Whitesnake

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Whitesnake
Description de cette image, également commentée ci-après

Whitesnake sur scène en 2008.

Informations générales
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Hard rock, glam rock, blues rock, heavy metal, pop metal[1]
Années actives 19771990, 1994, 1997, depuis 2002
Labels Geffen Records
Site officiel whitesnake.com
Composition du groupe
Membres David Coverdale
Reb Beach
Tommy Aldridge
Michael Devin
Joel Hoekstra
Brian Ruedy
Anciens membres Doug Aldrich
Brian Tichy
Chris Frazier
Uriah Duffy
Timothy Drury
Marco Mendoza
Adrian Vandenberg
Steve Farris
Mark Francis
Tony Franklin
Denny Carmassi
Derek Hilland
Guy Pratt
Brett Tuggle
Warren DeMartini
Rudy Sarzo
Paul Mirkovich
Steve Vai
Rick Seratte
Don Airey
Vivian Campbell
Aynsley Dunbar
Richard Bailey
Cozy Powell
John Sykes
Neil Murray
Jon Lord
Mel Galley
Colin Hodgkinson
Micky Moody
Bernie Marsden
Ian Paice
Dave Dowle
Peter Solley

Whitesnake est un groupe de hard rock britannique, originaire de Middlesbrough, dans le Yorkshire. Le groupe est formé en 1977 par le chanteur David Coverdale, ex-Deep Purple, et a d'abord connu le succès en Europe et au Japon avant de remporter un succès commercial retentissant aux États-Unis au milieu des années 1980.

David Coverdale est le seul membre permanent du groupe, qui a connu de très nombreux changements de musiciens. Durant leurs premières années, leur musique était un hard rock orienté vers le blues. Les albums Ready an' Willing ou Come an' Get It sont d'ailleurs des classiques du hard blues. Par la suite, leur musique a progressivement pris une nouvelle direction avec un son heavy metal, parfois proche du glam metal.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation (1978)[modifier | modifier le code]

David Coverdale forme Whitesnake en 1978[2],[3] à Middlesbrough, Cleveland, au nord-est de l'Angleterre. La formation travaille sous le nom de The White Snake Band sur l'album White Snake (1977) et sur sa tournée. Ils tournent avec Coverdale et participent à ses deux albums, White Snake (1977) et Northwinds (1978), entre son départ de Deep Purple et son entrée au sein de Whitesnake. À cette période, le groupe se compose de David Coverdale, Bernie Marsden, Micky Moody, Neil Murray et du batteur David « Duck » Dowle et le claviériste Brian Johnston. Johnston est ensuite remplacé par Procol Harum et le claviériste Pete Solley.

Débuts et succès (1978–1983)[modifier | modifier le code]

Whitesnake au Reading Festival à Reading (Berkshire), Angleterre, 1980.

Whitesnake enregistre l'EP Snakebite, qui est publié en 1978 et qui comprend une reprise de la chanson Ain't No Love in the Heart of the City de Bobby « Blue » Bland, leur premier hit orienté New Wave of British Heavy Metal qui atteint les classements musicaux[4]. L'EP a quelque succès au Royaume-Uni, et est plus tard réédité accompagné de quatre chansons bonus issues du deuxième album solo de Coverdale, Northwinds (1978), produit par Roger Glover.

Leur premier album studio orienté blues rock, Trouble, est publié en automne 1978 et atteint la 50e place de l'UK Albums Chart. Whitesnake tourne en Europe en soutien à l'album, et leur premier album live Live at Hammersmith, est enregistré à cette tournée, et est publié au Japon en 1979. Whitesnake publie Lovehunter en 1979, qui fait polémique à cause de sa couverture réalisée par Chris Achilleos, représentant une femme nue flirtant avec un serpent. L'album atteint le Top 30 britannique et comprend la chanson à petit succès Long Way from Home, qui atteint la 55e place des classements. Peu après, Ian Paice quitte le groupe et est remplacé par David Dowle. La nouvelle formation enregistre l'album Ready an' Willing (1980), qui atteint le Top 10 britannique et qui fait pour la première fois son entrée au Top 100 américain. Le single Fool for Your Loving, que le groupe a écrit pour B.B. King, atteint la 13e place des classements britanniques, et la 53e aux classements américains[5].

Whitesnake sur scène au Hammersmith Odeon, Londres, 1981.

Pendant la tournée Ready an' Willing, le groupe participe au Reading Festival de 1980, qui sera diffusé en live sur BBC Radio 1 au Royaume-Uni.Toujours méconnus aux États-Unis, le succès modeste de Ready an' Willing (1980) aide Whitesnake à attirer l'intérêt général et à ouvrir pour des groupes comme Jethro Tull et AC/DC[6]. Le groupe publie aussi Live...In the Heart of the City, qui comprend des chansons enregistrées entre 1978 et 1980 au Hammersmith Odeon de Londres, et atteint la 5e place des classements britanniques[5]. En 1981, le groupe enregistre l'album Come an' Get It, qui atteint la 2e place des classements britanniques.

Au retour de David Coverdale dans la musique, il reforme le groupe et, après les enregistrements de l'album Saints and Sinners (1982), remplace Bernie Marsden, Ian Paice et le bassiste Neil Murray avec Mel Galley de Trapeze, le bassiste Colin Hodgkinson, et le batteur Cozy Powell. Saints and Sinners atteint le top 10 britannique et comprend la chanson Here I Go Again, qui fait participer le claviériste Malcolm Birch du groupe local Pegasus. La nouvelle formation joue entre 1982 et 1983, comme notamment au festival Monsters of Rock de Castle Donington en août 1983, et le single Guilty of Love atteint la 31e place des classements britanniques[5].

Popularité et nouveau style musical (1983–1985)[modifier | modifier le code]

Whitesnake sur scène en 1983.

En fin 1983, le groupe enregistre Slide It In, qui est publié en Europe au début de 1984. Il s'agit de leur quatrième album à atteindre le top 10 britannique[5]. À cette période, le groupe signe un contrat avec le label Geffen Records. L'album Slide It In (1984) est accueilli d'une manière mitigée, notamment à cause de son mix « plat »[7]. Le groupe, en tournée, remplace Moody avec l'ancien guitariste de Thin Lizzy, John Sykes, et assiste au retour du bassiste Neil Murray[8]. Le producteur David Geffen insiste sur le fait que l'album soit remixé pour sa sortie aux États-Unis. En plus du remix, Sykes et Murray réenregistrent les morceaux de basse et de guitare. Cette version revue de l'album est publié aux États-Unis en avril 1984. Slide It In (1984) peine à atteindre le top 40 américain, mais il est certifié double-disque de platine trois ans plus tard[9]. Slide It In (1984) comprend les hits album-oriented rock : Slow an' Easy et Love Ain't No Stranger, ainsi que la chanson-titre. À ce moment, Geffen souhaite de Coverdale qu'« prenne enfin l'Amérique au sérieux[10]. »

En tournée au printemps 1984, Mel Galley se brise le bras lors d'un accident, et John Sykes devient le seul guitariste pour les dates suivantes. Quelques semaines plus tard, Jon Lord quitte le groupe pour reformer Deep Purple Mk. II, avec le claviériste Richard Bailey. Le groupe joue aux États-Unis avec d'autres artistes et groupes comme Dio et Quiet Riot.

Succès aux États-Unis (1985–1988)[modifier | modifier le code]

Lancés en 1985, Coverdale et Sykes commencent à écrire un nouvel album[11]. L'approche est plus moderne. Sykes jouerait de la guitare solo et rythmique pendant presque tout l'album. Cozy Powell quitte le groupe pour rejoindre Emerson, Lake and Powell. Deux musiciens originaires de nord de l'Angleterre sont recrutés pour l'enregistrement de l'album : le batteur Aynsley Dunbar, et le claviériste Don Airey d'Ozzy Osbourne et de Rainbow.

L'album est intitulé 1987 en Europe et Serpens Albus au Japon, et représente le plus grand succès du groupe aux États-Unis. Guidé par l'A&R John Kalodner, il est certifié octuple disque de platine aux États-Unis[9]. Le succès de Whitesnake (1987) booste les ventes de Slide It In (1984) et devient certifié disque de platine. L'album continue son ascension entre 1987 et 1988, atteignant la 2e place au Royaume-Uni, et la 8e aux États-Unis[5],[12]. L'album est un succès commercial et, en 1988, le groupe est nommé d'un Brit Award dans la catégorie de meilleur groupe britannique[13]. L'album comprend les hits Here I Go Again (#1 US Billboard Hot 100 et #9 UK Singles Chart) et la power ballad Is This Love (#2 US et #9 UK)[5],[14]. Here I Go Again est le réenregistrement de Saints and Sinners. Les autres singles à succès de l'album sont Still of the Night (#16 UK et #79 US) et Give Me All Your Love (#18 UK et #48 US en 1988)[5],[14].

Slip of the Tongue (1988–1999)[modifier | modifier le code]

Le guitariste Vivian Campbell quitte Whitesnake en fin 1988 à cause de divergences créatives, et la nouvelle formation enregistre l'album Slip of the Tongue. Pour les enregistrements de l'album, le guitariste Adrian Vandenberg se blesse sérieusement et ne peut plus jouer. Après publication, Slip of the Tongue (1989) se vend à trois millions d'exemplaires, et atteint la 10e place des classements américains et britanniques[5],[12]. L'album comprend trois singles : une version retravaillée de leur chanson Fool for Your Loving (#37 US et #43 UK), The Deeper the Love (#28 US et #35 UK) et Now You're Gone (#31 UK et #96 US)[5],[14].

Une nouvelle formation est assemblée pour leur album Whitesnake's Greatest Hits en 1994. Ils embarquent pour une brève tournée européenne, avec l'ancien guitariste de Ratt Warren DeMartini, le batteur Denny Carmassi, le retour du bassiste Rudy Sarzo et le guitariste Adrian Vandenberg, et le claviériste. En 1997, Coverdale et Vandenberg se réunissent pour un nouvel album de Whitesnake, Restless Heart. L'album marque le retour du groupe à ses racines RnB. L'album atteint le Top 40 britannique et contient la ballade blues Too Many Tears, qui atteint la 46e place du classement britannique[5]. L'album fait participer Coverdale, Carmassi, Vandenberg, le bassiste de tournée de Pink Floyd, Guy Pratt, et le claviériste Brett Tuggle, qui a joué avec Coverdale and Page.

Reformation (2002–2007)[modifier | modifier le code]

En décembre 2002, Coverdale réunit Whitesnake pour une tournée spéciale 25 ans. À cette tournée, il est rejoint par Doug Aldrich de Dio et Reb Beach et Winger, le bassiste Marco Mendoza, le batteur Tommy Aldridge et le claviériste Timothy Drury. En 2003, ils participent au Rock Never Stops Tour avec d'autres groupes de rock célèbres. Leur formation de tournée reste stable au début de 2005, mais Mendoza quitte le groupe pour former Soul SirkUS, et est donc remplacé par Uriah Duffy. En février 2006, Whitesnake publie un DVD live intitulé Live... In the Still of the Night, aet annonce une tournée au Japon et en Europe. En juin 2006, Coverdale est annoncé avoir signé Whitesnake avec Steamhammer/SPV Recordsqui publiera un album live intitulé Live: In the Shadow of the Blues en novembre 2006 au Royaume-Uni, en Allemagne, en Suisse, et en Autriche.

En juin 2007, le groupe publie un double CD/DVD intitulé 1987 20th Anniversary Collector's Edition pour marquer le 20e anniversaire de leur album 1987. Cette version remasterisée de l'album contient le coffret Shadow of the Blues Live.Il comprend aussi quatre chansons bonus[15]. En décembre 2007, Aldridgequitte le groupe, et est remplacé par Chris Frazier, qui a travaillé avec Eddie Money, Edgar Winter et The Tak Matsumoto Group[16].

Good to Be Bad (2008–2010)[modifier | modifier le code]

En mars 2008, Whitesnake joue au festival Rock2Wgtn, qui fait aussi participer Ozzy Osbourne, Kiss, Poison, Alice Cooper et Lordi. En avril 2008, le groupe publie son dixième album, Good to Be Bad, qui atteint la 5e place du UK Album Chart[15]. En été 2008, Whitesnake participe à une tournée britannique avec Def Leppard[17]. Le 11 février 2009, Whitesnake annonce leur venue au Download Festival, le 14 juin via leur site web. Le 17 mars 2009, Whitesnake est annoncé en soutien à Judas Priest à leur tournée américaine. Au début de février 2010, David Coverdale annonce avoir retrouvé sa voix à la suite d'un accident.

En juin 2010, Whitesnake annonce la sortie d'un nouveau vin, un 2008 Zinfandel[18]. Le 18 juin 2010, Whitesnakese sépare du bassiste Uriah Duffy et du batteur Chris Frazier, et l'arrivée du batteur de Billy Idol, Brian Tichy[19]. Le 20 août 2010, Whitesnake annonce l'arrivée de leur nouveau bassiste, Michael Devin[20]. Le 13 septembre 2010, le claviériste Timothy Drury annonce son départ de Whitesnake pour une carrière solo[20]. Drury revient au clavier que pour l'album Forevermore[21].

Forevermore (2011–2015)[modifier | modifier le code]

Coverdale au O2 Apollo Manchester, le 17 juin 2011.

Whitesnake publie Forevermore, le 25 mars 2011 en Europe, et le 29 juin en Amérique du Nord[22]. Une version numérique du single Love Will Set You Free est publiée le 21 février[22]. L'album Forevermore est publiée en édition spéciale 'Snakepack' au magazine Classic Rock le 25 mars 2011. Le 20 mars 2011, Whitesnake annonce l'arrivée du claviériste Brian Ruedy au Forevermore World Tour[23]. En juillet 2012, David Coverdale annonce un album live et un DVD de la tournée Forevermore en production, et des éditions longues de Into the Light et Restless Heart[24].

Un album live, Live at Donington 1990, est publié le 20 mai 2011 au Japon, le 3 juin en Europe et le 7 juin aux États-Unis[25]. En novembre 2012, Whitesnake et Journey annoncent une tournée britannique en 2013[26].

The Purple Album (depuis 2015)[modifier | modifier le code]

Le 25 février 2015, le groupe annonce The Purple Album via Frontiers Records. Le 17 avril, le chanteur et instrumentaliste Michele Luppi est annoncé en remplacement de Brian Ruedy[27]. L'album débute 84e du Billboard 200, avec plus de 6 900 exemplaires vendus en une semaine[28].

Discographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie de Whitesnake.

Membres[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des membres de Whitesnake.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Metal - A Headbanger's Journey, DVD, ASIN B000FS9OZY (2005).
  2. (en) « Whitesnake timeline 1978–1981 », Deep-purple.net (consulté le 18 juillet 2011)
  3. Classic Rock presents Whitesnake The Official Magazine pg.127
  4. (en) Dave Thompson (2004). "Smoke on the Water: The Deep Purple Story". p. 216. ECW Press, 2004.
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) Roberts, David (2006). British Hit Singles & Albums. Londres : Guinness World Records Limited.
  6. (en) « David Coverdale bio at », Musicianguide.com (consulté le 18 juillet 2011).
  7. Deep Purple Appreciation Society – Whitesnake History', The Deep Purple Appreciation Society, (lire en ligne).
  8. (en) « Deep Purple Appreciation Society Magazine, Issue 29' », The Deep Purple Appreciation Society,
  9. a et b (en) « RIAA Searchable Database: search for Whitesnake », Recording Industry Association of America (consulté le 7 janvier 2016).
  10. (en) « David Coverdale bio at musicianguide.com, paragraph 9 », Musicianguide.com (consulté le 18 juillet 2011)
  11. Wall, Mick (2010). "Appetite for Destruction: The Mick Wall Interviews". Hachette UK.
  12. a et b (en) « Whitesnake | Music Biography, Credits and Discography », AllMusic (consulté le 24 avril 2014).
  13. (en) « Whitesnake », Brits.co.uk, (consulté le 24 avril 2014).
  14. a, b et c (en) Whitburn, Joel (2006). The Billboard Book of Top 40 Hits. Billboard Books.
  15. a et b (en) « David Coverdale news », Deep-purple.net (consulté le 24 avril 2014).
  16. « Interview » (version du 15 août 2009 sur l'Internet Archive).
  17. (en) « thepublicityconnection.com » (version du 6 février 2010 sur l'Internet Archive).
  18. (en) « dlmwine.com/Whitesnake » (version du 29 octobre 2013 sur l'Internet Archive)
  19. (en) « WHITESNAKE Parts Ways With DUFFY, FRAZIER; New Drummer Announced », Blabbermouth (consulté le 10 septembre 2016).
  20. a et b (en) « Whitesnake.com », Whitesnake.com (consulté le 7 juillet 2011).
  21. (en) « WHITESNAKE Keyboardist Quits To Pursue 'Solo' Career », Blabbermouth (consulté le 10 septembre 2016).
  22. a et b (en) « WHITESNAKE – Forevermore Tracklisting, Release Dates Revealed; New Song Streaming », Bravewords.com (consulté le 18 janvier 2011).
  23. (en) « Whitesnake – Introducing Brian Ruedy » (consulté le 20 mars 2011).
  24. (en) Bruce Henne, « Whitesnake update from David Coverdale », hennemusic, (consulté le 17 octobre 2012)
  25. (en) « "Live at Donington 1990" CD and DVD », Whitesnake.com (consulté le 21 mai 2011).
  26. (en) « Journey And Whitesnake Announce 2013 UK Tour With Special Guests Thunder », New York Music News, (consulté le 6 novembre 2012).
  27. (en) « Whitesnake announce new keyboardist and singer », sur Metalrocknews.com.
  28. (en) « Whitesnake's 'The Purple Album: First Week Sales Revealed », sur Blabbermouth.net.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :