Wikipédia:RAW/2012-06-24

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Message de l'éditeur/rédacteur/traducteur/etc.,

Chères lectrices, Chers lecteurs,

Cette infolettre complète mon aventure commencée voici un an. Je cède mon poste à quiconque veut bien le prendre et lui souhaite bon succès.

Brèves[modifier le code]

Cette photographie, apparue dans RAW 2012-05-13, est la meilleure image de l'année 2011 de Commons. Environ 1 180 contributeurs ont voté au deuxième tour [1], moins que les 1 400 au premier tour [2].
Cette photographie, apparue dans RAW 2012-06-17, est la troisième meilleure image de l'année 2011 de Commons. La première image a reçu plus de 140 votes, alors que celle-ci a reçu 57 votes. Il y avait 36 illustrations retenues au deuxième tour.
Cette photographie, apparue dans RAW 2012-02-12, est la 26e et dernière meilleure image de l'année 2011 de Commons avec 4 votes. Malgré cette position peu enviable, elle s'est démarquée parmi les 600 illustrations retenues.
  • Wikimédia France a établi un partenariat avec l'Agence universitaire de la Francophonie et l'Institut français « afin de lancer un programme commun autour de Wikipédia en Afrique francophone : Afripedia ». Ce projet vise à faciliter « la consultation hors ligne de Wikipédia ainsi que la production d’articles consacrés à l'Afrique et rédigés par des contributeurs africains ». [4]
  • Alexander Doria (d · c) a écrit un billet sur Wikidata. Il se concentre sur « la définition du Data model, soit le mode de présentation des données. Cette définition [est] d’ordre épistémologique et intéresse à [son] avis directement les contributeurs de Wikipédia, indépendamment de leurs compétences informatiques ». [5]
  • Anita Sarkeesian est une Américaine qui analyse l'usage des tropes pour décrire les femmes dans la culture populaire. Son article dans la Wikipédia en anglais a subi plusieurs vandalismes suite à sa campagne de levée de fonds visant à financer la production de vidéos sur la description des femmes dans les jeux vidéos. [6]
  • 60px se prête à différentes modifications. Parcourez cette page pour observer les changements proposés depuis sa publication. <commentaire>Je remercie Frakir (d · c) qui a attiré mon attention sur ces changements.</commentaire>
  • « wikimediasfera ». Ce néologisme, qui rappelle « blogosphère », est utilisé par un chercheur espagnol qui a publié un panorama des activités de l'écosystème Wikimedia. [7]
  • Des aveugles de la région de Washington, D.C. se rencontrent mensuellement pour discuter d'un livre qu'ils ont écouté afin de pouvoir rédiger un article à son propos dans la Wikipédia en anglais. Cette activité leur permet d'améliorer leur compétence à utiliser un ordinateur. Par exemple, chacun doit taper du texte et donc trouver chaque touche sur le clavier. [8]
  • Selon une étude réalisée pour le compte de Wikidata, dans l'ensemble des Wikipédias, le tiers du contenu en moyenne est composé de liens interwikis. Les Wikipédias en anglais, en allemand et en français en comprennent respectivement : 1,1 %, 2,2 % et 2,7 %. Ce pourcentage est plus élevé dans toutes les autres Wikipédias linguistiques en activité (Par exemple, celle en russe est à 3,0 %). [9]
  • Deux chercheurs ont tenté d'établir la qualité d'un article en s'appuyant sur deux hypothèses. Selon la première hypothèse, plus longtemps une contribution demeure inchangée, plus élevée est sa qualité. Ils ont aussi étudié les réseaux établis lors de la rédaction à quatre mains et les réseaux établis par les échanges dans les pages de discussion. Selon eux, plus un wikipédien est « central » dans l'un de ces réseaux, plus son « autorité » est élevée. De leur étude, ils en tirent la conclusion que si un article est édité de façon substantielle par un tel wikipédien, la qualité de cet article est élevée. Ils ajoutent que le processus de rédaction des meilleurs articles est souvent concomitant à un grand nombre d'échanges entre les rédacteurs. [10]
  • Plus un lecteur possède de notions dans un domaine, plus élevée sera sa confiance envers le contenu d'un article de la Wikipédia dans ce domaine. [11]
  • Des chercheurs de Google Suisse et de l'université espagnole UNED ont analysé les historiques des articles de la Wikipédia en anglais. Ils estiment qu'environ la moitié ont une infobox et ces chercheurs profitent de ces contenus pour créer une base de données qui leur servira à réaliser une étude historique. [12]

Suppressions et ajouts[modifier le code]

L'un des fondateurs de Wibidata, une « plateforme [...] servant au stockage, à la distribution et à l'analyse de données à grande échelle[trad 1] », s'est attaché à analyser toutes les modifications de tous les contributeurs dans toutes les pages de l'espace de noms principal seulement de la Wikipédia en anglais jusqu'au 1er janvier 2012. Parmi les 290 millions de contributions, celles des bots ont été retirées. [13]

Environ 50 % des contributeurs (groupe A) ne font qu'une seule modification (ensemble, ils ont fait environ 6 % de toutes les contributions) et environ 0.1 % de tous les contributeurs (groupe O) ont fait plus de 844 contributions (ensemble, ils ont fait au-delà de 50 % de toutes les contributions) (voir le 1er graphique de cette page). En entamant son étude, l'auteur croyait que les contributeurs ne font qu'ajouter du texte, alors qu'il sait maintenant qu'ils en suppriment. Il a découvert que le groupe A fait surtout des suppressions (ce qui est plus facile que d'ajouter du contenu selon l'auteur), alors que le groupe O fait surtout des ajouts. D'ailleurs, ce groupe a produit un peu plus que 125 % du contenu de la Wikipédia en anglais — ce qui est raisonnable, car d'autres suppriment — (voir le 2e graphique de cette page). Les contributeurs qui ont fait 12 contributions ou moins suppriment surtout du contenu. Les autres en ajoutent (voir le 3e graphique de cette page). En regroupant les contributeurs selon le nombre de modifications, le groupe O excepté, les contributeurs anonymes font plus de contributions que les contributeurs enregistrés (voir le 4e graphique de cette page, barres oranges et turquoises), mais les anonymes suppriment surtout du contenu, au contraire des contributeurs enregistrés. « Tel qu'anticipé, un petit pourcentage de contributeurs est responsable d'une grande partie des modifications. Mais il est surprenant de savoir combien ce pourcentage est faible[trad 2]. » L'auteur fait ainsi une comparaison avec le principe de Pareto.

Dans les commentaires, une personne fait remarquer que la suppression n'est pas nécessairement mauvais signe et donne comme exemple du texte rédigé à plusieurs mains qui est résumé, raccourci. Elle ajoute que les premières modifications sont souvent des tests, car les gens ne peuvent croire qu'ils ont le droit de modifier le contenu. Elle continue en écrivant que les anonymes n'ont pas de liste de suivi et, dans la Wikipédia en anglais, n'ont pas le droit de créer de nouveaux articles, ils font donc autre chose. Dans un autre post, elle mentionne également que des articles complets sont supprimés, mais que la personne qui fait la demande n'est pas celle qui l'exécute, mais un administrateur. <commentaire>Selon mon interprétation, elle laisse entendre que c'est un processus qui n'influe pas sur le nombre de caractères ajoutés/soustraits.</commentaire> Elle explique qu'il existe trois processus de suppressions d'articles dans cette Wikipédia, dont le Criteria for speedy deletion, équivalent de notre SI, qui serait le plus fréquent.

Un autre commentateur fait observer que les vandales, des anonymes, remplacent souvent un article par quelques mots : « p.... », « v..... » ou « f... y.. », ce qui supprime énormément de texte d'un seul coup. Et un contributeur enregistré qui révoque ce vandalisme ajoute ainsi autant de texte.

Un troisième fait observer que plusieurs contributeurs ont recours à des outils que l'on peut assimiler à des bots, mais ne sont pourtant pas des contributeurs catégorisés comme bots. Un autre réplique que ces contributions sont de moins en moins tolérées par la communauté.

Temps libre[modifier le code]

En 2008, Clay Shirky, un journaliste américain spécialiste des NTIC, a rédigé un article sur le temps libre de la population américaine. [14]

Il explique qu'un historien britannique lui a déjà dit que « la technologie essentielle, au début de la révolution industrielle, était le gin[trad 3] ». Selon Shirky, les changements provoqués par cette révolution furent si brusques et soudains que les gens « se noyèrent » dans le gin. C'est seulement après une génération que la population a compris les méfaits d'un tel loisir et a mis a profit cet « excédent » de temps libre à organiser plutôt qu'à dissiper ce « surplus civique ». Elle a participé à la création des écoles, des musées, des bibliothèques et d'un système d'élection pour la classe politique, institutions aujourd'hui associées à la révolution industrielle.

Toujours selon Shirky, la société américaine a vu son revenu s'élever de beaucoup après la Seconde Guerre mondiale, est devenue plus éduquée, a augmenté son espérance de vie et ne travaille plus que cinq jours par semaine. Ces changementes ont obligé les gens à apprendre à occuper leur temps libre. La télévision est un moyen de l'occuper, ce qui expliquerait la popularité des sitcoms. Selon lui, le temps passé devant la télévision sert à dissiper un excédent de « chaleur » cognitive que les gens ont.

Interviewé par une animatrice américaine sur un livre qu'il venait de publier, Shirky a expliqué qu'il s'était intéressé aux changements dans en:Pluto, corps céleste qui n'est plus classé comme une planète. L'animatrice lui a alors demandé où les gens trouvaient du temps libre pour collaborer à la Wikipédia. Il a répliqué que l'industrie de la télévision a accaparé le temps libre des Américains, masquant ainsi le surplus à leur disposition.

Pourcentages de photos téléchargées par pays dans le cadre de Wiki Loves Monuments 2011, concours européen. L'Allemagne, première pointe en haut à la droite, domine avec plus de 18,2 %. La France suit avec 15,2 %, deuxième pointe à la droite à partir du haut. Le Royaume-Uni n'a pas participé. Le dernier terme, « Desconegut », est un mot catalan qui signifie « origine inconnue ». Diagramme circulaire publié dans [3].

Avec l'aide d'un salarié d'IBM, il a calculé que la rédaction de Wikipédia, toutes langues confondues, a pris environ 100 millions d'heures. Aux États-Unis, à chaque année, les gens consomment globalement 200 000 millions d'heures de télévision. C'est 2 000 fois le temps nécessaire pour amener Wikipédia à son état de 2008. Et ce temps libre est à nouveau disponible l'année suivante. Shirky avance qu'à chaque week-end, les Américains regardent 100 millions d'heures de publicité.

Plus loin dans l'article, il explique qu'il est normal que plusieurs projets informatiques de nature sociale échouent. Cependant, une personne décidée et poursuivant un but sans relâche peut, pendant ses temps libres, créer quelque chose d'intéressant en 5 ans avec des outils logiciels peu coûteux. Shirky a parlé à l'animatrice mentionnée plus haut des guildes de World of Warcraft. Il a cru voir dans ses yeux que les joueurs sont des « perdants ». Pour lui, ces joueurs font quelque chose [NdT : dans le sens de ne pas être passif]. Shirky écrit qu'il a vu à plusieurs reprises le même épisode de L'Île aux naufragés et affirme que chaque demi-heure qu'il a ainsi occupée est une demi-heure où il n'a rien écrit dans son blogue, rédigé dans Wikipédia ou participé à un échange de courriels. Lorsque la télévision « régnait » sur l'univers médiatique, les Américains n'avaient presque rien d'autre pour meubler leur temps libre. Shirky préfère que les gens jouent à World of Warcraft plutôt que de se demander si telle actrice est plus belle qu'une autre.

Après quelques observations et réflexions sur l'évolution des médias, Shirky en vient à la conclusion que les jeunes s'attendent à pouvoir interagir avec les médias qu'ils consomment. Il donne comme exemple une fillette qui a tenté de trouver la souris attachée à un poste de télévision.

Deux projets[modifier le code]

Du côté de UBC[modifier le code]

Une professeure canadienne qui enseigne l'histoire à l'université de la Colombie-Britannique a utilisé l'un de ses cours pour imposer à ses 60 étudiants d'ajouter du contenu à la Wikipédia en anglais. [15]

Cette idée de projet lui est venue lorsqu'elle a observé que plusieurs étudiants ne réclament pas leur dissertation de 16 à 18 pages, qui leur a pourtant pris du temps à rédiger. Elle a profité des documents distribués par le Wikipedia Education Program et a fait appel aux services de Campus Ambassadors de la WMF. Lorsqu'elle a demandé de l'aide, trois anciens de cette université se sont offerts en quelques heures, ce qui l'a étonnée, car elle n'en connaissait aucun (« Excepté leurs titres et ce qu'ils ont écrit sur eux-mêmes dans leur page de discussion, je n'ai aucune idée de qui ils sont[trad 4]. »). Selon elle, ses étudiants, qui ont travaillé en équipe, ont dû défendre leurs positions et répondre aux critiques, parfois sévères, laissées par des wikipédiens. Elle mentionne que plusieurs wikipédiens ont aussi encouragé ses étudiants.

« En rétrospective, l'intérêt de la dissertation dans la Wikipédia est de donner aux étudiants une expérience de première main dans la construction du savoir. Rédiger des articles leur a montré comment c'est fait ; que ça change avec le temps, et que c'est en partie le résultat de la compétition et de la coopération. Le Savoir est un compromis, volontaire ou à contrecoeur. C'est la conséquence d'exercer un pouvoir et c'est puissant[trad 5]. »

Groupes Facebook[modifier le code]

Des wikipédiens indiens (WI) ont créé des groupes Facebook pour offrir des lieux d'échanges aux personnes qui ont participé à des formations sur Wikipédia. Ils souhaitaient maintenir un lien avec les participants, plus d'un millier. En s'appuyant sur leur expérience, les WI offrent des conseils aux wikipédiens expérimentés qui veulent créer des groupes dans Facebook. [16]

Les WI ont observé que les nouveaux wikipédiens postent des messages avec des liens vers les pages qu'ils ont modifié ou des images qu'ils ont ajouté, mais sans explication ou appel à les améliorer. De plus, il n'y avait presque pas d'échanges entre les wikipédiens expérimentés et les nouveaux. À titre d'expérience, les WI ont demandé aux membres de la Wikipédia en odia de poster plus souvent, de poser des questions et de s'intéresser à des articles « ludiques ». Par exemple, l'un des nouveaux a écrit sur un breuvage d'origine indienne, ce qui a intéressé d'autres wikipédiens qui ont commencé à plus contribuer. Plusieurs nouveaux ont fait leur premiers pas en sachant que quelqu'un répondrait à leurs questions.

« Nous apprenons encore de nouvelles notions sur les médias sociaux et la sensibilisation. Quand un contributeur potentiel montre de l'intérêt envers la rédaction, il est primordial de lui donner une attention personnelle. Nous avons observé que les 10 premières minutes sont cruciales pour les inciter à compléter leurs cinq premières contributions (simples) en donnant des instructions claires et simples. Nous croyons également qu'il est important qu'un contributeur expérimenté parraine les nouveaux[trad 6]. »

Les WI ont aussi appris à :

  • ne pas utiliser de jargon, préférant un langage simple pour expliquer aux nouveaux les politiques des Wikipédias.
  • être tolérant à propos des erreurs, puisque les nouveaux en font (tout comme les anciens, d'ailleurs).
  • ne pas utiliser un niveau de langue formelle, puisque les nouveaux apprécient l'aspect amical de Facebook.
  • ne pas révoquer les modifications sans expliquer pourquoi, ce qui donne l'occasion aux nouveaux de se corriger d'eux-mêmes.
  • ne pas tolérer les mots grossiers, l'intrusion de la vie privée et toute forme d'harcèlement, que ce soit volontaire ou non.

D'après eux, il est essentiel de maintenir le rythme de croisière en postant régulièrement et d'établir des dialogues. Les avantages de ces médias sociaux sont leur spontanéité, leur immédiateté et leur aspect live.

Dans les coulisses de la Wikimedia[modifier le code]

Ce qui suit parle essentiellement de technique.
  • Des Canadiens ont mis au point une application pour Wiktionary qui tourne sur les plateformes Android. Elle est moins peaufinée que l'application Wikipédia, téléchargée plus d'un million de fois, mais semble avoir un bon potentiel. [17]
  • Lors du Wikimania Hackathon qui se tiendra quelques jours avant Wikimania 2012 à Washington, D.C., l'OBNL OpenHatch formera les programmeurs, novices ou expérimentés, qui souhaitent s'investir dans MediaWiki, ceci à la demande de la WMF. [18]
  • Les bots postent régulièrement des messages de maintenance sur le canal IRC #MediaWiki, qui vise tous ceux qui s'intéressent à MediaWiki. Des gens ont demandé que ces messages disparaissent car ils seraient du bruit pour la plupart des participants. D'autres s'opposent et certains font observer qu'il y aura bientôt d'autres canaux IRC qui viseront des clientèles plus précises, tels les programmeurs qui se concentrent sur les applications pour mobiles. [19]
  • L'extension ArticleFeedback en est rendue à sa 5e version. Dans la Wikipédia en anglais, elle sera en moyenne utilisée dans 10 % des articles, alors qu'elle apparaît présentement dans 0,6 % des articles. [20]

CC 4.0[modifier le code]

Kate Walsh, membre du Board of Trustees de la WMF, est avocate et partisane de la culture dite libre. Elle travaille présentement pour le compte de Creative Commons dans le but de finaliser la prochaine version des licences CC, qui en seront à la version 4.0. [21]

Cette version cherche notamment à atteindre « cinq objectifs ambitieux » : (1) faciliter l'internationalisation en créant un ensemble de licences qui seront robustes et faciles à adapter un peu partout sur la planète, (2) faciliter l'interopérabilité entre les différents modèles de licences CC ou toute autre licence dans le but de favoriser leur usage, (3) augmenter la « durée de vie » des licences CC en anticipant les changements futurs, (4) se concentrer sur les données, les informations du secteur public, la science et l'éducation, en identifiant et en éliminant les obstacles à l'adoption des licences CC par les gouvernements et d'autres institutions et (5) soutenir les modèles antérieurs de licences.

Carte des pays du monde pour lesquels les licences CC sont adaptées ou en voie de l'être.
  •      Les licences sont adaptées.
  •      Les licences sont en voie d'être adaptées.
  •      Il y a un projet d'adaptation.
  • Les licences 3.0, publiées en 2007, sont utilisées par les institutions culturelles, les gouvernements nationaux et locaux, les sites web qui diffusent des médias, les projets éducatifs et les artistes. L'écosystème Wikimedia est l'un des plus en vue et des plus importants utilisateurs de ces licences. (L'écosystème appliquait la GFDL depuis la création de la Wikipédia en anglais en 2001, puis a adopté CC BY-SA en 2009.) Pour cette raison, il est dans l'intérêt de sa communauté de participer à la création de la nouvelle version des licences CC. L'usage de celles-ci a mis à jour plusieurs faiblesses. « Par exemple, les exigences spécifiques pour l'attribution [des droits] s'est révélée difficile à appliquer, même par les réutilisateurs de bonne foi les plus diligents[trad 7]. » Des utilisateurs ont aussi écrit que les droits sur les bases de données ne sont pas visés par ces licences, tout comme le droit moral. Même si ces licences ont été adaptées pour satisfaire aux exigences légales de différents pays et qu'il y a les licences unported (qui veulent s'appliquer internationalement), la version 4.0 devrait mieux répondre aux besoins des utilisateurs.

    Les responsables du projet demandent aux wikimédiens de participer à l'élaboration de ces nouvelles licences, car ils ne possèdent pas l'expertise que les wikimédiens ont accumulé avec les années, par exemple dans le domaine de la photographie. Si vous souhaitez participer (en anglais le plus souvent) aux discussions, le Draft 1 est publié et attend vos commentaires et observations. Vous pouvez même participer à la traduction des informations. La prochaine version, Draft 2, sera publiée le mois prochain et le Draft 3 en septembre prochain. Si le processus se déroule comme prévu, la version finale sera publiée en décembre 2012. Plus longtemps les propositions sont étudiées, plus il y a de chances qu'elles soient adoptées. Cette version 4.0 sera probablement en usage pendant une très longue période, il est donc important de faire entendre votre voix avant son adoption.

    Probablement au début de 2013, WMF consultera la communauté sur cette nouvelle licence. Plus il y aura de wikimédiens informés, plus facile sera le débat sur son acceptation ou son rejet.

    Il faut une communauté pour rédiger RAW.
    Retour des lecteurs : vos suggestions sur la présentation de RAW ou ses prochaines publications sont les bienvenues ici.
    Rédigé/traduit par Cantons-de-l'Est
    Citations originales
    1. (en) « next-generation platform for large-scale data storage, serving and analysis »
    2. (en) « Unsurprisingly, a small percentage of editors are responsible for most of the edits. What is surprising is exactly how small that percentage is. »
    3. (en) « the critical technology, for the early phase of the industrial revolution, was gin »
    4. (en) « Beyond their handles and what each said about themselves on their Wikipedia “Talk” pages, I have no idea who they are. »
    5. (en) « In the end, the value of the Wikipedia assignment lies in giving students first hand experience in constructing knowledge. Writing the articles showed them how it’s made; that it changes over time, and it does so in part as a result of competition and cooperation. Knowledge is a compromise, willing and grudging. It’s the outcome of exercising power and it is powerful. »
    6. (en) « We are still learning new things about social media and outreach. Once a potential new editor expresses interest to learn more about editing, it is essential to give them personal attention. We’ve seen that the first 10 minutes are critical to get them to make their first 5 (basic) edits with simple and clear instructions. We also think it is important that experienced editors mentor the new editors. »
    7. (en) « For example, the specific requirements for attribution have proved difficult to follow, even for the most diligent, good-faith reusers. »
    Notes
    Références