Web3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Web3 est une génération du web exploitant la technologie des chaînes de blocs (blockchain), alors que le Web 2.0 est le web « social »[1].

Bien qu'impliquant une critique du Web 2.0 pour sa centralisation des données des utilisateurs et de l'oligopole des plateformes[2], le Web3 embryonnaire tel qu'il existe en 2022 n'est pas à l'abri de la centralisation et consolidation de ces quelques acteurs en oligopole[3].

Origines[modifier | modifier le code]

L'acception du Web3 est aujourd'hui différent du concept de 1999 de Tim Berners-Lee pour un web sémantique[4]. En 2006, Berners-Lee a décrit le Web sémantique comme un composant du Web 3.0, qui est différent du terme Web3 dans le contexte de la crypto[4].

Le terme « Web3 » a été premièrement utilisé par le fondateur de Polkadot et le cofondateur d'Ethereum, Gavin Wood, en 2014, faisant référence à un « écosystème en ligne décentralisé basé sur la blockchain »[5]. En 2021, l'idée d'un Web3 a gagné en popularité, en particulier vers la fin de 2021,[6] en grande partie en raison de l'intérêt des enthousiastes de crypto-monnaies et des grands investisseurs[6],[7]. Des dirigeants de la société de capital risque Andreessen Horowitz sont allés voir le gouvernement Américain en octobre 2021 pour faire pression en faveur du Web3 comme solution potentielle aux questions sur la réglementation du Web[8].

Certains auteurs faisant référence au concept de décentralisation du Web emploient également le terme de « Web3 », ou encore plus couramment de « Web 3.0 »[9].

Concept[modifier | modifier le code]

Les définitions du Web3 diffèrent, et le terme a été décrit par Bloomberg comme « flou », mais elles tournent autour de l'idée de décentralisation et intègrent généralement des technologies de blockchain, telles que diverses crypto-monnaies ou jetons non fongibles (NFT)[6].

Bloomberg décrit le Web3 comme une idée qui « construirait des actifs financiers sous forme de jetons dans le fonctionnement interne de presque toute activité sur Internet »[10]. La création de ces jetons permettrait, en plus de l'aspect décentralisé, un bénéfice important pour les sociétés en leur permettant de créer un mécanisme extrêmement puissant d'incitation et d'alignement des intérêts entre elles et leurs clients [11]. Ce mécanisme s'incarne parfaitement avec le concept d'organisations autonomes décentralisées (DAOs)[12] . La finance décentralisée (DeFi) est un autre concept clé, où les utilisateurs échangent de l'argent sans intervention bancaire ou gouvernementale[6].

L'identité auto-souveraine permet aux utilisateurs de s'identifier sans s'appuyer sur un système d'authentification tel que OAuth, dans lequel une autorité de confiance doit être contactée[13]. Des spécialistes ont fait valoir que le Web3 fonctionnerait probablement en tandem avec les sites Web 2.0, et que ceux-ci intégreront certaines technologies du Web3 afin d'améliorer leurs services[14].

Réception[modifier | modifier le code]

Les spécialistes et journalistes ont souvent décrit le Web3 comme une solution potentielle aux préoccupations de plus en plus présentes au regard de la centralisation excessive de Web aux mains de quelques grandes entreprises[6],[8]. Certains pensent que le Web3 pourrait améliorer la sécurité et la confidentialité des données au-delà de ce qui est actuellement possible avec les plateformes Web 2.0[15]. Bloomberg déclare que ceux qui sont sceptiques trouvent que le Web3 « est loin d'être utilisable au-delà d'un nombre limité d'applications, dont beaucoup sont des outils destinés aux négociateurs de crypto »[16]. The New York Times a rapporté que plusieurs investisseurs parient 27 milliards de dollars sur le fait que Web3 « est l'avenir d'Internet »[17],[18].

Certaines entreprises Web 2.0, dont Reddit et Discord, ont exploré l'intégration de technologies Web3 sur leurs plateformes[6],[19]. Le 8 novembre 2021, le PDG Jason Citron a tweeté une capture d'écran suggérant que Discord explorait l'intégration de portefeuilles de crypto-monnaies. Deux jours plus tard, après une forte réaction de ses utilisateurs,[19],[20] Discord a annoncé qu'il n'avait pas l'intention d'intégrer de telles technologies et qu'il s'agissait uniquement d'un concept interne développé dans le cadre d'un hackathon[20].

Certains spécialistes en droit cités par The Conversation ont exprimé des inquiétudes quant à la difficulté de réglementer un Web décentralisé, qui, selon eux, pourrait rendre plus difficile la prévention de la cybercriminalité, du cyberharcèlement, des discours de haine et de la pédopornographie[9]. Mais, il déclare également que « [le Web décentralisé] représente les espoirs du passé selon lesquels Internet briserait les structures de pouvoir existantes ». Certaines autres critiques sur le Web3 voient le concept comme faisant partie d'une bulle des crypto-monnaies et de tendances basées sur la blockchain qu'ils considèrent comme surmédiatisées[19]. Certains ont exprimé des inquiétudes quant à l'impact environnemental des crypto-monnaies et des jetons non fongibles (NFTs),[21] même si la preuve d'enjeu permet aujourd'hui de réduire leur impact environnemental[22]. D'autres ont exprimé leur conviction que le Web3 et les technologies associées facilitent la réalisation de ventes pyramidales[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Web 3.0: The Future Architecture of the Internet? Cybersecurity, Privacy, & Networks eJournal. Social Science Research Network.
  2. « Qu’est-ce que le Web3 et comment il pourrait changer la face d’Internet », sur www.lesnumeriques.com, (consulté le )
  3. (en) Scott Nover, « Web3 is not the decentralized utopia you've been promised », sur Quartz (consulté le )
  4. a et b (en-US) Victoria Shannon, « A 'more revolutionary' Web », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  5. (en-US) Gilad Edelman, « What Is Web3, Anyway? », Wired,‎ (ISSN 1059-1028, lire en ligne, consulté le )
  6. a b c d e et f (en) Aaron Mak, « What Is Web3 and Why Are All the Crypto People Suddenly Talking About It? », sur Slate Magazine, (consulté le )
  7. a et b (en-US) Max Read, « Why Your Group Chat Could Be Worth Millions », sur Intelligencer, (consulté le )
  8. a et b (en) Lauren Feiner, « Prominent Silicon Valley VC firm Andreessen Horowitz embarks on major crypto policy push in Washington », sur CNBC, (consulté le )
  9. a et b (en) Edina Harbinja et Vasileios Karagiannopoulos, « Web 3.0: the decentralised web promises to make the internet free again », sur The Conversation (consulté le ).
  10. « Bloomberg - Are you a robot? », sur www.bloomberg.com (consulté le )
  11. « Mais à quoi servent les business Web 3 ? » Accès libre, sur Radioaktif (consulté le )
  12. « Crypto Is Cool. Now Get on the Yacht », The New York Times,‎ 16 décembre2021 (lire en ligne, consulté le ).
  13. (en) « Web3 — A vision for a decentralized web », sur The Cloudflare Blog, (consulté le )
  14. (en) « People are talking about Web3. Is it the Internet of the future or just a buzzword? », NPR.org,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. (en) Javad Zarrin, Hao Wen Phang, Lakshmi Babu Saheer et Bahram Zarrin, « Blockchain for decentralization of internet: prospects, trends, and challenges », Cluster Computing, vol. 24, no 4,‎ , p. 2841–2866 (ISSN 1573-7543, PMID 34025209, PMCID PMC8122205, DOI 10.1007/s10586-021-03301-8, lire en ligne, consulté le )
  16. « Bloomberg - Are you a robot? », sur www.bloomberg.com (consulté le )
  17. « Welcome to ‘Web3.’ What’s That? - The New York Times | Ghostarchive », sur ghostarchive.org (consulté le )
  18. (en) « Investors are betting $27 billion that Web3 is the future of the internet », sur Fortune (consulté le )
  19. a b et c (en-US) « NFTs and crypto wallets could be in Discord’s future », sur TechCrunch (consulté le )
  20. a et b (en-US) « Discord pushes pause on exploring crypto and NFTs amidst user backlash », sur TechCrunch (consulté le )
  21. (en) Eva Szalay in London, « EU should ban energy-intensive mode of crypto mining, regulator says », Financial Post,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. (en) « Cryptocurrency goes green: Could 'proof of stake' offer a solution to energy concerns? », sur NBC News (consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]