Mouvement Wikimédia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Wikimédia)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sur les autres projets Wikimedia :

Le mouvement Wikimédia est un mouvement social, international et inter-communautaire, qui a pour mission d'apporter un contenu éducatif gratuit à l'ensemble du monde et dont le projet le plus connu est Wikipédia. Le mot « Wikimedia » est le nom de marque de la Wikimedia Foundation, qui chapeaute le mouvement de façon institutionnelle. Cette fondation a pour mission d'inciter les gens du monde entier à collecter et développer des contenus éducatifs sous licence libre ou dans le domaine public, et à les diffuser efficacement et mondialement. De façon globale, le mouvement Wikimédia partage la vision d'un monde dans lequel chaque être humain peut puiser et partager librement la somme de toutes les connaissances.

L'histoire du mouvement wikimédia est étroitement liée à l'histoire de Wikipédia et celle de la fondation Wikimedia et se voit parsemée de nombreux épisodes marquants dont certains se prêtent à la polémique. Sa géographie s'articule autour d'une sphère d'activités en ligne et d'une sphère d'activités hors ligne. La sphère en ligne se compose de plus de mille sites web, listes de diffusion et canaux IRC. Une partie des site web, à l'image de Wikipédia, est destinée à la diffusion des connaissances, une autre partie se consacre à la gestion interne du mouvement, une troisième enfin est essentiellement dédiée au développement technique des infrastructures informatiques. La sphère hors ligne quant à elle, comprend plusieurs dizaines d'associations locales, des centaines de groupes d'utilisateurs et, en , deux organisations thématiques.

La communauté Wikimédia se reconnait au travers des acteurs bénévoles statutairement dissociables des employés actifs au sein du mouvement. Elle est fortement attachée aux principes éthiques et idéologiques propres aux libertés numériques et composées de personnes majoritairement du genre masculin ayant suivit des études supérieures et dont la moyenne d'âge varie en fonction des activités et les origines géographiques. Le mouvement dans son ensemble se finance uniquement par des millions de dons provenant de particuliers qui s’élèvent en moyenne à une quinzaine d'euros. Le succès des campagnes de donation et son extrême décentralisation offre au mouvement une grande indépendance institutionnelle ainsi qu'une marge d'exploitation très saine.

Histoire du mouvement[modifier | modifier le code]

Étymologie du terme Wikimédia[modifier | modifier le code]

Le terme « Wikimedia » est inventé en , par l'écrivain américain Sheldon Rampton (en), lors d'une discussion concernant la déclinaison possible de Wikipédia en d'autres types de projets éditoriaux participatifs[W 1].

« Wikimedia » est un mot-valise dont le composant « wiki » vient du logiciel d'édition collaborative de pages web WikiWikiWeb. Ce dernier nom est lui-même inspiré de l'expression hawaïenne « wikiwiki », que l'on peut traduire en français par « vite-vite »[W 2]. Quant au suffixe « média », qui désigne l'ensemble des moyens d'informations, il a pour objectif de marquer la variété des médias produits et des médias mobilisés sur les plateformes wiki (encyclopédie, site d'actualités, musiques, viféos, etc.)[W 1].

Il est à noter que le mot « wiki » est utilisé par plus de 20 000 projets qui ne font aucunement partie du mouvement Wikimédia et qui n'ont aucun lien avec la fondation Wikimedia[W 3]. C'est le cas, par exemple, des projets WikiLeaks, Wikia, et WikiHow, ou encore du projet WikiTribune, bien qu'il ait été lancé par Jimmy Wales, cofondateur de Wikipédia et fondateur de la fondation Wikimedia[B 1].

Naissance du mouvement[modifier | modifier le code]

L'histoire du mouvement Wikimédia est étroitement liée à l'histoire de Wikipédia, qui en est à l'origine. Elle prend naissance en même temps que la Wikimedia Foundation, qui est créée le pour en assurer la gestion administrative au niveau mondial à la suite de la décision de Jimmy Wales d'abandonner un projet d'encyclopédie commerciale, initialement appelée Nupédia, lancé par sa firme Bomis. La fondation Wikimedia hérite donc des noms de domaine et Wikipédia du passage en copyleft des copyright de la société commerciale. Ce choix est notamment motivé par la création de l'Enciclopedia Libre Universal en Español, un fork de la version linguistique espagnole de Wikipédia le contestant principalement la censure, l'existence d'une ligne éditoriale[W 4] et surtout l'idée d'inclure des publicités sur le site Wikipédia par la firme Bomis[B 2].

L'expression « mouvement Wikimédia » n'apparaît cependant pas dès la naissance de la fondation, mais seulement après la proposition faite par Florence Devouard en , de modifier le site Wikimedia.org pour en faire la vitrine du « mouvement Wikimedia » selon ces principes :

« Le mouvement Wikimédia, comme je l'entends est

  • une collection de valeurs partagées par les individus (liberté d'expression, connaissance pour tous, partage communautaire etc...)
  • un ensemble d'activités (conférences, ateliers, wikiacadémies etc...)
  • un ensemble d'organisations (Wikimedia Foundation, Wikimedia Allemagne, Wikimedia Taïwan etc...), ainsi que quelques électrons libres (individus sans chapitres) et des organisations aux vues similaires »[W 5],[N 1].

En 2020, le site web en question affiche le message suivant :

« Wikimedia est un mouvement mondial dont la mission est d'apporter au monde des contenus éducatifs gratuits. Grâce à divers projets, chapitres et la structure de soutien de la Wikimedia Foundation, une organisation à but non lucratif, Wikimedia s'efforce de créer un monde dans lequel chaque être humain peut partager librement la somme de toutes les connaissances. »

[W 6],[N 2]

Quant à l'expression « communauté » qui aurait pu être utilisée dans une expression telle que « la communauté Wikimédia » en substitution de l'expression « mouvement Wikimédia »[B 3], elle se réserve au final aux groupes de personnes actives au sein du mouvement Wikimédia. On parlera donc de communautés d'éditeurs, d'utilisateurs ou de volontaires alors que l'expression « communauté Wikimédia », quant à elle, sera utilisée pour désigner tous les rédacteurs des projets Wikimedia, souvent peu intéressés par la participation aux activités hors ligne, mais développant un fort sentiment d'appropriation, de pouvoir décisionnel au sein du mouvement[B 4].

Épisodes marquants et anecdotes dans l'histoire du mouvement Wikimédia[modifier | modifier le code]

Vidéo 1 : Enseigner Wikipédia par les anecdotes est une série d'histoires racontées en vidéo pour comprendre le fonctionnement de Wikipédia. (Alexandre Hocquet, 2017)[V 1].

Dès 2005, les problèmes de conflits d'intérêt sur Wikipédia apparaissent au sein du mouvement lorsque Jimmy Wales, cofondateur de Wikipédia, modifie en son point de vue l'article encyclopédique traitant de sa propre personne[B 5]. Par la suite et dès 2012, des règles concernant la gestion des conflits d'intérêts, variables d'un projet linguistique à l'autre, voient le jour[W 7]. Par après, en 2014, d'autres règles, variables selon les versions linguistiques de l'encyclopédie apparaissent au sujet des contributions rémunérées[W 8], en complément de conditions d'utilisation appliquées sur l'ensemble des projets[W 9]. Cette nouvelle réglementation s'inscrit dans une « chasse au sorcières »[B 6], réagissant entre autres à l'apparition d'entreprises de type Wiki-PR, spécialisées dans l'édition payante des articles de Wikipédia. Autre fait marquant de cette époque : une employée de la fondation Wikimedia est licenciée pour avoir pratiqué ce genre d'éditions rémunérées[B 7].

Dans le cadre des critiques que l'on peut porter à l'encontre de Wikipédia, une polémique éclate en 2005 entre la revue scientifique Nature et l'Encyclopædia Britannica après la publication d'un article comparant Wikipédia et l'encyclopédie sur 42 entrées portant sur des thèmes scientifiques. Selon cette étude, « Wikipédia contenait environ quatre inexactitudes ; Britannica, environ trois » (Giles, 2005)[B 8],[N 3].

Concernant les censures des projets Wikimédia dans plusieurs pays du monde, c'est en 2006, en Arabie saoudite, qu'a lieu le premier blocage définitif des projets Wikimédia. Un autre blocage aléatoirement partiel est fait en Chine la même année. Par la suite, d'autres blocages temporaires voient le jour comme le blocage de Wikipédia en Turquie entre le et le , levé à la suite d'une plainte déposée à la cour européenne des droits de l'homme par la fondation Wikimedia[B 9].

En 2007, dans le cadre de l'affaire Essjay rapportée dans le quatrième chapitre du livre La Révolution Wikipédia[B 10], un contributeur anglophone actif sur le projet Wikipédia anglophone dès 2005 est accusé de fausse déclaration relative à ses titres académiques et ses compétences professionnelles. La réelle identité et les réelles qualifications sont dévoilés à la communauté d'éditeurs à la suite de son engagement au sein de la firme FANDOM anciennement appelée Wikia. Choquée par ce véritable scandale, la communauté Wikimédia choisit cependant de faire confiance à des règles de conduite précises et appropriées, élaborées de manière participative, plutôt qu'à une confiance plus interpersonnelle ou à des systèmes précis d'accréditation et de contrôle général[B 11].

Vidéo 2 : Enseigner Wikipédia par les anecdotes : Le Selfie du Macaque (Alexandre Hocquet, 2017)[V 2]

En 2008, un autoportrait fait par un macaque nègre avec l'appareil du photographe animalier David Slater et téléchargé sur le site Wikimédia Commons, fait l'objet d'une plainte du photographe, adressée à la fondation Wikimedia. De cet épisode découle une déclaration du bureau du Copyright des États-Unis selon laquelle les travaux créés par des non-humains ne sont pas sujets au droit d'auteur[B 12].

En , le journaliste Vincent Glad découvre que le roman La Carte et le Territoire de Michel Houellebecq incorpore des extraits de Wikipédia en français sans mention de la source ni de la licence, en violation de la licence Creative Commons « avec attribution et partage dans les mêmes conditions » (CC-BY-SA) sous laquelle le contenu de l'encyclopédie est diffusé. Cet événement amènera l'association Wikimédia France à prendre position en précisant que seules « les personnes qui pourraient s’estimer lésées par l’utilisation que M. Houellebecq a fait de leurs contributions ... peuvent se retourner contre lui et/ou son éditeur par le biais d’un recours en justice. »[B 13].

Vidéo 3 : Vidéo pédagogique Enseigner Wikipédia par les anecdotes proposant de revisiter l'article consacré à Alain Marleix (Alexandre Hocquet, 2017)[V 3]

En 2009, l'effacement d'un paragraphe déplaisant de l'article concernant Alain Marlaix par une adresse IP en provenance du ministère de l'intérieur français fait un buzz médiatique dans le pays alors que, dans un autre contexte moins médiatisé, les pages Wikipédia relatives à la « loi anti-piratage française et l'amendement 138 » sont elles aussi modifiées par une adresse IP relevant du ministère de la culture[B 14].

Le , le site Wikipédia en italien fera l'objet d'un « black-out » décidé par la communauté de contributeurs sans même qu'en soit informée la fondation Wikimedia[B 4]. D'autres blocages temporaires ont lieu comme celui du orchestré par la fondation, cette fois en manifestation contre deux législatures proposées aux Congrès américain[B 15] ou plus récemment encore contre une directive européenne concernant le copyright[B 16].

En , sur le site Wikipédia en allemand se discutait une scission avec le mouvement Wikimédia en raison d'une promotion faite par la fondation Wikimédia en faveur d'un filtre pour image indécentes, dangereuses, et culturellement inacceptables[B 17]. Cette crise fut initiée par l'accusations de Larry Sanger selon laquelle Wikimédia Commons hébergait de la pornographie infantile. En réaction à cette accusation, Jimmy Wales s'était lancé dans une campagne de suppression d'images sans concertation de la communauté d'éditeurs. Dans ses actions, il en vint à supprimer de nombreuses images dont des images artistiques telles celle de Thérèse d'Avila dessinée par le peintre belge Félicien Rops. Son comportement provoqua une réaction très vive de la communauté qui poussera le cofondateur de l’encyclopédie, en date du , à se retirer lui-même ses droits d'administration sur l'ensemble des site Wikimedia[B 18].

Dans le courant de l'année 2012, Lsjbot, un programme de création automatique d'articles sur Wikipédia, est reconnu comme l'auteur le plus prolifique de l'encyclopédie en doublant pratiquement le nombre d'articles de l'encyclopédie suédoise[B 19].

Le , débute une nouvelle affaire au sujet de l'article anglophone consacré au roman intitulé La Tache écrit par Philip Roth qui fait l'objet d'un effacement effectué par le biographe de l'auteur, et qui est restauré peu de temps après. Dans une lettre ouverte publiée dans le magazine The New Yorker, Philip Roth s'adresse à la communauté Wikipédia pour demander de rectifier ce qu'il considère être une erreur dans l'article, mais la communauté demande à l'auteur d'apporter les sources vérifiables et dignes de foi qui justifient sa demande. L'affaire est ensuite médiatisée au travers de divers articles publiés dans des quotidiens anglophones[B 20].

En , a lieu l'affaire de la station militaire de Pierre-sur-Haute dans laquelle la Direction centrale du Renseignement intérieur français (DCRI) entre en conflit avec le mouvement à la suite du refus de supprimer l'article de Wikipédia concernant la station[B 21].

À propos des biais de genre sur Wikipédia, une campagne Art+Feminism est lancée au sein du mouvement Wikimédia dans le but d'ajouter du contenu sur Wikipédia à propos d'artistes féminines. En , une étude linguistique computationnelle relance la polémique en démontrant que les articles de Wikipédia sont biaisés à l'encontre des femmes[B 22]. De nouvelles campagnes d'édition visant à réduire les biais de genre au sein des projets Wikimédia voient ensuite le jour notamment au travers du projet Women in Red.

En , James Heilman, élu par la communauté Wikimédia au sein du conseil d'administration de la fondation Wikipédia, est écarté par les autres administrateurs en raison d'un manque de confiance[N 4]. Cet épisode est annonciateur d'une importante crise au sein de la fondation Wikimédia durant laquelle la directrice Lila Tretikov démissionne de son poste au même titre que plusieurs salariés et membres du conseil d'administration. L'origine de cette crise est le projet secret de création d'un moteur de recherche intitulé Knowledge Engine estimé à 2,5 millions de dollars américains et qui doit être en partie financé par la fondation Knight. À ce problème, s'ajoute la cooptation par le conseil d'administration de la fondation Wikimedia de Arnnon Geshuri, ancien dirigeant des ressources humaines chez Google qui fait suite à une forte opposition de la communauté wikimédienne[B 23].

Dans le courant de l'année 2017, c'est au tour de l'association Wikimédia France de vivre une crise de gouvernance, entraînant une restriction budgétaire en provenance de la Fondation, de nombreux départs parmi les membres et administrateurs, ainsi qu'une plainte en justice déposée par la directrice démissionnaire[B 24]. Cette crise met en évidence un « fossé » entre les valeurs et les pratiques du monde du travail et ceux du mouvement Wikimédia en matière de transparence de gouvernance et de gestion des conflits interpersonnels[B 25] et est à l'origine d'une assemblée générale extraordinaire durant laquelle la recherche d'une gouvernance plus horizontale au sein de l'association est débattue[W 10].

Toujours en 2017, un essai intitulé Wikipedia has cancer (Wikipédia a le cancer) de Guy Macon, contributeur anglophone depuis 2005, soulève des questions au sein du mouvement au sujet des dépenses de la fondation Wikimedia. La métaphore n'inquiète pas pour autant le journal Quartz qui voit au niveau de la fondation Wikimedia une marge d'exploitation saine qui fait « honte » à ses concurrents en gardant constamment ses dépenses en dessous de ses revenus[B 26]. Il est vrai cependant qu'en 2015 le message distribué durant la collecte de fond était abusivement alarmant[B 27].

Plans stratégiques, vision et mission du mouvement[modifier | modifier le code]

Plan stratégique du Mouvement Wikimedia, format imprimable.
Fig 2 : Plan stratégique 2015 du Mouvement Wikimedia, format pdf (Wikimedia Foundation, 2011).

Dès 2004 et à la suite de la création de la Wikimedia Foundation, le mouvement Wikimédia fait l'objet de divers plans stratégiques. Ces plans sont tout d'abord élaborés au niveau des premiers conseils d'administration pour ensuite être construits au travers des processus collaboratifs. Le premier de ces processus complexes est lancé en 2011 en recourant à la participation de milliers de volontaires dispersés dans le monde[B 28]. Il débouche sur un plan couvrant la période de 2010 à 2015 (voir fig. 2. ci-dessous). Ce processus fait appel à l'intelligence collective et au soutien du personnel de Wikimedia pour identifier, affiner et relever les défis stratégiques fondamentaux tout en reposant sur un principe de transparence, de collaboration et de participation répondant aux attentes des parties prenantes[B 29]. Un nouveau plan stratégique est en cours d'élaboration pour l'horizon 2030 avec cette vision d'avenir : « Wikimédia deviendra la principale infrastructure de l’écosystème de la connaissance libre, et quiconque partageant notre vision aura la possibilité de nous rejoindre »[W 11].

D'autres plans stratégiques sont aussi développés dans d'autres organisations et associations Wikimédia régionales ou thématiques, comme Wikimedia Deutschland qui est par ailleurs l'association pionnière dans cette démarche[W 12]. Tous ces plans stratégiques sont au final les prolongations d'une vision commune du mouvement, discutée sur le projet Méta-Wiki[W 13] et inspirée d'une réponse de Jimmy Wales à une interview postée le par Robin Miller sur le site Slashdot[B 30] : « Imaginer un monde dans lequel chaque personne sur la planète a librement accès à la somme de toutes les connaissances humaines. »[B 31],[N 5], ceci en collaboration avec la fondation Wikimédia dont le but est de « donner la possibilité aux personnes du monde entier de collecter et développer du contenu éducatif sous licence libre ou se trouvant dans le domaine public, et de distribuer ce contenu efficacement et globalement »[W 14] en mettant met à disposition « l’infrastructure technique et la structure organisationnelle nécessaires afin de soutenir et de développer des projets wiki multilingues et toute autre initiative au service de cette mission. »[W 15].

Au delà des discours officiels, il existe des tensions entre les besoins stratégiques et les normes établies par une communauté de volontaires qui se voit trop sollicitée[B 32] mais aussi incluse et exclue du processus de façon ambivalent sinon arbitraire[B 33]. D'autre part, une dérive de la mission est possible au sein du mouvement. Il existe en effet un réel risque de voir le développement des institutions prendre la priorité sur la mission du mouvement mais aussi que l'activisme local se professionnalise jusqu'à produire un clash culturel entre les associations locales soutenant le mouvement et la Wikimedia Foundation[B 34].

Géographie en ligne de la communauté des contributeurs bénévoles[modifier | modifier le code]

En début d'année 2020, outre le projet Wikipédia disponible en plus de 300 versions linguistiques[W 16], la Wikimedia Foundation héberge aussi plusieurs centaines de projets frères de l'encyclopédie libre[W 17] dont le nombre d'utilisateurs peut varier de 148 pour le dictionnaire en Chaoui à 38 205 495 pour le projet Wikipédia en anglais[W 18]. Au total, près de 900 sites web sont hébergés au sein du mouvement pour diffuser un total de 364 millions de pages Web[W 19]. Chacun de ces sites fonctionne sur un système de gestion de contenu différent et avec des règles d'utilisation potentiellement distinctes produites par des communautés de contributeurs autonomes[B 35] pour au final produire des articles dont 74% n'existeront que dans une seule des 74 versions linguistiques existantes en 2010[B 36]. Au niveau des règles, le projet Wikipédia germanophone par exemple, possède des règles beaucoup plus strictes que le projet francophone : le fair use n'y est pas d'application, les ébauches d'article ne sont pas conservées, le bannissement d'utilisateur nécessite un vote public à la majorité des deux tiers, etc[N 6]. Parmi tous ces projets, il est possible de distinguer les projets de contenu, les projets de sensibilisation et d'administration et enfin les projets de développement technique[W 20].

Les projets de contenu axés sur le partage des connaissances[modifier | modifier le code]

Il existe donc à côté de Wikipédia tout un ensemble de projets destinés au partage de connaissances. On trouve parmi ceux-ci certains projets multilingues comme le projet Wikispecies. D'autres projet en plus d'être multilingues seront aussi centralisateurs de contenus en vue de les intégrer, en cas de besoins et sans les dupliquer, au niveau des autres projets Wikimédia. Dans ce dernier cas de figure, on trouve le projet Wikimedia commons chargé de centraliser les fichiers image, audio, vidéo, etc[V 4] et aussi le projet Wikidata axé sur le traitement d'informations factuelles récoltées et redistribuées sous forme d'une base de données au niveau des projets Wikimédia[B 37]. Les projets Wikimedia Incubator et Beta-Wikiversity aussi multilingues, sont quant à eux destinés à la création, au test et au lancement de nouvelles versions linguistiques des projets éditoriaux déjà existants[B 38].

En dehors de nouvelles versions linguistiques, de nouveaux projets éditoraux sont aussi susceptibles de voir le jour. Le projet WikiJournal sur wikiversité, récompensé d'un prix de l'édition ouverte 2019 dans la catégorie open édition[W 21], est actuellement () dans l'attente d'une réponse du conseil d'administration Wikimédia par rapport à une demande de création d'une nouvelle plate-forme web indépendante[W 22]. Tous ces projets de partages de contenu repris sous le tableau ci-dessous[N 7] sont libres, collaboratifs, indépendant dans leurs gestions, principalement soumis à la licence CC.BY.SA et reposent toujours sur des logiciels MediaWiki séparés au niveau de l'infrastructure informatique[B 17].

Accueil de Commons
Wikimédia Commons est une médiathèque sous licence libre CC.BY.SA. qui centralise les fichiers utilisés sur les projets Wikimédia.
Accueil de Wikidata
Wikidata est une base de donnée sous licence libre CC0 lue et éditée par des humains ou des machines dont les informations sont collectées ou distribuées au niveau des projets Wikimédia.
Accueil de Wikisource
Les projets Wikisource sont des bibliothèques numériques de livres tombés dans le domaine public.
Accueil de Wikispecies
Wikispecies est un répertoire des espèces vivantes de la faune et de la flore.
Accueil de Wiktionnaire
Les Wiktionnaires sont des dictionnaires descriptifs et illustrés.
Accueil de Wikivoyage
Les projets Wikivoyage sont des guides de voyage touristique.
Accueil de Wikiquote
Les projets Wikiquote sont des recueils de citations.
largeAccueil de Wikilivres
Les projets Wikibooks sont des collections d'ouvrages pédagogiques.
Les projets Wikinews sont des sites journalistiques.
Accueil de Wikiversité
Les projets Wikiversité sont des collections de matériaux pédagogiques et des espaces dédiés aux travaux de recherches.
L'Incubateur Wikimedia est le lieu de test et de lancement des nouveaux projets linguistiques Wikimédia à l’exception de Wikiversity.
Wikiversity Beta est la plate-forme de lancement des nouvelles versions linguistique des projets Wikiversité.

Les projets d'aide, de coordination, de gestion et d'information interne au mouvement[modifier | modifier le code]

Au delà des projets de partage de contenu, il existe aussi tout un ensemble d'espaces numériques destinés à organiser les activités internes au mouvement Wikimédia. La plate-forme Meta-Wiki par exemple, représente l'espace de gestion de tout ce qui est commun à l'ensemble des projets éditoriaux, mais aussi un lieu de traitement des questions administratives et politiques relative à l'ensemble du mouvement Wikimédia[B 39]. Ce site est souvent l'espace où prendront naissance d'autres projets numériques internes au mouvement[B 17].

Parmi les projets actifs, le site wikimania.wikimedia.org a pour fonction de préparer les conférences internationales annuelles dédiées au mouvement Wikimédia[B 17], le site Wikimedia Outereach[B 17] se focalise sur la promotion des projets Wikimédia au niveau de l'éducation, des GLAM tout en permettant l'échange de bonnes pratiques et réussites au sein. Le site Wikimedia strategy planning, utilisé pour élaborer la stratégie du mouvement pour la période 2010-2020 est quant à lui inactif à la suite de la fin du processus et ce bien qu'il soit toujours accessible en tant qu'archive[B 17]. Le site Wikimedia Usability fut lui aussi abandonné dès la fin de son financement par la Stanton Foundation[W 23]

Il existe aussi au sein de l'espace numérique Wikimédia différents projets qui ne bénéficient pas d'un site et nom de domaine propre à leurs activités mais qui se développent et se coordonnent au niveau d'autres projets plus larges tel que Wikipédia. Au niveau de la sphère francophone, figurent parmi ce type de projets internes, le Wikimag et l'infolettre Regard sur l'actualité de la Wikimedia (RAW), deux périodiques publiés par la communauté Wikimédia et pour la communauté Wikimédia au sein du projet Wikipédia, le projet WikiMooc un cours en ligne gratuit et ouvert à tous pour apprendre à contribuer à Wikipédia, mais aussi tout un ensemble de projets thématiques souvent impliqués dans la maintenance des portails de Wikipédia. Au sein du mouvement Wikimédia sont hébergées enfin des centaines de listes de diffusion privées ou publiques et des centaines de salons de conversation (IRC)[W 24] qui permettent à chaque groupe créé au sein du mouvement de communiquer sur les sujets qui lui tiennent à cœur.

Plus récemment enfin, en , une nouvelle plate-forme basée sur WordPress et Discourse intitulée « Wikimédia Space » a aussi vu le jour comme espace de bloging, d'échanges d'informations et de conversations pour les personnes actives au sein mouvement Wikimédia[B 40] elle fut cependant rapidement abandonnée fin pour perdurer seulement en tant que blog dédié à la communauté[B 41]. Afin de synthétiser l'information, tous les espaces numériques internes au mouvement Wikimédia sont repris sous le tableau ci-dessous[N 8].

Accueil de Meta-Wiki
Méta-Wiki est un site de gestion et de coordination générale du mouvement Wikimédia.
Le site Wikimania.Wikimania.org est dédié à la préparation des cycles de conférences annuelles Wikimania dédiées au mouvement Wikimédia.
Wikimedia Outreach est un site Web destiné à coordonner la promotion des projets Wikimédia et les partenariats au sein du mouvement.
Wikimedia Space était une plateforme d'information, de collaboration et de support comprenant un blog et un forum, destinés aux acteurs du mouvement Wikimédia.
Wikimedia Community Logo-Mailservices 2.svg
Wikimedia Mailservices est la page d'accueil de toutes les listes de diffusion gérées par la fondation Wikimedia.
Nuvola mimetypes log.svg
Wikimedia Statistics sont des plates-formes d'informations statistiques au sujet de tous les projets wikimédia gérés par la fondation Wikimedia.
Wikipedia Usability Initiative Logo.png
Wikimedia Usability (archivé) est un espace de travail dédié à l’amélioration de la convivialité de Wikipédia pour les nouveaux contributeurs..
Logo du site Wikimédia strategy
Wikimedia strategic planning (archivé) fut le site utilisé de 2009 à 2010 pour l'élaboration le plan stratégique 2010-2015..

Les projets de gestion technique[modifier | modifier le code]

Afin de gérer ses aspects techniques et informatiques le mouvement Wikimédia possède aussi un ensemble de sites dédiés. Le site Wikimédia Phabricator, lancé en et reposant sur un logiciel libre répondant au même nom, est utilisé pour traiter les bugs et autres tâches au sein du mouvement Wikmédia qui ne doivent pas forcément être techniques[B 42]. Le site MediaWiki est une autre plateforme multilingue dédiée au développement collaboratif et à la documentation concernant le logiciel MediaWiki, utilisé sur tous les projets éditoriaux Wikimédia, mais aussi par de nombreux autres parties prenantes, qui se rassemblent régulièrement lors de conférences spécifiquement dédiées au logiciel[B 43]. Le site Wikitech, quant à lui, est une plateforme d'information et d'orientation technique au sujet du Wikimedia Cloud Services (WMCS)[W 25] utilisé en par plus de 16 000 personnes[W 26], donnant accès aux dumps et systèmes de gestion de bases de données des projets Wikimédia[W 27]. Le projet Kiwix, enfin, offre un logiciel qui permet d'avoir accès à Wikipédia, ses projets frères et bien d'autres ressources éducatives sans avoir de connexion Internet dans tous les pays du monde[B 44] et même en prison[B 45]. Les projet de gestion technique sont repris de manière synthétique dans le tableau ci-dessous[N 8].

Accueil de Phabricator
Wikimedia Phabricator est une plateforme de collaboration ouverte à tous les contributeurs de Wikimedia utilisée pour gérer le travail lié aux logiciels mais des initiatives non techniques sont les bienvenues.
Le site MediaWiki est une plate-forme de développement et de documentation au sujet du logiciel MediaWiki, utilisé par tous les projets éditoriaux Wikimédia.
Wikitech est une plate-forme destinée à documenter les projets et infrastructures informatiques d'aide au mouvement Wikimédia, hébergés sur le cloud par la fondation Wikimedia.
Accueil de « Test Wiki »
Test Wiki est un site Wikimédia utilisé par les développeurs du logiciel afin de tester leurs codes avant de les appliquer à d'autres sites.
Toolforge (anciennement toolserver), est le lieu de gestion du cloud computing Wikimédia dédié à l'hébergement de projets assistés par la communauté (accès à la page du projet).
Wikimedia Cloud Services logo.svg
Wikimedia Cloud VPS est l'espace de gestion du cloud computing Wikimédia destiner à l'hébergement de projets autonomes (accès à la page du projet).
Logo de Kiwix
Kiwix, est un logiciel informatique pour lire les projets Wikimédia hors ligne.

Espaces d'informations publiques[modifier | modifier le code]

Dans le but de communiquer avec le grand public, la fondation Wikimedia possède un site d'information au sujet de sa gouvernance[W 28] et un site vitrine[W 29] intégrant un espace blog[N 9]. De manière similaire, les associations Wikimédia France[W 30] et Suisse[W 31] possèdent aussi leur propre site web auto-hébergé alors que d'autres chapitres tels que l'association belge[W 32] et canadienne[W 33] utilisent un wiki hébergé par la fondation. Parfois inclus dans son site comme l'association française[W 34], de nombreux blogs sont aussi présents sur le Net comme celui de Wikimédia Belgique[W 35] ou encore celui de l'espace Wikimedia Space[W 36]. D'autres blogs encore peuvent être tenus par des contributeurs ou ex-contributeurs singuliers. Il existe, enfin, sur les réseaux sociaux, d’innombrables comptes gérés par les associations, groupes d'utilisateurs, et utilisateurs actifs au sein du mouvement Wikimédia.

Géographie hors ligne des organisations et associations actives au sein du mouvement[modifier | modifier le code]

La fondation Wikimedia[modifier | modifier le code]

La Wikimedia Foundation Inc (WMF) a son siège dans la ville de San Francisco, non loin de la Silicon valley. Elle possède les noms de domaine des projets Wikimédia, les marques déposées et est responsable de la majeure partie des collectes de fonds effectuées au sein du mouvement[B 4]. Cette organisation sans but lucratif, catégorisée ONG par l'Union européenne[W 37], est supervisée par un conseil d'administration reconnu comme organe décisionnel le plus élevé du mouvement. Il supervise officiellement la Fondation et définit sa stratégie[B 4]. Ce conseil d'administration est composé de Jimmy Wales en tant que membre fondateur, d'un.e président.e et de 9 sièges dont 4 sont cooptés, 2 élus par les organismes affiliés (chapitres et groupes d'utilisateurs) et 3 par la communauté des contributeurs des projets éditoriaux en ligne[W 38]. Ce conseil d'administration est soutenu dans son autorité suprême par : une équipe volontairement cosmopolite[W 39] de plus de 350 salariés[W 40] répartis dans 9 départements[W 41] supervisé par une directrice exécutive[W 42], un conseil consultatif composé jusqu'au de 16 membres invités par le conseil[W 43], une commission de médiation composée de membres volontaires désignés par le conseil d'administration[W 44] et un comité électoral composé de volontaires supervisés par un membre du conseil d'administration et conseillé par quatre membres du personnel[W 45].

Les comités[modifier | modifier le code]

Le mouvement Wikimédia comprend un ensemble de 8 comités[W 46]. Parmi les comités actifs, trois d'entre eux sont composés uniquement de membres du conseil d'administration de la fondation Wikimedia soutenus par des conseillers non votant et la présence d'un intermédiaire avec l'équipe de salariés. Le comité de gouvernance du conseil, qui s'assure que le Conseil s'acquitte efficacement de ses responsabilités[W 47], le comité d'audit, qui assure la surveillance des questions financières et comptables[W 48] et le comité des ressources humaines, qui supervise les politiques et les pratiques en matière de rémunération et de personnel[W 49].

Quatre autres comités décisionnels indépendants sont formés de personnes issues de différentes parties du mouvement dans le respect d'une certaine diversité géographique, linguistique et culturelle. Ces comités sont souvent assistés par du personnel de la fondation et surveillé par certains membre du conseil d'administration de la fondation Wikimedia. Parmi ces comités il y a celui de la distribution des fonds (CDF)[W 50], des langues[W 51], des affiliations (AffCom)[W 52] et une commission de médiation[W 53].

Un dernier est enfin consacré aux relations publiques de la fondation et géré par les membres du staff de salariés aidés par des bénévoles et du personnel des associations affiliées[W 54].

Les associations locales[modifier | modifier le code]

Carte de répartion des chapitres Wikimédia en 2019
Fig. 3 : Les chapters Wikimedia en janvier (Bastique et al., 2019).
  • Chapters existants
  • Chapters approuvés, mais pas encore fondés
  • Chapters dont la création est planifiée
  • Chapters en discussion

On trouve au sein du mouvement Wikimédia une quarantaine d'associations appelées chapitres (de la traduction littérale du terme anglais chapter) qui représentent autant de satélites nationaux de la Wikimedia Foundation, administrativement indépendants, mais autorisés à utiliser les marques déposées pour la collecte de fonds propres et l'organisation d'évènements[B 4]. L'objectif de ces partenaires locaux de la fondation est d'assurer un support local aux communautés d'éditeurs, tout en assurant la promotion et un certain lobbying au sein des autres institutions locales[B 46]. Les chapitres assurent aussi le recrutement local de nouveaux contributeurs, lors de réunions hors ligne rassemblant de nouveaux contributeurs et/ou des contributeurs très actifs[B 47]. En Suède par exemple, un partenariat entre le mouvement Wikimédia, l'UNESCO et l'association Cultural Heritage without Borders (patrimoine culturel sans frontières) permet de mettre sous licence libre des informations concernant certaines formes de patrimoines culturels en péril[B 48].

Toutes à but non lucratif, ces associations sont cependant très différentes au niveau de leurs tailles, de leurs financements, de leur nombre de bénévoles ou d'employés, d'infrastructures, etc. Certaines profiteront d'un financement d'état comme c'est le cas de l'association polonaise et italienne[W 55] ; d'autres comme les associations suisse et allemande (la première ayant vu le jour seulement un an après la création de la fondation[B 49]) pourront gérer de façon indépendante les dons en provenance de leur pays récoltés lors des campagnes de donations organisées par la fondation[réf. nécessaire] ; d'autres encore ne seront financées que par des dons directs fiscalement déductibles ou non, et/ou par un financement de leurs programmes par la fondation Wikimedia après un processus rigoureux de demande de financement et de rapport d'activités[W 56]. À titre d'exemple, la plus grosse de ces associations est actuellement le chapitre allemand Wikimedia Deutchland qui emploie en plus de 130 salariés et comprend plus de 50 000 membres[W 57].

Les chapitres dont la filiation est active ou perdue en date de [W 58] sont repris dans le tableau ci-dessous[N 8] :

Pays Titre officiel Présence sur le web Date de reconnaissance Affiliation Membres
Icons-flag-za.png Afrique du Sud Wikimedia South Africa wikimedia.org.za 2017-02-05 Active 18
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Wikimedia Deutschland wikimedia.de Active 50000 +
Icons-flag-am.png Arménie Wikimedia Armenia www.wikimedia.am 2013-05-14 (2013-03-26) Active 16
Drapeau de l'Argentine Argentine Wikimedia Argentina wikimedia.org.ar Active 65~
Drapeau de l'Australie Australie Wikimedia Australia wikimedia.org.au Active 150~
Drapeau de l'Autriche Autriche Wikimedia Österreich wikimedia.at Active 47
Icons-flag-bd.png Bangladesh Wikimedia Bangladesh wikimedia.org.bd 2011-05-24 Active 41
Drapeau de la Belgique Belgique Wikimedia Belgium be.wikimedia.org Active 90+
Drapeau du Canada Canada Wikimedia Canada ca.wikimedia.org Active 60~
Icons-flag-co.png Colombie Wikimedia Colombia wikimediacolombia.org 2019-06-28 Active -
Drapeau du Chili Chili Wikimedia Chile wikimediachile.cl Active 486
Icons-flag-kr.png Corée Wikimedia Korea wikimedia.kr 2015-11-10 Active 35~
Drapeau du Danemark Danemark Wikimedia Danmark wikimedia.dk Active 20
Drapeau de l'Espagne Espagne Wikimedia España wikimedia.org.es Active 110~
Drapeau de l'Estonie Estonie Wikimedia Eesti et.wikimedia.org Active 45
Drapeau de la Finlande Finlande Wikimedia Suomi fi.wikimedia.org Active 21
Drapeau de la France France Wikimédia France wikimedia.fr Active 250
Drapeau de Hong Kong Hong Kong 香港維基媒體協會 wikimedia.hk - 2017-02-01 Perdu -
Drapeau de la Hongrie Hongrie Wikimédia Magyarország wiki.media.hu Active 40~
Drapeau de l'Inde Inde Wikimedia India wikimedia.in - 2019-09-14 Perdue -
Drapeau de l'Indonésie Indonésie Wikimedia Indonesia wikimedia.or.id Active 46
Drapeau d’Israël Israël Wikimedia Israel wikimedia.org.il Active 35~
Drapeau de l'Italie Italie Wikimedia Italia wikimedia.it Active 410~
Icons-flag-ke.png Kenya Wikimedia Kenya - sans - 2013 Absente -
Icons-flag-mo.png Macao Wikimedia Macau - 2009-04-09 - 2017-08-01 Perdue -
Drapeau de la Macédoine du Nord Macédoine du Nord Викимедија Македонија mk.wikimedia.org Perdue -
Drapeau du Mexique Mexique Wikimedia Mexico mk.wikimedia.org Active 15
Flag of New York City.svg New York Wikimedia New York City nyc.wikimedia.org Active 35
Drapeau de la Norvège Norvège Wikimedia Norge no.wikimedia.org Active 108
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Wikimedia Nederland nl.wikimedia.org Active 200
Drapeau des Philippines Philippines Wikimedia Philippines - - 2017-02-28 Perdue -
Drapeau de la Pologne Pologne Wikimedia Polska pl.wikimedia.org Active 130
Drapeau du Portugal Portugal Wikimedia Portugal wikimedia.pt Active 40~
Drapeau de la République tchèque République tchèque Wikimedia Česká republika wikimedia.cz Active 64
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Wikimedia UK uk.wikimedia.org Active 360~
Drapeau de la Russie Russie Wikimedia РУ wikimedia.ru Active 17
Drapeau de la Serbie Serbie Wikimedia Србије rs.wikimedia.org Active 80~
Drapeau de la Suède Suède Wikimedia Sverige se.wikimedia.org Active 629
Drapeau de la Suisse Suisse Wikimedia CH wikimedia.ch Active 486
Icons-flag-th.png Thailande Wikimedia Thailand - 2019-06-28 Active -
Drapeau de Taïwan Taïwan 中華民國維基媒體協會 wikimedia.tw Active 30
Drapeau de l'Ukraine Ukraine Wikimedia Україна ua.wikimedia.org + 17/05/2017 Active 360~
Icons-flag-uy.png Urugay Wikimedia Uruguay wikimedia.uy 2017-03-12 Active 18
Icons-flag-ve.png Venezuela Wikimedia Venezuela wikimedia.org.ve 2016-01-14 Active 15~

Les groupes d'utilisateurs[modifier | modifier le code]

Carte de répartition géographique du mouvement Wikimédia. En bleu les chapitres, en vert les groupes utilisateurs à thématiques régionales
Fig. 4 : Répartition géographique du mouvement Wikimédia. En bleu les chapitres, en vert les groupes utilisateurs à thématiques régionales (Effeietsanders et al. , 2019).

Un groupe d’utilisateurs de Wikimédia est une possibilité d’affiliation simple et flexible à la fondation Wikimedia qui demande moins de prérequis qu’un chapitre ou qu’une organisation thématique. Les groupes d'utilisateurs peuvent s'organiser autour de problématiques régionales ou culturelles, de projets éditoriaux Wikimédia ou d'autres thématiques liées à des secteurs d'activité ou des enjeux identitaires. En ces groupes étaient au nombre de 112[W 59].

Les organisations thématiques[modifier | modifier le code]

Les organisations thématiques regroupent des « organisations indépendantes à but non lucratif créées pour soutenir et promouvoir les projets Wikimédia dans un domaine prioritaire spécifié »[W 60]. Il existe actuellement deux organisations thématiques au sein du mouvement. La première est intitulée Amicale Wikimedia (CAT) la seconde Wikimedia Medecine (WPM)[W 60].

La première s'intéresse à la langue et la culture catalane avec pour mission première de « faire en sorte que l’ensemble du savoir humain soit aussi disponible en catalan et que le savoir sur la culture catalane soit aussi disponible dans chaque langue »[W 61] et est lauréate du prix national de la culture délivré par le Conseil de la Culture et des Arts (CoNCA)[W 62]. La seconde a pour vision un monde dans lequel « chacun aurait un accès libre à la totalité des connaissances biomédicales »[W 63] et se voit chapeautée par la Wiki Med Foundation Inc[W 64] qui travaille en étroite collaboration avec l'association Traducteurs sans frontières dans un réseau international intitulé Healthcare Information For All[B 50].

Les projets transversaux[modifier | modifier le code]

Il existe au sein du mouvement Wikimédia des projets transversaux ne bénéficiant pas de structure juridique, ni de site Web propre, mais qui se développent sur des projets en ligne préexistants tel que Méta-Wiki ou Wikipédia et qui ont pour but de coordonner les actions de plusieurs entités affiliées tout en incluant autant que possible la communauté de contributeurs Wikimédia. Au niveau de la sphère francophone, il existe par exemple le projet Wikifranca, axé sur la francophonie[W 65],[W 66], l'ancien projet Afripedia[B 51] et l'actuel projet WikiAfrica[B 52] axé sur le continent africain, le projet international Wikpédia Zéro[B 53] abandonné en 2018 depuis , et bien d'autres projets spécifiques à l'encyclopédie Wikipédia francophone. De manière synthétique, le tableau ci-dessous reprend les différents projets transversaux[N 8].

Logo de WikiFranca
WikiFranca est un projet de collaboration entre les entités francophones du mouvement Wikimédia.
Logo projet Wikiafrica
WikiAfrica est un projet qui a pour but de rendre le continent africain plus présent au sein des projets Wikimédia grâce à divers programme et outils techniques.
Logo Afripédia
Afripédia (archivé) fut un projet dont l'objectif était de fournir un accès hors-ligne au projets Wikimédia dans les pays africains.
Logo du projet Wikipedia Zero
Wikipedia Zéro (archivé) fut un projet visant à fournir un accès gratuit au projet Wikimedia sur téléphone portable pour les populations ne pouvant financer un accès à Internet.

Les Wikimédiens en résidence[modifier | modifier le code]

Parmi les personnes actives au sein du mouvement wikimédia, certaines deviennent wikimédien ou wikimédienne en résidence, c'est-à-dire engagées par une institution, souvent de type GLAM ou impliquée dans le domaine de l'éducation dans le but de faciliter la création d'entrées sur les projets Wikimedia, d'encourager et aider à la publication de documents sous licences libres, ou encore de développer les relations entre l'institution et le mouvement Wikimédia. De par le monde, environ 170 cas de résidence sont recensés, pour des contrats de quelques heures par semaine ou beaucoup plus[B 54].

Les partenaires du mouvement Wikimédia[modifier | modifier le code]

Outre les institutions accueillant des wikimédiens en résidence, d'autres organisations non lucratives, souvent impliquées dans le mouvement du logiciel libre, sont reconnues partenaires du mouvement Wikimédia. C'est le cas par exemple du projet OpenStreetMap[B 55],[B 56], de la free software foundation, de l'Open Knowledge Foundation, ou encore de l’association Creative Commons en tant que fournisseurs de services[W 67].

Dans une autre mesure et un autre contexte, certaines entreprises commerciales peuvent devenir partenaires du mouvement Wikimédia en tant que mécène ou prestataire de service. Des partenariats existent avec des producteurs de hardware[W 67], des entreprises du Web et des opérateurs de télécommunication[B 57] dans le cadre par exemple du projet Wikipédia Zéro clôturé durant l'année 2018 qui vise à offrir un accès gratuit à Wikipédia par téléphone portable aux populations ne pouvant financer un accès à Internet.

La communauté Wikimédia[modifier | modifier le code]

La communauté du mouvement Wikmédia, salariés des institutions mis à part, « représente l'ensemble des personnes bénévoles et amateures composant la communauté la plus prospère de l'ère numérique »[B 58]. Composée de bénévoles, elle se caractérise par un activisme, une éthique et idéologie très forte et une grande sensibilité à tout ce qui est en décalage avec la philosophie du mouvement, telles la censure et l'entrave à la liberté numérique[B 59]. Le manque de reconnaissance, voir un certain mépris de la hiérarchie traditionnelle et des titres académiques, fait aussi partie intégrante de la philosophie du mouvement[B 60].

Dès 2009, une étude menée par la fondation Wikimedia, mettra en évidence une grande disparité de genre parmi les éditeurs de Wikipédia où les femmes n'apparaissaient qu'à un ratio de 10 %. Cette étude fera apparaître aussi que la communauté Wikimédia de l'époque est majoritairement constituée de personnes célibataires et sans enfant dont les trois quarts avait un âge inférieur à 30 ans et un peu plus de 50 % bénéficiaient d'une formation d'enseignement supérieur[B 61] (voir figure 5 ci-dessous). Concernant le genre, une étude datant de 2011 relève quant à elle 9 % de contributrices[B 62], une autre de 2013, 22% [B 63], celle de 2014, plus axée sur les pays du Sud, 20 %[B 64], une autre de 2016 portant sur le public germanophone 10 %[B 65]. Finalement une études de 2018 rend compte d'un pourcentage variable de 5 à 13.6 % en fonction des origines et mettra à jour le degré d'éducation de la communauté Wikimédia avec cette fois-ci près de 85 % des personnes diplômées de l'enseignement supérieur dont 34 % au niveau baccalauréat, 26 % au niveau master et 12% au niveau doctorat[B 66] (voir figure 6 et 7 ci-dessous). Quand à la moyenne d'âge des membres de la communauté, elle varie selon l'étude de 2018 en fonction de leurs activités et de leurs origines[B 66] (voir figure 9 ci-dessous). La tranche d'âge de 18 à 34 ans se répartit sur un ratio de 29 à 60 %, celle de 35 à 44 ans sur un ratio de 12 à 31 % et celle de 45-84 ans sur un ratio de 20 à 54 %.

Après celle du genre, une deuxième fracture au sein de la communauté Wikimédia réside au niveau des origines des contributeurs. En effet, seulement 20% des contributeurs proviennent des pays du Sud[B 67] alors que près de 50 % des contributeurs sont d'origine européenne[B 66] (voir figures 8.1 & 8.2 ci-dessous). Ce fossé culturel fut l'une des préoccupations premières du rassemblement Wikimania de 2018 à Cape Town[B 68], un cycle de conférences traitant de sujets portés à cœur par le mouvement Wikimédia et sans aucun doute le plus grand rassemblement annuel de la communauté. Il peut compter jusqu'à 1 200 participants d'un âge allant de trois mois à 72 ans et provenant de 70 nations différentes[B 69]. Une autre cycle de conférences annuel appelé WikiConvention rassemble les contributeurs et projets francophones[W 68].

Gestion financière du mouvement[modifier | modifier le code]

Le financement du mouvement Wikimédia se fait sans aucune rentrée publicitaire et repose essentiellement sur des campagnes publiques de dons organisées par la fondation Wikimedia[B 70]. Celle de 2018-2019, récolta plus 7 millions de dons provenant d’une trentaine de pays et d’une moyenne de 15,61 dollars US, permit de récolter au total 112,9 millions de dollars US[W 69]. Le compte-rendu de cette campagne indique qu'une grande majorité de ces dons proviennent de pays occidentaux (voir figure 10 ci-dessous) et que 39 % d’entre-eux sont initiés par des bannières affichées sur les sites Wikimédia (voir figure 11 ci-dessous). À l’exception des dons transmis depuis la Suisse et l'Allemagne qui sont directement gérés par les associations locales respectives après avoir transmis un pourcentage de ce montant à la fondation Wikimedia, la totalité des dons est gérée par cette dernière[W 70].

Au delà de cette source de financement, le mouvement Wikimédia peut aussi recevoir des dons au niveau des instances locales tels que les chapitres, projets thématiques, groupes d’utilisateurs, etc. Certaines rentrées financières peuvent en effet provenir de campagnes de soutien orchestrées localement[V 5], dont certaines peuvent donner accès à une déduction fiscale[W 71]. Certaines associations locales telles que Wikimédia Italie[W 55] et Wikimédia Pologne[W 72] bénéficient aussi d'un soutien financier étatique provenant directement d'une partie d’impôts communautaires que les citoyens sont libres d'attribuer à des organismes d'intérêt public. Un fonds de dotation réunissant la somme de 43 millions de dollars américains en est créé en dans le but de générer des revenus pour soutenir les opérations et les activités des projets Wikimédia à perpétuité[W 73].

Au niveau des dépenses, la fondation Wikimedia distribue ses ressources financières dans différents secteurs avec plus de 50 % des fonds attribués au bénéfice des ressources humaines engagées au sein de son institution (voir figure 12 ci-dessous). Ces dépenses annuelles n’atteignent cependant jamais le niveau des rentrées budgétaires et permettent donc à la fondation de faire croître chaque année une réserve de liquidités (voir figure 13 ci-dessous). Il en résulte qu'en comparaison à d'autres organisations du secteur, la fondation Wikimedia se distingue par une marge d'exploitation très saine[B 26], qui est sans doute liée au nombre très restreint de salariés par rapport à la taille et à la complexité du budget, mais aussi à la taille du mouvement international de volontaires, qu'elle se doit de gérer[B 67].

Une partie du budget de la fondation Wikimedia est aussi transmise aux associations locales par l'intermédiaire d'un comité des fonds[B 70]. En 2013-2014, ce comité, aidé par un logiciel d'aide à la prise de décision, a accordé des financements à des individus, groupes et associations dans plus de 60 pays du monde, et 30 communautés linguistiques et thématiques[B 67]. Il est cependant reprochable au système de distribution de subventions d'être difficile d'accès pour les personnes n'ayant pas d'expérience spécifique dans ce type de demande ce qui rend donc la situation profitable à des organismes spécialisés extérieurs au mouvement[B 71].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le texte original, en anglais, est : « The Wikimedia Movement, as I understand it, is a collection of values shared by individuals (freedom of speech, knowledge for everyone, community sharing etc...) a collection of activities (conferences, workshops, wikiacademies etc...) a collection of organizations (Wikimedia Foundation, Wikimedia Germany, Wikimedia Taiwan etc...), as well as some free electrons (individuals without chapters) and similar-minded organizations ».
  2. Le texte original en anglais est : « Wikimedia is a global movement whose mission is to bring free educational content to the world. Through various projects, chapters, and the support structure of the non-profit Wikimedia Foundation, Wikimedia strives to bring about a world in which every single human being can freely share in the sum of all knowledge. ».
  3. Texte original en anglais : « Wikipedia contained around four inaccuracies; Britannica, about three ».
  4. Il fut réélu par la communauté au courant de l'année 2017.
  5. Texte original en anglais : « Imagine a world in which every single person on the planet is given free access to the sum of all human knowledge. ».
  6. Voir à ce sujet la section « caractéristique » de l'article consacré à Wikipédia en allemand.
  7. Ce tableau est susceptible d'évoluer avec le temps et son contenu actuel est donc sujet à vérification. Les mises à jour de son contenu peuvent être faites notamment au départ de ce tableau officiel automatiquement mis à jour.
  8. a b c et d Ce tableau est susceptible d'évoluer avec le temps et son contenu actuel est donc sujet à vérification. Une mises à jour est possible au départ des sources précitées.
  9. Depuis 2019 un nouveau blog de la fondation est publié au départ de son le site vitrine et fait suite à un ancien blog toujours accessible.

Sources webographiques[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Sheldon Rampton, « Wikipedia English mailing list message », .
  2. « wiki — Wiktionnaire », sur fr.wiktionary.org (consulté le 29 novembre 2019).
  3. (en) « Category:All – WikiIndex – the index of all wiki », sur wikiindex.org (consulté le 18 janvier 2020).
  4. (es) « Enciclopedia:Por qué estamos aquí y no en es.wikipedia.org. Artículo de la Enciclopedia. », sur enciclopedia.us.es (consulté le 29 novembre 2019).
  5. (en) « Talk:Www.wikimedia.org template - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 18 janvier 2020).
  6. (en) « Wikimedia », sur www.wikimedia.org (consulté le 8 avril 2019).
  7. (en) « Conflict of interest editing - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 1er février 2020).
  8. « Politiques alternatives de révélation des contributions rémunérées - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 4 février 2020).
  9. « Conditions d’utilisation - Wikimedia Foundation Governance Wiki », sur foundation.wikimedia.org (consulté le 4 février 2020).
  10. « Talk:Wikimédia France/Assemblée générale/septembre 2017 - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 30 janvier 2020).
  11. (en) « Stratégie/Mouvement Wikimedia/2018-20 - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 23 décembre 2019).
  12. (en) « Strategy - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 23 décembre 2019).
  13. « Vision - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 23 décembre 2019).
  14. (en) « Mission statement - Wikimedia Foundation Governance Wiki », sur foundation.wikimedia.org (consulté le 5 juin 2019).
  15. « Mission - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 23 décembre 2019).
  16. « List of Wikipedias/Table - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 22 janvier 2020).
  17. (en) « Complete list of Wikimedia projects - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 24 janvier 2020).
  18. « WikiStats - All Wikimedia Projects by Size », sur wikistats.wmflabs.org (consulté le 31 janvier 2020).
  19. « Wikiscan statistics », sur wikiscan.org (consulté le 22 janvier 2020).
  20. « Wikimedia projects/fr — Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 31 janvier 2020).
  21. (en-US) « https://openpublishingawards.org/ » (consulté le 19 février 2020)
  22. (en) WikiJournal User Group, « Sister Project application for Wikimedia Journals », (consulté le 19 février 2020)
  23. (en) « Wikimedia Usability Initiative », sur usability.wikimedia.org (consulté le 1er février 2020).
  24. « IRC - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 24 janvier 2020).
  25. (en) « Help:Cloud Services Introduction - Wikitech », sur wikitech.wikimedia.org (consulté le 31 janvier 2020).
  26. (en) « OpenStack browser », sur tools.wmflabs.org (consulté le 31 janvier 2020).
  27. (en) « Wikitech », sur wikitech.wikimedia.org (consulté le 31 janvier 2020).
  28. (en) « Wikimedia Foundation Governance Wiki », sur foundation.wikimedia.org (consulté le 31 janvier 2020).
  29. (en) « Wikimedia Foundation », sur Wikimedia Foundation (consulté le 31 janvier 2020).
  30. « Wikimédia France – Association pour le libre partage de la connaissance », sur Wikimédia France (consulté le 31 janvier 2020).
  31. « Accueil », sur Wikimedia (consulté le 31 janvier 2020).
  32. (en) « Wikimedia België − Belgique − Belgien − Belgium », sur be.wikimedia.org (consulté le 31 janvier 2020).
  33. (en) « Wikimedia Canada », sur ca.wikimedia.org (consulté le 31 janvier 2020).
  34. « Blog », sur Wikimédia France (consulté le 31 janvier 2020).
  35. « Wikimedia Belgique | Impliquer tout un chacun dans la connaissance libre », sur wikimedia.be (consulté le 31 janvier 2020).
  36. (en) « Blog – Wikimedia Space » (consulté le 31 janvier 2020).
  37. « Registre des représentants d'intérêts - Rechercher dans le registre », sur ec.europa.eu (consulté le 22 janvier 2020).
  38. « Conseil d'administration de la Fondation Wikimedia - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 22 janvier 2020).
  39. (en) « Pluralism, internationalism, and diversity policy - Wikimedia Foundation Governance Wiki », sur foundation.wikimedia.org (consulté le 22 janvier 2020).
  40. « Qui sommes-nous ? », sur Fondation Wikimedia, (consulté le 22 janvier 2020).
  41. (en) « Staff and Contractors », sur Wikimedia Foundation (consulté le 22 janvier 2020).
  42. « Directeur général et directeur exécutif de la Fondation Wikimedia », sur Wikimedia Meta-Wiki (consulté le 22 janvier 2020).
  43. (en) « Advisory Board - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 22 janvier 2020).
  44. « Commission de médiation - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 22 janvier 2020).
  45. (en) « Comité des élections de la Fondation Wikimedia - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 22 janvier 2020).
  46. (en) « Comités de Wikimédia - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 18 janvier 2020).
  47. (en) « Wikimedia Foundation Board Governance Committee - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 18 janvier 2020).
  48. (en) « Comité d'audit de la Fondation Wikimedia - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 18 janvier 2020).
  49. (en) « Wikimedia Foundation Board Human Resources Committee - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 18 janvier 2020).
  50. « Subventions : APG/Comité de distribution des fonds - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 18 janvier 2020).
  51. « Comité des langues - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 18 janvier 2020).
  52. « Comité des affiliations - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 18 janvier 2020).
  53. « Commission de médiation - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 18 janvier 2020).
  54. (en) V et T, « Comité des communications - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 18 janvier 2020).
  55. a et b (it) « Cinque per mille », sur wiki.wikimedia.it (consulté le 4 février 2020).
  56. « Subventions:APG/Information - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 26 décembre 2019).
  57. (en) « Wikimedia Deutschland e. V. », sur www.wikimedia.de (consulté le 9 juin 2019).
  58. (en) « Wikimedia chapters - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 21 janvier 2019).
  59. (en) « Groupes d’utilisateurs de Wikimédia - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 9 juin 2019).
  60. a et b (en) « Organisations thématiques - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 9 juin 2019).
  61. (en) « Amical Wikimedia - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 9 juin 2019).
  62. (ca) « Premis 2014 », sur Consell Nacional de la Cultura i de les Arts - CoNCA (consulté le 18 janvier 2020).
  63. (en) wikiprojectmed, « Wiki Project Med Foundation », sur Wiki Project Med Foundation (consulté le 18 janvier 2020).
  64. (en) « https://www.guidestar.org/profile/46-1627445 », sur www.guidestar.org (consulté le 18 janvier 2020).
  65. « Bruxelles accueille pour trois jours la WikiConvention francophone », sur Le Soir, (consulté le 24 février 2020)
  66. (en) « WikiFranca/fr - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 5 février 2020).
  67. a et b (en) « Wikimedia stakeholders - Strategic Planning », sur strategy.wikimedia.org (consulté le 13 janvier 2020).
  68. R. T. L. Newmedia, « Wikipedia tient sa convention francophone à Bruxelles » (consulté le 24 février 2020)
  69. (en) « Fundraising/2018-19 Report - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 22 janvier 2020).
  70. (en) « Fundraising - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 6 février 2020).
  71. « Foire aux questions », sur Wikimédia France (consulté le 4 février 2020).
  72. (pl) « Organizacja pożytku publicznego », sur pl.wikimedia.org (consulté le 4 février 2020).
  73. « Fonds de dotation Wikimedia - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 2 février 2020).


Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. (en) Terry Collins, « Wikipedia co-founder launches project to fight fake news », sur CNET (consulté le 6 février 2020).
  2. (en) Nathaniel Tkacz, « The Spanish Fork: Wikipedia's ad-fuelled mutiny », Wired UK,‎ (ISSN 1357-0978, lire en ligne, consulté le 23 décembre 2019).
  3. (en) Piotr Konieczny, « Wikipedia: Community or social movement? », Interface: a journal for and about social movements,‎ (lire en ligne, consulté le 18 janvier 2020).
  4. a b c d et e (en) Dariusz Jemielniak, « Wikimedia movement governance: the limits of a-hierarchical organization », Journal of OrgChange Mgmt Journal of Organizational Change Management, vol. 29, no 3,‎ , p. 361–378 (ISSN 0953-4814, lire en ligne, consulté le 1er février 2020).
  5. (en) Evan Hansen, « Wikipedia Founder Edits Own Bio », Wired,‎ (ISSN 1059-1028, lire en ligne, consulté le 1er février 2020).
  6. (en) Oliver Lee Bateman, « Wikipedia Is Being Ripped Apart By a Witch Hunt For Secretly Paid Editors », sur Vice, (consulté le 4 février 2020).
  7. (en) Paul Gallagher, « Top Wikipedia employee fired over taking money for edits », sur independent, (consulté le 4 février 2020).
  8. (en) Jim Giles, « Internet encyclopaedias go head to head », Nature, vol. 438, no 7070,‎ , p. 900–901 (ISSN 1476-4687, DOI 10.1038/438900a, lire en ligne, consulté le 29 janvier 2020).
  9. (en) Wikimedia Foundation, « Access to Wikipedia restored in Turkey after more than two and a half years », sur Wikimedia Foundation News, (consulté le 1er février 2020).
  10. Pierre Gourdain, La révolution Wikipédia: les encyclopédies vont-elles mourir?, Mille et une nuits, (ISBN 978-2-7555-0051-6, OCLC 181359419, lire en ligne).
  11. (en) Dariusz Jemielniak, Common knowledge?: an ethnography of wikipedia., Stanford University Press, (ISBN 978-0-8047-9723-8, OCLC 913498835, lire en ligne), p. 123.
  12. Sandra Proutry-Skrzypek,JS Rafaeli, « Je suis attaqué en justice par un singe », sur Vice, (consulté le 1er février 2020).
  13. Conseil d’administration, « Wikipédia, Michel Houellebecq et le droit d’auteur. », sur Wikimédia France, (consulté le 1er février 2020).
  14. Guillaume Deleurence, « Rue89 effacé de Wikipédia par le ministère de l'Intérieur », sur 01net, (consulté le 2 février 2020).
  15. Agence Reuters, « Loi antipiratage : Wikipédia va fermer pendant 24 heures », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 1er février 2020).
  16. Julien Lausson, « Vers un blackout de Wikipédia en Europe pour protester contre la directive Copyright ? », sur Numerama, (consulté le 1er février 2020).
  17. a b c d e et f (ca) David Gómez Fontanills, « Panoràmica de la wikimediasfera », Digithum,‎ (ISSN 1575-2275, lire en ligne, consulté le 11 février 2020).
  18. (en) Dariusz Jemielniak, Common knowledge?: an ethnography of wikipedia., Stanford University Press, (ISBN 978-0-8047-9723-8, OCLC 913498835, lire en ligne), p. 167 - 171.
  19. Sébastian Seibt, « Le roi de Wikipédia ? Un petit programme suédois », sur France 24, (consulté le 31 juillet 2014).
  20. (en) Alexandre Hocquet, « Wikipédia par l’anecdote : je suis Philip Roth », sur The Conversation (consulté le 2 février 2020).
  21. LIBERATION, « La DCRI accusée d'avoir fait supprimer «sous la menace» un article sur Wikipédia », sur Libération.fr, (consulté le 1er février 2020).
  22. (en) Emerging Technology from the arXiv, « Computational Linguistics Reveals How Wikipedia Articles Are Biased Against Women », sur MIT Technology Review (consulté le 1er février 2020).
  23. Thierry Noisette, « Crise à la fondation Wikimedia : sa directrice démissionne », L'OBS,‎ (lire en ligne).
  24. Thierry Noisette, « Exclusions, menaces, budget recalé : c'est la crise chez Wikimédia France », L'OBS,‎ (lire en ligne).
  25. Alexandre Hocquet, « Chez Wikimédia France, une gouvernance à réinventer », sur Club de Mediapart (consulté le 30 janvier 2020).
  26. a et b (en) Joon Ian Wong, « Reddit is going nuts over Wikipedia’s spending, but it’s doing far better than its competitors », sur Quartz (consulté le 1er février 2020).
  27. (en) Caitlin Dewey, « Wikipedia has a ton of money. So why is it begging you to donate yours? » [archive du ], sur The Washington Post, (consulté le 9 juillet 2018).
  28. (en) Leonhard Dobusch et Gordon Mueller-Seitz, « Strategy as a Practice of Thousands: The Case of Wikimedia », Academy of Management Proceedings, vol. 2012, no 1,‎ , p. 15572 (ISSN 0065-0668, DOI 10.5465/AMBPP.2012.43, lire en ligne, consulté le 23 décembre 2019).
  29. (en) Loizos Heracleous, Julia Gößwein et Philippe Beaudette, « Open Strategy-Making at the Wikimedia Foundation: A Dialogic Perspective », The Journal of Applied Behavioral Science, vol. 54, no 1,‎ , p. 5–35 (ISSN 0021-8863, DOI 10.1177/0021886317712665, lire en ligne, consulté le 23 décembre 2019).
  30. (en) Jimmy Wales, « Wikipedia Founder Jimmy Wales Responds », sur web.archive.org, (consulté le 1er février 2020).
  31. (en) Jörg Sydow, Elke Schüssler et Gordon Müller-Seitz, Managing inter-organizational relations: debates and cases, , 300 p. (ISBN 978-1-137-37002-0, OCLC 1061274553, lire en ligne).
  32. (en) Loizos Heracleous, Julia Gößwein et Philippe Beaudette, Open Strategy-Making at the Wikimedia Foundation: A Dialogic Perspective., 0000 u (OCLC 1051839773, lire en ligne), p. 19 & 22.
  33. L Dobusch, L Dobusch et G Müller-Seitz, « Closing for the benefit of openness? The case of Wikimedia's open strategy process », Organization Studies, vol. 40,‎ , p. 366 (ISSN 0170-8406, lire en ligne, consulté le 16 février 2020).
  34. (en) Dariusz Jemielniak, Common knowledge?: an ethnography of wikipedia., Stanford University Press, (ISBN 978-0-8047-9723-8, OCLC 913498835), p. 135.
  35. (en) Dariusz Jemielniak, Common knowledge?: an ethnography of wikipedia., Stanford University Press, (ISBN 978-0-8047-9723-8, OCLC 913498835, lire en ligne), p. 98.
  36. (en) Hecht B, Gergle D et CHI 2010 28th Annual CHI Conference on Human Factors in Computing Systems, « The tower of Babel meets web 2.0: User-generated content and its applications in a multilingual context », Conf Hum Fact Comput Syst Proc Conference on Human Factors in Computing Systems - Proceedings, vol. 1,‎ , p. 291–300 (lire en ligne, consulté le 5 février 2020).
  37. (en) Denny Vrandečić et Markus Krötzsch, « Wikidata », Communications of the ACM, vol. 57, no 10,‎ , p. 78–85 (ISSN 0001-0782, DOI 10.1145/2629489, lire en ligne, consulté le 31 janvier 2020).
  38. (en) Subhashish Panigrahi, « Meet the Newly Born Tulu Wikipedia, the 23rd in a South Asian Language! », sur Global Voices, (consulté le 31 janvier 2020).
  39. (en) Dariusz Jemielniak, Common knowledge?: an ethnography of wikipedia., Stanford University Press, (ISBN 978-0-8047-9723-8, OCLC 913498835, lire en ligne).
  40. (en) Maria Cruz, « Introducing Wikimedia Space: A platform for movement news and conversations – Wikimedia Space », sur Wikimedia Space, (consulté le 31 janvier 2020).
  41. (en) Quim Gil, « Next steps on Wikimedia Space – Wikimedia Space », sur Wikimedia Space, (consulté le 20 février 2020)
  42. (en) Quim Gil, « Welcome to Phabricator, Wikimedia’s new collaboration platform », sur Wikimedia Foundation News, (consulté le 31 janvier 2020).
  43. (en) David Stine, « MediaWiki is the software that underpins Wikipedia. This conference shows all the other ways it can be used. », sur Wikimedia Foundation News, (consulté le 31 janvier 2020).
  44. Nic Ulmi, « Une Wikipédia pour les lieux à l’écart du Web », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 5 février 2020).
  45. Simon Koch, « Wikipédia fait de la prison en Suisse », Le Matin,‎ (ISSN 1018-3736, lire en ligne, consulté le 5 février 2020).
  46. (en) Merrilee Proffitt, Leveraging Wikipedia connectingcommunities of knowledge, (ISBN 978-0-8389-1732-9, OCLC 1050279294, lire en ligne).
  47. (en) Jörg Sydow, Elke Schüssler et Gordon Müller-Seitz, Managing inter-organizational relations: debates and cases, , 298 p. (ISBN 978-1-137-37002-0, OCLC 1061274553, lire en ligne).
  48. (en) Digital heritage: progress in cultural heritage : documentation, preservation, and protection : 7th international conference, EuroMed 2018, Nicosia, Cyprus, October 29 - November 3, 2018 : proceedings--Part II, (OCLC 1082196465, lire en ligne), p. 34.
  49. (en) Jörg Sydow, Elke Schüssler et Gordon Müller-Seitz, Managing inter-organizational relations: debates and cases, (ISBN 978-1-137-37002-0, OCLC 1061274553, lire en ligne), p. 295.
  50. (en) Translators without Borders, « 50,000 medical articles freely available off-line », sur Translators without Borders, (consulté le 18 janvier 2020).
  51. Camille Gévaudan, « Wikipédia s'installe sur les campus africains », sur Libération.fr, (consulté le 5 février 2020).
  52. (en) 04 Sep 2017 Don WatkinsFeed 238up, « How WikiFundi is helping people in Africa contribute to Wikipedia », sur Opensource.com (consulté le 10 février 2020).
  53. Rachid Amaoui, « Wikipedia Zero est dorénavant disponible chez Maroc Télécom (IAM) », sur www.tic-maroc.com, (consulté le 10 février 2020).
  54. Christine Siméone, « Les Archives Nationales de France espèrent accueillir un wikipédien en résidence », sur www.franceinter.fr, (consulté le 10 janvier 2020).
  55. (en) itworldca, « OpenStreetMap posing surprise threat to Google Maps », sur IT World Canada, (consulté le 13 janvier 2020).
  56. Benoit Soubeyran, « Les liens entre OSM et les projets Wikimédia », WikiConvention francophone 2017, WikiFranca and Wikimedia France and Wikimedia CH,‎ (DOI 10.13140/RG.2.2.21942.86086, lire en ligne, consulté le 13 janvier 2020).
  57. La Agence France-Presse, « Partenariat entre Orange et Wikipédia », sur www.lalibre.be, (consulté le 22 janvier 2020).
  58. (en) LSE Impact Blog, « Wikimedia community are a digital age success and natural allies for academic communication and research engagement. », sur Impact of Social Sciences, (consulté le 4 février 2020).
  59. (en) Dariusz Jemielniak, Common knowledge?: an ethnography of wikipedia., Stanford University Press, (ISBN 978-0-8047-9723-8, OCLC 913498835, lire en ligne), p. 152.
  60. (en) Dariusz Jemielniak, Common knowledge?: an ethnography of wikipedia., Stanford University Press, (ISBN 978-0-8047-9723-8, OCLC 913498835, lire en ligne), p. 185.
  61. Wikimedia Foundation, « Les utilisateurs de Wikipédia », sur strategy.wikimedia.org (consulté le 5 février 2020).
  62. (en) Wikimedia Foundation, « File:Editor Survey Report - April 2011.pdf - Meta », sur commons.wikimedia.org, (consulté le 5 février 2020).
  63. (en) Wikimedia Foundation, « Research:Gender micro-survey - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 5 février 2020).
  64. (en) Wikimedia Foundation, « File:Global South User Survey 2014 - Full Analysis Report.pdf - Meta », sur commons.wikimedia.org, (consulté le 5 février 2020).
  65. (en) Wikimedia Deutchland, « File:Analysis Wikimedia Germany Editor Survey 2016 on Welcoming Culture.pdf - Meta », sur commons.wikimedia.org (consulté le 5 février 2020).
  66. a b et c (en) Wikimedia Foundation, « Perspectives 2018 sur l'Engagement Communautaire : Favoriser l'apprentissage pour améliorer le soutien aux communautés Wikimédia », sur meta.wikimedia.org, (consulté le 15 février 2020).
  67. a b et c (en) Matthew Hart and Ezra Berkley Nepon, Funding free knowledge the wiki way - Wikimedia Foundation Participatory Grantmaking, Wikisource, (lire en ligne).
  68. (en) Timeslive, « Cape Town to host Wikimania 2018 », sur TimesLIVE, (consulté le 6 février 2020).
  69. (it) La Provincia di Lecco, « Il bilancio di Wikimania a Esino Oltre 1200 presenze, di 70 nazioni », sur www.laprovinciadilecco.it, La Provincia di Lecco, (consulté le 31 janvier 2020).
  70. a et b Michaël Szadkowski, « A quoi sert l'argent donné à Wikipédia ? », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 3 février 2020).
  71. (en) Dariusz Jemielniak, Common knowledge?: an ethnography of wikipedia., Stanford University Press, , 148 p. (ISBN 978-0-8047-9723-8, OCLC 913498835).

Références vidéographiques[modifier | modifier le code]

  1. Alexandre Hocquet, Français : Enseigner Wikipédia par les anecdotes est une série d'histoires racontées en vidéo pour comprendre le fonctionnement de Wikipédia, (lire en ligne).
  2. Alexandre Hocquet, Français : Vidéo pédagogique Enseigner Wikipédia par les anecdotes proposant de revisiter l'article consacré à Alain Marleix, (lire en ligne).
  3. Alexandre Hocquet, Français : Vidéo pédagogique "Enseigner Wikipédia par les anecdotes" proposant de revisiter l'article consacré à Alain Marleix, (lire en ligne).
  4. David Crochet, « Les projets frères de Wikipédia », sur Youtube, (consulté le 31 janvier 2020).
  5. Wikimédia France, « Soutenons la connaissance libre », (consulté le 4 février 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens inter-projets[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]