn au Festival du Poulet Édition 2008

Kaïn est un groupe originaire de Drummondville œuvrant dans le style musical folk rock. Le groupe est formé de Steve Veilleux, Yanick Blanchette, Patrick Lemieux et Éric Maheu.

Kaïn a sorti son tout premier disque Pop culture le 3 février 2004. La chanson Parle moi d'toi s'est avéré un grand succès et leur a permis de se faire connaître davantage a l'échelle provinciale. Le groupe sort un deuxième album intitulé Nulle part ailleurs le 3 mai 2005. Un album qui était très attendu par les fans. Kaïn continue à faire le tour de la province et de faire des spectacles. Leur chanson Embarque ma belle ainsi que la chanson Mexico obtiennent un succès monstre à la radio à l'été 2005.

8
Hôtel des Postes, Victoriaville

L'Hôtel des Postes à Victoriaville est un pavillon consacré aux beaux-arts rattaché au Musée Laurier.

Il est situé à une centaine de mètres du Musée Laurier dans le secteur historique d’Arthabaska aujourd’hui fusionné à Victoriaville.

Héritant de la collection du Musée Laurier relative aux œuvres d’art, celle-ci s’est passablement enrichie notamment en ce qui se rapporte au volet estampes en art contemporain.

Constituée d’abord à partir de 1932 de dons d’artistes tels Alfred Laliberté et Suzor-Coté, c’est en 1975, suite à l’accréditation du Musée Laurier par le gouvernement du Québec, que la collection prend son véritable envol. En 1996, le transfert du volet beaux-arts à l’Hôtel des Postes est rendu nécessaire en raison du volume important des œuvres acquises.

9 Le Festival du cochon de Sainte-Perpétue est un événement annuel, organisé depuis 1978 à Sainte-Perpétue. Près de l'autoroute 20, à mi-chemin entre Montréal et Québec, ce festival unique au monde attire plus de 40 000 visiteurs dans la petite municipalité de Sainte-Perpétue.

Le désir de créer un festival où le cochon serait à l'honneur est né en 1978 au Centre des loisirs et des sports de Sainte-Perpétue. Il était motivé par la présence au village de l'abattoir Ouellet, la plus grande industrie spécialisée dans l’abattage du porc opérant dans la région à l'époque. Le festival est devenu rapidement populaire par la création de sa Course nationale du cochon graissé.

10
Marc-Aurèle de Foy Suzor-Côté, Autoportrait, 1894

Marc-Aurèle de Foy Suzor-Coté (6 avril 1869 - 29 janvier 1937) est un peintre et un sculpteur natif d'Arthabaska (aujourd'hui Victoriaville).

Dès 1887, Marc-Aurèle Suzor-Côté participe à la décoration d'églises avec le peintre Maxime Rousseau. Il réalise des œuvres pour Wilfrid Laurier.

Influencé par l'impressionnisme, il voyage plusieurs fois à Paris. Il étudie aux académies Julian et Colarossi. Il côtoie également Auguste Rodin. Le Grand Nu est de cette époque.

Il revient au Québec en 1907 et s'installe à Montréal. Un nombre élevé de ses toiles illustrent des scènes de la vie quotidienne des gens rencontrés dans son Arthabaska natale, pays qu'il chérira toute sa vie.

11
Lac Saint-Pierre

La réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre est une réserve de biosphère tel que définie par l'UNESCO dans le cadre du Programme sur l'Homme et la Biosphère.

C’est entre Sorel-Tracy et Bécancour, sur la rive sud, et Berthierville et Trois-Rivières, sur la rive nord, que le fleuve Saint-Laurent se renfle pour former le lac Saint-Pierre. De par son archipel d’une centaine d’îles où foisonne une grande diversité biologique, en amont, et de par son refuge d'oiseaux migrateurs, en aval, le lac Saint-Pierre est un joyau unique au Québec. Occupant une superficie de 480 km2, et de 660 km2 lors des crues printanières, le lac Saint-Pierre est la plus vaste plaine d’inondation en eau douce au Québec. Son écosystème est demeuré naturel à 90 %, et ce, malgré la présence industrielle environnante. Elle abrite 288 espèces d'oiseaux résidents et migrateurs.

12 Médiat-Muse est un regroupement d'institutions muséales situées dans les régions de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Fondé il y a près de 20 ans, il avait pour but de rompre l'isolement de certains musées ainsi que de permettre l'échange d'idées, de services et de compétences.

Les membres se retrouvent dans quatre catégories précises : les musées, les centres d'expositions, les centres d'interprétation et les lieux historiques. Au total se sont une trentaine d'institutions vouées à la promotion et la diffusion de l'art sous toutes ses formes et tendances, à l'histoire, au patrimoine et à la science qui composent Médiat-Muse. Parmi ses activités, soulignons les expositions territoriales auxquelles participent la majorité des membres : le Bois d'œuvre, le Goût de l'eau, FEU!

13
La rivière Desrosiers à Saint-Albert

La rivière des Rosiers est un cours d'eau situé dans la région du Centre-du-Québec.

Le bassin versant de la rivière des Rosiers touche six municipalités, soit (de l'amont vers l'aval) Saint-Rémi-de-Tingwick, Tingwick, Kingsey Falls, Warwick,Sainte-Élizabeth-de-Warwick et Saint-Albert.

Le bassin hydrographique de la rivière a une superficie de 140 km2. Le bassin comprend 112 ha de milieux humides.

Les principales espèces forestières sont l'érable à sucre (Acer saccharum) et l'érable rouge (Acer rubrum).

14
La rivière Bécancour à Bécancour

La rivière Bécancour est un cours d'eau d'une longueur de 196 km. Le nom de la rivière commémore Pierre Robinau de Bécancour, 2e baron de Portneuf, seigneur de Bécancour (1654-1729). Ce nom apparu sur la carte de 1695 de Jean Deshayes. Les Abénaquis la nomment quant à eux Wôlinaktekw qui signifie « rivière à la baie ». Les Écossais qui s'établirent à Inverness nommèrent le tronçon qui passe sur leur territoire « Thames River » (la Tamise).

Le cours de la Bécancour, qui fait 196 km, commence à 402 m d'altitude dans les Appalaches. Elle prend source dans le lac Bécancour, dans la ville de Thetford Mines. Celle-ci suit un parcours sinueux jusqu'à Lyster, qui marque sont entrée dans les basses-terres du Saint-Laurent. Elle prend par la suite une direction ouest-sud-ouest jusqu'à Daveluyville où elle tourne en direction nord-ouest jusqu'à Bécancour.

15
Rivière Nicolet à Sainte-Monique

La rivière Nicolet est un affluent du fleuve Saint-Laurent au Québec sur sa rive sud. Elle est nommée en l'honneur du pionnier Jean Nicolet.

Elle a plusieurs confluents dont la rivière Bulstrode et la rivière Nicolet-Sud-Ouest. La ville de Nicolet est près de son embouchure.

La rivière Nicolet débute son cours de 137 km à une altitude d'environ 350 m dans le lac Nicolet, à Saints-Martyrs-Canadiens. Elle coule ensuite en direction nord-ouest jusqu'à Nicolet où elle se jette dans le lac Saint-Pierre.

Son bassin hydrographique à une superficie de 3 380 km2. Son module est de 79 m3 s−1.

Environ 43 % du territoire du bassin est recouvert de forêt.

Les principales espèces de poissons servant à la pêche sportive sont : l'omble de fontaine (Salvelinus fontinalis), la truite brune (Salmo trutta) et la truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss).

16
Musée Laurier à l’automne

Le musée Laurier est une institution muséale dédiée à l’interprétation de la vie personnelle et politique de Sir Wilfrid Laurier, premier ministre du Canada de 1896 à 1911. Le musée Laurier est situé au 16 rue Laurier Ouest, dans le secteur historique d’Arthabaska, aujourd’hui fusionné à la ville de Victoriaville.

En 1876, Wilfrid Laurier se fait construire, en face de son étude d'avocat, cette belle résidence de style victorien, d'après les plans de l'architecte Louis Caron Sr. Le couple Laurier y habite jusqu'à leur départ permanent pour Ottawa en 1897.

Au décès de Lady Laurier en 1921, la maison est léguée à Pauline Laurier Harvey, nièce de Laurier. Cette dernière vend la maison en 1928 à deux Canadiens anglais qui à leur tour la donnent au Gouvernement du Québec à la condition qu'on y aménage un musée à la mémoire du premier "Premier Ministre canadien-français". Le Musée Laurier ouvrit ainsi ses portes en mai 1929.

17
Rivière Yamaska à Saint-Hyacinthe

La rivière Yamaska est un affluent de la rive sud du fleuve Saint-Laurent, dont le nom en langue Abénaqui, Ouabmaska, signifie « là où poussent les joncs », faisant ainsi référence à son embouchure, le marais de la baie de Lavallière. Elle prend sa source dans les Appalaches et se jette dans le fleuve Saint-Laurent en aval de Sorel-Tracy. Son bassin versant couvre une superficie de 4 784 km2 et comprenait en 1997 une population de 230 800 personnes.

La rivière Yamaska débute à une altitude de 193 m au nord du lac Brome, un lac de 15 km2 situé à Lac-Brome. Celle-ci débute en direction ouest jusqu'à la ville de Farnham.

18 L'École nationale de police du Québec, située à Nicolet, est l'endroit où tous les aspirants policiers reçoivent la formation nécessaire afin d'exercer le métier de policier au Québec. Le au Québec, l'École remplace l'Institut de police du Québec (au même endroit, mais d'un nom différent) en vertu de la Loi sur la police.

Les aspirants policiers du Québec doivent terminer une formation technique dans un des collèges dispensant la formation au Québec pour ensuite suivre la formation intensive de 15 semaines à l'École. Sauf lors de circonstances exceptionnelles, neuf cohortes de 72 aspirants (pour un total de 648) sont formées chaque année à l'École.

L'École ne se contente pas de fournir la formation aux aspirants policiers. Elle donne des formations plus avancées pour les policiers et d'autres organismes requérant son expertise. Elle met également à la disposition de la communauté des locaux pour y tenir des colloques et réunions. L'École héberge également un centre sportif qui est mis à la disposition du Service des loisirs de la ville de Nicolet.

19
La centrale nucléaire de Gentilly, seule centrale nucléaire en opération commerciale au Québec. À gauche, la centrale de Gentilly-2. Hydro-Québec exploite cette centrale depuis 1983. À droite la centrale Gentilly-1, retirée du service en 1978.

La centrale nucléaire de Gentilly est une centrale nucléaire d'Hydro-Québec située à Bécancour au Québec. La centrale, située sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent à la hauteur de Trois-Rivières, possède une capacité brute de 675 MW (net 635 MW). Elle est la seule centrale nucléaire en opération au Québec.

Le développement d'une centrale nucléaire au Québec a fait l'objet d'un débat passionné dans les années 1960 et au début des années 1970 entre les partisans de cette forme d'énergie et ceux qui favorisaient la construction de grands projets hydroélectriques pour répondre à la très forte croissance des besoins.

20
Autoroute 55

L’autoroute 55 est une autoroute du Québec. Elle dessert les régions de l'Estrie, du Centre-du-Québec et de la Mauricie. Il s'agit de la plus longue autoroute Nord-Sud de la province, prolongeant l'Interstate 91 au nord de la frontière des États-Unis à partir de Stanstead jusqu'à Shawinigan, où elle devient la route 155. Sa longueur totale est de 248 kilomètres, en incluant le multiplex avec la 20 et de 210 kilomètres en excluant celui-ci. Elle est la colonne vertébrale du réseau routier du centre du Québec, elle relie les villes de Sherbrooke, Drummondville, Trois-Rivières et Shawinigan.

21 Portail:Centre-du-Québec/Lumière/21
22 Portail:Centre-du-Québec/Lumière/22
23 Portail:Centre-du-Québec/Lumière/23
24 Portail:Centre-du-Québec/Lumière/24
25 Portail:Centre-du-Québec/Lumière/25
26 Portail:Centre-du-Québec/Lumière/26
27 Portail:Centre-du-Québec/Lumière/27
28 Portail:Centre-du-Québec/Lumière/28
29 Portail:Centre-du-Québec/Lumière/29
30 Portail:Centre-du-Québec/Lumière/30
31 Portail:Centre-du-Québec/Lumière/31
32 Portail:Centre-du-Québec/Lumière/32
33 Portail:Centre-du-Québec/Lumière/33
34 Portail:Centre-du-Québec/Lumière/34
35 Portail:Centre-du-Québec/Lumière/35
36 Portail:Centre-du-Québec/Lumière/36
37 Portail:Centre-du-Québec/Lumière/37
38 Portail:Centre-du-Québec/Lumière/38
39 Portail:Centre-du-Québec/Lumière/39
40 Portail:Centre-du-Québec/Lumière/40