Wayne Allard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Allard.
Wayne Allard
Image illustrative de l'article Wayne Allard
Fonctions
Sénateur des États-Unis
pour le Colorado
Prédécesseur Hank Brown
Successeur Mark Udall
Représentant des États-Unis
pour le 4e district du Colorado
Prédécesseur Hank Brown
Successeur Bob Schaffer (en)
Biographie
Date de naissance (73 ans)
Lieu de naissance Fort Collins (Colorado)
Parti politique Parti républicain
Diplômé de Université d'État du Colorado
Religion Protestantisme

Alan Wayne Allard, né le à Fort Collins, est un homme politique américain, sénateur républicain du Colorado au Sénat des États-Unis de 1997 à 2009.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Diplômé d'un doctorat en médecine vétérinaire de l'université d'État du Colorado en 1968[1], Allard se marie avec Joan Malcolm, diplômée en microbiologie. Ils eurent deux filles puis plus tard quatre petit-fils.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Allard n'abandonna pas sa profession de vétérinaire alors qu'il représentait les comtés de Larimer et de Weld au Sénat du Colorado de 1983 à 1990. Il fut l'initiateur de la loi limitant la session parlementaire à 120 jours par an pour préserver le concept de citoyen-législateur.

De 1991 à 1997, Allard est un élu de la Chambre des représentants des États-Unis[1].

En 1996, il se présente au Sénat fédéral. Il remporte la primaire républicaine avec 57 % des suffrages face au procureur général de l'État Gale Norton[2]. Il est élu sénateur du Colorado avec cinq points d'avance sur son adversaire démocrate Tom Strickland. Les deux candidats s'affrontent à nouveau en 2002. Allard n'est crédité que d'une faible avance dans les sondages. Soutenu par George W. Bush et Dick Cheney, il gagne cependant du terrain en fin de campagne. Il est réélu avec 51 % des voix contre 45 % pour Strickland[3].

Au Sénat, il est membre d'une multitude de commissions dont la commission du Sénat sur les forces armées, du sous-comité des forces stratégiques et de celle sur les menaces émergentes. Conformément à sa promesse faite en 1996 de ne solliciter que deux mandats de sénateur, il annonce en 2007 qu'il ne sollicitera pas de 3e mandat l'année suivante.

En 2006, le Time le classe parmi les sénateurs les moins influents du Congrès. Le magazine souligne que l'autre sénateur du Colorado, le démocrate Ken Salazar élu en 2004, a été plus productif en un an qu'Allard en dix ans, dans un Sénat pourtant majoritairement républicain[4]. Cependant, un éditorial du Denver Post souligne quelques années plus tard que malgré ses différences politiques avec le sénateur le journal « n'a jamais douté qu'il travaillait durement pour le Colorado »[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « ALLARD, A. Wayne, (1943 - ) », sur Biographical Directory of the United States Congress (consulté le 22 novembre 2016).
  2. (en) The Associated Press, « Senate Nominees Picked in Colorado », sur The New York Times, (consulté le 22 novembre 2016).
  3. (en) Michael Janofsky, « THE 2002 ELECTIONS: THE SENATE -- Colorado; Saving a Seat For the Republicans », sur The New York Times, (consulté le 22 novembre 2016).
  4. (en) « Wayne Allard: The Invisible Man », sur Time, (consulté le 22 novembre 2016).
  5. « While we didn’t always agree with Sen. Wayne Allard on policy matters, we never doubted that he was working hard for Colorado ». (en) « Senate “work horse” is coming back to Colorado », sur The Denver Post, (consulté le 22 novembre 2016).

Article connexe[modifier | modifier le code]