Wikipédia:Oracle/semaine 13 2018

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Semaines : 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52  | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 



Oigne ou cye ?[modifier le code]

La canaroie n’est pas un hybride.

Chères Pythies,

Un hybride cygne - jars/oie a-t-il un nom et si oui lequel ?

Merci --Domingue (d) 27 mars 2018 à 09:38 (CEST)

Ici peut-être ? 2A01:E34:ECBA:C5D0:C0E9:44F:15FD:4EFD (discuter) 27 mars 2018 à 10:20 (CEST)
L'article laisse à penser que oies-cygnes seraient le nom russe des oies sauvages. En tout cas on y parle pas d'hybrides. --Domingue (d) 27 mars 2018 à 18:51 (CEST)
… en tous cas, ça existe, le papa jars s'appelle Klaxon et est bien connu sur le lac Léman. Pour les trois petits, l'article ne parle que d'« oisillons » et de « métis ». — Hautbois [canqueter] 27 mars 2018 à 11:46 (CEST)
swoose (contraction porte-manteau Swan + Goose). — Hautbois [canqueter] 27 mars 2018 à 11:55 (CEST)
Et C'est bon ? Sourire diabolique -- Doalex (discuter) 27 mars 2018 à 12:45 (CEST)
Et même wikt:en:swoose (la source de l'autre) mais malheureusement pas de lien interlangue. -- Xofc [me contacter] 27 mars 2018 à 17:38 (CEST)
Quant à swoose se serait le croisement d'une oie et d'un cygne, mais pas d'un jars et d'une cygne.
J'aimerais, si possible, un mot ou une locution en français, mais d'en avoir dans une langue étrangère, c'est mieux que rien. Merci à tous, On continue les recherches. Si quelqu'un écrit un article, je fournis une photo. Sourire diabolique --Domingue (d) 27 mars 2018 à 18:51 (CEST)
Un article hybrides des anatidés serait sûrement passionnant. La biblio peut commencer par [1] et les articles qui le citent (100 références sur Google scholar). Je trouve aussi une liste de sources ici. Je vais prendre 5 mois de break pour faire ça, tiens. rv1729 28 mars 2018 à 09:04 (CEST) Ou pas.

Pourquoi en France certaines féminisations de noms de métiers sont en _eur/_eure ?[modifier le code]

Bonsoir. Pour préciser le sens de ma question, j'ai fait, il y a quelque temps déjà, la rencontre de la forme auteure comme féminisation du mot auteur. Étant entendu que cette forme est correcte, je me suis posé la question de l'intérêt d'une différenciation si peu marquée à l'oral, alors que préexistaient les formes _eur/_euse, comme dans chercheur/chercheuse ou _eur/_oresse comme dans docteur/doctoresse. Je suppose qu'une commission de terminologie quelconque a présidé à ce choix, aussi j'aimerais connaître les raisons qui ont fait de ce choix celui retenu. Cordialement, Ygnobl (discuter) 28 mars 2018 à 01:38 (CEST)

Il y a aussi instituteur/institutrice (et un tas d'autres : instructeur, auditeur, agriculteur, conducteur, réalisateur,...). Voir peut-être ici (dérivé du TLFi). -- Xofc [me contacter] 28 mars 2018 à 04:13 (CEST)
Voir Féminisation des noms de métiers en français. rv1729 28 mars 2018 à 08:57 (CEST)
et aussi le Guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions de 1999 : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/994001174.pdf en particulier pages 23 à 25. Okashi no kuni (discuter) 28 mars 2018 à 10:53 (CEST)
La féminisation des noms varie en fonction de la sonorité, des usages, des modes féministes. Pour les -eur on a :
- Instituteur -> institutrice
- Chercheur -> chercheuse
- Chômeur -> chômeuse (je sais, ce n'est pas un métier...).
- Docteur -> Doctoresse
- Auteur -> auteure (récent)
Personnellement, je trouve le -eure un peu tiré par les cheveux. Il y a sûrement d'autres formes... --Serged/ 28 mars 2018 à 17:02 (CEST)

Merci à vous pour les éléments que vous me fournîtes. Je me plonge de suite dans le Guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions que vous avez si aimablement proposé à ma lecture. Cordialement, Ygnobl (discuter) 29 mars 2018 à 04:33 (CEST)

Voir aussi les références de l'Académie Française (le guide de 99 n'a pas de valeur normative, contrairement à l'Académie) :
Une conséquence amusante (?) est que si on peut féminiser les noms de métier, il ne faut pas le faire pour les titres qui restent invariables (égalité devant la loi) : « ma doctoresse est docteur en médecine » est la forme correcte, parce que "docteur" est dans un cas un nom de métier, et dans l'autre un titre...
Eh nah? (discuter) 29 mars 2018 à 16:53 (CEST)
À serged (d · c · b) aka Serged : vous avez oublié un sixième procédé : Wiktionary small.svg bailleurWiktionary small.svg bailleresse ; cf. Wiktionary small.svg -eresse (entrée où j’ai repéré un nom de métier à proprement parler au moins : Wiktionary small.svg gouverneresse). Alphabeta (discuter) 29 mars 2018 à 17:32 (CEST). — PS : j’ai oublié le nom de l’écrivain qui employait le mot « une emmerderesse »… Alphabeta (discuter) 29 mars 2018 à 17:34 (CEST)

Misogynie à part, le sage avait raison
Il y’ a les emmerdantes, on en trouve à foison,
En foule elles se pressent.
Il y’ a les emmerdeuses, un peu plus raffinées,
Et puis, très nettement au-dessus du panier,
Y'a les emmerderesses.
(Georges Brassens, Misogynie à part)

┌─────────────────────────────────────────────────┘
Y en a marre d'entendre parler de la féminisation des noms ! Et si on s'intéressait à la masculinisation pour une fois, par ex. une « gouvernante » : faut-il parler d'un « gouvernant » (Smiley: ???). - Une contributrice, Cymbella (discuter chez moi) - 29 mars 2018 à 23:08 (CEST)

Je souhaiterais dédier une pensée aux malheureux 1% des sages-femmes en France qui sont des hommes. 2A01:E34:ECBA:C5D0:64ED:6822:EDD9:6860 (discuter) 30 mars 2018 à 09:38 (CEST)
D'après le TLFi, la forme masculine de gouvernante seraitgouverneur. J'ose penser que l'existence d'un terme masculin adéquat doit être plus courante qu'on le pourrait supposer. Pour ce qui est de la question que je posais à l'origine, loin de moi l'idée de combattre l'avancée de la cause féminine que peut être la féminisation des mots dans la langue française. La question était relative au choix qui a été fait d'une forme qui, à mon sens, semble moins euphonique. Toutes mes sincères excuses si mon propos a pu sembler entaché de quelque velléité de lutte contre la féminisation. Bien vôtre, Ygnobl (discuter) 30 mars 2018 à 00:41 (CEST)
Notification Ygnobl : Loin de moi l'idée de te blâmer, au contraire je trouve que cette féminisation outrancière dessert plus la cause féminine qu'elle ne la promeut ! Clin d'œil - Cymbella (discuter chez moi) - 30 mars 2018 à 10:19 (CEST)
Voir Mon père est femme de ménage (film) : le titre de ce film témoigne de façon flagrante d’une absence de masculinisation… Alphabeta (discuter) 30 mars 2018 à 13:57 (CEST)
J’entrevois encore une autre façon de faire : s’ils m’en souvient certains ont proposé et proposent peut-être toujours d’écrire par exemple « un ingénieur » et « une ingénieur ». Alphabeta (discuter) 30 mars 2018 à 18:25 (CEST)
@Alphabeta « un ingénieur », « une ingénieuse » c'est pas mal non plus Espiègle - Cymbella (discuter chez moi) - 31 mars 2018 à 21:43 (CEST)
 Ygnobl (d · c · b) : pour ma part « -eur-eure » ne m’étonne nullement, contrairement à « -eur-euse ». Pour « -eur-euse » on suppose que le -r final a été muet dans -eur, ce qui aurait causé une confusion avec « -eus (écrit -eux) → -euse ». Des sources seraient les bienvenues… Alphabeta (discuter) 30 mars 2018 à 18:32 (CEST)
Quant à « -teur-trice » : ne serait-ce point un pur latinisme ? Le français directeur fait figure de calque du latin director et le français directrice fait figure de calque du latin directrix ; voir wikt:fr:director#la qui signale le féminin directrix. Alphabeta (discuter) 30 mars 2018 à 19:31 (CEST)
En tout cas, il me semble intolérable que des contributeurs mâles soient qualifiées de "pythies", nom féminin. J'exige donc l'introduction et l'utilisation obligatoire du terme masculin "un pythi". 2A01:E34:ECBA:C5D0:58B4:5954:5EEC:69D4 (discuter) 31 mars 2018 à 09:13 (CEST)
Je plusse pour « un pythi ». Voir Wikipédia:Le Bistro/1 avril 2018#« Le victim » ? (§ 2 de la page Wikipédia:Le Bistro/1 avril 2018) : je viens moi-même de proposer une nouvelle masculinisation… Alphabeta (discuter) 31 mars 2018 à 18:29 (CEST)
Je pense que le pythi ne dois surtout pas se déplacer, car si un pithi go, ça va le rendre malade. Et comme cette discussion me laisse sur ma faim, je vous souhaite bon un pythi. Il faut vraiment que je pense à dormir... Ygnobl (discuter) 31 mars 2018 à 22:55 (CEST)
J'avais lu dans ma jeunesse, mais je ne sais plus où (peut-être une "question des lecteurs" sur un magazine de mon enfance) : Le féminin en -euse est issu des mots en -eux, eux-même tirés d'argot du peuple, et donc avec une connotation péjorative (par exemple pouilleux ou boiteux sont restés). En revanche, les féminins en -trice proviennent des mots en eur, qui ont gardé leur noblesse (les gens de la ville, qui ont fait des études). Ainsi une institutrice et une factrice sont vue positivement, mais un coiffeur -> un coiffeux -> une coiffeuse ou un chauffeur -> un chauffeux -> une chauffeuse ont été vus comme des gens du peuple à une certaine époque. Cette explication m'a fait sourire Sourire Bertrouf 6 avril 2018 à 14:40 (CEST)

Décalogue de Wisielec[modifier le code]

Bonjour,

Je viens de découvrir, grâce à la page Wikipédia du film Arizona Dream, l'existence du Décalogue de Wisielec. Cherchant à en apprendre plus sur ce dernier, je n'ai trouvé qu'une seule autre mention à ce sujet, et ce sur la page du film Les Sentiers de la gloire. Je n'ai trouvé aucune information sur ce que représente le décalogue de Wisielec et j'aimerais en apprendre plus.

Merci d'avance,

Youge13

Le Décalogue— les Dix Paroles pour le judaïsme, traduit par les Dix Commandements pour le christianisme.
Bonjour, je mentionne Notification Pierre Legris qui est la personne qui a ajouté cette information sur les 2 pages. --LJouvenaux (discuter) 28 mars 2018 à 17:23 (CEST)
Je crois avoir trouvé : https://www.aethalides.com/produit/f1797b/ un roman de Wisielec paru aux éditions Éthalidès#Autres qui publie également du Limerick (poème). Deux articles sur lesquels Pierre Legris a contribué le même jour que son ajout. Bertrouf 29 mars 2018 à 13:07 (CEST)
Je me demande si ce n'est pas un peu du spam tout ça... Du teasing ou une plaisanterie. (un inconnu pose une question sur quelque chose de tout-à-fait inconnu qui vient d'être créé par un autre inconnu qui parle de livres inconnus qui viennent de paraître dans une maison d'édition inconnue... Je me demande si tout cela est bien dans les critères d'admissibilité... -- Xofc [me contacter] 29 mars 2018 à 19:59 (CEST)
Je suis certes un inconnu, c'est peut-être du spam, mais je me pose réellement la question... Utilisateur:Youge13;me contacter; 30 mars 2018 à 10:28
Pour répondre à Youge3, le Décalogue semble être un livre du dénommé Wisielec. Je dis bien semble, car pas moyen de trouver une source sur le livre, et très très peu sur l'auteur. J'ai annulé les 2 modifs. Ziron (discuter) 30 mars 2018 à 13:36 (CEST)
D'accord, merci pour l'attention accordée. Utilisateur:Youge13 - 31 mars 2018 à 00:41 (CEST)

Effet Casimir et Cale étalon (dites cales Johansson)[modifier le code]

Bonjour à toutEs les OraclienNEs. Lisant un texte sur l'effet Casimir, je me suis souvenu des cales étalon qui "collent" mystérieusement. L'article Cale étalon ne parle pas des causes possibles, mais https://en.wikipedia.org/wiki/Gauge_block#Wringing s'y risque ; je recopie :"

  • Air pressure applies pressure between the blocks because the air is squeezed out of the joint.
  • Surface tension from oil and water vapor that is present between the blocks.
  • Molecular attraction occurs when two very flat surfaces are brought into contact. This force causes gauge blocks to adhere even without surface lubricants, and in a vacuum.

It is believed that the last two sources are the most significant."
D'où plusieurs questions :
Q1) Est-ce que la "Molecular attraction" pourrait-être l'effet Casimir ?
Q2) Sinon, l'effet Casimir intervient-il tout de même ? (il fait intervenir des surfaces conductrices parallèles rapprochées, ce qui est carrément le cas de ces cales). Je vous remercie pour vos cogitations.--Jojodesbatignoles (discuter) 31 mars 2018 à 12:38 (CEST)

Pas pris le temps de beaucoup cogiter, mais à coup sûr :
  • (Q1) l'attraction moléculaire (un avatar des forces électrostatiques) n'a rien à voir avec l'effet Casimir ;
  • (Q2) aucune chance que l'effet Casimir intervienne significativement, pour le mettre en évidence il faut vraiment s'abstraire au maximum des autres forces usuelles, et ce n'est certainement pas le cas ici ;
  • pour que la pression de l'air joue un rôle il faut qu'il n'y ait aucun chemin connecté de vides à travers l'interface des deux cales : c'est possible en cas de finition délicate des deux faces en regard ;
  • pour que l'attraction moléculaire joue un rôle il faut une finition encore plus fine (jusqu'à l'échelle atomique) : c'est accessible aux technologies actuelles mais probablement pas mis en œuvre pour les cales étalon ;
  • le rôle de la tension superficielle est très plausible s'il y a de l'huile ou un autre liquide, mais quasiment pas s'il n'y a que du gaz.
Bref, plutôt la pression de l'air ou la tension superficielle selon les modalités précises de fabrication et de mise en œuvre des cales. — Ariel (discuter) 31 mars 2018 à 13:08 (CEST)
P.S. L'article Cale étalon dit « En principe, l'état de surface des deux faces mesurandes permet une adhérence naturelle sous l'action de la pression atmosphérique exercée sur les faces externes de l'assemblage de cales », ce qui me satisfait. Voir aussi le bouchage à l'émeri. — Ariel (discuter) 31 mars 2018 à 13:38 (CEST)
Bonjour. Les mécaniciens parlent de forces moléculaire parce que les cales métalliques qu'on oublie de séparer après usage finissent par se souder, (on parle de soudage à froid), et les cales céramiques, dont les forces moléculaires sont de nature différente, échappent à cet inconvénient. Ça ne prouve sans doute pas grand'chose, la formulation étant vraisemblablement trop vague pour le physicien, mais dans la mesure où ça a une conséquence pratique les mécaniciens s'en contentent. 2A01:E35:8A5D:4340:7DA5:ACCF:C740:E83D (discuter) 1 avril 2018 à 00:00 (CEST)
Si l'on y regarde de plus près, les forces de tension superficielle ne sont pas fondamentalement différentes de forces entre molécules (entre atomes, en fait), mais on distingue sous ce nom les forces macroscopiques liées aux perturbations des couches atomiques proches d'une interface. Quant au soudage à froid, il peut résulter d'une modification des surfaces en contact quand il y a de fortes contraintes mécaniques, et en leur absence (ce qui est le cas ici, si je comprends bien) d'un colmatage au moins partiel des pores et des aspérités par des molécules adsorbées faisant office de colle (encore des forces moléculaires et/ou de tension superficielle). — Ariel (discuter) 1 avril 2018 à 09:31 (CEST)

Par hasard... un 1er avril : Les jumeaux Goffinet ![modifier le code]

Un Goffinet ?..
Auguste Goffinet

Bonjour : souvenez-vous : [2] on avait calé sur l'identification de ce moustachu. Or, par hasard je tombe sur Adrien Goffinet et ses deux fils jumeaux qui ont un bon air de famille avec le type que je recherche. Lequel des deux ? mystère, peut être un indice avec les décorations. J'ai une autre photo ou l'inconnu porte bien des lunettes fines comme celle d'Auguste ou de Constant Goffinet. En cherchant sur Google image ou avec les liens des articles dans les autres langues, on a des photos plus détaillées comme celle-ci : [3]. Si cette énigme intéresse quelqu'un, toute aide sera la bienvenue : la ressemblance est-elle suffisante ? les dates sont concordantes, le port des lunettes etc.., reste à savoir quand Goffinet serait venu à Paris chez Nadar et chez Pierre Petit (j'ai plusieurs photos), mais avoir à faire à des jumeaux, c'est pas de chance ! - Siren - (discuter) 1 avril 2018 à 13:56 (CEST)

Diviser pour régner[modifier le code]

Question transférée en semaine 14 2018