Wen Ho Lee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wen Ho Lee
Description de l'image Defaut.svg.
Naissance (78 ans)
Comté de Nantou, Empire du Japon
Nationalité américaine
Profession
Scientifique nucléaire
Formation

Wen Ho Lee (en chinois : 李文和‎), né le dans le comté de Nantou dans l'Empire du Japon, est un scientifique américano-taïwanais suspecté d'avoir volé des secrets sur l'arsenal nucléaire américain pour la république populaire de Chine. En , l'ingénieur du laboratoire national de recherches nucléaires de Los Alamos est licencié pour avoir transféré sur son ordinateur personnel des informations secrètes sur la miniaturisation d'ogives nucléaires[1],[2]. Lee reconnaît ce transfert mais nie tout espionnage[3]. Après cinq années d'enquête, les autorités américaines n'arrivent pas à prouver l'une des 28 charges de l'accusation[3]. Lee attaque en justice le gouvernement et plusieurs médias pour le traitement de l'affaire et reçoit plus d'1,6 million de dollars pour l'abandon de toute poursuite judiciaire[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Patrick Sabatier, « Wen Ho Lee, la taupe qui fait trembler Clinton. Un rapport sur l'affaire d'espionnage au profit de Pékin sort aujourd'hui. », Libération,‎ (lire en ligne).
  2. Patrick Sabatier, « Le scandale de l'espionnage nucléaire retombe. Le scientifique américain Wen Ho Lee n'a toujours pas été inculpé. », Libération,‎ (lire en ligne).
  3. a et b (en) Matthew Purdy, « The Making of a Suspect : The Case of Wen Ho Lee », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  4. (en) Paul Farhi, « U.S., Media Settle With Wen Ho Lee : News Organizations Pay To Keep Sources Secret », The Washington Post,‎ , A01 (lire en ligne).