Wikipédia:RAW/2012-02-12

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Message de l'éditeur/rédacteur/traducteur/etc.,

Chères lectrices, Chers lecteurs,

Ma IRL a pris beaucoup de mon temps libre dernièrement, dont une activité wikipédienne. De plus, cette infolettre est notablement plus longue que les précédentes, car je souhaitais vous informer de deux sujets importants à mes yeux. Pour cette raison, le produit est moins achevé (texte moins fignolé, moins d'images, etc.). Je vous remercie de votre indulgence.

Bonne lecture !

Brèves[modifier le code]

  • (Vieille nouvelle)Une personne a reçu une subvention pour rédiger un livre sur Perl 6, publié sur Wikibooks en anglais. [1]
  • The Saylor Foundation publie des livres sous CC-BY unported 3.0. Elle a remis près de 20 000 US$ pour publier sous cette licence quatre ouvrages de mathématiques et d'informatique. [2] <commentaire>Le site propose plusieurs manuels dans différents domaines scientifiques, dont biologie, histoire de l'art, chimie et science politique.</commentaire>
  • « En tant que responsable d'une entreprise, si vous pouvez exploiter la passion de vos employés de la même façon que Wikipédia exploite son armée de bénévoles, vous pourrez accomplir des choses qu'aucune somme d'argent ne pourra vous acheter[trad 1]. » « Au premier abord, le succès de Wikipédia est incompréhensible : comment une équipe de bénévoles pourrait-elle mener à bien (et pourquoi voudrait-elle se lancer dans) une entreprise d'une telle envergure ?[trad 2]. » [3]
  • Le 16 février 2012, l'homme politique français François Bayrou a déclaré : « Il y a beaucoup de gens qui critiquent Wikipédia, généralement ceux qui le pratiquent pas, qui pensent que c'est plein d'abus. La somme de connaissances, qui a été donnée, établie de manière désintéressée, par des dizaines, peut-être centaines de milliers de gens, chacun dans leur domaine de compétence, qu'ils ouvrent à l'ensemble de l'humanité, moi je trouve que c'est quelque chose qui apporte quelque chose à l'univers, à la planète Terre. » [4]
  • La WMF lance un « Legal and Community Advocacy departement » (« Département légal et de plaidoyer pour la communauté »). Ce département devra « faire avancer de façon novatrice les buts de la Foundation en ce qui concerne le paidoyer pour la communauté, buts qui vont (1) de la lutte pour le contenu publié en ligne à (2) des initiatives qui facilitent les discussions de la communauté sur les projets cruciaux de la WMF qui touchent la communauté à (3) une bonification des services d'aide aux fonctionnaires et aux administrateurs de la Wikimedia, ainsi qu'à (4) la transmission d'informations sur les initiatives de nature légale, autour du monde, qui concernent le contenu en ligne et la censure[trad 3]. » [5]
  • Le Wiktionary en anglais propose un lot supplémentaire de préférences pour personnaliser l'interface, préférences stockées dans un cookie. <commentaire>Je n'ai rien testé. Si vous le faites, laissez-moi un mot sur votre expérience.</commentaire>

Cueillette et distribution des fonds dans le futur[modifier le code]

Figure 1. Une carte du monde.
Figure 2. La même carte montrant la proportion des fonds reçus en 2010. Par exemple, sur la figure 1, l'Afrique occupe une place notable, alors que sur cette carte-ci, elle occupe une place négligeable, reflet de la proportion de fonds que le continent a versé.

Le président du Board of Trustees (BoT) de la WMF, Ting Chen, a publié une lettre décrivant la façon dont les sommes reçues pendant la dernière levée de fonds pourraient être distribuées. Les commentaires sur la proposition ont été multiples et acerbes. [7]

Contexte[modifier le code]

Chacun des chapters de la WMF distribue les fonds en accord avec les différentes lois de leur pays respectif, cela dans le but de profiter au maximum des différents régimes caritatifs. De plus, le transfert de fonds d'un pays à un autre est une opération complexe. « Quelques chapters croient que leur indépendance culturelle facilite de beaucoup à la fois leurs capacités de mener à bien une levée de fonds et la gestion de ces fonds dans leur juridiction. Par ailleurs, des wikimédiens ont exprimé leurs inquiétudes sur le nouveau système de subventions [...][trad 4]. »

Historiquement, les trois chapters les plus importants, Wikimedia Deutschland, Wikimédia France et Wikimedia UK, recueillaient des fonds en collaboration avec la WMF. En août 2011, la WMF a révélé que 4 millions $US, soit 15 % du montant total reçu, avaient été retenus par 12 chapters. La WMF a remis en question la distribution des fonds en proportion des montants reçus dans un pays donné (par exemple, la France verse 1 million sur un total de 10 millions, la WMF distribuera donc le dixième de tel poste budgétaire à Wikimedia France pour qu'elle puisse réaliser ses activités). De plus, la WMF a douté de la capacité des chapters les plus récemment formés d'utiliser sagement les fonds reçus. Elle a aussi observé une grande variation dans la gestion des fonds et la reddition des comptes. Elle a donc réagi en proposant un nouveau système de levée de fonds et un nouveau système de subventions (qui s'appuie sur une évaluation des projets). Ces deux systèmes hypothétiques diminuent fortement l'autonomie des chapters en ce qui a trait à la levée et à la gestion des fonds. Ces systèmes, proposés par la directrice de la WMF Sue Gardner, seraient supervisés par le Funding Dissemination Committee (FDC, littéralement « Comité pour la dissémination des fonds ») formé de membres de la communauté wikimédienne.

Le président de Wikimedia Nederlands, Ziko van Dijk, a réagi à cette proposition en mentionnant entre autres que la levée de fonds est une « question de prestige » pour les chapters. « La proposition de Gardner est bien fondée, répond avec intelligence aux questions et aux demandes d'anciennes discussions et plaît à plusieurs personnes, que ce soit de façon individuelle ou collective. Le FDC serait une instance qui rendrait ce modèle d'affaires acceptable car il pourrait, peut-être, restreindre le pouvoir, sans limite jusqu'à venir, de la WMF. Du point de vue des chapters, cependant, il y a un motif de préoccupation. De plus, dans un modèle décentralisé de levée de fonds, un militant de Wikimedia peut cogner à plusieurs portes pour faire valoir ses projets, portes derrière lesquelles les décisions seront prises de façon indépendante. Dans un modèle centralisé, il n'y aurait plus qu'une seule porte[trad 5]. »

Lettre de Ting Chen[modifier le code]

En février, Ting Chen publie une lettre qui exprime la position du BoT sur la façon dont les sommes sont perçues et distribuées. En résumé,

  1. Quelques chapters pourront encore recueillir directement des dons, mais les critères sont à définir.
  2. La capacité de recueillir des dons ne donne aucun droit sur les sommes recueillies.
  3. La distribution des fonds est supervisée par le FDC, mais son mode opératoire est encore à définir.
  4. La lettre établit les grandes axes sur lesquels s'appuiera le BoT lors des discussions et des prises de décision.

Il y aura des discussions approfondies lors d'une rencontre à Paris en 2012 et une prise de position sera énoncée après une rencontre à Berlin en 2012.

Réactions[modifier le code]

Le trésorier de Wikimedia UK, Thomas Dalton, a répliqué à un commentaire de Stu West, membre du BoT :

« Je suis très épuisé de ces vagues affirmations de la Foundation. Dans les dernières années, nous avons obtenu un succès croissant lors de nos campagnes de levées de fonds. Qu'est-ce qui cause autant de soucis ? [Votre affirmation 3] - « Cela permet aux chapters de ne pas se préoccuper des levées de fonds » - est complètement à côté de la plaque. Donner l'option aux chapters signifie leur laisser décider. Si vous décidez pour eux, vous leur enlevez des options [...] Ce n'est vraiment pas clair si l'économie d'échelle obtenue grâce à la centralisation contre-balance les avantages des campagne de levées de fonds locales (impôts, désir des donneurs d'aider une organisation locale, façon locale de recueillir les fonds, etc.)[trad 6]. »

Craig Franklin, trésorier de Wikimedia Australia, a écrit :

« Ce type de changements obligera les chapters à dépenser du temps et des efforts à chercher d'autres sources de financement. Dans les faits, vous proposez de remplacer un ensemble de problèmes par un autre ensemble [...] Mon inquiétude est qu'en interdisant aux chapters de mener des levées de fonds, ils perdront leur temps à chercher d'autres sources de financement, ce qui n'aidera personne[trad 7]. »

Florence Devouard, ancienne membre du BoT, a écrit :

« Je crois que le BoT a pris une bonne décision, mais s'est mal exprimé, ce qui amène son lot de doutes et malheureusement affaiblit la courageuse position qu'il a prise. [Le BoT] réitère, d'une certaine façon, son désir pour une organisation décentralisée, en ayant recours à un système d'examen par les pairs pour la distribution des fonds à travers le mouvement. [Il doit être félicité pour avoir choisi] cette voie difficile, laquelle devra être clairement définie[trad 8]. »

D'autres responsables de chapters ont exprimé leur opposition et leurs frustrations. Les discussions dans les chapters devraient continuer pendant l'année qui vient.

Ondes de choc[modifier le code]

Les manifestations contre SOPA et PIPA ont amené leur lot de commentaires dans la presse écrite et dans le web.

Steal this Column[modifier le code]

Dans un op-ed du New York Times [8], son ancien rédacteur en chef Bill Keller juge que la Wikipédia en anglais fait partie des « merveilles de l'Internet ». Il compare celle-ci aux entreprises de la Silicon Valley qui seraient selon lui toujours perçues comme mercantiles malgré leurs efforts caritatifs. Pour lui, la Wikipédia est « à but non lucratif, communautaire, relativement transparente, libre de lire et copier, favorise la vie privée dans Internet, neutre et civique[trad 9]. » « Je l'utilise plus régulièrement que mes autres outils web à l'exception des moteurs de recherche, et parce que je la crois précieuse, je donne lors de ses levées de fonds façon NPR[trad 10]. » Selon lui, les manifestations sont l'une des « batailles dans la grande guerre des sectes sur la gouvernance d'Internet — une tentative de réduire le piratage en ligne[trad 11]. » « Le but essentiel des deux projets de loi [...] est d'étendre les lois du copyright, qui protègent déjà les créateurs de contenus aux États-Unis, aux paradis extra-territoriaux où les pirates les plus prolifiques ont établi une place d'affaires[trad 12]. » Toujours selon lui, les projets de loi, rédigés avec l'aide de lobbyistes travaillant pour Hollywood, étaient « vagues et maladroits[trad 13] ». Il a lu au complet le projet de loi SOPA et si elle avait été interprétée de la façon la plus drastique, elle aurait rendu criminels des sites web innocents et bouleversé les fondements d'Internet.

La Joconde, peinture restaurée par le C2RMF. Cette photo est à la fois featured picture sur la Wikipédia en anglais et « image remarquable » sur Commons, où elle est aussi jugée « image de plus grande valeur sur Commons dans le domaine : Mona Lisa ».

Il est étonné que Jimmy Wales, qui se tient habituellement loin des projecteurs médiatiques, ait mis autant de fougue dans cette « bataille ». Wales, que Keller a rencontré à Londres, a désavoué certains manifestants qui militaient pour l'anarchie. Leurs gestes, dont une attaque du site web du DoJ, étaient « incroyablement contre-productifs[trad 14] ». Wales est en faveur de lois qui protègent les oeuvres artistiques, mais juge inutile de criminaliser la copie privée d'un CD ou la présence d'un hyperlien vers un site au contenu illégal. Il a donné l'exemple de l'article The Pirate Bay qui contient un hyperlien vers ce site : si SOPA s'appliquait, Wikipédia serait coupable d'enfreindre la loi américaine.

Wales croit que les lois américaines sur le copyright suffisent à museler les pirates, mais pas ceux qui agissent en dehors de ce pays. Il est partisan d'un autre projet de loi, OPEN Act (en), qui donnerait plus de pouvoirs au United States International Trade Commission (en) pour bloquer temporairement un site web ou encore interdire tout transfert de fonds en sa faveur. Keller croit que c'est un bon début, mais du même souffle estime que les sites web doivent participer de façon plus active à la lutte contre le piratage. Il croit également que les sociétés de médias doivent s'engager dans la rédaction de ce projet de loi.

Keller observe que plusieurs importantes sociétés qui ont fait fortune en proposant de nouvelles technologies en ligne, Microsoft avec Xbox Live ou Netflix avec son service de diffusion de films en ligne, ont gardé le silence pendant les manifestations. Il croit qu'elles ont tout intérêt à avoir de meilleures protections sur les oeuvres artistiques, d'où leur silence.

Keller complète en mentionnant que la liberté d'expression américaine (« free speech »), tel que déclarée dans la Constitution des États-Unis, n'est pas la liberté d'expression de Wikipédia. Dans un jugement de la Cour suprême des États-Unis, la juge Sandra Day O'Connor a déclaré : « Les créateurs [de la constitution] voyaient le copyright comme un véhicule de la libre expression. En établissant un droit monnayable sur l'usage de l'expression d'une personne, le copyright offre la motivation économique de créer et de répandre des idées[trad 15]. »

Les commentaires laissés par des lecteurs du op-ed [9] montrent qu'ils s'opposent à cette conception du copyright. Certains doutent que la forme actuelle du copyright favorise la propagation de contenus originaux et spéculent que les sociétés qui détiennent de vastes portfolios d'oeuvres artistiques patrimoniales s'opposent à toutes formes d'expression innovatrices que le web propose.

« Nous sommes les médias, et donc vous l'êtes »[modifier le code]

Jimmy Wales et Kate Walsh lors de Wikimania 2009.

Jimmy Wales et Kate Walsh, membre du Board of Trustees de la WMF, ont rédigé un op-ed pour The Washington Post intitulé We are the media, and so are you [10].

Selon eux, les manifestations contre SOPA et PIPA ne se résument pas à un combat entre Hollywood et Silicon Valley. Ce serait plutôt l'éveil de millions d'internautes à la possibilité de montrer leur « pouvoir invisible aux yeux du Congrès américain ». Ils affirment que la communauté wikipédienne n'est pas contrôlée par de puissantes sociétés de la Silicon Valley. « Wikipédia ne s'oppose pas aux droits des créateurs — nous avons le plus grand réservoir de créateurs de l'histoire humaine. Les efforts qui ont servi à construire Wikipédia auraient pu servir à remplir des tablettes d'albums ou de films qui auraient occupé des multitudes de nuits. À l'opposé, elle offre un accès illimité à la connaissance du monde. Protéger nos droits de créateurs implique que nous pouvons construire nos encyclopédies, photographes, vidéos, sites web et entreprises sans craindre de les perdre sans procédure régulière[trad 16]. »

La Wikipédia en anglais ne vise nullement à devenir une organisation de plaidoyer, mais le projet est devenu politique à cause de sa taille. Toujours selon les deux, la Wikipédia en anglais ne peut plus se contenter de seulement observer, elle doit participer aux efforts d'organisations qui plaident pour plus de droits aux citoyens, dont Public Knowledge et Electronic Frontier Foundation, et qui ont protégé et fait croître l'espace qui a permis à Wikipédia de grandir.

« Nous sommes l'industrie des médias. Nous sommes des créateurs. Nous sommes des innovateurs. Le monde entier profite de notre travail. Ce travail, et la capacité de le faire, mérite d'être protégé pour le bénéfice de tous[trad 17]. »

Controverse publicitaire ?[modifier le code]

Selon Cary H. Sherman, chief executive de la RIAA, « Wikipédia en anglais, Google et d'autres ont créé une controverse en assimilant injustement SOPA à de la censure[trad 18]. » [11] Dans un article publié par Ars Technica, Kelly Sue DeConnick réplique en apportant différentes informations qui semblent démontrer que Sherman se trompe sur plusieurs affirmations qu'il a faites. [12]

Selon Sherman : « Le tsunami numérique qui a durement frappé le capitole le mois dernier, lequel a obligé le Congrès des États-Unis à mettre de côté une loi visant à combattre le piratage en ligne de la musique, des films, des livres et des autres travaux créatifs, a soulevé des questions sur la façon dont fonctionne les processus démocratiques à l'ère numérique[trad 19]. » Ce à quoi DeConnick réplique : « C'est exact, entendre la voix de millions de citoyens mécontents est ce qui amène à poser des questions sur la démocratie — mais pas la rédaction de projets de loi en secret après n'avoir consulté que certains groupes intéressés[trad 20]. »

Selon DeConnick, Sherman suivrait les pas du président de la MPAA, Chris Dodd, qui aurait déclaré le mois précédent que le blackout d'Internet contre SOPA est « une réplique irresponsable[trad 21] », « un abus de pouvoir[trad 22] », « un développement dangereux et troublant[trad 23] » et un « truc publicitaire[trad 24] ». Toujours selon DeConnick, « les partisans de SOPA mettent régulièrement en avant que Google est responsable [du mouvement de protestation]. Dans les faits, c'est reddit qui a le premier proposé un blackout le mois précédent ; Wikipédia en anglais et Google sont arrivés sur le tard dans le dossier[trad 25]. »

Dans les coulisses de la Wikimedia[modifier le code]

Ce qui suit parle essentiellement de technique.
  • La mise au point de Mediawiki 1.19 a pris du retard. Dans les semaines à venir, les programmeurs de la WMF concentreront leurs efforts sur cette version. Par ailleurs, le passage à Git, « logiciel de gestion de versions décentralisé », demande des ajustements. Par exemple, les programmeurs se demandent s'ils vont utiliser Gerrit, en faveur chez Google, ou bien Phabricator, en faveur chez Facebook, pour la revue de code. [13]
  • Des chercheurs ont montré une possibilité d'attaque logicielle lorsque des informations sont transmises par l'API de Mediawiki. Les programmeurs envisagent de réduire le nombre de formats de données, JSON semblant le meilleur candidat. [14]
Si vous trouvez que Britannica coûte cher, essayez Wikipédia.
Retour des lecteurs : vos suggestions sur la présentation de RAW ou ses prochaines publications sont les bienvenues ici.
Rédigé/traduit par Cantons-de-l'Est
Citations originales
  1. (en) « As a business owner, if you can tap into the passion of your workforce the same way that Wikipedia taps into its army of unpaid volunteers, you can accomplish things that no amount of money can buy.  »
  2. (en) « On the surface, the success of Wikipedia makes no sense--how could (and why would) a team of volunteers possibly complete such a massive undertaking? »
  3. (en) « carry forward the Foundation's goals of advocating for the community in new ways, ranging from fighting for content online, to facilitating community discussions about critical WMF initiatives that affect the community, to better supporting Wikimedia administrators and functionaries, to providing information about legislative initiatives worldwide that impact online content and censorship. »
  4. (en) « Some chapters believe their cultural independence owes a lot to their ability to conduct fundraising and manage the proceeds in their own jurisdictions. Other Wikimedians have expressed disquiet at the proposed new "grant" system for disseminating donor funds. »
  5. (en) « Gardner's model is impressive in its cogency, addressing older discussions and requests in an intelligent way, and appealing to many people, individually and collectively. The FDC is supposed to make the model acceptable, because it can perhaps restrict the so far unlimited power of the WMF. Purely from the chapters' perspective, however, there is reason for concern. What's more, in a decentralized fundraising model, the individual Wikimedia activist has several doors to knock at for his plans, behind which decisions are being taken independently. In a centralized one, it would be just one door, at the end of the day. »
  6. (en) « I’m getting very tired of vague claims like this from the Foundation. We have had enormous and ever-increasing success with fundraising over the last few years. What has gone so terribly wrong? [Your point 3] is just complete nonsense. Giving chapters the option means letting them decide. If you decide for them, that is taking away options. ... It is very unclear if the economies of scale from centralisation are enough to counter the advantages to local fundraising (tax, desire of donors to suppose local organisations, local payment methods, etc.). »
  7. (en) « these sorts of changes will just push chapters into spending valuable time and effort looking for other sources of income. In essence, you are proposing to replace one set of problems with another set of problems. ... My fear is that by cutting off chapters from fundraising, they’ll end up wasting even more time trying to find other revenue sources, which will benefit no one. »
  8. (en) « I think the board took a good decision, but expressed it very poorly, which raises many doubts and unfortunately weakens the bold position they took. [The Board has] reiterated their desire for a somewhat decentralized organization, using a peer-reviewed system for funds allocations movement-wide. [It's commendable that they've chosen] this difficult path, which remains to be clearly defined. »
  9. (en) « nonprofit, communitarian, comparatively transparent, free to use and copy, privacy-minded, neutral and civil.  »
  10. (en) « I use it more than any other Web tool except my search engines, and because I value it, I donate to its NPR-style fund-raising campaign.  »
  11. (en) « So as I followed the latest battle in the great sectarian war over the governing of the Internet — the attempt to curtail online piracy. »
  12. (en) « The central purpose of the legislation — rather lost in the rhetorical cross fire and press coverage — was to extend the copyright laws that already protect content creators in the U.S. to offshore havens where the most egregious pirates have set up shop. »
  13. (en) « vague and ham-handed »
  14. (en) « incredibly counterproductive »
  15. (en) « The framers intended copyright itself to be the engine of free expression. By establishing a marketable right to the use of one’s expression, copyright supplies the economic incentive to create and disseminate ideas. »
  16. (en) « Wikipedia is not opposed to the rights of creators — we have the largest collection of creators in human history. The effort that went into building Wikipedia could have created shelves full of albums or near-endless nights of movies. Instead it’s providing unrestricted access to the world’s knowledge. Protecting our rights as creators means ensuring that we can build our encyclopedias, photographs, videos, Web sites, charities and businesses without the fear that they all will be taken away from us without due process »
  17. (en) « [W]e are the media industry. We are the creators. We are the innovators. The whole world benefits from our work. That work, and our ability to do it, is worth protecting for everyone. »
  18. (en) « Wikipedia, Google and others manufactured controversy by unfairly equating SOPA with censorship. »
  19. (en) « The digital tsunami that swept over the Capitol last month, forcing Congress to set aside legislation to combat the online piracy of American music, movies, books and other creative works, raised questions about how the democratic process functions in the digital age. »
  20. (en) « That's right, hearing from millions of unhappy citizens is what raises questions about democracy—not having bills drafted in secret after consultation with only certain stakeholders. »
  21. (en) « an irresponsible response »
  22. (en) « an abuse of power »
  23. (en) « a dangerous and troubling development »
  24. (en) « gimmick »
  25. (en) « Yet SOPA supporters routinely insist it's all about Google. Indeed, reddit helped start the blackout rolling last month; Wikipedia and Google were latecomers to the party. »
Notes
Références