Wikipédia:RAW/2018-05-01

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Brèves[modifier le code]

Tapis rouge« Dans un effort pour améliorer la qualité des images dans les articles biographiques, la Cinémathèque québécoise organise, en partenariat avec Wikimédia Canada et le Café des savoirs libres, des séances de photographie pour les personnalités publiques, les artistes et les créateurs, notamment dans le domaine du cinéma et de la télévision. » Cette activité est menée sous l'égide du Projet Tapis rouge. (fr)[1]

Combien payeriez-vous... — « Certains des services en ligne les plus utiles sont gratuits. Facebook est gratuit. Wikipédia est gratuit. Google Maps, Gmail et Google Search sont tous gratuits. Si un peu de publicité ne vous ennuie pas, alors presque toute la musique du monde est gratuite grâce à Spotify et YouTube. »[trad 1] Même si ces services ont une valeur aux yeux de leurs utilisateurs, il est difficile de calculer quel montant les « propriétaires » pourraient exiger. Des économistes se sont penchés sur ce dossier par le biais de sondages. Ils ont demandé quel montant les utilisateurs seraient prêts à verser pour utiliser Facebook et quel montant leur remettre pour qu'ils n'utilisent pas Facebook. En s'appuyant sur les montants indiqués, les économistes ont calculé que Facebook pourrait exiger 40 US$ par mois. Pour le courriel, c'est 700 US$ par mois. Pour les cartes géographiques numériques, c'est 300 US$ par mois. Les sites de ventes en ligne pourraient exiger 70 US$. Toutefois, ces économistes ne mentionnent pas Wikipédia. Ils observent par ailleurs que l'encyclopédie libre, comme d'autres services en ligne gratuits, pourrait faire décroître le PIB puisqu'ils peuvent mener des sociétés commerciales à fermer leurs portes. Par exemple, Encyclopædia Britannica a dû revoir son modèle d'affaire lorsque Wikipédia a pris son envol dans les années 2000. [2] Un éditorial paru en 2016 dans le magazine Forbes avance que ces services en ligne, même s'ils sont gratuits, apportent de la valeur économique aux utilisateurs. Parce que le PIB ignore une partie conséquente de l'économie numérique, elle-même une partie importante de l'économie tout court, les décideurs sont mal informés sur l'état de l'économie. [3]

2015 : Wikipédia en français se trouve à l'est de la « boule » Wikipedia.

Accueil multilingue Wikipédia — Dans un navigateur Web dont la langue préférée est le français, le portail multilingue Wikipedia.org affiche le lien vers la Wikipédia en français à la même hauteur que le lien vers la Wikipédia en anglais. Ce n'était pas le cas en 2015, par exemple, le français se trouvant plutôt à l'est de la « boule » Wikipedia.

Facebook au tribunal — Au Québec, des avocats de la défense révèlent qu'ils utilisent Facebook pour obtenir quantités d'informations sur les jurés. Pour les procès au criminel, les avocats reçoivent une liste de jurés potentiels lors des séances de sélection, jurés qui sont tous identifiés par un numéro pour assurer leur anonymat et prévenir les tentatives d'intimidation. Toutefois, pendant le procès, les avocats ont le loisir de les observer en chair et en os. La plupart des personnes dans la salle portent leur smartphone sur elles et sont souvent connectées à Facebook. Après quelques jours au tribunal, un adjoint des avocats de la défense présent dans la salle utilise son smartphone pour consulter la section Vous connaissez peut-être... de l'onglet « Invitations » de Facebook. L'application lui montre des photos, notamment de gens qui sont à proximité géographique. C'est ainsi que l'adjoint peut connaître le nom des jurés présents. Selon une avocate habituée des procès devant jury, « Au début d’un procès, nous pouvons avoir accès au nom, à l’âge et à l’emploi d’un juré. Aujourd’hui, ces informations sont suffisantes pour retrouver quelqu’un », c'est-à-dire l'identifier sans doute possible. Par la suite, les avocats peuvent découvrir maints détails sur les jurés, y compris leurs sensibilités. Des avocats seraient même capables de faire avorter un procès en révélant des informations secrètes sur les jurés. (fr)[4]

Au contraire, la Wikimedia Foundation (WMF) applique une politique qui soutient le droit à la vie privée des internautes qui la consultent et qui la modifient. « Wikimedia autorise les gens à modifier sous un pseudonyme, sans fournir d'informations personnelles, voire sans créer de compte. L'anonymat et l'usage d'un pseudonyme peuvent protéger contre des représailles pour avoir contribué à un projet Wikimedia [...] Les gens ont aussi besoin d'être rassurés lorsqu'ils parcourent Wikipédia, sans craindre qu'un gouvernement ou une tierce partie ne les suive ou les observe. Pour cette raison, tout le trafic internet de et vers les projets Wikimedia sont chiffrés par le protocole HTTPS. Nous appliquons aussi le Strict Transport Security (HSTS), qui demande aux navigateurs Web d'utiliser exclusivement une connexion chiffrée pour communiquer avec les projets Wikimedia, ce qui protège contre les tentatives de casser HTTPS et donc de lire le trafic. »[trad 2] La WMF a d'ailleurs signé la charte de Necessary and Proportionate qui s'applique aux droits humains. [5]

Encyclopædia Britannica à éditer...

La moitié des entrées en ligne de Britannica ne sont pas des articles — L'Encyclopædia Britannica se vante d'offrir l'accès à des « centaines de milliers d'articles, biographies, vidéos et images réalisés par des experts »[trad 3]. Cependant, un peu plus de la moitié des 206 761 entrées en lignes de Britannica recensées par l'outil mix'n'match mènent vers des directory pages, qui ne sont pas des articles, mais plutôt des pages recensant les résultats d'un moteur de recherche interne permettant de souligner des passages d'autres articles abordant le sujet de l'entrée (exemple).
Cela a été découvert par l'analyse d'un échantillon aléatoire de 200 entrées de Britannica tiré de l'ensemble des entrées de mix'n'match et d'un autre échantillon aléatoire de 200 entrées des éléments de Wikidata associés à cette encyclopédie[1]. Ces deux échantillons ont permis de déterminer que 47 à 49 % des entrées mènent à un article, le reste pointant vers des directory pages.

Pourquoi lit-on Wikipédia ? — Le blog Wikimedia est une source d'informations anglophones de qualité. En témoigne ce billet qui rend compte d'une étude récente, effectuée en 14 langues (allemand, anglais, arabe, bengali, castillan, hébreu, hindi, hongrois, japonais, mandarin, néerlandais, roumain, russe et ukrainien) et en analysant 215 000 réponses. On y apprend que les raisons conduisant à la lecture d'un article se partagent à peu près équitablement entre recherche purement factuelle, volonté d'acquérir une vue d'ensemble sur le sujet et désir d'acquérir une connaissance approfondie de celui-ci. En revanche, les motivations des lecteurs varient selon leur aire linguistique, et les locuteurs du hindi se singularisent par leurs motivations. Nous ne saurions trop recommander la lecture du blog wikimédia à nos lecteurs maîtrisant la langue anglaise.

Peu après la parution de ce numéro des RAW, l'utilisateur Assassas77 a mis en ligne une traduction de cet article du blog Wikimedia.

Discuter (les commentaires sont automatiquement inclus ici)

Dans les coulisses de la Wikimedia[modifier le code]

Google Livres libres — Google Livres publie des millions d'ouvrages, plusieurs se trouvant dans le domaine public. Parfois, un livre qui devrait se trouver dans ce domaine est plutôt déclaré sous copyright. Un internaute rapporte qu'il est facile de demander à Google de modifier le droit applicable à un livre, notamment s'il a été publié par le gouvernement américain. Il suffit de remplir un formulaire en ligne et d'attendre. L'auteur du billet rapporte avoir attendu une semaine avant de recevoir une réponse de la société. [6]

Infobox Commons — Dans Wikimedia Commons, des contributeurs « décorent » les catégories avec des {{Wikidata infobox}} qui regroupent quelques informations sur une entité (au sens large). Les données sont automatiquement chargées de Wikidata.

Mini-jeux Wikidata — Cette infolettre a mentionné les mini-jeux Wikidata de Magnus Manske en décembre 2014 (ils sont toujours en ligne et plus nombreux). Des contributeurs ont décidé de « s'amuser » en ajoutant d'autres jeux Wikidata.

PediaPress — Plusieurs programmeurs ont travaillé au cours de la dernière année pour produire un nouvel outil de rendu .pdf des articles des wikis hébergés par la WMF. Après une série d'échecs et des mois de délais, la WMF décide d'établir un partenariat avec PediaPress pour gérer l'outil de créateur de livres. Les modalités de l'entente, ainsi que le nouvel échéancier, sont en discussion.

Death knell sounding for The Signpost? C'est sous ce titre alarmiste (pouvant grosso modo être traduit par Les trompettes de la mort sonnent-elles déjà pour le Signpost ?) que le grand frère anglophone de la présente publication fait état de ses difficultés rédactionnelles. Nous pourrions publier l'article in extenso en l'appliquant aux RAW. Amis lecteurs, n'hésitez pas à contribuer. Ce n'est pas plus compliqué que d'écrire un article au sein de notre encyclopédie favorite, et les RAW sont ouverts à tous. Par ailleurs, nul contributeur des RAW n'a jamais mordu de nouveaux.

Commentaire d'un lecteur : « Tout ce que [le contributeur] Lane suggère, comme cette subvention, n'est ni utile ni efficace. En fin de compte, la création et la production d'une publication comme celle-ci nécessite beaucoup d'effort numérique gratuit. Qui a le temps de rédiger régulièrement à ce niveau élevé ? Et qui pourrait le faire au niveau de compétence respectant les normes très élevées, ainsi que les absurdités, des communautés Wikimedia ? Il est inévitable que The Signpost ait des ennuis. » [trad 4]

Fort heureusement, l'éditorial de la livraison suivante du Signpost, qui vient de sortir, fait état des réactions à la lecture de cet article : nombreuses et suivies d'effet, elles témoignent de l'attachement au wikimagazine anglophone de ses lecteurs et contributeurs. Mieux encore, des pistes de développement y sont explorées !

Nos dons investis à Singapour — Internet fonctionne vite, notamment grâce aux fibres optiques transocéaniques. Néanmoins, la zone Asie-Pacifique souffrait, du fait de son éloignement des principaux serveurs Wikimedia, qui se trouvent essentiellement en Europe et en Amérique du Nord, de chargements de pages plus lents qu'ailleurs. Ce ne sera plus le cas : la Fondation Wikimedia vient de mettre en service, à Singapour, un serveur qui palliera cet inconvénient. C'est ainsi que nos dons peuvent se trouver investis dans ce petit État tropical doté d'un port de commerce immense… et d'un utile serveur Wikimedia !

Blitz (bis) — Wikipédia en français approche tranquillement les 2 000 000 d'articles. Si vous voulez avancer la date d'arrivée de la deux millionième entrée, voici des éléments Wikidata liés à des entrées sur Encyclopædia Universalis et Encyclopædia Britannica et ne possédant pas d'article sur frwiki :