Wikipédia:Lumière sur/Décembre 2010

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Présentation

Cette page est consacrée à l’organisation et à la maintenance du cadre Wikipédia:Lumière sur de la page d’accueil de Wikipédia. Celui-ci est rempli par l’appel de la page correspondante, dont le contenu est renouvelé quotidiennement de façon automatique. Lorsqu'un article est labellisé à la suite d'un vote AdQ ou BA, il faut créer une sous-page « Wikipédia:Lumière sur/Nom de l'article labellisé ». Cette dernière comprend le résumé introductif de l'article (avec un maximum de 400 mots). L'article sera ensuite mis en lumière sur la page d’accueil le jour programmé.

Il n'y a pas de « sélection », tous les articles de Wikipédia apparaissent sur la page d'accueil, une fois labellisés. Ils peuvent également repasser une nouvelle fois après plusieurs années, s'ils ont été remis à neuf par le projet Après label.

Pour rédiger une Lumière sur un article, suivez les instructions de la page d'aide.

Programme du mois

Mercredi 1er décembre 2010

Carte politique de l'île d'Irlande.

Le conflit nord-irlandais, appelé aussi « les Troubles » (en anglais : The Troubles ; en irlandais : Na Trioblóidi ; en scots : The Truibils), est une période de violences et d'agitation politique en Irlande du Nord dans la seconde moitié du XXe siècle. Il débute à la fin des années 1960 et est considéré comme terminé entre 1997 et 2007 selon les interprétations. La violence continue cependant après cette date, mais de façon occasionnelle et à petite échelle, tandis que la plupart des groupes belligérants déposent les armes.

Le conflit débute dans la seconde moitié des années 1960 par un mouvement pour les droits civiques contre la ségrégation confessionnelle que subit la minorité catholique. L'opposition entre républicains et nationalistes (principalement catholiques) d'une part, loyalistes et unionistes (principalement protestants) d'autre part sur l'avenir de l'Irlande du Nord entraîne une montée de la violence qui perdure pendant trente ans. Elle est le fait de groupes paramilitaires républicains, comme l'IRA provisoire dont le but est de mettre fin à l'autorité britannique en Irlande du Nord et de créer une République irlandaise sur l'ensemble de l'île, et loyalistes, comme l'Ulster Volunteer Force formée en 1966 pour stopper ce qu'il perçoit comme la détérioration du caractère britannique du pays, ainsi que d'émeutes populaires et des forces de sécurité de l'État, l'Armée britannique et la police.

Le conflit nord-irlandais est diversement défini par plusieurs de ses acteurs, soit comme une guerre, une guérilla ou une guerre civile. L'action des groupes paramilitaires républicains (principalement l'IRA provisoire) est considérée comme du terrorisme par les forces de sécurité britannique, mais aussi comme une révolution, une insurrection ou une résistance militaire à l'occupation et à l'impérialisme britannique par leurs partisans. Les historiens sont partagés sur ces qualifications, certains refusant l'usage du terme « terrorisme ».

Ce conflit affecte la vie quotidienne de la plupart des Nord-Irlandais, ainsi qu'incidemment celle des Anglais et des Irlandais dans le Sud de l'île. En plusieurs occasions entre 1969 et 1998, ce conflit manque de se transformer en une véritable guerre civile, comme, par exemple, en 1972 après le Bloody Sunday ou pendant la grève de la faim de 1981, quand se forment des mobilisations massives et hostiles des deux parties.

En 1998, un processus de paix apporte une fin au conflit en s'appuyant sur l'accord du Vendredi saint. La reconnaissance par le gouvernement britannique pour la première fois de la « dimension irlandaise », le principe que le peuple de l'île d'Irlande dans son ensemble puisse résoudre les problèmes entre le Nord et le Sud par consentement mutuel, sans intervention extérieure permet d'obtenir l'accord des nationalistes et des républicains. Elle établit aussi en Irlande du Nord un gouvernement consociatif, composé obligatoirement d'unionistes et de nationalistes.

Jeudi 2 décembre 2010

Karima Adebibe dans la peau de Lara Croft.

Lara Croft est un personnage de fiction et la protagoniste de la série de jeux vidéo Tomb Raider, produite par Square Enix (précédemment Eidos Interactive). Elle est présentée comme une belle, intelligente et athlétique archéologue aventurière, qui entreprend des voyages dans d'anciennes et dangereuses tombes ou ruines à travers le monde. Créé par Toby Gard durant son emploi dans la branche anglaise de Core Design, le personnage fait sa première apparition dans le jeu Tomb Raider, en 1996. Elle fit alors également des apparitions dans les suites du jeu vidéo, dans des adaptations imprimées, dans des séries de courts dessins animés, dans deux longs métrages (où elle est incarnée par Angelina Jolie), ainsi que des variantes relatives à la série. Lara Croft a aussi été utilisée dans des promotions de tierces parties, incluant la télévision et des publicités, ainsi qu'en tant que porte-parole. La promotion du personnage inclut une marque de vêtements et accessoires, des figurines et représentations effectuées par des modèles.

Core Design a premièrement mené le développement du personnage et des séries. Inspiré par l'artiste pop Neneh Cherry et le personnage de comic Tank Girl, Gard conçut Lara Croft pour contrer les personnages féminins stéréotypés. La compagnie modifia ledit personnage pour les titres suivants ; modifications telles que des améliorations graphiques et des ajouts au gameplay, comme de nouvelles manœuvres et de nouveaux items. De l'accueil très mitigé pour l'opus Tomb Raider : L'Ange des Ténèbres, de 2003, résulta un changement de développeur ; la licence fut remise à l'américain Crystal Dynamics. Le nouveau développeur remit à zéro le personnage avec sa « nouvelle » série de jeux vidéo. Crystal Dynamics s'est concentré sur le fait de rendre le personnage plus crédible, et altéra sa capacité à interagir avec l'environnement du jeu avec ses proportions. Lara Croft est doublée depuis ses débuts par Françoise Cadol...


Tracé du circuit de Suzuka en 1994.

Le Grand Prix automobile du Japon 1995 (Fuji Television Japanese Grand Prix), disputé sur le circuit de Suzuka au Japon le 29 octobre 1995 est la onzième édition du Grand Prix, 580e course de Formule 1 courue depuis 1950 et la seizième manche du championnat 1995. C'est la seconde course japonaise de la saison après le Grand Prix du Pacifique disputé sur le circuit TI Aida.

La course, disputée sur 53 tours, est remportée par l'Allemand Michael Schumacher, élancé depuis la pole position. Le Finlandais Mika Häkkinen termine à la deuxième place et le Britannique Johnny Herbert complète le podium.

Jean Alesi part en deuxième position aux côtés de Michael Schumacher mais doit observer un arrêt aux stands forcé de 10 secondes pour faux-départ. Après être remonté dans le classement et avoir atteint la deuxième place, il abandonne au 25e tour en raison d'un problème de transmission. L'ancien rival de Schumacher pour le titre de champion du monde, Damon Hill, s'élance de la grille de départ à la quatrième place et profite de l'abandon d'Alesi pour accéder à la deuxième avant d'abandonner au 40e tour sur sortie de piste.

La victoire de Schumacher sur le circuit nippon est sa neuvième de la saison. Il égale ainsi le record de Nigel Mansell établi lors du championnat du monde de Formule 1 1992. L'écurie Benetton Formula remporte le titre constructeur à l'issue de la course.

Vendredi 3 décembre 2010

Fresque du monastère de Ghélati représentant David IV.

David IV de Géorgie, roi connu aussi sous le nom de David II et surnommé le Bâtisseur ou Reconstructeur (en géorgien : დავით აღმაშენებელი, « Davit' Aghmachenebeli » ; né en 1072 ou 1073 et mort à Tbilissi le ), est le cinquième roi de la Géorgie unifiée ; il règne de 1089 à sa mort, en 1125, et appartient à la dynastie des Bagrations. Il est fêté comme saint le 26 janvier par l'Église orthodoxe.

Arrivé sur le trône à la suite d'un changement de pouvoir imposé à son père, le faible Georges II, il parvient à restaurer le calme dans son pays en expulsant les colons dévastateurs turcs et en se libérant du joug musulman. Sur le plan intérieur, il reste célèbre pour une série de réformes qu'il entreprend avec succès, avec l'aide de son conseiller Georges de Tchkondidi, et aussi pour avoir réduit à néant la puissance des grands nobles, jusque là influents au sein de la cour royale. En politique étrangère, David le Reconstructeur est connu pour avoir conclu un accord avec les Qiptchaks et soumis les tribus de Ciscaucasie en 1118, tout en se déclarant indépendant de l'influence byzantine...


Super Mario Land (スーパーマリオランド, Sūpā Mario Rando?) est un jeu vidéo de plates-formes développé puis édité par Nintendo pour la Game Boy. Il s'agit du premier jeu de plates-formes et du premier Super Mario sorti sur la console. Le jeu sort en 1989 au Japon et aux États-Unis, puis sort en France en septembre 1990. Super Mario Land fait partie des titres de lancement de la Game Boy dans les trois pôles de marché.

Le jeu ne se déroule pas dans le Royaume Champignon, comme habituellement dans la série Super Mario, mais à Sarasaland. Mario doit y sauver la Princesse Daisy de Tatanga le Maléfique, un homme mystérieux venu de l'espace.

Pour la première fois dans l'histoire de la série Super Mario, Shigeru Miyamoto ne fait pas partie de l'équipe de conception du jeu. La réalisation est confiée à Satoru Okada, et la production à Gunpei Yokoi. Ceci explique les différences d'environnements et de personnages par rapport aux précédents volets.

C'est un vrai succès commercial, puisqu'il se vend entre 14 et 18 millions de copies à travers le monde, et le jeu fait partie des jeux les plus vendus au Japon. Super Mario Land est également très bien reçu par la presse vidéoludique, qui souligne principalement la qualité du système de jeu (gameplay) et des musiques.

Super Mario Land est suivi par Super Mario Land 2: 6 Golden Coins, sorti en 1992, puis par Wario Land: Super Mario Land 3, en 1994, où le héros est cette fois-ci Wario, le double maléfique de Mario. Les jeux sont tous deux sortis sur Game Boy.

Samedi 4 décembre 2010

Portrait de Thomas Cochrane, comte de Dundonald.

Thomas Cochrane (né le 14 décembre 1775 à Annesfield, Hamilton (Écosse) et décédé le 31 octobre 1860 à Londres), 10e comte de Dundonald, fut un amiral et homme politique britannique controversé. Il est le modèle de nombreux héros de romans sur la Royal Navy, parmi lesquels Jack Aubrey, le personnage principal des romans de Patrick O'Brian et du film qui en a été tiré, Master and Commander : De l'autre côté du monde (2003).

Fils d'un comte écossais ruiné, Thomas Cochrane entra très jeune dans la marine britannique. Très doué, il monta rapidement en grade et s'illustra aussi bien comme navigateur que comme tacticien. Cependant, sa nature hautaine lui valut des difficultés. Son premier vrai commandement, en 1800-1801, sur le brick HMS Speedy, lui permit de capturer plus de cinquante navires ennemis en un peu plus d'un an, dont une frégate espagnole trois fois plus puissante, la Gamo. Il s'illustra ensuite en 1804-1806 avec la frégate HMS Pallas. Son navire endommagé, il s'engagea en politique, se présentant au parlement britannique sous l'étiquette « radical ». Élu, il tenta de s'attaquer à la corruption au Parlement et à l'Amirauté. Il retrouva très vite un commandement en Méditerranée, où il ravagea les côtes françaises et espagnoles, en 1807-1808, à bord de sa frégate HMS Imperieuse. En avril 1809, son utilisation des brûlots à la bataille de l'île d'Aix aurait pu être destructrice pour l'escadre française si son amiral avait réalisé sa part du plan. Cochrane ne réussit pas à le faire condamner en cour martiale. Il revint alors au parlement pour tenter de réformer le fonctionnement de l'Amirauté. Sa campagne porta ses fruits au cours des décennies qui suivirent.

Mêlé à son insu à une fraude boursière organisée en 1814 par un de ses oncles, il fut chassé de la Navy et du parlement, condamné à une amende et à la prison. Réélu alors qu'il était emprisonné, il tenta de poursuivre sa carrière politique mais souffrit de plus en plus d'attaques et de rumeurs. Il accepta alors la proposition que lui firent les « patriotes chiliens » d'organiser et commander leur marine. Arrivé à Valparaíso en novembre 1818, il reprit la guerre de côtes à laquelle il excellait. Ainsi, en février 1820, il attaqua et captura Valdivia. Il participa ensuite à l'expédition pour libérer le Pérou de 1820-1821. Il permit ainsi à José de San Martín d'en proclamer l'indépendance. À nouveau, comme au Royaume-Uni, sa personnalité se heurta à celles des hommes politiques. Il préféra partir plutôt que de prendre parti dans la guerre civile qui s'annonçait au Chili. Il se mit alors dix-huit mois au service de Pierre Ier et de la marine brésilienne...

Dimanche 5 décembre 2010

Plage de Long Point.

La réserve nationale de faune de Long Point (anglais : Long Point National Wildlife Area) est une aire protégée du Canada et l'une des dix réserves nationales de faune de l'Ontario. Elle est située dans la réserve de biosphère de Long Point, créée en 1986 en plus d'être reconnue comme site Ramsar depuis 1982.

Cette aire protégée est située sur un cordon littoral s'avançant sur le lac Érié. Elle comprend un système complexe de dunes, de milieux humides et de marais offrant de nombreux habitats pour la faune et la flore. Elle est fréquentée par pas moins de 47 espèces de mammifères, 331 d'oiseaux, 34 de reptiles et d'amphibiens et 60 de poissons et possède pas moins de 660 espèces de plantes vasculaires. Ce territoire a fait partie du territoire de chasse des Neutres et des Mississaugas avant d'être colonisé au début du XIXe siècle. En 1866, la Long Point Company acquiert la plupart des terres de la péninsule, assurant ainsi son intégrité écologique. Le territoire est géré depuis 1980 en tant que réserve nationale de faune par le Service canadien de la faune.


Un télésiège utilisé pour la pratique du ski alpin au Japon.

Un télésiège est un type de remontée mécanique équipé de sièges suspendus à intervalles réguliers à un câble aérien, à la fois porteur et tracteur, circulant suivant un mouvement unidirectionnel continu. Le câble est soutenu en ligne par des pylônes, via des galets, et est mu par un moteur situé dans une des gares terminales.

Il existe des télésièges à attaches fixes où les sièges restent solidaires du câble, y compris en gare, et des télésièges à attaches débrayables équipés de véhicules à pince débrayable qui sont désaccouplés du câble dans les gares pour un embarquement et débarquement à vitesse réduite, sans ralentissement de l'ensemble de l'appareil. Cette dernière typologie permet des vitesses d'exploitation supérieures. Les sièges ont une capacité qui varie selon les appareils de une à huit places et peuvent être équipés d'options telles des bulles de protection ou des assises chauffantes.

Les télésièges sont principalement utilisés dans les stations de sports d'hiver par les skieurs, pour la pratique du ski alpin.

Lundi 6 décembre 2010

Taureau androcéphale ailé gardien du palais de Sargon II à Dur-Sharrukin, en Assyrie, musée du Louvre.

L'Assyrie est une ancienne région du Nord de la Mésopotamie, qui tire son nom la ville d'Assur, qui est aussi celui de sa divinité tutélaire, le dieu Assur. À partir de cette région, s'est formé au IIe millénaire av. J.-C. un royaume puissant, qui est devenu, par la suite, un véritable Empire. Aux VIIIe et VIIe siècles av. J.-C., l'Assyrie contrôlait des territoires qui s'étendaient sur la totalité ou sur une partie de plusieurs pays actuels, tels l'Irak, la Syrie, le Liban, la Turquie ou encore l'Iran.

L'assyriologie, discipline qui étudie l'Assyrie antique et plus largement la Mésopotamie antique, distingue trois phases dans l'histoire assyrienne, sachant qu'avant les environs de 700 av. J.-C., les dates sont approximatives : la période paléo-assyrienne, du XXe au début du XIVe siècle av. J.-C. ; la période médio-assyrienne, jusqu'à 911 av. J.-C. ; et la période néo-assyrienne, jusqu'à 612-609 av. J.-C., date de la fin du royaume assyrien. Schématiquement, pendant la première, l'Assyrie se réduit à la cité-État d'Assur, connue surtout par le dynamisme de ses marchands. La deuxième période voit la naissance du royaume assyrien à proprement parler, en tant qu'État territorial puissant, qui connaît cependant un affaiblissement important au tournant des IIe et Ier millénaires av. J.-C. La troisième période voit l'Assyrie se muer progressivement en un Empire, grâce notamment à sa redoutable armée. C'est par cette période que l'Assyrie est la mieux connue, grâce aux découvertes effectuées à partir du XIXe siècle dans ses capitales successives, Assur, Kalkhu (Nimrud), Dur-Sharrukin (Khorsabad) et Ninive. C'est également la puissance de cet Empire et de ses souverains qui a permis au souvenir de l'Assyrie de perdurer, par la tradition de la Bible hébraïque et des auteurs grecs classiques.

La grande quantité de documentation épigraphique et archéologique collectée pour la période assyrienne depuis près de deux siècles permet de bien connaître de nombreux aspects de ce royaume, qui est une des composantes essentielles de la civilisation mésopotamienne ancienne, au même titre que celui qui est devenu son rival méridional, le royaume de Babylone. C'est la dernière phase du royaume qui est, toutefois, de loin la mieux connue. On peut dresser un tableau conséquent de plusieurs aspects de l'administration du royaume, les activités économiques, les composantes de la société, la culture assyrienne, notamment la religion et l'art. De nombreuses zones d'ombre demeurent cependant car la documentation n'est pas répartie de façon homogène selon les lieux, les périodes et les aspects de la vie des anciens Assyriens, du fait de la disparition de nombreuses sources depuis l'Antiquité, mais aussi parce que les découvertes concernent essentiellement le milieu des élites.

Mardi 7 décembre 2010

Carte de la Charente-Inférieure réalisée au XIXe siècle.

L’histoire du département de la Charente-Maritime, en tant qu'entité administrative, commence le par un décret de l'assemblée constituante. Ce dernier n'entre cependant en vigueur que quelques mois plus tard, le . Fondé sur des considérations géographiques — le cours inférieur de la Charente — le département est officiellement nommé Charente-Inférieure, appellation conservée jusqu'en 1941. Depuis lors, il porte le nom de Charente-Maritime, dénomination soulignant sa situation sur le littoral atlantique.

Le département comprend d'une part la majeure partie de l'ancienne province de la Saintonge (amputée du Cognaçais et du Barbezilien, lesquels sont rattachés au département de la Charente, et du duché-pairie de Frontenay Rohan-Rohan, rattaché au département des Deux-Sèvres), et d'autre part la quasi-totalité de l'ancienne province de l'Aunis, et le Pays d'Aulnay, détaché de l'ancienne province du Poitou.

De nombreux sites attestent un peuplement très ancien du territoire charentais-maritime, où des hommes ont vécu dès le paléolithique. Le peuple celte des Santons s'installe dans la région au cours du Second âge du fer, développant artisanat et commerce. La romanisation consécutive à la Guerre des Gaules est rapide et permet notamment le développement de Mediolanum Santonum (Saintes), promue capitale de l'Aquitaine augustéenne. La Saintonge mérovingienne puis carolingienne est un comté appartenant à une Aquitaine organisée tantôt en royaume, tantôt en duché, aux frontières variables. L'effondrement du pouvoir carolingien marque le début d'une période d'instabilité, au cours de laquelle le pays d'Aunis se dote d'une identité propre...


Portrait de William Murray, premier Comte de Mansfield.

William Murray, premier comte de Mansfield, SL, PC, né le 2 mars 1705 et mort le 20 mars 1793, est un barrister, homme politique et juge britannique connu pour sa réforme de la loi anglaise. Né dans la noblesse écossaise, il reçoit son éducation à Perth avant de déménager à l'âge de 13 ans pour étudier à la Westminster School. Il est accepté au collège Christ Church de l'université d'Oxford en mai 1723, et acquiert rapidement une bonne réputation en tant que barrister.

Impliqué dans la politique à partir de 1742, il est tout d'abord élu Membre du Parlement (« MP ») pour le borough de Boroughbridge, et est choisi pour le poste d'Avocat général. En l'absence d'un Procureur général assez puissant, il devient le principal porte-parole pour le gouvernement à la Chambre des communes, où il se fait remarquer pour son « grand talent d'éloquence » et est décrit comme « le meilleur orateur sans comparaison » de la Chambre. À la suite de la promotion de Sir Dudley Ryder en tant que Lord Chef de la Justice, il devient Procureur général, et lorsque Ryder meurt de manière inattendue quelques mois plus tard, c'est Mansfield qui prend sa place...

Mercredi 8 décembre 2010

John Lennon en juin 1969 à Montréal.

John Winston Ono Lennon MBE (né John Winston Lennon le à Liverpool, et mort assassiné le à New York) est un musicien, auteur-compositeur, chanteur et écrivain britannique. Il est le fondateur des Beatles, groupe musical anglais au succès planétaire depuis sa formation au début des années 1960. Au sein des Beatles, il forme avec Paul McCartney l’un des tandems d’auteurs-compositeurs les plus influents et prolifiques de l’histoire du rock, donnant naissance à plus de 200 chansons.

Adolescent, influencé par ses idoles américaines du rock 'n' roll, il est emporté par la vague de musique skiffle qui sévit à Liverpool et fonde en 1956 le groupe des Quarrymen, qui évoluent pour devenir, avec Paul McCartney, George Harrison et Ringo Starr, les Beatles. De Please Please Me en 1963, à Let It Be en 1970, les Beatles deviennent un des plus grands phénomènes de l’histoire de l’industrie discographique, introduisant de nombreuses innovations musicales et mélangeant les genres et les influences. Lennon occupe une place centrale dans cette réussite populaire, critique et commerciale, composant une bonne partie des succès du groupe. Les dissensions entre les musiciens, en particulier entre Lennon et McCartney, mettent fin à l’aventure en 1970.

Lorsque les Beatles se séparent, John Lennon se consacre à sa carrière solo, épaulé et inspiré par sa femme Yoko Ono, artiste japonaise d’avant-garde. Ono et Lennon forment alors un des couples les plus médiatisés du monde, aussi bien pour leur musique que pour leur engagement politique. Ils créent le Plastic Ono Band, groupe à géométrie variable où ils sont accompagnés d’amis sur scène et en studio. En 1971, John Lennon compose l’une de ses chansons les plus emblématiques, Imagine ; l’album du même nom est également son plus grand succès commercial en solo. Lennon se retire de toute activité publique en 1975 pour s’occuper de son fils nouveau-né Sean, puis reprend sa carrière en 1980, quelques semaines avant d’être assassiné par Mark David Chapman, devant sa résidence du Dakota Building à New York.

Outre sa musique, Lennon est également célèbre pour ses nombreuses prises de positions, notamment pacifistes, à partir de la fin des années 1960. Ses activités et son engagement, notamment contre la guerre du Viêt Nam, lui valent des ennuis réguliers avec le gouvernement des États-Unis, qui tente de l’expulser. Personnalité complexe, il fait preuve d’un humour acerbe, teinté d’absurde et de non-sens, et se démarque également par son caractère parfois violent et conflictuel, en contradiction avec son image de représentant de l’idéal pacifiste. Il montre des talents dans les domaines de la peinture et de l’écriture, joue dans plusieurs films, et réalise des courts-métrages expérimentaux.

Trente ans après sa mort, il est l’un des artistes les plus populaires du XXe siècle et incarne le mouvement pacifiste peace and love des années 1960 et 1970. Un rassemblement à sa mémoire continue d’avoir lieu à New York chaque 8 décembre, date de sa mort, et plusieurs mémoriaux sont érigés en son honneur à travers le monde.

Jeudi 9 décembre 2010

Wikipédia:Lumière sur/Cimetière de Nantes

Jan Garbarek à Oslo en 2005.

Jan Garbarek, né le à Mysen (Norvège), est un saxophoniste norvégien de jazz et d'ethno-jazz.

C’est un saxophoniste important dans l'histoire du jazz, en particulier par la création d’une esthétique originale et très personnelle, privilégiant la mélodie et la sensibilité. Garbarek possède une identité musicale extrêmement reconnaissable, se démarquant nettement du jazz américain traditionnel. Son travail couvre un spectre très large de musiques, du free jazz de ses débuts, à ses échanges avec The Hilliard Ensemble. Une contribution majeure de Garbarek est également d'avoir su engager un véritable dialogue avec des musiciens traditionnels et de musiques du monde, ainsi que l'intégration de sa propre musique traditionnelle dans ses œuvres.

Pilier du label ECM de Manfred Eicher, Garbarek est devenu de facto une figure d’un jazz « européen », attentif au silence et à la lenteur. Il jouit également d'une popularité importante, bien que contestée, auprès d'un large public qui n'est pas limité au milieu du jazz.

Vendredi 10 décembre 2010

Page de titre de la première édition (1811).

Sense and Sensibility (traduit en français par Raison et Sentiments, ou encore Le Cœur et la Raison) est le premier roman publié de la femme de lettres anglaise Jane Austen. Il paraît en 1811 de façon anonyme puisqu'il était signé by a Lady (« écrit par une dame »). En effet, sa position sociale interdisait à Jane Austen de signer de son nom un roman destiné à la vente, mais elle ne voulait pas cacher qu'il était l'œuvre d'une femme.

Le texte initial, écrit vers 1795, probablement sous forme épistolaire, avait pour titre le nom des deux héroïnes, Elinor et Marianne, comme beaucoup de romans écrits par des femmes au XVIIIe siècle, mais le choix du titre définitif, pour la publication en 1811, semble indiquer une volonté didactique. Marianne Dashwood, ardente et romanesque, qui croit passionnément pouvoir s'affranchir des convenances, s'affiche avec le séduisant Willoughby dont elle est tombée amoureuse, tandis que sa sœur aînée, la raisonnable Elinor, cache le tendre sentiment que lui inspire son beau-frère, Edward Ferrars. Marianne devra apprendre à surmonter la trahison des sentiments, dans la douleur et avec l'aide de sa sœur, qui, de son côté, refuse stoïquement de rêver et se dévoue à sa famille.

Publié par Thomas Egerton, et à compte d'auteur, à l'automne 1811, le roman est accueilli plutôt favorablement et paraît en français dès 1815, dans la traduction/adaptation d'Isabelle de Montolieu, sous le titre Raison et sensibilité, ou Les Deux Manières d'aimer. La traduction de Sensibility en français semble poser problème, puisque les traductions modernes hésitent entre sentiments et cœur. Mais les adaptations, que ce soit celle pour le cinéma d'Emma Thompson en 1995, ou celle pour la télévision d'Andrew Davies en 2008, sont connues en français sous le titre Raison et Sentiments.

Samedi 11 décembre 2010

Page de titre de l'ouvrage regroupant L'Abbaye de Northanger et Persuasion.

L'Abbaye de Northanger est un roman de Jane Austen, publié de façon posthume en décembre 1817, mais rédigé dès 1798-1799 et alors intitulé Susan. L'œuvre égratigne la vie mondaine de Bath, que Jane Austen avait connue lors de son séjour en 1797, et parodie les romans gothiques fort appréciés à l'époque : son héroïne, la toute jeune Catherine Morland, ne rêve que de sombres histoires se déroulant dans de vieux châteaux ou des abbayes gothiques et croit pouvoir les accomplir lorsqu'elle est invitée à séjourner à l'abbaye de Northanger. Une idylle s'y développe entre elle et Henry Tilney, fils du propriétaire des lieux.

La confrontation de ses idées romanesques à la réalité et les discussions qu'elle a avec Henry Tilney et sa sœur Eleanor, font sortir peu à peu Catherine Morland de l'adolescence, au travers d'un parcours initiatique qui fait de L'Abbaye de Northanger un conduct novel, un roman d'apprentissage.

Au-delà de l'aspect parodique et des caractéristiques stylistiques de l'écriture de Jane Austen (ironie, discours indirect libre, etc.), l'ouvrage – tout en critiquant l'influence des romans gothiques sur l'imagination fertile des jeunes filles – constitue une ardente défense du roman en général, genre populaire majoritairement écrit à l'époque par des femmes et considéré alors comme littérature de second ordre.

Dimanche 12 décembre 2010

Logo d'Umbrella Corporation.

Resident Evil 5, sorti au Japon sous le nom Biohazard 5 (バイオハザード5, Baiohazādo Faibu?), est un jeu vidéo de tir à la troisième personne de type survival horror édité et développé par l'entreprise japonaise Capcom. Il sort en mars 2009 sur PlayStation 3 et Xbox 360 puis en septembre sur les PC dotés de Windows.

Suivant les événements de Resident Evil 4, le jeu se déroule en Afrique en 2009. Chris Redfield et Sheva Alomar enquêtent sur un virus mutagène dispersé dans la nature et doivent se défendre contre les monstres qu'il engendre. Les développeurs ont intégré un mode de jeu en coopération pouvant être joué en ligne.

Le jeu connaît un gros succès commercial ; en décembre 2009, il s'est écoulé à 5,3 millions d'exemplaires autour du monde, soit la meilleure vente de la série Resident Evil et la deuxième plus grosse vente jamais faite par Capcom. Au printemps 2010, Resident Evil 5 est réédité dans une nouvelle version appelée Resident Evil 5: Gold Edition sur PlayStation 3 et Xbox 360. Il comprend le jeu et tous ses contenus supplémentaires disponibles en téléchargement.


La saison 1917-1918 est la première saison de la Ligue nationale de hockey (LNH), nouvelle ligue de hockey sur glace du Canada. Chacune des quatre équipes qui commencent la saison joue vingt-deux parties sauf les Wanderers de Montréal qui ne disputent que six rencontres en raison d'un incendie qui détruit leur patinoire en janvier. Finalement, les Canadiens de Montréal et les Arenas de Toronto finissent en tête des deux parties de la saison mais ce sont les Arenas qui remportent la finale de la LNH. Par la suite, ils jouent et remportent la finale de la Coupe Stanley contre les Millionnaires de Vancouver de l'Association de hockey de la Côte du Pacifique.

Lundi 13 décembre 2010

Florence Cook, portrait de femme mariée, après la fin de sa carrière de médium.

Florence Eliza Cook (née le à Cobham dans le Kent et morte le à Londres) était une médium anglaise célèbre pour avoir été la première Britannique à réaliser une « matérialisation complète » en faisant « apparaître » l'esprit qui se faisait appeler « Katie King ». Diverses hypothèses ont été avancées pour expliquer les phénomènes : de la simple escroquerie à leur réalité en passant par un trouble de la personnalité multiple.

Issue d'une famille de la toute petite classe moyenne, elle découvrit ses « capacités médiumniques » à quatorze ans. Elle travailla alors avec d'autres médiums pour apprendre à les contrôler. Rapidement, elle se spécialisa dans la matérialisation d'esprits. Petit à petit, elle fit apparaître « Katie King », d'abord seulement le visage puis, au printemps 1873, l'« intégralité » de l'esprit. Jeune et jolie, elle devint très vite une star dans le monde du spiritualisme. Ses séances, véritables spectacles, attiraient un immense public. Elle devint la protégée d'abord de Charles Blackburn, qui fut un véritable manager de sa carrière, puis du scientifique William Crookes, avec qui elle se livra à des expériences destinées à comprendre les phénomènes psychiques.

Elle prit sa retraite de médium en mai 1874 lors d'une séance où « Katie King » fit ses adieux à la scène spiritualiste. Florence Cook épousa alors Edward Elgie Corner, un voisin et ami de la famille. Le mariage ne fut pas heureux. Des problèmes financiers poussèrent Cook à remonter sur scène. En 1880, lors d'une séance, elle fut démasquée. Des spectateurs révélèrent qu'elle jouait elle-même le rôle de l'esprit matérialisé. Après une dernière tentative manquée de retrouver son succès une vingtaine d'années plus tard, elle mourut d'une pneumonie chez elle, dans une relative pauvreté.

Mardi 14 décembre 2010

Panneau (signpost) du village de Cottingley, faisant référence aux fées.

Les fées de Cottingley, ou l’affaire des fées de Cottingley, fait référence à une célèbre série de cinq photographies prises au début du XXe siècle par Elsie Wright et Frances Griffiths, deux jeunes cousines qui vivent à Cottingley, près de Bradford, dans la région du Yorkshire anglais. Elles montrent les deux filles en compagnie de fées et d’autres créatures du petit peuple. En 1917, lorsque les deux premières photos sont prises, Elsie est âgée de 16 ans et Frances de 10. Ces photos attirent l'attention du célèbre écrivain écossais sir Arthur Conan Doyle, qui s'en sert pour illustrer plusieurs articles sur le sujet ainsi qu'un livre, The Coming of the Fairies. Il avait été chargé d'écrire dans l’édition du Strand Magazine pour Noël 1920. Conan Doyle, qui est spiritualiste, se montre enthousiasmé par les photographies et les interprète comme une preuve concrète de la réalité des phénomènes psychiques. La réaction du public est plus mitigée, certains pensent que les images sont authentiques, d'autres estiment qu'elles sont truquées.

L'intérêt du public pour les fées de Cottingley diminue graduellement après 1921. Les deux filles grandissent, se marient et vivent à l'étranger pendant longtemps. Pourtant, les photographies continuent à nourrir l'imagination du public puisqu’en 1966, un journaliste du Daily Express retrouve Elsie, alors de retour au Royaume-Uni. Cette dernière laisse entendre qu'elle croit avoir photographié ses pensées, et les médias s’intéressent à nouveau à l'histoire, organisant des rencontres avec les deux femmes qui nient toujours avoir monté un canular malgré des preuves apportées au fil du temps, entre autres par le scientifique sceptique James Randi. Au début des années 1980, Elsie et Frances, alors âgées d'environ 80 ans, déclarent que les photographies sont des trucages fabriqués à partir de fées en carton découpées dans un livre pour enfants populaire à leur époque. Frances a toutefois toujours affirmé que la cinquième et dernière photo est authentique.

Les photographies et les deux appareils utilisés par Elsie et Frances sont désormais exposés au National Media Museum de Bradford.

Mercredi 15 décembre 2010

Jonathan Toews

Les Blackhawks de Chicago sont une franchise professionnelle de hockey sur glace basée à Chicago, aux États-Unis, qui évolue dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Ils font partie de l'association de l'Ouest et de la division Centrale. Fondés en 1926 à Chicago, les Blackhawks sont une des « six équipes originales » en compagnie des équipes des Canadiens de Montréal, des Maple Leafs de Toronto, des Bruins de Boston, des Red Wings de Détroit et des Rangers de New York. Écrit « Black Hawks » en deux mots séparés depuis les débuts de la franchise, le nom est officiellement modifié en « Blackhawks » lors de l'été 1986.

Plus de huit cents joueurs ont porté l'uniforme de la franchise, dont une quarantaine fait partie du Temple de la renommée du hockey. Parmi tous ces joueurs, Stan Mikita joue au club entre 1958-1959 et 1979-1980. Il est ainsi le meilleur pointeur et passeur de l'histoire de la franchise ainsi que le joueur le plus utilisé, ceci que ce soit en saison régulière ou lors des séries éliminatoires. Il est devancé par Bobby Hull au nombre de buts en séries et en saison régulière, les deux joueurs ayant fait la quasi-totalité de leur carrière ensemble. L'équipe est entraînée par Joel Quenneville, le quarante-troisième entraîneur de l'équipe depuis ses débuts. Rocky Wirtz, propriétaire de l'équipe, possède également la salle où les Blackhawks évoluent depuis 1994, le United Center.

L'équipe remporte sa première Coupe Stanley – un des trophées les plus importants du monde du hockey – au cours de sa huitième saison, en 1933-1934. Au total, elle joue onze finales de la Coupe Stanley, et en remporte quatre : en 1934, 1938, 1961 et enfin 2010, près de cinquante ans après sa dernière conquête.


Kortchnoï en 1993.

Viktor Lvovitch Kortchnoï (en russe : Виктор Львович Корчной) est un joueur d’échecs né le 23 mars 1931 à Leningrad, en URSS, qui a obtenu l'asile politique de la Suisse en 1978, puis la nationalité helvétique en 1992. Après sa défection en 1976, Kortchnoï a disputé deux matchs de championnat du monde d'échecs (en 1978 et en 1981) contre le numéro un soviétique Anatoli Karpov, de vingt ans son cadet. Grand maître international depuis 1956, Kortchnoï a été pendant plus de trente ans un des dix meilleurs joueurs du monde.

Bien qu’il n’ait jamais été champion du monde, Kortchnoï est un joueur au palmarès des plus prestigieux, connu pour sa ténacité et sa constante volonté de vaincre. Il a été candidat au championnat du monde en un nombre record de dix occasions : en 1962, puis, sans interruption, de 1968 à 1991. Quatre fois finaliste du cycle des candidats, il remporta la finale contre Boris Spassky en 1977/1978 et face à Robert Hübner en 1980...

Jeudi 16 décembre 2010

Part.of.tivoli.near.rome.arp.jpg

Tivoli est une ville de la province de Rome, dans la région du Latium, en Italie. Très ancienne cité datant d’avant la colonisation romaine, elle fut, selon la tradition et quelques éléments archéologiques, fondée en -1215, bien que ses plus anciens vestiges, que constituent les murs d’enceinte, datent du IVe siècle av. J.-C. Elle connut, sous le nom de « Tibur », un apogée durant la période romaine, avec la construction par l’empereur Hadrien de sa résidence de villégiature, la Villa Adriana, au début du IIe siècle. Durant toute cette période, la ville s’enrichit grâce à l’extraction de travertin, servant à la construction des palais romains, et également grâce à ses eaux thermales réputées. De la Renaissance au XIXe siècle, divers cardinaux et papes relèvent l’attrait de la ville par la construction de la Villa d’Este, qui reste l’un des plus importants exemples et modèles de jardins d’eau de cette période, ayant attiré de très nombreux artistes européens, peintres, poètes ou musiciens voyageant dans la campagne romaine.

La ville, qui comptait 55 560 habitants fin 2008, est intégrée dans la périphérie économique et culturelle de Rome. Elle demeure une destination touristique prisée, notamment depuis la classification de ses deux villas au Patrimoine mondial de l’humanité établi par l’UNESCO en 1999 et 2001, et possède de fait une renommée dépassant largement les frontières du pays, comme le montrent l’attribution de son nom à de nombreuses villes et éléments culturels dans le monde.

Vendredi 17 décembre 2010

La Cour de la Chancellerie sous le règne de George Ier.

La Court of Chancery (Cour de la Chancellerie en français) était un tribunal britannique. Contrairement aux tribunaux de common law, le système juridique anglais, la Cour de la Chancellerie appliquait les règles de l’equity, une nouvelle juridiction parallèle basée sur les principes de justice et d'équité, permettant de pallier les insuffisances du common law et ses rigidités. Son champ d'action couvrait les fiducies, la propriété, l'administration du patrimoine des malades mentaux et la tutelle des enfants. Elle était dirigée par le Lord Chancelier, puisqu'un de ses rôles était d'être le « gardien de la conscience du roi » : en effet, la Cour de la Chancellerie était à l'origine un corps administratif chargé principalement du droit naturel. Ainsi, elle avait une juridiction plus étendue que les tribunaux de common law, dont elle avait le pouvoir de compléter, de réformer ou d'annuler les décisions dans leur intégralité, et était beaucoup plus flexible. Jusqu'au XIXe siècle, la Cour de la Chancellerie fut capable d'appliquer des traitements beaucoup plus divers que les tribunaux de common law, comme l'injonction de faire, ou la réparation de dommages dans certains cas. Suite au passage du Exchequer of Pleas de l'état de tribunal d’equity à celui de tribunal de common law, la « Chancellerie » devint le seul corps capable d'entendre les cas d’equity dans le système légal anglais...


L'hôtel de ville.

Drancy (prononcé [dʁɑ̃si] Écouter) est une commune française, située dans le département de la Seine-Saint-Denis en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Drancéens.

Deuxième ville la plus peuplée de l'arrondissement de Bobigny après Montreuil et devant Pantin, cinquième sur le plan départemental et dix-huitième sur le plan régional, elle était la 72e ville de France en 2007.

Bien que l'histoire de Drancy remonte à la fin de l'Antiquité, la ville est surtout connue pour avoir été de 1941 à 1944 le site du camp d'internement de Drancy, principal lieu de déportation des Juifs parisiens vers les camps d'extermination nazis, pour la majorité des convois vers Auschwitz.

Drancy bénéficie depuis 2008 du label « ville fleurie » avec trois fleurs attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris et du label « ville Internet » avec quatre @, également depuis 2008, attribués par l'association « Villes Internet ».

Samedi 18 décembre 2010

La guerre civile cambodgienne est un conflit qui opposa les forces du Parti communiste du Kampuchéa, connues sous le nom de « Khmers rouges », et leurs alliés de la République démocratique du Viêt Nam (Nord-Viêt Nam) et du Việt Cộng à celles du gouvernement du Royaume du Cambodge puis, après octobre 1970, à celles de la République khmère, soutenue par les États-Unis et la République du Viêt Nam (Sud-Viêt Nam).

Dans le contexte de la guerre froide, ce conflit fut exacerbé par l'influence de la guerre du Viêt Nam, et les actions des alliés des deux parties belligérantes. En effet, l'implication de l'Armée populaire vietnamienne (armée nord-vietnamienne) était motivée par son souci de protéger ses bases et ses sanctuaires dans l'Est du Cambodge le long de la piste Hô Chi Minh, sans laquelle la poursuite de son effort militaire au Sud-Viêt Nam aurait été plus difficile, tandis que les États-Unis souhaitaient gagner du temps pour leur retrait du Sud-Est asiatique et protéger leur allié, le régime sud-vietnamien. Les Américains et les armées du Sud et du Nord-Viêt Nam participèrent directement, à un moment ou un autre, aux combats. Le gouvernement cambodgien fut principalement soutenu par des campagnes américaines de bombardements aériens massifs et des aides directes matérielles et financières.


Big Fish, ou Big Fish : La Légende du gros poisson au Québec, est un film fantastique américain de Tim Burton, écrit par John August et sorti en 2003.

Librement inspiré du roman de Daniel Wallace Big Fish: A Novel of Mythic Proportions, ce film a pour vedettes principales Ewan McGregor, Albert Finney, Billy Crudup et Jessica Lange. Albert Finney y interprète Edward Bloom, un représentant de commerce originaire du Sud des États-Unis qui a un don pour raconter des histoires, et qui arrive à la fin de sa vie. Le fils de Bloom, un journaliste interprété par Billy Crudup, s'est brouillé avec son père et tente d'améliorer ses relations avec lui maintenant qu'il est mourant et qu'il lui conte le récit mouvementé de sa vie de jeune adulte, interprété par Ewan McGregor.

Après avoir lu le manuscrit du roman, six mois avant sa publication, le scénariste John August convainc la Columbia Pictures d'en acquérir les droits. Il était initialement prévu que Steven Spielberg réalise le film après avoir fini le tournage de Minority Report, mais Spielberg abandonne le projet afin de se concentrer sur le film Arrête-moi si tu peux. Dans la version de Spielberg, l'acteur Jack Nicholson était pressenti pour incarner le personnage d'Edward Bloom. La réalisation est alors attribuée à Tim Burton et Richard D. Zanuck, qui viennent d'achever La Planète des Singes. Le thème du père mourant et de la réconciliation avec son fils touche particulièrement Tim Burton, dont le père est décédé en 2000 et la mère en 2002, un mois avant la signature du contrat...

Dimanche 19 décembre 2010

L'affaire de l'annulation d'un mariage pour erreur sur la virginité de l'épouse est née d'une décision de justice. Le , le tribunal de grande instance de Lille, en France, a annulé un mariage pour « erreur sur les qualités essentielles du conjoint » en vertu de l'article 180 alinéa 2 du Code civil. Selon le tribunal, la femme n'est pas vierge alors qu'elle savait que cette condition avait un caractère déterminant dans la motivation et le consentement de l'homme qu'elle épousait.

Fin , une polémique s'en est suivie et de nombreuses personnalités, politiques, religieuses ou encore intellectuelles ont réagi à la décision. À la suite de ces évènements, le garde des Sceaux Rachida Dati a demandé au ministère public, c'est-à-dire au procureur général de Douai, de faire appel contre l'avis des conjoints. L'appel a été déposé auprès de la cour d'appel de Douai, le .

Le , la cour d'appel de Douai a finalement infirmé le jugement du tribunal de grande instance.


Mario Golf: Toadstool Tour, connu au Japon sous le nom de Mario Golf: Family Tour (マリオゴルフ ファミリーツアー?), est un jeu vidéo de sport développé par Camelot et édité par Nintendo sur GameCube. Il fait suite à l'épisode Nintendo 64, Mario Golf, et constitue le cinquième jeu de la série Mario Golf. Il est sorti le 29 juillet 2003 en Amérique du Nord, le 5 septembre 2003 au Japon et le 18 juin 2004 en Europe.

Toadstool Tour est un jeu de golf faisant figurer des personnages et des éléments issus de la série Super Mario. 16 personnages sont, en tout, jouables, chacun ayant son propre style de jeu. Plusieurs modes de jeu sont disponibles, comme le mode « Tournoi » ou le mode « Défi anneaux », dans lequel les joueurs doivent faire passer la balle à travers des anneaux tout en restant sous le par. Les joueurs peuvent par ailleurs transférer des personnages entre Mario Golf: Toadstool Tour et Mario Golf: Advance Tour en utilisant le câble Nintendo GameCube Game Boy Advance.

Toadstool Tour a reçu des critiques positives de la part de la presse spécialisée, totalisant une moyenne de 82 % sur GameRankings. Les critiques ont généralement salué les graphismes du titre, sa bande son, la diversité des parcours proposés mais ont regretté son manque de nouveautés par rapport à l'opus sur Nintendo 64. En 2004, le jeu a reçu le label Choix des Joueurs.

Le jeu a marqué la première apparition d'un personnage de la série Donkey Kong Country (en mettant à part le personnage principal) dans un jeu Mario : Diddy Kong. Depuis, d'autres personnages de DKC sont apparus dans d'autres jeux basés sur la série Mario.

Lundi 20 décembre 2010

Les figurines de Lewis, image symbolique de l'Écosse scandinave au temps d'Harald Maddadsson.

Harald Maddadsson, Haraldr Maddaðarson en vieux norrois, Aralt mac Mataid en gaélique, (1134 – 1206) fut comte des Orcades et mormaer de Caithness de 1139 à 1206. Il est le fils de Matad, mormaer d'Atholl, et de Marguerite, fille de Haakon Paulsson, comte des Orcades. Descendant des rois écossais, ses origines sont à la fois normandes et gaéliques.

Harald Maddadsson devient un très important personnage du Nord de l'Écosse et joue un rôle majeur dans la politique écossaise du XIIe siècle. L'Orkneyinga saga le représente comme un des trois plus puissants comtes des Orcades avec Sigurd Eysteinsson et Thorfinn Sigurdsson.


L’USS Congress (au premier plan) et le Polaris, dans la baie de Disko au Groenland.

L’expédition Polaris est une expédition polaire dirigée par l'explorateur américain Charles Francis Hall et financée par le gouvernement américain qui a tenté sans succès d'atteindre le pôle Nord en 1871. Il s'agit d'une des premières tentatives sérieuses, après celle de l'officier de marine britannique William Edward Parry, qui avait réussi à atteindre, en 1827, la latitude 82°45' Nord.

Après avoir effectué deux longues expéditions dans les contrées de l'Arctique, Hall a la réputation d'être un explorateur chevronné. Le Polaris, qu'il a affrété et qui comporte un équipage hétéroclite encadré par deux patrons de baleinier, quitte New York en juin 1871. Le 2 septembre 1871, le Polaris établit un nouveau record en atteignant la latitude 82°29' Nord et peu après débute l'hivernage dans une baie située sur la rive septentrionale du Groenland. Alors que les membres de la tentative vers le pôle Nord se préparent à s'élancer sur la banquise en utilisant des traîneaux, Hall tombe gravement malade et décède le 8 novembre 1871 après avoir accusé des membres d'équipage de l'avoir empoisonné. Sidney Budington prend le commandement de l'expédition. Une tentative infructueuse est effectuée en juin 1872 de poursuivre vers le pôle avec les baleinières puis l'objectif de l'expédition est abandonné. Le Polaris prend la route du sud mais, après avoir heurté des glaces, dix-neuf membres de l'expédition se retrouvent séparés du navire. Ils dérivent sur un morceau de banquise durant six mois en parcourant 2 900 km avant d'être secourus par un navire. Budington décide d'échouer le Polaris à court de charbon en octobre 1872 près d'Etah, au Groenland. Les rescapés réussissent à survivre à l'hiver et, après avoir repris la mer en juin à bord d'embarcations construites avec le bois du Polaris, sont recueillis en mer par un navire en juillet...

Mardi 21 décembre 2010

Page de titre de la première édition d'Emma.

Emma est un roman de la femme de lettres anglaise Jane Austen, publié anonymement (A Novel. By the author of Sense and Sensibility and Pride and Prejudice) en décembre 1815. C'est un roman de mœurs, qui, au travers de la description narquoise des tentatives de l'héroïne pour faire rencontrer aux célibataires de son entourage le conjoint idéal, peint avec humour la vie et les problèmes de la classe provinciale aisée sous la Régence. Emma est considérée par certains austeniens comme son œuvre la plus aboutie.

Considéré par sir Walter Scott comme annonciateur d'un nouveau genre de roman plus réaliste, Emma déconcerte tout d'abord ses contemporains par la description minutieuse d'une petite ville de province, où pas grand-chose n'arrive en dehors des événements de la vie quotidienne de la communauté.

Un autre aspect essentiel est celui du roman d'apprentissage, l'apprentissage de la vie par Emma elle-même, qui, malgré la vivacité de son esprit, peine tant à comprendre les sentiments des autres et les siens propres. D'autres aspects du roman, relevés plus tardivement, peuvent aussi surprendre, tels que son caractère de « roman policier sans meurtre », que seule une relecture approfondie permet d'apprécier pleinement.

Emma a fait l'objet de plusieurs traductions en français, dont la première à peine un an après sa publication en Angleterre. Après un « oubli » de cent ans, le roman est publié en feuilleton dans le Journal des débats en 1910 ; comme bien souvent dans les traductions françaises de Jane Austen, l'ironie et le « second degré » propres à l'auteur s'affadissent dans l'adaptation qui en est faite. L'œuvre a été depuis régulièrement éditée en français, dans des traductions-adaptations plus ou moins fidèles.

Mercredi 22 décembre 2010

Luckington Court est Longbourn, la demeure de la famille Bennet.

Orgueil et Préjugés (Jane Austen's Pride and Prejudice) est une série télévisée britannique en six épisodes de 50 minutes, produite par Sue Birtwistle et réalisée par Simon Langton sur un scénario d'Andrew Davies d'après le roman éponyme de Jane Austen. Diffusée pour la première fois entre le 24 septembre et le 29 octobre 1995 sur BBC One, puis du 14 au 16 janvier 1996 sur A&E Network aux États-Unis, en trois doubles épisodes de 90 minutes, elle a rapidement fait l'objet d'éditions en vidéocassettes, puis en DVD.

Cette série, qui se veut très fidèle à l'œuvre, mais aussi pleine d'humour et de vitalité, a permis à de nombreux téléspectateurs de découvrir que Jane Austen n'était pas seulement un « écrivain scolaire », et a relancé l'intérêt pour ses romans. Véritable série culte au Royaume-Uni et dans d'autres pays de culture britannique, elle a joué un rôle important dans la carrière de Colin Firth et obtenu de nombreuses récompenses en 1996, dont la BAFTA de la meilleure actrice pour Jennifer Ehle et un Emmy Award pour les costumes.

Elle est à l'origine de nombreux sites anglophones consacrés à Jane Austen, comme le très sérieux Republic of Pemberley ; elle a augmenté l'audience des sites des Jane Austen Society ; elle est aussi une des sources du Journal de Bridget Jones (Bridget Jones’s Diary), d’Helen Fielding, publié en 1996, ce qui est encore plus flagrant dans le film qui en a été tiré, où Colin Firth joue Marc Darcy, et a inspiré une nouvelle forme de « tourisme austenien » dont profite le National Trust : la visite des lieux de tournage, comme Lyme Park, sur les pas d'Elizabeth et de Darcy.

Jeudi 23 décembre 2010

Beyoncé interprète Sweet Dreams sur le I Am... Tour à Newcastle.

Sweet Dreams est une chanson de la chanteuse américaine de R'n'B Beyoncé Knowles tirée de son troisième album studio de 2008, I Am... Sasha Fierce. Écrite et produite par Beyoncé, James Scheffer, Wayne Wilkins, et Rico Love, la piste sort comme le sixième single de l'album. Elle est sortie aux États-Unis pour le Top 40 et les radios rythmiques contemporaines le 2 juin 2009. Le texte de la chanson décrit une belle relation que la chanteuse croit être un rêve.

Initialement appelée Beautiful Nightmare, la chanson fait l'objet d'une fuite en mars 2008 soit huit mois avant la sortie de l'album. Sweet Dreams bénéficie d'un large succès auprès de la critique musicale qui fait l'éloge de son « étincelle », de son « énergie », de son « ton sombre » et de son « son électro-pop ». Certains critiques musicaux ont même comparé la chanson avec Beat It de Michael Jackson. Sweet Dreams gagne en popularité avec son son électro-pop, qui est en contraste avec les singles précédents de la chanteuse qui sont teintés de R'n'B, d'urban, et de funk. Le clip vidéo est réalisé par Adria Petty et tourné dans Brooklyn à New York. Le costume de robot doré que porte Beyoncé, est conçu par le couturier français Thierry Mugler. La vidéo est bien accueillie par la critique dès sa première diffusion le 9 juillet 2009.

Sweet Dreams est promue par Beyoncé avec des performances live durant sa tournée mondiale et notamment par sa performance aux MTV Europe Music Awards 2009 le 5 novembre 2009. Le single atteint la première place du classement néo-zélandais. Il entre dans le top cinq en Australie, en République Tchèque, en Grèce, en Hongrie, en Irlande, en Russie, en Slovaquie et au Royaume-Uni. La chanson vaut à Beyoncé un disque de platine par l'ARIA, le RIANZ et le RIAA, et a été nommé pour le prix du choix des téléspectateurs à la cérémonie des BET Awards de 2010.


Page titre de l'édition allongée de 1773 en dix volumes des Plays of William Shakespeare. Il est indiqué « corrections et illustrations de divers commentateurs auxquelles sont ajoutées les notes de Samuel Johnson et George Steevens ».

The Plays of William Shakespeare (Les Pièces de William Shakespeare), révisés et corrigés par Samuel Johnson et George Steevens, est une édition des tragédies de William Shakespeare parue au XVIIIe siècle. Johnson avait annoncé son intention de publier ces pièces de théâtre dans son Miscellaneous Observations on Macbeth (1745), et son Proposal final fut publié en 1756. La première version de l'ouvrage sortit finalement en 1765.

Dans sa Preface de cette édition, Johnson justifia son choix de rechercher le texte original des pièces de théâtre et ajouta plusieurs notes explicatives pour le bénéfice du lecteur. Des éditeurs ultérieurs ont suivi les traces de Johnson et ont tenté de retrouver les textes émanant de la main de Shakespeare.

Vendredi 24 décembre 2010

L'Épire, une région à cheval sur la Grèce et l'Albanie. Sur cette carte on peut voir l'extension approximative de l'Épire antique (en gris), de l'actuelle préfecture grecque d'Épire (en orange), de la partie habitée majoritairement par des « Grecs albanais » (en vert) et les limites de l'« Épire du Nord » en pointillés. Gjirokastre (Argyrokastro) et Korçë (Koritsa) sont les deux principales villes de l'Épire du Nord.

L’histoire de l'Épire du Nord de 1913 à 1921 est marquée par la volonté d'énosis, autrement dit de réunion à l’État national grec, de la minorité grecque présente dans cette région du Sud de l'Albanie et par le désir irrédentiste du royaume hellène de l'annexer.

Pendant la Première Guerre balkanique, l’Épire du Nord, qui abrite une importante communauté orthodoxe de langues hellène et/ou albanaise, est occupée en même temps que l'Épire du Sud par l’armée grecque, victorieuse sur les Ottomans. Athènes souhaite annexer ces territoires. Cependant, l’Italie et l’Autriche-Hongrie s’y opposent et le traité de Florence de 1913 confie l'Épire du Nord à la toute nouvelle principauté d’Albanie, de population majoritairement musulmane. L’armée grecque évacue donc la région mais les Épirotes chrétiens rejettent la décision internationale et décident de former, avec le soutien tacite de la Grèce, un gouvernement autonome à Argyrokastro (Gjirokastre).

Face à l’instabilité de l’Albanie, l’autonomie de l’Épire du Nord est finalement confirmée par les grandes puissances par la signature du protocole de Corfou du 17 mai 1914. L’accord reconnaît en effet les spécificités des Épirotes et leur droit d’avoir leur propre administration et leur propre gouvernement sous la souveraineté nominale de l’Albanie. Malgré tout, l’accord n’est jamais réellement mis en œuvre parce que le gouvernement albanais s’effondre en août et que le prince Guillaume de Wied, élu souverain du pays en février, retourne en Allemagne en septembre.

Peu après l’éclatement de la Première Guerre mondiale, en octobre 1914, le royaume de Grèce réoccupe donc la région. Cependant, l’attitude ambiguë d’Athènes face aux puissances centrales durant la Grande guerre pousse la France et l’Italie à envahir à leur tour l’Épire en septembre 1916. À la fin du premier conflit mondial cependant, l'accord Tittoni-Venizélos prévoit le rattachement de la région à la Grèce. Le changement de gouvernement à Rome et les difficultés militaires de la Grèce face à la Turquie de Mustapha Kemal profitent toutefois à l’Albanie, qui reçoit finalement la région le 9 novembre 1920.

Samedi 25 décembre 2010

Le centre historique de Saintes vu depuis l'esplanade du Maréchal-Foch.

Saintes (prononcer [sɛ̃t]) est une commune française du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime et la région Nouvelle-Aquitaine.

Par sa population, Saintes est la deuxième ville de la Charente-Maritime, comptant 26 401 habitants en 2007 appelés Saintais. Saintes est au cœur de la deuxième aire urbaine du département, estimée en 2007 à 55 834 habitants.

Arrosée par la Charente où la cité se développa primitivement sur la rive gauche du fleuve, elle devient capitale de la province de Saintonge jusque sous l'Ancien Régime avant d'être désignée préfecture du département de la Charente-Inférieure lors de la réorganisation territoriale de 1790. Finalement supplantée par La Rochelle en 1810, elle est reléguée au rang de sous-préfecture du département mais conserve par compensation son rôle de chef-lieu judiciaire départemental. De plus, la ville voit croître son influence économique dans le dernier tiers du XIXe siècle lorsqu'elle est choisie comme siège du VIIIe arrondissement des chemins de fer de l'État...


La centrale géothermique de Nesjavellir.

L'Islande est un État insulaire qui dispose d'importantes ressources énergétiques issues de sa géologie unique et de son hydrographie abondante. Grâce à celles-ci, environ 81 % de la production d'énergie primaire totale du pays provient d'énergies renouvelables. En 2007, la géothermie représentait environ 66 % de l'énergie primaire, la proportion d'énergie hydraulique était de 15 % et les combustibles fossiles (principalement le pétrole) de 19 %.

Le principal usage de l'énergie géothermique est le chauffage, la chaleur étant distribuée aux bâtiments grâce à un important réseau de chaleur. L'hydroélectricité représente la majeure partie de la production électrique. La plupart des centrales hydroélectriques sont détenues par Landsvirkjun, la compagnie nationale d'énergie, qui est le principal fournisseur électrique en Islande.

Le potentiel énergétique de l'Islande est bien supérieur aux besoins de sa population d'à peine plus de 300 000 habitants. Or, l'Islande étant une île, située à plusieurs centaines de kilomètres des terres les plus proches, son électricité ne peut être exportée. Ceci a conduit le pays à attirer des industries à forte consommation énergétique sur son territoire, de telle sorte que ces industries représentent de nos jours 77,4 % de la consommation électrique.

Dimanche 26 décembre 2010

Sceau de l'université de Wurzbourg.

Adriaan van Roomen, francisé en Adrien Romain, latinisé en Adrianus Romanus, né à Louvain (Flandre), le , mort à Mayence le , est un médecin et mathématicien de la noblesse flamande.

Il devient le premier professeur de médecine rémunéré de l'université de Wurzbourg, et le médecin personnel de l'évêque Julius Echter de Mespelbrunn.

Scientifique éclectique, ses domaines de prédilection varient de la géographie aux sciences physiques. Il est l'un des premiers à décrire les feux d'artifice, mais c'est dans le domaine des mathématiques qu'il s'illustre le plus.

Prodigieux calculateur, l'un des plus remarquables de tous les temps selon son principal commentateur Henri Bosmans, Adrien Romain effectue de nombreux travaux mathématiques. Élève de Stevin et Sarpi, il côtoie la plupart des scientifiques de son temps, qui le tiennent en grande estime, dont François Viète, Johann Kepler, le P. Clavius, Marino Ghetaldi, Ludolph Van Ceulen dont il est l'ami personnel, Willebrord Snell et Michel Coignet.

Adrien Romain s'oppose avec succès à l'humaniste Scaliger, recteur de l'université de Leyde, en mettant en évidence ses erreurs de quadrature du cercle. Il propose à ses confrères européens un défi mathématique resté fameux, et doit en retour relever un défi de François Viète dont il ne peut triompher par une construction à la règle et au compas. Son écriture mathématique est à mi-chemin de l'école de la Coss, dont il est issu, et de l'algèbre nouvelle de Viète, dont il se montre un des meilleurs héritiers dans certains de ses travaux algébriques, avec Alexander Anderson, Marino Ghetaldi, Albert Girard et Jacques Aleaume. Il est le premier mathématicien à calculer 16 décimales de π.

Lundi 27 décembre 2010

Deux des sorcières accusées, Anne Whittle (Chattox) et sa fille Anne Redferne. Illustration venant du roman The Lancashire Witches, de William Harrison Ainsworth paru en 1849.

Les procès des sorcières de Pendle en 1612 font partie des procès de sorcières les plus célèbres de l'histoire anglaise, et sont parmi les mieux documentés du XVIIe siècle. Les douze accusées vivaient dans la région de Pendle Hill, dans le comté du Lancashire, et furent accusées du meurtre de dix personnes par acte de sorcellerie. Toutes, sauf deux, ont été jugées aux assizes de Lancaster les 18 et 19 août 1612, en même temps que les sorcières de Samlesbury et d'autres, lors d'une série de procès qui devint célèbre sous le nom de « Procès des sorcières du Lancastre ». L'une d'entre elles fut jugée aux assises de York le , et la dernière mourut en prison. Des onze personnes envoyées en justice – neuf femmes et deux hommes –, dix furent jugées coupables et exécutées par pendaison. Seule une personne fut considérée non coupable.

Ces procès étaient inhabituels pour l'Angleterre de l'époque par deux aspects : la publication officielle des procédures du greffier, Thomas Potts, dans son livre The Wonderfull Discoverie of Witches in the Countie of Lancaster, et le nombre de sorcières pendues en même temps (dix à Lancaster et une à York). Il a été estimé que durant tous les procès envers les sorcières en Angleterre entre le début du XVe siècle et le début du XVIIIe siècle, moins de 500 sorcières furent exécutées : les procès des sorcières de Pendle comptent donc pour 2 % du total...


Des prisonniers sont amenés au Lancaster Castle, lieu où les « sorcières » de Samlesbury furent jugées à l'été 1612. Peintre inconnu, 1827.

Les sorcières de Samlesbury sont trois femmes, Jane Southworth, Jennet Bierley et Ellen Bierley, du village de Samlesbury dans le Lancashire, accusées au début du XVIIe siècle par une fille de quatorze ans, Grace Sowerbutts, de pratiquer la sorcellerie. Le 19 août 1612, au Lancashire Assizes, débuta leur procès au milieu d'une série d'autres, en pleine chasse aux sorcières, qui s'étalèrent sur deux jours. De telles actions en justice étaient inhabituelles à l'époque en Angleterre à deux égards : le greffier de la cour publia le compte rendu du procès et le nombre d'accusés déclarés coupables et pendus fut de dix dans le Lancastre et d'un autre à York, nombre anormalement élevé.

Parmi les accusations portées contre les femmes figuraient l'infanticide et le cannibalisme. En revanche, les autres accusés jugés aux mêmes Assizes, parmi lesquels figuraient les sorcières de Pendle, furent accusés de maleficium, c'est-à-dire de causer du tort par la sorcellerie. Les accusations contre les trois femmes s'effondrèrent « spectaculairement » lorsque Grace Sowerbutts fut reconnue par le juge être « l'outil du parjure d'un prêtre catholique »...

Mardi 28 décembre 2010

Shania Twain lors d'un concert à Wembley en février 2004.

Shania Twain (prononcer : ʃəˈnaɪə ˈtweɪn) (née Eilleen Regina Edwards le 28 août 1965 à Windsor, en Ontario) est une chanteuse canadienne anglophone de musique country. Après des débuts difficiles suite au décès accidentel de sa mère et de son père adoptif, et un premier album au succès mitigé, Shania Twain rencontre en juin 1993 le producteur Robert John Mutt Lange, qu'elle épouse le 28 décembre 1993. Le premier album né de cette collaboration, The Woman in Me, connaît un succès immédiat mais elle ne sera reconnue comme vedette mondiale qu'avec la sortie de son troisième album Come on Over. Come on Over est devenu l’album le plus vendu de tous les temps par une chanteuse et l'album le plus vendu de l’histoire de la musique country.

Elle est la seule chanteuse à avoir obtenu trois disques de diamants ; deux pour Come on Over et un pour The Woman in Me aux États-Unis, certifiés par la Recording Industry Association of America (RIAA). Elle est la deuxième chanteuse canadienne en termes de vente d’albums aux États-Unis derrière Céline Dion. Le 8 novembre 2004, la RIAA certifie 20 millions d'exemplaires pour l'album Come on Over, établissant un record pour une chanteuse.

Depuis 1995, Shania Twain est récompensée par la critique et ses ventes records de disques. Elle a remporté de nombreuses récompenses dont cinq Grammy Awards et, selon son site officiel, a vendu plus de 75 millions d’albums dans le monde. Aux États-Unis, ses albums sont certifiés à hauteur de 48 millions d'exemplaire vendus.


Mario Power Tennis (マリオテニスGC, Mario Tennis GC?) est un jeu vidéo de tennis développé par Camelot Software Planning et édité par Nintendo sur GameCube. Il est sorti au Japon le 28 octobre 2004, en Amérique du Nord le 8 novembre 2004 et en Europe le 25 février 2005, puis ressorti sur Wii en 2009 au sein de la collection Nouvelle façon de jouer !, composée de jeux GameCube réédités sur Wii. Il constitue la suite de Mario Tennis, sorti sur Nintendo 64 en 2000.

Power Tennis contient de nombreux éléments tirés de l'univers Mario, autant au niveau des personnages que des environnements. 18 personnages sont disponibles, chacun étant caractérisé par son style de jeu et ayant deux coups spéciaux qui lui sont propres. Le jeu a été développé parallèlement à Mario Golf: Toadstool Tour ; les deux titres possèdent ainsi de nombreux points communs.

Le jeu a été globalement bien accueilli par la presse, avec une moyenne de 81 % sur GameRankings et de 80/100 sur Metacritic. Les critiques ont apprécié la profondeur et la variété du jeu, mais ont critiqué les animations des coups spéciaux, celles-ci ne pouvant pas être passées.

Mercredi 29 décembre 2010

Carte de Metacomet Ridge et de ses différents chaînons.

Metacomet Ridge est une longue arête rocheuse des Appalaches traversant sur 170 kilomètres de long l'État américain du Connecticut du sud au nord, jusqu'à celui du Massachusetts où elle culmine à 387 mètres d'altitude au mont Toby. Elle est composée de plusieurs chaînons et sommets isolés, seulement entrecoupés par le cours de quelques fleuves et rivières. Ils sont constitués soit de roches magmatiques soit de sédimentaires dont l'origine remonte à 200 millions d'années environ, par l'alternance d'émissions de laves volcaniques dues à l'ouverture d'un rift dans la région et de phases d'érosion. Ces caractéristiques offrent un écosystème riche avec une faune et une flore variées.

La montagne est occupée depuis au moins 10 000 ans et a alimenté les croyances amérindiennes puis, par déformation, le folklore des colons européens. Ces derniers commencent à s'installer au milieu du XVIIe siècle et exploitent rapidement les ressources de Metacomet Ridge, dont le bois et la roche. L'urbanisation et l'industrialisation à grande échelle mènent à des mouvements réactionnaires et voient l'apparition de courants de pensée et d'associations de protection environnementale. Ainsi, de nombreux sentiers de randonnée, des refuges et auberges, des parcs et réserves ainsi que des équipements sportifs ont été mis en place grâce aux différentes mobilisations.

Jeudi 30 décembre 2010

Howmet TX Daytona.jpg

La Howmet TX (pour Turbine eXpérimental) est une automobile de Sport-Prototypes américaine dessinée en 1968 pour tester la compétitivité du moteur à turbine à gaz en sport automobile. Conçue par le pilote Ray Heppenstall, la TX combine un châssis construit par McKee Engineering, une turbine louée à Teledyne Continental Motors et une aide financière et matérielle d'Howmet Corporation.

Bien qu'elle ne soit pas la première à utiliser un moteur à turbine parmi les voitures de course, la Howmet TX est la première et la seule de ce type à gagner une course. Elle remporte deux courses du Sports Car Club of America (SCCA) et deux qualifications de sprint pendant sa seule année de compétition. La TX a détenu six records sur terre pour turbines de la FIA après s'être retirée de la course.


Besançon, la vieille ville.

L'immigration à Besançon est l'installation à Besançon de personnes appelées « immigrés », n'ayant pas — le plus souvent — la nationalité française et venant d'un autre pays que la France. Les premiers immigrants furent les Séquanes, suivis des Romains qui envahirent la région avant que la ville ne soit rattachée au royaume franc. Cependant, les premiers vrais migrants furent les Juifs, qui s'installèrent dans la capitale comtoise à partir du Moyen Âge et jusqu'au XIXe siècle.

La ville fut de nouveau fortement influencée par la population italienne à la Renaissance, puis les Suisses s'installèrent dans la cité à partir du XVIIIe siècle et y fondèrent l'essentiel de l'activité horlogère. À partir des années 1870, des soldats coloniaux originaires des colonies de l'Empire — essentiellement des Maghrébins et quelques Asiatiques — débarquèrent en métropole pour soutenir l'armée française. À la suite de la Première Guerre mondiale et surtout dans les années 1920 et 1930 commença l'immigration italienne, espagnole, portugaise et d'Europe de l'Est afin de répondre à la demande de main-d'œuvre dans les usines. Une immigration massive est intervenu à la suite de la Seconde Guerre mondiale de la part de populations originaires du Maghreb, de la péninsule Ibérique et d'Italie jusque dans les années 1980 pour ces mêmes besoins de main-d'œuvre et notamment pour la construction de nouveaux grands ensembles.

Enfin, les dernières vagues d'immigration concernent des migrants originaires d'Europe de l'Est — notamment des Balkans et de l'ex-Yougoslavie —, d'Afrique subsaharienne et aussi — mais dans une moindre mesure — d'Asie du Sud-Est. L'installation depuis des siècles de ces nouvelles populations a modifié significativement la ville et lui a donné un visage cosmopolite et pluri-identitaire. De nouvelles cultures et religions sont apparues avec ces flux de populations, dont la plus ancienne est incontestablement le judaïsme, suivie plus récemment de l'islam et du bouddhisme.

Vendredi 31 décembre 2010

De haut en bas et de gauche à droite : vue générale de la colline depuis le fort de Chaudanne, voiture du funiculaire de Bregille, vue de Bregille village, la rue du fort de Bregille et une tour HLM du quartier.

Bregille est un quartier de la ville française de Besançon situé sur la rive droite du Doubs, limitrophe du centre historique à l'ouest, du quartier des Clairs-Soleils au nord et des Chaprais au nord-est. Il s'est développé sur la colline de Bregille, qui culmine à 458 mètres, soit près de 200 mètres en amont de la rivière. Au recensement de 1999, il comptait environ 3 100 habitants, appelés Bregillots.

À l'origine, le quartier de Bregille est un village prospère, appartenant au clergé de Besançon. Peu à peu, le modeste hameau se développe, notamment grâce à la vigne au XVIe siècle, mais aussi et surtout grâce à l'industrie dans le secteur des Prés-de-Vaux au début du XIXe siècle. Cependant, le site est de nombreuses fois sinistré au cours de conflits opposant la ville de Besançon à des rivaux tels que les Écorcheurs, ou encore les Autrichiens, en 1814, ce qui trouble fortement son développement. Après avoir été utilisé pour ses ressources en eau alimentant la ville, le secteur se reconvertit dans la construction de salins, connus dans la région et la France entière, accessibles notamment par le funiculaire de Bregille. Aujourd'hui, Bregille est un quartier qui garde un caractère champêtre et vivant, et qui est essentiellement une zone résidentielle et forestière.

Le quartier comporte un grand nombre de villas cossues, ainsi que quelques monuments tels que le château de la Juive, l'église Sainte-Jeanne-d'Arc, les forts de Bregille et de Beauregard ou encore le cimetière juif de la ville. Le secteur dispose d'un environnement exceptionnel et diversifié, avec notamment le lieu-dit du Grand Désert, et de nombreux sentiers pédestres, qui offrent une promenade au cœur de la forêt de Bregille.


Personne portant le costume d'un personnage de forme ronde et de couleur rose.

Kirby's Dream Land est un jeu de plates-formes développé par HAL Laboratory et édité par Nintendo sur Game Boy en 1992, le au Japon, et à partir du mois de la même année en Occident. Premier épisode de la série Kirby et première apparition du personnage éponyme, il est conçu par Masahiro Sakurai sur une demande de Nintendo qui veut « un jeu qui peut plaire à tout le monde ». Le personnage rond avec de petites ailes est au départ un sprite temporaire, mais l'équipe s'attache à lui et le conserve. Le concept de l'aspiration des ennemis découle de celui du vol, lorsque Kirby avale de l'air pour s'envoler.

Kirby's Dream Land est plutôt bien accueilli lors de sa sortie par la presse spécialisée. Les critiques louent la qualité du jeu et ses aspects novateurs, mais tous relèvent une difficulté de jeu très basse. il s'est écoulé à plus de 5 millions de copies en 2011. Le jeu est réédité sur le Nintendo eShop de la Nintendo 3DS en 2011. Kirby's Dream Land est également le premier opus d'une série de jeux vidéo qui comporte de nombreux suites et spin-off, comme Kirby's Adventure, sorti sur NES dès 1993, ou ses deux suites directes, Kirby's Dream Land 2 et 3.