Waux-hall de Spa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Plafond peint de la salle de bal. Scène mythologique

Le Waux-hall de Spa (Belgique) est un lieu de divertissement, regroupant salle de bal, salle de concert et débit de boisson, inauguré en 1770.

Historique[modifier | modifier le code]

En concurrence à l’érection de la maison d’assemblée La Redoute, premier casino moderne du continent européen (1763) , le waux-hall[1] de Spa ouvre ses portes en 1770 malgré l’octroi exclusif accordé à la première par le prince-évêque. Cette polémique donnera naissance à l'« affaire des jeux de Spa » qui verra naître un accord entre les deux premières maisons d’assemblée. Ces salles d'assemblée participeront à la consécration de Spa comme Café de l'Europe en 1781. Il se bâtira en 1785 une troisième maison concurrente, le salon Levoz[2]. L'ouverture du salon Levoz constitue une infraction à la réglementation relative aux jeux. Cette «affaire des jeux de Spa» constituera une des causes de la Révolution liégeoise de 1789[3].

Lors de son deuxième séjour à Spa (1787), il semble que Mme de Genlis appréciait particulièrement la nouvelle maison d’assemblée, le Waux-hall, à l’écart du centre de Spa, dans un décor plus bucolique, plus que celle de la maison de jeux qui l'a précédé, la Redoute, à l'initiative du Magistrat au cœur de la cité.

Le Waux-hall de Spa est l’œuvre de l’architecte Jacques-Barthélemy Renoz, du stucateur Antoine-Pierre Franck et du peintre Henri Deprez. Il est le rare témoin architectural d’une des plus vieilles salles de jeux d’Europe. La Redoute a subi plusieurs incendies et l’actuel Casino de Spa, reconstruit en lieu et place, ne comprend malheureusement plus de pièces originales de 1763.

En 1999, le Waux-hall est inscrit sur la liste de sauvegarde de l'Institut du patrimoine wallon. Un chantier de restauration de l’extérieur a débuté le pour une durée d’un an. Le s’est créé le Club d’affaire européen de la région liégeoise, Waux-hall club, qui a programmé son implantation dans le Waux-hall rénové.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Pour l'ensemble des points mentionnés sur cette page : voir sur OpenStreetMap (aide) ou télécharger au format KML (aide).
  • Jean-Marc Monville, Le Waux-hall à Spa : à la découverte de l'un des derniers casinos du XVIIIe siècle, 36 pp.
  • Léon Marquet et Gaston Bedoret, À l'âge d'or de Spa - Le Waux-hall au XVIIIe siècle et du XIXe siècle à nos jours, 119 pp.
  • Vanessa Krins, Le Waux-hall à Spa, 151 pp.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Terme générique orthographié également wauxhall, vauxhall ou vaux-hall.
  2. Bâtiment disparu depuis, qui se situait sur la route de la Sauvenière - http://www.sparealites.be/le-waux-hall
  3. Vanessa Krins, Le patrimoine de Spa, Carnets du Patrimoine, 2009, p. 19