Wikipédia:Lumière sur/Mai 2010

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Principe

Cette page est consacrée à l’organisation et à la maintenance du cadre Wikipédia:Lumière sur de la page d’accueil de Wikipédia. Celui-ci est rempli par l’appel de la page correspondante, dont le contenu est renouvelé quotidiennement de façon automatique.

Deux principes sont à retenir :

  • Les articles présentés dans les différents cadres sont ceux qui ont d’ores et déjà été promus aux labels « Articles de qualité » et « Bon article ».
  • Il convient d’éviter de mettre plus de 400 mots (200 mots chacun pour les Lumière sur paraissant en duo, typiquement pour les articles promus BA) dans les cadres afin de maintenir l’équilibre des colonnes sur la page d’accueil, où ces cadres sont transclus. Si nécessaire, ajoutez à la fin le code {{Clr}} afin d’éviter que l’éventuelle image ne déborde du cadre.

Programme du mois

Samedi 1er mai 2010

Le carrefour de la Table, au centre de la forêt en hiver.

La forêt de Chantilly est un massif forestier de 6 344 hectares situé sur le territoire de seize communes des départements de l’Oise et du Val-d’Oise, à 37 kilomètres au nord de Paris.

La forêt a été constituée progressivement par les acquisitions des seigneurs de Chantilly depuis le Moyen Âge jusqu’au XIXe siècle dans le but principal d’en faire une réserve de chasse. Propriété de l’Institut de France depuis 1897, elle appartient au domaine de Chantilly et est protégée au titre des sites classés. Elle est soumise au régime forestier et gérée par l’Office national des forêts (ONF). Les peuplements forestiers sont principalement constitués de chênes à 48 %, de pins sylvestres à 12 % et de hêtres à 9 %.

À la fois espace naturel et historique, plusieurs de ses sites appartiennent au réseau Natura 2000 afin de protéger leurs habitats naturels rares et menacés et ses populations d’oiseaux. Par ailleurs, son territoire abrite six monuments historiques. Elle reste encore un terrain de chasse et notamment de grande vénerie, mais aussi d’entraînement pour chevaux de courses. Septième forêt la plus visitée de l’agglomération parisienne, elle forme avec la forêt d’Halatte et la forêt d’Ermenonville, le massif des Trois Forêts.

Dimanche 2 mai 2010

Sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face.

Marie-Françoise Thérèse Martin, en religion sœur Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face, également connue sous les appellations sainte Thérèse de Lisieux, sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus ou encore la petite Thérèse, est une religieuse carmélite française née à Alençon dans l'Orne en France le et morte à Lisieux en France le .

Le retentissement de ses publications posthumes, dont Histoire d'une âme publiée peu de temps après sa mort, en fait l'une des plus grandes saintes du XIXe siècle. La dévotion à sainte Thérèse s'est développée partout dans le monde.

Considérée par Pie XI comme l'« étoile de son pontificat », elle est béatifiée puis canonisée dès 1925. Religieuse cloîtrée, elle est paradoxalement déclarée sainte patronne des missions et, avec Jeanne d'Arc, canonisée en 1920, proclamée « Patronne Secondaire de la France ». Enfin, elle est proclamée Docteur de l'Église par Jean-Paul II en 1997 pour le centenaire de sa mort.

Dernière née d'un couple tenant commerce d'horlogerie et de dentelles d'Alençon, Louis et Zélie Martin, Thérèse perd sa mère à quatre ans et demi. Elle est élevée par ses sœurs aînées Marie et Pauline, qui tour à tour entrent au carmel de Lisieux, faisant revivre à l'enfant le sentiment d'abandon ressenti lors de la perte de leur mère. Cependant, elle ressent très tôt un appel à la vie religieuse. Elle fait un pèlerinage à Rome pour demander l'accord d'entrer au Carmel, alors qu'elle n'en a pas encore l'âge légal. Mais le pape refuse, elle doit donc attendre. Elle entre au Carmel de Lisieux à quinze ans. Après neuf années de vie religieuse, dont les deux dernières passées dans une « nuit de la foi », elle meurt de la tuberculose le à l'âge de vingt-quatre ans.

La nouveauté de sa spiritualité, appelée la théologie de la « petite voie », de l'enfance spirituelle, a inspiré nombre de croyants. Elle propose de rechercher la sainteté, non pas dans les grandes actions, mais dans les actes du quotidien même les plus insignifiants, à condition de les accomplir pour l'amour de Dieu. En la proclamant 33e docteur de l'Église, le pape Jean-Paul II a reconnu ipso facto l'exemplarité de sa vie et de ses écrits. Ironie du sort, elle meurt inconnue puisque cloîtrée et est aujourd'hui « mondialement célèbre et vénérée ».

Édifiée en son honneur, la basilique de Lisieux est le deuxième plus grand lieu de pèlerinage de France après Lourdes.

Lundi 3 mai 2010

« Ah ! comme l'or tombent les feuilles dans le vent, de longues années innombrables comme les ailes des arbres ! »

Le quenya (prononcé ['kʷɛnʲa]) ou haut-elfique est une des langues construites imaginées par le romancier et philologue John Ronald Reuel Tolkien dans le cadre de l'élaboration des récits de la Terre du Milieu. Sa création remonte au plus tard à l'année 1915. Le vocabulaire et la grammaire de cette langue ont progressivement évolué durant la vie de leur auteur, jusqu'à atteindre une relative stabilité après la publication de son roman Le Seigneur des anneaux en 1954-1955. Tolkien s'est principalement inspiré du finnois pour l'élaboration de la langue, ainsi que du latin et du grec.

Au sein de son univers de fiction, le quenya est la langue des Elfes Vanyar et Ñoldor installés en Valinor, sur le continent d’Aman. La langue s’implanta en Terre du Milieu quand les Ñoldor s’y exilèrent ; elle cessa bientôt d’y être employée comme langue courante, mais subsista comme langue de culture et de cérémonie parmi les Elfes ainsi qu’un peuple d'Hommes, les Dúnedain.

Le quenya fut conçu par Tolkien comme dérivant d'une langue originelle commune à toutes les langues elfiques qu'il imagina. C'est une langue à morphologie complexe, qui présente à la fois des traits flexionnels et agglutinants ; elle repose en grande partie sur l'emploi d'affixes, mais recourt aussi à l'alternance vocalique. Le quenya est pourvu d'une riche déclinaison et d'une conjugaison de type synthétique. Le nombre de cas et la conjugaison ont varié avec les années au cours du développement de la langue par leur auteur. Le vocabulaire est essentiellement a priori, c'est-à-dire créé indépendamment de celui des langues naturelles, mais il est en revanche apparenté à celui des autres langues elfiques imaginées par Tolkien.

Le quenya se transcrit par différents systèmes d'écriture tels que les sarati ou les tengwar.

Mardi 4 mai 2010

Cheval navarrin par Victor Adam, lithographie rehaussée à l'aquarelle.

Le cheval navarrin, navarin, navarrois, bigourdin ou tarbais est une ancienne race chevaline française, désormais disparue, qui était surtout élevée dans les plaines des Pyrénées près de Tarbes, ainsi qu'en Bigorre, dans les Hautes-Pyrénées, et, par extension, dans tout le Sud-Ouest de la France. Probable monture de prestige durant le Moyen Âge et la Renaissance, elle eut très bonne réputation durant tout le XVIIIe siècle, où ce petit cheval résistant, fin et vif fut abondamment utilisé comme monture de remonte pour la cavalerie légère, mais aussi sous la selle pour les manèges et la pratique du dressage classique, grâce à sa grande élégance. Abondamment réquisitionnée par les armées napoléoniennes au début du XIXe siècle, la race navarrine fut croisée avec des pur-sang arabes pour reconstituer le cheptel, puis avec des Pur-sang, à partir de 1833, dans le but d'« améliorer » sa taille, exclusivement pour les services de cavalerie. Ce cheval changea alors de morphologie et de caractère, les croisements réalisés sous l'impulsion du haras de Tarbes eurent des résultats mitigés et des chevaux arabes furent alors réintroduits en plus des Pur Sang, suivant un programme de zootechnie qui s'acheva en 1852, date officielle de formation de la race anglo-arabe. La race navarrine disparut donc lentement au cours du XIXe siècle, absorbée dans les croisements, et n'existe plus depuis les années 1850, époque où son élevage fut remplacé par celui de l'anglo-arabe.

Mercredi 5 mai 2010

Démosthène s’exerçant à la parole, toile de Jean-Jules-Antoine Lecomte du Nouy (1842-1923).

L’apostrophe (substantif féminin, se prononce a.pɔs.tʁɔf), du grec ἀποστροφή (apostrophein, « action de se détourner » ayant donné le mot apostropha en latin), est un procédé linguistique et stylistique permettant d’interpeller un destinataire dans le cours d’une phrase ou d’un texte.

Il existe deux sortes d’apostrophes. La première consiste en une fonction grammaticale utilisée pour marquer une interpellation dans la langue. Par exemple, dans le vers « Ô malheureux mortels ! Ô terre déplorable ! » (Voltaire, Poème sur le désastre de Lisbonne), l’apostrophe est marquée par le double emploi de l’interjection « ô ». Cette fonction est généralement représentée dans les langues flexionnelles, comme dans le latin, par un vocatif ancien. L’apostrophe est également le nom donné à une figure de style, proche de l’allocution rhétorique, et qui consiste à interrompre un discours ou un récit pour s’adresser subitement à un destinataire, en général absent ou fictif. Proche de la digression ou de l’épiphrase, l’apostrophe est un procédé stylistique important qui engage le narrateur dans son discours.


Diptyque de Stilicon, vers 395.

Stilicon (latin : Flavius Stilicho), né vers 360 près de Constantinople, et mort le à Ravenne, est un militaire et homme politique romain d'origine barbare.

Fils d'un Vandale et d'une Romaine, Stilicon entre tôt dans l'armée et devient rapidement un des principaux généraux de l'empereur Théodose, dont il épouse la nièce Serena en 384. Il participe aux guerres contre l'usurpateur Magnus Maxime en 388 puis contre l'usurpateur Eugène en 394. Nommé magister utriusque militiae, soit généralissime, la même année, il prétend avoir reçu, en 395, à la mort de Théodose, la régence de l'Empire et le devoir de protéger les deux héritiers du trône : Arcadius et Honorius. Stilicon échoue cependant à imposer son autorité sur l'Empire romain d'Orient d'Arcadius et à éviter la rupture entre les deux parties de l'Empire.

Il exerce donc la régence du seul Empire romain d'Occident, de 395 à 408, sous le règne de l'empereur Honorius, qui épouse sa fille Marie, en 398. Il mène à ce titre plusieurs campagnes contre les Alains et les Wisigoths, sur le Rhin, en Illyrie et en Grèce, et combat l'usurpateur Gildon en Afrique. En 401, il affronte les Wisigoths du roi Alaric qui ont envahi l'Italie et les repousse après deux ans de guerre, en 403. En 406, il combat de nouveau en Italie contre les Ostrogoths de Radagaise, qu'il défait la même année. Si Stilicon a sauvé par deux fois la péninsule, c'est au prix du rappel de troupes déployées en Gaule et en Bretagne, ce qui dégarnit les frontières de l'Empire d'Occident. Lorsque à l'hiver 406, des armées de Vandales et d'Alains franchissent le Rhin gelé, le régent Stilicon ne parvient plus à endiguer leur passage. Il échoue également à briser l'usurpation de Constantin III en Gaule et en Bretagne au printemps 407...

Jeudi 6 mai 2010

Gullfaxi d'après un dessin au crayon traité sous GIMP.

Gullfaxi est, dans la mythologie nordique, un cheval très rapide à la crinière d'or ou dorée, appartenant originellement selon le Skáldskaparmál à Hrungnir le jötunn. Ce dernier croise le dieu Odin dans le monde de Jötunheimr où, suite à un court dialogue avec le dieu, il affirme que Gullfaxi est un cheval plus rapide que Sleipnir, la monture à huit jambes d'Odin. Défiant le dieu de l'emporter à la course, Hrungnir enfourche alors Gullfaxi et chevauche aussi vite que possible derrière Odin et Sleipnir, mais dans sa fureur, il se fait emporter jusqu'aux portes de la forteresse d'Ásgard où Odin l'invite à boire. Après des altercations avec les dieux, Hrungnir est tué par Thor, qui confie alors le cheval Gullfaxi à son fils Magni en récompense de son aide après sa lutte contre le géant, provoquant la déception de son père, Odin.

Gullfaxi est, à l'instar d'autres chevaux fabuleux de la mythologie nordique, une monture à la symbolique chamanique, puisque capable de courir aussi bien dans le ciel, sur la terre que sur la mer, mais aussi de voyager entre deux mondes, celui de Jötunheimr et celui d'Ásgard. On le retrouve quelquefois dans la culture populaire puisqu'il a probablement inspiré Tolkien pour créer sa cavalerie fictive de la Terre du Milieu.


Seychelles outer islands 25.08.2009 10-20-09.jpg

Aldabra, aussi appelé Aldabran, atoll d'Aldabra ou encore îles Aldabra, est un atoll des Seychelles dans l'Ouest de l'océan Indien. Il fait partie du groupe d'Aldabra dans les îles Extérieures. Inscrit sur la liste du patrimoine mondial par l'Unesco en 1982, l'atoll constitue une réserve naturelle stricte et un site Ramsar. Il cumule plusieurs faits notables : c'est le plus grand atoll surélevé au monde, il est le principal lieu de nidification de l'océan Indien pour la tortue verte, il abrite la plus grande population de tortues géantes des Seychelles, la plus grande colonie de phaétons à brins rouges et d'importantes colonies de frégates ariel et de frégates du Pacifique. Son isolement et l'absence d'occupation et d'activités humaines pérennes ont permis aux espèces animales et végétales de développer un certain endémisme tel le râle de Cuvier, la dernière espèce d'oiseaux ne pouvant voler des îles de l'océan Indien occidental.

Habité un temps par quelques travailleurs pour la pêche et la culture du sisal, du ricin commun et des noix de coco, Aldabra n'a jamais pu accueillir de population humaine de manière pérenne en raison de l'inhospitalité de ses îles, notamment leur aridité et le manque d'eau douce. Ses seuls visiteurs sont représentés par des pêcheurs croisant dans ses eaux, du personnel de la réserve naturelle, des scientifiques venus étudier les différents écosystèmes de l'atoll et des touristes dont le séjour est encadré par des gardes de la réserve naturelle.

Vendredi 7 mai 2010

Équipe de 1939-1940.

L’Everton Football Club est un club professionnel de football anglais, basé dans la ville de Liverpool et fondé en 1878.

Le club fait partie des membres fondateurs du championnat anglais, la Football League, en 1888. Il remporte son premier championnat deux saisons plus tard, puis quatre nouveaux titres et deux coupes d’Angleterre entre 1906 et 1939. Après la Seconde Guerre mondiale, il traverse une période sans succès d’une vingtaine d’années avant de gagner deux championnats et une coupe d’Angleterre. Le milieu des années 1980 est la dernière période faste du club avec deux victoires en championnat, une nouvelle coupe d’Angleterre et une coupe d’Europe des vainqueurs de coupe, unique trophée continental du club. Le dernier titre au palmarès d’Everton est une coupe d’Angleterre conquise en 1995.

Everton détient le record du nombre de saisons disputées en première division anglaise (107). Everton a remporté le championnat à neuf reprises, ce qui le place au quatrième rang de la hiérarchie derrière Manchester United, Liverpool et Arsenal. Le club participe à la Premier League de manière constante depuis qu’elle a été mise en place en 1992


Stade de Gerland avant un match de Coupe d’Europe.

L’Olympique lyonnais (couramment abrégé en OL) est un club de football français fondé en 1950. Le club, basé dans le quartier de Gerland, est présidé depuis juin 1987 par Jean-Michel Aulas et l’équipe est entraînée par Rémi Garde depuis juin 2011. Il évolue depuis 1989 en Ligue 1.

L’Olympique lyonnais évolue dans le Stade de Gerland et s’entraîne au centre Tola-Vologe, à Lyon. Il possède à son palmarès sept titres de champion de France, quatre Coupes de France et une Coupe de la Ligue, ce qui en fait l’un des clubs les plus titrés de France.

Le club connaît son apogée au cours des années 2000 avec sept titres consécutifs de champion de France, ce qui constitue un record français, entre 2002 et 2008, une Coupe de France et une Coupe de la Ligue. La section féminine du club a remporté quant à elle le championnat féminin à sept reprises et la Champion's League en 2011. En 2007, les sections masculines et féminines remportent chacune leur championnat de France, pour la première fois dans l’histoire du football français. En 2008, l’Olympique lyonnais fait mieux en remportant deux doublés coupe-championnat.

Sur le plan international, le club participe régulièrement aux coupes européennes. Après avoir été membre du G14, organisation des clubs les plus importants et riches d’Europe, jusqu’à sa dissolution en janvier 2008, il fait partie des fondateurs de l’association européenne des clubs.

Samedi 8 mai 2010

L’autostabilisation, ou auto-stabilisation, est la propriété d’un système réparti, composé de plusieurs machines capables de communiquer entre elles, qui consiste, lorsque le système est mal initialisé ou perturbé, à retourner automatiquement à un fonctionnement correct en un nombre fini d’étapes de calcul. Elle a été définie par Edsger Dijkstra en 1974. Essentiellement analysée en informatique théorique, l’autostabilisation vise des applications dans les domaines où l’intervention d’un humain pour rétablir le système après une défaillance est impossible ou dans lesquels il est préférable de s’en passer : les réseaux informatiques, les réseaux de capteurs et les systèmes critiques, tels que les satellites.

Dimanche 9 mai 2010

Menelik II.

Menelik II (ge’ez : ዳግማዊ ምኒልክ, dägmawi Menilek Écouter) (1844 - 1913), est Negus du Shewa, puis Negusse Negest d’Éthiopie.

Son règne est marqué par une politique de modernisation intérieure et d’extension de l’empire, jusqu’à sa forme contemporaine. Dans un contexte de menaces coloniales, celles-ci visent à constituer un glacis de protection autour des hauts plateaux éthiopiens.

Attaché aux traditions éthiopiennes et intéressé par les technologies occidentales, il adopte une série de réformes économiques, politiques et sociales afin de préparer l’Éthiopie au nouveau siècle. Il fonde la nouvelle capitale de l’empire, Addis-Abeba, en 1886.

Héritier du Negus du Shewa, Menelik est fait prisonnier à l’âge de douze ans et grandit à la cour de Tewodros II. Il s’enfuit à 21 ans et est couronné Negus du Shewa. Suite au décès de Tewodros II, il s’attelle à renverser son successeur Yohannes IV, agrandit son royaume et crée une force armée capable de soutenir ses projets impériaux.

Suite au décès de Yohannes IV, il se fait couronner Negusse Negest en 1889. La poursuite des campagnes d’expansion territoriale est interrompue durant la première guerre italo-éthiopienne. Celle-ci est close le 1er mars 1896 par la bataille d’Adoua qui consacre sa stature internationale et fait de son empire le symbole du maintien d’une indépendance africaine face au colonialisme européen.

En 1909, Menelik II est frappé par une grave maladie. Il désigne son petit-fils, Ledj Iyassou, comme successeur. Menelik II décède dans la nuit du 12 au 13 décembre 1913.


Aristocréon (en grec ancien Ἀριστοκρέων / Aristokréôn) est un philosophe stoïcien grec, neveu et disciple de Chrysippe, vivant vers la fin du IIIe -début du IIe siècle av. J.-C. Apprécié par son oncle, qui se chargea de son éducation, et lui dédia une dizaine d'ouvrages, Aristocréon devint, après la mort de celui-ci, un gardien de sa mémoire. Par ailleurs la connaissance que la critique moderne a d'Aristocréon est complétée par la redécouverte de deux décrets athéniens lui rendant les honneurs. Ainsi s'esquisse la figure d'un homme aussi dévoué à la cité d'Athènes qu'à la mémoire de son oncle.

Lundi 10 mai 2010

Un magasin juif saccagé lors de la nuit de Cristal.

La nuit de Cristal (en allemand Reichskristallnacht) est le nom donné au pogrom contre les Juifs du Troisième Reich qui se déroula dans la nuit du 9 novembre au et dans la journée qui suivit. Présenté par les responsables nazis comme une réaction spontanée de la population suite à l’assassinat, le , de Ernst vom Rath, un secrétaire de l’ambassade allemande à Paris par un jeune Juif polonais d’origine allemande, Herschel Grynszpan, le pogrom fut en réalité ordonné par le chancelier du Reich, Adolf Hitler, organisé par Joseph Goebbels, et commis par des membres de la Sturmabteilung (SA), de la Schutzstaffel (SS) et de la Jeunesse hitlérienne, soutenus par le Sicherheitsdienst (SD), la Gestapo et d’autres forces de police.

Sur tout le territoire du Reich, plusieurs centaines de synagogues et lieux de culte furent détruits, 7 500 commerces et entreprises exploités par des Juifs saccagés ; une centaine de Juifs furent assassinés, des centaines d’autres se suicidèrent ou moururent suite à leurs blessures et près de 30 000 furent déportés en camp de concentration : au total, le pogrom et les déportations qui le suivirent causèrent la mort de 2 000 à 2 500 personnes. Point culminant de la vague antisémite qui submergea l’Allemagne dès l’arrivée des nazis au pouvoir en janvier 1933, la « nuit de Cristal » fut l’une des prémices de la Shoah.

En provoquant cette première grande manifestation de violence antisémite, les nazis voulurent accélérer l’émigration des Juifs, jugée trop lente, en dépit de la politique de persécution et d’exclusion mise en œuvre depuis février 1933. L’objectif fut atteint : le nombre de candidats à l’émigration crût considérablement, mais au-delà de l’indignation que l’évènement suscita dans le monde, les frontières des autres pays restèrent fermées.

Marquant une rupture avec la politique nazie de 1933 à 1937, ainsi qu’une étape dans la violence et la persécution antisémites, cet évènement fut également révélateur de l’indifférence des nations au sort des Juifs d’Allemagne et d’Autriche, et de l’incapacité des États démocratiques à contrecarrer les coups de force menés par l’Allemagne de Hitler.

Mardi 11 mai 2010

Insigne d'un chevalier de l'ordre de Saint-Patrick

Le très illustre ordre de Saint-Patrick (en anglais : The Most Illustrious Order of Saint Patrick) est un ordre de chevalerie britannique associé à l'Irlande. Il fut institué en 1783 par Georges III afin d'obtenir - ou de récompenser - le soutien du Parlement d'Irlande, car une autonomie substantielle avait été accordée à cette province peu avant la création de l'ordre. Le titre de chevalier de Saint-Patrick a été régulièrement remis jusqu’en 1922, date à laquelle une partie de l’Irlande est devenue indépendante sous le nom d’État libre d'Irlande. Alors que l’ordre existe toujours, personne n'a été fait chevalier de Saint-Patrick depuis 1936. Le dernier chevalier de l'ordre, le prince Henry, duc de Gloucester, est mort en 1974. La reine reste cependant la souveraine de l’ordre, et il reste un officier, le roi d'armes d'Ulster et de Norroy (Ulster and Norroy King of Arms).

Saint Patrick est le saint patron de l’ordre dont la devise latine est « Quis separabit? », qui se traduit littéralement par l’expression Qui nous séparera ? qui fait allusion à la question « Qui nous séparera de l’amour du Christ ? » dans l'Épître aux Romains 8,35 de la Vulgate...


Vue du lac.

Le lac du Der-Chantecoq ou lac-réservoir Marne (souvent abrégé en lac du Der) est un lac du Nord-Est de la France. Il est situé dans la région Champagne-Ardenne, à la limite des départements de la Marne et de la Haute-Marne.

Construit pour protéger Paris des inondations, le lac du Der-Chantecoq a pour but de renforcer le débit de la Marne en étiage et d'en atténuer l'ampleur des crues. Il doit son nom à la fois au pays du Der, région naturelle où il est implanté, et au village de Chantecoq qui fut détruit avec ceux de Champaubert-aux-Bois et Nuisement-aux-Bois lors de la construction du lac dans les années 1960 et 1970. Sa capacité nominale est de 350 hm3.

Avec une superficie de 48 km2, il est le plus grand lac artificiel d'Europe, en excluant les lacs de barrage. Il est par ailleurs le plus grand lac artificiel de France, toutes catégories confondues.

Mercredi 12 mai 2010

Cheval d'Auvergne monté en randonnée en 2007

Le cheval d'Auvergne est un type de petit cheval de trait léger de terroir issu de la région Auvergne. Il porte une robe baie ou noir pangaré, et n'est actuellement pas reconnu comme une race par les haras nationaux français.

Ce petit cheval ancien a connu de nombreux croisements au fil de son histoire. Les différentes descriptions qui en sont faites évoquent plusieurs types d'animaux rassemblés sous le nom de « cheval d'Auvergne ». Le cheval de selle léger, devenu le « demi-sang d'Auvergne », était surtout destiné à la remonte des cavaleries de l'armée au début du XIXe siècle et a désormais disparu, mais le cheval de travail auvergnat, qui fut à l'origine utilisé pour les déplacements des paysans avant l'amélioration des routes, fut croisé pour devenir un cheval de trait léger employé à divers travaux des champs par les habitants de la région auvergnate, et a perduré jusqu'à notre époque en formant la souche du cheval d'Auvergne actuel.

Comme la plupart des chevaux de travail en Europe, l'auvergnat a failli disparaître avec la généralisation de la motorisation dans les années 1960 et 1970. Il fut alors croisé avec des chevaux de trait comme le comtois, pour devenir un animal de boucherie. Une association fut créée en 1994 pour assurer la sauvegarde des quelques animaux restants en attendant leur reconnaissance éventuelle comme race en France. Depuis, plusieurs actions ont été menées pour la promotion et la pérennité du cheval d'Auvergne, mais il reste néanmoins extrêmement rare et quasiment introuvable en dehors de sa région d'origine. C'est une bonne monture de randonnée, dont les 200 représentants recensés au début du XXIe siècle sont traditionnellement élevés de façon extensive en Auvergne.

Jeudi 13 mai 2010

Le B-52 sur la tranche une seconde avant de toucher le sol.

Le , un Boeing B-52 Stratofortress baptisé Czar 52 s'écrase au cours d'un vol d'entraînement en vue d'une démonstration sur la base de Fairchild, entraînant la mort des quatre membres d'équipage. L'accident s'est produit car le commandant de bord, Bud Holland, a piloté l'avion hors de ses limites opérationnelles et en a perdu le contrôle. Il en résulta un décrochage et la destruction de l'appareil par écrasement au sol. L'accident fut filmé et les images furent largement diffusées à travers les États-Unis.

Le rapport de la commission d'enquête conclut que les principaux facteurs ayant favorisé l'accident étaient la personnalité et le comportement du pilote Bud Holland vis-à-vis des règles de sécurité et la réaction de sa hiérarchie par rapport à celui-ci, ainsi que l'enchaînement des événements. Cet accident est utilisé comme cas d'école dans l'aéronautique militaire et civile pour l'enseignement de la gestion des équipages. En outre, les forces armées américaines utilisent souvent cet accident pendant la formation à la sécurité aérienne pour sensibiliser le personnel à l'importance du respect des règles de sécurité et à la conduite à tenir vis-à-vis de toute personne qui enfreint les procédures de sécurité.

Vendredi 14 mai 2010

Orgueil et Préjugés (Pride and Prejudice) est un roman de la femme de lettres anglaise Jane Austen paru en 1813. Il est considéré comme l’une de ses œuvres les plus significatives et c’est aussi la plus connue du public.

Rédigé entre 1796 et 1797, le texte, alors dans sa première version (First Impressions), figurait au nombre des grands favoris des lectures en famille que l’on faisait le soir à la veillée chez les Austen. Révisé en 1811, il est finalement édité deux ans plus tard, en . Son succès en librairie est immédiat, mais bien que la première édition en soit rapidement épuisée, Jane Austen n’en tire aucune notoriété : le roman est en effet publié sans mention de son nom (« par l’auteur de Sense and Sensibility ») car sa condition de « femme de la bonne société » lui interdit de revendiquer le statut d’écrivain à part entière.

Drôle et romanesque, le chef-d’œuvre de Jane Austen continue à jouir d’une popularité considérable, par ses personnages bien campés (rounded characters), son intrigue soigneusement construite et prenante, ses rebondissements nombreux, et son humour plein d’imprévu. Derrière les aventures sentimentales des cinq filles Bennet, Jane Austen dépeint fidèlement les rigidités de la société anglaise au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. À travers le comportement et les réflexions d’Elizabeth Bennet, son personnage principal, Jane Austen soulève les problèmes auxquels sont confrontées les femmes de la petite gentry campagnarde pour s’assurer sécurité économique et statut social. À cette époque et dans ce milieu, la solution passe en effet presque obligatoirement par le mariage : cela explique que les deux thèmes majeurs d’Orgueil et Préjugés soient l’argent et le mariage, lesquels servent de base au développement des thèmes secondaires.

Grand classique de la littérature anglaise, Orgueil et Préjugés est à l’origine du plus grand nombre d’adaptations fondées sur une œuvre austenienne, tant au cinéma qu’à la télévision. Depuis Orgueil et Préjugés (Pride and Prejudice) de Robert Z. Leonard en 1940, il a inspiré quantité d’œuvres ultérieures : des romans, des films, et même une bande dessinée parue chez Marvel.

Dans son essai de 1954, Ten Novels and Their Authors, Somerset Maugham le cite en seconde position parmi les dix plus grands romans.

Samedi 15 mai 2010

Vue d’Oran depuis l’Aïdour.

Oran (وهران en arabe Wahrān), surnommée « la radieuse » (الباهية en arabe El Bahia), est la deuxième ville d’Algérie et une des plus importantes du Maghreb. Oran a su préserver son identité tout en s’imprégnant de l’influence de ses occupants successifs. C’est une ville portuaire de la Méditerranée, au nord-ouest de l’Algérie, et le chef-lieu de la wilaya du même nom, en bordure du golfe d’Oran.

La ville est située au fond d’une baie ouverte au nord et dominée directement à l’ouest par la montagne de l’Aïdour, d’une hauteur de 420 m, ainsi que par le plateau de Moulay Abdelkader al-Jilani. L’agglomération s’étend de part et d’autre du ravin de l’oued Rhi, maintenant couvert.

Située à 432 km de la capitale Alger, la commune comptait 685 000 habitants en 2007, tandis que l’agglomération en comptait environ 1 235 000. La ville est un pôle économique et universitaire important.


Vue de la chaîne British Empire.

Le parc national Quttinirpaaq (en inuktitut : ᖁᑦᑎᓂᕐᐹᖅ, prononciation : /quttiniɢpaːq/) est un parc national du Canada situé au Nunavut, sur l'île d'Ellesmere. Il est, dans le monde, le deuxième parc national le plus septentrional après celui du Nord-Est du Groenland. Son nom signifie « Toit du monde » en inuktitut.

Avec ses 37 775 km2, le parc national Quttinirpaaq est le second parc national canadien par sa superficie, après Wood Buffalo. Il est situé dans l'extrême Arctique et est recouvert au tiers par des calottes glaciaires. Le climat y est rude et les êtres vivants rares, mais il possède néanmoins une oasis de vie autour du lac Hazen. Depuis environ 4 500 ans, il a été habité sporadiquement par les Inuits et par les peuples qui les ont précédés, et il présente plusieurs sites archéologiques très bien préservés. Au XIXe siècle, les expéditions polaires de George Nares, d'Adolphus Greely et de Robert Peary établissent un camp de base dans une zone qui fait dorénavant partie du parc. Durant la Guerre froide, le Canada fait construire trois camps de recherche qui sont encore utilisés de nos jours. Le parc est visité annuellement par environ 200 visiteurs et est administré par l'agence Parcs Canada.

Dimanche 16 mai 2010

Supporters dans le stade Michel-d'Ornano

Le Stade Malherbe Caen Calvados Basse-Normandie (SM Caen) est un club de football français fondé en 1913, basé à Caen. Il tire son appellation du lycée Malherbe, du nom du poète François de Malherbe (1555-1628).

Originellement omnisports, le Stade Malherbe se fait surtout connaître pour les résultats de sa section football. Installé dès sa fondation au stade de Venoix, le club tente entre 1934 et 1938 l’aventure du professionnalisme en deuxième division, peu de temps après son autorisation en France. Après-guerre, le club normand retrouve le statut amateur : il dispute vingt des vingt-deux éditions du championnat de France amateur, et à partir de 1970 multiplie les allers-retours entre Division 2 et Division 3.

L'entraîneur Pierre Mankowski, recruté en 1983, insuffle au pensionnaire de D3 des ambitions professionnelles. « Malherbe » retrouve la 2e division et, en 1985, accède au statut professionnel. Trois ans plus tard le club normand est promu pour la première fois en première division, où il se maintient d'abord de justesse. L'entraîneur suisse Daniel Jeandupeux relance la progression. En 1992, quelques mois après que le club ait été sauvé de justesse du dépôt de bilan, les Caennais terminent à la 5e place du championnat, synonyme de qualification pour la coupe UEFA 1992-1993. L'année suivante, ils déménagent au stade Michel-d'Ornano, symbole des nouvelles ambitions du club. Ce dernier est pourtant relégué en 1995, et en dépit de la conquête du championnat de D2 en 1996, il retombe progressivement dans l'anonymat de la deuxième division.

La présidence de Jean-François Fortin, entamée en 2002, coïncide avec le retour d'une certaine réussite sportive, sous la direction sportive de Patrick Remy, de Franck Dumas puis de Patrice Garande. Les « Malherbistes » atteignent la finale de la coupe de la Ligue en 2005 et sont promus à quatre reprises dans l’élite, en 2004, 2007, 2010 et 2014.

Lundi 17 mai 2010

Portrait de Joëlle Écormier en 2009

Joëlle Écormier est une femme de lettres française née en 1967 au Tampon, sur l'île de La Réunion, un département d'outre-mer où elle habite, dans le sud-ouest de l'océan Indien.

Auteur de textes qu'elle écrit pour elle-même durant sa jeunesse, elle est mère au foyer lorsqu'elle participe à une expérience littéraire lancée par France Loisirs en 1998, la rédaction d'un roman dont les premières pages sont signées par Yann Queffélec, les suivantes étant choisies parmi les envois d'internautes. La sélection de sa proposition pour le deuxième chapitre de cette fiction collaborative qui paraît en 1999 sous le titre 30 jours à tuer conduit la jeune femme à se lancer dans le métier d'écrivain.

Publié par l'éditeur réunionnais Azalées Éditions en 2000, le premier roman qu'elle écrit seule, Le Grand Tamarinier, met en scène un enfant et amorce un glissement vers la littérature enfantine qu'elle poursuit avec son deuxième titre, un conte illustré par les dessins de sa fille. De fait, après 2003 et la parution de son second roman, Plus léger que l'air, Joëlle Écormier, passée chez Océan Éditions, se consacre aux ouvrages pour les plus petits, qu'elle tente de moderniser en évitant les motifs folklorisants de la culture réunionnaise. Ce n'est qu'en 2009 qu'elle revient à des titres sans images en publiant un recueil de nouvelles pour adolescents, Je t'écris du pont, et surtout son troisième roman, Le Petit Désordre de la mer, primé la même année au Festival du livre et de la bande dessinée, à Saint-Denis.


La Charente est un département français créé en 1790 sur des critères géographiques (le bassin supérieur et moyen du fleuve Charente). Ce territoire, au cours de la période historique, n'a jamais connu d'unité, ni politique, ni religieuse, ni judiciaire. La coupure entre l'Angoumois à l'est, autour d'Angoulême, et la Saintonge à l'ouest, autour de Cognac, qui existait déjà chez les Celtes et a perduré jusqu'à la Révolution, n'a d'ailleurs pas totalement disparu.

Zone de plaine parcourue par un fleuve calme, la Charente est parsemée de nombreux sites qui attestent un peuplement dès le Paléolithique qui s'est continué sans interruption au Néolithique puis à l'âge du fer. Après une période gallo-romaine florissante, le haut Moyen Âge voit la poursuite de la christianisation et le bas Moyen Âge la construction d'églises romanes dans chaque village. Durant la guerre de Cent Ans la Charente sert un temps de frontière entre le domaine du roi d’Angleterre et celui du roi de France. Le territoire est ravagé plusieurs fois. Après une période de prospérité, en particulier sous François Ier, les guerres de religion puis l'exode des protestants paralysent l'économie qui doit attendre Napoléon III pour redevenir florissante avec le cognac et l'industrialisation (fonderies, papeteries) à Angoulême.

Mardi 18 mai 2010

Volume I.

Le Theatrum Chemicum (« Théâtre Chimique ») est le plus important et le plus célèbre recueil de traités alchimiques de la Renaissance. Écrit en latin, la langue savante européenne de l'époque, et publié pour la première fois en trois volumes en 1602 par l'éditeur et imprimeur strasbourgeois Lazare Zetzner, il atteint six volumes et rassemble plus de deux cents traités dans la dernière édition de 1659-1661.


Le flash fausse la coloration : l'insecte parait brun mais sa cuticule est en fait presque transparente.

Leptodirus hochenwartii est une espèce de coléoptères de la famille des Leiodidae, la seule du genre Leptodirus. Son nom latin est très souvent orthographié L. hohenwarti. C'est une espèce troglobie, remarquablement adaptée à son environnement : elle est endémique de la partie occidentale des Alpes dinariques et habite les grottes karstiques de Croatie, de Slovénie ainsi que d'une petite partie de l'Italie. Elle mesure près d'un centimètre de longueur et son écologie est globalement très mal connue.

Collectée en 1831 et officiellement décrite l'année suivante, Leptodirus hochenwartii fut la première espèce d'insectes cavernicoles connue. Elle a marqué l'entomologie slovène et fut même un tournant pour la zoologie tout entière, puisqu'elle initia une nouvelle discipline scientifique : la biospéléologie.

Mercredi 19 mai 2010

Interface de Super Mario Galaxy. En haut à gauche, le nombre de missions réussies dans le jeu, puis, en tournant dans le sens horaire : l'énergie restante, le nombre de pièces et de fragments d'étoiles obtenus dans le niveau, le personnage dirigé par le joueur, et enfin le nombre de vies restantes.

Super Mario Galaxy (スーパーマリオギャラクシー, Sūpā Mario Gyarakushī?) est un jeu vidéo de plates-formes développé par Nintendo EAD Tokyo sous la direction de Yoshiaki Koizumi. Le jeu est édité sur Wii par Nintendo en novembre 2007, près d'un an après la sortie de la console, dans les trois pôles du marché : le Japon, l'Amérique du Nord et l'Europe. Dans la série principale des Super Mario, c'est le troisième jeu de plates-formes en trois dimensions après Super Mario 64 et Super Mario Sunshine, jeux vidéo dont Koizumi est déjà respectivement le réalisateur assistant et le réalisateur. C'est également le premier épisode destiné à la Wii, qui connaît un second épisode sorti en 2010, Super Mario Galaxy 2.

L’histoire est centrée sur Mario et sa quête pour délivrer la princesse Peach, enlevée par le maléfique Bowser. Le jeu est composé de nombreux niveaux qui correspondent chacun à une galaxie constituée d'une ou plusieurs planètes de tailles et de formes très diverses. La gravitation est l'élément central du gameplay : à travers les niveaux, Mario se déplace de planète en planète et y accomplit différents objectifs dans des épreuves conçues pour exploiter la Wiimote ou dans des phases de plates-formes plus classiques.

Le concept d'environnement sphérique est longuement expérimenté par les équipes de Nintendo, d'abord dans un premier projet nommé Super Mario 128, une démonstration technique montrée au Nintendo Space World de 2000 à l'occasion de la présentation de la GameCube. Le développement du jeu en lui-même ne débute en revanche qu'à la fin de l'année 2004, après la sortie de Donkey Kong Jungle BeatShigeru Miyamoto estime nécessaire de se pencher sur un nouveau grand jeu Mario. Yoshiaki Koizumi et son équipe, qui compte plus de cent membres, mettent alors en place de nouvelles idées avant même que soit connue la Wii et son nouveau contrôleur, puis font en sorte d'intégrer ses spécificités une fois révélée. De nombreux ajustements sont réalisés tout au long du développement pour faire en sorte de rendre le jeu accessible aux débutants comme aux joueurs invétérés, et pour optimiser la gestion de la caméra, paramètre qui s'avère particulièrement délicat à mettre en place. Suivi de très près par Miyamoto, le développement dure deux ans et demi.

Super Mario Galaxy connaît un très grand succès, tant critique que commercial. Pour de nombreux joueurs et journalistes spécialisés, il s'agit d'un des tout meilleurs jeux de la console. Au sommet de son art en termes de plates-formes 3D, Nintendo reçoit pour son jeu de nombreuses récompenses de la part de la presse spécialisée, et notamment un Interactive Achievement Award en 2008 et un BAFTA Games Award en 2009. En septembre 2016, le jeu s'est vendu à 12,72 millions d'exemplaires à travers le monde, ce qui en fait l’un des jeux vidéo les plus vendus de la septième génération de consoles.


Coquin de printemps (Fun and Fancy Free) est le 12e long-métrage d'animation et le 9e « Classique d'animation » des studios Disney. Sorti en 1947 et comportant quelques prises de vues réelles, il est composé de deux moyens-métrages : Bongo, roi du Cirque et Mickey et le Haricot Magique, présentés par Jiminy Cricket.

La première séquence, Bongo, roi du cirque, est tirée d'une histoire de Sinclair Lewis et est narrée par Dinah Shore. Celle de Mickey et le Haricot magique est quant à elle une adaptation du conte traditionnel Jack et le Haricot magique. Jiminy Cricket puis Edgar Bergen servent à introduire les histoires et à conclure le film. Ce dernier se finit lorsque le toit de la maison de Bergen est arraché par le géant.

Jeudi 20 mai 2010

Drapeau de la Matapédia.

La Matapédia est une municipalité régionale de comté (MRC) située dans l’Est du Canada dans la région du Bas-Saint-Laurent au Québec à l’entrée de la péninsule gaspésienne. Elle emprunte son nom à la vallée de la Matapédia qui compose l’ensemble de son territoire et reprend elle-même son nom de la rivière Matapédia et du lac Matapédia. C’est pourquoi la MRC est souvent appelée simplement « la Vallée ». La MRC est composée de 25 municipalités dont la ville d’Amqui qui en est le chef-lieu et le centre de services le plus important. Les deux autres municipalités importantes sont Causapscal et Sayabec.

Le , La Matapédia est devenue la treizième MRC québécoise à élire son préfet au suffrage universel. Chantale Lavoie devint la première préfète élue de La Matapédia en succédant à Georges Guénard, le maire de Saint-Vianney. En effet, avant cette date, un des maires des municipalités exerçait aussi le rôle de préfet.

Les premiers habitants du territoire de la MRC furent les Micmacs, nation qui se développa vers 500 ans avant J.-C. Le premier colon canadien-français à s’établir dans la vallée fut Pierre Brochu qui s’installa à la tête du lac Matapédia en 1833 à l’endroit où se développera par la suite le village de Sayabec. Cependant, ce n’est que vers la fin du XIXe siècle que des défricheurs commencèrent à arriver plus massivement. La MRC de La Matapédia fut créée le .


Éric Håkonsson (Eiríkr Hákonarson en vieux norrois), né vers 963 et décédé vers 1024, était un jarl norvégien. Jarl de Lade (dans le Trøndelag actuel), il gouverne la Norvège de 1000 à 1015. Il a notamment participé aux batailles du détroit de Hjörung et de Svolder, ainsi qu’à la conquête de l’Angleterre par Knut le Grand.

Éric est le fils de Håkon Sigurdsson, jarl de Lade. Sa famille paternelle, établie de longue date dans le Trøndelag, est, à cette époque, farouchement opposée au pouvoir des rois de Norvège, et n’hésite pas à faire alliance avec les Danois pour préserver son indépendance. Son père meurt en 995, en fuite après sa défaite face à Olaf Tryggvason, qui se proclame roi de Norvège. Éric lui succède en tant que jarl de Lade, mais doit fuir à l’étranger.

En l’an 1000, allié au roi Sven de Danemark, il défait Olaf Tryggvason à la bataille de Svolder. Le Trøndelag retrouve ainsi un semblant d’autonomie et le jarl Éric gouverne, aux côtés de son frère Svein Håkonsson, la Norvège pour le compte du roi Sven, dont il a épousé une fille, Gyða. En 1015, il laisse le gouvernement de la Norvège à Svein et participe à la conquête danoise de l’Angleterre aux côtés de Knut le Grand. Après la victoire de Knut en 1016, il obtient le titre de comte de Northumbrie. Il meurt probablement autour de 1024. Treize ans plus tard, son fils, Håkon Eiriksson, règne également sur la Norvège.

Vendredi 21 mai 2010

L'impératrice-reine Victoria en 1900.

Victoria Adélaïde Marie Louise du Royaume-Uni, princesse royale de Grande-Bretagne et d'Irlande puis, par son mariage, reine de Prusse et impératrice allemande, est née le au Palais de Buckingham, à Londres, et morte le à Friedrichshof, en Allemagne. Fille aînée de la reine Victoria du Royaume-Uni et du prince Albert, elle est impératrice allemande et reine de Prusse durant les 99 jours de règne de son époux, le Kaiser Frédéric III.

La princesse est élevée selon les idées libérales de son père. Fiancée à l'âge de seize ans au futur Frédéric III d'Allemagne, elle soutient son mari dans sa volonté d'instaurer une monarchie constitutionnelle en Prusse puis en Allemagne. Mais, critiquée pour son attitude et ses origines anglaises, Vicky subit l'ostracisme des Hohenzollern et de la cour berlinoise. Son isolement va croissant après l'arrivée d'Otto von Bismarck au pouvoir en 1862.

Finalement, Vicky et son époux n'ont la possibilité d'influer sur la politique allemande que durant quelques semaines, en 1888 : atteint d'un cancer du larynx, Frédéric III n'a en effet ni le temps ni la force de mener à bien les réformes politiques dont il avait rêvé lorsqu'il était encore Kronprinz. Une fois devenue veuve, Vicky est à nouveau écartée du pouvoir par son fils, le conservateur Guillaume II. L'impératrice douairière s'installe alors à Kronberg im Taunus, où elle se fait bâtir un château, Friedrichshof, nommé ainsi en l'honneur de son défunt époux. De plus en plus isolée après les mariages de ses filles cadettes, Victoria meurt d'un cancer du sein quelques mois après sa mère, en 1901.


En mathématiques, une tribu ou σ-algèbre (lire sigma-algèbre) ou plus rarement corps de Borel sur un ensemble X est un ensemble non vide de parties de X, stable par complémentation et par union dénombrable (donc aussi par intersection dénombrable). Les tribus permettent de définir rigoureusement la notion d’ensemble mesurable.

Progressivement formalisées pendant le premier tiers du XXe siècle, les tribus constituent le cadre dans lequel s’est développée la théorie de la mesure. Les exemples les plus fameux en sont les tribus boréliennes, du nom d’Émile Borel, qui construit la tribu borélienne de la droite réelle en 1898, et la tribu de Lebesgue, formée des ensembles mesurables définis par Henri Lebesgue en 1901. En conséquence, les tribus sont aussi fondamentales en théorie des probabilités, dont l’axiomatisation moderne s’appuie sur la théorie de la mesure. Dans ce domaine, les tribus ne sont pas seulement le support du formalisme, mais aussi un outil puissant, qui est à la base de la définition de concepts parmi les plus importants : espérance conditionnelle, martingalesetc.

Samedi 22 mai 2010

Edward John Smith vers la fin de sa vie.

Edward John Smith ( - ) est un marin britannique qui a été aux commandes du Titanic. Élevé dans un milieu populaire, il quitte tôt l’école pour s’engager dans la marine. Après avoir obtenu son certificat de capitaine, il entre au service de la White Star Line, prestigieuse compagnie britannique. Il gravit rapidement les échelons et obtient en 1887 son premier commandement à bord du Celtic. Il dirige par la suite de nombreux navires de la compagnie, notamment le Majestic, qu’il commande pendant plus de sept ans.

Smith acquiert progressivement une forte popularité de par son caractère agréable et imposant, qui lui vaut l’affection de nombreux passagers. En 1904, il devient le commodore de la compagnie, et est désormais chargé de commander ses vaisseaux amiraux. Il se trouve ainsi successivement à la tête du Baltic, de l’Adriatic, de l’Olympic et du Titanic. Il est, à cette époque, le marin le mieux payé, et sa popularité est telle que certains n’acceptent de voyager qu’avec lui. Jusqu’en 1911, sa carrière n’est troublée que par deux missions de transport de troupes dans le cadre de la Guerre des Boers.

La situation change en 1911. Aux commandes du tout nouveau paquebot de la compagnie, l’Olympic, Smith ne parvient pas à empêcher une collision avec le croiseur Hawke dans le port de Southampton. L’année suivante, il est affecté au Titanic, qui heurte un iceberg le et coule le lendemain à 2 heures 20. Smith périt dans le naufrage, à l’âge de 62 ans. Il est représenté dans de nombreux films consacrés à la catastrophe, et plusieurs hommages lui ont été rendus.

Dimanche 23 mai 2010

Capture d'écran du titre du film.

Casablanca est un film américain de 1942 réalisé par Michael Curtiz avec comme têtes d’affiche Humphrey Bogart et Ingrid Bergman. L’action se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale dans la ville de Casablanca, alors contrôlée par le gouvernement de Vichy.

Le sujet principal du film est le conflit de Rick Blaine (Humphrey Bogart) entre l’amour et la vertu : il doit choisir entre ses sentiments pour Ilsa Lund (Ingrid Bergman) et son besoin de faire ce qui est juste pour aider le mari de celle-ci, le héros de la Résistance Victor Laszlo, qui doit fuir Casablanca pour continuer son combat contre les nazis.

Le film a connu un succès immédiat, qui ne s’est pas démenti depuis. La plupart des critiques ont vanté les performances charismatiques de Bogart et Bergman, l’alchimie entre ces deux vedettes, la profondeur des personnages de fiction, la finesse du scénario ainsi que l’impact émotionnel du film dans sa globalité.

Lauréat de l’Oscar du meilleur film en 1944, Casablanca est aujourd’hui considéré comme le troisième plus grand film américain, derrière Citizen Kane et Le Parrain, par l’American Film Institute.

Lundi 24 mai 2010

Manchot empereur en Antarctique.

Le Manchot empereur (Aptenodytes forsteri), oiseau endémique de l'Antarctique, est le plus grand et le plus lourd de tous les manchots. Le mâle et la femelle ont un plumage similaire et sont de même taille, atteignant jusqu'à 122 cm de hauteur pour un poids qui varie entre 20 et 40 kg. Le dos et la tête sont noirs et le ventre blanc, le haut de la poitrine jaune clair ; deux marques jaune vif au niveau des oreilles sont très visibles. Comme les autres manchots, il est incapable de voler. Ses ailes raides et aplaties et son corps profilé sont particulièrement adaptés à l'habitat marin.

Son alimentation se compose essentiellement de poissons, mais peut également comprendre des crustacés comme le krill ou des céphalopodes comme le calmar. Lorsqu'il chasse, il peut rester sous l'eau durant 18 minutes, plongeant à une profondeur de 535 m. L'espèce est bien adaptée à la plongée, car elle possède une hémoglobine à la structure particulière capable de fonctionner avec de faibles taux de dioxygène. Le Manchot empereur possède aussi des os solides qui lui permettent de résister au barotraumatisme, ainsi qu'une capacité à réduire son métabolisme et à mettre en veille certaines fonctions non essentielles.

Le Manchot empereur est connu pour le cycle de vie bien réglé des adultes qui répètent chaque année le même rituel pour se reproduire et élever leurs petits. Il s'agit de la seule espèce de manchot qui se reproduit au cours de l'hiver antarctique. Il réalise alors un long périple de 50 à 120 km sur la glace pour former des colonies pouvant comprendre des milliers d'individus. Les femelles pondent un unique œuf, que le mâle couve tandis que la femelle retourne vers la mer afin de chercher de la nourriture. Par la suite, les parents partent chercher leur nourriture en mer à tour de rôle, l'un d'entre eux restant avec leur oisillon dans la colonie. L'espérance de vie du Manchot empereur est généralement de 20 ans dans la nature, bien que des observations laissent à penser que certains individus peuvent atteindre l'âge de 50 ans.


Représentation de l’empereur Claude.

Agrippina (HWV 6) est un opera seria en trois actes composé par Georg Friedrich Haendel, d’après un livret de Vincenzo Grimani. Composé pour la saison 1709-1710 du Carnaval de Venise, l’opéra raconte l’histoire d’Agrippine la Jeune, la mère de Néron, complotant contre l’empereur romain Claude pour mettre son fils sur le trône. Le livret de Grimani, qui compte parmi l’un des mieux mis en scène par Haendel, est décrit comme une comédie satirique antihéroïque parsemée d’allusions à la vie politique de l’époque. En outre, plusieurs spécialistes pensent que ces allusions font écho à la rivalité qui opposa Grimani et le pape Clément XI.

Haendel composa Aggripina au terme d’un voyage, qui dura trois années, en Italie. La première fut donnée à Venise, au théâtre San Giovanni Grisostomo, le , et l’opéra remporta un succès immédiat. À compter de cette soirée, 27 représentations eurent lieu, ce qui ne s’était jusqu’alors jamais produit ; le public ne tarit pas d’éloges. Partout, l’on pouvait lire dans les critiques, très élogieuses, combien la musique de Haendel était de qualité : tout en respectant les usages musicaux de l’époque, cette même musique doit beaucoup à d’autres œuvres, voire d’autres compositeurs, desquelles elle fut partiellement adaptée. Cependant, malgré le succès évident de l’opéra, Haendel n’offrit plus d’autres représentations. Quelques fois encore, on put voir Agrippina dans les années qui vinrent, mais, tout comme ses autres œuvres dramatiques, cet opéra tomba dans l’oubli quand, au XVIIIe siècle, le répertoire d’Haendel devint démodé…

Mardi 25 mai 2010

Paolo Bettini lors du Tour de Californie 2008.

Paolo Bettini est un coureur cycliste italien né le à Cecina en Toscane, professionnel de 1997 à 2008. Considéré comme l’un des meilleurs spécialistes des classiques durant les années 2000, il a notamment remporté Milan-San Remo, deux fois Liège-Bastogne-Liège et le Tour de Lombardie. Il est le seul coureur à avoir remporté trois fois la Coupe du monde, de 2002 à 2004, et a également été champion olympique à Athènes en 2004 et deux fois champion du monde en 2006 et 2007.

Commençant sa carrière comme équipier de Michele Bartoli, un des principaux spécialistes des classiques de la fin des années 1990, il profite de la blessure de ce dernier, en 2000, pour remporter une première fois la doyenne des classiques, Liège-Bastogne-Liège. À partir de cette période, les relations entre l’élève et le maître s’enveniment, et leur rivalité culmine à la fin de la saison 2001, lorsque Bartoli refuse de servir Bettini lors des championnats du monde et quitte l’équipe Mapei.

Au cours des trois années suivantes, Bettini s’affirme comme le meilleur coureur de classiques au monde, remportant notamment une nouvelle fois Liège-Bastogne-Liège, puis Milan-San Remo. Il gagne les trois dernières éditions de la Coupe du monde, et devient en 2003 le seul coureur à en avoir remporté trois manches la même année. En 2004, il remporte le titre de champion olympique.

À partir de 2005, Bettini, plus souvent blessé, bénéficiant d’un moindre soutien de son équipe Quick Step dévouée à Tom Boonen, obtient des résultats moins réguliers, mais s’illustre par des exploits ponctuels et parfois spectaculaires, notamment en fin de saison. En trois ans, il remporte ainsi deux fois le championnat du monde et deux fois le Tour de Lombardie, avant d’annoncer sa retraite en 2008, à l’occasion des championnats du monde. Parmi les courses d’un jour majeures, ne manquent à son palmarès que les deux principales classiques flandriennes, le Tour des Flandres et Paris-Roubaix, auquel il n’a jamais participé.

Mercredi 26 mai 2010

Le monastère vu depuis le sud (gavit à gauche, Sourp Karapet à droite).

Ktuts Anapat (en arménien Կտուց Անապատ, « ermitage de Ktuts ») est un monastère arménien situé en dehors des frontières arméniennes, en Turquie (province de Van, ancien Vaspourakan), sur une île proche de la rive orientale du lac de Van.

L’établissement a des origines incertaines mais est attesté au XVe siècle (en raison notamment de son scriptorium) et reconstruit au XVIIIe siècle. Il sert de refuge lors des massacres hamidiens de 1894-1896, avant d’être abandonné lors du génocide arménien de 1915-1916. Il n’en reste aujourd’hui que l’église Sourp Karapet (« Saint-Jean-le-Précurseur ») et le gavit.

Il peut être visité en louant une embarcation à partir de Van.


La Life 190 en démonstration à Goodwood.

Life Racing Engines est un atelier semi-artisanal de construction de moteurs de compétition et une éphémère écurie italienne de sport automobile basée à Formigine, près de Modène en Italie et fondée par Ernesto Vita, Franco Rocchi et Gianni Marelli.

En 1989, Ernesto Vita crée l'officine Life Racing Engines puis, après avoir racheté un ancien châssis de l'écurie First Racing de Lamberto Leoni, fonde l'écurie de Formule 1 Life Racing Engines, qu'il engage en championnat du monde en 1990 pour promouvoir son activité de motoriste. La monoplace, dotée d'un moteur inédit Life Racing Engines-Rocchi W12, est confiée au pilote débutant Gary Brabham puis au quasi-retraité Bruno Giacomelli.

L'écurie a tenté, sans succès, de se qualifier à douze Grands Prix de Formule 1 avec son propre moteur W12, puis à deux autres Grands Prix avec un moteur V8 d'origine Judd. À l'issue de la saison 1990 du championnat du monde de Formule 1, l'écurie cesse tout engagement en compétition automobile tandis que l'atelier de construction est définitivement fermé, faute de moyens financiers.

Jeudi 27 mai 2010

Portrait de Mary Shelley par Richard Rothwell.

Mary Shelley, née Mary Wollstonecraft Godwin le à Somers Town, un faubourg de Londres, et morte le à Belgravia (Londres), est une femme de lettres anglaise, romancière, nouvelliste, dramaturge, essayiste, biographe et auteur de récits de voyage. Elle est surtout connue pour son roman Frankenstein ou le Prométhée moderne.

Fille de la philosophe féministe Mary Wollstonecraft et de l’écrivain politique William Godwin, elle perd sa mère alors qu’elle-même n’est âgée que de onze jours. Son père se remarie quatre ans plus tard. Il offre à sa fille une éducation riche et l’encourage à adhérer à ses théories politiques libérales. En 1814, Mary Godwin entame une liaison avec un homme marié, partisan de son père, Percy Bysshe Shelley. Accompagné de Claire Clairmont, une belle-sœur de Mary, le couple voyage à travers l’Europe. Au cours des deux années qui suivent, Mary et Percy affrontent un endettement permanent et la mort de leur fille. Ils se marient en 1816, après le suicide de la première épouse de Percy.

En 1816, lors d’un séjour près de Genève, Mary (devenue Mary Shelley) écrit son premier roman Frankenstein. En 1818, les Shelley quittent la Grande-Bretagne pour l’Italie, où meurent leurs deuxième et troisième enfants, avant que Mary Shelley ne donne naissance à son fils, Percy Florence Shelley, qui seul survivra. En 1822, son mari se noie dans le golfe de la Spezia, au cours d’une tempête. Un an plus tard, Mary Shelley retourne en Angleterre et, dès lors, se consacre entièrement à l’éducation de son fils et à sa carrière d’auteur. Les dix dernières années de sa vie sont marquées par la maladie. Elle décède d’une tumeur du cerveau le 1er février 1851.

Jusqu’aux années 1970, Mary Shelley, outre son Frankenstein, est surtout connue pour ses efforts à faire publier les œuvres de son mari. Les études récentes ont permis une vision plus complète de son œuvre et montré que Mary Shelley est restée toute sa vie une radicale sur le plan politique, soutenant l’idée que la coopération et la solidarité, pratiquées tout naturellement par les femmes au sein de leur famille, sont la voie qui permet de réformer la société civile.

Vendredi 28 mai 2010

L’Union sportive Avranches Mont-Saint-Michel, appelée jusqu’en 1990 l’Union sportive d’Avranches, est un club de football français basé à Avranches, dans le département de la Manche, et fondé en 1897.

Le club est d'abord omnisports, avant que le football ne devienne son unique activité. Après la Seconde Guerre mondiale, le club stagne dans les divisions régionales avant d'accéder au niveau national en 1987. L'US Avranches connaît alors plusieurs montées successives, jusqu'à accéder en 1993 au championnat de National 1, l'élite amateur de l'époque. Dans les années 2000, le club stagne en CFA 2 avant de retrouver l'élite amateur du championnat de CFA lors de la saison 2009-2010. Le club compte également deux victoires en coupe de Basse-Normandie en 1992 et 2007.

L'équipe évolue depuis le début du XXe siècle au stade René-Fenouillère, du nom d'un ancien joueur fondateur du club, devenu par la suite capitaine de l'équipe de France et du FC Barcelone. La première école d'arbitres en France est ouverte par l'US Avranches à la fin des années 2000. Le club, présidé par Gilbert Guérin depuis 1990, compte 400 joueurs licenciés en 2009.

L'équipe première, entraînée par Richard Déziré, évolue lors de la saison 2012-2013 en championnat CFA.

Samedi 29 mai 2010

Dessin représentant Faramir.

Faramir est un personnage du roman Le Seigneur des anneaux de J. R. R. Tolkien. Fils de l’Intendant du Gondor Denethor et frère cadet de Boromir, Faramir apparaît dans le second volet du Seigneur des anneaux, Les Deux Tours, lorsqu’il croise la route du trio de voyageurs constitué par Frodon, Sam et Gollum. Contrairement à son frère, il résiste à l’attraction de l’Anneau unique et laisse son porteur continuer sa quête.

Capitaine de l’armée du Gondor après la mort de Boromir, il est blessé et tenu pour mort alors qu’il mène la retraite de ses troupes jusque sous les murs de Minas Tirith. Durant sa convalescence, il rencontre Éowyn et tombe amoureux d’elle. Il l’épousera après la fin de la guerre de l’Anneau. Il devient également Intendant du Gondor, prince d’Ithilien et seigneur d’Emyn Arnen.

Le personnage de Faramir apparaît dans plusieurs adaptations du roman de Tolkien, notamment la trilogie réalisée par Peter Jackson, où son caractère subit d’importants changements ; il se révèle notamment moins insensible à la tentation de l’Unique


Antoine-Denis Chaudet, Œdipe enfant rappelé à la vie par le berger Phorbas qui l’a détaché de l’arbre, 1801.

Le complexe d’Œdipe (prononcé /edip/) (Ödipuskomplex en allemand), parfois contracté dans l’expression « l’Œdipe », est un concept central de la psychanalyse. Théorisé par Sigmund Freud dans sa première topique, il est défini comme le désir inconscient d’entretenir un rapport sexuel avec le parent du sexe opposé (inceste) et celui d’éliminer le parent rival du même sexe (parricide). Ainsi, le fait qu’un garçon tombe amoureux de sa mère et désire tuer son père répond à l’impératif du complexe d’Œdipe.

Le drame grec éponyme est selon Freud le plus à même de mettre en images le désir universel et inconscient que tout enfant ressent. Pour Georges Politzer, « le complexe d’Œdipe n’est pas un « processus », et encore moins un « état », mais un schéma dramatique », alors que, pour Roger Perron, il désigne « le réseau des désirs et des mouvements hostiles dont les objets sont le père et la mère, et des défenses qui s’y opposent » ; il est également la structure centrale du psychisme humain…

Dimanche 30 mai 2010

La mairie et le palais de justice, construits entre 1832 et 1834 sur les plans de l’architecte luron Plaisonnet.

Lure (prononcé [lyʁ] Écouter), également connue sous le nom de cité du sapeur, est une commune française du département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté. Ses habitants sont appelés les Lurons. Elle fait partie de la Communauté de communes du Pays de Lure.

Troisième ville la plus peuplée du département après Vesoul et Héricourt et devant Luxeuil-les-Bains et Gray et 12e de Franche-Comté, elle était la 1 175e ville de France en 2010.

Bien que les premières traces de civilisation datent de la fin de l'Antiquité, on s'accorde à faire remonter sa fondation, par le moine irlandais saint Colomban, à 610. Le Moyen Âge fut une sombre époque pour Lure ; la ville subit de nombreux pillages fréquemment accompagnés de destructions. Lure changea souvent de seigneurs : elle fut bourguignonne, lorraine, allemande, autrichienne, espagnole et enfin rattachée à la France lorsque la Franche-Comté devint française sous Louis XIV. Cette histoire tourmentée freina le développement de la ville qui, à plusieurs reprises, se retrouva très endettée. L'une des conséquences de la Révolution française aura été la dissolution de l'abbaye, et la vente de son église comme bien national, ce qui mit fin à huit siècles de vie monastique.

Au XIXe siècle, la construction du chemin de fer de la ligne Paris - Mulhouse en 1858 et l'arrivée des entreprises venues d'Alsace-Lorraine permirent enfin à Lure de se développer tant économiquement que démographiquement et de passer du bourg rural et agricole à une ville moderne. Celle-ci est marquée par une désertification des services publics depuis la fin des années 1990.

Avec ses Modèle:Données/Mai 2 010/évolution population habitants en Modèle:Données/Mai 2010/évolution population, Lure demeure prospère notamment grâce à une variété d'activités implantées à proximité d'un axe routier important. La ville est connue pour être la patrie du Sapeur Camember, l'un des premiers personnages de la bande dessinée française.

Lundi 31 mai 2010

Super Mario Sunshine (スーパーマリオサンシャイン, Sūpā Mario Sanshain?) est un jeu vidéo de plates-formes développé par Nintendo EAD pour l’éditeur japonais Nintendo. Il sort sur la console de jeu GameCube au Japon le , puis aux États-Unis le et enfin en Europe le .

Cet épisode retrace les aventures du héros Mario sur l’île Delfino. Accompagné de la Princesse Peach, Papy Champi (qui fait ici sa première apparition) et de quelques Toads, pour ce qui devait être de simples vacances, il est de nouveau confronté à Bowser et Bowser Jr. Pour les empêcher d’accomplir leurs plans, Mario se fait aider par J.E.T., un appareil créé par le professeur K. Tastroff.

Comme Super Mario 64 six ans auparavant, Super Mario Sunshine constitue l’épisode GameCube de la série principale Super Mario commencée en 1985. En septembre 2009, les ventes sont estimées à 6,3 millions d’unités.


Portrait de Robert Browning, l’auteur de Porphyria’s Lover.

Porphyria’s Lover (L’Amant de Porphyria) est un poème de Robert Browning d’abord publié sous le titre de Porphyria en par le Monthly Repository, puis au sein des Dramatic Lyrics de 1842, en parallèle avec Johannes Agricola in Meditation (« Johannes Agricola médite »), sous le titre commun Madhouse Cells (« Cellules d’asile d’aliénés»). Le poème ne reçoit son appellation définitive qu’en 1863. Porphyria’s Lover est le premier des monologues dramatiques qui, tout en restant relativement courts, explorent les méandres d’une psychologie anormale.

Le locuteur s’exprime à la première personne et raconte d’une voix apparemment neutre, d’où n’émergent que quelques frémissements, la visite que lui a faite Porphyria, les tâches de la vie ordinaire qu’elle accomplit, puis comment il l’étrangle avec sa propre chevelure, et enfin passe le reste de la nuit à jouer avec son visage désormais à sa merci.

Lors de sa parution, le poème reçoit un accueil confidentiel tant du public que de la critique. C’est aujourd’hui l’une des œuvres de Robert Browning les plus lues et les plus retenues pour les anthologies et les manuels de littérature.

Son caractère énigmatique et son écriture atypique ont conduit les exégètes à de multiples interprétations. Toutefois, la plus communément admise est que le meurtre perpétré relève d’une pulsion pathologique.