Wikipédia:RAW/2020-05-01

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Brèves[modifier le code]

Le meilleur d'Internet — Le périodique Wired publie le 17 février 2020 un article sur Wikipédia rédigé par Richard Cooke. « Les gens pensaient que l'encyclopédie produite de façon participative représentait tout ce qui n'allait pas avec le Web. Maintenant, c'est un phare de justesse. »[trad 1] Dans sa jeunesse, les titres sur l'encyclopédie étaient flatteurs ou injurieux. C'est toujours le cas selon Cooke. En effet, des gens demandent encore si on peut se fier à ses contenus, si Encyclopedia Britannica n'est pas meilleure, etc., même si ces questions ont déjà reçu des réponses encore et encore en faveur de Wikipédia.

Vous pouvez compter sur Wikipédia, à la condition que l'information soit sourcée.

Alors que la critique antérieure se faisait plus entendre, elle est aujourd'hui plus sourde. Les plateformes soutenues par de grandes sociétés Internet sont plus régulièrement critiquées pour leur manque de neutralité. Auparavant, l'utopie technologique avait la cote, alors qu'aujourd'hui, elle est identifiée au Mal. Auparavant, les mots « liberté », « connexion » et « collaboration » résonnaient favorablement parmi les internautes, alors qu'aujourd'hui, ils servent de prétexte à museler la liberté d'expression et à brider le droit à la vie privée. Wikipédia serait meilleure, car elle « n'est pas remplie de publicité, ne s'immisce pas dans la vie privée et ne constitue pas un terrain propice aux trolls néo-nazis. Comme Instagram, Twitter et Facebook, elle diffuse du contenu généré par les utilisateurs. Contrairement à eux, elle fait en sorte que son produit soit dépersonnalisé, collaboratif et destiné à l'intérêt général. Plus qu'une encyclopédie, Wikipédia est devenue une communauté, une bibliothèque, une constitution, une expérience, un manifeste politique — ce qui se rapproche le plus d'une place publique en ligne. »[trad 2] C'est l'un des derniers vestiges de l'utopie du World Wide Web altruiste. Cooke déclare son incrédulité face à ce projet d'encyclopédie libre, presqu'entièrement rédigée par des bénévoles, qui veut documenter toute la connaissance humaine sans rien exiger en retour.

Wikipédia a ses défauts, qui sont discutés tant dans ses pages que sur des forums en ligne. En effet, beaucoup d'articles sont de qualité médiocre, il est facile de vandaliser un article et la recherche du consensus ne mène pas nécessairement à la rectitude. Comme beaucoup d'autres sites Web collaboratifs, l'encyclopédie souffre du biais des genres (les hommes étant surreprésentés). Les femmes et les LGBTQIA+ souffrent de harcèlements et d'autres formes d'agressions. La Wikimedia Foundation a mis en place des programmes pour réduire ces attaques, ce qui semble donner des résultats positifs jusqu'à maintenant.

Les innovations du site ne sont pas logicielles, mais bien culturelles. Il a en effet été créé avec des technologies qui existaient déjà. Selon Cooke, son « architecture émotionnelle »[trad 3] est l'une des facettes la moins comprise et la moins appréciée du projet. Le site est construit par des passionnés, qui documentent avec une précision qui frise l'obsession. Cooke donne comme exemples les articles en:Khanzir, le seul cochon de tout l'Afghanistan, et en:Comparison of embroidery software, une liste comparative de logiciels de broderie. C'est cette passion qui donnerait l'impulsion aux contributeurs de rédiger des articles sur des sujets hors de leurs sphères d'intérêt.

Version 2002 de l’Encyclopedia Britannica. En 2020, consulteriez-vous un tome de cette encyclopédie ?

Même en 2020, la Wikipédia en anglais est régulièrement comparée à la version papier de l’Encyclopedia Britannica, bien que la dernière version papier de cette encyclopédie a été publiée en 2012. Cooke demande aux lecteurs de se rappeler la dernière fois qu'ils ont consulté un tome de Britannica. L'abandon de la version papier est si étendu que même les magasins de livres usagés refusent de les prendre. Lorsque Wikipédia a été lancée [NdE : en 2001], il faisait sens de la comparer aux encyclopédies imprimées et de rechercher la même rigueur. Britannica publiait des articles rédigés par des lauréats du prix Nobel par exemple, alors que Wikipédia ne pouvait compter que sur des bénévoles, qui faisaient du crowdsourcing (néologisme inventé en 2005). La comparaison était facile à faire.

En 2005, le journal Nature publie les résultats d'une étude comparative de la Wikipédia en anglais et de Britannica. Elle conclut que les deux ouvrages sont de qualité semblable. En 2014, la Harvard Business School publie une étude comparative sur les penchants politiques des deux encyclopédies. Wikipédia est un peu plus de gauche, notamment parce que les articles y sont en moyenne plus longs et intègrent plusieurs points de vue. De plus, selon Cooke, plus souvent un article est relu, plus il devient neutre. Cooke mentionne que Britannica est semblable à la porcelaine de Chine, alors que Wikipédia est semblable à la vaisselle de tous les jours : la première, qui est aussi une référence, on la consulte à l'occasion, alors que la seconde est régulièrement consultée. Il mentionne avoir consulté une version de 1965 : « Presque tous les articles ont été écrits par des hommes blancs, et certains articles étaient déjà dépassés de 30 ans lorsqu'ils ont été publiés. »[trad 4] Il donne comme exemple l'absence d'articles sur le cinéma, ce qui n'aurait été corrigé que 50 ans plus tard. Britannica versait 10 cents américains du mot (environ 50 cents d'aujourd'hui), ce qui était généreux selon Cooke. « [Les rédacteurs] ne montraient apparemment pas beaucoup de gratitude pour cette compensation ; les éditeurs se plaignaient de délais non respectés, de comportements irritables, d'erreurs dues à la paresse et de partialité pure et simple. »[trad 5] Si les contributeurs de la Wikipédia en anglais avaient été rémunérés à ce tarif, il aurait fallu verser 1,75 milliard US$ pour rédiger la version actuelle. Cooke rajoute que le nombre de tomes du Britannica est demeuré stable pendant plusieurs décennies, même si la connaissance humaine a continué d'augmenter. En quelque sorte, Britannica a rétréci puisque le nombre de pages est resté inchangé pendant ces années.

Lorsqu'Internet fait irruption dans les années 1990, des internautes envisagent la création d'une encyclopédie de taille illimitée, sans toutefois remettre en question la pertinence de Britannica. C'est en 2000 qu'est créée Nupedia, encyclopédie rédigée à partir de sources dont les articles seraient validés après plusieurs relectures. Après un an, elle ne compte que 12 articles, un échec évident. C'est alors que Larry Sanger, l'un des co-fondateurs de Wikipédia, entend parler du wiki. Lui et Jimmy Wales décident alors d'utiliser cette technologie pour créer du matériel qui servirait de source à Nupedia. Ils ne croient pas en cette façon de faire, mais il suffit d'un an et de 20 000 articles pour être convaincus. Nupedia a joué le rôle de graine et Wikipédia est l'arbre qui en est sorti, en quelque sorte. En 2003, Sanger quitte Wikipédia, refusant que l'internaute lambda puisse jouir d'une autorité égale à un expert en ce qui concerne le contenu d'un article.

En 2006, Sanger lance Citizendium, rédigée en collaboration par des amateurs et des experts. La même année, l'influent wikipédien Eugene Izhikevich, spécialiste en neurosciences, lance Scholarpedia, rédigée par des bénévoles sur invitation seulement et articles revus par des pairs. Les deux encyclopédies n'ont jamais pu grandir de façon significative comparativement à Wikipédia, se butant au même problème que Nupedia : la majorité des experts refuse de rédiger des articles pour une encyclopédie en ligne, même gratuite, s'ils ne sont pas rémunérés. Selon Cooke, les experts cumulent, au cours de leur carrière, beaucoup de matériel qui pourrait servir à rédiger des articles, mais ils refusent de les partager gratuitement. Toujours selon lui, Nupedia, Citizendium et Scholarpedia souffrent d'un autre problème : ils sont rédigés selon une approche top down. Leur couverture de plusieurs sujets importants est proche de zéro, faute d'une communauté suffisamment grande et diversifiée. Par exemple, Larry Sanger a refusé de créer une catégorie sur les women's studies dans Citizendium, affirmant que c'est un sujet trop sensible et que ça recoupe plusieurs autres catégories. La Wikipédia en anglais a résolu le problème en se fiant à sa communauté. Comme exemples de problèmes résolus par la commuaunté, Cooke donne en:George W. Bush et en:Jesus, deux personnalités qui prêtent à polémiques, articles qui sont chacun le fruit de milliers de modifications.

« En d'autres termes, Wikipédia n'a pas été érigée tel un gros projet, comme une grange, mais assemblée grain par grain, comme une termitière. La petitesse des grains et des ouvriers qui les transportent fait que l'échelle du projet semble impossible. Mais c'est justement cet « incrémentalisme » qui met l'immensité à portée de main.[trad 6] »

Ce Wikignome surveille vos wikigestes. Sourire diabolique

Selon un article paru dans Management Science, la taille médiane d'une modification dans la Wikipédia en anglais est de 37 caractères. Les héros de la Wikipédia ne seraient pas des géants dans leur domaine, mais les WikiGnomes qui font la maintenance du site (corriger des coquilles, lutter contre le vandalisme, catégoriser, etc.). Plusieurs wikipédiens commencent leur wikicarrière ainsi, et plusieurs s'y plaisent, même si ce travail n'est pas souvent célébré. Par la suite, plusieurs WikiGnomes migrent vers d'autres « cieux » en fonction de leurs intérêts et de leurs compétences. Les recommandations et les règlements de cette Wikipédia comptent ensemble pas moins de 150 000 mots, ce qui oblige plusieurs contributeurs à défendre leurs actions à la façon des avocats en s'appuyant sur des arguments issus de ce corpus. Deux grands courants d'interprétation de ce corpus sont à l'œuvre : les suppressionnistes et les inclusionnistes. Les premiers préfèrent la qualité à la quantité et la notoriété à l'utilité ; les seconds, l'inverse. La majorité des contributeurs, peu importe l'école, se situe entre l'expert et l'amateur, c'est un enthousiaste. Pensez aux ferrovipathes : il y en a qui savent tout sur les locomotives de telle société, alors que d'autres préfèrent noter les endroits où ils ont vu tel matériel roulant. Aucune école ne décernera jamais un diplôme à un ferrovipathe, mais ils forment quand même une catégorie d'experts. Auparavant, selon Cooke, ils présentaient leurs connaissances dans les forums de discussion, lors d'entrevues à la radio ou dans des magazines spécialisés. Wikipédia aurait su les attirer. Par exemple, l'article Flying Scotsman comprend 4 000 mots et regorge de détails sur la locomotive, détails superflus pour le commun des internautes (par exemple, les différents numéros qu'a portés la locomotive). « Une pédanterie aussi puissante est en soi une sorte de moteur, et elle est alimentée par un enthousiasme qui frise l'amour. »[trad 7] Cooke rappelle un passage qu'il a lu dans une parution du magazine The Atlantic en 1974. « Si l'exactitude forge un lien de confiance entre le lecteur et le rédacteur, alors l'excentricité, l'élégance et la surprise sont trois attributs qui font de l'apprentissage une transaction invitante. »[trad 8] Wikipédia serait richement pourvue de ces trois attributs. Ils sont si abondants qu'ils rendraient Wikipédia belle.

Les anges de l’Encyclopédie s'amusent...

Pourquoi donc des internautes travaillent-ils autant d'heures à rédiger des articles ? Jimmy Wales, l'un des cofondateurs de Wikipédia, a une toute autre vision de la collaboration wikipédienne : « C'est une erreur de croire que les gens travaillent gratuitement [...] Ils s'amusent gratuitement. »[trad 9] En effet, un sondage mené auprès de 5 000 contributeurs en 2011 a relevé qu'avoir du plaisir est l'une des raisons de leur collaboration. Ce n'est pas parce qu'ils font un travail sérieux qu'ils n'aiment pas s'amuser. Cette facette apparaît plutôt dans les coulisses de Wikipédia, que ce soit dans les pages de discussion ou sur la page Lamest edit wars [NdE : pour la Wikipédia en français, voyez Guerres d'édition les plus futiles). Selon Cooke, aucun architecte d'encyclopédie ne verrait d'intérêt à inclure des pages servant à s'amuser. Elles sont toutefois importantes car elles désamorcent les tensions, favorisent une coopération joyeuse, encouragent l'humilité et encouragent la poursuite de la lecture et de l'édition. L'humour aurait même été présent dès la création de l’Encyclopédie de d'Alembert et Diderot, où des articles font des renvois inattendus (exemple : l'article « Cannibale » renvoie à « Communion »).

Autant c'est une erreur de comparer Wikipédia à Britannica, autant il est erroné de la comparer aux autres sites du top 10 mondial selon Cooke. Elle applique un modèle social qui se transpose très mal dans le domaine commercial. Elle n'a pas de compte à rendre aux investisseurs ni aux actionnaires. Elle n'a aucune obligation de grandir ou périr. Elle n'a aucune obligation de cumuler des masses de données pour atteindre les plus haut sommets de l'intelligence artificielle (IA). Néanmoins, Wikipédia est une source de données fort utile aux sociétés qui forgent l'IA d'aujourd'hui. Siri d'Apple et Alexa d'Amazon y ont abondamment recours pour formuler leurs réponses. Demandez quelque chose au moteur de recherche Google, et le panneau à la droite est issu de Wikipédia.

Ces trois outils s'appuient beaucoup sur Wikidata, la base de connaissance libre. En effet, elle offre une vue structurée des informations factuelles que l'on retrouve entre autres dans les pages de Wikipédia. Un développeur croate et wikipédien, Denny Vrandečić, captivé par le contenu de Wikipédia et intrigué par les possibilités du Web sémantique, a mis au point un précurseur de Wikidata. Vrandečić croyait qu'il serait possible d'extraire de façon automatisée les données utiles de Wikipédia. Ses travaux ont mené à l'élaboration de Wikidata, dont le contenu est rempli pour moitié par des bots et moitié par des humains, ce que Vrandečić n'avait pas anticipé car Wikidata vise à « séduire » en premier les bots. La contribution à Wikidata n'exige pas les mêmes compétences que la contribution à Wikipédia, le premier n'a donc pas cannibalisé le second. Les wikidatiens aiment rédiger des listes par exemple, alors que les wikipédiens veulent rédiger des articles par exemple. Wikidata veut couvrir plus large que Wikipédia. Le projet souhaite par exemple connaître les noms de tous les hommes politiques en place, les titres de toutes les toiles connues et les identifiants de tous les gènes humains. Les blagues y ont aussi une place. Selon vous, à quoi renvoie Q42 (nombre bien connu des lecteurs de H2G2, par exemple) ?

L'auteur termine en écrivant : « avec Wikipédia, vous savez que vous obtenez la meilleure information possible. »[trad 10]

National Emergency LibraryInternet Archive (IA), qui maintient une bibliothèque numérique en ligne de 1,4 million d'ouvrages, a été accusé de violer le copyright des auteurs parce que la National Emergency Library n'impose aucune restriction sur les emprunts en ces temps de crise sanitaire. Le fondateur d'IA, Brewster Kahle, a répliqué à ces accusations en rappelant que l'institution détient les licences commerciales qui l'autorisent à diffuser les ouvrages comme toute autre bibliothèque. [2]

Suppression article Karine Lacombe — Les médias sociaux ont bourdonné à la suite de la suppression de l'article « Karine Lacombe », une virologue française qui a fait manchette dans les médias français. La suppression de l'article fait suite à l'application des critères de notoriété de la Wikipédia en français. Entre autres, Karine Lacombe n'avait pas fait l'objet d'au moins deux articles dans des médias nationaux, espacés de deux ans, ou d'analyse de son oeuvre par des sources secondaires. Ce n'est pas toujours le cas. En effet, la majorité des scientifiques ont une vie professionnelle loin des projecteurs médiatiques, mais certains attirent tout de même l'attention des sources secondaires [NdE : voici des exemples de scientifiques peu connus à la carrière admirable : Karl Landsteiner, Henrietta Swan Leavitt, Gilbert Lewis ou encore Karl Pearson]. (fr) [3], (fr) [4]

#Wikicheznous« Du 8 avril au 6 mai, Wikimédia France lance un concours de contribution sur les 10 projets de Wikimedia Foundation (Wikipédia, Wikimedia Commons, Wikidata, Wikisource, Wiktionnaire, Wikibooks, Wikiquote, Wikiversity, Wikivoyage, Wikinews) et Lingua libre. 24 prix sont à gagner dans différentes catégories. Ce concours a pour but d'inciter tout un chacun à contribuer en période de confinement, mais aussi de mettre en avant les différents projets wikimédia. » (fr) [5], (fr)[6]

.org — Dans les parutions de janvier 2020 et mars 2020, nous avons mentionné la vente du domaine .org à des intérêts privés, suscitant des controverses chez les OBNL, entre autres. Le procureur général de la Californie a fait parvenir une lettre à ICANN, organisme responsable ce top level domain (TLD), lui indiquant clairement son opposition à la vente du domaine à des intérêts privés. En conséquence, ICANN a encore reporté d'un mois le transfert officiel vers la société qui souhaite acquérir le TLD. Le bureau du procureur général a entre autres déclaré : « L'autonomisation d'une entité à but lucratif qui pourrait nuire à l'accessibilité et à l'abordabilité du domaine .org, qui dessert des organisations à but non lucratif, devrait nous concerner tous. »[trad 11] [7]

Ukraine sur Wikipédia — Le ministère des Affaires étrangères de l'Ukraine souhaite améliorer l'image de l'Ukraine en apportant ses pierres à l'édifice wikipédien. Même s'il promet de modifier Wikipédia de façon neutre, plusieurs doutent de cette promesse. En effet, le ministère a diffusé dans un premier temps des messages avec ces passages : « super campagne pour saturer Wikipédia d'information neutre »[trad 12] et « les diplomates ukrainiens vont aussi aider à rédiger les articles de Wikipédia »[trad 13]. Après que le Signpost de la Wikipédia en anglais a posé quelques questions au ministère, le discours du ministère a pris un ton moins dramatique. Le chapitre Wikimedia Ukraine indique qu'il ne collabore pas à cette campagne du ministère, mais qu'il va tenter de rendre neutres les modifications apportées aux Wikipédias linguistiques. Cette campagne, précédée d'une autre en octobre 2018, a été lancée dans le but de contrer la Russie sur le front de l'information. [8]

Saisie intuitive — Un patent troll accuse la Wikimedia Foundation (WMF) de violer l'un de ses brevets portant sur la saisie intuitive et réclame 30 000 dollars pour octroyer une licence perpétuelle à la WMF. Cette dernière a refusé de payer pour plusieurs raisons, dont le prior art (en) (c'est-à-dire que la technique existait avant que le brevet ne soit émis). Le patent troll n'a pas indiqué s'il prévoyait de poursuivre la WMF. [9]

Dans les coulisses de la Wikimedia[modifier le code]

Pour souligner le passage du 1er avril 2020, des wiktionnaristes ont déposé un faux projet structurant de la Stratégie Wikimedia 2030. Ils souhaitent que la Wikimedia Foundation soit renommée The Wiktionary Foundation pour se concentrer sur le projet le plus important. (fr) [1]

Les plus utilisés — Selon Irønie, parmi 100 000 articles de la Wikipédia en français, voici les dix sites les plus souvent utilisés dans {{article}} :

Daxipedia trouve « dommage » de voir le site en.wikipedia.org à la hauteur de 0,2 % parmi les {{articles}}, ce qui signifie que des contributeurs jugent que la Wikipédia en anglais est une source valable (alors que les recommandations de la Wikipédia en français indiquent qu'aucune Wikipédia linguistique ne saurait servir de source[note 1]).

Pour {{lien web}}, ce serait :

Irønie, pour chaque modèle, propose également les 90 sites qui suivent dans l'ordre décroissant sur cette page.

50 millions de modifications... — ont été faites avec l'ÉditeurVisuel sur les Wikipédia. Cela ne compte que les modifications effectuées avec l'ÉditeurVisuel sur la version « bureau », pas celles faites sur mobile, ou avec le « Nouveau mode wikicode » qui fait partie de l'extension:VisualEditor. L'ÉditeurVisuel est apparu en juillet 2013 sur la Wikipédia en français, mais son implantation a été douloureuse pour les communautés (voyez ces brèves d'octobre 2013, de janvier 2014 et de février 2015). Aujourd'hui, beaucoup de wikipédiens l'utilisent avec bonheur et succès Sourire.

Interactions — Parfois, vous soupçonnez que deux comptes sont reliés au même propriétaire. Comment mesurer cette collaboration ? Voici trois outils qui permettent de savoir sur quels articles les deux comptes ont collaboré (fr)[11] :

Si vous croyez que trois, quatre... comptes sont exploités par une même personne, le second et le troisième pourraient aider. Vous pouvez également utiliser ces outils pour soutenir des soupçons de wikitraque.

Lorsqu'on se compare... — on se console. La Wikipédia en français compte plus de 920 000 ébauches (environ 42 % des articles). La Wikipédia en anglais comprend 3 millions d'ébauches (environ 50 % des articles). [12]

Prix des médicaments... — inclure ou pas dans les articles de la Wikipédia en anglais ? Le Project:Medecine là-bas est le siège d'une discussion animée, portée par plusieurs wikipédiens d'expérience, les avis étant partagés à part égale, à peu près. [13]. Ce conflit existe depuis de nombreuses années dans cette Wikipédia linguistique. [14]

Courrier du lectorat[modifier le code]

(Il nous fera plaisir de lire les messages déposés ici et, si nécessaire, d'y répondre dans les plus brefs délais.)

Merci Cantons-de-l'Est pour ces RAW toujours intéressants et qui permettent de découvrir de nouveaux horizons Sourire Laurent04000 (discuter) 1 mai 2020 à 09:02 (CEST)


Les exemples et les raisons pour expliquer le cas de Karine Lacombe ne sont pas très pertinents. Ce n'est nullement car Lacombe était une scientifique "peu connue" que son article a été supprimée, mais car aucune source secondaire ne s'est intéressé à ses travaux ou à sa biographie. Contrairement aux exemples, abondamment pourvus de sources secondaires, bien que peu connus. A la limite, même, c'était exactement le contraire des exemples cités : Lacombe était au contraire très "connue", mais peu "notable", dans le sens où aucune source secondaire ne l'avait remarquée. C'est la différence entre "notoriété" et "notabilité" qui n'est pas expliquée, ni même évoquée, et pourtant prise en compte par Wikipédia, dans le cas de Lacombe, et dans le cas des exemples cités de scientifiques au contraire peu connus (mais notables). Dommage. Sinon le reste est très intéressant et équilibré. --Jean-Christophe BENOIST (discuter) 1 mai 2020 à 09:51 (CEST)

Jean-Christophe BENOIST, Je comprends. Si le coeur vous en dit, reformulez la brève sur Karine Lacombe :-). — Cantons-de-l'Est p|d|d [‌sysop] 2 mai 2020 à 12:59 (CEST)
Le coeur m'en a dit. Cela reste sans doute perfectible et bien sûr modifiable. Cordialement --Jean-Christophe BENOIST (discuter) 2 mai 2020 à 13:41 (CEST)

Très intéressant.

Un détail cependant, le site dx.doi.org ne devrait pas figurer parmi les sites utilisés puisque c'est un redirecteur (il faudrait comptabiliser les sites vers lesquels doi.org redirige). C'est comme si on comptabilisait les bouquins pour lesquels un ISBN est indiqué. --Ypirétis (discuter) 1 mai 2020 à 11:01 (CEST)

Ypirétis, Vous avez raison. Il faudrait en glisser un mot à Irønie. — Cantons-de-l'Est p|d|d [‌sysop] 1 mai 2020 à 16:12 (CEST)
« Le changement est l'élixir de la circonstance humaine, et l'acceptation du défi la voie de notre espèce. Nous sommes des animaux des mauvais temps, les plus beaux enfants des catastrophes. Pour la plus saine des raisons de l'évolution, l'homme apparaît sous son meilleur jour dans les pires moments.[trad 14],[1] »
Robert Ardrey
Rédigé/traduit par Cantons-de-l'Est
Citations originales
  1. (en) « People used to think the crowdsourced encyclopedia represented all that was wrong with the web. Now it's a beacon of so much that's right. »
  2. (en) « It does not plaster itself with advertising, intrude on privacy, or provide a breeding ground for neo-Nazi trolling. Like Instagram, Twitter, and Facebook, it broadcasts user-generated content. Unlike them, it makes its product de-personified, collaborative, and for the general good. More than an encyclopedia, Wikipedia has become a community, a library, a constitution, an experiment, a political manifesto—the closest thing there is to an online public square. »
  3. (en) « emotional architecture »
  4. (en) « Almost all the articles are authored by white men, and some were already 30 years out of date when they were published. »
  5. (en) « They apparently didn't show much gratitude for this compensation; the editors complained of missed deadlines, petulant behavior, lazy mistakes, and outright bias. »
  6. (en) « Wikipedia, in other words, isn't raised up wholesale, like a barn; it's assembled grain by grain, like a termite mound. The smallness of the grains, and of the workers carrying them, makes the project's scale seem impossible. But it is exactly this incrementalism that puts immensity within reach. »
  7. (en) « Une pédanterie aussi puissante est en soi une sorte de moteur, et elle est alimentée par un enthousiasme qui frise l'amour. »
  8. (en) « But while accuracy binds the trust between reader and contributor, eccentricity and elegance and surprise are the singular qualities that make learning an inviting transaction. »
  9. (en) « It's a misconception people work for free [...] They have fun for free »
  10. (en) « with Wikipedia, you know you are getting the best possible information »
  11. (en) « Empowering a for-profit entity that could undermine the accessibility and affordability of the .org domain, which serves nonprofits, should concern all of us »
  12. (en) « mega campaign to saturate Wikipedia with unbiased information »
  13. (en) « Ukrainian diplomats will also help to write Wikipedia's articles »
  14. (en) « Change is the elixir of the human circumstance, and acceptance of challenge the way of our kind. We are bad-weather animals, disaster’s fairest children. For the soundest of evolutionary reasons man appears at his best when times are worst. »
Notes
  1. Si vous éprouvez des doutes sur la pertinence de cette recommandation, voici un scénario où vingt articles de la Wikipédia en français : A, B, C... ont été rédigés par une seule personne.
    • Au jour 1, le contributeur ajoute B comme source dans l'article A.
    • Au jour 2, le contributeur ajoute C comme source dans l'article A.
    • Au jour 3, le contributeur ajoute D comme source dans l'article A.
    • Au jour 4, le contributeur ajoute E comme source dans l'article A.
    • ...
    Dix-neuf articles pourraient suffire à sourcer A. Le contributeur pourrait faire de même, mutatis mutandis, pour les autres articles. S'il s'agit d'un expert qui connaît bien les vingt sujets, ça serait peut-être accepté, mais personne sur Wikipédia ne peut invoquer son expertise pour décider ce qui est valable.
Références
  1. (en) Athaenara, « User:Athaenara », sur en.wikipedia.org,