Welf VI

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Welf VI (né entre le 16 décembre 1114/15 décembre 1116- mort à Memmingen 14/15 décembre 1191), noble germanique qui fut duc de Spolète de 1152 à 1160 et de 1167 à 1171 et marquis de Toscane de 1152 à 1171


Origine[modifier | modifier le code]

Welf VI, est le troisième fils d'Henri IX de Bavière et de Wulfhilde de Saxe c'est un membre de l'illustre famille des Welfs.

Relations familiales[modifier | modifier le code]

Welf hérite des possessions familiales en Souabe, y compris les comtés d'Altdorf et de Ravensburg, tandis que son frère aîné Henri X de Bavière, détient le duché de Bavière alors que son second frère Conrad entre dans l'église .

Son frère Henri X de Bavière lui donne comme épouse Uta, la fille de Gottfried de Calw, comte palatin du Rhin. À la mort de Gottfried en 1131, un litige éclate pour sa succession entre Adalbert, le neveu Gottfried, et Welf sur l'héritage de Calw. Welf est également l'oncle de Frédéric Barberousse car la mère de ce dernier, Judith de Bavière, est sa propre sœur, mais le neveu n'est le cadet de son oncle que d'environ sept années.

Guelfes et Gibelins[modifier | modifier le code]

Après la mort de l'empereur Lothaire III du Saint-Empire, son gendre et héritier Henri X de Bavière veut garder à la fois le duché de Bavière et le duché de Saxe. Ce cumul d'Honores est jugé inadmissible par le nouvel empereur Conrad III du Saint-Empire, oncle paternel de Frédéric et la guerre entre les Guelfes et gibelins commence cette année là. Lorsqu'après la mort d'Henri le Superbe le 20 octobre 1139, l'empereur Conrad III du Saint-Empire, confisque le duché de Bavière pour l'attribuer à Léopold de Babenberg, Welf rejoint le parti du jeune fils de son frère Henri le Lion qui refuse cette spoliation mais il subit une défaite lors de la prise de Weinsberg en 1140[1].

La paix est rétablie par la conférence de Francfort le 19 avril 1142 et Welf accompagne Conrad II lors de la Seconde croisade décidée lors de la diète de Ratisbonne en février 1147. Il prend part à la Bataille de Dorylée le 25 octobre 1147 où les Croisés allemands sont écrasés et, après l'échec final de l'entreprise, alors que Conrad III conclut un accord avec Manuel Ier Comnène contre le roi Roger II de Sicile, Welf revenu directement dans ses états italiens par mer n'hésite pas à s'allier aux Normands du sud de la péninsule. L'empereur inflige à Welf une lourde défaite à Flochberg près de Nördlingen en février 1150 et ce dernier conclut la paix avec Conrad III en 1151[2].

L'année suivant les Welfs et Hohenstaufen sont en paix et son neveu Frédéric Ier Barberousse est élu Roi des Romains. En octobre 1152, à Würzburg, en remerciement de son appui lors de l'élection, Frédéric Ier investit, Welf, du duché de Spolète, et du marquisat de Toscane, domaines italiens issus de l'héritage de la comtesse Mathilde de Toscane et en 1156 il rend le duché de Bavière à Henri le Lion. Au début de la décennie 1160, une querelle éclate entre Welf, son fils Welf VII et Hugues de Tübingen, comte palatin de Souabe. Elle est réglée lorsque l'empereur se range du côté des Welfs.

Après la mort du paludisme à Sienne en 1167 de son fils unique et héritier Welf VII qui menait compagne aux côtés avec l'empereur Frédéric Barberousse contre le pape Alexandre III, Henri le Lion réclame l'expectative de l'héritage de tous les domaines de Welf. Toutefois ce dernier à court d'argent réclame en contrepartie le versement d'une forte somme d'argent qu'Henri ne lui consent que pour ses domaines allemands. Welf choisit donc de céder progressivement ses états italiens à l'empereur il demeure en charge de ses duchés italiens jusqu'à 1171 bien que Christian Ier von Buch, l'archevêque de Mayence y exerce la fonction de vicaire impérial.

Le conflit éclate entre Henri le Lion et Frédéric Barberousse lors d'une nouvelle campagne en Lombardie en 1175. L'empereur décide en 1180 de mettre Henri Le Lion au ban de l'Empire et de le priver de tous ses biens, y compris ceux qu'il a achetés de Welf. Ces derniers sont rendus à Welf, qui désigne ensuite à sa mort en 1191 comme héritier un des fils de Barberousse Conrad II de Souabe. C'est ainsi, tous les domaines souabes de Welf passent aux Hohenstaufen, descendants de Judith de Bavière la sœur de Welf. La lignée masculine des Welfs, issue d'Henri le Lion, ne conserve que le patrimoine hérité des Billung dans le nord de l'Allemagne. Welf VI meurt en 1191 il est inhumé dans le monastère de Steingaden qu'il avait fondé en 1147.

Union et postérité[modifier | modifier le code]

Weld épouse avant 1133 Uta de Calw (morte en 1196) duchesse de Schauenburg, fille de Gottfried Ier comte palatin du Rhin et de son épouse Liutgarde de Zähringen, dont un fils unique:

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph Calmette Le reich allemand au Moyen Âge Payot, Paris 1951, p. 208
  2. Joseph Calmette Op.cit. p. 209-213.


Sources[modifier | modifier le code]