We'll Meet Again (chanson)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir We'll Meet Again.
image illustrant une chanson
Cet article est une ébauche concernant une chanson.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

We'll Meet Again
Chanson de Vera Lynn
Sortie 1939
Durée 3:01
Auteur Ross Parker, Hughie Charles

We'll Meet Again est une chanson écrite par Ross Parker (en) (musique) et Hughie Charles (en) (paroles), interprétée notamment par la chanteuse britannique Vera Lynn en 1939.

La chanson[modifier | modifier le code]

We'll Meet Again a donné son nom à la comédie musicale de 1943, We'll Meet Again, dans laquelle Vera Lynn avait le premier rôle.

Cette chanson est liée à la Bataille d'Angleterre et était une des favorites des aviateurs de la RAF: les paroles évoquent un lieu indéterminé, ensoleillé, avec un beau ciel bleu où l'on se retrouvera, « qui sait où, qui sait quand » (« Don't know where, don't know when »)... Pour les auditeurs de l'époque, qui avaient des proches au combat, et en particulier pour les jeunes aviateurs et leurs fiancées, il allait de soi que ce lieu idéal et vague était le paradis.

Elle occupe, dans l'imaginaire collectif de plusieurs générations de britanniques, la même place que la chanson Lily Marlène dans le domaine d'expression germanique.

Elle a également été utilisée par Stanley Kubrick pour la scène finale d'apocalypse nucléaire de son film Docteur Folamour (1964).

Pink Floyd fait référence à cette chanson dans Vera, sur l'album The Wall (1979). On peut également entendre We'll Meet Again au début de la version live de cet album, Is There Anybody Out There? The Wall Live 1980-81 (2000).

Elle a été reprise par les Byrds sur leur premier album, Mr. Tambourine Man (1965), par The Turtles (en single) et par Johnny Cash sur son album American IV: The Man Comes Around (2002).

Cette chanson a été également utilisée dans le film Hellboy lors de la mort du professeur Trevor Bruttenholm et dans la série Castle par l'un des criminels récurrents.