Week-end à Zuydcoote (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Week-end à Zuydcoote.
Week-end à Zuydcoote
Image illustrative de l'article Week-end à Zuydcoote (roman)
couverture de l'édition Gallimard de 1949

Auteur Robert Merle
Genre roman
Éditeur éditions Gallimard
Collection Blanche
Date de parution 1949
Pays d'origine Drapeau de la France France
Nombre de pages 281

Week-end à Zuydcoote est le premier roman de Robert Merle publié en 1949 aux éditions Gallimard. Il a obtenu le prix Goncourt la même année.

Historique[modifier | modifier le code]

Le roman reçoit le prix Goncourt au second tour de scrutin par huit voix contre une à Le Jeu de patience de Louis Guilloux fortement soutenu par André Billy[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Ce roman historique raconte la vie d'un groupe de soldats français pris au piège dans la poche de Dunkerque, durant deux jours, après la défaite franco-britannique. Les protagonistes sont Julien Maillat, sergent, Pierson, un prêtre catholique, Alexandre, ingénieur en céramique et cuisinier du groupe, et Dhéry, le combinard du groupe. Par la suite, un certain Pinot les rejoint brièvement, avec son fusil mitrailleur MAC 24/29, qui lui permet de tirer sur les avions allemands.

Le personnage principal, Maillat, fait plusieurs rencontres tout au long du récit, certaines insolites, comme celle d'un homme qui transporte une morte jusqu'à la mairie… Maillat se retrouve aussi dans des situations difficiles, certaines héroïques (il sauve une jeune fille de deux violeurs), d'autres cocasses.

Éditions[modifier | modifier le code]

Adaptation au cinéma[modifier | modifier le code]

Ce roman a été adapté au cinéma par Henri Verneuil en 1964.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Du côté de chez Drouant : Le Goncourt de 1922 à 1949 émission de Pierre Assouline sur France Culture le 3 août 2013.