Wheatland (Californie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wheatland
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Géographie
Pays
État
Comté
Superficie
21,05 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
28 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Yuba County California Incorporated and Unincorporated areas Wheatland Highlighted.svg
Démographie
Population
3 456 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
164,2 hab./km2 ()
Fonctionnement
Statut
Identifiants
Code postal
95692Voir et modifier les données sur Wikidata
Code FIPS
06-85012Voir et modifier les données sur Wikidata
GNIS
Indicatif téléphonique
530Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Localisation sur la carte de Californie
voir sur la carte de Californie
Red pog.svg
Localisation sur la carte des États-Unis
voir sur la carte des États-Unis
Red pog.svg

Wheatland est une municipalité américaine du comté de Yuba, en Californie. Au recensement de 2010, Wheatland comptait 3 456 habitants.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Wheatland signifie « terre à blé ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Temple maçonnique de Wheatland (2013).
  • Dans les années 1860, Wheatland abrite une importante communauté chinoise mais ses membres sont violemment expulsés de la ville en février 1886.
  • Un bureau de poste ouvre en 1866.
  • Le 23 avril 1874, Wheatland devient une municipalité.
  • En 1888 est élu un maire noir, pour la première fois dans une ville de l’Ouest américain.
  • Le 3 août 1913, Wheatland est le site d’une violente émeute, « Hop Riot », consécutive à une grève lancée par des ouvriers agricoles mécontents de leurs conditions de travail. Cette émeute fait quatre morts.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Masonic Temple, construit en 1898.

Personnalité liée à Wheatland[modifier | modifier le code]

  • Claude Chana (1811-1882), chercheur d'or français, pionnier de l’arboriculture californienne[1], vit à Wheatland de 1848 à sa mort. Il y est enterré.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marijke Roux-Westers, Villes fantômes de l'Ouest américain : leur vie, leur mort, leur survie, Publications de l'université de Saint-Étienne, 2006.

Voir aussi[modifier | modifier le code]