Wikipédia:Oracle/semaine 46 2007

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Semaines : 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52  | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 




Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?[modifier le code]

Bonjour, chère pythie,

Et merci de ne pas répondre sérieusement à ma question, c'est juste pour lancer la nouvelle semaine.

Amicalement. -O.M.H--H.M.O- 12 novembre 2007 à 05:09 (CET)

Ce n'est pas rien d'avoir déjà quelque chose, et avec un rien on peut toujours acheter quelque chose ! Et c'est quelque chose de penser à rien ! C'est rien de dire quelque chose. Et voilà comment on parle de quelque chose pour ......RIEN ! ouf ! Yapadekoi ...de rien ! Yakafaucon 12 novembre 2007 à 06:35 (CET)
Parce que quelqu'un a initialisé la page, c't'e question. Nous sommes sur un wiki encyclopédique, ne l'oublions pas, alors au travail! Michelet-密是力 12 novembre 2007 à 06:38 (CET)
Exact! Et c'est pourquoi je pense avoir bien montré de façon encyclopédique qu'on peut, en partant de Rien, arriver à Quelque Chose pour exprimer la pensée et les connexions neurologiques (synapse), logique , non ? Yakafaucon 12 novembre 2007 à 06:43 (CET)
Mais rien est quelque chose (et j'adore sa définition Sourire) : Pronom indéfini de l'inanimé, capable d'assumer toutes les fonctions du substantif ! Bonne semaine ! --Égoïté 12 novembre 2007 à 07:41 (CET)
Bonjour Olivier,
pourquoi ai-je passé deux heures à penser justement à cette question hier soir dans le train ? Enfin avec ça et le temps, la mémoire, ça bouffe une part trop importante de mon temps de calcul en divagations stériles.
En tout cas, en trois mots : comment sais-je qu'il y a quelque chose ? Parce que j'existe, té, con !
Et s'il n'y avait rien ? Eh ben, je serais pas là pour me poser la question de pourquoi il n'y a rien plutôt que quelque chose, couillon de la lune !
La question finit par boucler : pourquoi suis-je là à me poser des questions ?
Si on faisait des stats, on serait à n'en pas douter en présence d'un beau biais d'observation : on observe un événement très peu probable et on se demande comment il a été possible. Il n'est très improbable qu'isolément, mais comme on n'a pas posé a priori (et pour cause) quel événement on voulait observer...
C'est à n'en pas douter purement stérile. On ferait mieux de griller nos neurones à imaginer un bô théorème, une argumentation politique efficace, un moyen de soulager les souffrances des miséreux.
D'où la question : pourquoi ne puis-je m'empêcher de me poser cette question ?
Bon, je te laisse, j'ai du boulot... rv1729 12 novembre 2007 à 08:18 (CET)
S'il n'y avait rien, tu ne serais pas là pour poser cette question. Donc il y a quelque chose. CQFD. Félix Potuit 12 novembre 2007 à 09:21 (CET)
Si ... Tu ... donc ... Ce qui signifie que l'on sait ce qu'est Tu, donc Je, et en plus qu'après un Si, vient un Donc. Ca fait beaucoup de présupposés pour répondre à une question aussi fondamentale. (Nietzsche, par delà bien et mal) — pem 12 novembre 2007 à 09:24 (CET)

Il se peut très bien qu'il n'y ait rien, puisque dans rien il y a quelque chose ! Rigolithe 12 novembre 2007 à 09:56 (CET)

Retour du linguiste fou. Et bien, « rien » dérive de « rem » qui signifie « chose » en latin. Donc, demander « Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? » revient à demander, « Pourquoi y a-t-il (quelque) chose plutôt que (quelque) chose ? ». La réponse coule de source : il y a chose car il y a chose. De l'autre côté, le physicien fou dira : qu'est une chose ? Un objet matériel. Qu'est la matière ? Un état particulier de l'énergie. Qu'est l'énergie ? Beaucoup de choses sinon une chose, si on entend par-là un objet définissable. Bref, le philosophe fou en tirera cette conclusion : quand il y a chose il n'y a rien, ce qui signifie que la question « Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que quelque chose ? » est strictement équivalente à « Pourquoi n'y a-t-il rien plutôt que de n'y avoir rien ? ». -O.M.H--H.M.O- 12 novembre 2007 à 11:58 (CET)
PS. Et le linguiste fou confirme... -O.M.H--H.M.O- 12 novembre 2007 à 11:59 (CET)
C'est fou le nombre de fous qu'il y a sur Wikipédia en français (il y a un monde fou ici) ..moi qui croyait être le seul ! (Smiley: triste) Yakafaucon 12 novembre 2007 à 14:35 (CET)
Quelqu'un aurait une aspirine ? l'historienne folle Mort de rire
De retour de week-end ? Ça fait plaisir. -O.M.H--H.M.O- 12 novembre 2007 à 15:00 (CET)
Sommes nous fous par rapport aux autres, ou les autres sont-ils fous par rapport à nous ???...finalement, vus par des fous enfermés, nous sommes des fous en liberté...n'est-ce-pas ???, enfin, c'était un petit rien, juste pour dire quelque chose...--SuperManu SuperMessage 12 novembre 2007 à 16:02 (CET)
Sommes-nous vraiment en liberté ? Encore un petit rien... --Pymouss44 Tchatcher - 12 novembre 2007 à 16:10 (CET)
Ca m'fait penser à une jolie chanson : Mieux vaut ne penser à rien que de pas penser dutout / Rien c'est déjà, rien c'est déjà beaucoup / On se souvient de rien et puisqu'on oublie tout / Rien c'est bien mieux, rien c'est bien mieux que tout. / Mieux vaut ne penser à rien que de penser à vous, / Ça n'me vaut rien, ça n'me vaut rien du tout --ZN 12 novembre 2007 à 17:48 (CET)
En voilà une question qu'elle est bonne. A mon humble avis, elle est même bien meillleure que "Dieu existe-t-il ?" Un gros malin en a fait un livre. --Seymour 12 novembre 2007 à 22:11 (CET)
Pourquoi y a-t-il des gens qui demandent toujours pourquoi ? Félix Potuit 12 novembre 2007 à 23:17 (CET)


Parceque s'il n'y avait rien, ça ce serait quelquechose ma bonne dame! .: Guil :. causer 13 novembre 2007 à 09:35 (CET)

Ecole privée lieu public?[modifier le code]

Bonjour,

Une école privée (catholique) sous contrat avec l'état est elle considérée juridiquement comme un lieu public relevant du domaine public comme peut l'être une mairie ou une administration?

Merci d'avance pour vos réponses expertes.

A mon avis non. C'est au mieux un lieu privé ouvert au public (et encore même pas vraiment). HaguardDuNord 12 novembre 2007 à 10:12 (CET)
Les collectivités territoriales sont soumises à des règles dans la gestion de leurs patrimoines, qui sont différentes selon que les biens font partie de leur domaine privé (appartements, terres agricoles louées, chemins ruraux, forêts) ou public (mairies, routes, voies communales). Les biens n'appartenant pas à une collectivité (c'est généralement le cas des écoles privées) ne sont pas concernés par ces règles. Mais ces immeubles destinés à recevoir du public sont soumis à des règlements contraignants, notamment pour ce qui concerne la sécurité des personnes (et aussi l'accessibilité). Ai-je bien compris votre question ? Rigolithe 12 novembre 2007 à 10:16 (CET)
Cela dépend du contrat : certaines écoles privées passent un accord avec l'État qui les oblige à dispenser un enseignement exactement similaire à celui requis pour les établissements publics, d'autres non. Le type de contrat induira le niveau de subventionnement des écoles privées : plus elles opteront pour un enseignement et un recrutement des enseignants qui se rapprochent de ceux du public, plus leur subvention sera importante.
Pour l'autre point, une école privée, qu'elle soit catholique ou autre, n'est pas astreinte a priori aux mêmes obligations qu'une école publique,c'est précisément l'intérêt des écoles privées : si telle école décide de dispenser un savoir idéologique, pour autant qu'elle remplisse les autres points de son contrat ça ne pose pas question : il s'agit d'un libre choix des parents et sauf si ça contrevient à d'autres lois on peut y faire ce qu'on veut pour autant que les savoirs élémentaires requis par l'obligation scolaire soient dispensés. -O.M.H--H.M.O- 12 novembre 2007 à 12:13 (CET)
La question portant sur le statut juridique du lieu, la réponse est toujours non. Pour les écoles catholiques, tout comme les églises construites depuis 1905 et autres biens immobiliers, elle sont propriétés de l'association diocésaine. --Pymouss44 Tchatcher - 12 novembre 2007 à 16:25 (CET)
Je pense que c'est un lieu public, comme un restaurant, une salle de concert etc., par exemple, appartenant à des personnes privées, mais ouvert au public. --Serged/ 12 novembre 2007 à 18:43 (CET)

Techniquement, en France, c'est un "établissement accueillant du public", avec la réglementation correspondante applicable pour les règles de sécurité notamment; mais ce n'est pas un "lieu public": il reste privé (en particulier, la police ne peut pas y entrer librement, par exemple). Michelet-密是力 12 novembre 2007 à 20:14 (CET)

La mise au point de Michelet permet de préciser certains points : une mairie ou une administration ne sont pas des lieux publics, chère questionneuse, cher questionneur, tu confonds avec les notions d'établissement public et de bâtiment public (tiens, il est rouge, celui-là ?). Une mairie, une préfecture, un centre administratif sont des lieux privés appartenant à une entité définie (commune, ministère de l'intérieur, administration) mais en partie ouverts au public, dans l'espace (accès limité aux parties « ouvertes au public ») et dans le temps (ouvert de telle à telle heure, tels jours). Une école publique n'est pas un lieu public et toute personne « non autorisée » qui tenterait d'y pénétrer se verrait jeter dehors assez rapidement.
Reste ce qui a été dit par les divers intervenants. Si on parle de l'accès, il est ni plus ni moins limité dans une école publique que privée, donc il est réservé aux personnes autorisées : élèves, enseignants, personnel non enseignant ; les parents d'élèves peuvent, sous condition, y être admis ; dans des cas exceptionnels (« journées portes ouvertes ») d'autres publics peuvent y être admis, mais pas dans tous les locaux ; dans tous les autres cas, il faut une autorisation spéciale du chef d'établissement pour que des personnes autres que celles autorisées puissent y entrer. Si on parle de l'enseignement dispensé et du réglement intérieur, ça dépend du contrat passé entre l'établissement et la puissance publique, donc il n'y a pas de cas général. -O.M.H--H.M.O- 13 novembre 2007 à 10:40 (CET)
En complément. Il est à noter que cette notion de contrat vaut aussi pour les établissements publics d'enseignement expérimentaux (voir par exemple le cas du lycée expérimental de Saint-Nazaire) qui, tout en étant publics, ont un contrat dérogeant à la règle commune. -O.M.H--H.M.O- 17 novembre 2007 à 10:42 (CET)

Maran René[modifier le code]

Bonjour, je n'ai pas trouvé, dans la biblio. de René Maran son roman "Défense d'aimer" publié par A.Fayard en "Feuillets littéraires" après qu'il ait reçu le prix Goncourt 1921.Quelle est la date de publication de cet ouvrage? Ceci est ma première intrusion dans Wikipédia,veuillez excuser ma maladresse. Merci, Claude Gander.

Bonjour,
Tout ce que je trouve (sur JSTOR, en accès non-libre, dans la revue Journal of Negro History, vol 33, No 2 p 233) est : un Homme pareil aux autres par René Maran, Paris : Arc-en-ciel éditions, 1947. 248 pages. rv1729 12 novembre 2007 à 10:50 (CET)
Avec le commentaire suivant : This is the definitive edition of a novel which M. Maran first intedned to call Le Roman d'un Nègre and later published under two other titles: Défense d'aimer and Journal sans date. Où avais-je la tête. rv1729
Recherches peu fructueuses Mais il faut vérifier si c'est bien Fayard l'éditeur (dans ce cas il faut leur demander aussi) et si le titre est le bon car certaines œuvres ont été publiées sous deux titres différents : ça semble être le cas de Journal sans date en 1927 qui fut publié sous le titre un homme comme les autres [1] ou bien [2]..... Yakafaucon 12 novembre 2007 à 11:11 (CET)
Bienvenue ! Le catalogue Opale de la BNF mentionne 2 versions : une, datée de 1932 mais sans éditeur. L'autre aux Editions Fayard, mais sans date... Ca n'avance pas beaucoup, je sais. HaguardDuNord 12 novembre 2007 à 11:17 (CET)
Worldcat donne pour Fayard la date de 1932 entre crochets c'est à dire déduite(probablement fin d'impressionl'achevé d'imprimé...). Effectivement Bn-Opale le signale s.d. (sans date). --Acer11 ♫ Χαίρε 12 novembre 2007 à 16:56 (CET)
Sinon ya un doc sur Maran qui passe demain au Festival du film d'Amiens [3]. Yaura peut etre la réponse (mais faut faire le déplacement, je vous l'accorde). HaguardDuNord 13 novembre 2007 à 10:15 (CET)

tornade[modifier le code]

Bonjour je suis élève en 2eme anné de prepa maths,et j'aimerais avoir quelques precisions sur la formation des tornades.Comment se forment les cumulonimbus?Pourquoi l'air tourne de facon horizontale?Où intervient la force de coriolis?Est-il possible qu'une tornade se forme sans cumulonimbus? merci d'avance

Hum, toi tu dois avoir un TIPE à faire, non ? (ou un exo ...). Jette un oeil sur Cumulonimbus, Tornade, Force de Coriolis, mais sache que l'Oracle ne fera pas tes devoirs ... Bonne chance quand même — Balou Gador 12 novembre 2007 à 11:53 (CET)
Et que la Force (de Coriolis) soit avec toi. Félix Potuit 12 novembre 2007 à 23:15 (CET)

Forme des culs de bouteilles[modifier le code]

Bonjour amies pythies,

je viens vers vous aujourd'hui pour poser une question au sujet des bouteilles de vins (et accessoirement de champagne). La question est simple: Pourquoi les bouteilles ont elles un cul bombé? Est ce une raison pratique? une raison historique? autre? Je crois savoir que les seules bouteilles à cul plat sont celles du fameux champagne Cristal de Roederer, et on m'a expliqué que c'était dû à une exigence du Tsar du Russie qui craignait à l'époque que l'on puisse cacher un explosif sous la bouteille...

Mais je digresse et cette anecdote n'explique pas pourquoi les bouteilles classiques ont le cul bombé.

Merci par avance pour les lumières que tu sauras, j'en suis sûr, m'apporter. Uld - Uldosig.gifDiscussion 12 novembre 2007 à 17:02 (CET)

Je m'étais jamais posé la question... J'aurais dit "pour des raisons pratiques", car on peut servir le vin en tenant la bouteille uniquement par son cul mais j'ai aucune preuve de ce que j'avance. J'ai trouvé ici Le marquage des bouteilles: toutes les bouteilles n'étaient pas estampillées par le verrier. Aujourd'hui chaque bouteille est gravée, en général dans le "cul" de la bouteille. C'est le gage de l'origine et de la qualité des bouteilles que vous achetez... . Mais bon de là à en faire une raison... Erdrokan - ** 12 novembre 2007 à 17:23 (CET)
Bonjour les alcooliques les œnologues, si je vous dis que c'est pour faciliter le décantage du vin en bouteille, vous allez me croire ? Yakafaucon 12 novembre 2007 à 18:05 (CET)
Oui, moi je te crois (hips!) Clin d'œil --Serein [blabla] 12 novembre 2007 à 18:20 (CET)
J'ai toujours cru savoir que c'était pour des questions de résistance, notamment à la pression du champagne, mais je ne me suis jamais préoccupé de sourcer ... Morburre 12 novembre 2007 à 18:23 (CET) Qu'importe le flacon, etc, n'est-ce pas ?
Toutes les bouteilles de vin n'ont pas de cul bombé. Ce n'est pas le cas, ce me semble, des traditionnelles bouteilles de vin d'Alsace (les flûtes). On trouve les trois formes traditionnelles, et l'explication de l'évolution (lié à la nécessité du veillissement en pile) sur ce site : [4] Gede 12 novembre 2007 à 18:26 (CET)
Pour tromper sur la quantité de la marchandise ? Peut-être. Dans un document extrait des limbes de Webarchive :

« En 1846, les Canuts avaient été très en colère contre les cafetiers des pentes.Ces derniers s'étaient en effet entendus entre eux pour ramener le pot lyonnais 1.04 litre à 48 centilitres. Les ouvriers en soie s'étranglaient de rage devant les nouvelles bouteilles au verre si épais, que le vin n'atteignait plus le fond....
Les canuts voulaient le bon vieux litre, au ras le col d'un côté, au ras le cul de l'autre... »

— exhumé là sur mon blog

--Serged/ 12 novembre 2007 à 18:37 (CET)
Je présume que c'est pour des raison de résistance. Source : les bouteille de Coca(en plastique ou en verre) ont aussi le cul bombé. --Madlozoz 12 novembre 2007 à 19:10 (CET)

Cette question avait déjà été posée sur l'Oracle si j'ai bon souvenir. --Sixsous  12 novembre 2007 à 19:03 (CET)

Bingo ! --Sixsous  12 novembre 2007 à 19:06 (CET)
Je conteste la proposition émise à l'époque (semaine 37 année 2006) !! Car au début du travail du verre les bouteilles étaient à fond plat (ça ne gênait pas les travailleurs du verre) mais ce n'est qu'après les progrès des techniques de vinification qu'on a pu faire vieillir le vin en bouteille (Reprenez toute la chronologie de la vinification) et que la décantation posait un problème avec une couche épaisse au fond de la bouteille ; avec un cul au début à peine marqué, on a permis de concentrer les produits de décantation (voir collage du vin) sur une zone limitée, le cul fut agrandi ensuite pour améliorer la « zone réceptacle » des dépôts. voir plus haut le texte de Gede : On trouve les trois formes traditionnelles, et l'explication de l'évolution (lié à la nécessité du veillissement en pile) Voili voilà (hic) je touche le fond ! Yakafaucon 12 novembre 2007 à 20:06 (CET)
Des sources, des sources, des sources ... ! ! ! --Acer11 ♫ Χαίρε 12 novembre 2007 à 20:26 (CET)
Des sources ? Faut que j'aille dans mes vieux grimoires!! Ils sont en province dans un grenier plein de poussière mais cherchez aussi ! On parlait au XVIIème siècle de « piqûre de bouteille » ( pour parler du cul) de 4 et 6 cm qui conférait au vin un qualité supérieure, en outre certains culs était en cône pointus, et ce n'était pas par facilité de fabrication du verre ni stabilité de la bouteille (rien à voir) !! Cherchez vous aussi ! Yakafaucon 12 novembre 2007 à 20:41 (CET)
Merci Yakafaucon de lire ce que j'écris, parfois je me sens très seul... La source est, notamment, le site dont je donne la référence... vraiment, je parle dans le vide... Et je le dis encore : les meilleurs vins blancs du monde (avec ce genre d'affirmation, on va enfin me lire !) sont dans des bouteilles à fond plat : ce sont les rieslings d'Alsace ! Gede 12 novembre 2007 à 20:50 (CET)
Entre-nous Gede, je préfère les Gewurztraminer ! Yakafaucon 12 novembre 2007 à 20:58 (CET)
Je préfère les Riesling ! Mais un Corton-Charlemagne l'emporte sans peine ! rv1729 12 novembre 2007 à 21:19 (CET)
Pour ramener ma fraise dans ce débat, je signale que les bouteilles à cul piqué (puisque ça s'appelle comme ça) étaient très recherchées pour pratiquer le braconnage halieutique dans les ruisseaux et rivières. Morburre 12 novembre 2007 à 22:07 (CET)
Désolée de vous rejoindre si tard (et pour si peu de temps !) Les bouteilles étaient stockées "debout" et le vin, n'étant pas "purifié" comme aujourd'hui, décantait dans la bouteille. Les bouteilles pour le vin de Meuse en Belgique (vin qui était fort sûret puisque que les recettes du XVIe s. disent "prenez un peu de vin de Meuse ou un peu de vinaigre" !) sont appelées « voleuses » car le cul de la bouteille atteint parfois la mi-hauteur de celle-ci et que l'apparence et la contenance sont donc fort différentes... En voir sur http://60gp.ovh.net/~gastronoy/fr/pg/pg-005_3_16.html Bonne soirée ! --Égoïté 12 novembre 2007 à 23:11 (CET)

Amphores[modifier le code]

Amphorae.jpg

Et si on me posait la question : « Pourquoi les amphores ont une base pointue ?» , je répondrais la même chose : décantation (surtout avec les techniques de vinification de l'époque) car les amphores servaient à transporter du vin, de l'huile etc... Les produits n'étaient pas bien « clarifiées », bien « collées » et cette forme facilitait la stabilité des dépôts. Donc cette forme ce n'est pas pour la solidité et encore moins pour la stabilité !! Il en va de même pour le cul des bouteilles en verre ! Merci à Egoïté pour sa remarque et son lien qui va dans le sens que je propose et je pense qu'il faut corriger l'article sur le vin en fonction de ces derniers éléments ! Merci et Tchin-Tchin ! Yakafaucon 13 novembre 2007 à 07:48 (CET)

Il semble me souvenir que c'est plutot pour tenir seul dans les claies (donc un prb de stockage). Vincnet G 20 novembre 2007 à 19:27 (CET)

Merci[modifier le code]

Merci à tous pour vos avis et débats très intéressants à lire. Je vais essayer d'en tirer la substantifique moëlle mais les avis sont très partagés et c'est difficiles de trouver une source sûre... La question reste pour moi encore en suspend mais au moins, j'ai une multitude de pistes toutes plus pertinentes les unes que les autres sur lesquelles je peux me pencher.

Merci encore les pythies! Uld - Uldosig.gifDiscussion 13 novembre 2007 à 10:11 (CET)

Histoire sur la Yougoslavie du XXe siècle siècle[modifier le code]

bonjour je cherche un sujet concernant l'histoire sur la yougoslavie du XXe siècle : comment un état peut-il naitre et mourrir au xx siècle merci

Une partie de la réponse est dans la question : la Yougoslavie est née et morte au XXe siècle. Comment ? et bien, comme n'importe quel autre État qui est né et mort : un jour il est né, un jour il est mort. De fait, tout ça s'est passé au XXe siècle mais bon, c'est anecdotique.
En fait, au siècle en question beaucoup d'États sont apparus, ont disparu ou on vu leurs frontières énormément modifiées. En 1900, la superficie de la France dépassait les dix millions de km², entre ses colonies et départements d'Afrique, d'Amérique et d'Asie ; en 1962, elle se réduisait à guère plus que 550.000 km². Autre cas : entre 1917 et 1990 exista un entité, l'URSS, qui de sa création à sa fin doubla sa superficie, puis disparut en 1991. Encore un autre cas ; en 1939 le Royaume-Uni et ses possessions dépassaient la France en superficie ; en 1962, le même État avait (et a toujours) une superficie environ un tiers inférieure à celle de la France.
Pour le cas précis de la Yougoslavie, cela a un rapport direct avec la première guerre mondiale : il y eut divers « mouvements yougoslaves » dès le XIXe siècle mais du fait de l'entente entre l'Empire austro-hongrois et l'Empire ottoman pour maintenir un statu quo dans les Balkans, ils ne purent pas concrétiser leurs projets ; dans les années 1912-1913, suite à des insurrections en Croatie et des tentatives d'unification « yougoslave » de la Serbie (seul État indépendant de la région, à l'époque) les Autrichiens puis les Hongrois détachèrent des troupes dans la zone pour ramener l'ordre (enfin, leur ordre) puis s'entendirent avec l'Empire ottoman pour réprimer les velléités slaves avec l'appui de troupes albanaises. Tout ça fut assez sanglant. Et un certain 28 juin 1914, l'archiduc François-Ferdinand, fut révolvérisé par un certain Gabriel Princip, un étudiant serbe. Et hop ! Début de la GM1. Comme tu ne l'ignores pas (du moins je l'espère), les deux empires en questions furent les grands perdants de cette guerre – à côté, les pertes de l'Allemagne c'est de la gnognotte. Résultat, création de la première Yougoslavie, qui à l'époque fut un royaume. Péripéties diverses, disparition du royaume durant la deuxième guerre mondiale, création de la République fédérale socialiste du même nom après la guerre, qui ne tint que par miracle sous la férule de Tito ; mort d'icelui en 1980 ; déliquescence de l'État dans les années qui suivent, et finalement fin de la RFSY au début des années 1990. C'est ainsi : on ne peut s'attendre à ce qu'un État artificiel créé pour la commodité de ses voisins et contre l'avis de ses populations soit durable... -O.M.H--H.M.O- 12 novembre 2007 à 19:48 (CET)
Un peu comme la Belgique, quoi ? Félix Potuit 13 novembre 2007 à 18:45 (CET)
Oui et non... Mais c'est vrai que la 1ère guerre mondiale a créé un tel traumatisme dans la population flamande qu'elle participe probablement encore (et par ignorance partielle des nombres exacts de Flamands et Wallons qui se sont battus dans les tranchées "de l'Yser"), de façon sous-jacente, à un certain "énervement" --Égoïté 17 novembre 2007 à 18:51 (CET)

Bande Annonce[modifier le code]

Presa de decissions.png À l'attention de nos visiteurs : Nous autres pythies aimons répondre aux questions, mais nous apprécierions beaucoup que les questions soient posées clairement et poliment (bonjour au début, merci à la fin) et que quand vous obtenez des réponses, vous en remerciiez ceux qui se donnent la peine de vous répondre. Merci d'avance.

C'est pas très très gentil de mettre ça, le visiteur il a bien dit bonjour au début et au revoir à la fin. — Nias [blabla] 13 novembre 2007 à 15:46 (CET)
Ce bandeau n'est pas destiné à cet utilisateur ; il est à l'attention de tous nos visiteurs (au pluriel) et justement cet utilisateur a dit merci et a répondu , il montre l'exemple ! Merci à lui à notre tour Yakafaucon 13 novembre 2007 à 19:56 (CET)
Ce n'est pas moi qui ait placé ce bandeau, et je ne suis pas certain d'approuver présence, mais à défaut j'approuve à 100% son esprit. Dans le cas présent, deux remarques :
  • cette question sur la Yougoslavie n'est pas formulée de façon polie, loin s'en faut. Bonjour au début, merci à la fin, sans ponctuation après le bonjour ni avant le merci, ça n'est pas ça être poli. On peut par exemple contextualiser sa question, en se présentant un minimum (je suis... je cherche ça parce que...), on peut aussi faire une petit phrase pour remercier ; enfin un peu plus que le minimum syndical. C'est effarant comme les gens sont désinvoltes. Un enfant qui dit Du chocolat s'il-te-plaît, c'est parfait à 4 ans ; à 6 ans on exige une phrase, je peux avoir du chocolat s'il-te-plaît ?
  • je ne vois pas où ce monsieur a répondu pour remercier et accuser réception de l'exposé complet réalisé par Olivier ?
rv1729 13 novembre 2007 à 22:30 (CET)
Ce qui me plaisait pas c'est que ce bandeau a été posé sans faire une nouvelle section, ce qui pouvait induire en erreur et choquer le visiteur. Maintenant que les sections sont bien séparées y'a plus de problème. — Nias [blabla] 14 novembre 2007 à 03:14 (CET)

douleur physique en santé mentale et représentations[modifier le code]

bonjour

je suis étudiante infirmière et je travaville en ce moment sur les représentations de la douleur physique et non morale en santé mentale.

Cette question est, me semble t-il très peu developpée à nos jours, alors j'i du mal à argumenter mon écrit; mais ce sujet me passionne et j'aimerais en savoir

plus. Pour etre clair, j'aimerais savoir, qu'est ce qui, chez le soignant, peut déterminer la prise en charge de la douleur physique d'un patient. Et du coté des patients quelle est la particularité qui rend compte de la difficulté de la prise en charge de la douleur physique.

En attendant une réponse de spécialiste, qui ne saurait tarder, je ne connais que cette demande, auprès du patient, d'estimer sa douleur sur une échelle de 10, de 0 (pas de douleur) à 10 (douleur intolérable). Morburre 12 novembre 2007 à 19:39 (CET) mais si c'est en santé mentale (j'aurais dû mieux lire la question)... Docteueueueur !?
Ma foi, la question est complexe ! Je voudrais être sûr de la comprendre : est-ce qu'il faut comprendre « sous quelle forme de communication un malade mental peut exprimer le type de douleur et son intensité ?» et il va de soi que nous ne parlons pas des douleurs de type polyalgies diffuses du syndrome de manque (toxicomanie) - J'attends votre réponse
Si le malade ne peut verbaliser , les signaux de communication sont dépendants de la relation malade-thérapeute et c'est avec le contact et les codes élaborés entre les deux acteurs que pourra s'exprimer la douleur , son siège et son intensité. Je ne crois pas à un schéma valable pour tous les cas de figure. Tout est basé sur cette relation fondamentale (malade-thérapeute) en maladie psychiatrique.Yakafaucon 12 novembre 2007 à 20:14 (CET)

Merci de nous remercier éventuellement....

Qu'est ce qui, chez le soignant, peut déterminer la prise en charge de la douleur physique d'un patient ? La compassion ? Adrien' [1729] 14 novembre 2007 à 00:30 (CET)

Conjecture mathématique en théorie des nombres entiers de X... (5/N)[modifier le code]

Hello, je cherche des infos sur l'avancement éventuel sur cette conjecture: Pour tout entier N, il existe 3 autres entiers naturels x,y et z de telle sorte que ces 4 nombres soient la solution de l'équation 5/N = 1/x + 1/y + 1/z . (Je ne me rappelle plus le nom de l'auteur de cette conjecture). Merci. Michel

Conjecture d'Erdös-Straus et de Sierpinski [5]Yakafaucon 12 novembre 2007 à 20:51 (CET)
Le nom est bon, mais la formule est fausse : c'est 4/N = 1/x + 1/y + 1/z. Du coup, on cherche un volontaire pour traduire cet article et que nous n'avons pas, et que c'est un vrai scandale. Selon ce papier, le conjecture a été vérifiée par ordinateur jusqu'à 10 puissance 14, ce qui ne prouve rien. --Seymour 12 novembre 2007 à 21:46 (CET) PS Wikipédia en français est très en retard sur les conjectures mathématiques, par rapport à Wikipédia en anglais.
Peut-être parce que les mathématiciens français préfèrent les travaux qui ramènent des médailles Fields et laissent les anglo-saxons conjecturer en rond sur WP-EN ? -O.M.H--H.M.O- 13 novembre 2007 à 07:57 (CET)
Un truc qu'est bien pour avoir une médaille Fields, même quand on est français, c'est de démontrer une belle conjecture, comme la conjecture de Mandelbrot ou de Langlands. rv1729 13 novembre 2007 à 08:45 (CET)
C'est pas faux hein? -O.M.H--H.M.O- 13 novembre 2007 à 08:56 (CET)
Euh... N=4 ? Ce ne serait pas plutôt des entiers relatifs ? --Serged/ 13 novembre 2007 à 08:42 (CET)

Cinq fruits et légumes par jour ?[modifier le code]

Oracle rafraîchi, ave. Je ne sais pas si comme moi, tu t'es déjà posé la question de savoir ce que pouvait bien vouloir dire ce slogan qui figure désormais un peu partout pour nous inciter à prendre soin de notre petite santé. Cinq fruits et légumes, c'est quoi : trois groseilles et deux haricots verts ? Deux pastèques et trois courges ? Ou bien est-ce que cela signifierait : consommez cinq fruits et légumes différents par jour ? Cinq par jour, ça fait, disons un légume et un fruit à midi et un autre le soir, et encore un truc le matin. Ça me paraît beaucoup (surtout au prix où on nous les vend) : et si j'ai envie de prendre un baba au rhum au dessert, au lieu d'une banane ? Faut que je rattrape au repas suivant en me tapant double portion de rutabagas ? Pourquoi cinq, et pas quatre, ou six ? Quelles sortes de fruits et légumes ? Bref, ce slogan me paraît idiot, sauf pour les marchands de fruits et légumes, qui doivent clairement en voir l'intérêt, eux. Pourquoi ne pas nous vendre la dose quotidienne prescrite sous forme de petit pot de purée multi-végétable et dûment équilibrée, ça nous ferait bien du tracas en moins ? Bref, je flotte dans les affres de la sémantique nutritionelle et para-gouvernementale. Qu'en penses-tu, Oracle ? Grâces te soient rendues dans les siècles des siècles, amen. Félix Potuit 12 novembre 2007 à 23:10 (CET)

d'accord avec toi, Félix ! N'importe quoi ce slogan ! D'autant que, dans nos pays occidentaux, une grande part de la population (qui peut encore se payer ça) mange chaque jour du pain( et le froment, sous forme de fromentée, est considéré comme un légume), des pommes de terre + un légume blanc, vert, rouge ou orange (faites la liste !) et qui une pomme (pour la ligne), qui une banane, une orange ou du citron (dans le thé ou le café), un peu de salade (voir le « Dagobert» belge de midi). Par ailleurs où trouver un resto (à prix abordable) qui serve autre chose rien comme légume que salade-tomate (éventuellement carottes rapées en bocal) ou carottes-petits pois ou haricots princesse ou chicon (endive/witloof) avec bien entendu pommes pont neuf, allumettes, frites, etc. ? --Égoïté 12 novembre 2007 à 23:39 (CET)
moi aussi j'aime pas ce slogan qui veux rien dire. Si je le suis à la lettre, alors 1 kébab(salade,tomate,ognon)+frites+orangina par jour c'est bon pour la santé ? et le lendemain je vais au macdo pour varier ? (désolé pour les pubs). — Nias [blabla] 13 novembre 2007 à 00:32 (CET)
Attention, tu tombe aussi sous le coup du raisonement simpliste "gras = pas bon". Varier les source de vitamines et sels minéraux est une bonne chose parce que tel aliment contient 0 gramme de ci et tel autre 0 grammes de ça. Donc OUI les kebab et les Big Mac sont bon pour la santé de ce point de vu. Ils diminuent le nombre de carences par rapport à la malbouffe "bien de chez nous" que constitue la purée au jambon ou les pâtes au ketchup. --Madlozoz 14 novembre 2007 à 14:17 (CET)

Digression sur le vocabulaire culinaire[modifier le code]

Moi ce que j'aime en particulier ce sont les termes "fruits" et "légumes", dont le sens dans ce slogan est très éloigné de leur sens botanique. Par légume, il faut comprendre "truc plutot vert qui n'est pas très nutritif et qui n'est pas non plus très sucré". Ce qui signifie que le blé ou le riz, très nutritifs, ne sont pas des légumes, pas plus que la patate. Ce sont des "féculants"... Le statut des pois chiches et autres haricots est d'ailleurs tellement problématique (c'est très nutritif, mais c'est quand même pas vraiment comme du blé...), qu'on leur a trouvé un nom rien qu'à eux : des "légumineuses". Des sous légumes, en quelque sorte... Je suppose qu'avec cette essence inférieure, ils n'ont pas l'honneur de faire partie des 5 produits miracles journaliers, alors qu'ils sont les plus riches végétaux que l'on puisse manger ! Le mot Fruit signifie, lui, "truc de belle couleur qui n'est pas très nutritif et qui est de goût sucré". Ce qui veut dire que la tomate, l'aubergine, la courgette, le potiron etc.etc. ne sont pas des fruits, mais des légumes. Rien de tout cela n'a la moindre base botanique, mais franchement on s'en fout... il faut croire.Gede 13 novembre 2007 à 02:27 (CET)
« Légumineuse » est un terme botanique, pas une invention de la langue de bois nutritionniste.
Pour ma part, 5 fruits et légumes, je n'ai aucun problème à manger ça quasi-quotidiennement (et je n'ai pas attendu les campagnes gouvernementales pour le faire) : betterave rouge, céleri rapé, carotte rapée, salade verte, endive, clémentine, pomme, soupe de potimarron, bettes... et là je fais dans les denrées saisonnières. Il y a des jours où je fais moins, c'est les jours côte à l'os, andouille, etc, et encore il faudrait que je compte. rv1729 13 novembre 2007 à 07:11 (CET), frugivore depuis 1972. Soyons sérieux, j'aime aussi la charcuterie et le cassoulet bouillant. Je suis un lapin omnivore.
J'ai pas été clair : bien sûr que légumineuse est un terme botanique, tout comme le terme de fruit et même de légume. Mon ironie porte sur l'usage de ces termes : la plupart de ces légumineuses ne sont pas perçue comme de vrai légume. Et on se demande pourquoi, comme le note Olivier en dessous. Gede 13 novembre 2007 à 10:35 (CET)
« Légume » est un terme de gastronomie, de cusine. Tu sais, en cuisine le lapin est une volaille... Ça n'a rien de choquant, c'est un peu comme l'existence de divers registres de langue. Les cuistots ont besoin de mots qui sont adaptés à ce qu'il font de ce qu'ils achètent au marché, pas de mots qui sont adaptés à des soucis totalement différents.
Il y aura donc des légumes secs (et non légumineuses), des légumes, et des fruits. Je trouve ça tout à fait légitime.
Un livre de cuisine qui aurait un chapitre « baies » dans lequel on trouverait les recettes pour les tomates, le cassis et le melon serait sans doute assez marrant, mais peu commode, ne crois-tu pas ? rv1729 14 novembre 2007 à 10:36 (CET)
Legume est également un terme de botanique... va lire l'article, tu verras. Ma remarque est la suivante : certes, il existe divers registres de langue (pour faire pédant, dans le cas présent, on a plutôt affaire à des jeux de langage, au sens de Wittgenstein). Le problème est que ce slogan en confond deux : il porte un propos de nature diététique, qui s'intéresse au contenu alimentaire objectif des aliments. Pour décrire celui-ci, il utilise un jeu de langage populaire, utilisé en cuisine, qui est fondé avant tout sur l'apparence extérieure et le goût des aliments, et non sur leurs qualités objectives. C'est problématique, par exemple dans le traitement réservé aux légumineuses, qui sont plus ou moins exclues, alors même que, de toutes les végétaux, ce sont elles qui ont le plus de fibre et de minéraux, tout en a ayant une bonne dose de vitamine.
Par ailleurs, puisque tu évoques ton régime alimentaire, si je regarde le mien je me demande comment on peut manger 5 portions de fruits et légumes différents par jour, sauf à devenir obèse... J'ai un Indice de masse corporelle de 20.5 -une valeur des plus satisfaisantes, à ce qui paraît. Je mange très peu de viande (en l'occurence, pas un gramme depuis 6 jours), un peu de poisson. L'essentiel de ma nourriture est donc constituée de végétaux... et pourtant je n'ai souvent pas mes 5 fruits et légumes, même en incluant le blé. Exemple, hier : petit déjeuner frugal (barre de céréale). Déjeuner : soupe de poisson et endives au four, yahourt en dessert Souper : riz avec des haricots géants à la grecque. J'ai mangé également une grenade. Si je compte, j'ai deux fruits et légumes, au sens populaire, trois avec les haricots. Donc : ils veulent me faire grossir, du côté du gouvernement ? Gede 14 novembre 2007 à 12:41 (CET)
Je sais que légume est également un terme de botanique, j'essaie juste d'expliquer pourquoi et comment certains termes ont des sens différents suivant les contextes : botanique, culinaire, langage courant. Et pour s'adresser au public le plus vaste possible, il vaut mieux utiliser le langage courant.
Quand on me demande mon poids, je ne le donne pas en newtons, je le donne en kilogrammes sans faire remarquer qu'il s'agit en fait de ma masse. Ce faisant, j'évite autant que possible d'être inutilement pédant. rv1729 14 novembre 2007 à 13:58 (CET)
Tu peux me faire crédit de savoir ce que tu dis, non ? Et d'examiner mon argument pour ce qu'il est, en substance : en raison de la nature particulière du vocabulaire culinaire, les conseils diététiques que le slogan conduit à donner sont inexacts. En particulier, il conduit à mettre de côté les légumineuses qui sont sans doute les végétaux les plus intéressant en matière diététique [réf. nécessaire]. Gede 14 novembre 2007 à 14:22 (CET)
Oui, je peux !
Je crains qu'on ne parle pas de la même chose : je ne parle ici que de l'utilisation des mots : je trouve par exemple qu'il est déplacé de corriger les gens qui disent chiffre pour nombre (ce que, étant mathématicien, j'ai dû faire trop souvent, et fais peut-être encore dans des moments d'égarement) ; de même, il est déplacé dans un registre courant de réserver « légume » aux gousses des légumineuses, d'appeler une pâquerette une « inflorescence » et non une fleur, etc.
Ce que tu dis sur les légumineuses est sans doute très vrai, je ne peux en juger ; je me contente de défendre le fait que le slogan ait été rédigé en français courant et non en botanicien... rv1729 14 novembre 2007 à 15:15 (CET)

Retour à la question initiale[modifier le code]

Il y a trois motifs à ce slogan : celui évoqué d'une promotion des produits végétaux, l'idée que les fibres végétales sont bonnes pour le transit intestinal et le vieux lieu commun sur les vitamines, « oligo-éléments » (probable que plus de la moitié des personnes qui vantent « l'apport nutritionnel en oligo-éléments » ne savent même pas ce que ça veut dire...) et autres cochonneries que si qu'on ne les a pas et bien qu'on meurt, ahlala, c'est bien triste... Ça fait un bail ou même deux ou trois qu'on nous la baye belle avec cette propagande. Je ne me rappelle plus trop, mais il me semble que ça commença vers le milieu ou la fin des années 1970 : le nombre de « fruits et légumes » (en fait, surtout les fruits, puisque nombre de « légumes » mis en avant sont des fruits ou leurs cosses) a varié ou n'était pas spécifié (le thème général est « plusieurs fruits et légumes différents par jour » – oui, cinq petits pois ça ne compte pas pour cinq « légumes »...) et comme indiqué déjà, les céréales et la plupart des tubercules ne sont pas inclus dans le lot, ni certaines légumineuses (haricots verts et petits pois oui, haricots secs et pois chiches non). Et bien sûr, les noix ou les arachides ne sont pas considérées « fruits et légumes ». L'idée est celle indiquée plus haut : les « légumes » sont des machins plutôt verts et peu sucrés, les « fruits » des machins plutôt colorés et assez sucrés. Rien à voir avec la botanique, donc.
Quant à savoir si la moindre étude a été faite sur la validité du postulat, peu probable : il est avéré que ne pas consommer des végétaux frais ou leurs dérivés pose des problèmes de carence, mais consommer des jus à base de végétaux est sans doute aussi efficace et pour les fibres, pain et riz complets font aussi bien l'affaire. -O.M.H--H.M.O- 13 novembre 2007 à 08:28 (CET)
Vous êtes bien gentilles, ô Pythies sages et avisées, qui vous nourrissez convenablement et êtes toutes d'accord. Mais ce slogan à la con vise une population très vaste, parmi laquelle des millions de gens qui bouffent trop de viandes et de charcuteries. Alors si ça peut éveiller une lueur de lucidité parmi ces gens-là, c'est toujours ça de gagné. Morburre 13 novembre 2007 à 08:39 (CET)
Je me permets de te faire remarquer que je me suis timidement inscrit en faux, déjà un peu plus haut ; et j'abonde dans ton sens, dès à présent.
Après maintes discussions avec les collègues à la pause repas (collègues qui s'amusent à compter que je mange parfois plus de 5 fruits et légumes par repas), nous avons fini par conclure que le conseil était excellent : il pousse les gens à manger une salade verte & tomates plutôt que du fromage et du paté, un fruit plutôt qu'une crème dessert. C'est très retord : « mangez moins gras, moins sucré » ça fait des années qu'on le dit et ça ne marche pas, par contre « mangez 5 portions de verdure » ça a une chance de marcher : c'est un conseil positif, pas une interdiction, et l'effet de bord est qu'on a moins de place pour tortorer des tartines de saindoux saupoudrées de sucre glace à côté.
Quant au terme « fruits et légumes », il y a semble-t-il matière à glose infinie : il s'agit de distinctions culturelles et non botaniques, de la manière dont on les consomme, et en effet certains légumes sont stricto sensu des fruits (par contre on n'appelle pas le gingembre confit un fruit, même si c'est un dessert). rv1729 13 novembre 2007 à 08:59 (CET)
Vous n'avez pas tort sur le fond, mais cette campagne pose un problème, la mise en valeur des « fruits et légumes » qui ont une valeur nutritive faible ; si une personne se laisse trop influencer sur la propagande anti-graisse, anti-céréales et anti-« féculents », elle risque de choisir presque systématiquement ces aliments au détriment des haricots secs, des pommes de terre, du pain, du riz, etc., et avoir une alimentation aussi déséquilibrée, mais d'autre manière. Et en plus, en dessert un yaourt à 0% et sans sucre... -O.M.H--H.M.O- 13 novembre 2007 à 09:55 (CET)
Bon, me voilà rassuré, c'est bien n'importe quoi. D'autant que ça ne précise pas la différence entre fruits et légumes crus et cuits, frais, surgelés ou en boîte, etc. Donc je continuerai à faire comme j'ai toujours fait jusqu'ici : bouffer un peu de tout, en variant autant que possible. Pas besoin du gouvernement pour m'expliquer ça, mon papa s'en est chargé quand j'étais môme ("si tu finis pas tes épinards, tu les auras demain au petit déjeuner !") Ça a très bien marché, j'aime tout. Merci de vos réflexions à ce sujet. Félix Potuit 13 novembre 2007 à 11:15 (CET)
Ce qui est triste, c'est que seuls sont pris en compte les valeurs nutritionnelles supposées exister dans les fruits et légumes...mais il faudrait aussi parler des traces de produits phytosanitaires extrêmement dangereux à long terme (stérilité, cancer) que l'on peut trouver dans les légumes de culture conventionnels (mais pas que)...avez vous déjà réfléchis au nombre de traitement qu'il faut pour avoir de belles pommes sans tavelure...(éviter de manger la peau si c'est pas de votre jardin...)...on trouve dans les fraises d'Espagne des traces d'acaricides, d'insecticides, de fongicides [6]...impossibles à éliminer par lavage ou épluchages...éplucher une fraise, tout un sport !!!!...alors manger des fruits et légumes, certes, mais bien se renseigner sur leur provenance et bien les préparer pour éviter d'être contaminer, c'est mieux encore...l'idéal serait bien sûr de contrôler à la source que rien de toxique ne soit utilisé dans la production, mais là, les lobby sont bien trop puissants...(Smiley: triste)--SuperManu SuperMessage 13 novembre 2007 à 11:53 (CET)
Pas vraiment d'accord en fait. Le truc est de consommer des produits de provenance, de marque, et de nature différente, pour éviter l'accumulation d'une composé toxique unique. La toxicité de ces produits est dose-dépendante, et ce n'est pas dangereux de consommer ue faible quantité d'un acaricide particulier, par exemple. Le danger est bien de consommer tous les jours 1 kg de fraises traitées avec le même produit. La diversification des sources de nourriture semble donc une manière efficace et économique de préserver sa santé. Arnaudus 13 novembre 2007 à 16:54 (CET)
Et là, on risque l'interaction médicamenteuse... rv1729 13 novembre 2007 à 22:19 (CET)

statuette talismanique[modifier le code]

Cher Oracle,

Cette question a déjà été posée mais est demeurée sans réponse. Votre aide me serait très précieux.

Cette statuette utilisée par les Hébreux indiquaient la direction d'un danger. Ces figurines tournaient sur elles-mêmes et avaient un pouvoir divinatoire.

C'est quoi la question ? — Nias [blabla] 13 novembre 2007 à 03:03 (CET)

je cherche le nom de la statuette

C'est pas Tatave, par hasard ? rv1729 13 novembre 2007 à 07:19 (CET)
La question avait effectivement été posée ici : Oracle/semaine_42. Pour le texte écrit de la Bible la réponse n'a pas changée (quelqu'un peut me détromper ???). Dans d'autres traditions je ne sais pas. Tu as des pistes ? des courants religieux ? Un corpus +/- vague (par ex. traditions talmudiques, apocryphes...) ? --Acer11 ♫ Χαίρε 13 novembre 2007 à 08:01 (CET)
Ce qui y ressemble le plus c'est les "Urim Thummim" utilisés par le grand'prètre pour faire de la divination (Ex 28:30), mais le côté "statuette" n'est pas évident. Michelet-密是力 13 novembre 2007 à 08:10 (CET)


C'est bien le nom d'une statuette talismanique utilisée jadis par les Hébreux comme moyen divinatoire qui est recherché.

Sindbad le marin[modifier le code]

Bonjour Oracle,

Dans un récit de Sindbad, ce marin des Contes de mille et une nuits, part vers une île lointaine où il pénètre dans une vallée de diamants. Malgré la présence de méchants serpents, il réussit à s'enfuir avec l'aide d'un oiseau géant.

J'aimerais connaître le nom de cette île lointaine.

merci

Comme l'indique sa bio officielle sur Wikipedia, Sinbad le Marin se retrouva dans une île déserte, donc par définition une île sans nom ; et comme il avait quelques préoccupations plus pressantes, genre serpents et oiseau rokh, il ne prit pas la peine, comme le fit Robinson Crusoe, de lui donner un nom. -O.M.H--H.M.O- 13 novembre 2007 à 06:25 (CET)
Si ce sont les diamants qui vous intéressent, rappelez-vous que ce n'est qu'une fiction. Félix Potuit 13 novembre 2007 à 18:40 (CET)


Les diamants nous font rêver à la richesse.... mais c'est le nom de l'île que je cherche. Il semble que le nom de cette île déserte soit cité dans un des voyages de Sindbad.

Dans mon livre dont vous êtes le héros, Sindbad faisait sept voyages vers Bornéo, Java, Sumatra, Jériman'a et Sétéquadja. Bon, j'ai oublié les quatre autres et le bouquin est probablement chez ma mère; enfin ça devait être dans les mêmes eaux. Adrien' [1729] 14 novembre 2007 à 00:42 (CET)
J'étais parti de l'hypothèse que tu parlais du Sinbad ou Sindbad des Mille et Une Nuits dans la version due à Antoine Galland, mais si ce n'est pas le cas et que tu parles du personnage des films, dessins animés, romans modernes, séries télévisées, cela dépasse mes compétences. Amicalement. -O.M.H--H.M.O- 14 novembre 2007 à 08:49 (CET)
Salut, questionneuse/eur, j'ai enfin une réponse exacte en ce qui concerne la partie des Mille et une nuits sur les voyages de (nom dans la version Galland) Sindbad le marin. Les récits se trouvent dans le tome 1, deuxième voyage de Sindbad. Comme je m'en souvenais, dans ce récit l'île en question n'a pas de nom sinon par description indirecte : « l'île de la vallée des diamants ».
Pour vérification, voir cette page, qui donne accès à une version électronique des Mille et une nuits (et qui donne accès, aussi, à mille et une richesses livresques en ligne). -O.M.H--H.M.O- 15 novembre 2007 à 08:21 (CET)


Il est possible que l'île de la vallée des diamants soit la réponse recherchée. Toutefois, dans le sixième voyage, Sindbad mentionne l'île de Serendib qui semble être également une bonne réponse.

Alors.... éclaire ma lanterne cher Oracle .

hotel[modifier le code]

Je suis à la recherche du plus "haut" hôtel au monde en 1977

Merci

Du côté de l'Himalaya ou de l'Asie Centrale, j'imagine. Cherchez plutôt ver le Tibet et l'Afghanistan (oui : on y pense rarement, mais si l'Afghanistan n'est pas le pays où l'on trouve les plus hautes montagnes, c'est avec l'Inde celui qui a les hauts-plateaux les plus élevés). -O.M.H--H.M.O- 13 novembre 2007 à 05:36 (CET)
Bonjour, pourquoi en 1977 spécialement ?? C'est pour un concours ? Blue [ -02- ] 13 novembre 2007 à 14:32 (CET)
Ouai. Il veut remonter le temps pour entrer dans le livre des records. Pour donner des piste à moitié sérieuse à la question : Les camps sur l'Everest sont-ils gratuits? Si non, le plus haut semble être le camp IV à 7 920 m --Madlozoz 14 novembre 2007 à 15:59 (CET)
C'est délicat : un refuge ou un camp est-il assimilable à un hôtel, à une pension ou à une maison d'hôte ? Puis il y a la question de la structure qui les gère : société privée, association ou établissement public ? Graves questions... -O.M.H--H.M.O- 15 novembre 2007 à 12:15 (CET)

bonjour,

C'est un edifice architectural un hôtel qui serait en hauteur (le plus élevé) au monde en 1977.

Merci


Bonjour,
auriez-vous l'amabilité de nous raconter ce qui vous pousse à chercher cette information ?
merci
rv1729 15 novembre 2007 à 20:50 (CET)
<mode sardonique>Ah ah ah ! Nous autres pythies le savions bien, qu'il s'agissait d'une question sur la hauteur au sol d'un bâtiment, mais nous aimons faire bisquer les questionneurs qui posent des questions approximativement formulées</mode sardonique>. Sinon, j'abonde : il y a un soupçon de question à but lucratif (réponse à un concours) qui ne nous convient guère. -O.M.H--H.M.O- 17 novembre 2007 à 10:35 (CET)

Mer de Greenwich...[modifier le code]

Bonjour

je cherche a savoir la dist en km ou en miles du mer de Greenwich et de l'equateur pourriez vous m'aider

logo de tableau noir Merci de rédiger votre question en un langage compréhensible : le langage SMS n'étant pas encore au programme, l'Oracle ne comprend que le français.
Sinon, a priori le méridien de Greenwich doit être comme tous les autres méridiens et faire environ 20.000 km (méridien local) ; l'équateur étant la plus grande latitude, fait environ 40.000 km. Mais bon, c'est une approximation, je ne jurerai pas qu'ils ont pile cette longueur. Cela dit, un méridien ou une latitude ne font pas une distance mais une longueur. Sans vouloir vous commander, un minimum de vocabulaire et d'orthographe ça aide beaucoup pour trouver ce qu'on cherche... -O.M.H--H.M.O- 13 novembre 2007 à 06:15 (CET)
Parce que si c'est vraiment la distance, c'est zéro kilomètre aux endroits où ils (le méidien de G. et l'équateur) se rencontrent, et environ 10 000 km (théoriquement) au plus. Morburre 13 novembre 2007 à 08:32 (CET)
Voir deux questions plus haut ... ça ne sert à rien de la reposer deux fois de suite. --Milena (Parle avec moi) 13 novembre 2007 à 09:34 (CET)
Ben si, ça sert à quelque chose : à constater que la question est mal posée. Non seulement elle est rédigée de manière presque incompréhensible (je m'étais dis un moment, la première fois : tiens, il existe une « Mer de Greenwich » du côté de l'Équateur ?) mais en plus, il semble qu'elle soit ininterprétable : il semble qu'on ait donné toutes les informations sur les longueurs et les distances envisageables en relation avec ce méridien et cette latitude. Si c'est la distance entre Greenwich et Quito, comme ça, à la louche, je dirais dans les 9.000 à 11.000 km. -O.M.H--H.M.O- 13 novembre 2007 à 09:45 (CET)

Bien que ça ne fasse vraiment pas envie, je décide de répondre à la question suivante : « Quelle est la longueur du méridien de Greenwich, et celle de l'équateur ? »

Notre article Terre indique que le périmètre équatorial est 40 075,02 km, et que le périmètre polaire est 40 007,86 km. Est-ce que c'est ça qui vous intéresse ?

rv1729 13 novembre 2007 à 10:24 (CET)

Je précise : le méridien va du pole nord au pole sud. Sa longueur est de 20 000 km.
l'équateur va de l'Est vers l'Ouest. Ces deux lignes imaginaires se croisent donc en un point (imaginaire) de coordonnées (0, 0) en latitude et longitude. A vue de nez ça doit se situer dans l'océan Atlantique, au large des côtes africaines.
Oui, au sud du Ghana et à l'est du Gabon — pem 13 novembre 2007 à 10:51 (CET)
Ben attends : si le périmètre polaire est 40.007,86 km, en toute logique le méridien doit faire dans les 20.003,93 km. Bon d'accord, ça ne fait pas grande différence mais quand même : WP est une encyclopédie, nous devons être précis. Clin d'œil -O.M.H--H.M.O- 14 novembre 2007 à 15:31 (CET)
Et bien, le temps qu'il existe on peut utiliser le modèle de localisation WikiMapia :

Modèle:ABCDE

Camarades pythies, si vous appréciez ce modèle défendez-le sur cette page (et s'il vous disconvient, débinez-le sur la même page). -O.M.H--H.M.O- 13 novembre 2007 à 12:00 (CET)
J'ai appris une chose, c'est que le point 0.0 est à peu près IKB. Morburre 13 novembre 2007 à 12:30 (CET) Et d'autre part, que les gens qui posent des questions à la con ne viennent jamais voir s'ils ont des réponses (mais ça c'est pas nouveau).
Et maintenant, la question incompréhensible de l'ingénieur : quelle est la longueur utile de l'équateur? --Madlozoz 14 novembre 2007 à 15:26 (CET)
Réponse du philosophe : elle est nulle. Réponse du géographe : elle permet de déterminer nombre de paramètres terrestres, en tout premier ses dimensions, puisqu'à partir de cette donnée on peut calculer le diamètre, la superficie et le volume de cet astre chéri sur lequel nous sommes nés et, sauf rares cas, sur lequel nous avons toute chance de mourir. -O.M.H--H.M.O- 14 novembre 2007 à 15:38 (CET)

Drapeau[modifier le code]

Bonjour

Je cherche le drapeau de la gendarmerie nationale.

Merci de m'aider.

Peut-être dans l'article Gendarmerie nationale ? Un bon point d'entrée pour les divers corps de forces de l'ordre portant ce nom, et si leur flamme ne figure pas dans les articles, il y aura des liens vers les sites officiels. -O.M.H--H.M.O- 13 novembre 2007 à 09:04 (CET)
D'après ma doc (qui date un peu), il ne semble pas y avoir de drapeau officiel. La Gendarmerie utilise le drapeau tricolore portant des symboles ou des devises variés, les plus récents étant la grenade, et les devises Honneur et Patrie ou Valeur et Discipline. Morburre 13 novembre 2007 à 09:15 (CET)



Rapport Tension<->Fréquence / Puissance<->Fréquence[modifier le code]

Bonjour et merci de lire cette question, Désolé si mon orthographe n'est pas très bon.

Ma question porte sur un problème électrique.

Je dois régler un système de control de tension électrique, appelé "over voltage Relay" sur un équipement générant du 120V 60Hz(US). Ce relay est de conception Française, donc prévu de fonctionner en 50Hz.

Quelle est le rapport Puissance<->Fréquence? Ou Quel coefficient appliquer même si cela est très théorique et négligeable?

Merci beaucoup.

Ce semble être un parafoudre. Cela dépend de la méthode utilisée... Sinon pas de rapport direct entre la fréquence et la puissance, sinon la vitesse de rotation si c'est un moteur [a]synchrone et les pertes fer... --Serged/ 13 novembre 2007 à 12:14 (CET)



Ce n'est pas un parafoudre, mais un relais de surveillance de tension a régler... c'est monté sur un véhicule autonome qui, grâce a une oénératrice électrique crée ça propore énergie. Si il y a un disfonctionnement de cette génératrice, le relais doit couper le circuit pour éviter les surtensions et griller l'informatique.

Si votre orthographe n'est pas très bonNE, inutile de vous lamenter, il existe des outils pour y remédier. Si vous préférez nous faire parvenir un texte non corrigé, il faut l'assumer, et admettre que vous ne pouvez fournir aucune excuse sincère. Adrien' [1729] 14 novembre 2007 à 00:52 (CET)
Hem, je pense qu'en fait cette personne n'est pas francophone : ce relay est de conception Française, c'est pourquoi il vient nous poser la question ici... dans notre langue.
'scusez Adrien' m'sieur, l'est un peu soupe-au-lait des fois... rv1729 14 novembre 2007 à 07:11 (CET)
Oups, en effet il y avait une excuse recevable. Bon ben je vais me refaire un café alors. Adrien' [1729] 14 novembre 2007 à 08:33 (CET)
Et Adrien'NE s'y connaît en orthographe pas bonNE. Morburre 14 novembre 2007 à 13:23 (CET) Oui c'est bas. Je retire.
Critiquer les signatures m'a toujours paru de la dernière incorrection. Comme tu plaisantes, ça vaut pas. Mais j'en profite pour dire que rv n'est pas du sms, c'est du lettrisme, ah mais. rv1729 14 novembre 2007 à 14:01 (CET)
Je re-retire. Faut pas t'nrv (lettrisme). Morburre 14 novembre 2007 à 14:16 (CET)
Je m'énerve pas, j'explique ! (citation) rv1729 14 novembre 2007 à 14:20 (CET)

Portrait chinois et autres questionnaires...[modifier le code]

Avé, Pythies! Celui qui s'interroge vous salue!

Je me posais une question... Vous connaissez tous, je suppose, le principe des questionnaires sur la personnalité (quel est votre principale qualité, etc...) et portraits chinois ("si tu étais un animal, tu serais...", "si tu étais une odeur..." etc...).

Je me demandais: existe-t-il des questionnaires de ce genre célèbres? Je me souviens qu'un animateur télé (je sais plus qui, peut-être Pivot) avait l'habitude d'interroger ses invités à l'aide d'un quesitonnaire de ce type, mais en existe-t-il d'autres célèbres? En espérant avoir été à peu près clair, Merci, salamalecs et compagnie... Captain Thran 13 novembre 2007 à 12:23 (CET)

Pivot faisait référence au questionnaire de Proust, le plus célèbre du genre. Gede 13 novembre 2007 à 12:31 (CET)
[Conflit avec Edith] Voir Questionnaire de Proust, devenu le questionnaire de Pivot, lui même repris par James Lipton de Inside the Actor studio. Sinon ya les tests de Cosmopolitan, un grand moment de psychologie chaque moisMort de rire HaguardDuNord 13 novembre 2007 à 12:33 (CET)

Merci pour ces réponses... Je serais curieux de voir le questionnaire de Cosmo... Captain Thran 13 novembre 2007 à 14:29 (CET)

comparer deux séries en statistiques[modifier le code]

Cher oracle,

Je viens te consulter car j'avoue avoir quelque peu pu oublier mes leçons de statistiques (je sais, c'est pas bien, mais bon, j'ai dû apprendre plein de choses passionnantes depuis, alors ça a dû disparaître).

Voilà mon problème :

Je travaille dans une commune (dont je tairais le nom, je sais, j'ai honte mais ma présence en ce lieu est déja un pas en avant, compte tenu du fait que je me soigne...) et je suis en train d'observer différentes séries de données quantitatives en évolution dans le temps. Je sais qu'il existe en statistiques des méthodes pour voir s'il y a un lien entre deux types de données.

cas pratique : deux variables V1 et V2 observées sur 5 ans (données mensuelles)

sachant que je ne me rappelle pas grand chose de mes cours de stats (la moyenne et la médiane tout au plus mais encore là j'ai des doutes quant à leur usage). comment savoir si l'évolution de V1 et liée à celle de V2 où si ces deux variables sont indépendantes ?

Te remerciant par avance...

régression linéaire, pour commencer ? rv1729 13 novembre 2007 à 14:54 (CET)
Bonjour, en préambule, je rappelle qu'il est inutile de s'adresser à l'Oracle car ce terme désigne la réponse, ou l'endroit où est donnée la réponse, mais en aucun cas la personne qui donne la réponse. Passons.Connaissez-vous le test du khi-2 ? Je vous invite à lire ceci : Test du χ²#Test du .CF.87.C2.B2 d.27ind.C3.A9pendance. Khi-2, à ne pas confondre avec neuf-2, où se trouve Villeneuve la Garenne par exemple. Blue [ -02- ] 13 novembre 2007 à 14:57 (CET)
Le khi2 c'est pour les variables qualitatives. Regression linéaire, comme le dit Hervé, puisque le monsieur parle de données quantitatives.Gede 13 novembre 2007 à 15:15 (CET)
Même pour des variables qualitatives, le χ² ne conviendrait pas pour ce que nous raconte le monsieur. Il veut savoir si les variables sont liées, pas si elles ont la même distribution.
Ceci dit, nos articles de stat me semblent bien médiocres. Peut-être sont-ils meilleurs sur la Wikipedia en anglais ? Sinon je conseille à notre aimable questionneur de se trouver un bon bouquin où ça a l'air clair et tout et tout. rv1729 13 novembre 2007 à 15:29 (CET)
J'étais en train de faire ça, étant parvenu à la même conclusion : je lui conseille de C. Rosental et C. Frémontier-Murphy, Introduction aux méthodes quantitatives en sciences humaines et sociales, Dunod, 2001, dernier chapitre (type exercice 5, p.148), s'il veut faire le calcul à la main. Sinon, c'est possible sur excel, et sur toute une série de logiciel. Gede 13 novembre 2007 à 15:38 (CET)

Compte tenu du fait que : je bosse beaucoup (sauf quand je suis en repos, comme aujourd'hui où je suis passé voir un ancien collègue qui m'a généreusement montré ce site), que limite une formule de maths comme j'en ai vu sur ce site provoque chez moi des envies de meurtres et des poussées d'urticaires (combiné ça fait mal) et que j'ai excel sur mon lieu de travail, y aurait-il une formule existante qui soit suffisament intéressante (j'ai vu le coefficient de corrélation mais bon ça m'a l'air partiel et je ne sais pas à partir de quel niveau c'est significatif).

Le coefficient de corrélation, c'est exactement ce que vous cherchez. S'il vaut 0.75 ou plus, la corrélation est très forte. De 0.5 à 0.75, y a un lien. 0.25 à 0.5, votre corrélation vaut pas grand chose. Moins de 0.25 : la corrélation est très faible ! Gede 13 novembre 2007 à 16:15 (CET)
Absolument pas. Une corrélation de 0.1 peut être très significative, et une corrélation de 0.8 non significative. Il faut regarder la p-value ou l'intervalle de confiance du coefficient de corrélation estimé.
Apparemment, il s'agit de données temporelles. L'analyse des séries temporelles est assez complexe, du fait de la nature même de la variable "temps". La nécessité de consulter un spécialiste ne fait aucun doute. Arnaudus 13 novembre 2007 à 16:46 (CET)
La force d'un lien est autre chose que sa significativité, bien sûr. Dans ma réponse, je ne m'intéressais qu'à la force de la liaison. Il faut simplifier pour le monsieur qui a dit qu'il ne comprenait rien aux stat, et qui n'a qu'excel sous la main ! Gede 13 novembre 2007 à 17:01 (CET)
Ne pas oublier de saupoudrer le résultat d'une pincée de gros bon sens (ce qui ne s'apprend pas forcément dans les bouquins de statistiques) et se demander si vraiment, la corrélation a une raison quelconque d'exister, et si on n'a pas oublié un facteur qui fausserait complètement l'analyse. Se rappeler du test de la grenouille à qui on a coupé successivement les 4 pattes (oui, je sais, c'est dégueulasse), et qui alors ne saute plus quand on lui dit : "saute !" La conclusion n'est pas forcément qu'une grenouille à laquelle on coupe les quatre pattes devient sourde. Félix Potuit 13 novembre 2007 à 18:37 (CET)
Le principal problème pour nous autres pauvres pythies, est que nous ne savons pas quel est le type de données, et quel type de lien est envisagé : corrélation, causalité, autre ? Une chose est sûre : si deux sortes d'événements se déroulent avec une fréquence élevée sur la même zone géographique restreinte pendant cinq ans, ces séries sont liées par le simple fait que, précisément, ça se passe dans la même zone. Qu'il y ait une corrélation ou un lien causal est autre chose, y compris quand c'est dans un même domaine. Exemple : entre 1997 et 2001, on constate que sur la commune de Trifouillis-les-Oies la température mensuelle moyenne est supérieure de 0,5 °C à 1,2 °C aux « normales saisonnières » sur la période 1897-1996, et que les précipitations sont supérieures à celles constatées entre 1897 et 1996. Il y a un lien évident : ça se passe sur le même territoire. Est-ce corrélé ? Y a-t-il un lien causal ? Et dans quel sens (influence de la température sur les précipitations ou l'inverse) ? D'évidence, il faudrait mettre en rapport les données concernant Trifouillis-les-Oies avec celles des communes limitrophes, du département, de la région, des régions limitrophes, pour déterminer s'il y a une corrélation ou une causalité.
Sinon, même s'il y a corrélation ça n'a pas toujours grand sens : l'exemple canonique pour montrer qu'une corrélation n'indique pas grand chose est le fait que l'endroit où on a la plus grande chance de trouver une forte concentration de malades est un cabinet médical ou un hôpital ; est-ce que ça signifie que si on est bien portant il faut les éviter ? Pas vraiment...
Bref, si tu pouvais nous indiquer quelque chose de plus concret que « variable 1 » / « variable 2 », on pourrait probablement être de meilleur conseil, c'est-à-dire te diriger vers des études de cas réels qui intègrent des données similaires. -O.M.H--H.M.O- 13 novembre 2007 à 20:32 (CET)

Tout ce qu'on peut mesurer en statistiques, avec ce type de données, c'est la corrélation. Notre ami ne pourra pas faire grand-chose de mieux, si il ne peut pas, par exemple, influencer une des deux variables... Ce qu'a dit Gede me semble assez correct dans une première approche, mais il faut de toute façon calculer une p-value. Excel devrait savoir faire, mais je n'utilise pas Excel. Une chose à faire est aussi un graphe comme celui qui apparaît tout au début de l'article régression linéaire : ça ne donne pas de mesure chiffrée de la corrélation, mais ça permet de se rendre compte visuellement de l'espoir qu'on a de trouver quelque chose ou non... rv1729 13 novembre 2007 à 22:11 (CET)

Probablement c'est aussi possible avec Calc (de OpenOffice) et quelques autres tableurs libres qui fonctionnent de manière très ou assez similaire à Excel. -O.M.H--H.M.O- 14 novembre 2007 à 06:07 (CET)
Plutôt que de parler de régression linéaire ou de coefficient de corrélation, il me semble qu'une courbe de régression quadratique calculée sur les deux séries serait beaucoup plus révélatrice en termes de comparaison.--Papyalain 17 novembre 2007 à 12:02 (CET)

propriètés d'un sol[modifier le code]

bonjour,je voudrais savoir qu'elles sont les propriètés d'un sol dont la texture est limono-argileux fins,je vous remercie d'avance pour votre réponse!!

Mou Samsa (d) 13 novembre 2007 à 15:46 (CET)
Mort de rire et moi je rajoute : Avec du limon et de l'argile Min's - 13 novembre 2007 à 15:58 (CET)
Et moi j'ai mis des liens bleus...--SuperManu SuperMessage 13 novembre 2007 à 16:39 (CET)
Ya pas un lien bleu sur mou?? Sourire Min's - 14 novembre 2007 à 12:41 (CET)

les effets de la pilule sur un homme[modifier le code]

Bonjour,

Quels seraient les effets de la consommation d'une pilule de contraception féminine chez un individu masculin ?

Merci de votre réponse

Tiens, on a déjà eu cette question, non ?
Bingo : Wikipédia:Oracle/semaine_26_2007#Pilule_contraceptive
rv1729 13 novembre 2007 à 15:33 (CET)
J'ai lu la réponse « Bingo de la semaine 26/2007 », mais elle ne me satisfait pas ! Oui je suis exigeant ! Car on a déja utilisé les oestrogènes et les progestatifs sur l'homme et on en connait bien les effets !!
  • Œstrogènes : les œstrogènes diminuent le taux de testostérone et le plus utilisé est le diéthylstibestrol (DES), donné pour le traitement des hypertrophies et cancer de la prostate. À forte dose (5 mg par jour) on a un gros risque de complications cardiovasculaires. Avec une dose de 3 mg par jour on a une meilleure efficacité mais les effets secondaires sont : gynécomastie, asthénie, impuissance, azoospermie.
  • Progestatifs : effets secondaires notoires : asthénie, troubles hépatiques, bouffées de chaleur exemples

Yakafaucon 13 novembre 2007 à 16:18 (CET)

En revanche, évitez d'avaler des préservatifs, à moins que vous ne souhaitiez passer des marchandises illicites en contrebande, bien entendu. Félix Potuit 13 novembre 2007 à 18:28 (CET)
J'avais raison, ça peut faire pousser les seins ?? rv1729 13 novembre 2007 à 22:03 (CET)
Et même, ça a été infligé aux homosexuels, Alan Turing par exemple. Adrien' [1729] 14 novembre 2007 à 01:02 (CET)
Je savais pas que c'étaient ces hormones là. Croc ! c'est la pomme. rv1729 14 novembre 2007 à 07:07 (CET) Hem, en fait, je suis pas bien sûr. Adrien' [1729] 14 novembre 2007 à 08:39 (CET)

Déclaration de principe[modifier le code]

Bonjour, est ce que quelqu'un sait ce qu'est une déclaration de principe dans le domaine du droit ? Merci

Aucune idée. Par principe, je déclare que je n'ai pas le droit. --Seymour 13 novembre 2007 à 16:03 (CET)
En logique, il y a la pétition de principe... Félix Potuit 13 novembre 2007 à 18:30 (CET)
Il me semble qu'il s'agit d'une déclaration qui n'a de conséquences sur aucune situation concrète au moment où elle est faite, soit parce que le cas ne se présente pas à ce moment là, soit parce que la déclaration est beaucoup trop vague pour y être appliquée. Adrien' [1729] 14 novembre 2007 à 01:05 (CET)
Google, comme toujours. Cette recherche ne renvoie pas de définition à proprement parler (enfin, pas sûr : si on devait visiter toutes les pages d'une recherche pour y trouver une réponse, on y passerait sa vie...) mais donne une idée de la chose. L'une des pages indique qu'« une déclaration de principe n’a pas force de loi » ; les autres donnent l'idée qu'il y a deux usages, l'un formel, un texte de type juridique (loi, traité) mais non contraignant, l'autre informel, qu'on peut paraphraser comme « texte introductif définissant les buts et l'organisation générale d'un objet juridique », plus ou moins l'équivalent de l'exposé de motifs pour un projet de loi. -O.M.H--H.M.O- 14 novembre 2007 à 07:22 (CET)

Ventricules cardiaques[modifier le code]

Bonjour, J'aurais voulu savoir si le volume d'éjection systoliques passant dans le ventricule droit est le même que celui passant dans le ventricule gauche. En ésperant avoir une réponse au plus vite, Merci d'avance.

En situation physiologique normale, chez un adulte sain, le Ventricule droit éjecte en systole 70 à 90 millilitres de sang, qui vont vers les poumons et reviennent vers l'oreillette G, puis le ventricule gauche (VG) ; si une partie de ce sang n'arrive pas dans le VG il est bloqué soit dans les poumons = œdème (OAP) soit dans l'oreillette et là aussi anomalie , donc hors, pathologie, la même quantité arrive dans le VG et la même quantité doit en sortir. Soit 70 à 90 millilitres de sang !! Il arrive qu'il y ait des petites variations de l'ordre de 2 à 5 mm, mais lors de la systole suivante l'écart est compensé. Par contre les pressions enregistrées à la sortie des ventricules sont différentes. CardiologieYakafaucon 13 novembre 2007 à 20:26 (CET)
Merci de nous remercier éventuellement ....


Merci beaucoup pour cette réponse complète et rapide, j'en avais bien besoin! A bientot.

Soupçon, quand tu nous tiens... Ça ne sentirait-il pas le fameux « devoir d'étudiant », une question de ce genre ? Enfin, comme c'est gentiment demandé... -O.M.H--H.M.O- 14 novembre 2007 à 07:25 (CET)

Sources nazareth en Français[modifier le code]

Bonjour,

Je faisais une recherche pesronnelle en Français sur wikipedia à propos de la ville de Nazareth et j'ai été très étonné de lire ce qui suit concernant les origines de cette ville: "À cet égard, il convient de rappeler que malgré son importance dans la vie du Christ, la ville de Nazareth n'est pas devenue immédiatement un lieu de pèlerinage chrétien. En réalité le premier lieu saint fut construit aux alentours du IVe siècle par la mère de l'empereur Constantin. Elle a fait rebaptiser l'ancienne agglomération d'En-Nasira en Nazareth car les pèlerins venant de l'ouest ne parvenaient pas à trouver un village portant le nom de Nazareth. La ville était autrefois un évêché."

J'ai beau chercher je ne trouve aucune source pour attester du fait que c'est en fait En-Nasira qui fût renommé en Nazareth seulement au IVe siècle, pourriez-vous les communiquer?

Merci.

En fait, j'ai déjà lu quelque part que Nazareth n'existait pas avant le IVe siècle... mais je n'ai pas de source en tête. Peut-être dans le Que sais-je ? sur les hérésies ? rv1729 13 novembre 2007 à 22:35 (CET)

Merci pour ta réponse. Malheureusement je ne trouve pas la source de cette affirmation dans le "que sais-je?".

Lu aussi en divers endroits sur divers sujets (religion, histoire, géographie). Est-ce que l'article Nazareth n'indique pas de source ? Ou peut-être sur en:Nazareth ?
Après vérification, l'article francophone est très mal sourcé, pour le moins... Bien que ça ne soit pas indiqué il semble que ce soit en partie une adaptation de l'article anglophone complétée d'infos d'articles divers (il y a une concordance entre l'article WP et cette page « officielle »).
Les sources données dans l'article anglophone sont imprécises sauf sur un point : le nom apparaît seulement dans le Nouveau Testament, sauf une mention dans l'Ancien Testament, sinon qu'elle peut être interprétée autrement que comme un nom de ville. Ils concordent aussi sur le fait que plusieurs lieux furent indiqués par des sources chrétiennes et non chrétiennes comme étant ou ayant pu être Nazareth, et que la Nazareth actuelle fut créée autour d'une église fondée dans la deuxième moitié du IVe siècle par Constantin, ou à l'époque de Constantin. -O.M.H--H.M.O- 14 novembre 2007 à 07:58 (CET)
On peut lire l'article Nazir qui suggère une explication. - Archipel (►discuter) 14 novembre 2007 à 10:28 (CET)
Je pense que c'est l'explication retenue dans le Que sais-je ? en question. rv1729 14 novembre 2007 à 11:03 (CET)

Un grand merci pour vos réponses. En effet sur le site officiel ils disent que "Des témoignages archéologiques indiquent quil sagissait dun village agricole de quelques dizaines de familles seulement." mais je ne vois pas de mention du nom En-Nasira. Nazir est une bonne indication de l'origine du mot Nazareth, j'en conviens. Mais ce n'est pas le sens de ma question, je suis plus fixé sur les sources qui parlent d'une agglomération nommée En-Nasira qui fût renommée Nazareth comme il est dit su WP. Merci encore.

Je ne suis pas du tout compétent sur ces questions, mais cette information ajoutée par une IP [7] me semble parfaitement fausse. Si on lit l'article anglais, très bien fait, on comprend que le débat porte sur le fait qu'il n'y a pas de preuve que Nazareth existait au moment de la naissance du Christ, ou qu'il y avait des populations juives. Tout ce que trouve l'archéologie date d'une période d'occupation romaine légèrement postérieure, et les premiers textes qui l'évoquent datent d'une période postérieure à la date rédaction des évangiles (70 après JC). Le lieu est devenu un endroit de pélérinage au IVème siècle. Par contre, le village semble s'être appelé depuis le début Nazara, et c'est ainsi qu'il est nommé dans les textes du second siècle mentionnés par l'article de WP EN. Le nom de En-Nazir est, lui, typiquement, arabe. Il est formé sur l'article arabe el et le nom du village nazira. En arabe, el se prononce en devant la consonne N. Donc el nasira (الناصرة )= en nasira. Je ne vois pas pourquoi le village aurait porté son nom arabe actuel deux siècles avant la conquête arabe. Gede 14 novembre 2007 à 16:50 (CET)
D'ailleurs (de mémoire) il me semble que c'est aussi indiqué dans l'article anglophone. Pour précision, ce que du décris à propos de « el Nazira » ==> « Ennazira » s'appelle attraction syllabique (mince ! Encore un lien rouge) et consiste en ceci : quand deux consonnes successives ont une articulation assez proche, l'une tendra à être articulée comme l'autre ; autant que je me souvienne c'est la seconde dans la séquence qui « attirera » l'autre. -O.M.H--H.M.O- 14 novembre 2007 à 19:54 (CET)
Pas de lien rouge avec le bon terme : assimilation (phonétique), et pour le cas spécifique de l'arabe : Alphabet arabe#Assimilations. Gede 14 novembre 2007 à 21:12 (CET)
C'est vrai, ce que je dénomme n'est qu'un cas particulier puisque ça peut aussi se produire quand les consonnes sont distantes, et que ça arrive aussi pour les voyelles. Autre phénomène intéressant, tant qu'on y est, la dissimilation, qui est l'exact inverse (différenciation de deux sons proches). L'époque de mes études en linguistique et phonétique sont bien lointaines. Tempus fugit... -O.M.H--H.M.O- 15 novembre 2007 à 08:34 (CET)

Merci pour vos réflexions et vôtre aide. Ce qui me trouble c'est qu'une ip ai ajouté ceci "Elle a fait rebaptiser l'ancienne agglomération d'En-Nasira en Nazareth car les pèlerins venant de l'ouest ne parvenaient pas à trouver un village portant le nom de Nazareth", cet ajout est catégorique pourtant l'auteur n'a pas mis ses sources. En effet la version anglaise ne dit pas celà. Merci pour l'explication du mot arabe, mais comme tu le dis, ca n'est pas logique non plus que ce petit village agricole de quelques dizaines d'habitants (selon les fouilles archéologiques)ait porté le nom arabe de nazareth.Merci -O.M.H-, la version anglaise parle aussi des théories qui disent que la ville ait été nommée nazareth au IVe siècle sans être aussi catégorique mais au moins ceux-là donnent leurs sources.Et ils ne parlent pas du nom du village avant qu'il devienne Nazareth. Un grand merci à tous.

gènes et bactéries particulières[modifier le code]

Bonjour,

Dans De la cellule au clone : l'histoire de la science génétique, Margery et Howard Kacklam (ISBN 2-211-06688-7) écrivent (en 1980 pour la traduction française, pp. 96-99) :

  • qu'une bactérie à gènes recombinées a été mise au point (par l'industrie) pour recycler papiers, copeaux de bois, bouse de vache, et en faire du carburant pour des véhicules à moteur.
  • qu'une autre bactérie à gènes recombinées a été mise au point (par l'industrie toujours) pour "manger" les hydrocarbures, ce qui permettrait de nettoyer les marées noires.
  • qu'une autre mange le platine et ne laisse intact que l'or.
  • qu'une autre est conçue aussi pour fournir de l'azote aux plantes afin d'éviter de mettre de l'engrais.

Dans quelles mesures ces affirmations sont vraies (même si le livre est sérieux, bien vulgarisé, et prodigieusement passionnant) ?

  • Il est également fait mention d'une bactérie que les industries agro-alimentaires sont impatientes d'avoir (en 1980) : celle qui prédigérera le soja en lait ou en yaourt de soja afin que le soja soit plus digeste. Ces deux produits existant actuellement, peut-on dire qu'ils sont le fruit de cette recherche de bactéries qui digèrent le soja ?

Merci à vous autres grands maîtres. Confucius17 12 novembre 2007 à 21:14 (CET)

Je crois que la bactérie qui bouffe de l'hydrocarbure existe, mais que personne n'a jamais osé la lâcher dans la nature ; je crois aussi qu'on sait faire du lait de soja depuis fort longtemps en Asie et je pense qu'il manque un détail dans cette dernière histoire. Je peux demander autour de moi, je suis dans un labo bourré de généticiens, mais malheureusement c'est de la génétique humaine et je doute qu'ils soient au fait de tous ces gadget. rv1729 13 novembre 2007 à 22:34 (CET)

La formulation est bien : « Les industries alimentaires attendent impatiemment le moment où le soja, qui sous certaines formes est difficile à digérer, pourra être pré-digéré par des bactéries et transformé en lait ou en yaourt de soja. ». Merci pour l'explication du phénomène potentiellement incontrolable. Confucius17 14 novembre 2007 à 22:47 (CET)
  • La bactérie « conçue pour fournir de l'azote aux plantes » est une création de Dieu ou de la Nature ou des Petits Lutins, elles font ça « de chic » depuis des milliards d'années. Je ne dis pas qu'on n'en ait pas trafiquée une pour le faire, mais c'est d'une utilité relative ;
  • Même chose pour les bactéries bouffeuses de bois : il est possible qu'on en ait fabriqué des spéciales pour le faire, ce qui est idiot puisqu'on pouvait en trouver qui le faisaient déjà sans qu'on ait à les traficoter ;
  • La « bactérie mangeuse de pétrole » est elle aussi un être naturel, cf. cet article concernant alcanivorax borkumensis (Oh ! La belle rouge !) et en fait c'est plutôt le contraire : la recherche vise à reproduire l'effet sans avoir besoin de la bactérie ;
  • Le seul lien que j'aie trouvé entre les bactéries et le platine est qu'on les place sur la platine des microscopes (sens non retenu dans WP) et qu'on les isole grâce à une anse de platine (encore du rouge !), deux objets qui ont la particularité, à l'heure actuelle, de ne pas être en platine. Cela dit, j'ai du mal à croire qu'une telle bactérie existe, mais bon, tout est possible, même l'impossible ;
  • acidophilus bifodo (mince ! Encore du rouge...) est un bon candidat pour faire tourner le lait de soja en yaourt végétal, mais d'autres semblent utilisables ; quant à la fabrication du lait de soja, pas besoin de bactérie. Et encore une fois, on n'a pas eu besoin des miracles technologiques pour faire tourner l'eau en vin le lait de soja en yaourt.
Désolé de devoir le dire, la nature, la bête, l'insipide, la triste nature est encore le lieu le plus propice pour trouver ce qu'on cherche, et reste très supérieure au laboratoire, voir par exemple le Tiramisu Tamiflu, qui n'est qu'une appellation commerciale vaguement « scientifique » pour une molécule épurée qu'on trouve à l'état naturel dans l'anis étoilé.
Tout ça est bien triste... -O.M.H--H.M.O- 14 novembre 2007 à 08:39 (CET)
PS. Les petits trucs à base d'ADN qui se trimballent dans nos cellules sont les gènes, la gêne est tout autre chose, bien que le darwinisme social suppose que les humains qui sont dans la gêne le doivent à leurs gènes... Clin d'œil -O.M.H--H.M.O- 14 novembre 2007 à 08:55 (CET)
Le tamiflu est un cas très particulier. L'immense majorité des molécules pharmaceutiques modernes sont construites ex-nihilo. rv1729 14 novembre 2007 à 09:03 (CET)
Inexact : la grande majorité des molécules nouvelles fabriquées par l'industrie pharmaceutique sont tirées de plantes ou sont adaptées de molécules d'origine végétale, et la grande majorité des molécules réellement artificielles se révèlent inopérantes ou problématiques. -O.M.H--H.M.O- 14 novembre 2007 à 09:22 (CET)
Inexact... quelle belle assurance...
Je croyais ça aussi, et puis dans le souci cartésien d'éviter soigneusement la précipitation et la prévention j'ai posé la question à ma chérie qui travaille dans la recherche pharmaceutique et il en ressort que c'est une idée reçue tout ce qu'il y a de plus erronée.
rv1729 14 novembre 2007 à 10:20 (CET)
Et même pour le tamiflu, ça a l'air très abusif : en fait il y a quoi dans la badiane ? Sans doute pas cette molécule précisément, mais une molécule avec un cyclohexène et quelques groupements similaires autour, mais c'est justement au niveau de ces groupements qu'il y a activité. La molécule d'origine n'est sans doute pas anti-virale pour un kopeck. Qu'on utilise une molécule naturelle comme base pour la production est anecdotique, de toute façon il faut bien que les briques du légo viennent de quelque part... ce qui est important c'est que les groupements en question sont choisis en toute connaissance de cause pour leur affinité potentielle avec des enzymes viraux. rv1729 14 novembre 2007 à 12:39 (CET)
Parfois, le fait d'utiliser des organismes génétiquement modifiés pour exprimer des molécules que l'on peut trouver à l'état naturel peu apporter des avantages importants...facilité de culture, augmentation des rendements, utilisation de souches potentiellement moins dangereuses...il faut savoir que la plupart des aliments sur lesquels sont écrit arômes naturels sont en fait aromatisés avec des molécules produites par des bactéries génétiquement modifiées qui expriment en grande quantité des substances qui seraient bien plus coûteuses à extraire des aliments d'origine...la bactérie mangeuse de pétrole est une source de problème pour les bateaux et les avions, car elle peut proliférer dans les réservoirs de carburant...je pense que c'est pour ça qu'on l'utilise peu...en ce qui concerne la symbiose entre légumineuses et rhizobium...c'est très efficace pour fixer l'azote, mais c'est limité aux légumineuses...heureusement qu'il y a aussi les mycorhizes pour faire des symbioses avec d'autres plantes...Clin d'œil...bref, oui, je pense que ce que vous avez lu est vrai pour la plupart...puisque telle était la question...en ce qui concerne les sources des gènes candidats, certes les plantes occupent une grande place, mais les bactéries et autres microorganismes sont riches de pouvoirs....--SuperManu SuperMessage 14 novembre 2007 à 10:28 (CET)

Il existe des bactéries utilisées dans l'extraction de minerai, cf ici. Mais pour l'or et le platine, cela demande à être confirmé. Pour la bactérie qui bouffe le papier et autres sources, toutes les bactéries fermentatives qui sont capables de dégrader des sources carbonés pour produire du méthane et donc un combustible pouvant être utilisé comme carburant une fois liquéfié. Le problème du papier ou du bois (cellulose), c'est qu'il faut une enzyme particulière pour dégrader la cellulose avant de pouvoir utiliser les sucres comme substrat. En général, l'homme ne peut pour l'instant que transférer un gène, donc une enzyme, d'un organisme à un autre. Mais pas encore de construire un gène pour une application particulière.

C'est bien ce qu'implique ce terme de gènes recombinés, du moins c'est ainsi que je le comprends. rv1729 14 novembre 2007 à 11:19 (CET)
Cher et admiré RV, je ne voudrais pas que ça tourne à la querelle stérile, alors je vas tâcher de me faire mieux comprendre : contrairement à ce que tentent de nous faire croire les tenants de la chimie organique de synthèse et ceux de la manipulation génétique, il s'avère que la majorité des molécules et des micro-organismes les plus efficaces dans la pharmacie et dans les usages industriels sont « d'origine naturelle ». Pour les micro-organismes (en l'occurrence les bactéries, mais ça serait tout aussi vrai pour les levures, ce qui est le cas je pense pour la yaourtisation du soja) il s'avère que, sauf le cas non élucidé des bactéries platinovores, ceux remplissant le mieux les usages indiqués par Confucius17 ne sont pas issus des traficotages génétiques mais ont bêtement été trouvés dans la nature et faisaient tout ça très bien par eux-mêmes depuis la nuit des temps. Pour les molécules actives des médicaments, le cas le plus courant est qu'elles sont à l'origine des molécules « naturelles », qu'on trouve le plus souvent dans des plantes même si les animaux, voire les minéraux, en donnent quelquefois. Maintenant, ça ne signifie pas que ce sont ces molécules même qu'on utilise, en général il y a transformation et élaboration, et ça ne date pas de la semaine dernière ni même des trente dernières années. Exemple : l'aspirine ; à la base, c'est une molécule présente dans les saules pleureurs, l'acide salicylique ; mais la molécule utilisée, l'acide acétylsalicylique, est « chimique », il s'agit d'une modification artificielle de celle originelle. De même, le Tamiflu n'est pas la molécule qu'on trouve dans l'anis étoilé, mais il en dérive bien. Autre cas, l'ergotamine est naturellement présente dans l'ergot du seigle mais le tartrate d'ergotamine et le LSD, qui en dérivent, ne sont pas « naturels », ce sont des molécules élaborées en laboratoire. Et on trouverait bien d'autres exemples.
Ce que je disais – et que je maintiens – est simplement que la grande majorité des molécules en usage dans l'industrie pharmaceutique ne sont pas des créations ex nihilo mais des dérivés et parfois (ergotamine, quinine, pénicilline...) des extraits directs de molécules naturellement présentes dans certains organismes vivants. C'est tout. -O.M.H--H.M.O- 14 novembre 2007 à 14:17 (CET)
Je pense qu'il y a une confusion entre la synthèse de la molécule, qui est artificielle la plupart du temps, et la formule de la molécule en question, qui est presque toujours dérivée d'une molécule naturelle légèrement modifiée pour accroitre son efficacité/diminuer ses effets secondaires/réclamer un brevet. Arnaudus 14 novembre 2007 à 14:22 (CET)
Oui, et on part toujours d'atomes présents dans la nature, aussi. On n'invente rien du tout ! rv1729 14 novembre 2007 à 14:28 (CET)

Merci beaucoup à tous les avis, les liens, la différence entre ce qui est naturel (les auteurs parlent bien de "découverte") et ce qui ne l'est pas (les auteurs parlent effectivement d'"isoler" une bactérie ou une enzyme). Il y a des trucs que je n'ai pas compris, mais ils relèvent de la spécialisation à mon avis. Rassurez-vous, en majeure partie j'ai tout compris et merci pour le complément de lecture copieux et très instructif. C'est génial de poser une question ici... Confucius17 14 novembre 2007 à 22:47 (CET)

uid[modifier le code]

je voudrais savoir pourquoi c'est con de connaitre les dimensions du meridien de G et de l'equateur qui representent commse meme les dimensions de la Terre certains vivent sur la Lune apparemment

Ce qui est con, c'est que nous n'arrivons pas à vous comprendre. User d'un bon français, à l'oral comme à l'écrit est une politesse, mais aussi le meilleur moyen de communiquer avec l'autre. HaguardDuNord 14 novembre 2007 à 00:13 (CET)
Je me joins à HaguardDuNord, une bonne maitrise de l'ortographe vous sera plus utile que de connaitre la longueur de l'équateur. — Nias [blabla] 14 novembre 2007 à 02:20 (CET)
Je suggère d'effacer cette question la prochaine fois. rv1729 14 novembre 2007 à 07:06 (CET)
Même réflexion : avec les deux versions précédentes de la question nous avons tenté, et peut-être que la vraie connerie ce fut ça, de te répondre après un gros effort d'interprétation. En fonction de ce que nous avons cru comprendre, les réponses sont on ne peut plus complètes et exactes, mais si ça ne te satisfait toujours pas, pose une question claire et compréhensible et qui corresponde à ce que tu veux vraiment savoir.
Sinon, excuse-moi (ou non) de te l'écrire, je sais depuis l'école primaire que la circonférence de la Terre est de 40.000 km (ou plus exactement, que le mètre est la dix-millionième partie d'un Arc de cercle du quart de la circonférence terrestre, donc que cette circonférence est de quarante millions de mètres donc de quarante mille kilomètres), que l'Équateur est la latitude 0, donc celle de la circonférence terrestre, qu'un méridien (local) est une longitude et fait donc une demi-circonférence terrestre, donc 20.000 km, que le méridien de Greenwich (et non le mer de G) correspond à la longitude 0, que donc le point de rencontre de cette longitude et de cette latitude est de distance 0, bref, ta question est l'indice d'une paresse intellectuelle formidable, et ton impolitesse à la mesure de ton impéritie.
Tu sais ce qu'on dit des habitants de la Lune, sur la Terre ?
<mode ironique>En toute sympathie</mode ironique>. -O.M.H--H.M.O- 14 novembre 2007 à 09:15 (CET)
Mon gars, quand on ecrit la dist en km ou en miles du mer de Greenwich et de l'equateur il ne faut pas s'etonner que les pythies répondent qu'une telle distance est nulle ... — pem 14 novembre 2007 à 10:16 (CET)
Par ailleurs, l'expression "commse meme" n'a pas de signification connue en français (au cas où vous penseriez vous exprimer dans cette langue). Peut-être envisagiez-vous de dire "quand même". Dans ce cas, écrivez "quand même". Si vous vous exprimez dans une autre langue, merci de nous préciser laquelle, pour nous faire gagner du temps. Félix Potuit 14 novembre 2007 à 10:52 (CET)
Et la signification de uid ? Morburre 14 novembre 2007 à 11:44 (CET)
Trouvé ça sur WP-EN, dans une page d'homonymie : «Unintelligent Design, a satirical reaction to the Intelligent Design movement». Autodérision de notre questionneur ? -O.M.H--H.M.O- 14 novembre 2007 à 14:23 (CET)
En jargon informatique, UID est le "User IDentifier", un nombre qui permet d'identifier un utilisateur dans un système multi-utilisateur, par exemple pour lui associer ses processus. --Égoïté 14 novembre 2007 à 16:23 (CET)
Les historiques, ça a du bon : considérez les contributions de 82.120.50.78 (d · c · b). Il semble que ce/cette contributrice/eur n'est pas celle/celui de la question à la noix. Ou peut-être pas : une IP est une IP, et si la même personne contribue de deux endroits différents, elle apparaîtra comme deux IP différente. Ah ! La vie : une grande incertitude... -O.M.H--H.M.O- 14 novembre 2007 à 16:47 (CET)

love[modifier le code]

je voudrais savoir si des anti neutrons ont deja ete fabrique dans des accelerateurs de particules au cours de l'histoire merci d'avance

Oui, depuis 1956. --Sixsous  14 novembre 2007 à 01:31 (CET)
Quel type de clavier utilisez-vous ? Je pensais que tous les claviers possédaient des touches "Majuscule", "trait-d'union", "é", "à", "s", "." ... Si le vôtre ne les possède pas, jetez-le et procurez-vous un clavier de type azerty (puisque vous écrivez en français, me semble-t-il). S'il les possède, vous devriez apprendre à vous en servir... --Égoïté 14 novembre 2007 à 08:43 (CET)
Tout de suite... Et si nous avions affaire à un brave non francophone qui fait l'effort de rédiger ses questions dans notre belle langue, ou à un francophone vivant dans un pays où on ne dispose pas de clavier AZERTY ? Ou d'un utilisateur de (téléphone) mobile Internet ? Va savoir... -O.M.H--H.M.O- 14 novembre 2007 à 08:59 (CET)
Mon téléphone mobile (bas de gamme d'ailleurs) permet de placer des majuscules et d'accentuer... Mais cela exige un peu de travail. --Égoïté 14 novembre 2007 à 09:09 (CET)
Il le permets probablement parce qu'il est configuré pour la France. Je trouve ton intervention un peu trop incisive...Vikchill [blabla] 14 novembre 2007 à 10:25 (CET)
Incisive est le mot... pas mordre, pas trop, même si ça donne hélas souvent envie. rv1729 14 novembre 2007 à 10:41 (CET)

La plupart des claviers dans le monde ne possédent PAS d'accents et tout ça, ou plutôt pas les notres. Voyagez Égoïté

Aboulie - causes[modifier le code]

Bonjour à toutes, wikipythies

logo de caducée L'oracle ne donne pas d'avis médical : seul un professionnel (médecin, pharmacien, etc.) est habilité à le faire.

Je viens de relire aboulie,

Sauriez-vous m'en préciser les causes connues

Et les pistes de traitements habituels ?

Maintenant si vous êtes Pythie

En rimes plaisantes votre réponse précise sera lue

Rejetant toute hypothèse personnelle.

--Acer11 ♫ Χαίρε 14 novembre 2007 à 08:47 (CET)


La réponse est grande partie dans le texte Aboulie Aux causes énumérées :

  • épisode dépressif majeur,
  • dysthymie (psychasthénie),
  • schizophrénie (symptôme négatif)
  • burn-out.

Il faut rajouter ( ou préciser ) les troubles bipolaires dans leur versant dépressif, les hypothyroïdies et certains signes accompagnant certains cancers (Cancer du pancréas).

Je sais la psychiatrie moderne c'est tout .... un poème mais elle rime avec la vie ! Yakafaucon 14 novembre 2007 à 09:43 (CET)

Quant aux traitements, ils sont très variés et il dépendent tout d'abord de la cause !! Traitement médicamenteux, psychothérapie, thérapies comportementales, traitement de la cause organique éventuelle etc ....... Yakafaucon 14 novembre 2007 à 09:54 (CET)
Merci Yakafaucon. Parmi les causes possibles peut-on mentionner tout ce qui peut conduire à une dépendance (chimique = substances genre drogues, psychologique = sectes, TV, abus d'internet voire de wiki...) ? --Acer11 ♫ Χαίρε 14 novembre 2007 à 10:41 (CET)
Doucement avec les sectes voir , mais si les sectes dépersonnalisent le sujet la réponse est oui il y a un risque, il en est de même avec les drogues (mais on est souvent déjà dans un trouble psychiatrique) à forte dépendance, TV internet non, sauf Wiki si on a un conflit d'édition avec quelques individus obtus ! Yakafaucon 14 novembre 2007 à 14:29 (CET)

question sur les entreprises[modifier le code]

bonjour à vous je voudrais savoir si une entreprise qui a au moins deux représentations dans deux pays différents y compris son pays d'origine peut-être appelée multinationale? sinon comment peut-on l'appeler ? merci j'apprécie vos services

Euh, à tout hasard : binationale ? Félix Potuit
Cela dépend des représentations : si l'organe hors frontière est une succursale de la maison-mère sans autonomie comptable, l'entreprise ayant simplement sollicité une autorisation d'exportation ou d'activité sans créer une société de droit local, c'est simplement une entreprise « mononationale » avec activité internationale. -O.M.H--H.M.O- 14 novembre 2007 à 14:35 (CET)

vente d'appartement[modifier le code]

Bonjour judicieux wikipedes J'ai confié la vente de mon appartement à différents agents immobiliers qui l'ont mis tous au meme prix sauf un dont la commission est moins élevée et qui, donc, l'affiche à un prix plus bas bien que la somme qui me revient soit partout identique.Cela crée des remous dans la profession car, semble t'il, le niveau des commissions serait plafonné vers le haut mais libre vers le bas avec toutefois l'interdiction de pratiquer une concurrence déloyale.Peut on considerer une commission plus modeste comme un abus et ne devrait-on pas plutot assimiler un prix de vente uniforme comme une entente illégale ?

Oui. --MGuf 14 novembre 2007 à 12:24 (CET)
Oui pour l'entente illégale, bien évidemment. Arnaudus 14 novembre 2007 à 14:19 (CET)
J'approuve : sur un marché libre, il est en théorie impossible que tous les prestataires offrent la même prestation au même prix. Pour être généreux, on pourrait supposer que tous les agents sauf un appliquent « innocemment » à la fois le barème le plus haut pour l'évaluation du bien et pour leur commission ; bien qu'altruiste je ne suis pas généreux, et si ce que tu nous dis sur « les remous dans la profession » est vrai, ça induit que pour ses concurrents l'agent le moins-disant « ne joue pas le jeu », donc qu'il y a un jeu convenu, donc une entente illégale... -O.M.H--H.M.O- 14 novembre 2007 à 14:29 (CET)
Je nuancerais quelque peu. Au contraire, selon la théorie économique standard, dans le cadre d'une concurrence pure et parfaite, le prix est identique. Les entreprises sont dites "price takers" : elles prennent le prix du marché, sans pouvoir agir dessus. Il est donc difficile de montrer qu'il y a collusion à partir du seul prix de vente uniforme, et même du niveau des commissions. Je ne suis pas naïf, bien sûr. En fait, des études ont montré que les agents immobiliers sous évaluent systématiquement le prix des biens, dans la mesure où pour eux une différence de 20 000 ou 30 000 euros ne se traduit que par une perte de 100 ou 150 euros, alors que le fait que la vente va s'opérer plus rapidement à un prix plus bas fait nettement baisser leur coût d'exploitation (moins de visite à organiser, etc.). Il est donc profitable pour les agents de vendre à "prix cassé". Ceci dit, pour revenir à ton casseur de prix, il n'y a probablement pas de vraie entente. Plutôt le phénomène suivant : quand un secteur économique obtient un taux de profit élevé (par exemple en raison d'une innovation de procédé), des entreprises nouvelles vont y apparaître, ce qui, en accroissant la concurrence, va faire baisser ce taux de profit -jusqu'à ce qu'il soit nul, nous dit la théorie standard. C'est ce qui s'est passé dans l'immobilier où le nombre d'agent a très fortement augmenté à la suite du boom des prix (je crois par deux, mais je n'ai pas de source). La concurrence s'intensifie, les prix et les marges baissent. En fait, actuellement, avec la baisse ou la stagnation du prix de l'immobilier et l'augmentation du nombre de biens invendus, on assiste à un retournement du secteur. Les acteurs sont trop nombreux sur un marché en crise. D'où, probablement le prix "cassé" de ton agent. Au moins autant qu'une entente, c'est bien d'avantage le signe d'une crise du secteur qu'il faut voir dans ton témoignage. Gede 14 novembre 2007 à 14:51 (CET)

Disparition des blondes[modifier le code]

Salutations O' Pytiounes! J'ai vaguement entendu que les blondes et les blonds (standardisation du gènôme humain ?) étaient en voie de disparition. Apparemment, cela ferait l'objet de recherches au CNRS. Un sujet sérieux voire inquiétant... Pouvez-vous m'en dire plus? Au plaisir — Abalg|discuter le bout de gras avec du e-miel 14 novembre 2007 à 14:48 (CET)

C'est un canular. La plupart du temps, les recherches sont attribuées à l'OMS. Toutefois, c'est un canular qui n'est pas sans fondement, comme le rappelait et l'analysait très finement cet article du Monde -malheureusement devenu payant : [8]. Gede 14 novembre 2007 à 14:55 (CET)
Si la logique "blond + brun => brun" était vrai, les blonds aurait commencé à disparaitre dès l'apparition du premier d'entre eux. Accessoirement, je suis blond et pas ma mère ce qui surconfirme le coté pipeau du raisonnement. --Madlozoz 14 novembre 2007 à 15:33 (CET)
On peut faire une modélisation très grossière comme suit.
  1. Le fait d'être blond ou non dépend d'un seul gène, qui existe en deux variantes b et B ; nous avons tous deux copies de ce gène, et seuls les individus BB sont blonds, les bB et bb sont... non-blond.
  2. À l'heure actuelle, ou disons il y a 50 ans, dans certains pays seule la variante B existe, et tout le monde y est BB donc blond.
  3. À l'échelle de la planète, la variante b est très très majoritaire, elle représente 99% des gènes.
  4. Si on réalise un mélange parfait des populations, les individus BB seront en proportion de... 1 pour 10 000. En effet si la variante B existe en proportion 1 pour 100, on a une chance sur 100 de porter un variant B, et une sur 10 000 (= 100 × 100) d'en porter deux.
  5. Une fois ce mélange réalisé, la proportion 1 sur 10 000 restera constante... les blonds peuvent devenir rares, mais pas disparaître !
Bien sûr tout ça est vraiment très très grossier.
Mais pour faire disparaître totalement les blonds, il faut imaginer une autre cause que le mélange des populations, par exemple une pression de sélection, ou encore un point chaud mutationnel précisément dans le gène (un des gènes) impliqué(s)...
J'ai bon ?
rv1729 14 novembre 2007 à 15:32 (CET)
PS: Bien sûr 1 pour 100 est sans doute surestimé, mais même à 1 pour 1000 il reste un blond par million d'individu...
Sur le phénotype blond et les couleurs de peau voir cet excellent texte : The paleo-etiology of human skin tone (ah oui c'est en bas-breton). rv1729 14 novembre 2007 à 15:41 (CET)
T'aurait bon si ça ne dépendait que d'un seul gène. Si on veut simplifier un peu plus exactement, il y a plusieurs gènes qui peuvent chacun avoir la valeur b(fabrique un pigment) ou B(ne fabrique pas de pigment). Si un seul des ces gène à la valeur b(ou une variante fabriquant un pigment, en fait), tu ne peut pas être blond (pour la même raison que 1,2 ou 3 couches de noir sur un mur blanc, ça ne donnera jamais du blanc). Mais les gène B restent là et les gamins pourront parfaitement être blond ou rose à pois vert. --Madlozoz 14 novembre 2007 à 15:43 (CET)
Oui bien sûr, je l'ai dit, c'est très très grossier... rv1729 14 novembre 2007 à 15:57 (CET)
D'ailleurs c'est sans doute plutôt des effets additifs que récessif/dominant, et il y a sans doute des locus de régulation, des gènes avec beaucoup plus de deux allèles, etc. rv1729
De toutes façons, elles peuvent toutes disparaître, tant que j'aurai ma brune... Morburre 14 novembre 2007 à 16:07 (CET)
Connaissant l'humanité, il est bien plus probable que les blonds disparaissent par la suite d'une pression selective façon génocide. — pem 14 novembre 2007 à 16:26 (CET)
Ya qu'à voir dans les bistrots comment disparaissent les blondes suite à une pression. Morburre 15 novembre 2007 à 23:36 (CET)
Mais je ne vois pas ce qui est inquiétant là-dedans. De vieux films comme Le grand blond avec une chaussure noire paraîtront encore plus vieux. Et alors ? Adrien' [1729] 14 novembre 2007 à 18:41 (CET)

Merci pour vos réponses — Abalg|discuter le bout de gras avec du e-miel 14 novembre 2007 à 22:03 (CET)

MODELE POUR PEINTRE[modifier le code]

Est il possible, étant donné que j'aime être nu, de poser pour un peintre ?

Solutions : Petites annonces et contacts auprès des écoles des Beaux-arts. Et inutile de poser la question 3 fois, sans y mettre plus de politesse, les réponses seront les mêmes. HaguardDuNord 14 novembre 2007 à 15:26 (CET)
Au contraire, proposer de se déshabiller me parait une forme plutôt extrême de politesse. --Madlozoz 14 novembre 2007 à 15:45 (CET)
Avoir des penchants pour l'exhibitionnisme, et vouloir en tirer quelques revenus (modestes mais honnêtes) n'a évidemment rien de répréhensible. Ceci dit, être modèle pour un peintre, au sens classique et sans doute un peu dépassé, est (était ?) un vrai métier qui demande certaines qualités plastiques, pas forcément être bâti comme un apollon (on peut être très vilain, mal foutu et être un bon modèle, et l'inverse est vrai aussi), et des qualités physiques et morales (rester des heures sans bouger en gardant des poses pas simples). Morburre 14 novembre 2007 à 15:55 (CET)
Moi j'aime bien peindre sur modèles, surtout masculins (on se refait pas :-p). Mais j'ai pas de fric alors je paie très peu, je fais poser surtout mon entourage, ça risque de pas t'intéresser :-) Sinon ce n'est pas seulement la patience qu'il faut pour garder la pose, mais aussi la capacité à prendre des poses intéressantes car le peintre lui même ne fait pas des miracle rien qu'en demandant telle ou telle position. Ca a l'air tout bête comme ça mais ça ne l'est pas tant que ça: les peintres s'échangent souvent des tuyaux sur les "bons" modèles, les perles qu'ils ont pu trouver. Preuve qu'il y a une différence. .: Guil :. causer 14 novembre 2007 à 16:37 (CET)
« sur » ou « a partir de » ? — pem 14 novembre 2007 à 18:13 (CET)
Ca dépend du pinceau :-p .: Guil :. causer 14 novembre 2007 à 23:35 (CET) Désolé, tu me tendais une grosse perche là, trop tentant :-D
Pas d'accord.
  1. qualités plastiques : la plupart du temps, les peintres voudront un "modèle standard" (hihi), donc d'une taille, d'une corpulence et d'une allure générale qui n'aient rien de vraiment remarquable. Si il y avait un possible obstacle de côté-là, ça serait sans doute mentionné dans la question.
  2. qualités physiques et morales : les articulations qui craquent peuvent poser problème, mais avec une musculature et une volonté parfaitement ordinaires, on peut rester assis devant des piles de dossiers ou debout devant une chaîne de montage toute la journée et recommencer le lendemain. Modèle est un boulot, ça peut être fatigant, voilà tout.
  3. capacité à prendre des poses intéressantes : là c'est moins évident, mais tu ne peux pas le savoir avant d'avoir essayé. Et tout le monde n'est pas exigeant là-dessus; pour les modèles sans talent, je recommande le club de peinture de Merey-sous Montrond, les mamies y sont très gentilles, c'est chauffé convenablement et ça gagne bien. Adrien' [1729] 14 novembre 2007 à 18:55 (CET)
À la suggestion des beaux-arts, je rajouterais celle de contacter les sections Arts plastiques des facs. -Ash - (ᚫ) 15 novembre 2007 à 10:38 (CET)
Je ne crois pas qu'ils aient les moyens d'avoir un modèle et de le payer décemment. Avec mes mamies, je touchais le double du modèle des beaux-arts, au noir certes, mais avec un super repas en plus. Et aux beaux-arts les élèves peignaient en moufles. Si. Adrien' [1729] 16 novembre 2007 à 13:13 (CET)

naissance[modifier le code]

bonjour, je voudrais savoir sil'on peut tenir cette theorie fondée: que les oceans seraint nés suite a la liquidification de l'hydrogene vers -250°car l'H etait dans l'air aux premiers tenps?

Non. Déjà, on est très raisonnablement sûr qu'il n'a jamais régné de telle température sur terre, et surtout, quelle que soit la température, l'hydrogène et l'oxygène ne cohabite jamais bien longtemps. Même sans étincelle, ça fini par former de l'eau. --Madlozoz 14 novembre 2007 à 18:08 (CET)

avertissement[modifier le code]

Je ne suis pas francophone et je vous signale quand meme que votre langue n'est pas belle comme le dit l'une de vos intervenantes verifiez les def du Larrousse 2007 le fra est une langue vulgaire, ou un dialecte qui copit le langage des romains,par ailleurs je voulais savoir qui a fabriqué des anti neutrons en 1956, la reponse a ete on ne peut plus evasive.Merci de votre comprehension

Voici un lien Antimatière#Historique ... ou la la c'était difficile !! j'ai mal au crane d'avoir tant cherché.
Vulgaire = populaire, du peuple. Tu connais beaucoup de langues qui ne soient pas vulgaires ? Le latin était une langue vulgaire, le grec attique aussi, de même que l'araméen
En tout cas, je parle peut-être une langue pourrie mais, moi, quand je cherche un truc dans une encyclopédie au sujet de l'antimatière, je vais voir dans l'article antimatière. — pem 14 novembre 2007 à 17:56 (CET)
<vulgaire>Et toi, tu crois que t'es beau ?</vulgaire> rv1729 14 novembre 2007 à 17:58 (CET)
C'est vrai : le français n'est que du latin vulgaire. Mais le latin était lui même de l'italique corrompu, qui n'était que du sous indo-européen. Quant à l'indo européen, même s'il n'en reste nul témoignage, gageons qu'il ne vaut guère mieux. C'est dire le degré de corruption, que dis-je d'abatardissement, de notre langue, qui n'est décidément pas si jolie... Gede 14 novembre 2007 à 18:06 (CET)
Et puis ce monsieur (j'espère, parce que qu'une telle vulgarité soit le fait d'une femme me désespérerait) nous écrit de Puteaux ... alors si notre langue est pourrie, notre pays à l'air fort acceptable — pem 14 novembre 2007 à 18:11 (CET)
« Le français, tu l'aimes ou tu le quittes » Blue [ -02- ] 14 novembre 2007 à 18:15 (CET)
Comment peut-on appeler quelqu'un qui n'est pas francophone, mais qui écrit quand même ses interventions dans un français bien maîtrisé (modulo quelques accents et quelques fautes de conjugaison) ? Un francographe ?? Clin d'œil Blue [ -02- ] 14 novembre 2007 à 18:13 (CET)
Un menteur ? rv1729 14 novembre 2007 à 18:19 (CET)
Tu avais posé la question : « je voudrais savoir si des anti neutrons ont deja ete fabrique dans des accelerateurs de particules au cours de l'histoire merci d'avance » (qui est une question se répondant par oui ou par non) et j'avais répondu : « Oui, depuis 1956. » J'ai donc parfaitement et précisément répondu à ta question et je me suis même permis de donner une précision quant à la date. Mais si tu désirais avoir plus d'informations, il eût été pour le moins utile et agréable que tu précises lesquelles dès le début. Ce n'est pas la réponse qui était trop évasive, mais la question qui n'était pas assez précise. Et quand je vois tes autres contributions du jour sur l'Oracle, quelque chose me souffle que ce n'est pas la soif de savoir qui t'anime tant que celle de provocation. Prière de te souvenir que les pythies sont des bénévoles : exiger d'eux qu'ils partagent avec toi leur savoir et leurs talents dans la bonne humeur tout en étant capable de lire dans tes pensées quand de ton côté tu poses des questions vagues dans une orthographe approximative et une ponctuation défaillante est une attitude pour le moins méprisante qui ne t'attirera pas des sympathies. --Sixsous  15 novembre 2007 à 16:07 (CET)

Et l'Anglais[modifier le code]

Si le français est une langue vulgaire, j'ai bien peur de ne pas pouvoir qualifier la langue anglaise ( celle qui domine le monde) avec un terme plus élogieux ... Voyons voyons l'anglais ç'est venu comment ce charabia lisons les articles : Anglo-frison , Moyen anglais et Histoire de la langue anglaise, on verra si vous avez l'art d'être anglais ou si vous avez l'art d'étrangler. Good Bye ! Au revoir ! Auf Wiedersehen ! Tchao .... Yakafaucon 14 novembre 2007 à 18:11 (CET)

conflit d'edith partiel : Par ailleurs, dans notre langue, ou dans un créole de notre langue abatardi et du saxon (autrement dit, une sous langue absolue, dont on ne comprends pas pourquoi elle s'impose partout dans le monde) on trouve dans le temps d'un clic sur google la réponse à ta question : le premier anti neutrons a été créé en 1956 à l'accélérateur de particule Betravon de l'Université de Berkeley, en Californie, en faisant passer des anti protons dans de la matière. Gede 14 novembre 2007 à 18:14 (CET)

antineutron obtenu en 1956 par Bruce Cork (1916-94), Oreste Piccione (1916-2002), William Wenzel et Glen Lambertson. VOILA !Yakafaucon 14 novembre 2007 à 18:16 (CET) voir

De belles langues[modifier le code]

Pour avoir été "incisive", je me sens quelque peu responsable des réactions précédentes. Dans toutes les langues, la phrase a un début et une fin, me semble-t-il (j'avoue ne pas lire ni écrire les langues asiatiques); cela s'entend au ton de la voix, cela se voit grâce à la ponctuation. L'usage de la ponctuation – qui permet d'affiner et de préciser sa pensée – constitue une marque de respect vis-à-vis de son interlocuteur, de son lecteur. C'est dans ce sens que je souhaitais attirer l'attention. J'aimerais ajouter que je ne comprends pas comment on peut nier la beauté d'une langue, ou comparer un langage à un autre. Toutes les langues sont belles ! Quand les personnes qui les parlent et/ou les écrivent le font en les respectant. Toutes, elles permettent la communication et l'expression... --Égoïté 14 novembre 2007 à 19:24 (CET)

Ce qui concerne la notion de « langue vulgaire » a été dit : toute langue propre à un peuple est vulgaire. Associer vulgaire (populaire) à laid, bas, etc. est idéologique, il s'agit de cette vieille opposition entre ce qui est noble et ce qui ne l'est pas ; fondamentalement, la langue parlée ou écrite par les nobles ou le peuple est la même ; il existe bien une opposition entre « langue noble » (parlée par la noblesse et par ceux qui la singent) et « langue vulgaire » dans cette acception de « langue de bas niveau », mais pour le redire elle est idéologique.
Chère questionneuse, cher questionneur, un francophone est une personne qui lit ou écrit le français et non spécialement une personne originaire d'un pays où le français est une langue officielle : si la francophonie au sens géographique correspond bien à cette notion de « pays où le français est au moins une des langues reconnues » la francophonie telle que la comprend l'organisation internationale qui s'en occuppe est beaucoup plus large puisque des pays comme la Roumanie ou le Liban en font partie, et dans ces pays le français n'est pas une langue officielle ; enfin il y a l'acception de base énoncée plus haut : est francophone qui use du français à un niveau honorable (qui peut tenir une conversation dans cette langue), donc tu es francophone ou au moins, francographe.
Le français « belle langue » est un lieu commun, et j'imagine que le même lieu commun est utilisé dans la majorité des langues. Le français n'est pas un patois, c'est-à-dire une variante régionale d'une langue plus large, ni même un dialecte, c'est-à-dire une variante qui a suffisamment de traits propres en syntaxe, morphologie, vocabulaire, phonétique pour que l'intercompréhension avec d'autres dialectes soit problématique, mais une langue, au même titre que l'occitan, le catalan, le portugais et tout un tas d'autres langues latines.
Pour ta question, l'Oracle fait ce qu'il peut, et parfois il peut peu ; mais si tu t'étais donné la peine de consulter antineutron et accélérateur de particules plutôt que de débiner notre belle langue ou de nous morigéner pour nos commentaires sur des question incompréhensibles sur des notions évidentes (même pour les lunatiques ou sénélites) posées par des impolis, tu finirais par obtenir ta réponse. Tiens, par exemple dans une belle langue : l'anglais. -O.M.H--H.M.O- 15 novembre 2007 à 12:45 (CET)
Comme nous l'avons dit il y a quelques semaines dans un débat avec le camarade Hagard Du Nord, les patois (voir l'article) sont des langues à part entière, et dans le cas des patois naguère parlés en France, ils sont plutôt la matrice du français que des variantes régionales. rv1729 15 novembre 2007 à 15:28 (CET)
Tu le fais exprès pour m' N-rv ou quoi ? Ce n'est parce qu'une opinion s'est dégagée auparavant dans l'Oracle que c'est parole d'Évangile (de toute manière, les pythies ça a bien plus de bouteille que le Nouveau Testament). Si tu avais consulté l'article sur lequel tu nous dirige, tu aurais constaté que justement, l'acception de « patois » n'a pas rencontré la même et belle unanimité, chez les linguistes, que pour le terme dialecte : certains excluent le terme, d'autres y voient un synonyme de « dialecte », d'autres encore, comme moi par exemple, ont retenu la leçon de « variante à l'intérieur d'un dialecte ». Enfin, il y a l'acception ordinaire du mot : langue, dialecte ou variante dialectale autres que la langue normée officielle, et qui regroupe aussi bien le parler parisien, le berrichon ou l'occitan que le breton et l'alsacien. Ma Bible perso, le TLFi, me dit :
«PATOIS, -OISE, subst. masc. et adj. «
« I. Subst. masc. «
« A. 1. Parfois
péj. Parler essentiellement oral, pratiqué dans une localité ou un groupe de localités, principalement rurales. [...] «
« 2.
LING. Système liguistique restreint fonctionnant en un point déterminé ou dans un espace géographique réduit, sans statut culturel et social stable, qui se distingue du dialecte dont il relève par de nombreux traits phonologiques, morphosyntaxiques et lexicaux [...] «
« B.
Péj. Langage obscur et inintelligible. Synon. baragouin, charabia, jargon [...] «
« En partic. «
« 1. Langue spéciale à un groupe, à un domaine d'étude. [...] «
« 2. Style médiocre [...] »
.
Dans mon école linguistique il y a donc une différence entre patois et dialecte et, selon elle, un patois n'est pas une langue mais une variante locale d'un langue ou d'un dialecte ; pour cette même école linguistique, il n'y a pas de différence de nature mais de degré entre langues et dialectes et de fait les termes sont interchangeables car toute langue actuelle est un dialecte et, toujours pour mon école (et quelques autres) on les distingue pour des raisons fonctionnelles. Pour résumer : un dialecte est une langue qui a deux particularités, il dérive d'une autre langue et appartient à un groupe de langues qui ont toutes une évolution similaire aux points de vue de la syntaxe, de la morphologie, de la phonétique et du vocabulaire, ce qui ne signifie pas obligatoirement qu'il y ait intercompréhension entre ces divers dialectes, ni même incompréhension entre deux dialectes de groupes différents.
Pour prendre un cas que je connais bien, l'opposition entre « langue(s) d'oc » et « langue(s) d'oïl » ne se résume pas à la seul différence d'articulation du mot « oui » dans ces deux zones, il y a une évolution divergente qui est significative sur les quatre points mentionnés ; en revanche tous les parlers d'oïl et d'oc ont, dans leur groupe, une évolution similaire, donc on peut dire que dans un état donné de cette évolution (fin XVIIIe siècle - début XIXe siècle il y a deux langues bien identifiables, l'occitan et le « français » entendu comme l'ensemble des variantes dialectales dites « d'oïl », et à l'intérieur de ces langues plusieurs dialectes. À considérer que sur le territoire de la France actuelle ce n'étaient pas les seules langue latines, le lorrain, le franco-provencal, le corse, le catalan, etc. n'étant ni d'oïl ni d'oc. Quant à la question de l'intercompréhension, il y a le cas notable de l'Auvergne (la région administrative actuelle de ce nom) où, vers le nord, on a des dialectes déterminables comme « d'oïl » et vers le sud des dialectes « d'oc », ce qui n'empêche une certaine intercompréhension, alors que les même locuteurs peuvent avoir de plus grandes difficultés avec des dialectes « de leur groupe » mais distants.
Donc, ne pas toujours faire confiance à Wikipedia, quand on y lit en introduction d'un article que l'« on désigne par patois des dialectes et des parlers des langues minoritaires en (etc.) » : un patois d'un dialecte d'oïl ni n'est un dialecte (pour mon école linguistique), ni n'est d'une langue minoritaire, sauf au plan mondial ou, de fait, le français est un dialecte (latin) minoritaire quand notamment on le compare au castillan et au portugais.
Bonne journée. -O.M.H--H.M.O- 16 novembre 2007 à 07:59 (CET)
J'ai déjà lu ça ailleurs que sur la Ouiquipédie, et l'article patois est abondament sourcé. Mais comme je ne suis pas un spécialiste de tout et ne prétends pas l'être, ma foi, je m'incline... rv1729 16 novembre 2007 à 09:53 (CET)

HTML - problème de liens dans les "frames"[modifier le code]

Bonjour chers utilisateurs contribuant sur l'Oracle. Je viens pour une question que j'essaye de répondre depuis un sacré bout de temps déjà, et que je souhaiterais éclaircir. Je fait mon propre site web, et j'utilise des "frames", dont une frame que j'utilise pour la navigation (qui contient donc une série de liens), et une que j'utilise pour le contenu de la page. Voici mon problème:

  • Je souhaiterais faire en sorte qu'un lien de la "frame" de navigation change le contenu de la "frame" du contenu.
  • J'ai utilisé le terme "target=" dans le lien, mais étant donné que le nom de la page change quand il s'agit d'un autre lien, cela ne marche que sur une page.

Voyez vous ce que je veux dire? Je suis prêt à élaborer dessus si je n'ai pas été très clair. Merci d'avance! 41.250.42.240 14 novembre 2007 à 18:25 (CET)

A mon avis, le plus simple (vous n'allez pas aimer) est d'utiliser le PHP. Les frames sont a proscrire absolument. Voulez vous un coup de main ? — pem 14 novembre 2007 à 18:31 (CET)
Tout d'abord un conseil déplacé : les frames ne sont plus en conformité avec les standards du web, vous devriez plutôt chercher à vous en passer ; il existe des techniques appelées pseudoframes qui sont beaucoup plus propres, et pour une simple fenêtre de navigation on peut même se contenter d'une feuille de style (css).
Ensuite, euh... je ne comprends pas tout. Vous avez un <frame name="contenu" ... > et un <frame name="navigation" ... > et dans ce dernier frame, vos liens sont <a target="contenu" ...>, c'est ça ?
Ça devrait marcher !
Une bonne solution est souvent de regarder comment c'est fait dans un site où ça marche... rv1729 14 novembre 2007 à 18:37 (CET)
A mon avis, ses frames font references a des pages isolées, donc sans lien possible entre elles — pem 14 novembre 2007 à 18:40 (CET)
Merci de ces réponses si rapides, je n'en attendait pas moins des éditeurs de l'encyclopédie. Clin d'œil Pour répondre à Pemelet (d · c · b), j'aimerais en effet un coup de main, car je ne connais pas du tout le php. Avez vous confirmé votre adresse email sur votre compte WP pour que je puisse vous contacter hors Wikipédia? Merci d'avance! Zouavman Le Zouave 14 novembre 2007 à 18:46 (CET)
Oui — pem 14 novembre 2007 à 18:47 (CET)
Je signale au passage que le PHP n'a rien à voir avec ce problème, mis à part que — comme les frames (qui sont effectivement à bannir totalement, <frame> ou <iframe>) — on peut maintenir certaines parties d'une page "fixes" (menu par exemple) sans avoir à la copier-coller à chaque page (système d'includes, j'aime pas du tout le terme de pseudo-frame). Mais côté client c'est idem. — Elentar !? 14 novembre 2007 à 19:33 (CET)
Ca a à voir que c'est une solution parmi d'autres pour passer sans douleur des frames a une page composée — pem 14 novembre 2007 à 20:31 (CET)
Comme dit, le truc est de nommer les “frames”, qui seront alors les cibles, et normalement le “target=” fonctionne très bien ; comme dit, elles sont théoriquement proscrites mais bon, il y a tout un tas d'autres trucs proscrits qui sont toujours en usage parce que sinon ça pose trop de problème ; désolé camarades pythies mais le PHP n'est pas une solution, c'est un problème : pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?
Le vrai truc est de bien organiser ses “frames”. Souvent, on fait une erreur dans les premiers essais (erreur que j'ai commise) qui est de faire des cadres qui chargent des pages avec cadres ; du coup, la page dans le premier cadre pointe vers l'autre cadre de même niveau qui remplace le cadre secondaire, lequel peut alors comporter des cadres d'un autre nom que ceux de la précédente. Et là, les “target=” auront un comportement imprévisible (souvent un « effet vache qui rit » des cadres qui chargent des cadres qui – etc.). -O.M.H--H.M.O- 15 novembre 2007 à 13:03 (CET)
Les sites avec frames sont merdiques pour les utilisateurs, ils sont pratiques pour les concepteurs (et encore) ; qu'on ait envie de se casser la tête ou pas pour offrir mieux aux gens qui se connectent est une autre question. Comme je l'ai dit, si tout ce qu'on veut est une barre de navigation, on n'est pas obligé de passer par du php : une simple feuille de style css permet de faire ça. rv1729 15 novembre 2007 à 15:14 (CET)
Tout a fait d'accord. Mais assez égoistement, j'ai proposé une solution que j'aime — pem 15 novembre 2007 à 15:56 (CET)
Je l'aime aussi, d'autant plus qu'elle permet de faire des autres trucs marrants en même temps... rv1729 15 novembre 2007 à 16:07 (CET)
Nous aimons les même choses ... il y a un truc qui se passe, là ... que nous arrive-t-il ? — pem 15 novembre 2007 à 16:39 (CET)
Laisse le temps faire les choses, dit doucement Herveline1729 15 novembre 2007 à 17:27 (CET)
Juste une remarque: il faut éviter en revanche d'écrire que « les frames ne sont plus en conformité avec les standards du web » (cf ci-dessus), cette erreur de fond n'étant pas du tout à l'honneur de l'Oracle ;) --Lgd 15 novembre 2007 à 17:51 (CET)
D'accord, d'accord ... c'est moche, mais standard — pem 15 novembre 2007 à 17:55 (CET)
Au temps pour moi, c'était abusif, c'est vrai qu'après tout c'est dans la norme html 4.01... faudra attendre encore un peu pour que ça soit enfin obsolète...
Enfin le problème n'est pas seulement la mocheté : c'est merdique pour les aveugles, ça empêche de faire des bookmarks, c'est merdique pour l'indexation dans les moteurs de recherche, etc, et ça fait plusieurs années que la tendance est très nettement à la disparition progressive des frames. rv1729 15 novembre 2007 à 19:39 (CET)
Quelques précisions, pour ne pas rester dans le flou ou dans les affirmations un peu rapides :)
  • accessibilité: les jeux de cadres et les cadres internes ne sont absolument pas inaccessibles en eux-mêmes. En revanche, des règles précises déterminent leurs conditions de déploiement accessible (ce qui inclut les « aveugles », mais va bien au-delà).
  • référencement: la question a été en effet cruciale, mais elle a évolué depuis les problèmes rencontrés dans les années 90. Les recommandations SEO dans ce domaine recoupent d'ailleurs en partie les règles d'accessibilité.
  • sécurité: idem, le problème n'est plus majeur
  • normalisation: les jeux de cadres sont normalisés en HTML4.01, en XHTML1.0 et en XHTML modulaire. Une spécification Xframes est depuis longtemps sur les rails. Le projet HTML5 actuel ne reconduit pas les frames, mais conserve les cadres internes (iframe).
  • ergonomie: la gestion de l'historique de navigation, du rafraîchissement et dans une moindre mesure celle des signets... sont des difficultés évidentes pour l'utilisateur et effectivement le principal problème actuel liés aux frames et iframes.
  • usages: au-delà de la désaffection évidente au moins de la part des jeunes amateurs de "Standards" (pas toujours en connaissance de cause), les jeux de cadres dans une certaine mesure, et surtout les cadres internes, restent des solutions utilisées par des grands comptes, des entités institutionnelles ou commerciales, bref, par l'industrie. Des refontes de sites tirent notamment parti des iframes pour réemployer des contenus et gérer une mise aux normes partielle ou progressive . Et, pour prendre l'exemple du commerce de grande distribution en ligne, deux des principaux acteurs français exploitent des sites basés sur les frames : ceux-ci, malgré leurs défauts certains quoique partiels et malgré une moindre utilisation, sont loin d'être en voie de disparition...
Cordialement, --Lgd 16 novembre 2007 à 05:46 (CET)
Tiens, pour les curieux, une chose amusante à propos de normalisation et d'usages:
  • Loin d'être obsolètes (invalidation d'un élément existant dans une spécification antérieure), les cadres (frames) n'ont même jamais été déclarés dépréciés (préparation au statut d'élément obsolète).
  • les cadres internes (iframes) sont en revanche explicitement dépréciés en HTML4.01 et XHTML1.0. Ce qui signifie qu'on peut s'en servir sans hésitations, mais qu'on ne pourrait théoriquement plus par la suite quand on adoptera une nouvelle évolution du format.
L'amusant ? L'élément qui est normativement toujours là et dont rien n'annonce la disparition future est celui des deux qui connaît effectivement le plus fort recul relatif (les cadres) et qui disparaît abruptement du projet HTML5. En revanche, l'élément déprécié (cadres internes) connaît presque un regain de jeunesse actuellement, serait conservé en HTML5, et se porte en tous cas très bien :-D
--Lgd 16 novembre 2007 à 08:41 (CET)

Gibet[modifier le code]

bonjours, pouvez vous répondre a ça "Au XVIIe siècle, elle était magique. Au XVIIIe, elle devint gibet. Aujourd’hui elle est rouge pour le dernier. merci d'avance cordialement fabien


Lanterne (merci google) — pem 14 novembre 2007 à 18:29 (CET)
Nous ne sommes pas des gibets de potence, nous les Pythies !! Et tel est pris qui croyait ... pendre = Allusion à l'Avertissement au dessus : Le visiteur francophobe !! Yakafaucon 14 novembre 2007 à 18:36 (CET)

CURIOSITES[modifier le code]

BONJOUR DEPUIS NOTRE JEUNE AGE,ON NOUS A APPRIS QUE LES TRESORS ETAIENT GARDES PAR DES SORTES DE FANTOMES. ET POUR LES DETERRER IL FALLAIT OBLIGATOIREMENT PROCEDER A DES RITUELS MAGIQUES POUR AVOIR L'AUTORISATION D'ENTRER EN POSSESSION DU TRESOR EN QUESTION OR POUR LES ARCHEOLOGUES,ces fantomes N'EXISTENT PAS Y A T'IL UNE EXPLICATION A CA ? MA QUESTION PEUT PARAITRE UN PEU BETTE MAIS JE PENSE QU'ELLE MERITE UNE REPONSE CHALEUREUX ET TRES CORDIALES REMERCIEMENTS UN CURIEUX

SUR INTERNET, abuser de CAPITALES est l'équivalent de CRIER (pardon) dans le langage parlé. Merci de respecter la tranquillité de l'Oracle, qui préfère les questions qui lui sont murmurées à l'oreille...
Ceux qui vous disent que les fantômes protègent les trésors veulent simplement les garder pour eux. Si les légendaires trésors (la plupart aussi inexistants que leurs protecteurs) sont accompagnées de gobelins facétieux ou de monstres terrifiants, ils permettrent d'en éloigner les curieux et de valoriser d'autant plus le vainqueur. HaguardDuNord 14 novembre 2007 à 19:21 (CET)
En plus, ces archéologues sont des fous imprudents. --Iouri беседовать 14 novembre 2007 à 19:46 (CET)
À moi, parce que je suis très vieux, sans doute, on ne m'a jamais appris des choses comme ça. Par contre, j'ai lu énormément d'histoires de trésors gardés par des fantômes, ou des dragons, ou toutes sortes de créatures. La règle du jeu, si on peut dire, c'est qu'on fait semblant de croire que c'est vrai, mais personne ne vous dit "attention, les fantômes, les dragons, tout ça, ça n'existe pas". Dans le temps, quand un conteur racontait une histoire, il commençait par une formule (genre "cric, crac !"), et il finissait par une autre formule. Tout le monde savait alors que ce n'était qu'une histoire. Le personnage devait connaître la formule magique, c'est-à-dire être plus malin que les autres, plus fort, enfin mériter le trésor. Ces histoires avaient un but éducatif : il faut mériter ce qu'on gagne. Aujourd'hui, on voit des histoires comme ça partout, à la télé, au cinéma, et ça mélange tout, la réalité, la fiction, les archéologues ressemblent tous à Indiana Jones, et les gens finissent par se poser des questions. Alors voilà, il suffit de remettre les choses à leur place, et de savoir qu'il y a des choses qui ne sont que des fictions, et la réalité qui est autre chose, et qui peut aussi être passionnante, heureusement. Mais la fiction, c'est aussi indispensable, on a tous besoin de rêver, même si on sait que c'est pas vrai. Morburre 14 novembre 2007 à 20:04 (CET)
On vous a trompé. Les trésors sont gardés dans les coffres des banques suisses. Et aujourd'hui, une bonne carte bancaire est bien plus efficace que tous les rituels magiques. Il y a juste 4 chiffres à retenir, en général. La mienne me donne accès sans problèmes à tous les trésors du rayon alcools de chez Auchan. Finalement, c'est vrai que c'est assez magique. A la vôtre. Félix Potuit 14 novembre 2007 à 22:40 (CET)
Raté..en Suisse, ma carte a 6 numéros pour son code...mais je ne vous les dévoilerai pas....NA...Clin d'œil--SuperManu SuperMessage 15 novembre 2007 à 10:19 (CET)
Avec tout le fric que vous avez, c'est pas étonnant. Morburre 15 novembre 2007 à 10:21 (CET)
Hola...mois je suis un Robin des bois...je travaille en Suisse, mais je dépense mes sous en France...Clin d'œil--SuperManu SuperMessage 15 novembre 2007 à 17:02 (CET)
Les fantômes qui protègent des trésors : ça ressemble à un rite initiatique créé par des adultes pour empêcher les enfants d'accéder au monde des grands, à protéger des domaines que les adultes veulent garder pour eux (les psychanalystes diraient que la chose sexuelle est dans ces trésors et que le fantôme représente le gardien de l'interdit), mais soyez sans crainte les fantômes pensent que les archéologues ça n'existe pas ! Yakafaucon 15 novembre 2007 à 05:57 (CET)
Puis, ça dépend du pays ou de la région où l'on vit : en certains endroits d'Italie c'est le Monaciello (le « petit moine ») qui garde les trésors ; en Irlande, le leprechaun cache des trésors et les protège ; il existe aussi des dragons protecteurs de trésors ; il y a, au Moyen Orient, des jinn cacheurs de trésors (on en trouve plusieurs dans Les Mille et Une Nuits) ; et bien sûr, il ne faut pas oublier la vouivre. Et bien d'autres variantes. Par contre, désolé de devoir le dire, je n'ai pas connaissance que des fantômes soient particulièrement chargés de garder des trésors. -O.M.H--H.M.O- 15 novembre 2007 à 13:16 (CET)

Les fantômes ont leur capitale en Écosse....et les écossais sont réputés pour être avares...y aurait-il un lien de cause à effet ????--SuperManu SuperMessage 15 novembre 2007 à 17:01 (CET)

pause[modifier le code]

Est ce bien un francais qui a inventé le premier éccran télé couleurs?

Bonjour à vous aussi. Ya pas plus français, puisqu'il s'appelait Henri de France et qu'il a mis au point le procédé SECAM (pour autant que je sache). De rien, au revoir. Morburre 14 novembre 2007 à 20:08 (CET)
Non, c'est le professeur Tournesol. Félix Potuit 14 novembre 2007 à 22:30 (CET)
Henri de France a clairement l'antériorité puisqu'il a déposé le brevet du SECAM en 1956 alors que Les Bijoux de la Castafiore n'a été publié qu'en 1963. --Madlozoz 19 novembre 2007 à 12:13 (CET)

TOUR de france[modifier le code]

Je voudrais savoir si c'est bien un francais qui a invnté la byciclette?Gracias

Cherchez dans l'article, il s'appele Bertrand !! Samsa (d) 14 novembre 2007 à 20:32 (CET)
Ce monsieur IP (de Puteaux ?) fait les questions et les reponses, c'est assez rigolo
1/ "est ce bien un francais qui ... ?"
2/ "bande de franchouillards", etc. — pem 14 novembre 2007 à 20:33 (CET)
On peut demander un blocage d'IP pour vandalisme sur Oracle ? Parce que là, il commence a m'exaspérer... HaguardDuNord 14 novembre 2007 à 20:37 (CET)
La réponse est dans l'article vélo : Il existe plusieurs prétendants à l'invention de la bicyclette. Pierre et Ernest Michaux sont souvent cités, mais un autre Français, le mythique Comte Mede de Sivrac est probablement le plus cité, avec son célérifère daté de 1790. Le baron allemand Karl Drais von Sauerbronn est aussi cité avec sa Laufmaschine ou « machine à courir », qu'il présenta à Paris en 1817(Brevet d'importation français déposé par Louis-Joseph Dineur au nom du Baron Drais le 17/02/1818 : "Machine dite vélocipède"). (On peut répondre pour les lecteurs autres que celui qui pose la question) Yakafaucon 15 novembre 2007 à 06:32 (CET)

la femme dans le cinema[modifier le code]

Bonjour, je voudrais vous demander si vous connaissez un film qui traite de la femme dans les années 50 ? Ce qu'elles faisaient de leur journées un peu à la desperate housewives des années 50. Merci d'avance

La cuisine n'est pas cinégénique Mort de rire. J'aurais bien dit "Et Dieu… créa la femme", mais c'est un peu plus récentah ben non, c'est 1956, donc c'est bon. HaguardDuNord 14 novembre 2007 à 20:38 (CET)
Vaste programme, comme disait l'autre. Il y a un film américain des années 50 où il n'y a que des femmes. Sont-elles desperate, sont-elles housewives, me souviens plus, ni du titre, ni de rien d'ailleurs. Je m'en vais. Morburre 14 novembre 2007 à 20:45 (CET)
C'est un thème très commun dans les premiers films de la nouvelle vague, donc à la fin des années 50, début des années 60. Je te conseille notamment : Les Bonnes Femmes de Chabrol (1960), Cléo de 5 à 7 d'Agnès Varda (1961). Plus tard, on a de Godard Masculin, féminin (1966). La condition féminine est également présente dans le néo réalisme italien, par exemple Femmes entre elles d'Antonioni (1957), ou Chronique d'un amour du même. C'est également un thème abordé de manière récurrente dans les films mélodramatiques américains, qui sont alors très à la mode. Je te conseille en particulier Tout ce que le ciel permet (vraiment émouvant !) de Douglas Sirk (1955). Plein de films, en fait. Gede 14 novembre 2007 à 20:50 (CET)
Et Dieu créa la femme comme exemple typique de ce que faisaient les femmes dans les années 50 ? — pem 14 novembre 2007 à 20:48 (CET)
Non, typique du changement du regard du ciné sur la femme, la libération de la femme, etc. Et Dieu..., Cléo..., etc. Avant, c'est essentiellement des histoires d'amour, pas une étude de "la femme", genre "Un Carnet de bal" de Duvivier. Ya All about Eve mais ce n'est pas vraiment la "femme au foyer". Ya peut-etre "Parlons femme" de Scola, mais je ne l'ai pas vu, je ne sais donc pas ce qu'il y a dedans... HaguardDuNord 14 novembre 2007 à 21:08 (CET)
Je n'avais pas compris la question. S'il s'agit uniquement des femmes au foyer, All about Eve ne correspond pas vraiment, par contre Tout ce que le ciel permet est une assez bonne réponse. Ceci dit, la grande thématique de l'époque, c'est déjà celle de l'émancipation féminine, de la transformation du rapport homme/femme, même si ce n'est pas encore l'émancipation sexuelle de la femme. Gede 14 novembre 2007 à 21:23 (CET)
Ne pas oublier, bien entendu, les films d'Ingmar Bergman. Et même si plus tardif, Ma nuit chez Maud. --Seymour 15 novembre 2007 à 00:47 (CET)

Les Cinq Cents Millions de la Bégum[modifier le code]

(question posée sur la page de discussion de l'article "Les Cinq Cents Millions de la Bégum" ; l'adresse e-mail a été blanchie) Je voudrais savoir si ce récit <"Les Cinq Cents Millions de la Bégum"> à un point de vue omniniscient ou pas? Merci de me répondre au plus vite avec des justifications bien fondés.

Je voudrais savoir ce que signifie PPC le titre du chapitre 9 des cinq cents millions de la bégum

merci de me répondre le plus vite possible sur cette adresse: xxxxxxx

Je vous conseille d'aller voir sur Wikisource le texte de Jules Verne, de prendre un peu de plaisir en le lisant, et par la même occasion de déterminer si le point de vue est omniscient ou pas. --Serein [blabla] 14 novembre 2007 à 21:08 (CET)
Point de vue omniscient : oui (c'est assez fondé comme justifications ?)
PPC ? ben ... PPC — pem 14 novembre 2007 à 21:10 (CET)
Et bien, et l'avertissement sur les devoirs que ne fait pas l'Oracle ? -O.M.H--H.M.O- 15 novembre 2007 à 13:32 (CET)

Poème de Jacques Prévert[modifier le code]

Hello! Je suis à la recherche d'un poème de Prévert dont le titre m'échappe. Il est rédigé comme une recette de cuisine mais il aborde le thème de l'écriture . En voici quelques bribes: "Prenez un mot, Prenez-en deux ... Faites chauffer à petit feu, Saupoudrez de quelques ... Où voulez-vous en venir? A écrire! Vraiment, à écrire?" D'avance merci et belle nuit!C'est ma première question: yes! Joséphine

La réponse est ci-dessous auteur Raymond Queneau textes

Recette de la poésie

Prenez un mot, prenez en deux
faites-les cuire comme des oeufs
prenez un petit bout de sens
puis un grand morceau d'innocence
faites chauffer à petit feu
au petit feu de la technique
versez la sauce énigmatique
saupoudrez de quelques étoiles
poivrez et puis mettez les voiles.
Où voulez-vous donc en venir?
A écrire
vraiment ? à écrire ???

Raymond Queneau

Yakafaucon 15 novembre 2007 à 03:55 (CET)

Vous avez sans doute confondu avec ce poème de Jacques Prévert. Résultat, vous avez empêché Yakafaucon de dormir. Vous allez nous l'épuiser. Félix Potuit (Secrétaire Général autoproclamé du Syndicat des Pythies de Wikipédia).

Bande Annonce (2)[modifier le code]

(On n'est pas obligé d'éteindre cette lumière, qui éclaire le monde des Pythies)

Presa de decissions.png À l'attention de nos visiteurs : Nous autres pythies aimons répondre aux questions, mais nous apprécierions beaucoup que les questions soient posées clairement et poliment (bonjour au début, merci à la fin) et que quand vous obtenez des réponses, vous en remerciiez ceux qui se donnent la peine de vous répondre. Merci d'avance.

J'ai entendu récemment ce conseil à l'usage des concepteurs de sites Web : pour économiser l'énergie et préserver la planète, utilisez des fonds de pages noirs plutôt que blancs, ça consomme moins d'électricité (je vous jure que c'est vrai). Je ne suis donc pas certain que cette initiative soit très écologiquement correcte, malgré la couleur verte. Félix Potuit 15 novembre 2007 à 07:29 (CET)
Raté ! Un écran LCD affichant du blanc consomme (légèrement) moins que s'il affiche du noir ! --Serged/ 15 novembre 2007 à 09:10 (CET)
Et moi qui croyais le ver(t) écologique ! Yakafaucon 15 novembre 2007 à 09:35 (CET)
Hum, comment cela peut-il s'expliquer ? (que le noir consomme plus que le blanc, je veux dire ?) Félix Potuit 15 novembre 2007 à 10:14 (CET)
C'est vrai ça, si les Noirs consomment plus que les Blancs, c'est le monde à l'envers. Morburre 15 novembre 2007 à 10:18 (CET)
C'est donc vrai, cette histoire que le noir consomme du blanc ? — pem 15 novembre 2007 à 10:29 (CET)
Ca dépend du LCD. Ceux dont le rétro-éclairage est basé sur une grille de diodes peuvent diminuer la luminosité des diodes pour obtenir des noirs plus sombres. Quelques détail ici. Mais j'ai pas spécialement suivis la techno ces derniers temps et je ne sais pas si ils sont réellement commercialisé --Madlozoz 15 novembre 2007 à 12:00 (CET)
En gros, un LCD c'est une dalle éclairée uniformément sur laquelle on pose un filtre polarisant puis une couche contenant des petits filtres polarisant orientables selon la tension qu'on leur applique (les fameux cristaux liquides). Selon l'orientation des cristaux, la lumière de la dalle est plus ou moins transmise. Donc selon que les cristaux soient orientés de manière à faire du noir ou du blanc quand ils sont au repos, l'écran consommera plus en affichant respectivement du blanc ou du noir. Mais la difference est infime au regard de la consomation de la dalle et des systèmes éléctroniques. La question est tout de même interessante concernant les CRT, et il est probable que ceux-ci consomment moins en affichant du noir que du blanc. Mais dans quelles proportions ? A vos ampèremètres... Samsa (d) 15 novembre 2007 à 14:59 (CET)
Pour les LCD, j'ai mesuré au Wattmètre... --Serged/ 15 novembre 2007 à 17:57 (CET)
Consommer de l'énergie pour rendre le noir plus sombre, ça me semble un peu shadok, mais bon, plus rien ne m'étonne. Félix Potuit 15 novembre 2007 à 20:25 (CET)

Amiral Jean CRAS[modifier le code]

Bonjour, Bien sur,tout navigateur connait la regle -rapporteur de l'amiral Jean CRAS....

cependant,je n'arrive pas a savoir,malgre mes recherches et questions aux services de la marine,a quelle date,precisement,et sans doute sur quel bateau,a ete introduite la regle dans la marine francaise? Et q'utilisait-on avant,sur les grands voiliers par exemple,sur les goélettes,sur les vaisseaux du roi???? sur les baleiniers?

Merci et bien a vous J.P.THEPAUT

Je relaie la question sur le bistro du port : Projet:Maritime/Bistro du port#Origine de la règle Cras. le Korrigan bla 15 novembre 2007 à 14:32 (CET)

quel est le format le plus universel pour les e-mail?[modifier le code]

bonjour cher Oracle, j'aimerai savoir en 2007 quel est le format le plus universel (affichage sans problème pour les caractères spéciaux tels é à è et € pour le plus grand nombre) pour l'envoi d'e-mail?

1 - format texte brut ou html?

2 - caractère latin 1 (8859-1) ou utf 8

3 - avec mime quoted printable ou sans mime?

merci

Je dirais : texte brut UTF8. Arnaudus 15 novembre 2007 à 13:41 (CET)
Bonjour,
« Le plus universel » est un peu bizarre Clin d'œil.
  1. Le texte brut est lisible par tous les logiciels de courrier, mais les logiciels récents lisent tous l'html.
  2. Si votre correspondant est français et que son logiciel de courrier est ancien et/ou mal configuré, il est possible qu'il ait moins de problème avec l'iso 8859-1 qu'avec l'UTF-8, mais ça n'a rien d'universel. Si vous avez des correspondants aux 4 coins du monde, préférez l'UTF-8. Enfin c'est vrai que certains de mes correspondants sous Ouindoz râlent quand j'envoie de l'UTF-8...
  3. Bof, je sais pas, une fois de plus ça dépend du logiciel utilisé par votre correspondant.
En fait les seules circonstances où j'ai ce genre de souci en tant que lecteur c'est quand je lis mon courrier à travers la commande mail ou mail -f et ça doit m'arriver une fois par an... c'est donc minime. Dans ce cas là, je préfère le texte brut, et pour l'encodage ça dépend du terminal texte dont je dispose... rv1729 15 novembre 2007 à 15:04 (CET)

ok, merci pour les réponses mais j'ai eu des problèmes avec des gens qui utilise le webmail yahoo qui ne lit pas l'utf8. et l'on ma dit qu'il ne fallait pas envoyer l'utf8 en "quoted printable" alors que le webmail laposte.net le fait par défaut! alors l'utf8 c'est avec ou sans "quoted printable"? merci

Il n'y pas de réponse unique. En théorie tout est possible pourvu qu'on annonce la couleur dans les règles de l'art (charset = utf-8, content transfert encoding = quoted-printable) et que les logiciels de lecture soient conçus pour en tenir compte (PS: Ils devraient l'être !) et soient correctements configurés. En pratique il faut consulter vos correspondants réguliers pour trouver une solution qui convienne à tout le monde.
Pour ma part j'avais fait un réglage 'iso-8859-1' pour mon courrier, pour éviter des problèmes aux ouidoziens, et il y a deux jours j'ai rebasculé en UTF-8 parce que je souhaitais inclure des glyphes UTF-8 dans un message : il faut aussi pousser les gens à prendre le temps de configurer correctement leurs logiciels, on ne va pas se priver ad vitam aeternam des délices de l'UTF-8 sous prétexte qu'il traîne encore des logiciels mal foutus ou mal utilisés qui n'y voient que du Ãfeu. rv1729 15 novembre 2007 à 16:04 (CET)

Comme a dit rv, universel est un adjectif relationnel. (Par ailleurs, on n'envoie pas d'e-mails dans l'univers. Personne ne répond jamais.) Bourrichon 15 novembre 2007 à 16:51 (CET)

Le service après-vente de l'Univers est terrible : non-seulement personne ne répond jamais aux e-mails, mais même la hotline sonne dans le vide. rv1729 15 novembre 2007 à 19:21 (CET)
Il paraît même que l'oracle y possède une résidence pour ses vieux jours. Bourrichon 16 novembre 2007 à 00:12 (CET)

Mécanique Atomique[modifier le code]

Pourquoi publie-t-on des théories qui contredisent la science normale? La Mécanique Quantique par exemple part de l'hypothèse,ou le postulat, que dans les atomes les électrons suivent des orbites fixes.

L'application, à l'atome, des lois de Newton, mène à la conclusion que les électrons se comportent comme les planètes:rotation propre,orbitation sur orbite aléatoire ou déterminé,mouvements gyroscopiques de précession et de notation

L'application des lois de Maxwell aux mouvements énumurés produit ,suivant l'énergie portée en compte,le rayonnement thermique ou le spectre atomique.

Le spectre atomique calculé ainsi correspond exactement au spectre réel ce qui n'est pas vrai pour le spectre d'hydrogène publié par Wikipedia

Alors pourquoi toutes ces contradictions des théories quantiques?

La Mécanique Quantique par exemple part de l'hypothèse,ou le postulat, que dans les atomes les électrons suivent des orbites fixes. : je crois que c'est exactement le contraire. Arnaudus 15 novembre 2007 à 13:41 (CET)
Pour mon compte, j'en suis sûr. C'est Rutherford qui, suite à sa fameuse expérience émit l'hypothèse du « modèle planétaire », mais très vite ce modèle fut considéré improbable, tant pour la mécanique classique que pour la mécanique quantique ; peu après Niels Bohr en proposa une correction connue comme le modèle de Bohr qui lui aussi fut finalement abandonné.
Sinon, « science normale » est une expression à proscrire : si les modèles de Rutherford et Bohr sont apparus erronnés par après ils ne furent ni normaux ni anormaux mais tentaient de rendre compte d'un phénomène au mieux des possibilités matérielles et théoriques dont ils disposaient. Il faut que tu prennes conscience du fait qu'un scientifique, aussi compétent soit-il, ne peut faire mieux que selon les moyens dont il dispose à un instant donné. Pour être clair : tu ne peux pas demander à des scientifiques d'avant 1914 d'émettre des hypothèses en cohérence avec des théories apparues après 1915. En outre, d'un point de vue fonctionnel ces modèles sont très opérationnels. C'est comme, par exemple, les théories sur l'univers : considérant les apports de la physique quantique et de la théorie de la relativité, le modèle newtonien de la gravité est « anormal » ; considérant les moyens dont disposait Nexton, ils est « anormal » dans l'autre sens puisque bien plus puissant et plus vrai que tout ce qui s'est produit à l'époque ; enfin, si on veut envoyer un satellite en orbite fixe autour de la Terre, la physique newtonnienne est très suffisante pour y parvenir donc on peut dire que, dans un certain cadre, elle reste « vraie » donc « normale ».
Bref, les scientifiques les plus sérieux ne publient pas des théories « qui contredisent la science normale » mais qui sont contredites par les avancées ultérieures de la science. Et de ce point de vue, aucune science n'est « normale » puisque toute théorie est provisoire, et que la seule norme acceptable en science est d'aller aussi loin que possible dans la vérification d'une théorie, ce qui immanquablement (ça s'est toujours vérifié jusqu'ici) aboutit à démontrer que la théorie vérifiée est finalement inexacte ou, dans ton langage, « anormale ».
Sans vouloir t'inquiéter, considère qu'en ce moment nous somme précisément dans une situation où la « science normale » (en ce cas, la physique et l'astrophysique) est en passe de devenir « anormale » parce que précisément, comme ce fut le cas à la toute fin du XIXe siècle tout ce qui était vérifiable dans les modèles proposés par ce qu'on appelle « théorie standard » a été vérifié, sauf « quelques » points. En 1900, William Thomson Kelvin expliquait qu'il ne restait que deux points problématiques pour que tout ce qui concerne la physique soit définitivement expliqué: l'Expérience de Michelson-Morley et les corps noirs. L'explication du premier est une des bases de la théorie de la relativité restreinte, l'autre une base de la mécanique quantique. Et leur explication fit que... toute les explications précédentes sur la physique furent invalidées. Donc, ne croit pas trop que les explications scientifiques actuelles sont « normales ». -O.M.H--H.M.O- 15 novembre 2007 à 14:55 (CET)
Deux petites questions : ce que tu appelles « théorie standard », est-ce la même chose que ce que d'aucuns appellent modèle standard ? Et quelles sont les expériences ou observations actuelles qui ne cadrent pas ? Parles-tu d'une remise en cause... (And nobody expects the spanish inquisition! Ça fait déjà la troisième question) de la méca Q et/ou de la relativité générale, ou bien des modèles cosmologiques ? rv1729 15 novembre 2007 à 18:50 (CET)
Pour la première des deux questions oui : j'ai régulièrement entendu la mention « théorie standard » en équivalence avec « modèle standard » dans des débats ou conférences portant sur la question, ce qui ne prêtait pas à confusion du fait du contexte ; pour la deuxième, ce ne sont pas proprement des observations, mais à la fois des « non-observations » sur certains éléments (par exemple le boson de Higgs – enfin les bosons dudit) et l'apparition d'hypothèses qui remettent en cause le modèle actuel, comme la théorie des supercordes. Il est à noter que l'une des quatre expériences du futur LHC (Large Hadron Collider) qui remplacera le LEP a précisément pour but de falsifier (au sens où l'entendent les scientifiques) l'hypothèse du boson de Higgs, et en cas de non-vérification ça impliquera qu'il y a un défaut dans le modèle actuel. Pour la troisième des deux questions Clin d'œil et bien, tu sais ce qu'il en est : une hypothèse n'est remise en cause que quand une meilleure hypothèse est validée. Actuellement il y a des doutes sur le modèle standard et des propositions de résolution de ces doutes, mais pour l'heure c'est ce modèle qui reste le plus consistant. Cela dit, ma mention des « deux points problématiques » évoqués par lord Kelvin pour qui, au moment où il les mentionnait, il ne pouvait y avoir de meilleur modèle que celui de la mécanique classique, montre que les nouvelles hypothèses se valident souvent sur les « détails » que les anciennes n'arrivent pas à résoudre.
Je les avais déjà citées cette semaine ou la précédente, sur la Web Radio de France Culture « Les Chemins de la Connaissance » (à ne pas confondre avec l'émission hertzienne du même nom) ainsi que, je présume, sur le site de la Cité des sciences, il y a une série de conférences données par des gens bien plus compétents que moi, qui en discutent de manière plus exacte. Pour référence, on les trouve sur cette page (conférences datées entre le 02/10/2007 et le 06/11/2007). -O.M.H--H.M.O- 16 novembre 2007 à 05:06 (CET)
Hydro2spz.png
Je ne suis pas d'accord avec le terme « détails », beaucuop de gens ont été très vite conscients à l'époque du fait que ça coinçait vraiment très fort. Pour autant que je puis en juger, on est loin pour l'instant d'avoir de tels points d'achoppement...
Je connais deux chercheuses en meca Q, et de leurs conversations j'ai pas l'impression que les (super) cordes aient la cote à ce point là... c'est en fait une théorie qui a beaucoup d'échos dans la vulgarisation scientifique, parce qu'elle a des aspects spectaculaires, mais enfin depuis plus de 20 ans que ses adeptes triment, ils n'ont toujours pas réussi à mettre la méca Q au rebut. Va falloir que je songe à interviouver un peu les copines sur tout ça. Merci pour les confs, je vais peut-être les écouter. rv1729 16 novembre 2007 à 09:19 (CET)
En mecanique quantique, on ne parle pas d'orbite mais d'orbitale atomique. D'accord, le nom prete a confusion. L'idée, c'est que contrairement à une orbite qui donne accès à la position instantannée de l'orbjet, l'orbitale donne accès à une probabilité de présence. Le lien entre les deux ? Disons que le tracé de la densité de probabilité de présence ressemble de loin à une orbite. Par exemple, dans le cas trivial de l'atome d'hydrogène, l'électron occupe des orbitales qui sont des harmonique sphérique ce qui donne ce genre de tracé (en coupe) :
— pem 15 novembre 2007 à 15:35 (CET)
C'est beau, une orbitale atomique occupée par un électron. Bourrichon 15 novembre 2007 à 16:47 (CET)
Dans l'orbitale qu'il occupe il ne fait pas grève, lui. Il bosse à fond. Bourrichon 15 novembre 2007 à 16:48 (CET)
Ah, interessante remarque ! Merci Bourrichon. Selon le Principe d'exclusion de Pauli, les fermions ne peuvent pas être plusieurs dans le même état. Donc l'electron (c'est un fermion) occupe en effet l'orbitale — pem 15 novembre 2007 à 16:55 (CET)
Nous sommes tous des physiciens sans le savoir. Bourrichon 15 novembre 2007 à 17:17 (CET)
Mais certains ont une grosse orbite, et d'autres, une petite. Oh pardon, ça m'a échappé. Félix Potuit 15 novembre 2007 à 20:28 (CET)

Petite plaidoirie pour la méca Q[modifier le code]

Après de petits échanges avec Olivier sur nos pages de discussion, je bricole ici une petite clarification à propos de la méca Q.

Un néophyte qui lirait l'Oracle pourrait bien être persuadé que, sans l'ombre d'un doute, la communauté scientifique toute entière attend avec impatience le changement de paradigme qui va permettre de se débarasser enfin d'une méca Q devenue incohérente. Or, la méca Q est si prédictive qu'on sait bien qu'on ne va pas avoir un énorme bouleversement ; on aura un changement au mieux (ou au pire) de l'ordre du passage de la mécanique galliléenne à la mécanique relativiste (qui conserve le modèle précédent comme cas limite), ce qui est déjà beaucoup, mais pas de l'ordre de la création de la méca Q, ce qui serait une véritable révolution (qui fout complétement en l'air le modèle précédent, ou mieux : donne un modèle cohérent et prédictif alors qu'on n'avait aucun modèle atomique cohérent à se mettre sous la dent).

Je trouve la comparaison de la situation actuelle avec la situation au début du siècle dernier très exagérée. À l'époque, personne ne croyait au modèle planétaire, on voyait bien qu'il y avait un os !

Rutherford fait bien sûr ce qu'il peut avec les outils qu'il a, mais depuis longtemps avant ses contributions au modèle planétaire tout le monde (et lui le premier) est conscient que ce modèle ne tient pas debout, le fait que l'électron accéléré rayonne de l'énergie étant parfaitement connu ; la contribution de Rutherford est au contraire de montrer que la répartition des charges dans l'atome est cohérente avec ce modèle que tout le monde sait pourtant incohérent, et donc la nécessité d'aller plus loin. Et le modèle de Bohr est quantifié, il n'est plus un modèle obéissant à la mécanique classique...

Ainsi la difficulté historique à accepter la méca Q ne vient pas d'une contestation de la nécessité d'avoir un nouveau modèle mais des postulats contraires à l'intuition posés par la méca Q. C'est sa prédictivité qui parle le mieux pour elle. Les expériences les plus spectaculaires de ces dernières années, comme l'Expérience d'Aspect, ou le Refroidissement d'atomes par laser confirment de manière ébouriffante cette prédictivité, et contribuent à rendre la méca Q très solide.

De manière générale, je me méfie de la vulgarisation, même de haute qualité ; en fait ça fait 20 ans qu'on nous annonce régulièrement tel ou tel grand chambardement, et on attend toujours... enfin à force ça doit bien finir par arriver ! Clin d'œil mais je n'ai pas envie d'avoir un train d'avance sur les spécialistes : quand ils changeront de modèle, j'y croirai.

Tiens, en passant : les amateurs de théories exotiques et révolutionnaires gagneront à visiter un peu les pages de Laurent Nottale, éminent chercheur bien de chez nous, et grand théoricien de la relativité d'échelle. (Post-Scriptum je cite Nottale par association d'idées : il y a 10 ans, plein plein de gens juraient que sa théorie allait tout révolutionner... pour finir j'ai l'impression que flop...)

Voilou. rv1729 16 novembre 2007 à 11:32 (CET)

Pour ce qui est des problèmes de changement de paradigmes, il est interessant de consulter l'article rupture épistémologique rouge ???!!! bon, alors lisez Gaston Bachelard. Sur le même sujet, Le Zéro et l'Infini de Arthur Koestler (ce n'est pas le sujet du bouquin mais Roubachov, le heros, développe en sa prison une théorie sur les sauts de paradigmes) et Après l'empire de Emmanuel Todd (sur les remous que causent au sein des sociétés humaines les ruptures culturelles).
L'idée, c'est que l'assimilation d'un nouveau paradigme faut faire gaffe avec ce mot prend du temps — dans les années 20, un grand physicien a dit que « ceux qui comprennent la relativité générale se comptent sur les doigts de la main » alors qu'ici même aujourd'hui sur l'oracle, un sondage en trouverait plus. L'obstacle épistémologique a été surmonté.
En ce qui concerne la mécanique quantique, il est vrai que le modèle standard est solidement assis sur des succès remarquables. Nous pouvons assister à des "évolutions" de ce modèle, mais aussi à un révolution. — pem 16 novembre 2007 à 15:17 (CET)

Entropie[modifier le code]

Bonjour à tous Quelqu'un pourrait-il avoir l'obligeance de m'expliquer le plus clairement possible ce que recouvre en thermodynamique (et peut être dans d'autres domaines) la notion d'entropie. Merci d'avance.

Entropie? Arnaudus 15 novembre 2007 à 13:39 (CET)

Pour une définition de l'entropie en thermodynamique, voir un ouvrage ou une rubrique spécialisés. Dans un domaine plus général, l'entropie est la mesure du désordre d'un systeme ou de la faiblesse de l'information qu'il contient. Prenons par exemple un magnifique tableau du quatroccento; il nous apporte un tas d'informations sur les croyances de l'époque, ses préoccupations,sur la technique du peintre, son talent, son souci de la perspective, etc.Maintenant, réduisons ce tableau en miettes, le tas de miettes obtenu a la meme composition que le tableau mais n'apporte que peu d'information, elles sont un état d'entropie maximale alors que le tableau présentait un état d'entropie minimal (désordre/ordre)(jck)

Le q et le z sur le cadran du téléphone.[modifier le code]

Bonjour, Pourquoi n'y a-t-il pas de q et de z sur le cadran du téléphone? Avec les chiffrees de 1 à 9 il y avait assez de place pour inscrire les 26 lettres de l'alphabet.

De quel cadran parlez-vous ? Pour moi, Q=7 et Z=9 ... — pem 15 novembre 2007 à 15:47 (CET)
Seul le Z manquait sur les cadrans circulaires : O et Q se trouvaient en regard du 9 exemple et ce pour deux motifs : 1) Les lettres servaient à établir la zone (Bal pour Balzac, Vil pour Vilette etc...) et il n'y avait pas de centrale téléphonique (qui gérait la ligne locale) commençant par Z (ou ayant un Z dans son nom) - 2) 2ème raison O et Q ayant été groupés sur le Zéro, M et N ayant été groupés sur 6 et le 1 étant sans lettres tous les autres chiffres accompagnaient 3 lettres 7*3 + 2* 2 = 25. Il a donc semblé plus facile aux ingénieurs d'occulter le Z vu son usage inutile.

Yakafaucon 15 novembre 2007 à 16:09 (CET)

L’automatisation remplace les « demoiselles du téléphone » à la fin du XIXe siècle aux USA et à partir de 1912 en Europe. Dans les grands centres urbains comme Londres ou Paris, pour conserver des adresses qui font appel à des chiffres et des lettres alors que le cadran ne propose que 10 chiffres, on attribue des lettres aux chiffres de 2 à 9…, le 0 recevant les lettres O et Q qui lui ressemblent graphiquement, le Z manquant... L’adresse se compose alors des trois premières lettres du central et du numéro d’abonné : « Herm-125 » est le 437 125. Certains, comme Henri Milon, dans « La téléphonie automatique » (1914) s’étaient pourtant demandés si les usagers seraient capables de mémoriser et composer des séquences de six chiffres ! Pour mémoire, les numéros de téléphone portable en comptent dix aujourd’hui… --Égoïté 15 novembre 2007 à 16:19 (CET)
... et il avait raison de se la poser, cette question — que ferions nous sans le répertoire desdits téléphones ? — pem 15 novembre 2007 à 16:35 (CET)
... et il avait raison, je suis pas foutu de mémoriser mon numéro. Ma carte bancaire, tout juste, et heureusement que j'ai pas de banque suisse (voir plus haut). Morburre 15 novembre 2007 à 16:38 (CET) Bon sang mais c'est bien sûr, puisqu'il y a des lettres sur les touches, pourquoi pas se faire un numéro en lettres ? J'y vais tout de suite. Morburre 15 novembre 2007 à 16:41 (CET)
Perso, quand il me faut un 'code' numérique sur mon portable (par exemple pour ouvrir le "porte-document"), je prend un mot de passe en lettre facile à retenir (par exemple "wikipedia") et je le transcris directement en chiffres : ("94547342"). --Serged/ 15 novembre 2007 à 17:46 (CET)
Youpi ! je connais maintenant par cœur mon numéro de portable. Morburre 15 novembre 2007 à 17:49 (CET) Dommage, je ne m'appelle jamais.

chanson en vietnamien[modifier le code]

Bonjour,

Je suis instituteur en France et, ce matin, j'ai appris une chanson qui nous a été présentée comme une chanson traditionnelle vietnamienne. J'aurais aimé, si vous la connaissiez, que vous m'en donniez la traduction. Nous l'avons apprise en phonétique. « Tinh tinh tang » Tinh tinh tang Tang tin tinh Zuyentinh zang Zuyentinh oï Rancogneu gneutachang Rancogneu gneutachang

D'avance, je vous en remercie. Jean-Paul Launois

Dur dur comme recherche ! ça ressemble et c'est aussi difficile à trouver que lalaa lala la trala lalalère .... , bon mais on va chercher.... mais en phonétique..... sans la mélodie ? hum ! Yakafaucon 15 novembre 2007 à 18:57 (CET)
Si je vous propose voir, dites nous SVP si cela vous convient ? Yakafaucon 15 novembre 2007 à 19:02 (CET)
Sinon voila un lien (avec adresse Email) pour contacter un spécialiste -ici-Yakafaucon 15 novembre 2007 à 19:08 (CET)
A vue de nez, ça ressemble assez à Jingle Bells... Ou alors, La Tonkinoise ? Félix Potuit 15 novembre 2007 à 20:21 (CET)
réponse de la part de mes parents (étant une deuxième génération, je n'ai moi-même aucune connaissance de ma langue maternelle. Il s'agit d'une berceuse très ancienne et très connue au Vietnam (équivalente à "Au clair de la lune" en France). Voici le texte de la berceuse en vietnamien :

"Tinh tinh tang, tinh tinh tang, tang tinh tinh, Duyen tinh rang, duyen tinh oi ...Rang co nho, nho ta chang ? Rang co nho, nho ta chang ?. "Tinh tinh tang, tinh tinh tang, tang tinh tinh ", il s'agit d'une onomatopée, duyen = destin, sort, existence, condition,... tinh = amour, rang = dire (adverbe vietnamien pour confirmer une déclaration), oi = il s'agit d'un adverbe vietnamien pour s'adresser à quelqu'un, co = participe passé du verbe avoir, nho = se souvenir, se rappeler, penser à quelqu'un, ta = moi, chang = n'est-ce-pas (adverbe vietnamien d'interrogation).

et voici la traduction libre : " Tinh tinh tang, tinh tinh tang, tang tinh tinh... Oh! "destin amoureux" auquel je m'adresse ...As-tu pensé... as-tu pensé à moi ? As-tu pensé...as-tu pensé à moi ? Nguyenld 18 novembre 2007 à 18:39 (CET)

Cri d'oiseau[modifier le code]

Quel est le cri strident d'oiseau que l'on entend de façon intermittente avec les cigales dans les anime ( ex: NieA under 7 ) et certains films japonais (ex: Taste of Tea). --pixeltoo⇪員 15 novembre 2007 à 17:44 (CET)

Si ce n'est pas un merle c'est la voix d'un acteur qui fait le bruitage et pourquoi pas le Maître en la matière en Europe : Roger Carel Yakafaucon 15 novembre 2007 à 19:52 (CET)
Non ce n'est pas un merle (le merle siffle) ni un acteur. Cet oiseau doit surement faire partie de de la faune du Japon. Un autre indice : c'est un rapace. --pixeltoo⇪員 15 novembre 2007 à 21:45 (CET)
Oui mais faut-il encore aller voir ces films, or les pythies ne vont pas forcément au cinéma, (il n'existe pas encore à notre époque helléniste) ou du moins ils ne vont pas voir souvent les « anime ». Yakafaucon 16 novembre 2007 à 05:23 (CET)
On ne peut pas dire des "animés"? Dans un cas comme celui là, c'est tellement facile de respecter grammaire et syntaxe qu'il est criminel d'utiliser ce pédantisme immigré! Arnaudus 16 novembre 2007 à 10:22 (CET)
Immigré est une expression non neutre à proscrire de wikipédia. Comme ça à l'air de choqué Arnaudus que j'utilise anime, je réitère ma question quel est le cri de rapace que l'on entend parfois dans les Logo serie anime.png ? Clin d'œil--pixeltoo⇪員 16 novembre 2007 à 12:00 (CET)
Les アニメ ? (Ah ce que c'est bien foutu l'UTF-8...) rv1729 16 novembre 2007 à 12:03 (CET)

nourriture[modifier le code]

bonjour,

J'aimerais bien savoir du calyk, quelle sorte de poisson serait-il?

Merci.

Pour répondre il faut ... apporter une « nourriture comestible » aux pythies pour qu'elles digèrent le savoir mais à part une question sibylline comme celle-ci avec vous une question à poser ?Yakafaucon 15 novembre 2007 à 20:20 (CET)
D'après son IP, c'est le même sphynx qui nous demandait il y a peu un verbe signifiant enlever son béguin à la hollandaise. Encore dans les mots croisés ? rv1729 15 novembre 2007 à 20:26 (CET)

Il est dans ta propre maison...[modifier le code]

Mes pythites sœurs chéries (je ne me lasse pas de celui là), que les streptocoques laissent en paix vos voies respiratoires pendant tout l'hiver, et que Nanavoso le grand lapin bénisse vos carottes rapées que je souhaites croquantes et abondantes.

Voici ma question : en relisant pour la ennième fois (avec n >> 1) un volume du Génie des Alpages du divin F’murr, je tombe en arrêt pour la ennième fois sur la citation suivante : « Il est dans ta propre maison un inconnu qui te ressemble étrangement, et qui brise tout. »

Je suis sûr que ça n'est pas de F’murr, et même que j’avais ça dans un livre de lecture quand j’étais petit ; et je crois même qu'un peu plus loin, le texte précise : « Son nom est personne » (ce qui n'est pas dans F’murr).

Otez-moi d’un doute, par pitié ! Je vous implore en prosternant mon front chauve devant vos sacrés orteils.

rv1729 15 novembre 2007 à 21:40 (CET) J'aurais p’têt dû demander d'abord à Adrien’, al’ soule savoir ces choses là, mé bon, autant s’adresser à tout le sérail...

"Mon nom est personne" : Ulysse (dans l'épisode du cyclope, si je ne m'abuse). Pour le reste, je ne sais.Gede 15 novembre 2007 à 21:44 (CET)
Le Lapin géant de Yakari, c'est le Nanabozo. C'est un lien rouge en français, mais y'a ça en anglais.--Madlozoz 15 novembre 2007 à 22:09 (CET) comment on fait un lien propre vers un article d'un autre wikipedia, dèjà?
Comme ça en:Nanabozho, ou comme ça - HaguardDuNord 15 novembre 2007 à 23:13 (CET)
Dead Man, le film de jarmush à un personnage qui s'appele personne. Mais il faut rendre à Homer ce qui est à César, Ulysse est certainement la première apparition du jeu de mots Samsa (d) 15 novembre 2007 à 23:20 (CET)
Naaaan mais tout ça je sais ! Je cherche vraiment ce texte mot pour mot !
Et j'ai des livres où c'est écrit Nanavoso, c'est pas que dans Yakari que cet être existe. rv1729 16 novembre 2007 à 07:11 (CET)
Désolé de prendre à cœur mon rôle du gros lourd qui veut toujours avoir raison, mais avant de te contredire, j'ai googlé le mot "Nanavoso" et n'ai trouvé qu'une seule correspondance. Preuve Urbi et Ordi que tes livres on tord et que j'ai raison. Non mais! --Madlozoz 16 novembre 2007 à 18:33 (CET)
Enfin une question culturelle... à laquelle je n'ai pas la réponse, mais je l'attends avec intérêt. Cette phrase est magnifique en tout cas. Il me semble me rappeler que j'avais détecté une fois chez F'murr une réminiscence de Henri Michaux, à propos de l'expression "ils parlent en étranger", mais c'est loin et je n'ai plus les références. Mais qui lit encore F'murr, en ce temps de ravages mangaïques ? C'est bien trop intellectuel pour nos djeunz. Félix Potuit 16 novembre 2007 à 07:19 (CET)

Oui, cette phrase est belle ! Dans mes vagues souvenirs le texte parle du personne dont les enfants accusent leurs bêtises : qui c'est qu'a cassé le beau vase ? C'est personne. Ce qu'il y a de problématique dans F'murr c'est qu'il est parfaitement capable de citer un texte complétement obscur, pour le plaisir, alors que San-A cite Baudelaire histoire de faire remarquer qu'il a des lettres !

La découverte de F'murr à 14 ans fut pour moi un choc comparable à celle de Lautréamont deux ans plus tard Clin d'œil... rv1729 16 novembre 2007 à 08:35 (CET)

Je suppose, évidemment, que vous vous êtes tous rués sur ça [9]. Il n'y a pas la réponse, dommage. Morburre 16 novembre 2007 à 10:22 (CET) (Vous savez que depuis votre jeunesse, les mecs, F'murrr a pris de l'r ?)
Voui, mais ce n'est pas très explicite. Ça pourrait bien être de Syd Barrett, ou tout au moins de Pink Floyd, non ? C'est bien le style... Félix Potuit 16 novembre 2007 à 10:24 (CET)
Après recherches, j'ai trouvé : 1/ une citation de la Bible (Michée, VII, 6) qui dit : "chacun a pour ennemis les gens de sa maison" ; 2/ une citation de Freud : "Le moi n'est pas maître dans sa propre maison". La phrase en question dérive probablement de là ? Félix Potuit 16 novembre 2007 à 10:59 (CET)

Grmmfff. Je note un truc pour quand j'aurai des enfants : conserver tous les livres de lecture du primaire.

Merci de vos efforts...

rv1729 16 novembre 2007 à 11:38 (CET)

Mais non, je sèche. Et si je plussoie avec Félix Potuit sur le plaisir de recevoir des questions comme celle-là, je proteste contre les prétendus ravages des mangas. C'est bien plus nul de voir tout le monde lire dans le métro des livres appartenant au top deux des ventes du moment. Je ne nommerai personne Adrien' [1729] 16 novembre 2007 à 13:41 (CET)

Pour poursuivre dans le hors-sujet : il y a des mangas remarquables, tant par le dessin que par le scénario. Mais il faut reconnaître qu'ils ne sont ni dans le top un ,ni le top deux... Morburre 16 novembre 2007 à 14:04 (CET)

A propos des zeuros (ou des heuros ?)[modifier le code]

Bonjour

J'aimerais savoir pourquoi j'entends presque tout le monde prononcer 10 € "dizeuro" et 20 € "vin heuro", alors que les mêmes personnes, pour 10 ans et 20 ans, disent "dizan" et "vin tan", en faisant la liaison ? De même pour 3 € (prononcé "troi heuro") et 3 heures ("troi zeures"), ou pour 80 € ("quatre vin heuro") et 80 ans ("quatre vin zans"), de même pour 100 € ("san heuro") et 100 heures ("san teures"), pour 200 € ("deu san heuro") et 200 européens ("deu san zeuropéens") ? Y aurait-il trois cas pour les mots commençant par les sons a, eu, i, o, u : les voyelleset les h non aspirés (une anche de clarinette = "u nanche", des anches = "dé zanches", des heures = dé zeures", des hôtes = "dé zotes"), les h aspirés (une hanche = u ne hanche", des hanches = dé hanches", des hottes de père Noël = "dé hottes"), et le mot euro avec un traitement si bizarre ?

Bonjour
Normalement, il faut faire la liaison avec les -z- euros, mais l'oreille française a été dressée avec la liaison aux (?z?) francs, pour lesquels la liaison était un problème bien moindre. Les habitudes sur le franc se transposent sur l'euro... Michelet-密是力 15 novembre 2007 à 21:56 (CET)
Est-ce que les journalistes professionnels de l'audio-visuel doivent se plier (et jusqu'où ?) aux "habitudes" du grand public - ce qu'ils semblent faire pour la plupart, pour le cas cité du moins - ou essayer de maintenir un certain niveau de langue pour éviter à terme une insécurité et une perte d'intercompréhension dans la langue maternelle ? - Archipel (►discuter) 15 novembre 2007 à 22:31 (CET)
Pour comparer avec ans et heures, je dirais simplement parce que ces termes existent depuis des siècles alors que le mot euro n'est employé tous les jours que depuis seulement 6 ans. Personnellement, quand je ne suis pas sûr de la liaison, je préfère ne rien dire plutôt que de me tromper, je dis dont souvent 100 heuros ou 200 heuros. Ericdec
J'avoue ne pas savoir ni comprendre ! En Wallonie, on dit « centans » pour 100 ans mais, très souvent, « cenzeuros » pour 100 euros... Peut-être que l'impact psychologique de la nouvelle monnaie a modifié la donne ? En néerlandais, cela ne semble pas être le cas, mais « honderd » (100) est invariable, « honderden » (le pluriel) signifiant « centaines ». Passez une bonne nuit à y réfléchir... --Égoïté 15 novembre 2007 à 23:32 (CET)

Ericdec a parfaitement raison : dans notre tête la liaison dépend vraiment du mot qui suit, personne ne fait d'erreur avec « an », par contre avec un mot nouveau... il faut faire des efforts... rv1729 16 novembre 2007 à 07:08 (CET)

Les règles théoriques de liaison sont inconnues de la majorité des gens, qui ne font que répéter ce qu'ils entendent de sources qui leur paraissent autorisées. Comme la principale d'entre elles est le JT, et que les présentateurs du JT et les journalistes sont eux-mêmes ignares, tout le monde préfère finalement dire des heuros pour éviter de se ridiculiser en faisant des liaisons mal-t-à propos. C'est la décadence générale, messieurs-dames. Félix Potuit 16 novembre 2007 à 07:12 (CET)
L'habitude... On a l'habitude de mettre un son 'z' devant un pluriel (des zeuros) mais pas un 't'. Même parfois, on fait des liaisons mal-t-à-propos (entre quatre-z-yeux). De plus l'orthographe de deux-cent[s] est complexe (je sais, deux-cents mais deux-cent-un), alors on évite de se poser la question... --Serged/ 16 novembre 2007 à 08:41 (CET)

Nazisme[modifier le code]

Bonjour, je m'intéresse à l'histoire et à la politique et j'aime analyser les choses de la manière la plus objective possible. Je suis contre les extrémismes politiques, principalement le communisme et le nazisme. Même sans aimer le communisme, je peux lui trouver certains points positifs. Le problème, c'est que je ne parviens pas à trouver de points positifs au nazisme, même en étant le plus objectif possible. Or, toute chose possède un aspect positif et un négatif. J'aimerais donc savoir si vous pouviez trouver des aspects positifs au nazisme (je sais que la question est délicate). Merci!

Uniquement dans le cadre de la réflexion, je vous fais part de ce que quelques adolescents (+/- 16 ans) viennent d'écrire dans un devoir sur le nazisme – et je précise qu'ils ne sont pas suspects d'adhérer à cette idéologie :

« Le trait le plus séduisant de l'idéologie de Hitler était son optimisme. Ce n'était pas simplement son esprit mais son message qui portait une excitation contagieuse. Il était un Messie séculier proclamant une version germanique de la « Bonne Nouvelle ». La possibilité de la réconciliation des classes, les plans pour une renaissance nationale, l'identification d'un ennemi universel dont l'élimination inaugurerait le millenium, tout cela remuait son public en profondeur. »

Leurs conclusions viennent de la consultation de nombreux sites sur internet. --Égoïté 15 novembre 2007 à 23:39 (CET)

Allez, je me lance Clin d'œil. Je vais essayer de répondre en toute objectivité, sans cautionner bien sûr le nazisme (je pense qu'il est inutile de préciser pourquoi).
1/ La question est intéressante. Il m'a fallu me la poser également devant mes élèves de 1ère l'an dernier, qui étudiaient à la fois le communisme et le nazisme.
2/Quelques points positifs (au moins sur le papier) :
  • Le programme social : c'était un des points majeurs du programme national-socialiste, avant son arrivée au pouvoir. Il a d'ailleurs permis au NSDAP de récupérer pas mal d'électeurs de la gauche. Ce programme était particulièrement axé sur la redistribution des richesses et la nationalisation des grandes entreprises. Il a permis de faire sortir l'Allemagne de la crise de 1929, qui l'avait particulièrement touchée. Cela a aussi permis de retrouver le plein emploi.
  • Les grands travaux : en lien avec le programme social. Construction d'autoroutes, de grands ensembles de logements, de grands bâtiments. D'où embauches massives, d'où baisse du chômage. Mais également grande activité dans les industries de l'armement.
  • Politique monétaire isolationniste, qui a redonné au Mark allemand sa valeur (après des années d'inflation terrible)
  • Sur le plan "moral", effectivement, le nazisme a donné au peuple allemand l'illusion de la puissance et lui a rendu une sorte de fierté. Mais d'une part, toute la population n'y a pas adhéré, d'autre part, étant données les conséquences, je ne pense pas qu'on puisse parler de point véritablement positif.
3/ à lire sur le sujet : Sebastian Haffner, Histoire d'un allemand, Actes Sud 2003 (pour la traduction française) : le récit, par un allemand lambda, de la montée du nazisme. L'auteur s'est exilé en Angleterre dès 1938, mais donne une explication extrêmement intéressante de la raison pour laquelle le nazisme a pu attirer les allemands.
En espérant avoir répondu à la question, --Serein [blabla] 15 novembre 2007 à 23:52 (CET)
J'appuie de tout mon poids le conseil de lecture de Serein : lire Haffner ! rv1729 16 novembre 2007 à 07:06 (CET)
Je trouve que c'est plutôt une bonne analyse de la chose, abstraction faite de toute considération morale. Est-ce positif, c'est moins sûr. Morburre 15 novembre 2007 à 23:50 (CET)
Excellente réponse ! Les pythies ont le droit de se féliciter entres-elles Yakafaucon 16 novembre 2007 à 04:49 (CET)
Il me semblerait bien étonnant que tant de millions d'Allemands aient adhéré au nazisme si celui-ci n'avait pas été perçu à l'époque comme comprenant des points positifs. Ce qu'il en est advenu est une autre histoire. Il faudrait commencer par se replonger dans le contexte de l'époque, car il est un peu trop facile de juger confortablement depuis son fauteuil en 2007 ce qui s'est passé dans un pays étranger 70 ans auparavant. Nous n'y étions pas. Je me méfie aussi terriblement de ceux qui veulent absolument présenter Hitler comme étant l'incarnation du mal absolu. C'est une manière classique de se fixer un point de repère intellectuel commode permettant de s'auto-valoriser, le sous-entendu étant: nous, finalement, on vaut quand même mieux. Je ne vois pas en quoi Hitler a été pire que Staline ou Pol Pot, ou tel ou tel dictateur africain par exemple (ou en quoi les Nazis ont été pires que les Espagnols ou les Américains vis-à-vis des Amérindiens). Il était simplement plus proche de nous (géographiquement), et nos parents ont subi plus directement les conséquences de son action. On peut par contre se demander comment il se fait que la communauté internationale (tellement civilisée, éduquée, moderne, compréhensive) continue à tolérer sans broncher des génocides à droite et à gauche, ou des refus d'admettre des génocides (de la part de la Turquie par exemple). Pour moi, Hitler était simplement un catalyseur, apparu au "bon" moment (si on peut dire), qui a permis à des millions de gens, Allemands ou non, de laisser apparaître l'ignominie (plutôt que: la bête) qui était en eux, comme elle est toujours en chacun de nous. Elle n'attend que des circonstances favorables pour réapparaître. Félix Potuit 16 novembre 2007 à 07:40 (CET)
D'ailleurs, le nazisme n'a pas seulement séduit les allemands mais une grande partie du monde. On retrouve des partis authentiquement nazis aux états-unis, avant guerre, mais plus généralement les doctrines économiques et sociales développées par le NSDAP on fait l'objet de commentaires élogieux dans beaucoup de démocraties — pem 16 novembre 2007 à 09:33 (CET)
La lecture des « Les Origines du totalitarisme » par Hannah Arendt est un préambule (a mon sens) incontournable à l'étude des totalitarismes. — pem 16 novembre 2007 à 10:12 (CET)

La suite des débats, un peu éloigné de la question initiale, a été déplacé sur Discussion Wikipédia:Oracle#Nazisme. Les commentaires, reproches et insultes peuvent se faire sur ma page de discussion... HaguardDuNord 17 novembre 2007 à 10:30 (CET)

Et la litière du chat ?[modifier le code]

Oracle, toi qui es très scient, sans doute pourras-tu m'éclairer sur un point domestique en apparence futile et cependant douloureux. La grande mode est de jeter l'anathème sur les sacs en plastique tels que ceux (de moins en moins) distribués aux caisses des supermarchés, pour des raisons que chacun comprend. Fort bien. Or dans mon cas, ces sacs m'étaient extrêmement utiles pour recevoir la litière souillée du ou des chats, avant de les fermer hermétiquement et les jeter à la poubelle (les sacs, pas les chats). Comme tu l'as remarqué dans ta grande sagesse, la litière du chat pue, et on ne peut pas décemment la jeter simplement dans le sac-poubelle de 20, 30 ou 50 litres habituellement utilisé sans devoir immédiatement fermer ce sac et le jeter, même s'il n'était pas plein. Maintenant qu'il n'y a quasiment plus de sacs plastiques, comment te débrouilles-tu, Oracle, avec la litière de tes chats ? Est-ce que par hasard le but ultime de toute cette opération ne serait pas de faire simplement acheter par les consommateurs ce qu'ils recevaient gratuitement auparavant ? Que préconisent nos amis écologistes à ce sujet ? Merci d'avance, que tes chats soient en bonne santé toute l'année, et que leur litière pue le moins possible. Félix Potuit 16 novembre 2007 à 08:06 (CET)

C'est ces pseudos écolos qui veulent nous faire consommer plus ("recycler" le verre, par exemple, alors qu'avant les bouteilles étaient consignées). En attendant, tu fais des stocks. Sinon, il existe des sacs poubelles de moins de 50 litres ! (5 litres, je crois, pour les poubelles de salles de bain). --Serged/ 16 novembre 2007 à 08:47 (CET)
Faut pas tout mélanger, ce sont les grandes surfaces qui ont fait chier le monde jusqu'à que les consignes disparaissent ; pas les écolos. Le recyclage est un moindre mal. rv1729 16 novembre 2007 à 08:58 (CET)
Donc, c'est bien ce que je dis : je vais continuer à polluer la planète avec des sacs plastiques (vu que je n'ai pas d'autres solutions), seulement maintenant je les paierai. Quant aux économies effectuées par les grands surfaces sur la distribution de sacs, je ne vois pas qu'elles aient été répercutées sur les prix de vente. De même que je ne vois pas que le tri que je suis obligé de faire de mes déchets (ce qui constitue un travail non rémunéré) ait été répercuté sur le montant de mes impôts locaux, ou de ma taxe sur les ordures ménagères (au contraire !) Pourquoi apparemment personne ne se pose jamais ce genre de questions ? Félix Potuit 16 novembre 2007 à 09:03 (CET)
Parce que tu es là pour les poser ! Et à propos de la pollution par les sacs en plastique, puisque de toutes façons tu vas devoir les payer, tes sacs... tu peux essayer de trouver ceux qui sont fabriqués à partir de maïs et qui sont recyclables. --Égoïté 16 novembre 2007 à 09:21 (CET)
Certes, certes. Mais tu ne vois pas le point que je dénonce : puisque de toutes façons tu vas devoir les payer : et pourquoi de toutes façons ? Ne pourrait-on envisager de ne pas faire porter les sacrifices sur les seuls consommateurs moyens ? Pourquoi, toujours, cette résignation passive et moutonnière ? Félix Potuit 16 novembre 2007 à 10:05 (CET)
C'est pas bien de relancer un troll sur les maïs OGM. Comment on recycle un sac plastique rempli de caca de chat ? ça me rappelle cette inscription lue un jour sur un emballage de paier hygiénique : Papier recyclable. Je vous jure que c'est vrai. Morburre 16 novembre 2007 à 09:44 (CET)
Mais Félix, n'as-tu jamais remarqué que l'homme fait plus attention et exploite au maximum un truc qu'il a payé, contrairement à ce qu'il a gratuit ? De même, les consignes devaient être plus efficaces que le recyclage car ça rapportait. Ainsi va l'homo economicus... Quant au recyclage, ca coute quand même plus cher à traiter pour la collectivité que tout foutre à la décharge comme dans le temps, et le travail que tu fais n'a jamais été à la charge de la collectivité. HaguardDuNord 16 novembre 2007 à 10:13 (CET)
Concernant les consignes sur les bouteilles en verre, il faut savoir qu'un bilan écologique indiquera un résultat négatif dans le cas d'une réutilisation directe, car le lavage et la stérilisation des bouteilles ont un plus grand impact que la fabrication de nouvelles bouteilles. Le tri par contre permet de récupérer un matériau de grande pureté pour des applications nécessitant une hygiène plus faible. Si vous ne voulez pas trier, si vous rouspétez contre les taxes de récupérations, et autres soucis, il suffit de ne pas consommer. Concernant la litière du chat, celle-ci n'est pas biodégradable? Si oui, n'y-a-t-il pas un moyen de s'en défaire dans les déchets verts? Et sinon, faut supprimer le problème à sa source, c.-à-d. laisser son chat libre de ses mouvements et le laisser faire ses besoins dans la nature. Je ne suis pas écolo, mais je déteste les gens qui se plaignent alors que leurs choix de vie sont à la source de leurs problèmes. On ne peut pas prendre que les bons côtés, désolé.
Amusant, cher anonyme. Pour résumer, c'est bien fait pour ma g... si je n'ai pas les moyens d'avoir une grande maison à la campagne pour y loger mon chat et le laisser courir en liberté ? Les citadins n'auraient donc pas le droit d'avoir de chat : théorie intéressante. De plus, je ne rouspète pas contre les taxes, mais contre l'escroquerie qui consiste à faire toujours tout payer aux mêmes sous des prétextes vertueux, alors que d'autres se font du pognon sur les mêmes arguments fallacieux, sans aucune contrepartie (ex: pour les grandes surfaces, c'est tout bénéf). On a les mêmes arguments avec la dramatisation de la fin du pétrole : puisque nous, sales pékins de consommateurs, avons bouffé tout le bon pétrole dans nos Ford Fiesta, nous allons le payer beaucoup plus cher, bien fait pour nous ! (et surtout pas un mot des marges que se font l'Etat et les pétroliers sur le litre d'essence). Faut-il que nous soyons conditionnés, lessivés cérébralement, pour accepter de tels sophismes et applaudir des deux mains en plus ! Comme quoi, 1984, effectivement, c'est passé, on est déjà bien au-delà. Là, l'argument suivant du contradicteur est : peut-être, mais on ne peut rien faire, et tout ce qu'on pourrait envisager de faire sera inutile, voire contre-productif. La véritable langue de bois du pouvoir, quoi. Félix Potuit 16 novembre 2007 à 14:16 (CET)
Si je suis le contradicteur, alors permettez-moi de m'exprimer sans sortir vos préjugés. Plutôt que de vous considérez comme une victime et chercher les fétus de paille dans les yeux de vos voisins, affranchissez-vous du système. Cela demande des sacrifices, mais cela donne enfin le droit de critiquer. Si vous trouvez que les supermarchés sont des voleurs, pourquoi continuer à vous fournir chez eux? Vous êtes-vous déjà demandé si le prix de ces fameux sacs en plastique n'étaient pas pris sur le bénéfice des supermarchés ? Et si ce n'est pas le cas, n'êtes-vous pas content de payer quelques centimes pour des sacs alors que ces entreprises vous permettent d'économiser des euros au travers de leurs politiques aggressives d'achats ? Votre remarque sur le pétrole et le profit de certains est révélatrice d'une certaine jalousie: si vous trouvez cela indécent, alors n'y participez pas; ni l'Etat ni les pétroliers ne vous obligent à acheter de l'essence.
Bigre, je jette l'éponge. Tant de perspicacité me foudroie. Félix Potuit 16 novembre 2007 à 15:38 (CET)
Ça t'apprendra à poser des questions pernicieuses. T'as qu'à parler du nazisme, comme tout le monde. Morburre 16 novembre 2007 à 16:00 (CET)
Z'etes tous des nazis (voila, le point Godwin est enfin atteint) — pem 16 novembre 2007 à 17:09 (CET)

N'oubliez pas que la présence de sac plastique dans les poubelles incinérables facilitent leur combustion...à tel point qu'en Suisse, où le tri sélectif est hyper évolué...(5 à 6 poubelles différents par foyer (papier, alu, déchets vert, verre (trié par couleur s'il vous plait), fer blanc, textile, incinérables, huiles végétales, huiles minérales, plastiques recyclables...))...les incinérateurs ont du mal à brûler les déchet par manque de combustible efficace...alors...perso, j'utilise des sacs plastique de magasin comme poubelle incinérable, et je ne vois pas la différence entre utiliser celles-ci ou un sac poubelle en plastique acheté...au final, c'est un sac en plastique.....ce qui craint le plus, c'est d'abandonner les sac en plastique dans la nature...car ils mettent longtemps à se dégrader...et c'est là que les sac en mais sont meilleurs, car en quelques mois, ils se désagrègent....comme d'habitude, on éteint le feu au lieu de l'empêcher de s'allumer...en éduquant les gens à ne plus jeter à tord et à travers dans la nature, on améliore les choses....cela dit, je trouve bien plus intéressant d'utiliser des sac en tissu...on peu les réparer et c'est hyper solide...en ce qui concerne les déchets de chat...je ne vois pas de meilleur solution que celle de trouver des sac en plastique de taille adaptée, gratuits on non....désolé....--SuperManu SuperMessage 16 novembre 2007 à 11:43 (CET)

Ou alors, incinérer directement le chat. Morburre 16 novembre 2007 à 12:38 (CET)
Je viens de changer d'opinion quant à la signification de felix potuit ! Félix... parce que « chat » ! A propos Félix, si tu créais les pages « atrabilaire » et « cacochyme » ? sorry ! mais je me défoule après travail intense ! --Égoïté 16 novembre 2007 à 13:45 (CET)
Théorie des humeurs... c'est le rouge de la honte. rv1729 16 novembre 2007 à 13:56 (CET) Bon en fait il y a Médecine en Grèce antique. rv1729
Alors là, j'ai bien envie de mettre un "ref necessaire" à SuperManu au sujet des incinérateurs qui ont des problèmes pour brûler les déchets. Je bosse en partie dans la branche et j'ai pas mal discuté avec des directeurs d'UIOM (usine d'incinération des ordures ménagères) et pas un ne m'a confirmé qu'ils avaient des problèmes de combustion, au contraire, ils mettent ça dans la catégorie "légende urbaine", tout comme ceux qui pensent (si si, on entend de tout) que le verre dans la poubelle, ça aide à nettoyer (???) les fours. Il y a (même en suisse) bien assez de gens qui ne trient pas encore leurs déchets et surtout bien assez de plastiques facilement combustibles dans nos poubelles pour que ce "problème" n'en soit pas un. Réduire les plastiques a un impact sur le pouvoir calorifique, mais pas sur la capacité des déchets à bien brûler. On voit plutôt le problème inverse d'ailleurs, des stocks temporaires qui brûlent tous seuls. Pour ce qui est des sacs plastiques pour la litière, certes il existe des litières compostable, mais encore faut-il que le ramassage des déchets compostables soient bien organisés dans votre ville/village. Maintenant, il est plus écologique et pas plus cher pour le consommateur de prendre fruits et légumes en vrac...dans des petits sacs plastiques qui feront très bien l'affaire pour la litière. ça reste du plastique, mais on fait avec ce qu'on a hein --Elleka 16 novembre 2007 à 16:41 (CET)

recherche d'information[modifier le code]

bonjour je fais une recheche sur la psychologie de travail et j'aimerais bien avoir des information sur la communication dans le monde de travail merci

C'est un vaste sujet qui mérite une étude plurifocale un lien , le mieux est de chercher les dizaines d'articles et d'ouvrages qu'on peut trouver sur Internet avec les mots clés : communication monde du travail et d'en faire une compilation. Yakafaucon 16 novembre 2007 à 10:39 (CET)

Hippique c'est typique (qui s'y frotte...)[modifier le code]

Bonjour chères Pythies, ce vendredi 16 novembre 2007, à Lyon-Parilly il y a des courses de chevaux (avec PMU) Pouvez vous me dire qui va gagner la 7ème course Voici les partants :

1 FLEUR ENCHANTEE 14 F.FORESI 60 kg

2 ROYALE WOMAN 3 T.THULLIEZ 58 kg

3 CHELSEA 13 D.BOEUF 58 kg

4 QUALITE CONTROLEE 9 F.BLONDEL 57 kg

5 RUSALKA 4 I.MENDIZABAL 57 kg

6 ORACLE 12 JB.HAMEL 56 kg

7 EL VALIENTE 11 A A.SANGLARD 56 kg

8 VINORINE 1 J.VICTOIRE 56 kg

9 DEGLET NOUR 7 M.BLANCPAIN 56 kg

10 SAINTE SYLVANIA 6 Y.LERNER 55 kg

11 HOLYSTORM 8 B A.HARLOT 55 kg

12 ANTORI 5 JM.QUENU 55 kg

13 OUA LA TA 2 A T.DACHIS 55 kg

14 RINGCAT 15 S.RUIS 52 kg

15 EVER ROYALE 16 B G.PARDON 52 kg

16 BLONDE DES AIGLES 10 A.CRASTUS 51 kg

Merci beaucoup de me répondre ... avant l'arrivée de la course (16 h 05). utilisateur masqué Yakafaucon 16 novembre 2007 à 10:17 (CET)

51 kg ? C'est pas un peu léger pour un cheval de course ? — pem 16 novembre 2007 à 10:24 (CET)
51 kg c'est le poids du jockey + selle + étriers + harnachement casaque + plomb dans la selle pour atteindre ce poids ( jockey : 48kg, selle 600/800grammes+ harnachement casaque(+bottes):300/400 gr le reste est le lest avec des plaques de plomb) Yakafaucon 16 novembre 2007 à 10:30 (CET)
Je suppose que ce poids, s'il inclut la selle du cheval, ne contient pas de selles de jockey — pem 16 novembre 2007 à 10:35 (CET)
Je ne voudrais pas être trop à cheval sur les détails mais je crois que c'est le cheval qui court et le jockey est sur le cheval ! Yakafaucon 16 novembre 2007 à 10:42 (CET)
Sauf dans le cas des courses vraiment rigolotes — vous savez, les courses a saut d'obstacle ou le monteur et la monture changent régulièrement de role ? — pem 16 novembre 2007 à 10:45 (CET)
Boule de cristal L'Oracle n'est pas devin. Comme indiqué en haut de sa page, il ne considère que les questions d'ordre encyclopédique. Compatissant néanmoins aux incertitudes humaines, il espère que vous survivrez à ces tergiversations.
Je suis désolé de jouer les rabats joies, mais si les pythies commencent à poser des questions de ce genre, on ne va pas s'en sorte. Le balai me démange...

HaguardDuNord 16 novembre 2007 à 10:52 (CET)

Quand le balai démange, il faut le gratter ! Mais pour une fois qu'un cheval s'appelle Oracle !! Ça m'a aussi démangé de le signaler Yakafaucon 16 novembre 2007 à 14:48 (CET)

En tout cas, je peux déjà prédire que la prestation de Deglet Nour fera datte. Félix Potuit 16 novembre 2007 à 14:19 (CET)
HaguardDuNord ! Tu ne peux pas nier qu'indépendemment de la valeur encyclopédique qu'elle recelle — pauvre — cette blague justifie a elle seule le post ? — pem 16 novembre 2007 à 16:00 (CET)
Quant aux yaourts jockeys, le numéro 3 n'a pas vraiment un patronyme « hippique » tandis que le nom du numéro 8 est tout ce qu'on lui souhaite ! Blue [ -02- ] 16 novembre 2007 à 15:49 (CET)
En revanche, on accordera au numéro 15 son patronyme en cas de défaite... Blue [ -02- ] 16 novembre 2007 à 15:51 (CET)
Je peux vous donner l'arrivée 10/16/6 et ORACLE le numéro 6 est bien arrivé 3ème. Vive l'Oracle et vive(nt) les Pythies (même les pythies grincheuses, je ne suis pas rancunnier) Clin d'œil Yakafaucon 16 novembre 2007 à 16:32 (CET)
Probable que je n'ai pas avoir d'humour aujourd'hui, je n'avais même pas souri. Mais que les pythies mettent 3 bandeaux pour appeler à la retenue les quémandeurs et qu'on n'affiche pas entre nous cette même retenue m'irrite en effet un peu. L'Oracle n'est pas le Bar du commerce, ya Discussion Wikipédia:Oracle. Pour plus de provoc, je dirai qu'on n'est là pour le client, et non l'inverse. En compensation, aucune pythie n'est obligé de répondre si elle ne se considère pas assez considérée. Grincheux
Ya des jours comme ça. Je t'offre un coup à boire ? Morburre 16 novembre 2007 à 23:22 (CET)

Contraintes physiques d'une bouteille de soda en plastique[modifier le code]

Bonjour ô pythies omniscientes,

Dans le cadre d'une introspection personnelle sur le sens intrinsèque du glandage au boulot, j'aurais voulu avoir la réponse à cette question qui me taraude depuis mon plus jeune âge: Quelle est la pression maximale supportée par une bouteille standard de boisson gazeuse d'1,5L.

Je vous remercie par avance d'accorder du temps aux états d'âmes du bas peuple.

Comme on disait chez Rolls-Royce à propos de la puissance des moteurs : la résistance à la pression des bouteilles en plastique est suffisante. Morburre 16 novembre 2007 à 13:56 (CET)
La pression qui vient de l'intérieur ou de l'extérieur?
Je parlais de la pression interne maximale avant explosion de la paroi en plastique. La pression qui vient de l'intérieur est toujours plus interessante, mais n'a pas forcément la meilleure odeur.
Beaucoup ! Un commercial de chez caca colla m'expliquait que les bouteilles plastiques sont embouteillées avec une pression supérieure aux canettes et aux bouteilles en verre : En effet le plastique est légèrement poreux et la pression baisse plus vite.
D'après en:Bottle, une bouteille plastique supporte une pression de 2 à 4 bars --Serged/ 16 novembre 2007 à 15:03 (CET)
4 bars ca fait quand meme pas mal, meme si c'est pas le poisson que je préfère. C'est costaud ces petites choses toutes légères en plastique. Je serais curieux de savoir combien d'homme.heures ont-elles été nécessaires pour aboutir à ce chef-d'oeuvre d'ingéniérie. Mais où pourrais-je bien poser ce genre de question ?
Néanmoins, il y a généralement plus de bouteilles dans un bar, que de bars dans une bouteille. Morburre 16 novembre 2007 à 15:55 (CET)

Ah, c'est un calcul assez classique en résistance des matériaux : les contraintes dans un cylindre fermé soumis à une pression interne. Dans notre cas, l’épaisseur de la bouteille peut-être considérée comme faible devant le rayon, ce qui simplifie considérablement le calcul. Il existe alors deux types de contraintes : une, , qui est dite axiale ou longitudinale (elle s'exerce le long de la bouteille) et une, , qui est dite tangentielle ou de cisaillement. Il faudrait un petit dessin pour bien comprendre tout ça et j'en ai trouvé un sur ce site. Parmi les autres hypothèses que je fais : je considère le matériau comme étant isotrope et je ne prends pas en compte le gradient de pression dans le fluide dû à la gravité. Bref… le calcul pour les deux contraintes donne : , avec l'épaisseur de la bouteille, son rayon et la pression à l'intérieur (il s'agit d'une pression relative, autrement dit quand l'intérieur de la bouteille est soumise à pression atmosphérique).

Déjà, remarque importante : la contrainte tangentielle est deux fois supérieure à la contrainte axiale. C’est donc celle-là que l’on doit retenir dans le calcul de résistance. Notons d'ailleurs que c'est ce qui explique pourquoi la rupture dans un tuyau sous pression se propage le long de l'axe et pas en travers.

Les bouteilles sont faites généralement polyéthylène, matériau qui peut supporter généralement jusqu'à 100 MPa de contrainte (limite à rupture). Il suffit de vérifier pour quelle pression on atteint cette limite pour voir combien ces bouteilles peuvent résister. Je vous laisse faire l'application numérique en attendant que je mette la main sur une bouteille pour avoir ses dimensions Sourire. Je fais cependant remarquer qu'une personne responsable lors du dimensionnement, prendra plutôt la limite d'élasticité du matériau (environ 50 MPa) assortie en plus d'un coefficient de sécurité, histoire de ne pas avoir à jouer avec le feu. --Sixsous  16 novembre 2007 à 17:14 (CET)

Qui décide chez Wikipédia ?[modifier le code]

Bonjour,

J'essaie depuis hier matin de poser une question "Ventes de licences de programmes informatiques ?", sans succès. J'ai rafraîchi la page de l'oracle, attendu 24h, essayé au Bistro... rien n'apparaît...

Je m'interroge : ai-je oublié une étape (dans ce cas, mille excuses), ou bien quelqu'un décide-t-il, chez Wikipédia, du contenu des forums ?

J'espérais vraiment trouver de l'aide, mais si le débat "logiciels libres/logiciels propriétaire" dérange, pas de problème, je chercherai ailleurs. Isa

Bonjour,
Vous avez peut-être fait une fausse manœuvre ? je vais regarder l'historique de l'Oracle.
En tout cas, ça y est, votre message apparaît ! C'était quoi déjà la question ?
En tout cas, le bon endroit pour les questions juridiques c'est Legifer. rv1729 16 novembre 2007 à 15:00 (CET)

Merci, je vais de ce pas sur Legifer

Non, mais en fait ma question n'est pas vraiment juridique: je travaille dans une petite start-up en Espagne, nous avons développé une technologie unique en Europe, que nous souhaitons comercialiser (2 ans de patates ça va bien !), si possible à un gros distributeur pour pouvoir continuer notre activité, qui est de penser & développer.

Je recherche des cas connus de ventes de licences exclusives de logiciels (prix/ conditions/ protagonistes/ dates...)

Pouvez-vous m'aider ou je vais à Legifer ?

Eh bien je pense que vous êtes au bon endroit pour poser la question ! Pour ma part je ne peux pas vous aider, mais un peu de patience : d'autres seront sans doute plus utiles que moi... rv1729 16 novembre 2007 à 15:32 (CET)
Toutefois n'espérer pas trop, car votre question est très pointue. Il vaut mieux pour vous de chercher du côté des forums spécialisés, tel ici ou autre.

Et bien, merci déjà de m'écouter... je vais m'armer de patience, toute suggestion est bienvenue !

Ceci dit, je souhaiterais souligner qu'il y a bien une censure sur Wikipédia, ce qui me déçoit (d'autant plus que j'aborde un sujet correct et légal, et qu'on m'a censurée sans même m'en avertir)... Je conçois bien que tout le système wiki est basé sur le partage gratuit des connaissances, mais si d'excellents programmateurs inventent de nouveaux logiciels, passant pour ce faire par plusieurs années au pain et à l'eau, n'est-il pas normal qu'il y ait rétribution ? Pourquoi fuir le débat ?

Ça n'est pas vraiment de la censure : sur Le Bistro, votre question n'avait pas sa place. C'est simplement de l'impolitesse, excusable sans doute par la lassitude. N'en concevez pas de rancune, je vous en conjure : la Ouiquipédie est peuplée par des humains, certains sont plus ou moins bien embouchés, on a tous des bons et mauvais jours, etc. rv1729
Vous parler de nouveaux produits basés sur le wiki ou de tout autre logiciel? Dans le premier cas, il existe un règle de base: on vous donne accès gratuitement à un programme et la possibilité de le modifier à conditions de mettre gratuitement le fruit de votre travail à disposition. C'est gratuit contre gratuit et vous êtes averti. Dans le deuxième cas, si après avoir passer beaucoup de temps sur votre programme vous désirer passer beaucoup de temps en recherche de financement, marketing, démarchage, alors vous serez correctement rétribué, sinon, d'autres feront le boulot à votre place et comme ils géreront la fin du système avec la rentrée financière, vous devrez négocier.

Le dernier point que vous abordez est bien mon problème : nous souhaitons vendre le programme à un distributeur important, afin de le lancer à grande échelle, et en retirer un bénéfice qui nous permettra de vivre jusqu'à la prochaine invention. Je recherche des cas réels pour connaître les tenants et les aboutissants d'un tel "deal", savoir-faire contre force de vente. Le logiciel dont je parle est basé, plus que sur le wiki, sur le concept Web 2.0 : il offre la possibilité à tout usager du web, de créer sa page web, totalement animée en flash, photos, videos, textes, documents, et de gérer l'ensemble de ces contenus depuis sa maison, sans l'aide de personne... le blog, en 10 fois mieux! Que les choses soient claires: je ne cherche surtout pas à vendre mon produit sur ces pages, je voulais simplement des infos.. Ok, rv1729, je promets que je n'ai aucune rancune... au contraire, merci pour les explications !

Chère Isa (si c'est bien votre signature). Avant d'accuser Wikipédia de tous les mots, posez-vous quelques questions sur votre démarche. Prenez le temps de vous inscrire à Wikipédia, faites une page personnelle, contribuez à l'encyclopédie, et ensuite vous aurez le droit d'avoir des exigences. Apprenez à signer vos contributions, ça aide au dialogue. Quel est votre problème ? Qui vous fait penser que Wikipédia, le Bistro ou l'Oracle ont la moindre obligation envers vous ? Et d'ailleurs, où sont vos contributions prétendues censurées ? Si vous avez vraiment créé un logiciel qui "offre la possibilité à tout usager du web, de créer sa page web, totalement animée en flash, photos, videos, textes, documents, et de gérer l'ensemble de ces contenus depuis sa maison, sans l'aide de personne" où est le lien qui permet de le tester, de voir le site qui s'en sert ? Demander un service gratuit à des gens en les accusant de censure, c'est effectivement un très bon moyen d'obtenir des informations. Vous avez un effectivement problème, mais il ne vient pas de Wikipédia : quelqu'un qui à un tel mépris des autres ne peut pas avoir créé un logiciel aussi ouvert aux autres que vous le prétendez. A vous de prouver que j'ai tort. --Seymour 16 novembre 2007 à 17:38 (CET)
Il suffit de lire l'historique du Bistro d'hier pour voir qu'on a supprimé sa question à plusieurs reprises sans l'informer du problème sur sa page de discussion. Tu as tort une première fois. Il suffit de lire la contribution agressive dont tu viens de nous faire l'offrande pour constater que tu as tort une deuxième fois : on a toujours tort de déployer une telle agressivité face à quelqu'un dont le seul tort est de ne pas connaître les usages locaux. rv1729 16 novembre 2007 à 18:37 (CET)
« Dans le premier cas, il existe un règle de base: on vous donne accès gratuitement à un programme et la possibilité de le modifier à conditions de mettre gratuitement le fruit de votre travail à disposition » Heu... c'est pas du tout comme ça que je comprends la license GPL. Cette dernière n'interdit pas une utilisation commerciale de ses produits dérivés, non ? --Sixsous  16 novembre 2007 à 17:41 (CET)
Dis-donc, Seymour, je te trouve bien dur. Je ne vois pas la moindre insinuation ni exigence particulière de la part de notre invitée... Quand on compare à d'autres questions qu'on peut nous poser sur l'Oracle je trouve même qu'elle fait preuve d'une rare humilité. Note au passage qu'elle s'est inscrite sur Wikipédia depuis le début. --Sixsous  16 novembre 2007 à 18:06 (CET)
Bon, bon si ISA s'est inscrite, qu'elle apprenne à signer. Par parenthèse, le lien que tu donnes vers sa page perso est rouge. J'en ai marre des gens qui parlent de censure. Où sont ses questions que nous aurions "censurées" ? Où est le lien avec la page de démo de son logiciel génial ? --Seymour 16 novembre 2007 à 18:16 (CET)
T'es marrant, toi, tu crois que ces foutus machins informatiques sont faciles à maîtriser du premier coup ? Laisse-lui un peu de temps. Morburre 16 novembre 2007 à 18:29 (CET)
Ce n'est pas parce que le lien est rouge que le compte Wikipédia n'existe pas : il existe bien des contributions qui lui sont attribuées. Le lien est rouge parce que la page utilisateur n'a pas encore été éditée.
Quant aux gens qui passent leur temps à crier à la censure, crois-moi, je partage entièrement ton exaspération, mais reconnais qu'il y a quand même une différence entre ceux qui le font – trop souvent hélas – quand ils sont à court d'argument pour essayer d'imposer leurs opinions engagées dans les articles, et ceux qui le font parce qu'ils n'ont pas encore bien compris ce qu'était le projet Wikipédia (par exemple plus haut, Isa utilise le terme « forum ») et ne savent pas trouver de terme plus heureux quand ils s'aperçoivent leurs questions ont été effacées. Note au passage que malgré le fait que sa question ait été effacée hier plusieurs fois sur le Bistro personne jusqu'à aujourd'hui n'avait pris la peine de lui expliquer qu'elle était posée au mauvais endroit. Personne ne lui a encore expliqué pourquoi le terme « censure » prenait un sens tout particulier sur Wikipédia. Bref, ne mordons pas les nouveaux. --Sixsous  16 novembre 2007 à 19:31 (CET)

Bien le bonjour à tous,

Et bien, depuis mon départ vendredi 17h30, quel débat... Je ne pensais pas soulever de tels remous, apparemment j'ai touché des points sensibles. Désolée, c'est la "ptits nouveaux's touch" !

1/ Ma démo : [10] www.iavant.com. Attention c'est en espagnol, c'est une béta, pas finie. S'inscrire = Registrarse, Prénom = Nombre, Nom de famille = Apellidos... Je compte sur vous pour me faire passer vos commentaires avisés.

2/ Quant aux trucs & astuces, je vais lire plus à fond les bons conseils de wikipédia. Je viens déjà de comprendre comment signer, dater, et le coup des liens externes. Je ne sais pas ce que tu en penses Seymour, mais moi je me trouve pas mal --Isa.escrivant 19 novembre 2007 à 11:51 (CET)

Bien entendu, je te présente toutes mes excuses, puisque ta bonne volonté et ta bonne foi ne peuvent être mises en cause. En te présentant, même en deux lignes, sur ta page perso, tu as déjà fait plus que 95 % des inscrits à Wikipédia. Je suis aussi heureux que tu ais apris à signer. Ma colère n'est pas contre ta personne, mais contre ceux qui hurlent à la censure sans s'être donné la peine de comprendre la logique de Wikipédia. C'est une communauté d'environ 10 000 personnes, qui tentent de travailler à un projet commun en se donnant des règles admises par tous. C'est laborieux, forcément compliqué, difficile d'accés pour les nouveaux, conflictuel, mais en principe, l'historique de toutes les contributions sont sauvegardées. Le mot censure nous rend collectivement nerveux, parce qu'il est le plus injuste. --Seymour 19 novembre 2007 à 16:26 (CET)

marketing et comportement d'achat[modifier le code]

Bonjour,

j'espère connaître la stratégie du marketing dans le monde et précisément en Tunisie, et encore le comportement d'achat des produits textiles de la part de l'homme (précisément de la part de la femme "active") dans le monde et précisément en Tunisie.

merci pour votre coopération,

Le sujet est trop vaste pour être discuté ici. Je vous conseille de lire des bouquins à ce sujet ou de suivre des cours de marketing. Ericdec
Je dirais plutôt qu'il est trop pointu. Mais un peu de patience, nos pythies ont parfois des ressources étonnantes. rv1729 16 novembre 2007 à 15:58 (CET)
En France, les études du comportements d'achat sont analysé par le CREDOC et son inénarrable patron Robert Rochefort (l'invité permanent d'Yves Calvi). Mais c'est payant a priori. Je ne sais pas si de telles études existent en Tunisie mais c'est fort probable. La tendance veut que la femme est de moins en moins prescriptrice pour son mari, l'homme occidental s'ayant éveillé aux joies lucratives (pour les marchands) de la mode. Se rapprocher du ministère du commerce tunisien peut-etre, ou des représentants du secteur de l'habillement. HaguardDuNord 16 novembre 2007 à 20:57 (CET)

Tout et Rien[modifier le code]

Le scénario temporel de l’expansion de l’univers

Chers Pythies, vous qui puisez votre omniscience de l'inspiration divine, je sollicite un oracle pour combler mon Vide et calmer mon angoisse qui m'accable depuis ce matin. J’ai lu les articles DDe millénaire av. J.-C., Dieu et Big Bang qui, bien que très passionnants, ne répondent pas vraiment à mes attentes. Ainsi, j'espère que mon offrande sanglante permettra que [Le Plus que Dieu] puisse parler à travers vos voix unifiées, afin de répondre à ma question en deux volets. Veuillez noter les majuscules font références à l'absolu des mots qui les arborent.

En premier lieu, j’aimerais savoir quelle est la première chose qui Fut, l’Instant zéro, le Départ absolu, l'ultime Élément déclencheur de Tout. Je réitère que les réponses rationnelles du gros BOOM, me laissent dans l'angoisse et la noirceur. Il doit bien y avoir une raison à Pourquoi et Comment Tout Fut? Un dessein intelligent? Pire encore, rien du Tout?

Le deuxième volet de ma question, celui qui est la source de mon angoisse, est très simple. Qu'y avait-il avant l'Instant initial? Y avait-il une évolution quelconque, est-ce que ça bougeait, mangeait, allait quelque part? En quoi consiste le vide absolu dont tout le monde parle, celui d'avant l'instant zéro? Est-ce c'était régit par des forces? Si oui les quelles?

Merci à l'avance chers Pythies pour votre Savoir intelligible, qui ne pourra que faire surchauffer ma matière grise qui vit dans le noir depuis mon lever du lit... Cordialement,
--Antaya 16 novembre 2007 à 16:24 (CET)

C'est la question. Qui est sans réponse. Toute réponse serait pure spéculation. Puisque on ne sait rien qui soit hors de l'univers dont nous faisons partie. Désolé. Mais reprends courage. Le néant te happera bientot (à l'échelle des temps géologiques, tout est bientot, pour l'homme) pour te délivrer de cette question. — pem 16 novembre 2007 à 16:32 (CET)
Le fait de dire qu'il n'y a pas de réponse n'est pas tout à fait juste. Il faudrait dire que la physique et la science ne peuvent pas fournir de réponse. Dès lors 2 possibilités: 1) tu en restes au stade présenté ci-dessus avec le seul néant comme destin et un vide existentiel à gérer, 2) tu passes à la métaphysique. Le problème de ce deuxième choix est de se frayer un chemin dans ce marché aux puces. Le plus simple est de lire quelques livres récapitulatifs sur la philosophie qui te permettont de dégager les grandes questions existentielles, telles que celle-ci, puis de trouver à la lumière de ta raison le système philosophique qui convient le mieux. Bonne chance
Une spéculation, fût-elle méthaphysique, c'est une spéculation, pas une connaissance. Donc la réponse est bien : on ne sait pas. Gede 16 novembre 2007 à 16:57 (CET)
Mais toutes les théories physiques sur le Big Bang sont des spéculations, du moins à mon avis, car peut-on dire que l'on sait comment les choses se sont passées 10 secondes après le BigBang ? On a une théorie et des modèles scientifiques qui nous permettent de faire des jolies simulations, il est vrai ces théories sont validés par des expériences, mais est-ce pour autant des moyens sûrs pour se projeter dans le passé? Au finish on a des théories scientifiques ou des spéculations métaphysiques, mais cela se ressemblent.
Aucun savoir n'est absolu. Cela ne veut pas dire qu'il ne se distingue pas de la croyance ou de la spéculation. Le savoir scientifique n'est pas une croyance métaphysique. C'est tout. La technique rhétorique du passage à la limite (le savoir scientifique est imparfait, donc il n'est qu' une croyance) est celle du relativisme, qu'elle qu'en soit la motivation. Mais ce n'est qu'une technique rhétorique. Gede 16 novembre 2007 à 18:49 (CET)
Non, là non, cher anonyme : on ne peut pas dire ça. D'un côté tu as des théories qui peuvent être mises à l'épreuve par des expériences et des observations (par exemple en observant le fond diffus cosmologique) susceptibles de les réfuter (en épistémologie on parle, depuis Popper, de falsifiabilité ; le concept est un peu daté, mais reste opérant, du moins je persiste à l'aimer bien même si en épistomologie moderne il semble très critiqué) ; et de l'autre côté des philosophies, religions, spéculations métaphysiques, qui ne prédisent rien sur aucune observation, mais donnent une façon d'envisager le monde quand on est un animal humain.
Note que rien ne permet de départager deux théories physiques qui font des prédictions identiques, sauf peut-être le rasoir d'Ockham. rv1729 16 novembre 2007 à 18:59 (CET)
Ca permet en effet de trancher, parce qu'il coupe très très bien — pem 16 novembre 2007 à 19:03 (CET)
Bonjour ! Quelle question magnifiquement posée — merci pour l'offrande, j'adore les brochettes, et c'est toujours de saison.
Peut-être pourrais-tu lire nos élucubrations de la semaine passée ? Ça parlait de choses voisines.
rv1729 16 novembre 2007 à 17:13 (CET)
Wow! Sans le savoir, le titre de ma question "Tout et Rien" est vraiment bien adapté! J'ai tout lu vos élucubrations mes chers Pythies omniscients et laissez-moi vous dire que vous êtes drôlement intelligents! Non seulement j'ai tout lu, mais je me suis aussi tapé les conférences proposées par Olivier Hammam (O.M.H), et ce fut des moments fort passionnants; je suis encore plus angoissé que ce matin! Mais j'aime beaucoup la réplique très simple de Félix qui dit que notre cerveau n'est pas adapté pour [le] comprendre. Il faudra peut-être attendre un 2e ou un 3e Einstein... peut-être un centième!
C'est vrai, bien que d'un haut niveau intellectuel, je suis resté très simple (et modeste). Toutefois j'ai dû préciser que ce n'était qu'une hypothèse, ou quelque chose dans le genre. Juste pour éviter les NPOV et autres {références nécessaires}. Félix Potuit 16 novembre 2007 à 21:32 (CET)
Pour tout dire, chers divinités omniscientes et sans vouloir relancer ces questions sans réponses, hier soir j'ai écouté le film Une brève histoire du temps de Stephen Hawking, dont j'avais lu le livre au préalable... et laissez-moi vous dire que j'était dans tous mes états parce que jamais je n'avais osé me poser la question : « Dans quoi sommes nous et pourquoi y faire ». Après le film de Hawking, j'ai été dans le bain et j'ai laissé aller mes pensées. Je me suis imaginé, sans corps avec ma seule conscience, flotter dans l'univers. Je me suis imaginé aller plus vite que l'expansion de l'univers pour rejoindre le fini dont parlait Olivier, le bout du début de l'expansion, en traversant des systèmes planétaires comparables aux neutrons/électrons... puis arrivé au bout, je suis "sorti" du fini pour me retrouver dans ce qu'était Tout d'avant l'Instant zéro (l'infini Vide absolu du Tout de Rien). Depuis que j'ai pensé à ça, à cet instant précis, j'étais angoissé : MAIS DANS QUOI SOMMES NOUS?
Toujours plongé dans mes pensées libres, je me suis imaginé dans un système microcosmique de particules composés de protons/neutrons/électrons d'un atome (comparable à nos systèmes planétaires), et quand j'ai réussi à sortir du Fini, je suis tombé simplement dans la vie d'un géant qui ne pouvait me voir car j'étais dans son infiniment petit : tout droit sorti de sa patte de chaise! En atteignant le Fini, ma conscience est sortie de l'univers fini pour se retrouver hors de son microcosme et tomber d'une patte de chaise de géant qui vit (pour ma conscience sortie de l'Univers) dans un macrocosme!
Bon maintenant, c'est difficile d'expliquer mon expérience par écrit et vous aller dire que le Cannabis est fort au Québec, mais le film de Hawking a été le catalyseur. J'ai eu l'impression de vivre un moment intense d'une forte Compréhension du Tout de Rien (sans pour autant dépasser mes capacités intellectuelles, bien sur) et j'en suis très troublé depuis, je me (nous) sens bien seul dans cette micro-Immensité.
Tout de suite l'Autre Question s'impose, somme seul dans Tout Ça? Et ben là tabarnak, chu allé me couché parce que mon cerveau fulminait. La lecture des grandes théories ne m'aide pas beaucoup pour étancher ma soif de Savoir car je ne comprends pas grand chose des théorèmes. Mais put**n que c'est des grandes questions, dont on ne connaît même pas le premier mot de la réponse, m'intéresse. On vit dans quoi, ça pouvait ressemble à quoi avant, qu'y a-t-il à l'extérieur du bout, est-ce la région (ou époque) d'avant le Big Bang qui plus compressée par l'expansion, est-ce loin le bout? Où allons-nous? Somme-nous seuls dans ça?
On croit comprendre, mais ce n'est qu'illusoire et non-tangible. L'humain est un ignare; je sais très bien que ce n'est pas votre cas mes chers divinités-en-sucre-d'orges vous êtes dans une classe à part, des Élus d'Apollon. En tout cas, merci de continuer d'alimenter mon cerveau (ou ma rate, au choix). Au plaisir, Antaya 16 novembre 2007 à 19:56 (CET)
En tout cas, l'illustration placée ci-dessus nous aura au moins appris que l'Univers a la forme d'un verre à dents. Peut-être la véritable question devient-elle alors : où est la brosse ? Félix Potuit 16 novembre 2007 à 21:44 (CET)
Qui ne l'ignore : dans la main de Dieu. Clin d'œil -O.M.H--H.M.O- 17 novembre 2007 à 11:07 (CET)
La lune est-elle une banane, et si oui où est la pelure ? rv1729

prononciation[modifier le code]

bonjour,

je vous propose une question qui fait suite au probleme de phonétique vu plus haut.

Dans le nord de la France le nombre 20 se prononce [vinte] et ailleurs [vin].

Etant originaire du nord et habitant Paris, imaginez les parisiens s'amusant à me reprendre...

Mais pourtant : nous disons tous 24 [vintcatre] et non [vincatre]

qu'en pensez-vous?

--Dricokit 16 novembre 2007 à 17:06 (CET)

J'en pense qu'en Franche-Comté on dit [vinte] aussi, et franc-comtois moi-même, je ne m'en prive pas.
Je vis aussi à Paris, et on ne s'amuse pas très souvent à me reprendre... rv1729 16 novembre 2007 à 17:16 (CET)
Même réponse que rv, en remplaçant Paris par Lyon. Blue [ -02- ] 16 novembre 2007 à 17:26 (CET)
Même réponse que les deux premiers : j'ai vécu successivement dans l'une et l'autre ville. On monte une cabale des [vɛ̃t] ? Le TLFI aurait bien du mal à expliquer l'exception Remi Mathis (d · c). À Lyon, ce 16 novembre 2007 à 23:52 (CET)
Selon le TLFI : [vɛ̃] à la pause ou devant consonne, sauf dans les nombres de 22 à 29. [vɛ̃t] devant voyelle ou h non aspiré. --Sixsous  16 novembre 2007 à 17:29 (CET)
c'est clair, merci pour cette réponse. --Dricokit 16 novembre 2007 à 17:36 (CET)
Je n'avais pas compris que c'était là votre question.
Je me souviens avoir lu dans un petit Robert que la référence choisie pour les prononciations était « le sujet lettré d'Île-de-France ». Il y a de bonnes chances pour que l'information apportée par le TLFi ne soit rien de plus qu'une confirmation de vos propres observations. rv1729
Et puis rien ne vous empêche de garder la prononciation avec laquelle vous êtes le plus confortable. Ce n'est pas comme s'il existait une prononciation « standard ». Voir prononciation du français. --Sixsous  16 novembre 2007 à 17:52 (CET)
Mouarf, je viens de voir sur l'article anglais sur la ville de Tours que The inhabitants of Tours (Tourangeau) are renowned for speaking the "purest" form of French in the entire country. The pronunciation of Touraine is widely regarded as the most standard pronunciation of the French language, devoid of any perceived accent (unlike that of most other regions of France, including Paris). Marrant mais malgré le fait que j'ai vécu là-bas, je n'ai jamais entendu parler de ça. Quelqu'un peut confirmer ? --Sixsous  16 novembre 2007 à 17:56 (CET)
Oui, c'est vieux comme affirmation. Que ce soit justifié (par qui et par quoi ?) est une autre histoire. Pourquoi pas, après tout ? Sinon chez moi (chez moi c'est le grrrrand sud-ouest) on dit aussi vint. Vint(e), pas vinte, sauf dans vintequatre, vintecinq, etc. On prononce les lettres finales ordinairement (?) muettes, d'abord parce qu'elles y sont, et ensuite pour éviter le problème de l'homophonie. Des bouteilles de vin, j'en ai vint. Elle boit, ou elle(s) boivent tout ? Qui ? Elless ! Morburre 16 novembre 2007 à 18:10 (CET)
Sans doute avant tout une question de génération : chaque fois qu'on voit mes parents, mon papa ressort cete histoire à ma chérie qui est tourangelle, avec « la Touraine, jardin de la France ». rv1729 16 novembre 2007 à 18:28 (CET)
En Alsace, j'avais aussi appris à dire 'vinte'. J'ai arrêté quand je suis arrivé à Paris, parce qu'on se moquait de moi. Mais je n'en pense pas moinsse. Félix Potuit 16 novembre 2007 à 21:35 (CET)
Il m'a toujours semblé, sans jamais que je ne verifie, que cette idée du français de Touraine comme étant le français standard date de la Renaissance, et plus précisément de François I qui est le premier roi s'efforçant d'imposer le français dans l'ensemble du royaume, qui venait de Touraine (il y avait vécu son enfance), et dont la cour résidait essentiellement dans les châteaux de la loire. A quoi s'ajoute le fait que les grands noms de la codification et du renouveau du français comme langue littéraire (Ronsard, du Bellay) venaient souvent de Touraine. Gede 16 novembre 2007 à 21:41 (CET)

Pour 20 (vin/vinte), les gens des régions de France - ou d'ailleurs, d'ailleurs - ne doivent pas culpabiliser. La raison de la prononciation "vinte" vient de la conservation, dans beaucoup de dialectes, des consonnes latines (le t de viginti pour 20 par exemple). Par exemple, en picard, dans la troisième personne du pluriel des verbes, on entend encore le t de la terminaison latine, qui s'écrit en français, mais ne s'entend pas : ils veultent (veulent), peuv't, mange'tent, dise'tent, etc. Et il y a de si beaux mots conservés en picard, comme glaine (poule, latin gallina), coulon (pigeon, latin columba)... - Archipel (►discuter) 17 novembre 2007 à 10:32 (CET)

Je ne sais pas si c'est la même chose en picard et en langue d'oc, mais j'ai toujours trouvé admirable la contrepéterie (involontaire ?) à l'intérieur du nom de ce transporteur routier... Félix Potuit 17 novembre 2007 à 11:33 (CET)

Vive le vandalisme[modifier le code]

Pardonnez-moi, ô Pythies, si je ne vous pose pas la moindre question. La jeune femme qui a déposé son rouge à lèvres sur un tableau blanc vient d'être condamnée (je n'ai plus les noms en tête). C'est dans l'ordre des choses. Il n'en demeure pas moins que cet acte, spontané ou pas, est devenu par le fait un vrai acte artistique. Ce tableau somme toute assez inintéressant (les grandes idées, c'est beau quand c'est une innovation. Le monochrome, c'est déjà du réchauffé) vient d'acquérir une histoire, un accident, quelque chose qui lui confère une part d'humanité. Et en plus, la pub qui lui a été faite lui a filé d'un coup une plus-value phénoménale. Je salue donc cette jeune femme comme ayant apporté sa petite pierre à l'Art. La prochaine qui refait le coup, ce sera nul, évidemment. Morburre 16 novembre 2007 à 18:26 (CET)

Y avait aussi un gars qui cassait à coups de marteau les fontaines de Duchamp, il y a quelques années. Je dis bien « cassait », il l'a fait plusieurs fois. rv1729 16 novembre 2007 à 18:30 (CET)
Cela jette un sacré froid sur l'art, si finalement l'art consiste à être le premier à faire quelque chose de neuf. Finalement c'est le principe même des artistes contemporains qui vient d'être condamné: la spontanéité et l'expression d'un sentiment fort, impulsif.
Le problème, c'est que Dada était une provocation, même dans l'esprit des artistes du mouvement. Et cette provocation est, aujourd'hui, sanctifié par ceux-là même qui sont la cible de l'ironie de l'artiste. Pareillement, un monochrome, c'est du foutage de gueule. C'est se moquer des amateurs d'art contemporain en les escroquant de sommes enormes. — pem 16 novembre 2007 à 18:52 (CET)
Le monochrome n'est pas une provocation, pas plus qu'il n'est une anarque. Il peut être absolument passionant, comme ceux de Yves Klein. Dans les meilleurs monochrome, il y a autre chose que la couleur : il y a la matière, la surface, que ne rend pas une photographie, et qui font tout l'intérêt de l'oeuvre, à mon sens. Gede 16 novembre 2007 à 19:02 (CET)
C'est pas pour draguer pem, mais franchement : Yves Klein m'emmerde prodigieusement ! rv1729 16 novembre 2007 à 19:04 (CET) Et oui : j'ai vu ses œuvres « en vrai » plusieurs fois, dans les collections permanentes de Beaubourg, et je me suis même tapé l'expo temporaire de l'an dernier... ce que je me suis fait tartir !
Pour moi, ça était, de loin, l'expo la plus passionante de l'année, voire plus... Gede 16 novembre 2007 à 19:09 (CET)
Oui mon RV. Pour ma part, je fais la distinction entre l'artiste et l'oeuvre artistique. Et il se trouve que parfois l'artiste ou sa démarche sont (a mon gout) plus interessants que l'oeuvre ; que le processus créatif est en lui même suffisant ; qu'un Klein vaut surtout par le procédé (les images de Klein créant sont, a contrario de ses oeuvres, tout a fait divertissantes — surtout les filles a oilp qui se peinturlurent joyeusement) ; que la démarche de Duchamp est passionnante — mais un urinoir, même retourné, reste un urinoir ; et un monochrome, même joli, reste moins complexe et fascinant qu'un gentil crépis — pem 16 novembre 2007 à 19:19 (CET)
D'accord pour Duchamp, mais Klein m'emmerde tout le temps : même avec les filles à oilpé. rv1729
pour toi... Gede 16 novembre 2007 à 19:37 (CET)
Ah ben l'art étant une question de point de vue ... — pem 16 novembre 2007 à 19:40 (CET)
Qui a dit : « Faire du neuf ? Mais c'est vieux comme le monde ! » rv1729 16 novembre 2007 à 18:44 (CET)
On est prié de voir dans mon intervention -spontanée- une certaine distanciation. Quand même. Dans l'Art, ce qui m'emmerde le plus, ce sont les débats autour. Morburre 16 novembre 2007 à 19:37 (CET) D'accord, je l'ai bien cherché
C'est sur que si on commence a se distancier, ca va etre difficile d'en arriver aux mains ! Merci Morburre, bravo ! — pem 16 novembre 2007 à 20:48 (CET)
Juste pour l'anecdote, et après Bonne nuit ! : Il y a une vingtaine d'années, à Bruxelles, j'ai entendu (de mes propres oreilles) un marchand d'art contemporain expliquer qu'un de ses ouvriers avait par mégarde percé une toile d'un artiste contemporain d'un magistral L ; évidemment le client qui attendait la livraison ne fut pas mis au courant de l'incident ! On lui raconta seulement que l'artiste avait voulu ajouter une dernière touche à son oeuvre... J'ai eu envie de vomir. --Égoïté 16 novembre 2007 à 22:57 (CET)
(Attention à ne pas vomir sur le tableau, toutefois). Le vrai foutage de gueule, c'est les "deux millions d'euros de dédommagements" initialement réclamés ("la valeur de la toile"). Si un type est assez c... pour payer 2 millions d'euros pour un barbouillage, c'est soit un simple d'esprit, soit un spéculateur, soit un nouveau riche frimeur. Dans les trois cas, il ne mérite aucune espèce de considération. Si la toile est fichue, y'a qu'à la mettre à la poubelle, et on n'en parle plus. Remarquez que si ça tombe, tout ce bigntz n'est qu'une opération publicitaire menée par l'agent du peintre pour qu'on cause un peu de luiFélix Potuit 17 novembre 2007 à 08:18 (CET)
Note bien que les trois qualifications du client sont cumulables. Et que la jeune femme en question a pu être embauchée pour une opération destinée à gonfler la cote de l'artiste. Auquel cas je me serais fait piéger, mais sans effet, n'ayant de toutes façons pas les moyens de me payer un tableau à peine coté. Ayant lentement acquis quelques notions sur l'univers de l'art et des artisses, mais pas du tout sur l'univers de la phynance, et que souvent, croyant parler de l'un, on parle de l'autre. C'est pour ça que je la boucle. Morburre 17 novembre 2007 à 11:20 (CET)
Les artistes de la collection Yvon Lambert n'ont en principe pas besoin de pub. Ce musée non plus d'ailleurs vu l'affluence que j'y ai toujours vu malgré son caractère provincial. Et Cy Twombly a juste été célébré par Roland Barthes et Marcelin Pleynet (meilleure pub qu'une poupée à rouge à lèvres). Après, si des clients sont prêts à acheter si chers ces oeuvres, les artistes auraient bien tord de s'en priver, non ? Sourire. Plus va la démocratisation culturelle, plus l'art sva vers l'abstrait (pour que les élites conservent une différenciation culturelle, cf Bourdieu). Et plus on part dans l'abstrait, plus on s'éloigne en effet de l'esthétique, pour s'intéresser à l'esprit de l'oeuvre plus qu'au résultat, et donc à l'aspect "inédit" ou "original" de celle-ci.
Mes collègues étudiants en culture s'extasiaient devant ces oeuvres absconses de l'hôtel de Caumont (batiment classique assez joli, qui change du style moyenageux de la place du Palais), mais ne furent pas choqué quand furent versé un verre de Carainne sur un vieux tableau du musée Calvet... Le rapport à l'œuvre est une chose étrange. . HaguardDuNord 17 novembre 2007 à 11:47 (CET)
Ô combien de Cairanne, et combien de champagnes, se sont déversés sur des œuvres d'art (moi-même, par inadvertance...). J'ai tendance à penser que les vieux tableaux résistent mieux à ces agressions que les modernes, simplement parce que les peintres avaient des techniques éprouvées. Ceci dit, ramener le débat à la réalité en citant les noms, c'est très bien, ça nous sort des discussions frivoles, genre (tiens, exercice pour tout le monde !) la question célèbre : s'il y avait un chat en péril derrière un tableau célèbre, comme la Joconde, est-ce que vous crèveriez la toile pour sauver le chat ? Morburre 17 novembre 2007 à 12:31 (CET)
Je croyais qu'on les incinérait, les chats, depuis qu'on n'a plus de sacs platique pour la litière. Remi Mathis (d · c). À Lyon, ce 17 novembre 2007 à 12:39 (CET)

Ben moi, si j'étais pété de thunes, du genre à pouvoir mettre quelques dizaines de millions d'euro pour un cadre en bois avec du tissu tendu et de la peinture étalée dessus, je mettrait bien mettons... 10 millions d'euros pour le triptyque en question, à la condition expresse de l'avoir "en l'état", avec les traces de rouge à lèvre. (et qu'on arrête d'emmerder cette femme). --MGuf 17 novembre 2007 à 13:09 (CET)

proposition[modifier le code]

je vous salue , vous ,responsable de ce site. ceci n'est veritablement pas une question, mais plutôt une suggetion, une demande. en tant qu'étudiant de géographie, nous aimerons que vous joigniez des cartes aux différentes régions que vous présentez, pour ce qui est de la géographie du cameroun par exemple. merci!

N'hésitez pas, en tant qu'étudiant en géographie, vous êtes certainement les mieux placés pour le faire. Et bienvenue sur wikipédia, un site dont vous êtes aussi responsable que tout le monde Samsa (d) 16 novembre 2007 à 20:08 (CET)
Pour être clair, le problème est de faire ces cartes, car on ne peut reprendre des cartes existantes a cause des droits d'auteurs. Donc, si vous voulez apporter vos compétences à la communauté, un seul mot, comme Nono : Bienvenue ! HaguardDuNord 16 novembre 2007 à 20:45 (CET)

EXERCICES DE PHYSIQUE[modifier le code]

Bonjour tout le monde!! Comme vous le savez certainement les examens approchent et j'aimerai me préparer pour l'éxamen de physique et en particulier dans les exercices de MRU! Pouvez-vous m'indiquer sur quel site je pourrai trouver des exercices à faire et surtout voir le corrigé après?! Merci d'avance...

Une simple requête sur Google vous remplira de joie. Notamment : http://www2.fsg.ulaval.ca/opus/physique534/exercices/pdf/MRU.pdf, http://www2.fsg.ulaval.ca/opus/physique534/exercices/MRU/netquiz.htm , http://www.playermath.com/html/phychim/ , etc. Au passage, si quelqu'un sait ce que ca veut dire, l'article MRU a besoin d'un complément ! HaguardDuNord 16 novembre 2007 à 22:34 (CET)
C'est Methode de Recherche Universitaire je crois.

DROIT DE CONSTRUIRE[modifier le code]

BONJOUR J'ai acheté un terrain agricole avec un cabanon dessus , ai-je le droit d'en construire un autre , merci

Pour construire, il faut demander (et obtenir) un permis de construire. Et sur un terrain agricole, c'est pas évident que ce soit possible. Il doit y avoir une possibilité si la construction est inférieure à 20 m2, et aussi, si la construction est à usage agricole. Le juriste de service dira si j'ai bon, mauvais, ou nul. Morburre 16 novembre 2007 à 22:00 (CET)
Pour ma part, je lis ici (si vous êtes en France) : « sont notamment dispensés d'un permis de construire, en raison de leur nature ou de leur très faible importance, sauf si elles sont implantées en secteurs sauvegardés ou en site classé : les constructions qui créent entre 2 et 20 m² de surface hors oeuvre brute (SHOB), les constructions de moins de 2 m² qui ont une hauteur de plus de 12 mètres. » Si le cabanon est mentionné sur le cadastre, en principe non : « Les travaux sur constructions existantes sont en principe non soumis à permis de construire. » (faut alors un permis de modification, ou un truc comme ca je crois). Si vous etes vous meme agriculteur, le permis de construire pour un bâtiment agricole est très facile à obtenir. Si il y a changement d'affection (de batiment agricole à gite par ex.) il faut un permis. Mais le mieux est encore de demander confirmation à sa mairie. HaguardDuNord 16 novembre 2007 à 22:21 (CET)
Les constructions de moins de 2 m² qui ont une hauteur de plus de 12 mètres ? Remarque, ça peut être sympa d'habiter dans un poteau. Morburre 16 novembre 2007 à 22:25 (CET)
C'est pour les éoliennes. HaguardDuNord 16 novembre 2007 à 22:31 (CET)
De l'avantage des lois de type dérogatoire : je connaissais la règle concernant les 2m² à 20m² mais pas celle sur l'altitude maximale, du coup ça ouvre bien des horizons. À vérifier, il y a aussi une règle secondaire sur la distance minimale entre deux constructions ne requérant pas de permis de construire mais en tout état de cause, si l'on veut bâtir un hôtel sur son terrain, en construisant une série de tours de six étages ont peut le faire sans autorisation. C'est sûr, ça ressemblera plus à une morgue qu'à un hôtel mais si ça se fait au Japon, pourquoi pas en France ? Sourire -O.M.H--H.M.O- 17 novembre 2007 à 09:36 (CET)
A moins de 2m² au sol, c'est à dormir debout. Morburre 17 novembre 2007 à 10:08 (CET)
Bah non : tu fais des genres de cercueils avec placards de 75 à 80 cm de large sur 250 à 265 cm de long et avec six étages, il y a même de la marge en hauteur pour faire des love hotels à usage strictement horizontal... Clin d'œil -O.M.H--H.M.O- 17 novembre 2007 à 10:25 (CET)
Petites précisions nécessaires : « Sont soumises à déclaration préalable : les constructions qui créent entre 2 et 20 m² de SHOB, les constructions de moins de 2 m² qui ont une hauteur de plus de 12 mètres. » [11]. De plus le critère des >12m ne s'applique pas aux éoliennes « Les constructions, autres que les éoliennes, dont la hauteur au-dessus du sol est supérieure à 12 mètres et qui n'ont pas pour effet de créer de SHOB ou qui ont pour effet de créer une SHOB inférieure ou égale à 2m2 » [12] Donc probablement pour les pylônes électriques, je vois pas d'autres utilités. Le lien de Vandoeuvre me semble le plus complet pour la question d'origine (même si je conseille tjs de demander conseille à la mairie voir à la DDE). HaguardDuNord 17 novembre 2007 à 10:46 (CET)

que connait on de plus sur la famille de Jacques Corrèze?[modifier le code]

Le nom de Servant vient quelquefois que sait on des Servant ??

bonjour, merci, et vous ça va bien ? Ravi de vous rencontrer. — Nias [blabla] 17 novembre 2007 à 01:23 (CET)
Salut !
logo Chère visiteuse, cher visiteur. C'est avec plaisir que nous répondrons à votre question si nous le pouvons, mais nous aurions grandement préféré qu'elle fût formulée avec un peu plus de courtoisie : bonjour, s'il vous plaît et merci sont toujours appréciés. Bonne navigation sur Wikipédia.
42 Chère visiteuse, cher visiteur, nous regrettons, mais nous n'avons pas compris votre question. Sachez tout de même que la réponse ultime est 42. Si cela ne répond pas à votre question, nous vous invitons à reformuler celle-ci de manière claire et néanmoins courtoise, afin que nous puissions tenter d'y répondre.

Mayonaise [blabla] 17 novembre 2007 à 13:38 (CET)

Sur ce personnage peu recommandable qu'est Jacques Corrèze, voir Philippe Bourdrel, La Cagoule, Albin Michel, 1992. Et de nombreuses informations sur son action avant 1942 dans : Dagorre, les carnets secrets de la Cagoule, présentés par Christian Bernadac, France-Empire, 1977.Yvan23 18 novembre 2007 à 11:28 (CET)

definition de l'homone de croissance placentaire: "PL"[modifier le code]

Bonjour tout le monde, j'aimerais savoir ce que represente le terme PL: peut on appeller cette hormone lactogene placentaire par le terme prolactine hypophysaire?

merci

L'étude du RGIU (retard de croissance intra-utérin) a permis ces dernières années de bien préciser la physiologie de la croissance intra utérine. Trois hormones peptidiques placentaires interviennent dans ce processus :
  • L'hormone lactogène placentaire (HPL) ou PL,
  • La leptine,
  • L'hormone de croissance placentaire (PGH).
Durant la grossesse normale, le placenta commence à sécréter se propre hormone de croissance dès la 10ème semaine de grossesse qui atteint une quantité de production de 1 à 3 g/jour en fin de grossesse.
La PGH sécrétée de façon continue et la PL n'ont rien à voir avec la prolactine hypophysaire puisqu'elles se substituent aux hormones hypophysaires et ce sont elles qui modulent la concentration d'IGF-1 maternel. Chacun garde son origine et son nom propre. Yakafaucon 17 novembre 2007 à 16:10 (CET)
Ce que vous appelez PGH c’est la « growth hormone » ??
Si j’ai bien compris la prolactine hypophysaire est deja presente et la PGH et la PL prennent sa place et modulent la concentration d'IGF-1 maternel
D’ailleur quel est le role de l’IGF-1 et 2 ? le 1er agit pendant la periode fœtale et le 2eme ?? 17 novembre 2007 à 16:55 (CET)

Growth hormone (GH) ou somatotropin (STH) : voir Hormone de croissance : origine hypophysaire, ce n'est pas la PGH. Et vous avez bien compris le rôle de substitution (et de régulation sur la glycémie) de ces hormones peptidiques d'origine placentaire. Quant aux Insulin-like IGF-1 et 2 , je vous renvoie sur pour la structure RMN de IGF-1 (PDB) et sur l'article anglais:Insulin-like growth factor 2, car je ne peux établir un cours complet sur une page de l'Oracle. Merci Yakafaucon 17 novembre 2007 à 17:09 (CET)

merci beaucoup... 17 novembre 2007 à 17:50 (CET)

Nadiral[modifier le code]

Bonjour, chère pythie,

J'ai acheté dans le cadre de mon boulot une lunette de visé "nadiral" pour mesurer la verticalité d'ouvrage mais je ne connais pas le sens exact de nadiral et ne le trouve pas dans les dictionnaires dont je dispose. Pouvez vous soulager ma simple curiosité car il s'agit de cela. Merci --Janex 17 novembre 2007 à 16:56 (CET)

Selon le Littré ancien : « (na-di-ral, ra-l') adj. Qui a rapport au nadir. Les observations nadirales sont impossibles pendant le jour, dans la salle méridienne de l'observatoire de Paris, Y. VILLARCEAU, Acad. des sc. Comptes rendus, t. LXV, p. 1064. ». Ce mot est absent des autres dicos dispo sur Lexilogos. Mais le dictionnaire culturelle en langue française de Rey précise : « Oculaire nadiral (d'une lunette' ; oculaire permettant de mesurer l'angle que fait la verticale avec l'axe optique visé ». Cdlt. HaguardDuNord 17 novembre 2007 à 17:00 (CET)
C'est de la topographie, ça ! Super, je vais sortir de l'exacte demande, mais c'est la première fois que je peux mettre mes connaissances professionnelles au service de l'Oracle. Le nadir, selon le lexique de http://aftopo.club.fr : "NADIR (n.m) Point imaginaire de la voûte céleste qui se trouve à la verticale descendante du lieu d'observation dans la direction opposée à celle du ZÉNITH. Direction du Nadir : direction de la verticale descendante."
D'après ce dont je me souviens (parce que ce n'est pas souvent qu'on utilise ces trucs), il y a trois types de lunette à visée verticales :
  • lunette nadirale : il y a un œilleton (horizontal) et un système automatique qui permet à la visée d'être verticale, vers le bas. (comme un niveau permet une visée horizontale).(en action ici, page 3 du .pdf figure 2)
  • lunette zénithale : même choses, mais la visée est vers le haut. (exemple)
  • lunette nadirozénithale : même chose, mais c'est réversible, avec l'inconvénient d'une précision moindre.
Ces appareils s'adaptent sur une embase standard, qui permettent également d'y mettre une station totale ou un voyant catoptrique, ce qui permet d'en déterminer les coordonnées. Ensuite, cela permet de reporter verticalement ce point de coordonnées connu, vers le haut ou vers le bas. Il est recommandé de tourner successivement la lunette de 100 grades pour atténuer les imprécisions. Il est possible également, comme sur un niveau ou un théodolite, d'adapter un laser pour visualiser l'axe optique de ces lunettes. --MGuf 17 novembre 2007 à 18:09 (CET)

Le concept en astronomie est un peu complexe pour moi mais effectivement, ma lunette permet de faire des observations verticales descendantes. En revanche, elle ne permet pas de mesurer des angles. Merci Clin d'œil--Janex 17 novembre 2007 à 17:19 (CET)

Le nadir, en principe, c'est le contraire du zénith. Le zénith, c'est en haut, le nadir, c'est en bas (en gros). Bizarre d'acheter un instrument sans savoir à quoi il sert, non ? Félix Potuit 17 novembre 2007 à 17:54 (CET)
Merci Félix mais je sais a quoi sert ma lunette et même pourquoi j'en avais besoin. Simplement je ne connaissait pas le mot
MGuf Bravo pour l'exposé et pour l'article effectivement j'ai apparemment la même lunette que le gars sur la photo. La mienne est une Wild dans l'article on parle de Leica et je crois me rappeler que l'on m'avais annoncé par téléphone aussi une Leica. Est-ce la même marque?
Ce qui m'a surpris dans cette histoire c'est que j'ai eu du mal a trouver ce matériel (j'ai trouvé uniquement une lunette d'occasion chez Geoéquipement) et on m'annonçait que ce type de matériel n'était plus fabriqué. cela ne me parait pourtant pas extraordinaire de vouloir faire une mesure de verticalité sur 60m. Qu'en penses tu ?
encore une petite remarque, il ne faut pas une embase standard mais autocentrable Voila plus qu'a écrire l'article Mort de rire--Janex 17 novembre 2007 à 19:34 (CET)
Oui, Wild était le fabricant de ces lunettes, et d'autres système optique dont le célèbre niveau NA2 toujours disponible chez Leica ; je crois que la marque Wild est aujourd'hui disparue, par intégration au groupe Leica Geosystems. Je n'ai pas trouvé non plus ces lunettes dans le catalogue Leica (elles y étaient encore en 2001). Probablement que les faibles volumes ont décidé la firme à les arrêter. Il est probable de les trouver en location chez Topo Center, comme mon ingé l'avait fait en 2001 pour descendre 2 points dans un puits (55 mètres) d'accès aux tunnels en excavation du CNGS au CERN. Quand aux embases que je connais ([13]), il me semble qu'elle sont systématiquement "autocentrable", non ? --MGuf 18 novembre 2007 à 14:58 (CET)

À propos de Molière[modifier le code]

Bonjour Ö Oracle ! Pourrais-tu, s'il te plaît, répondre aux trois questions suivantes concernant Molière:

  • À Paris, quels sont les deux grands théâtres qui se font concurrence, lorsque Molière s'installe définitivement dans cette ville, en 1658 ?
  • Quelle princesse, épouse de Monsieur, frère de Louis XIV, était une fervente admiratrice et une protectrice de Molière ?
  • Quel objet, témoin tragique des derniers instants de Molière sur scène dans le Malade imaginaire, est aujourd'hui précieusement conservé à la Comédie française ?

Merci par avance.--Sam le Wikipédien 17 novembre 2007 à 17:10 (CET)

Nuvola apps filetypes.svg Désolé, l'Oracle ne divulgue pas les réponses des concours. Bonne chance dans votre recherche.
--Serged/ 17 novembre 2007 à 17:18 (CET)
  1. Les troupes de l'Hôtel Guénégaud et de l'Hôtel de Bourgogne (trouvé depuis histoire du théâtre)
  2. Henriette d'Angleterre ou Charlotte-Élisabeth de Bavière (dans l'article sur Monsieur, a toi de chercher davantage).
  3. le fauteuil de Molière, ou il agonisa sur scène avant de mourir (souvenir, mais je suppose dans l'article sur la maison Molière)
Un peu de curiosité ne fait de mal à personne. Rappel : la moitié de la valeurs des gains gagnés à ce concours seront reversés à la Fondation. Merci pour elle. HaguardDuNord 17 novembre 2007 à 17:23 (CET)

Connaissez-vous des synonymes de "dague à tabac" ?[modifier le code]

Bonjour,

J'ai cherché d'abod sur Google le terme "dague à tabac" = sans aucun résultat. J'ai ensuite chercher sur Wikipédia au moins une définition mais ça ne donne toujours aucun résultat (avec ou sans les guillemets " ")

Par conséquent, ma question est:

Connaissez-vous des synonymes de "dague à tabac" ?

Merci.

Ce ne serait pas plutôt blague à tabac, par hasard ? Félix Potuit 17 novembre 2007 à 17:56 (CET)
Bien sûr. (Je confirme au cas où ça ne serait pas clair.) ∞ Vajrāllan ∞ [ni ici ni ailleurs ni nulle part] 18 novembre 2007 à 01:41 (CET)
La dague à tabac sert à donner le coup de grâce après le passage à tabac. Sans blague. Morburre 17 novembre 2007 à 18:12 (CET)
Sans blague : heureusement qu'on parle de tabac... en français ! Parce qu'en argot, cela voulait dire « Sein de vieille femme ».... Le seul synonyme en français est « sac à tabac »--Égoïté 17 novembre 2007 à 18:37 (CET)

But contre son camp[modifier le code]

Salut,

Une petite question toute bêtissime mais qui me trotte dans la tête depuis pas mal de temps : en football, est-il possible de marquer un but contre son camp de la main ? Švitrigaila 17 novembre 2007 à 19:05 (CET)

Si l'arbitre décide de laisser l'avantage (et normalement, il le fera), oui. --Madlozoz 17 novembre 2007 à 19:24 (CET)
Oui, surtout si c'est le gardien qui le marque ! Sinon non, puisqu'il y a faute (main) qui arrete l'action de jeux Paul76 17 novembre 2007 à 20:16 (CET)
Ben non, justement. Si l'arbitre estime que l'équipe a qui profiterait la faute gagnerais encore plus si l'action se poursuit, il laisse jouer. C'est la règle de l'avantage et elle s'applique de façon caricaturale dans ce cas. Donc oui, c'est tout à fait possible, même si la main est délictueuse. --Madlozoz 17 novembre 2007 à 22:25 (CET)
Il me semble que l'avantage acquis par l'équipe qui marquerait ce but serait tout à fait démesuré en regard de la faute commise. Est-ce que ce ne serait pas plus raisonnable que l'arbitre siffle un penalty ? Les statistiques montrent que la plupart des buts contre son camp marqués de la main le sont dans la surface de réparation... Švitrigaila 18 novembre 2007 à 13:37 (CET)
  • La main est involontaire: le jeu continue, il y a but.
  • La main est volontaire, et avait pour but d'empêcher le ballon de rentrer (mais il est rentré quand même). Il y a évidemment avantage, et éventuellement un petit carton pour celui qui s'est pris pour un gardien de but remplaçant.
  • La main est volontaire, mais n'avait pas pour but d'empêcher la balle de rentrer (en gros, le gusse a fait exprès de faire main mais il n'est tellement pas doué qu'il s'est mis un but). Une situation rarissime à vue de nez, l'arbitre juge en son âme et conscience. Il peut probablement accorder le but, ou accorder un penalty si la main a eu lieu dans la surface de réparation, ce qui a grosso-modo le même effet (en ralentissant le jeu). Si la main a eu lieu en dehors de la surface, un coup franc direct et un carton pour l'auteur de la main me semble une sage décision, car l'arbitre a probablement eu le temps de siffler avant que la balle n'entre dans le but. Arnaudus 18 novembre 2007 à 15:45 (CET)

l'eglise byzantine[modifier le code]

bonjour je voudrais plus amples informations sur l'eglise byzantine en l'occurence ses caracteristiques,son origine et enfin ses relations avec l'eglise romaine.merci

Regardez grand schisme d'Orient, Empire byzantin#Théologie, Christianisme orthodoxe et le Portail:Chrétiens d'Orient et suivez les liens --Epsilon0 17 novembre 2007 à 20:38 (CET)

La Vraie Science[modifier le code]

On nous dit que l'ancienne science, celle d'avant Einstein, n'est pas la bonne parce qu'elle ne sait pas expliquer les atomes. Elle ne sait pas expliquer pourquoi les électrons dans les atomes ont des orbites fixes,quantisés.Suivant la science ancienne les électrons des atomes auraient des orbites quelconques, comme les planètes du système solaire,ce qui serait illogique. Mais si l'on suppose que les électrons peuvent avoir des orbites variables, comme les planètes , on ne trouve aucune contradiction, au contraire. En appliquant les lois de Newton aux électrons dans les atomes on trouve que les électrons se comporteraient comme des planètes et auraient des motions similaires: rotation propre, orbitation quelconque,mouvements de précession et de nutation.Si l'on applique ensuite les lois E.M. aux électrons en mouvement on retrouve des radiations connues.A haute température le rayonnement thermique de Wien et Planck, à basse température les spectres atomiques de Balmer.On ne trouve pas seulement la formule empirique de Balmer,le calcul mathématique montre que les raies Balmer ne sont pas rayonnées elles-mêmes mais sont les centres de petts spectres, comme si les raies Balmer étaient élargies d'abord et gommées ensuite.

MA QUESTION question:Comme l'ancienne science,celle d'avant Einstein, explique mieux les phénomènes que la théorie corpusculaire d'Einstein et les théories quantiques qui en dérivent,est-ce que l'ancienne science n'est pas la vraie science plutôt que celle qui est enseignée dans les universités?

Sur la question rien à dire : la science évolue, il y a même une histoire et une philo des sciences (lisez par exemple Kuhn : la structure des révolutions scientifiques, champ flammarion) et la vraie science on ne l'a pas et cela n'existe que pour les bigots de tout poil ;-). Aussi il ne faut pas croire qu'une théorie annule forcèment une plus ancienne, les paradigmes changent aussi. Sinon regardez Modèle de Bohr et Atome. --Epsilon0 17 novembre 2007 à 21:26 (CET)
je pense qu'il y'a la deux choses : il s'agit d'une dichromisme entre ce qu'on observe et qu'on theorise ( de plus en plus en plus precis ) et ce que notre cerveau peut visualiser : a moins d'etre un theoricien dans un domaine tres pointu, l'humain lambda ne peut se representer un univers a cinq dimensions ou plus. Deja integrer la quatrieme dimension ( le temps ) a ete une evolution, dire que tout dans l'univers est fait d'etats particuliers d'energie fut une revolution (e=mc2). Donc l'"ancienne" science fut la "vraie" science pour certains ( religion ? ) et est remplacee au fur et a mesure des nouvelles theories/observations ( je pense aux exo-planetes dont on decouvrira probablement une tellurique bientot avec possibilite de vie ). la deuxieme chose : İl faut preciser aussi que les "anciennes" theories etaient et sont justes dans leurs limites : la theorie de Newton n'est plus exacte des que l'on depasse sa gamme d'application et la relativite restreinte se casse les dents sur ses deux limites : le quantique et les trous noirs. Donc elle aussi sera bientot "ancienne" et "vraie"... ;-) ViZiT
La science d'avant Einstein (bien avant, certes) disait aussi que le Soleil tournait autour de la Terre, et même que la Terre était plate. Où s'arrête l'« ancienne science » ? Félix Potuit 18 novembre 2007 à 09:02 (CET)
felix tu es un genie : je cherchais sans trouver un exemple frappant de la science "ancienne" qui soit officielle, religieuse, visualisable et neanmoins erronee ( dans notre representation a quatre dimensions : dans un autre referentiel le soleil tourne autour de la terre Mort de rire ) ViZiT 18 novembre 2007 à 10:05 (CET)
D'autres ont essayé la flatterie avec moi, ils se sont toujours cassé les dents. Clin d'œil Félix Potuit 18 novembre 2007 à 14:32 (CET)
Cette semaine 46 aura été propice aux idylles naissantes — pem 18 novembre 2007 à 19:17 (CET)
Le pourquoi d'avant et d'après Einstein n'est pas de séparer la fausse science de la vraie science mais plutôt de marquer le moment où la physique est devenue relativiste et quantique. D'ailleurs la séparation est bien arbitraire car de nombreuses excursions dans le domaine avait eu lieu avant Einstein (par Poincarré et par Lorenz par exemple). La plupart des lois de Newton sont utilisées encore aujourd'hui, bien qu'antérieur à Einstein. Les premières "lois" atomistes ont été élaborés par des Grecs (la matière est composé d'atomes), Copernic a situé le soleil au centre de notre système solaire avec la terre qui tournait autour, Gallilé l'a appuyé dans ce sens et a contribué à l'élaborer des postulats sur la chute des corps. Newton a repris les travaux de Gallilé et a établit la loi de la gravitation universelle (où il avait raison) et des travaux sur la lumière (où il a commis certaines erreurs et certaines vérités). Einstein, à partir des écrits de ses prédécesseurs, a contribué à la naissance d'une nouvelle approche de la physique. Il faut voir la science comme un batiment qu'on construit sans savoir si la brique que l'on pose aujourd'hui ne devra pas être enlever demain.
Maintenant concernant la question sur les théories corpusculaires. Le modèle strictement "newtonnien" de l'atome que vous proposez n'est pas viable pour la simple et bonne raison qu'il ne peut expliquer les fréquences spécifiques (non-continues) d'un atome lors des émissions électromagnétiques suite à une excitation (différent d'un élément à un autre). Seul un modèle basé sur le comportement ondulatoire de la matière peut l'expliquer en lien avec la théorie quantique. Cependant, il faut noter que c'est à partir d'un modèle "newtonnien" - modèle de l'atome Bohr-Rutherford - que le modèle actuel est construit : un noyau central, des électrons circulant autour. Furet Gris 19 novembre 2007 à 09:17 (CET)

Le déxtropropoxyphéne[modifier le code]

Je voudrais savoir si vous permettez pourquoi la france (AFSSAPS)garde toujours le Déxtropropoxyphéne sur le marché pharmaceutique malgré les cas de décés déclaré suite á la prise de cette molécule:7 cas de décés par ans en france,300 cas de décés en grande brétagne en 2006,16 cas de décés á la nouvelle zélande ...,alors qu'elle a prit la décision en 2002 de retirer tout produit á base de doxycycline gélules suite á 4 cas d'ulcérations oesophagiennes qui se traites facilement . MERCI

Tout d'abord L'Oracle n'est pas le Ministère de la Santé ni l' Agence Sanitaire (Francocentrage , pour les autres pays s'adresser aux Ministères de la Santé correspondants ), en conséquence votre question s'adresserait plutôt à eux.
Néanmoins pour clarifier la situation le Dextropropoxyphène est commercialisé en association à des analgésiques de faible puissance comme le paracétamol (le plus connu est le Diantalvic ®), et il en effet dangereux de l'utiliser à forte dose (toxicomanie) ou en cas d'insuffisance rénale et chez les patients âgés. Il entraîne une dépression respiratoire et perturbe la conduction électrique cardiaque (faisceau de His), avec bradycardie et troubles du rythme. Le nombre des décès est assez important Revue Prescrire avec cet opiacé qui est apparenté à la méthadone. Mais l'Oracle ne décide pas ! Yakafaucon 18 novembre 2007 à 06:58 (CET)
Sans compter qu'il ne me semble pas non plus y avoir une foule d'analgésiques sans effets secondaires, donc mine de rien, si ça permet d'élargir la palette de molécules disponibles dans ce domaine, c'est peut-être pas un mal non plus. À partir du moment où on sait ce que l'on fait, ce qui reste probable vu qu'on ne peut pas obtenir ce produit sans ordonnance. Arnaudus 18 novembre 2007 à 15:38 (CET)

handicap[modifier le code]

Bonjour Oracle, Est-ce que vous sauriez de quel léger handicap Molière a-t-il pu enfin surmonter à force de volonté? Merci à l'avance et un bon week-end

J'ai-j'ai bien ré-ré-flé-fléchi, mais je-je ne vois vrai-vraiment pa-pas. Félix Potuit 18 novembre 2007 à 09:11 (CET)
Fé-Fé-Lix, pou-pour-quoi ce lé-lé-ger han-di-ca-ca-cap, que je-je soupçon-nn-nais au-au-ssi, n'ap-pp-pp-araît pppppas quand on-on ch-ch-cherche sur inter-ter-ternet ? --Serein [blabla] 18 novembre 2007 à 15:17 (CET)
C'est par-par-là, avec Dédé-mosthène et François Bay-bayrou. bon allez, ça suffit, c'est pas bien de se moquer. Félix Potuit 18 novembre 2007 à 15:26 (CET)

Polyphenols[modifier le code]

Bonsoir,

Je suis etudiant en 1ere S . Et dans le cadre de mon groupe de recherche TPE (Travaux Pratiques Encadrés), nous etudions la compostion chimique de la peau de banane dans le but de répondre a notre problématique: "Pourquoi la peau de banane brunît-elle plus vite au froid ?..." Après avoir menés de nombreuses recherches nous sommes arrivés à penser que ce brunissement etait dû à une oxydation mais aussi à une activité enzymatique. Nous nous sommes en effet aperçus que des enzymes et des substrats se mélangeaient pour former des polymeres bruns. Nous voudrions realiser ces expériences dans notre modeste laboratoire de lycée^^...Nous avons réunis la plupart des enzymes et substrats sauf une la Polyphenoloxydase (PPO). A la vue d'un article sur la famille des polyphenols [14], j'ai pensé a rechercher des membres de la communauté de cette encyclopedie pour venir éclairer ma lenterne qui n'éclairait pas plus loin que le bout de mon petit nez en matiere de polyphenols^^... Je vous contacte donc dans le but de savoir si vous vous y connaissez plus que moi en polyphenols et plus particulierement en polyphenoloxydase (PPO), si vous avez deja etudié cette enzyme ou alors entendu parlé de cette derniere ou peut-etre connaitriez-vous l'un de ses synonymes qui me permettrait de m'en procurer... Peut-etre que je fais fausse route et dans ce cas quelle enzyme appartenant a la famille des polyphenols peut etre contenue dans les fruits et plus précisément les bananes... Je sais que je vous demande un gros travail mais je vous en serait tres reconnaissant si vous pouviez m'aider... Merci d'avance

Vous êtes sur la bonne voie ! L'Oracle ne vend pas actuellement de bananes ni de polyphénol oxydase, ni POPi et encore moins de POPj mais je vous suggère la lecture de

thèse de David de Rigal et un travail de TP pour brunissement ou bien CNRS document à commander INIST-CNRS, Cote INIST : T 98672 Yakafaucon 18 novembre 2007 à 07:15 (CET)

Merci beaucoup je vais de suite me renseigner a ces adresse bonne journée ;)

haut-parleurs[modifier le code]

bonjour, comment les haut-parleurs reproduisent-ils un son composé de plusieurs fréquences simultanées en utilisant une seule membrane qui vibre ?

2006-01-14 Surface waves.jpg
un son n'est pas necessairement une onde périodique
Voir séries de Fourier, le haut parleur ne reproduit pas plusieurs fréquences simultanées, il reproduit une onde qui peut être décomposée en plusieurs fréquences, mais les son purs ne comprenant qu'une seule fréquence sont très rares, et, à ma connaissance, tous artificiels. La corde d'une instrument reproduit en vibrant plusieurs fréquences appelées harmoniques, vos cordes vocales en vibrant reproduisent un grand nombre de fréquences differentes. Il faut savoir qu'une onde sonore est en fait une variation de la pression de l'air captée par vos oreilles ou par un micro. Il n'existe à un endroit donné qu'une seule pression instantannée, donc la variation de la pression provoquée par plusieurs sources distinctes ne constitue en un point d'écoute qu'une seule variation de pression, cette variation est enregistrée ou générée éléctroniquement sous forme de signal éléctrique, le signal éléctrique fait vibrer la membrane proportionellement à son intensité, ce qui reconstitue le son enregistré ou généré. La décomposition d'un son en plusieurs fréquences est une opération mathématique, pas une réalité physique, il n'y à pas plusieurs fréquences qui se baladent dans l'air, mais un front d'onde. L'onde sur la photo ci-contre n'est pas constituée d'une seule fréquence, mais si vous vous placez en u point de la surface, vous pourez retranscrire parfaitement la variation du niveau de l'eau sur un graphique en 2 dimensions Samsa (d) 18 novembre 2007 à 02:12 (CET)

merci pour l'excellente réponse.

Merci pour ce merci, les pythies aiment bien savoir si elles ont donné satisfaction avec leur(s) réponses(s).
Tiens, où sont donc passés — pem et Herveline ? Félix Potuit 18 novembre 2007 à 14:45 (CET)
En w.e. à Toulouse... en amoureux...
ah, Toulouse... la ville rose... tss tss...
Jaloux que vous êtes ... — pem 18 novembre 2007 à 17:05 (CET)
Moi ? Pas du tout. Prévenez-nous quand vous publierez les bans. Félix Potuit 18 novembre 2007 à 21:15 (CET)
Ça ne se fait plus, tu sais maintenant c'est l'union libre, l'amour sans entraves, les cinq à sept... c'est la mode, et on est snobs, dit doucement Herveline1729

etudes maritimes[modifier le code]

salut, c'est mohamed abdallah. Je suis bachelier et j'aimerais savoir comment aboutir à des études maritimes dans les ecoles superieures. Je voudrais aussi savoir quelles matières sont enseignées dans ces écoles, ainsi que les capacites exigées par la plupart des écoles maritimes. J'aimerais aussi quelques conseils pour réussir mes études. Y a t'il des matières obligatoires ou pas ? Je devrais sans doute suivre les matières de base qui sont exigées. Quelles sont les capacités physiques et psychiques évaluées pour entrer dans de telles écoles? Les emplois du temps sont-ils chargés ? Sur quels critères sont selectionnés les étudiants. La taille entre t-elle en ligne de compte pour l'évaluation des postulants. Je vous remercie de votre attention et des réponses que vous voudrez bien m'apporter. mohamed abdallah .

J'ai traduit la question en français. De quelle nationalité etes vous ? Dans quel pays voulez vous faire vos études ? Si vous voulez étudier en france, je vous conseille fortement de travailler a fond le français. Sinon, la langue parlée dans la navigation est l'anglais. Les mathématiques, en particulier la géométrie sont très importants pour pouvoir se repérer sur une carte, pour le reste, il y a certainement des pythies plus informées que moi en ce domaine. Samsa (d) 18 novembre 2007 à 02:58 (CET)
En France, voir cette page pour les officiers de marine militaire, et celle-là pour les officiers de marine marchande. le Korrigan bla 18 novembre 2007 à 17:57 (CET)

colonne vertébral[modifier le code]

colonne vertébral(la region lombaire entre la L1 et la L5)comment peut on redire une fraturev et en combien de temps merci

La méthode de soins dépend tellement du type et du siège de la fracture que la réponse ne peut pas être univoque: d'une simple lésion tassement sur une zone limitée antérieure à une fracture avec risque de lésion médullaire (moëlle épinière) les techniques vont du simple repos à une intervention chirurgicale lourde avec matériel de fixation et immobilisation de plusieurs semaines. Yakafaucon 18 novembre 2007 à 07:44 (CET)

pompes à Bioethanol[modifier le code]

Pouvez-vous nous transmettre la liste des pompes distributrices de Bioethanol en Belgique et en Suisse, déjà opérationnelles ou à venir? Merci d'avance et bravo pour votre site Wikipédia.

Philippe Dumoulin (Belgique)

Octa+ a ouvert en octobre 2006, à Auderghem, la première station-service OCTA+ distribuant du bio-éthanol E85, mais je ne sais pas s'il est possible d'y obtenir ce carburant car Etienne Rigo, administrateur délégué d'Octa+ a déclaré à la presse en janvier 2007 : « Il y a en tout et pour tout une station qui est prête à servir du biocarburant E85 mais elle est fermée car il n'y a pas de norme belge sur l'E85 » --Égoïté 18 novembre 2007 à 13:11 (CET)

E. P.S ET SANTE[modifier le code]

Pourquoi dit on que l' E.P.S est un instrument au serice de la santé publique?

Bonjour. Merci de votre question. Auriez-vous l'amabilité d'aller d'abord voir ici : EPS et de préciser votre demande ? Merci--Égoïté 18 novembre 2007 à 12:51 (CET)
Parce que la pratique du sport, entre autres bénéfices, limite les risques d'obésité ? Adrien' [1729] 18 novembre 2007 à 13:50 (CET)

Bide au cinéma[modifier le code]

Bonjour! Pouvez-vous me dire pourquoi on parle beaucoup de certains films pendant leur tournage mais plus du tout lors de leur sortie? L'exemple qui me vient en tête est le film Vercingétorix dont je n'ai entendu parler que pendant le tournage, mais il y en a plein d'autres.

Ben parce que ce sont des bides justement. Vercingétorix a du rester 1 semaine ou 2 à l'affiche. J'y vois 2 phénomènes : l'aspect "star system" qui fait que l'on parle des films "attendus" (à cause du réalisateur, du sujet comme 99f, ou des comédiens). Vercingétorix était une grosse production, avec Lambert, sur un héros national donc sur le papier ca ne pouvait qu'intéresser le média. Mais sur la pelicule, c'était bcp moins interessant (enfin, je l'ai pas vu, mais bon). Et là arrive le 2e phénomène : la rapidité de disparition des films en salle. A cause de la concurrence (il y a des dizaines de sorties chaque semaine) et des buldozers que sont certains (avec des sorties à 800 copies, peu de places pour les autres films), un film qui ne trouve pas son public le 1er jour ou le 1er week-end n'aura pas de 2e semaine (d'autant plus s'il s'agit pas d'un film "art et essai", car ce réseau est moins soumis à l'immédiat). Le choix de la date des sorties est alors un primordial car si on sort à coté de Harry Potter ou en plein été, la couverture médiatique sera dès lors réduite à peau de chagrin. HaguardDuNord 18 novembre 2007 à 14:48 (CET)
Mort de rire Je saurais pas expliquer pourquoi on a parlé de Vercingétorix avant sa sortie, mais je l'ais vu et je comprend très bien qu'on ai entretenu un silence embarassé après Mort de rire. Même nanarland n'en veut pas: il est juste ennuyeux à mourir.
Y'en a d'autre des comme ça (L'Île aux pirates, The Postmanencore que celui là, il en devient franchement drôle...). Mais il y a hélas des cas ou on a tellement claqué d'argent que ça ferait trop mal au fesse de le jeter à la poubelle (genre Waterworld). L'anomalie serait plutôt cette dernière catégorie.--Madlozoz 18 novembre 2007 à 17:30 (CET)

Théorisation conceptuelle[modifier le code]

Gloire à Vous, ô Pythies omniscientes. Vos capacités surnaturelles et métempiriques sauront-elles répondre à cette question : l'expression « concept théorique » est-elle un pléonasme ? Bien le bonjour chez vous - Éclusette 18 novembre 2007 à 14:19 (CET)

A mon sens, c'est une formulation pas très claire mais pas forcément un pléonasme. Si un concept ne sert qu'à l'élaboration d'une théorie et n'a pas de rapport (plus ou moins direct) avec le réel, pourquoi ne pas dire que c'est un concept théorique ? — Elentar !? 18 novembre 2007 à 14:32 (CET)
Théorique suppose que cela fait référence à une théorie, concept est plus immédiat à mon avis. Toutefois, si on prend le Larousse comme référence, ce n'est pas forcément évident, puisqu'un concept serait une idée d'un objet conçu par l'esprit, permettant d'organiser les perceptions et les connaissances. C'est un peu ambigu : je comprends qu'on a besoin de concepts pour organiser une théorie, mais que le concept n'est pas conçu dans le but d'aboutir à une théorie. Donc ce ne serait pas pléonastique, mais complémentaire. Evitons de demander aux philosophes, ils ont certainement chacun leur propre idée de la chose, et elles sont vraisemblablement toutes contradictoires entre elles. Félix Potuit 18 novembre 2007 à 14:40 (CET)
de toutes manieres si on leur posait la question on sait ce qui se passerait a la fin de la reponse Clin d'œil ViZiT 18 novembre 2007 à 15:19 (CET)
On dit concept, soit pour souligner que c'est une élaboration de l'esprit, soit pour prendre ses distances par rapport au sujet; c'est une nuance qui est plus visible dans "selon la conception de Machin" ou "quelles sont tes conceptions là-dessus ?". On dit théorique, soit au sens de faisant partie d'une théorie, soit de nouveau pour prendre ses distances, comme si on ajoutait : "enfin c'est ce que prétend l'ingénieur, mais si ça se trouve ça ne va pas marcher du tout".
Donc selon le ton employé, ça peut bel et bien être un pléonasme. Adrien' [1729] 19 novembre 2007 à 05:03 (CET)
Et un flocon de neige ? Là j't'attendais au virage Clin d'œil rv1729J'avais pas lu le résumé dans l'historique... comment tu m'as eu là !
Comme le soulignait Félix, le concept est l'idée d'un objet. Cette idée peut être théorique (comme les conseils d'un prêtre sur la sexualité) ou pratique (comme les conseils d'un Don Juan sur la sexualité) ;-) Concernant la "théorisation conceptuelle", je préfère m'abstenir de toute comparaison à ce sujet ;-) Furet Gris 19 novembre 2007 à 08:07 (CET)

Merci pour vos réponses (j'ai failli oublier). Je vais de ce pas sacrifier douze petits chiots à votre gloire. Pour les curieux, je me posais la question à propos de ça. Éclusette (d) 25 novembre 2007 à 12:01 (CET)

Suite Gothique[modifier le code]

Pourquoi la "Suite Gothique" de Léon Boëllmann ont ce nom?

bonjour, d'après ce qu'on peut lire dans l'article Léon Boëllmann, il est dans la mouvance romantique. Or le romantisme est fasciné par la période médiévale (voir Viollet-le-Duc ou l'architecture néogothique). Sans doute une explication de ce nom ? --Serein [blabla] 18 novembre 2007 à 16:01 (CET)

département du GARD (France)[modifier le code]

Image:Logo 30 gard.jpg

PontDuGard.JPG

Madame, Monsieur,

Retraité, habitant la Bretagne, j'accomplis un tour de France des cathédrales à vélo . Je suis intrigué par le logo (ou le pictogramme si vous voulez) du dèpartement du GARD, où je suis passé en Septembre : 4 sortes de menhirs penchés,3 bleu-vert, le 3ème rouge, au-dessous de 8 points bleu-vert irréguliers . Je remercie la personne qui pourrait me donner l'explication .

Eugène Duault

Il s'agit à mon avis d'une représentation stylisé des arches du pont du Gard. Et félicitations pour la balade en vélo !! HaguardDuNord 18 novembre 2007 à 16:25 (CET)
Et attention à ne pas confondre le Nord du Gard et la Gare du Nord ! ça fait longtemps que j'essayais de la placer, celle-là, mais là, l'occasion est énorme. Félix Potuit 18 novembre 2007 à 16:32 (CET)
Il fallait la placer. Bravo!... Mort de rireYvan23 19 novembre 2007 à 00:20 (CET)
Leçon de dessin : on dessine un objet en suivant ses contours, et aussi, surtout, en suivant les contours de l'espace vide qui l'environne ou qui est en lui. Ce qui trompe, c'est la couleur.

Morburre 18 novembre 2007 à 17:01 (CET)

Ceci dit, Monsieur étant breton, c'est un peu normal qu'il ait tendance à voir des menhirs partout. Félix Potuit 18 novembre 2007 à 20:58 (CET)

Magnat debon - schuliar - poussette d'enfant[modifier le code]

Bonjour, j'ai une vielle poussette qui a la marque de Magnat Debon - Schuliar. Elle très solide - en metal. Est-ce qu'il y a des informations sur cela? Vous pouvez me demander des photos.

Bonjour, commencez par voir Magnat-Debon, des fois que votre poussette aurait des pédales, un guidon, on moteur... ? Morburre 18 novembre 2007 à 17:06 (CET)
Et contactez l'auteur de l'article, puisque, contrairement à la règle, il a signé et mis son mail (aïe, aïe, aïe...) Morburre 18 novembre 2007 à 17:19 (CET)
Si l'enfant est encore dedans et s'il est d'époque, ça devrait augmenter la valeur. Félix Potuit 18 novembre 2007 à 20:59 (CET)

Stars in N.Y[modifier le code]

Bonsoir Oracle, Pourriez-vous m'aider ? Demain je fais un exposé sur New York ,la fameuse ville des Etats Unis et pour compléter mon exposé ,il me faudrait citer des stars qui habitent à New York (chanteurs,chanteuses et actrices et acteurs). Vous me seriez d'une très grande aide!!! Merci d'avance, et bonne soirée.

.Laly.

Une piste : New-York — pem 18 novembre 2007 à 18:33 (CET)
Sans oublier Charlélie Couture et sa galerie d'Art ! ou autre site d'art Yakafaucon 18 novembre 2007 à 18:46 (CET)

LA GRAVITÉ :)[modifier le code]

bonjour Ô oracle ! Je me demandais quelle était l'origine de la gravité entre 2 objets. Pourquoi 2 masses quelconque s'attirent ? Qu'est-ce qui cause les champs gravitationnels des masses énormes tels les étoiles ? POURQUOI tous les objets sont attirés vers le centre de la terre ? Je connais F= Gm1m2 / r au carré... mais je ne comprends pas son origine, pourquoi la gravité existe-t-elle ?

Autre question ... C'est quoi le rapport de la vittesse de la lumière dans l'équation E= mc2 ... pourquoi et comment toute masse peut être transformé en énergie ? Et que vient faire la vitesse de la lumière là-dedans ! :)

Parlant d'Einstein... ! J'ai lu en gros les articles sur les théories relativiste d'Einstein, sans vraiment en comprendre les grandes ligne ... :) J'apprécierais les connaitre !

Merci énormément de me répondre !

Wow!!! Tu pourait pas simplement demander quel est le sens de la vie ou d'autre trucs facile? Allez! Quelques réponse bâclé en attendant que des moins fénéant (ou plus savants) te répondent mieux. Et puis je sépare les question, tien!
A mon tour: En gros, et sans aucune garantie, je dirais:
Qu'on constate que tous les objets s'attirent et que probablement personne, pour l'instant, ne saurait vraiment dire pourquoi. A tout le moins, qu'il n'y a pas de consensus sur ce sujet, même entre ceux qui pensent comprendre pourquoi. G est une des quatre constantes physiques fondamentales. Certains espèrent qu'on pourra un jour les déduire les unes des autres, mais ça n'est pas certain.
Qu'on constate que dans le vide, tous les objets tombent à la même vitesse (cf Galilée), tout comme on constate que la vitesse de la lumière reste constante, même si on essaye de courir à côté d'elle (cf Expérience de Michelson-Morley). C'est le résultat de l'expérience, ça n'est déductible de rien, en tout cas pas à ma connaissance. On pourrait parfaitement imaginer un Univers qui fonctionnerait différemment. Sauf que le nôtre fonctionne comme ça.
A partir de là, on peut prévoir et expliquer des tas de choses, y compris les trajectoires compliquées des sondes spatiales et des équations très jolies pleines de symboles mystérieux. Mais les quelques lois fondamentales, elles, ne sont pas déduites. D'ailleurs de quoi pourrait-on les déduire? Quoi qu'on fasse, pour déduire quoi que ce soit, il faudra toujours partir de principes qui, eux, ne pourront pas être déduits mais seulement observés.
Toute l'histoire de la physique, pour ce que j'en comprend, tient dans la tentative de remonter jusqu'au plus petit nombre possible de principes non démontrables. C'est en tout cas ce qui me reste de mes lectures de Richard Feynman, un monsieur qui a marqué ma génération et qui, sans être un utopique "savant ultime", avait quand même quelques notions.
--Christophe Dioux 18 novembre 2007 à 22:06 (CET)

"Pourquoi 2 masses quelconque s'attirent? Pourquoi la gravité existe-t-elle?"[modifier le code]

Ca, c'est facile : "parce que". Si tu trouve une meilleur explication, tu est bon pour un triple prix Nobel. --Madlozoz 18 novembre 2007 à 20:21 (CET)

J'aurais dit: à cause de la force gravitationnelle, mais c'est peut-être un peu tautologique ? Remarquez bien que si vous tenez un ballon d'hélium à la main, il n'a pas l'air du tout d'être attiré par le centre de la terre. Félix Potuit 18 novembre 2007 à 21:04 (CET)
Histoire de jouer les chieurs, je te dirait que ça dépend de la pression de l'hélium (dans l'hypothèse d'un ballon rigide et vachement solide, of course) --Madlozoz 18 novembre 2007 à 21:39 (CET)
Précisément, si mes souvenirs d'histoire des sciences sont justes sur ce point, une grande part du progrès de la science post-newtonnienne, tient dans le fait qu'elle s'est débarassé de la volonté d'expliquer la nature des entités qu'elle constatait. De ce point de vue, toutes les théories scientifiques modernes ont une dimension instrumentale (une théorie explique correctement un événement si elle prédit sa survenu, non si elle en analyse les causes dernières). Instrumentalisme fortement lié à la place croissante de l'expérimentation à l'époque, et en oposition avec la science scholastique qui, elle, cherchait à expliquer ontologiquement les choses. Donc : la réponse est bien à cause de la force gravitationnelle, mais de cette force on ne peut rien dire, si ce n'est que si on postule qu'elle existe, alors on peut prédire, c'est à dire expliquer, un nombre considérable de phénomènes. Gede 19 novembre 2007 à 00:09 (CET)

Pourquoi la masse inertielle coincide-t-elle avec la masse gravitationnelle ? J'ai entendu jadis de belles conversations de comptoir là-dessus, ça faisait très mal à la tête quand on essayait de comprendre ce qui se disait. rv1729 19 novembre 2007 à 07:08 (CET)

Pourquoi 2 masses s'attirent ? La masse d'un objet déforme l'espace autour d'elle, un peu comme une boule de bowling sur un matelas. Tout autre objet sur le matelas aura tendance à se déplacer dans le creux ainsi formé par la boule. Pourquoi la gravité existe-t-elle ? Ça, ce n'est pas du ressort de la physique (le comment) mais de la métaphysique (le pourquoi) et la-dessus je préfère passer mon tour. Furet Gris 19 novembre 2007 à 07:21 (CET)

le rapport de la vitesse de la lumière dans l'équation E=mc²[modifier le code]

Les grandes lignes de la relativité[modifier le code]

Je ne connait que la relativité restrainte. Grosso modo, ça dit que si un gars cour à 200.000 km/s(par raport à la terre) et lance une balle de base ball à 200.000km/s(par raport à lui), alors la balle ne vas pas à 400.000km/s par raport à la terre car aucune vitesse ne peut dépasser c
C'est bien beau d'anoncer ça, mais du coup, il balance toute la physique classique aux ortie et il a donc du s'y coller pour re-ecrire toute une science physique qui explique, par exemple, que le temps ne n'écoule pas de la même façon dans 2 repère diférent, qu'une particule sans masse ne peut pas avoir une autre vitesse que c, qu'une particule massique augmente sa masse en même temps que sa vitesse(et tend vers l'infini quand la vitesse tend vers c), que la gravité agit sur les particule sans masse ect...
Bref, plein de truc anti-instinctif, mais décrivent le comportement des mobile aprochant (ou atteignant) la vitesse de la lumière. Il en a aussi déduit E=mc², mais là, je ne me rappelle pas des détails --Madlozoz 18 novembre 2007 à 20:22 (CET)--Madlozoz 18 novembre 2007 à 20:22 (CET)
Le meilleur bouquin (pour béotiens, comme moi) que j'aie jamais trouvé sur ce genre de questions, c'est encore Un, deux, trois... l'infini, de George Gamow (en anglais: One, two, three... infinity). Il a même ajouté des petits dessins de son cru pour rendre les choses plus compréhensibles, c'est à la fois drôle, clair et bien expliqué, même si ça commence à dater sérieusement (1947, version révisée 1961). Ça ne parle pas que de la relativité d'ailleurs, mais aussi du hasard, des grands nombres, de topologie, de physique atomique, et même de génétique. Bref, c'est le Grand Livre du Tout en 340 pages pour $10.95 (prix USA), c'est un bon investissement. Félix Potuit 18 novembre 2007 à 21:12 (CET)
Perso, le bouquin de vulgarisation sur la relativité que j'ai trouvé le plus clair est celui qui a été écrit par Einstein lui-même: Albert Einstein, La relativité, Gauthier-Villars (1956). Et puis l'avantage avec ce livre, c'est qu'on peut être raisonnablement certain que l'auteur a bien compris la théorie qui essaye de vulgariser! Je viens de découvrir dans l'article Albert Einstein dans Wikipédia qu'il en avait écrit un autre, que je ne connaissais pas. Décidément, elle est vraiment bien cette encyclopédie! Clin d'œil --Christophe Dioux 18 novembre 2007 à 22:19 (CET)
La manière la plus simple d'aborder le problème par celui de la désintégration de certains éléments en d'autres plus légers (dite désintégration nucléaire). Certains éléments radioactifs deviennent plus légers en dégageant une onde électromagnétique (similaire à la lumière mais d'une longueur beaucoup plus courte). E (l'énergie dégagée sous forme d'onde électromagnétique) est proportionnelle à la masse perdue (M). Il appert que pour établir le rapport exact, il faut ajouter une constante qui correspond au carré de la vitesse de la lumière dans le vide (C2). Cependant je ne connais pas d'explication sur pourquoi il s'agit de la vitesse de la lumière au carré. Furet Gris 19 novembre 2007 à 07:51 (CET)

Le "la"[modifier le code]

Bonjour,je ne sais pas comment chercher, J'aimerais savoir la relation entre le "la 440Hz du diapason" utile pour le musicien, et le "la" donné par le téléphone. A t'il été créé en premier pour une raison technique électronique, en se calquant sur le diapason, coincidant au "la" utile au musicien, ou bien a t'il été créé et soumis mondialement au téléphone pour les musiciens? Merci de me répondre, ou du moins me diriger comment trouver cette réponse. J.D. Tahiti.

Le "la" est la tonalité choisie pour le diapason depuis bien longtemps. Cependant sa hauteur a fortement varié. L'article diapason donne l'essentiel des informations sur ce sujet. --Serein [blabla] 18 novembre 2007 à 23:11 (CET)
Les accordéons sont souvent « accordés » (comment dit-on quand il n'y a pas de cordes ?) plus haut, à 442 Hz je crois (mais ça doit varier d'un fabriquant à l'autre). Comme c'est pas possible de changer la tonalité d'un accordéon, dans des petits groupes utilisant guitare, basse, et accordéon, tout le monde se cale sur l'accordéon.
C'était une anecdote en passant. rv1729 18 novembre 2007 à 23:24 (CET)
Hervé, on "accorde" n'importe quel instrument Clin d'œil. Même un accordéon, même une flûte. --Serein [blabla] 19 novembre 2007 à 00:55 (CET)
D'où le célèbre « Accordez, accordez, accordez donc, l'aumône à l'accordé, accordéon. » de Juliette Gréco [15] Mort de rire - HaguardDuNord 19 novembre 2007 à 01:01 (CET)
Il y a vraiment besoin d'ajuster la tonalité d'une guitare pour coller avec un accordéon accordé à 442Hz? Là comme ça à froid, j'aurais l'impression que la note d'une guitare n'est pas assez précise pour qu'on ressente le besoin d'une telle précision (modification de la tension des cordes au cours du jeu, variations de fréquence en fonction de l'intensité de la note, etc). Arnaudus 19 novembre 2007 à 11:38 (CET)
C'est ce que m'ont raconté des musiciens. Euh, mieux : j'ai participé à une assoc' qui organisait des concerts de groupes un petit peu connus maintenant, et je me souviens bien qu'on a un peu été surpris en découvrant qu'il leur fallait un piano accordé à 442 ou 443 Hz et pas 440. Tu me diras que le piano est plus précis que la guitare, mais c'est à cette occasion qu'on a appris l'histoire pour les guitares aussi. rv1729 19 novembre 2007 à 17:40 (CET)
À ces fréquences relativement basses, une différence de 2 Hz s'entend de façon assez discordante (si les deux instruments jouent en même temps). Pour donner un ordre d'idée : dans la gamme tempérée, le la est à 440 Hz, le la# est à 466 Hz et le si à 494 Hz. Cependant l'oreille humaine entend bien au delà d'une différence de un demi-ton : elle peut percevoir une différence de l'ordre d'un ou deux savart et un demi-ton en contient déjà vingt-cinq... Une oreille normale peut percevoir une différence entre un son à 440 Hz et un son à 442 Hz, et une oreille assez fine peut entendre la différence entre 440 Hz et 441 Hz. --Sixsous  19 novembre 2007 à 17:55 (CET)
Oui oui, je ne mettais pas en doute le fait qu'il existe en différence audible entre 440 et 442 Hz, mais plutôt qu'une guitare n'est pas l'instrument le plus précis qui soit: quand on joue une corde assez fortement (surtout les graves), la fréquence du son varie d'une manière assez nette (ça fait "Wouuuaaaaainouuuainnnn", enfin voyez), et d'ailleurs l'aiguille de l'accordeur oscille toujours plus ou moins autour de la fréquence attendue. Par ailleurs, surtout avec des cordes neuves, il faut accorder assez souvent, même parfois au cours du jeu... Enfin c'était juste une réflexion en l'air, hein... Arnaudus 20 novembre 2007 à 10:40 (CET)
C'est plus une oscillation en intensité que l'on perçoit, pas en fréquence. Maintenant, il est vrai que dans les millisecondes suivant lesquelles on pince la corde, on est en principe dans un régime transitoire durant lequel le son n'est pas périodique (et l'électronique de l'accordeur a également son temps de latence à lui), mais c'est le cas de la plupart des instruments de musique. Et l'équation des cordes vibrantes suppose des petites déformations (on peut oublier cette hypothèse quand on joue fort) et une masse linéaire constante le long de la corde (hypothèse rarement vérifiée). Bref, le son d'un instrument de musique n'est jamais vraiment périodique, mais ça n'empêche pas que l'oreille entendra quand même une fréquence fixe sur laquelle 2-3 Hz de différence font justement toute la différence. En fait, la fréquence que perçoit l'oreille dépend souvent plus des harmoniques du spectre que de la fréquence fondamentale et l'accordeur électronique n'est donc pas un instrument terriblement efficace : souvent entre deux notes d'un instrument de musique l'oreille entend une octave là où physiquement il y a un déjà peu plus que le double de la fréquence de départ.
Et effectivement, comme tu dis, pour une guitare, il faudrait que les cordes aient été un peu « usées » auparavant si on veut éviter que l'instrument se désaccorde durant un concert. S'il n'y a qu'une guitare, le chanteur et des percussions, c'est pas trop grave car le chanteur accordera sa voix en temps réel sur la guitare. Mais s'il y a d'autres instruments... aïe aïe aïe... --Sixsous  20 novembre 2007 à 16:02 (CET)

Fougère, fronde et feuille[modifier le code]

Bonjour, Chez la fougère (comme l'Osmonde royale), il y a des frondes, mais l'article n'explicite pas vraiment de quoi il s'agit : s'il s'agit d'une feuille entière, qui est alors composée de multiples folioles, ou si la fronde porte en fait de multiples feuilles. En gros, fronde = feuille = plein de folioles, ou fronde = plein de feuilles ? Merci ! Euh tant qu'à faire, une trachéide (scalariforme par ex) c'est UNE cellule ou c'est plusieurs ? J'ai bien regardé l'article mais ça m'a pas trop aidé... J'en profite aussi pour dire que dans l'article Xylème on dit que le xylème est constitué de cellules mortes or dans Trachéide scalariforme et dans Trachéide aréolé, on dit que les trachéides sont des cellules vivantes...

Salut, oui, on peut dire qu'une fronde est une feuille de fougère. Elle est constituée d'un pétiole qui se prolonge par le rachis autour duquel se trouve le limbe. Ce que tu pourrais appeller des petites feuilles ne sont pas des folioles comme pour le frêne mais des divisions primaires, secondaire et tertiaire (à ma connaissance, cela ne va pas au delà). Pour le Polypode vulgaire, comme il n'y a que des divisions primaires, parle de segments. Mais ce n'est pas le cas pour toutes les fougères : certaines ont un limbe entier (scolopendre), un limbe segmenté (Polypode vulgaire), limbe 1X divisé (Osmonde royale ou fougère aigle) 2X divisé (fougère femelle). Quant aux trachéïdes, je n'en sais rien... Au plaisir — Abalg|discuter le bout de gras avec du e-miel 19 novembre 2007 à 00:35 (CET)
Merci pour tous ces renseignements ! :) Mais maintenant ma question serait : comment distinguer un foliole d'un limbe ? Parce qu'au final, c'est la même structure, et à part un zoom, ça change quoi ?
Dans les fougères, on parle de divisions... Ce qui détermine une feuille (chez les plantes à fleurs) ou une fronde (chez les fougères), c'est la position des bourgeons (méristèmes). Pour la quasi totalité des fougères des régions tempérée, ces bourgeons se situent au niveau du rhizome, donc, toute la partie qui part de ce rhizome est une seule feuille. Le fait que le schéma semble se répéter n'est qu'une illusion car il n'y a pas de méristème ni dans les divisions, ni dans le rachis, ni même dans le pétiole. La plante, quelqu'elle soit, ne pourra jamais croître par l'intermédiaire de ses feuilles, c'est le principe même d'une feuille ou d'une fronde! Après, on peut se poser la question du pourquoi sont-elles aussi découpée, et de manière aussi semblable? Je n'ai pas de réponse définie mais mon ressenti est que d'une part, il me semble que cela permet le meilleur rendement (surface ensoleillée pour la photosynthèse, déplacements réduits de la sève brute, sève élaborée) pour le poids le plus faible et également cela réduit la portée au vent tout en permettant le meilleur envol des spores. Le truc avec l'Osmonde royale, c'est qu'elle a des frondes fertiles et d'autres stériles alors que pour la plupart des fougères, les frondes sont toujours fertiles, j'imagine que c'est ça qui t'as mis dans le baba, mais le principe est le même... Bien à toi — Abalg|discuter le bout de gras avec du e-miel 19 novembre 2007 à 18:29 (CET)
Non c'est pas trop les frondes fertiles et stériles qui m'ont dérangé, mais bien le fait qu'un foliole pour moi, jusqu'à maintenant ça a été toujours été une feuille :) Mais maintenant avec tes explications, j'ai bien compris :) En gros, une feuille a un méristème à sa base alors qu'un foliole non.

resistance[modifier le code]

bonjour cher pythies

je voudrais savoir si une toile d'araignée, ou plutot un fil,tendu a l'extreme est capable d'arreter un vol d'avion?