Wikipédia:Lumière sur

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Principe

Cette page est consacrée à l’organisation et à la maintenance du cadre Wikipédia:Lumière sur de la page d’accueil de Wikipédia. Celui-ci est rempli par l’appel de la page correspondante, dont le contenu est renouvelé quotidiennement de façon automatique.

Deux principes sont à retenir :

  • Les articles présentés dans les différents cadres sont ceux qui ont d’ores et déjà été promus aux labels « Articles de qualité » et « Bon article ».
  • Il convient d’éviter de mettre plus de 400 mots (200 mots chacun pour les Lumière sur paraissant en duo, typiquement pour les articles promus BA) dans les cadres afin de maintenir l’équilibre des colonnes sur la page d’accueil, où ces cadres sont transclus. Si nécessaire, ajoutez à la fin le code {{Clr}} afin d’éviter que l’éventuelle image ne déborde du cadre.

Aujourd’hui mercredi 22 novembre 2017

Page de garde du Régulateur des Chevaliers Maçons de 1801.

Les Ordres de Sagesse est le nom contemporain donné aux hauts grades maçonniques du Rite français. Ils se nomment à l'origine Ordres supérieurs et sont publiés en 1801 dans un recueil intitulé : Le Régulateur des Chevaliers maçons ou les Quatre ordres supérieurs, suivant le régime du Grand Orient. Codifiés par la chambre des grades et le Grand Chapitre général de France entre 1783 et 1785 sous l'impulsion d'Alexandre Roëttiers de Montaleau, ils sont intégrés au Grand Orient de France (GODF) le 17 février 1786. Les rituels des Ordres de Sagesse s'inscrivent dans la continuité du grade de « maître », prolongeant et approfondissant un parcours symbolique et initiatique débuté en « loge bleue ». À l'origine, ils se déclinent en quatre ordres initiatiques et philosophiques et un cinquième ordre administratif et conservatoire.

En , le GODF fonde une « chambres des grades » ; celle-ci codifie tout d'abord les trois premiers grades symboliques afin d'uniformiser les pratiques des loges maçonnique. Ensuite, il crée le « Grand Chapitre général de France » le . Ce grand chapitre se donne rapidement des « Statuts et Règlement généraux » ainsi que des « Règlements particuliers et de disciplines ». Il met en œuvre la codification des ordres en sélectionnant, fusionnant ou supprimant les nombreux rituels de hauts grades pratiqués au XVIIIe siècle, pour aboutir à la fixation des quatre ordres du Rite français entre 1784 et 1785; il organise également la centralisation des chapitres de hauts-grade en France. Le Grand Chapitre général, malgré diverses oppositions, est agrégé au Grand Orient de France le 17 février 1786, constituant ainsi un « régime » symbolique, philosophique et initiatique en sept grades ainsi qu'une obédience centrale porteuse de l'entièreté de la tradition maçonnique des XVIIe et XVIIIe siècles.

La diffusion des ordres est interrompue par la Révolution française ; ils connaissent ensuite leur apogée durant le Premier Empire et se transforment lentement au cours du XIXe siècle en se fondant dans la pratique des hauts grades du Rite écossais ancien et accepté. Cette lente transformation aboutit à la mise en sommeil sous leurs formes originelles des trois premiers ordres. Après plus de 100 ans où ils ont sombré dans l'oubli, les ordres dans leur entièreté sont réactivés en France et plus généralement en Europe, à partir de 1963. Ils prennent alors dans cette deuxième moitié du XXe siècle le nom d'« Ordres de Sagesse ».

Programme du mois

Mercredi 1er novembre 2017

Coupe dans le sol de Guyane, sur la route de Cacao.

La Montagne d'Or ou mine de la Montagne d'Or est un projet d'exploitation minière d'une concession aurifère de l'Ouest de la Guyane française porté par la Compagnie Minière Montagne d'Or, une co-entreprise de la société junior canadienne Columbus Gold, chargée de l'exploration, et la société russe Nordgold, chargée de l'extraction.

Le projet est contesté par des citoyens, des élus et des associations, en particulier les organisations amérindiennes et le collectif Or de question.

Jeudi 2 novembre 2017

L'ultimatum du 23 juillet 1914 est une note diplomatique remise par l'ambassadeur austro-hongrois au ministre serbe des Finances, seul membre du gouvernement royal présent à Belgrade le 23 juillet 1914. Rédigé avec le plus grand soin par un diplomate viennois, le baron Musulin von Gomirje, il constitue la réponse austro-hongroise à l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand, héritier des couronnes d'Autriche et de Hongrie le 28 juin précédent à Sarajevo. Cette réponse, tardive, est le fruit d'un accord entre l'Autriche-Hongrie et son principal allié, le Deuxième Reich, obtenu par les Austro-Hongrois dès le 7 juillet. Au terme de plus de deux semaines de négociations intenses au sein des instances dirigeantes de la double monarchie, les partisans du conflit avec le royaume de Serbie, estimé responsable de l'assassinat, parviennent à arracher l'accord de leurs collègues récalcitrants, puis confient la rédaction de l'ultimatum à un diplomate subalterne, cependant connu pour ses qualités de rédacteur. Celui-ci cisèle un texte conçu pour apparaître inacceptable et repoussé à coup sûr par le gouvernement de Belgrade. Remise aux autorités serbes le 23, la note austro-hongroise contenant l'ultimatum oblige le gouvernement royal serbe à répondre aux demandes austro-hongroises : cette réponse est repoussée par la diplomatie austro-hongroise. Ce refus entraîne la rupture des relations diplomatiques entre Vienne et Belgrade, puis le déclenchement des hostilités entre les deux États, rapidement rejoints par leurs alliés respectifs, le Reich aux côtés de la double monarchie, l'Entente aux côtés de la Serbie : c'est le début de la Première Guerre mondiale.

Vendredi 3 novembre 2017

Logo de Quand je ne chante pas présent sur la pochette du single.

Quand je ne chante pas est le premier single issu du douzième album studio Ma vie dans la tienne de la chanteuse belgo-canadienne Lara Fabian. Composée par Fabian et David Gategno du duo David et Jonathan, la chanson fait suite au choc acoustique subi par la chanteuse lors de sa précédente tournée et qui la plonge dans le silence pendant une dizaine de mois. Les paroles écrites par Élodie Hesme et Fabian parlent de la période suivant le choc, lui permettant de se recentrer sur elle-même et sur ce qu'elle est lorsqu'elle ne chante pas.

La presse salue le retour de la chanteuse au travers de ce titre. Cependant, Quand je ne chante pas n'est pas plébiscité par les radios et reçoit un accueil commercial limité.

Le vidéoclip accompagnant le single est réalisé par le duo Pomsé & Pomvé. Ce dernier est tourné en plan-séquence. Il montre Lara Fabian évoluer dans un décor en carton-pâte sur des scènes de son quotidien et dans un esprit naïf, rappelant celui du réalisateur français Michel Gondry.

Samedi 4 novembre 2017

La reine Amélie de Grèce par Joseph Karl Stieler.

Amélie (ou Amalia) d’Oldenbourg (en allemand : Amalie von Oldenburg et en grec moderne : Αμαλία του Ολδεμβούργου), princesse d'Oldenbourg puis, par son mariage, reine de Grèce, est née dans la cité d'Oldenbourg, dans le grand-duché d'Oldenbourg, le et morte à Bamberg, dans le royaume de Bavière, le . Fille du grand-duc Auguste Ier d'Oldenbourg, Amélie épouse le roi élu Othon Ier de Grèce et devient ainsi la première souveraine du royaume hellène.

Issue d'une petite dynastie protestante d'Allemagne du nord, Amélie d'Oldenbourg s'unit au roi Othon Ier de Grèce le . Arrivée dans son nouveau pays en , la reine a un impact immédiat sur la vie sociale du royaume. Réputée pour sa vivacité, elle donne ainsi naissance à une tenue de cour qui ne tarde pas à devenir le costume national grec. Elle organise, par ailleurs, la création du jardin national d'Athènes et fonde un important orphelinat, baptisé d'après elle. Éloignée des scandales et très proche de son mari, la souveraine fait preuve d'un grand patriotisme, ce qui lui vaut longtemps le respect de ses sujets.

Peu intéressée par la politique au début de son mariage, Amélie se mêle de plus en plus des affaires du royaume après la révolution de 1843. Au fil des années, son conservatisme et son incapacité à donner un héritier orthodoxe au royaume la rendent cependant impopulaire. Victime d'une tentative d'assassinat organisée par Aristidis Dosios en 1861, Amélie est finalement déposée avec son époux l'année suivante. Exilée en Bavière, elle perd son mari en 1867 et finit ses jours à la Neue Residenz de Bamberg.

Dimanche 5 novembre 2017

L'Arrestation du Christ.

L'Arrestation du Christ est un tableau de Caravage peint en 1602 et conservé à la Galerie nationale d'Irlande à Dublin. Il représente un épisode du Nouveau Testament au cours duquel Judas vient à la rencontre de Jésus et l'embrasse afin de le désigner aux soldats qui viennent pour l'arrêter. Sept personnages sont représentés à mi-corps, au sein d'une composition très dense qui joue sur les expressions, les mouvements et les jeux d'ombre et de lumière. Parmi ces personnages apparaît un homme porteur d'une lanterne : il s'agit vraisemblablement d'un autoportrait du peintre lombard.

Le tableau, initialement créé sur une commande de Ciriaco Mattei, reste la propriété de la famille Mattei jusqu'au XIXe siècle. Peu à peu, sa trace est perdue tandis que son attribution est remise en question : il est alors identifié comme une copie de la main du peintre flamand Gerrit van Honthorst. Le tableau est finalement confié au début des années 1930 à un couvent de jésuites dans la ville de Dublin et ce n'est qu'au début des années 1990 qu'il est retrouvé et réattribué à Caravage après restauration.

Il existe de nombreuses copies de ce tableau, dont deux retiennent particulièrement l'intérêt des historiens de l'art : l'une est conservée à Odessa et l'autre appartient à une collection privée romaine. Si la version d'Odessa est généralement rejetée du catalogue des œuvres de Caravage, celle de Rome est vivement discutée depuis 2004, et pourrait même prétendre au statut d’œuvre autographe, au même titre que la toile de Dublin.

Lundi 6 novembre 2017

Monument commémoratif de la révolution texane à Gonzales au Texas.

La bataille d'Agua Dulce se déroula le à quarante kilomètres au sud de la localité de San Patricio dans l'État de Tamaulipas. Cette escarmouche, qui s'inscrit dans le cadre de la révolution texane, oppose les troupes de l'Armée mexicaine aux immigrants rebelles texians issus de la province mexicaine du Texas.

Lorsque le Mexique évolue vers un gouvernement plus centralisé en 1835, les partisans du fédéralisme s'y opposent et prennent les armes. Les colons du Texas se révoltent en et, à la fin de l'année, expulsent toutes les troupes mexicaines de leur province. Lorsque les hostilités sont temporairement suspendues, Frank W. Johnson, le commandant de l'armée des volontaires du Texas, ainsi que James Grant, le commandant des troupes texianes, rassemblent des volontaires pour une invasion planifiée de la ville portuaire mexicaine de Matamoros.

Le , le général mexicain José de Urrea conduit un grand contingent de soldats vers le Texas afin de neutraliser les rebelles rassemblés le long de la côte. Les hommes d'Urrea maîtrisent facilement la petite armée de Johnson le et quelques jours plus tard, après une brève bataille, le corps principal des troupes texianes et tejanos déposent les armes. James Grant et deux de ses alliés prennent la fuite mais ils sont capturés après une cavale d'une dizaine de kilomètres. Il est ensuite abattu, tout comme 11 hommes sous son commandement.

Mardi 7 novembre 2017

La Femme au miroir.

La Femme au miroir (en italien : Donna allo specchio) est une peinture à l'huile sur toile réalisée par le peintre italien Titien vers 1515. Conservé au musée du Louvre à Paris, le tableau fait l'objet de plusieurs répliques de la main même du maître ou de son atelier dont une est conservée à la pinacothèque du château de Prague à Prague, en République tchèque, et l'autre au musée national d'art de Catalogne, à Barcelone en Espagne.

Jusqu'au début du XXe siècle, les chercheurs pensaient que le commanditaire de l'œuvre était Frédéric II de Mantoue, ce qui aurait ainsi expliqué la présence de l'œuvre dans les collections de la galerie Gonzague appartenant à sa famille. Cette hypothèse est désormais rejetée et l'identité du commanditaire n'est pas connue.

Ce tableau de moyennes dimensions est un portrait en buste d'une jeune femme dans son intérieur alors qu'elle fait sa toilette. Elle est accompagnée par un homme qui tient deux miroirs pour qu'elle puisse voir le résultat de sa coiffure.

Titien y emploie notamment le motif du miroir convexe, d'origine flamande mais déjà employé en Italie quelques années plus tôt par Giorgione. Il fait preuve d'une haute technicité dans le rendu des couleurs mais aussi d'une maîtrise de l'art de la composition qui est ici harmonieuse et dynamique. Pour ces raisons, le tableau est tenu pour un chef-d'œuvre de la jeunesse de Titien.

L'œuvre fait l'objet d'un débat entre les chercheurs pour savoir s'il s'agit avant tout d'un portrait, d'une scène de genre ou bien d'une allégorie. Par le passé, différentes hypothèses ont voulu identifier les deux personnages comme étant Titien et sa maîtresse, Alphonse Ier d'Este et Laura Dianti ou Frédéric II Gonzague et Isabella Boschetti ; mais ces hypothèses ne sont plus soutenues désormais. Par ailleurs, certains observateurs estiment que le tableau possède toutes les caractéristiques de la scène de toilette à visée érotique ; mais une majorité de chercheurs considèrent plutôt que La Femme au miroir met avant tout cette mise en scène intimiste au service d'une vanité, c'est-à-dire qu'elle serait une œuvre allégorique exposant les atteintes du temps sur l'être humain.

Mercredi 8 novembre 2017

Un Comet 4B de British European Airways (BEA) à l'approche à l'aéroport de Berlin-Tempelhof, en 1969.

Le de Havilland DH 106 Comet est le premier avion de ligne à réaction de l'histoire de l'aviation civile. Développé et construit par de Havilland dans son quartier général à Hatfield, dans le Hertfordshire au Royaume-Uni, le prototype Comet 1 effectue son premier vol le . Il est doté d'un style aérodynamique épuré, avec quatre turboréacteurs de Havilland Ghost situés dans les ailes, un fuselage pressurisé et de grandes vitres carrées. À cette époque, il offre une cabine passagers relativement silencieuse et confortable, et connaît le succès commercial dès son entrée en service en 1952 ; sa vitesse de croisière est de 772 km/h, mais il peut voler jusqu'à 805 km/h. Sa capacité d'accueil évolue au fil des modèles, passant pour le Comet 1 de 36 à 44 passagers et pour le Comet 4 de 74 à 81 passagers.

Un an après la mise en service commerciale, le Comet connaît des problèmes : trois appareils sont détruits en plein vol à la suite d'accidents assez médiatisés. Ils sont dus à la fatigue du métal sur les cellules, un phénomène encore assez peu connu à l'époque. Les appareils sont retirés du service et intensivement testés afin d'en découvrir la cause ; le premier incident a été attribué par erreur au mauvais temps. Les défauts de conception, dont les contraintes dangereuses aux coins des hublots carrés et la méthode d'installation, sont immédiatement identifiés. En conséquence, le Comet est entièrement redessiné, avec des hublots ovales, une structure renforcée et d'autres modifications. Entre-temps, les avionneurs rivaux tiennent compte des leçons tirées et en profitent pour développer leurs avions (le Boeing 707 en est l'exemple le plus flagrant).

Bien que les ventes ne se soient pas suffisamment élevées, le Comet 2, une version améliorée, et le Comet 3, un prototype, conduisent à la création du Comet 4, redessiné, qui fait ses débuts en 1958 et connaît une carrière de plus de 30 ans. L'avion est adapté à de nombreux rôles militaires comme le transport VIP, médical et de passagers, ainsi que la surveillance. La plus importante modification aboutit à une version pour la patrouille maritime, le Hawker Siddeley Nimrod, qui reste en service dans la Royal Air Force (RAF) jusqu'en , plus de 60 ans après le premier vol du Comet.

Jeudi 9 novembre 2017

Copie de la version akkadienne de la Descente d'Ishtar aux Enfers, issue de la « Bibliothèque d'Assurbanipal » à Ninive, viie siècle av. J.-C., British Museum, Royaume-Uni.

La Descente d'Inanna aux Enfers (ou, dans sa version akkadienne, Descente d'Ishtar aux Enfers) est un mythe sumérien qui raconte comment la déesse Inanna (Ishtar en akkadien) descend aux Enfers afin d'en renverser la dirigeante, sa sœur Ereshkigal, la « Reine des Morts ». La déesse échoue dans cette entreprise : après avoir été dépouillée de tous ses atours, elle meurt et son cadavre est mis à pendre sur un clou. Le dieu Enki intervient indirectement et redonne vie à Inanna. La déesse, sur le chemin du retour, doit cependant, en échange de sa liberté, livrer un autre humain vivant afin qu'il la remplace dans le monde d'en-bas. Elle choisit Dumuzi, son époux, qui est emmené sans ménagements aux Enfers. Suite aux pleurs de la sœur de Dumuzi, Geshtinanna, le sort du malheureux époux est allégé : il ne reste aux Enfers que durant une partie de l’année et y est remplacé par sa sœur durant l’autre partie.

Ce mythe est connu sous deux versions différentes : l'une en sumérien, l'autre en akkadien. La version akkadienne est découverte et traduite en premier dans les années . L'existence de la version sumérienne, plus longue et plus ancienne, est connue au début du XXe siècle mais les épigraphistes mettent une cinquantaine d'années à en reconstituer l’intégralité et à la traduire complètement.

Tant par le nombre de personnages que par les aspects développés dans son intrigue, le récit de la Descente d'Inanna aux Enfers est porteur de nombreuses informations sur la culture mésopotamienne qu'il a marquée à tel point qu'on en retrouve des traces en Grèce, en Phénicie et dans l'Ancien Testament. Au XXe siècle, ce récit est utilisé par certains théoriciens de la psychanalyse pour illustrer certains mécanismes psychiques.

Vendredi 10 novembre 2017

Le général Pervez Musharraf en 2005.

Le coup d’État du 12 octobre 1999 au Pakistan, mené sans effusion de sang par le chef de l'armée Pervez Musharraf, renverse le Premier ministre élu Nawaz Sharif et son gouvernement. La prise de pouvoir conduit à un régime militaire autoritaire dominé par la personne de Musharraf durant près de neuf années, avant qu'un mouvement de contestations et des élections législatives ne conduisent à sa démission.

Le , Musharraf est l'instigateur du coup d’État militaire contre le gouvernement civil de Nawaz Sharif, peu après le conflit de Kargil, dans un contexte tendu entre le pouvoir civil et le pouvoir militaire. Nawaz Sharif avait tenté de remplacer Pervez Musharraf, alors en voyage au Sri Lanka en tant que chef d'état-major des armées, par le directeur général de l'Inter-Services Intelligence, Ziauddin Khawaja. L'armée reste cependant fidèle à Musharraf alors que Nawaz Sharif et d'autres membres de son entourage sont arrêtés et envoyés en exil.

Pervez Musharraf devient ensuite officiellement président de la république islamique en 2001, confortant son pouvoir par un plébiscite puis surtout par les élections législatives de 2002, qui mettent en place un gouvernement le soutenant. La condamnation internationale est par contre générale, mais s'atténue rapidement lorsque le Pakistan offre son aide aux États-Unis après les attentats du 11 septembre 2001. Un régime présidentiel autoritaire est remis en place avec une réforme de la Constitution. Musharraf gouverne ainsi le pays jusqu'en 2008, date à laquelle il démissionne sous la pression d'un nouveau gouvernement civil.

Samedi 11 novembre 2017

Charles Pélissier lors du Tour de France 1929.

Charles Pélissier, né le dans le 16e arrondissement de Paris et mort le , est un coureur cycliste français. Professionnel de 1923 à 1939, il est l'un des piliers de l'équipe de France sur le Tour au début des années 1930 et l'un des coureurs les plus populaires de l'histoire de l'épreuve. En six participations à la Grande Boucle, il y remporte seize étapes. Il y obtient son meilleur classement final en 1930 en terminant au neuvième rang, l'année où il établit le record de victoires d'étapes sur un même Tour de France avec huit succès. Cette performance n'est égalée que par Eddy Merckx en 1970 et Freddy Maertens en 1976.

Il compte également à son palmarès une victoire sur le Critérium des As en 1933 et un succès sur le Circuit de Paris l'année suivante. Il se distingue également dans d'autres disciplines, en remportant consécutivement trois titres de champion de France de cyclo-cross de 1926 à 1928, ou sur la piste en gagnant les Six Jours de Paris en 1930 avec Armand Blanchonnet et le Prix Goullet-Fogler à deux reprises, avec André Leducq en 1929 et Antonin Magne en 1935.

Coureur extrêmement populaire, il révolutionne l'image du coureur cycliste en apportant un soin particulier à son apparence. Apprécié pour sa distinction et son raffinement, il est considéré comme l'un des « aristocrates » de son sport et s'élève au rang des principales vedettes du monde artistique de son époque. À la fin de sa carrière, il signe plusieurs chroniques dans le magazine Miroir Sprint pour le compte duquel il suit le Tour de France. Ses deux frères aînés, Henri, vainqueur du Tour de France en 1923, et Francis, plusieurs fois champion de France, ont également mené une brillante carrière cycliste.

Dimanche 12 novembre 2017

Francis Pélissier en 1919.

Francis-Maurice Pélissier, dit Francis Pélissier, né le dans le 18e arrondissement de Paris et mort le à Mantes-la-Jolie, est un coureur cycliste français.

Blessé pendant la Première Guerre mondiale et décoré de la Croix de guerre, il débute sa carrière professionnelle en 1919. Il compte à son palmarès trois titres de champion de France sur route, en 1921, 1923 et 1924, deux victoires sur Bordeaux-Paris en 1922 et 1924, et un succès sur Paris-Tours en 1921. Également spécialiste de cyclo-cross, il remporte le Critérium international en 1926. La même année, il s'affirme parmi les meilleurs routiers mondiaux en gagnant le Critérium des As puis le GP Wolber.

Il ne termine qu'un seul des six Tours de France auxquels il participe, se classant 23e en 1923, l'année où son frère, Henri Pélissier, remporte le classement général. Vainqueur de deux étapes lors de ses six participations, Francis Pélissier y évolue dans l'ombre de son frère et se montre solidaire avec lui lors de ses différents abandons, comme sur le Tour 1924 où le journaliste Albert Londres recueille leur témoignage dans un café de Coutances, donnant naissance à la légende des « forçats de la route ».

Surnommé « le Grand » ou « le Sorcier de Bordeaux-Paris », Francis Pélissier devient directeur sportif à la fin de sa carrière de cycliste, d'abord pour le compte de l'équipe Mercier avant la Seconde Guerre mondiale, puis au sein de la formation La Perle de 1946 à 1955. Pendant une vingtaine d'années, il dirige de célèbres coureurs comme le Suisse Hugo Koblet et découvre de nouveaux talents comme Jacques Anquetil, à qui il fait signer son premier contrat professionnel en 1953, à seulement 19 ans. Son frère cadet, Charles Pélissier, est également coureur cycliste.

Lundi 13 novembre 2017

Samus Aran, héroïne des trois jeux de la série Metroid Prime (cosplay, femme dans un costume de Samus Aran de couleur jaune et rouge.

Metroid: Fusion (ou simplement Fusion, ainsi que Metroid IV et Metroid 4) est un jeu vidéo d'action-aventure en deux dimensions développé par Nintendo R&D1 et édité par Nintendo sur Game Boy Advance le 19 novembre 2002 aux États-Unis, le 22 novembre 2002 en Europe et le 14 février 2003 au Japon.

La chasseuse de primes Samus Aran est infectée par les parasites X lors d'une mission de routine sur la planète SR388. Elle est sauvée de la mort par les médecins de la fédération galactique, qui lui retirent son armure infectée et lui injectent de l'ADN du dernier métroïde afin de la soigner. Dès son rétablissement, la Fédération l'envoie sur la station spatiale de recherche de Biométrix, dans le but d'éradiquer les X qui l'ont totalement colonisée. Guidée par l'ordinateur de bord, la conscience d'Adam Malkovich, Samus élimine la menace X, un dernier métroïde oméga et le SA-X, un clone d'elle-même créé par les X, puis fait exploser la station. Le jeu offre un contenu bonus grâce à une connectivité avec Metroid Prime, à l'aide du câble Nintendo GameCube-Game Boy Advance.

Fusion reprend le système de jeu classique des premiers jeux Metroid, l'acquisition progressive des armes et des équipements et le déblocage progressif des zones. Cependant, il se démarque de la série en abandonnant l'exploration libre au profit d'un système de missions et objectifs précis, tout comme l'ambiance particulière, angoissante et procurant un sentiment de solitude, laissant place à un monde aux couleurs éclatantes. Nintendo est si inquiet pour la licence Metroid à cause de la sortie de Metroid Prime, que l'entreprise décide de développer un jeu en deux dimensions en interne, réalisé par le créateur historique Yoshio Sakamoto, respectant tous les marqueurs de la licence, et édite le jeu le même jour. Les éléments nouveaux apportés à la franchise ont pour effet de simplifier le gameplay, afin de plaire aux joueurs les plus récents. Le retrait du costume de Samus résulte d'une demande de l'équipe des graphistes, qui désire faire évoluer le design du personnage.

Metroid: Fusion est un succès, mais reste une simple conversion de la franchise sur Game Boy Advance, comparé au succès phénoménal de la conversion de Retro Studios. La presse spécialisée apprécie le titre, mais relève bien souvent un jeu trop court, trop facile et trop dirigiste par rapport aux basiques de la série Metroid. Il reste sans conteste considéré comme l'un des meilleurs jeux Game Boy Advance. Le jeu se vend à 1 630 000 copies à travers le monde. Il est désigné meilleur jeu portable de l'année 2002 lors de l'Interactive Achievement Awards de cette année-là. Le jeu est réédité en version dématérialisée sur la console virtuelle de la Nintendo 3DS le 16 décembre 2011 et sur celle de la Wii U le 3 avril 2014.

Mardi 14 novembre 2017

Un individu de la sous-espèce S. n. montium, photographié dans le Nord-Ouest de la Thaïlande.

La Sittelle des Naga (Sitta nagaensis) est une espèce d'oiseaux de la famille des Sittidae. C'est une sittelle de taille moyenne, mesurant de 12,5 à 14 cm de longueur. Les parties supérieures sont d'un gris-bleu uni, avec un trait loral noir très marqué. Les parties inférieures sont uniformes de la gorge au ventre, grises à chamois, avec du rouge brique sur les flancs, et les sous-caudales blanches bordées de roux. La Sittelle des Naga émet différentes sortes de cris, pouvant parfois rappeler l'alarme de troglodytes, et son chant est un crépitement monotone et stéréotypé, typiquement en chichichichichi. Peu de données existent quant à son écologie, mais elle se nourrit probablement de petits arthropodes et de graines, et la saison de reproduction commence entre mars et mai. Le nid est typiquement situé dans un trou dans le tronc d'un arbre, et la couvée compte deux à cinq œufs.

La Sittelle des Naga vit depuis l'extrême Nord-Est de l'Inde, dans une partie du Tibet et du Centre-Sud de la Chine, sa répartition descendant jusque dans l'Est de la Birmanie et le Nord-Ouest de la Thaïlande. Des populations isolées vivent dans le Sud du Laos et du Viêt Nam. Elle peuple les forêts sempervirentes ou les pinèdes, mais peut aussi s'accommoder de forêts mixtes ou décidues. Sa répartition altitudinale varie selon les localités, mais s'étale de 915 à 4 570 m. L'espèce est décrite en 1874 par le naturaliste britannique Henry Godwin-Austen qui la nomme Sitta nagaensis en référence aux Naga Hills, lieu de collecte du matériel type. Elle appartient au groupe d'espèces « europaea » — comprenant notamment la Sittelle du Cachemire (S. cashmirensis) et la Sittelle torchepot (S. europaea) — qui maçonnent toutes l'entrée de leur nid. Les effectifs de l'espèce ne sont pas estimés mais semblent en déclin. Cependant, la distribution de l'oiseau est relativement vaste, et l'Union internationale pour la conservation de la nature considère l'oiseau comme de « préoccupation mineure ».

Mercredi 15 novembre 2017

Vitrail à l'effigie de Wilfrid dans la cathédrale de Chichester.

Wilfrid ou Wilfrith, né vers 633 et mort en 709 ou 710, est un religieux anglo-saxon.

Originaire de Northumbrie, Wilfrid bénéficie dans sa jeunesse du soutien de la reine Eanflæd et étudie à Lindisfarne et à Canterbury avant de se rendre sur le continent pour poursuivre sa formation à Lyon et à Rome. De retour en Angleterre, il joue un rôle important dans l'adoption de la méthode romaine du calcul de la date de Pâques lors du concile de Whitby en 664. Nommé évêque d'York la même année, il ne le devient effectivement qu'en 669 et fait preuve d'une grande activité dans son diocèse en fondant plusieurs églises et monastères. L'important pouvoir qu'il détient en tant que seul évêque du Nord de l'Angleterre suscite la méfiance du roi Ecgfrith et de l'archevêque Théodore de Tarse, qui le dépose en 678. Après avoir fait appel en vain au pape, Wilfrid s'exile dans le royaume de Sussex, où il entreprend la conversion des Saxons du Sud et fonde l'évêché de Selsey.

Wilfrid retrouve brièvement son siège d'York dans la deuxième moitié des années 680, mais il en est à nouveau chassé en 691 par le successeur d'Ecgfrith, Aldfrith. Il se rend alors en Mercie et apporte son soutien à l'effort missionnaire en direction de la Frise. En 702, un concile réuni afin de régulariser la situation de Wilfrid décide la confiscation de tous ses biens. Il tente une nouvelle fois de plaider sa cause à Rome, mais ses opposants profitent de son absence pour l'excommunier. Le pape intercède en sa faveur, et après la mort d'Aldfrith, un accord est conclu entre les différentes parties, laissant à Wilfrid les monastères de Hexham et Ripon. Il meurt quelques années plus tard, en 709 ou 710.

Peu après sa mort, Étienne de Ripon rédige une hagiographie de Wilfrid, la Vita sancti Wilfrithi, qui constitue la principale source des historiens modernes à son sujet. Bède le Vénérable parle également beaucoup de lui dans ses écrits, de manière moins dithyrambique. Le portrait de Wilfrid que ces sources permettent de dessiner est contrasté : un prélat ambitieux au train de vie dispendieux qui se montre néanmoins tout dévoué à son Église, comme en témoignent ses efforts missionnaires et ses fondations. Il fait rapidement l'objet d'un culte, avec une fête le 24 avril ou le 12 octobre.

Jeudi 16 novembre 2017

The Legend of Zelda: Link's Awakening (ou simplement Link's Awakening) est un jeu d'action-aventure développé et édité par Nintendo le 6 juin 1993 au Japon sur Game Boy, puis en août 1993 aux États-Unis et en décembre 1993 en Europe. Il s'agit du quatrième épisode de la série The Legend of Zelda.

Link rentre en bateau vers Hyrule, mais une tempête coule son embarcation. Il s'échoue sur l'île Cocolint, où il doit trouver le Poisson-rêve, le seul être qui puisse l'aider à partir de cette île. Il s'avère que l'île et ses habitants ne sont qu'une illusion produite par le Poisson-rêve, endormi et enfermé dans un œuf géant posé sur le mont Tamaranch. Link doit le réveiller pour faire stopper ces cauchemars. Durant le jeu, Link se déplace dans une carte du monde affichée en vue de dessus, mais explore également plusieurs donjons labyrinthiques souterrains afin de trouver les objets lui permettant d'avancer dans sa quête, qui consiste à trouver les huit instruments de musique des sirènes, qui vont lui permettre de réveiller le Poisson-rêve. La princesse Zelda, Ganon, et la Triforce ne figurent pas dans cet épisode.

Link's Awakening est d'abord développé officieusement par Kazuaki Morita après ses heures de travail, dans le but de tester les capacités de la Game Boy. Il est rejoint dans ce « club de loisirs » par Takashi Tezuka, qui fait officialiser le projet. Au départ, le jeu est pensé comme un portage direct du précédent épisode, A Link to the Past, il est donc très similaire à celui-ci du point de vue des graphismes comme du gameplay. L'équipe ayant travaillé sur ce précédent opus est quasiment reconstituée. Le jeu en diffère sur certains aspects par des particularités très marquées, en particulier un humour loufoque, renforcé par les caméos de très nombreux personnages de l'univers de Nintendo, notamment des ennemis de la série Super Mario Bros., et une ambiance parfois dramatique. Il intègre des séquences de jeu se déroulant en vue latérale directement inspirées de ce dernier.

Le jeu est très bien accueilli par la presse spécialisée, qui s’enthousiasme par sa profondeur et ses qualités, le désignant comme l'un des meilleurs jeux du moment sur la portable de Nintendo. Le jeu marque l'introduction de nombreux marqueurs de la série, tels que les échanges d'objet avec les personnages non-joueurs ou l'usage de la musique comme mécanique importante du gameplay. Il est rapidement regardé comme un classique de la franchise Zelda par ses apports à la série ou l'influence qu'il a eu sur le jeu suivant, Ocarina of Time. Nintendo commercialise une version colorisée du jeu intitulée The Legend of Zelda: Link's Awakening DX sur Game Boy Color, le 12 décembre 1998 au Japon, en Amérique du Nord et en Europe en décembre 1998. Cette version ajoute en outre un donjon supplémentaire dont les énigmes sont basées sur la couleur, un système de photos prises à des moments clef de la partie qui peuvent être imprimées grâce au Game Boy Printer. La version originale et la version DX se sont vendues à plus de 6 millions d'exemplaires à travers le monde. La version DX est rééditée le 7 juin 2011 sur la console virtuelle de la Nintendo 3DS. Link's Awakening est souvent considéré comme le meilleur jeu de la Game Boy et la meilleure adaptation de la franchise Zelda sur console portable.

Vendredi 17 novembre 2017

Vue du lac et du volcan Nantai.

Le lac Chūzenji Prononciation du titre dans sa version originale Écouter (中禅寺湖, Chūzenji-ko?) est un lac naturel d'eau douce du Japon situé à Nikkō dans la préfecture de Tochigi, sur l'île Honshū, au nord de l'agglomération de Tokyo. Cette étendue d'eau, d'une superficie d'environ 11,9 km2, constitue la source de la rivière Daiya, un cours d'eau du bassin versant du fleuve Tone. Elle est apparue il y a 17 000 ans, au cours d'une brève période d'activité volcanique du mont Nantai, l'un des sommets des monts Nikkō.

Après le séjour du moine bouddhiste Shōdō Shōnin, à la fin du VIIIe siècle, le lac Chūzenji est un territoire sacré du bouddhisme et du shintoïsme, resté interdit d'accès aux femmes jusqu'au début de l'ère Meiji (1868 - 1912). Dans les années 1870, l'introduction de diverses espèces de poissons lance l'activité de pêche, puis la venue de l'empereur Meiji celle du tourisme lacustre. Destination estivale prisée de diplomates occidentaux en poste au Japon, le lac et ses environs deviennent une station touristique internationale au début du XXe siècle. En 1931, l'agence pour les Affaires culturelles classe « lieu de beauté pittoresque » national le site naturel formé par les chutes de Kegon, l'amont de la rivière Daiya et la rive nord-est du lac. Trois ans plus tard, le lac est intégré au parc national de Nikkō nouvellement créé.

Dans les années 1980, face à des épisodes de pollution répétés, le gouvernement préfectoral de Tochigi prend une série de mesures afin de préserver l'écosystème lentique, et soutenir l'activité touristique et de loisir, la pêche en particulier. En 2011, la catastrophe nucléaire de Fukushima a des répercussions jusque dans les eaux du lac. La contamination radioactive environnementale du bassin d'alimentation du lac contraint les autorités locales à interdire la consommation des principaux poissons pêchés dans le lac, conformément aux normes de sécurité établies par le gouvernement japonais. Ce dernier abandonne toute possibilité d'assainissement radioactif artificiel de l'eau, et préconise de laisser faire la nature.

Samedi 18 novembre 2017

Chana Kowalska, Shtetl (1934). Dans son roman Les Chiens et les Loups, Irène Némirovsky se rapproche du peuple juif.

Les Chiens et les Loups est un roman d'Irène Némirovsky (1903-1942), paru à la fin de l'année 1939 en feuilleton dans l'hebdomadaire Gringoire, puis publié chez Albin Michel en 1940. Presque totalement éclipsée par la drôle de guerre, c'est la dernière œuvre d'Irène Némirovsky parue de son vivant, du moins en volume et sous son nom, avant son interdiction professionnelle puis sa déportation à Auschwitz, où elle mourra au bout d'un mois de captivité.

Le récit suit ses personnages de Kiev à Paris, du début du XXe siècle à l'entre-deux-guerres. L'intrigue mêle essentiellement deux fils conducteurs : la passion éperdue de l'héroïne, Ada Sinner, artiste peintre mariée à son cousin germain Ben, pour le riche et lointain Harry ; et la redécouverte par celui-ci, à travers sa peinture inspirée par leur Ukraine natale, de la communauté juive à laquelle il appartient.

Le titre renvoie aux deux protagonistes masculins, Harry et Ben et, au-delà, à deux caractères opposés : les « chiens » qui, comme Harry, attendent passivement l'accomplissement du destin, et les « loups » qui, à l'instar de Ben, l'affrontent, voire le provoquent. Ada se présente, elle, comme un double de l'auteure qui incarne son rapport à la création. Enfin, à travers les vicissitudes de deux familles juives qui ont fui une Russie antisémite, le roman met en scène l'exil et le souhait de s'intégrer comme celui de retrouver ses racines. Les destins croisés des personnages permettent à Irène Némirovsky d'exprimer ses interrogations sur le peuple juif, sur la réussite sociale et l'assimilation, ainsi que sur sa propre judéité.

Écrit à la toute fin des années 1930, période de plus en plus inquiétante en France pour les Juifs étrangers, le roman n'est pas exempt des stéréotypes sur les Juifs maintes fois reprochés à l'auteure. Il offre cependant une pièce maîtresse contre ceux qui voudraient voir en elle une écrivaine juive antisémite : plus que les autres, ce récit traduit sa compréhension et sa compassion vis-à-vis du peuple juif, et trahit ses doutes croissants quant à la protection à attendre de son pays d'élection. À ce titre, Les Chiens et les Loups confirme un tournant dans la carrière comme dans le moi intime d'Irène Némirovsky.

Dimanche 19 novembre 2017

Jean Mathieu Philibert Sérurier (1742-1819), maréchal de France, Jean-Louis Laneuville, vers 1804-1808, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Jean Mathieu Philibert Sérurier, né le à Laon dans la province de Champagne et mort le à Paris, est un officier général français, maréchal d'Empire. Ayant commencé sa carrière sous l'Ancien Régime, il participe à la guerre de Sept Ans. Sa carrière est très lente, et il n'est que lieutenant-colonel lorsque éclate la Révolution française. Il est alors nommé général de brigade, puis général de division à l'armée d'Italie. Sous les ordres de Bonaparte, il se distingue à la bataille de Mondovi et reçoit la reddition de Mantoue. Apprécié du général en chef pour son intégrité et sa droiture morale, il n'est pas de la campagne d'Égypte ; il est fait prisonnier par les Autrichiens à Verderio en 1799. Napoléon, de retour, ne lui en tient pas rancune, et Sérurier assiste passivement au Coup d'État du 18 brumaire.

Le Premier consul, puis l'Empereur le récompense en le nommant gouverneur des Invalides en 1803 et maréchal d'Empire honoraire l'année suivante. Trop âgé pour faire campagne, Sérurier ne participe à aucune des campagnes de l'Empire et continue d'administrer l'hôtel des Invalides jusqu'à la chute de Napoléon. Le , lors de la bataille de Paris, il ordonne la destruction des drapeaux conquis par la France dans la cour des Invalides. Le maréchal, déjà nommé comte de l'Empire par l'Empereur, devient pair de France à la Restauration. Il meurt discrètement rue Duphot, à Paris, en 1819. Dans ses Mémoires, le maréchal Marmont le décrit comme « aimant bien, probe, désintéressé, homme de devoir et de conscience ». Bon divisionnaire, les performances de Sérurier sur le champ de bataille font l'objet d'évaluations mitigées, mais il est surnommé « La Vierge d'Italie » pour ses vertus morales et sa répugnance à participer au pillage des territoires conquis.

Lundi 20 novembre 2017

Mohammed Abdul Karim par Rudolf Swoboda (1888).

Mohammed Abdul Karim (en hindi : हाफ़िज़ मुहम्मद अब्दुल करीम, en ourdou : حافظ محمد عبد الكريم), né en 1863 à Lalitpur en Inde britannique et mort en 1909 près d'Agra en Inde, connu comme « le Munshi », est un employé musulman indien de la reine Victoria, qui conquiert l'affection de la souveraine au cours des quinze dernières années de son règne.

Karim est né près de Jhansi, d'un père travaillant pour l'hôpital de la ville. En 1887, année du jubilé d'or de la reine, c'est l'un des deux Indiens choisis pour devenir ses serviteurs. Victoria en vient à lui porter un grand intérêt et lui donne le titre de « Munshi », un mot hindi-ourdou souvent traduit comme « commis » ou « enseignant ». Elle le nomme son secrétaire indien, le couvre d'honneurs et obtient une concession terrestre pour lui en Inde.

L'étroite relation entre Karim et la reine conduit à des frictions au sein de la Cour, parmi les membres qui se considèrent supérieurs à lui. La reine insiste pour que Karim soit présent avec elle pendant ses voyages, ce qui cause des disputes entre elle et ses serviteurs. Après la mort de Victoria, en 1901, son successeur, Édouard VII, renvoie Karim en Inde et ordonne la confiscation et la destruction de sa correspondance avec Victoria. Karim vit ensuite tranquillement près d'Agra, sur la propriété que Victoria lui a fait attribuer, jusqu'à sa mort à l'âge de 46 ans.

Mardi 21 novembre 2017

Kurt Cobain (au premier plan) et Krist Novoselic (à gauche) lors des MTV Video Music Awards, le 9 septembre 1992 à Los Angeles.

Nirvana est un groupe de rock alternatif américain, originaire d'Aberdeen, dans l'État de Washington, formé en 1987 par le chanteur-guitariste Kurt Cobain et le bassiste Krist Novoselic. Après Bleach en 1989, son premier album studio produit par le label indépendant Sub Pop et une succession de batteurs, la formation se stabilise avec l'arrivée de Dave Grohl en octobre 1990.

Le trio signe l'année suivante avec le label DGC Records et sort son deuxième album, Nevermind, accompagné notamment des singles Smells Like Teen Spirit et Come as You Are. Les clips de ceux-ci sont largement diffusés sur la chaîne musicale MTV, tandis que l’album dépasse rapidement les prédictions de vente avec plusieurs millions d'exemplaires vendus. Le groupe devient la cible de la presse à sensation, à cause de la relation tumultueuse de Cobain avec la chanteuse Courtney Love et de leur consommation de drogues dures tout particulièrement. Sous pression, la formation est au bord de la rupture à l'été 1992 mais accepte de participer au festival de Reading, qui verra l'une des prestations scéniques les plus abouties de son existence.

Nirvana s'isole ensuite au début de l'année suivante au studio Pachyderm avec Steve Albini et y enregistre son troisième album, dans l'objectif de retrouver un style musical plus sombre et « moins commercial » que celui de Nevermind. Après le remixage de la controversée première version, In Utero sort en septembre 1993 et occupe immédiatement la tête des différents classements de ventes, bien qu'il ne bénéficie d'aucune promotion. Désormais accompagné sur scène par Pat Smear à la guitare et de Lori Goldston au violon, le groupe s'illustre à la mi-novembre lors de l'émission MTV Unplugged, lors de laquelle il réalise plusieurs reprises dont Where Did You Sleep Last Night de Leadbelly et The Man Who Sold the World de David Bowie. Après une dernière jam session début 1994, la tournée européenne qui suit s'achève prématurément avec l'hospitalisation de Cobain pour tentative de suicide. Il part à Los Angeles suivre une cure de désintoxication mais s'en enfuit peu après et rentre à Seattle pour mettre fin à ses jours chez lui le 5 avril.

Avec seulement trois albums studio, les compositions de Nirvana proposent des ballades inspirées des Beatles et des morceaux aux riffs plus agressifs influencés par les Pixies, Sonic Youth, Black Sabbath ou encore les Melvins autour de thèmes variés et souvent personnels à Cobain : son mal de vivre, sa dépendance à l'héroïne, le machisme dans la société américaine, l'amour ou sa propre enfance. La carrière du trio, bien que courte, marque l'histoire du rock de son empreinte en étant la figure emblématique du mouvement grunge, rendant populaire le rock alternatif et ouvrant la voie à d'autres groupes tels que Foo Fighters, The Offspring ou Green Day. Nirvana est introduit au Rock and Roll Hall of Fame en 2014. DGC Records publiant régulièrement des compilations, des albums live ou de nouvelles éditions d'albums de la formation, les ventes globales dépassent désormais les 75 millions d'exemplaires dans le monde.

Mercredi 22 novembre 2017

Page de garde du Régulateur des Chevaliers Maçons de 1801.

Les Ordres de Sagesse est le nom contemporain donné aux hauts grades maçonniques du Rite français. Ils se nomment à l'origine Ordres supérieurs et sont publiés en 1801 dans un recueil intitulé : Le Régulateur des Chevaliers maçons ou les Quatre ordres supérieurs, suivant le régime du Grand Orient. Codifiés par la chambre des grades et le Grand Chapitre général de France entre 1783 et 1785 sous l'impulsion d'Alexandre Roëttiers de Montaleau, ils sont intégrés au Grand Orient de France (GODF) le 17 février 1786. Les rituels des Ordres de Sagesse s'inscrivent dans la continuité du grade de « maître », prolongeant et approfondissant un parcours symbolique et initiatique débuté en « loge bleue ». À l'origine, ils se déclinent en quatre ordres initiatiques et philosophiques et un cinquième ordre administratif et conservatoire.

En , le GODF fonde une « chambres des grades » ; celle-ci codifie tout d'abord les trois premiers grades symboliques afin d'uniformiser les pratiques des loges maçonnique. Ensuite, il crée le « Grand Chapitre général de France » le . Ce grand chapitre se donne rapidement des « Statuts et Règlement généraux » ainsi que des « Règlements particuliers et de disciplines ». Il met en œuvre la codification des ordres en sélectionnant, fusionnant ou supprimant les nombreux rituels de hauts grades pratiqués au XVIIIe siècle, pour aboutir à la fixation des quatre ordres du Rite français entre 1784 et 1785; il organise également la centralisation des chapitres de hauts-grade en France. Le Grand Chapitre général, malgré diverses oppositions, est agrégé au Grand Orient de France le 17 février 1786, constituant ainsi un « régime » symbolique, philosophique et initiatique en sept grades ainsi qu'une obédience centrale porteuse de l'entièreté de la tradition maçonnique des XVIIe et XVIIIe siècles.

La diffusion des ordres est interrompue par la Révolution française ; ils connaissent ensuite leur apogée durant le Premier Empire et se transforment lentement au cours du XIXe siècle en se fondant dans la pratique des hauts grades du Rite écossais ancien et accepté. Cette lente transformation aboutit à la mise en sommeil sous leurs formes originelles des trois premiers ordres. Après plus de 100 ans où ils ont sombré dans l'oubli, les ordres dans leur entièreté sont réactivés en France et plus généralement en Europe, à partir de 1963. Ils prennent alors dans cette deuxième moitié du XXe siècle le nom d'« Ordres de Sagesse ».

Jeudi 23 novembre 2017

Cyclura collei.

Le Cyclure terrestre de la Jamaïque (Cyclura collei), ou Iguane terrestre de la Jamaïque, est une espèce de sauriens de la famille des Iguanidae. Endémique de la Jamaïque où l'espèce était autrefois largement distribuée, on ne l'y trouve plus aujourd'hui que dans la région des Hellshire Hills. Ce grand iguane au corps massif du genre Cyclura est de couleur verte à vert-bleuâtre. Il présente une crête dorsale épineuse. C'est un animal herbivore qui se nourrit de feuilles, de fleurs et de fruits. L'espèce a très fortement décliné au cours du XXe siècle, notamment du fait de la disparition de son habitat et de la prédation par la Mangouste indienne grise, introduite sur l'île pour contrôler les populations de serpents. On a même cru l'espèce disparue en 1948, avant qu'elle ne soit redécouverte en 1990.

Réduite à quelques dizaines d'individus, la population est toujours en danger critique d'extinction – elle fait partie de la liste des 100 espèces les plus menacées au monde établie par l'UICN en 2012 – mais est désormais protégée, bien que l'industrie du charbon de bois menace les dernières zones qui l'abritent dans les Hellshire Hills. Le zoo Hope dispose d'installations pour faire naître de jeunes iguanes qui sont ensuite relâchées dans la nature, afin de tenter de sauvegarder cette espèce.

Vendredi 24 novembre 2017

Stephen King en 2007.

Stephen King est un écrivain américain né le à Portland (Maine).

Il publie son premier roman en 1974 et devient rapidement célèbre pour ses contributions dans le domaine de l'horreur mais écrit également des livres relevant d'autres genres comme le fantastique, la fantasy, la science-fiction et le roman policier. Tout au long de sa carrière, il écrit et publie plus de cinquante romans, dont sept sous le pseudonyme de Richard Bachman, et environ deux cents nouvelles, dont plus de la moitié sont réunies dans dix recueils de nouvelles, utilisant aussi le pseudonyme John Swithen à ses débuts. Après son grave accident en 1999, il ralentit son rythme d'écriture. Ses livres sont vendus à plus de 350 millions d'exemplaires à travers le monde et il établit de nouveaux records de ventes dans le domaine de l'édition durant les années 1980, décennie où sa popularité atteint son apogée.

Longtemps dédaigné par les critiques littéraires et les universitaires car considéré comme un auteur « populaire », il acquiert plus de considération depuis les années 1990 même si une partie de ces milieux continue de rejeter ses livres. Il est régulièrement critiqué pour son style familier, son recours au gore et la longueur jugée excessive de certains de ses romans. À l'inverse, son sens de la narration, ses personnages vivants et colorés, et sa faculté à jouer avec les peurs des lecteurs sont salués. Au-delà du caractère horrifique de la plupart de ses livres, il aborde régulièrement les thèmes de l'enfance et de la condition de l'écrivain, et brosse un portrait social très réaliste et sans complaisance des États-Unis à la fin du XXe siècle et au début du siècle suivant.

Il a remporté de nombreux prix littéraires dont treize fois le prix Bram Stoker, sept fois le prix British Fantasy, cinq fois le prix Locus, quatre fois le prix World Fantasy, deux fois le prix Edgar-Allan-Poe et une fois le prix Hugo et l'O. Henry Award. Il a reçu en 2003 le National Book Award pour sa remarquable contribution à la littérature américaine et a été décoré de la National Medal of Arts en 2015. Ses ouvrages ont souvent été adaptés pour le cinéma ou la télévision avec des fortunes diverses, parfois avec sa contribution en tant que scénariste et, une seule fois, comme réalisateur.

Samedi 25 novembre 2017

Le premier prototype du Lockheed XF-104, le XF-104 53-7786.

Le Lockheed XF-104 est un prototype d'intercepteur monomoteur, à haute performance et supersonique, d'une série de chasseurs légers et simples de l'United States Air Force (USAF). Seuls deux appareils sont construits : l'un est utilisé principalement pour la recherche aérodynamique et l'autre sert comme banc d'essai pour l'armement. Les deux prototypes sont détruits dans des accidents au cours des essais, mais cela n'entrave pas la carrière du futur chasseur : le XF-104 est le précurseur du F-104 Starfighter, qui sera produit à plus de 2 500 exemplaires.

Pendant la guerre de Corée, les pilotes de chasse de l'USAF sont surclassés par les pilotes soviétiques volant avec des MiG. Les ingénieurs de Lockheed, menés par Kelly Johnson, conçoivent et soumettent un projet à l'Air Force. Le dessin est remarquable par sa pureté, particulièrement ses ailes fines et son fuselage en forme de missile, tout comme le nouveau système d'éjection du pilote.

Le premier décollage du XF-104 a lieu en . Le programme d'essais en vol connaît des problèmes, dont quelques-uns sont résolus, les performances du XF-104 se montrant cependant supérieures aux estimations. Même si les deux prototypes sont perdus dans des accidents, l'USAF commande 17 F-104 de pré-production et d'essais en service. Il inspire la création du F-104 Starfighter, qui sera mis en service aux États-Unis et à l'international, étant utilisé comme chasseur de première ligne par un certain nombre de pays.

Dimanche 26 novembre 2017

Impression d'artiste de deux F-108 rattachés à la Elmendorf AFB, en Alaska (AK). À noter la soute à armement ouverte de l'avion d'en haut.

Le North American XF-108 Rapier était un projet d'avion d'interception à grande vitesse et long rayon d'action, développé par la North American Aviation pour protéger les États-Unis des Bombardiers supersoniques soviétiques.

Pour limiter les coûts de développement, le programme partageait le développement des moteurs avec le programme de bombardier stratégique XB-70 Valkyrie et utilisait un grand nombre d'éléments des projets d'intercepteurs précédents. En 1959, seule une maquette avait été construite, avant l'annulation du projet en raison d'un manque de fonds et l'adoption par les Soviétiques des missiles balistiques comme principaux vecteurs de charges nucléaires. S'il avait volé, le F-108 aurait été le plus lourd avion de chasse de son époque.

Lundi 27 novembre 2017

Un E-3 Sentry de l'United States Air Force.

Le Boeing E-3 Sentry (« sentinelle »), communément dénommé AWACS (Airborne Warning & Control System), est un avion de détection et de commandement développé par Boeing en tant que maître d'œuvre. Dérivé du Boeing 707, il fournit une surveillance, un commandement, un contrôle et des communications tout-temps ; il est utilisé par l'United States Air Force (USAF), l'OTAN, la Royal Air Force (RAF), l'Armée de l'air française et la Force aérienne royale saoudienne. Le E-3 est reconnaissable à son dôme radar rotatif distinctif au-dessus du fuselage. La production s'achève en 1992 après la construction de 68 appareils.

Au milieu des années 1960, l'USAF cherche un appareil pour remplacer ses Lockheed EC-121 Warning Star à moteurs à pistons qui sont en service depuis plus d'une décennie. Après la publication des contrats de développement préliminaires à trois sociétés, l'USAF sélectionne Boeing pour construire deux cellules destinées à tester les radars des deux concurrents : Westinghouse Electric Company et Hughes. Les deux radars utilisent la technologie Doppler pulsée. Le modèle de Westinghouse Electric gagne l'appel d'offre. Les essais du premier E-3 de production commencent en octobre 1975.

Le premier E-3 de l'USAF est livré en mars 1977 et, pendant les sept années suivantes, un total de 34 appareils sont construits. L'OTAN, en tant qu'identité unique, commande également dix-huit appareils qui sont basés en Allemagne. Le E-3 est également vendu au Royaume-Uni (sept), à la France (quatre) et à l'Arabie saoudite (cinq, plus huit ravitailleurs dérivés du E-3). En 1991, au moment où le dernier appareil est livré, des E-3 participent à l'opération Desert Storm, jouant le rôle crucial de diriger les appareils de la coalition contre l'ennemi. Tout au long de la carrière de l'avion, plusieurs améliorations sont réalisées pour accroître ses capacités. En 1996, la division Defense & Electronic Systems de Westinghouse Electric est acquise par Northrop avant d'être renommée Northrop Grumman Electronic Systems, qui prend alors en charge le radar du E-3.

Mardi 28 novembre 2017

Armoiries royales sous le règne des Oldenbourg.

La liste des épouses des rois et prétendants au trône de Grèce comprend les noms des six souveraines qui règnent, avec leurs maris, sur le royaume de Grèce entre 1832 et 1924 puis entre 1935 et 1973, ainsi que des autres conjointes des rois et prétendants au trône.

La première de ces souveraines, Amélie d'Oldenbourg, porte le titre de « reine de Grèce » (en grec moderne : Βασίλισσα της Ελλάδος) de 1833 à 1862. Les six femmes qui lui succèdent (Olga Constantinovna de Russie, Sophie de Prusse, Élisabeth de Roumanie, Frederika de Hanovre et Anne-Marie de Danemark) arborent, quant à elles, le titre de « reine des Hellènes » (en grec moderne : Βασίλισσα των Ελλήνων) de 1863 à 1973. À ces six souveraines s'ajoute Aspasia Manos, à qui aucun titre n'est conféré durant son éphémère mariage, entre 1919 et 1920.

Étroitement apparentées au gotha européen, les souveraines grecques se sont inégalement intégrées à leur pays d'adoption, même si toutes, à l'exception d'Amélie d'Oldenbourg, ont embrassé la religion de leurs sujets. Les constitutions hellènes successives leur conférant des responsabilités limitées, la plupart des reines, sauf Amélie d'Oldenbourg et Frederika de Hanovre, sont restées éloignées de la politique. Chacune des souveraines s'est, par contre, montrée active dans le domaine social et, moindrement, culturel.

Mercredi 29 novembre 2017

Vue vers l'est du marais à marée haute.

La réserve naturelle de Titchwell Marsh (en anglais Titchwell Marsh Nature Reserve) est une réserve naturelle anglaise, propriété de la Royal Society for the Protection of Birds (RSPB) qui en assure également la gestion. Elle se situe sur la côte nord du comté de Norfolk, entre les villages de Titchwell et Thornham, à environ 8 kilomètres à l'est de la station balnéaire de Hunstanton. D'une superficie de 171 hectares, elle abrite des roselières et schorres, une lagune d'eau douce, une plage de sable ainsi qu'une petite zone boisée près du parking à son entrée. Elle fait partie du site d'intérêt scientifique particulier de la côte nord du comté de Norfolk et est incluse au Norfolk Coast Area of Outstanding Natural Beauty (AONB), bénéficiant en outre de la protection du réseau Natura 2000, de la zone de protection spéciale et de la convention de Ramsar

La réserve est vitale pour certaines espèces rares d'oiseaux, comme l'avocette élégante qui niche sur les îlots, ou le busard des roseaux, le butor étoilé et la panure à moustaches qui nichent dans les roseaux. Afin de favoriser la reproduction des espèces d'oiseaux présentes sur le site, les roselières sont artificiellement humidifiées et quelques spécimens de poissons d'eau douce comme le rotengle sont introduites dans la lagune. Des oiseaux typiques des zones humides comme la râle d'eau, la rousserolle effarvatte ou le phragmite des joncs sont également présents, tout comme l'aigrette garzette. La réserve attire régulièrement des espèces rares, du fait de son emplacement qui est un important point de passage pour les oiseaux migrateurs. D'importantes colonies de canards et d'oies hibernent sur le site, qui abrite par ailleurs le campagnol terrestre Arvicola amphibius, une espèce très rare de rongeur en voie de disparition.

Un office de tourisme et divers observatoires d'oiseaux sont établis sur la réserve, alors qu'en 2010 et 2011, un projet majeur est mis sur route pour anticiper les effets néfastes du changement climatique. Ce projet consiste à améliorer l'écosystème aux alentours du plan d'eau douce, favorisant ainsi la conversion de la lagune saumâtre en marais salé, qui est un obstacle efficace contre l'empiètement par la mer.

Titchwell Marsh occupe également une place significative dans le domaine de l'archéologie, abritant des artefacts remontant au paléolithique supérieur, mais aussi des ruines de constructions militaires issues des deux guerres mondiales comme les restes d'un hôpital de la Première Guerre mondiale, des cratères d'impacts d'artillerie lourde remontant aux années 1940 mais également des épaves d'avions qui ont combattu pendant la Seconde Guerre mondiale.

Jeudi 30 novembre 2017

Randy Moss sous le maillot des Patriots en 2009.

Randy Gene Moss, né le à Charleston, est un joueur de football américain ayant évolué au poste de wide receiver. Il est considéré comme l'un des meilleurs receveurs de l'histoire de la National Football League (NFL).

Jeune joueur talentueux issu de l'université Marshall, Moss est sélectionné en 21e position de la draft 1998 de la NFL par les Vikings du Minnesota. Dès sa première saison dans la ligue, il marque 17 touchdowns pour les Vikings, un record pour un joueur débutant. Vedette et icône de l'équipe de Minnesota, ses premières saisons dans la NFL sont marquées par des impressionnantes performances et des polémiques nationales. Après sept saisons avec les Vikings, Randy Moss est envoyé aux Raiders d'Oakland en 2005. Affecté par des blessures physiques, malheureux de sa situation en Californie, il est à nouveau échangé en 2007, cette fois-ci aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre.

Premier receveur de l'emblématique quarterback Tom Brady et de l'entraîneur principal Bill Belichick, Randy Moss domine la ligue lors de la saison 2007 et fait taire une partie des critiques à son encontre. Dans une saison régulière parfaite de 16 victoires sans défaite, le joueur écrit l'histoire et attrape 23 touchdowns, un record en une seule saison pour un receveur. Discret en phase finale, il voit son équipe échouer lors du Super Bowl XLII contre les Giants de New York. Après cette défaite, Moss prolonge avec les Patriots et réalise une nouvelle saison à plus de 1 000 yards malgré l'absence de Brady sur blessure.

Après la saison 2009, la relation entre Moss et les Patriots se tend pour des raisons financières. Nonchalant sur le terrain, le joueur est échangé aux Vikings du Minnesota en cours de saison. Les Vikings ne le gardent pas et le renvoient moins d'un mois plus tard. Récupéré par les Titans du Tennessee par la suite, il n'est plus le joueur dominant qu'il était. Il annonce une première fois sa retraite sportive en 2011 avant de revenir pour une dernière aventure avec les 49ers de San Francisco qui se conclut par une défaite au Super Bowl XLVII.

Joueur de l'équipe NFL de la décennie 2000, Moss est le 2e meilleur marqueur de touchdowns à la réception de l'histoire de la NFL. Forte personnalité, impliqué dans différentes affaires hors des terrains au cours de sa carrière, il est l'un des joueurs de football américain emblématiques de son époque. Reconverti en tant que commentateur sportif, il travaille depuis 2016 pour ESPN.