White flight

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la sociologie
Cet article est une ébauche concernant la sociologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

White flight désigne la migration des personnes d'origine européenne hors des zones urbaines qui ont vu un taux d'immigration de populations allogènes augmenter significativement. Le terme est né aux États-Unis, ou le phénomène, qui a commencé dans les années 1960 a été décrit de la manière la plus précise, mais il s'est aussi développé plus récemment à Londres.

En France, il n'y a pas réellement eu de white flight, les quartiers à forte concentration allogène étant traditionnellement situés hors des centres historiques ou dans des zonages urbains bien définis. Exception notable cependant : les centres-villes historiques des villes du sud de la France, y compris des villes moyennes ou des gros bourgs. Lorsqu'il n'y a pas eu remplacement de population à cause du déclin général, les maisons abandonnées par les populations originelles sont restées en friche. Castelnaudary, où le nombre de maisons abandonnées dans le centre-ville historique, dans la ville haute, est assez important, illustre cette fuite, motivée notamment par le mauvais état des logements anciens, la promiscuité et, à certains endroits, par le manque d'ensoleillement.

Toutefois on peut dresser un parallèle avec la France périphérique : pour certaines grandes villes, notamment Paris et sa petite couronne, les populations modestes blanches sont parties s'installer en lointaine banlieue voire dans la campagne, alimentant le phénomène de périurbanisation, tandis qu'elles ont été remplacées par des populations précaires d'origine immigrée ou par des populations plus riches. Parfois - c'est le cas notamment du quartier parisien de Belleville ou encore de celui de Barbès - la population d'origine, des classes moyennes blanches, est d'abord remplacée par des populations précaires d'origine immigrée, qui sont ensuite chassées vers la banlieue par la hausse des prix engendrée par la gentrification.

Bibliographie[modifier | modifier le code]