Weta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir weta (homonymie).
Weta
Nom vulgaire ou nom vernaculaire ambigu :
L'appellation « Weta » s'applique en français à plusieurs taxons distincts.
Description de cette image, également commentée ci-après

Hemideina crassidens

Taxons concernés

Deinacrida fallai dont la taille peut dépasser 20 cm
Weta dans la litière du sol


Les wetas sont un groupe de grands orthoptères, nocturnes et aptères, indigènes de la Nouvelle-Zélande. Dans la langue maori Weta signifie « dieu des choses laides »[1].

Certains d'entre-eux comptent parmi les insectes les plus grands et les plus lourds du monde (le weta géant par exemple) et on pense que ce sont des espèces très anciennes, puisqu’on a trouvé des fossiles de créatures semblables du Trias, qui vivaient il y a 180-190 millions d'années, au Queensland (Australie).

Écologie[modifier | modifier le code]

Dans une des rares régions du monde presque dépourvue de mammifères, du point de vue de l'écologie fonctionnelle les wetas ont assumé le rôle que les petits rongeurs ont joué ailleurs : Tout comme les souris et les rats ils vivent cachés pendant la journée, et ils émergent la nuit pour se nourrir de végétaux et de débris du sol forestier forêt ou d'insectes malades ou morts.

Avant l'arrivée des humains, les Wetas avait des prédateurs indigènes qui sont des oiseaux (weka et kiwi notamment) ainsi que des reptiles et quelques chauves-souris.

Ils sont également vulnérables à la destruction de l'habitat causée par les humains et à la modification de leur habitat causée par les navigateurs introduits. Le ministère de la Conservation de la Nouvelle-Zélande considère 16 des 70 espèces en péril. Des programmes visant à prévenir les extinctions ont été mis en œuvre depuis les années 1970.

La niche écologique de ces insectes a cependant commencé à se réduire quand les Polynésiens ont introduit dans les îles de Nouvelle-Zélande le kiore (rat du Pacifique), puis quand les Européens apportèrent des rats européens et des espèces telles que le chat, le hérisson, des mustélidés. Ces vagues d'introductions ont été suivies de vagues de disparition ou régression de Wetas[1].
Beaucoup de wetas sont aujourd’hui en danger en raison de leur vulnérabilité face à des prédateurs comme le tuatara, associés à ces rongeurs introduits, mais aussi face aux dégradations écopaysagères induites par l'Hommme moderne, et face et face à l'utilisation croissante de pesticides. Des efforts de conservation d'aires naturelles exemptes de mammifères (habitats propices aux Wetas) sont en cours en Nouvelle-Zélande[1].

Espèces[modifier | modifier le code]

Il existe environ 100 espèces de wetas réparties en 2 familles distinctes d'orthoptères :

  1. Stenopelmatidae ou Anostostomatidae (qui inclut le weta des arbres, le weta de défense, le weta du sol et le weta géant) les wetas vrais en Nouvelle-Zélande et les King Crickets en Australie. Ils sont robustes, aptères et les mâles ont les mandibules fortement développés (dimorphisme sexuel)
  2. Rhaphidophoridae (qui inclut le weta des cavernes ou le weta sauteur) des espèces qui se trouvent aussi en Australie, où on les appelle « criquets des cavernes ». Ils sont très petits et ils n’ont pas d’organes pour produire ou recevoir des sons.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Elizabeth Pennisi (2017) [Saving the ‘God of ugly things’] ; Science ; 9 juin 2017 : Vol. 356, Issue 6342, p. 1001-1003 ; DOI: 10.1126/science.356.6342.100

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) P. M. Johns, « The Gondwanaland weta: family Anostostomatidae (formerly in Stenopelmatidae, Henicidae or Mimnermidae): nomenclatural problems, world checklist, new genera and species », Orthopterists' Society, vol. 6, no 6,‎ , p. 125–138 (DOI 10.2307/3503546, JSTOR 3503546)
  • (en) Steve Trewick et Mary Morgan-Richards, « New Zealand Invertebrate Speciation » [archive du ] (consulté le 8 mai 2006)
  • (en) Greg H Sherley, « Threatened Weta Recovery Plan », Department of Conservation, (consulté le 7 novembre 2007)
  • (en) G. P. Wallis, Morgan-Richards, M. et Trewick, S.A., « Phylogeographical pattern correlates with Pliocene mountain building in the alpine scree weta (Orthoptera, Anostostomatidae) », Molecular Ecology, vol. 9, no 6,‎ , p. 657–666 (PMID 10849282, DOI 10.1046/j.1365-294x.2000.00905.x)
  • Craig Bleakley, Ian Stringer, Alastair Robertson et Duncan Hedderley, Design and use of artificial refuges for monitoring adult tree weta, Hemideina crassidens and H. thoracica, Wellington, N.Z., Science & Technical Pub., Dept. of Conservation, (ISBN 9780478140620)
  • (en) J. T. Salmon, « A Key to the Tree and Ground Wetas of New Zealand », Tuatara, vol. 6, no 1,‎ (lire en ligne)
  • Field, L.H. (Ed.) (2001) The biology of Wetas, King Crickets and their Allies. CABI Publishing, NY. (ISBN 0 85199 408 3)
  • Ramløv, H. (2000) Aspects of cold tolerance in ectothermic animals. Journal of Human reproduction. 15 (Suppl. 5): 26-46.