Wendell Anderson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anderson.
Wendell Anderson
Wendell Anderson.jpg
Fonctions
Sénateur des États-Unis
Minnesota
-
Gouverneur du Minnesota
-
Harold LeVander (en)
Député à la Chambre des représentants du Minnesota
Sénateur d'État du Minnesota
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
Saint PaulVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Formation
Faculté de droit de l'université du Minnesota (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Partis politiques

Wendell Richard Anderson, né le à Saint Paul au Minnesota et mort le dans la même ville[1], est un homme politique et joueur de hockey sur glace américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wendell Anderson évolue dans l'équipe de hockey sur glace de l'université du Minnesota de 1951 à 1954 et fait partie de la sélection américaine médaillée d'argent aux Jeux olympiques d'hiver de 1956.

Membre du Minnesota Democratic-Farmer-Labor Party, il est élu gouverneur du Minnesota en 1970. Anderson est un gouverneur populaire avec environ 70 % d'approbation en 1976[2].

Cette même année, lorsque Walter Mondale est élu vice-président des États-Unis, Anderson démissionne de son mandat de gouverneur. Son lieutenant-gouverneur Rudy Perpich lui succède et le nomme au Sénat des États-Unis en remplacement de Mondale. Ce procédé pour accéder au Sénat est impopulaire auprès des électeurs ; c'est l'une des principales raisons du « massacre du Minnesota » de 1978, qui voit les démocrates perdre le poste de gouverneur (détenu par Perpich) et les deux postes de sénateurs, dont celui d'Anderson[2],[3]. Il est en effet battu par le républicain Rudy Boschwitz.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Wendell Anderson, state's 33rd governor, dead at 83 », sur mprnews.org, 17 juillet 2016.
  2. a et b (en) Curtis Gilbert, « Thirty years ago it was the Republicans' year », sur mprnews.org, (consulté le 16 décembre 2017).
  3. (en) Philip Bump, « The odd history of the seat that Al Franken is giving up », sur washingtonpost.com, (consulté le 16 décembre 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]